Navigation – Plan du site

Écrire au féminin

Théa Picquet
p. 299-322

Résumé

La princesse Borghese est l’héroïne malheureuse d’un manuscrit anonyme inédit repéré à la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg, le MS 1805 (Ital 4) intitulé : Informatione intorno all’uscita della Signora Principessa Borghese dal Monastero delle Turchine. L’écrivain anonyme, probablement une proche de la princesse ou peut-être une religieuse, cherche à intervenir en faveur de la dame, recluse sur les ordres d’un époux cruel dans le monastère des “Turchine” et dont la santé décline de jour en jour. C’est donc une femme qui écrit pour prendre la défense d’une autre femme. Mon propos met en lumière les difficultés rencontrées par la princesse dans l’espace et le milieu qui lui sont autorisés, ceux de la famille et de l’Église, et plus particulièrement auprès d’un époux autoritaire et cruel. L’étude est suivie de la transcription du manuscrit inédit.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

couvent, femme, réclusion

Chronologie :

XVIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Carla Casagrande, La femme gardée, in Georges Duby, Michèle Perrot, Histoire des femmes en Occiden (...)

1Évoquant la place des femmes dans la société, Carla Casagrande1 affirme que

elles ne s’intègrent au paysage social qu’en tant qu’épouses, filles et mères des hommes qui exercent le pouvoir ou le subissent, qui combattent ou qui travaillent, qui possèdent des biens et de l’argent ou vivent dans le dénuement. Le rapport des femmes... à la société passe donc à travers la famille, et les critères sociaux qui les concernent sont liés au premier chef aux fonctions familiales qu’elles assument.

2C’est justement le cas de la princesse Borghese, héroïne malheureuse d’un manuscrit anonyme inédit repéré à la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg, le MS 1805 (Ital 4) intitulé : Informatione intorno all’uscita della Signora Principessa Borghese dal Monastero delle Turchine.

3L’écrivain anonyme, probablement une proche de la princesse Borghese ou peut-être une religieuse, cherche à intervenir en faveur de la dame, recluse sur les ordres d’un époux cruel dans le monastère des “Turchine” et dont la santé décline de jour en jour. C’est donc une femme qui écrit pour prendre la défense d’une autre femme.

4Mon propos mettra en lumière les difficultés rencontrées par la princesse dans l’espace et le milieu qui lui sont autorisés, ceux de la famille et de l’Église, et plus particulièrement auprès d’un époux autoritaire et cruel.

  • 2  La bonne épouse, dans Histoire des femmes en Occident, citée, p. 136.
  • 3  Ibidem. À la traduction “mâle” donnée par Catherine Mitrovitsa et Jacques Dalarun pour “maschio” n (...)

5Comme le souligne Silvana Vecchio2, la maison constitue l’espace féminin par excellence. Dans cette cellule politique et économique le rôle joué par la figure féminine en général est défini avec précision3:

conserver et administrer ce que le mâle produit, gagne, accumule devient l’apport spécifique de la femme à la bonne marche du ménage, ainsi source concrète d’aide pour son mari.

  • 4  Ibidem, p. 137.

6La maison est en outre un espace moral, le lieu et le symbole de la stabilité4 :

Rester à la maison, pour la femme mariée comme pour la vierge, cela veut dire d’une part se mettre à l’abri des périls, d’autre part manifester les vertus les plus aptes à rassurer le mari : fidélité, continence, pudeur...

  • 5  Point n’est besoin de rappeler ici que la famille Borghese rassembla au XVIIème siècle la célèbre (...)
  • 6  BNUS, Ms n° 1805 (Ital 4) f° 1r.

7Or, la princesse souhaite quitter le domicile familial, le célèbre Palais Borghese5. Il est vrai que les circonstances malheureuses de la perte d’un enfant pourraient suffire à justifier une telle décision6 :

Conoscendosi purtroppo la Principessa Borghese di potersi alquanto sollevare dalla grave afflizione concepita per la morte immatura di D. Scipione suo terzo genito, seguita in Venetia, cercò d’allontanarsi per qualche tempo dal Palazzo del Principe suo marito, dove era forzata vederne ad ogni momento le funeste ricordanze per portarsi ad habitare altrove...

  • 7  Le responsable du Bureau du protocole du Vatican nous a précisé que les Turchine sont des religieu (...)

8D’autant plus que l’absence du domicile familial ne serait que provisoire et qu’une telle décision correspond encore à la norme, puisqu’elle se retire au monastère, du moins en un premier temps. La princesse Borghese se met donc à l’écart du monde et la narratrice nomme avec précision les lieux choisis avec l’accord du prince : le Monastère des Sept Douleurs, puis le Monastère des Turchine à Santa Maria Maggiore7 :

  • 8 Ms cité, f° 1r.

e a tal effetto si trasferì nel Monastero de’ Sette Dolori... e, dopo essersi ivi trattenuta alcune settimane, elesse di ritirarsi in quello delle Turchine situato a Santa Maria Maggiore, et il Principe suo marito condesciendendovi approvorne il pensiero...8

  • 9  La femme gardée dans Histoire des femmes en Occident, tome II, p. 105.

9Bref, la princesse Borghese est confinée dans l’espace privé des maisons et des monastères, totalement écartée de la vie publique. Et en cela elle correspond à la norme évoquée par Carla Casagrande9.

10Pourtant, loin de trouver la sérénité, la princesse est confrontée à des conditions de vie indignes de son rang et qui mettent en péril sa santé déjà fragile.

  • 10  Ms cité, f° 1v- f° 2r.

11En effet, aux souffrances morales s’ajoutent à présent les souffrances physiques, dues en grande partie aux mauvaises conditions d’hébergement. La narratrice évoque les fatigues excessives endurées par la princesse. Ainsi, au monastère, cette dernière n’est pas entourée comme il convient à son rang : elle n’a pas de domestique, pas de garde de nuit, ni même un carrosse pour lui permettre de se déplacer. Elle souffre en outre d’un logement humide. De plus, l’huile dont elle a besoin pour alimenter sa lanterne lui est rationnée et pour finir on lui enlève ladite lanterne qui lui appartenait10 :

Si potrebbeno qui passar sotto silenzio li strapazzi sofferti dalla Principessa nel tempo che s’è intrattenuta nel sudetto Monastero col esserle stato negato non solo un gentilhomo et una carrozza, vanto necessarii per le convenienze della civiltà di questa Corte, e per le contingenze della salute soggetta a particolare et improvise infermità in una casa assai lontana dal Palazzo del marito, ma anche l’habitazione ad un servitore che gli dormisse in guardia, il quale dopo l’ultimi giorni conseguì l’arbitrio d’uno letto e d’una stanza ripiena d’humidità, che fin dal medico ricusata come evidentemente dannosa alla sua salute, oltre l’improprietà sperimentate vedendone somministrato con scarsezza tale l’oglio, che per comodo della vista usa la Principessa consumare in una lucerna invece di / candele, che fu necessitata di chiederne a’ suoi parenti, vedendogli di più, hora anco levato la lucernina d’argento, che la Principessa haveva fatto lavorare del suo.

  • 11 Ms cité, f° 2r.

12Sa santé est donc mise en péril et l’écrivain insiste sur les risques encourus par la princesse si elle prolonge son séjour dans de telles circonstances, d’autant plus que les symptômes observés sont les mêmes que ceux qui ont été décelés l’année précédente, époque où la princesse a déjà failli mourir11 :

Crescendo per vanto con sì fatta agitazione d’animo alla Principessa quelli dall’humori ribellanti del suo corpo, se gli rese a tal segno insufferibile la stanza del monastero, che si vedeva evidente pericolo di cadere in qualche malattia mortale simile a quella che l’anno passato con grandissimi sintomi la ridusse vicino all’ultimi de’ suoi giorni.

13Il convient de remarquer ici la sollicitude dont la narratrice fait preuve à l’égard de la princesse Borghese ainsi que sa volonté de convaincre le ou les destinataires de la missive.

  • 12  Ms cité, f° 3r.

14Elle appuie ses affirmations sur les avis des médecins et tout particulièrement sur celui de la maison Borghese en le nommant expressément : Girolamo Tersago. Elle insiste sur les difficiles conditions climatiques, mettant l’accent sur le fait que la santé de la princesse exige de fuir la très grande chaleur et de se retirer à la campagne. Ce qui exclut un retour au palais familial où elle trouve la chaleur estivale insupportable, puisque le soleil y donne de toutes parts. Par ailleurs, la santé de la dame périclite de jour en jour et son transfert dans un autre lieu devient urgent12. Et les termes de « strapazzi », « patimenti », « gravi et ordinarie indisposizioni », « periculosa salute » sont significatifs.

  • 13  Histoire des femmes, cit., Volume 2, pp. 115-116. Voir aussi : Michela De Giorgio et Christiane Kl (...)

15Bref, ni la maison ni le monastère ne permettent à la princesse Borghese de retrouver la sérénité. Refusant les deux seuls lieux qui lui sont permis, elle se met donc en marge de la société où la place de la femme était rigoureusement codifiée, comme le souligne Carla Casagrande13 :

une femme gardée dans les maisons et dans les monastères, dont étaient contrôlés mouvements, gestes, paroles, habits, fécondité et piété ; c’est-à-dire une femme qu’il était possible de guider vers le salut éternel et qui, dans le même temps, garantissait en ce monde l’honneur et la continuité des familles, une femme qu’approuvaient les prédicateurs et les directeurs spirituels et qu’appréciaient les maris et les pères...

16Tout comme les espaces qui lui sont autorisés consistent en la maison et le monastère, les personnes de son environnement se limitent aux membres de la famille et aux gens d’Église.

17La princesse Borghese cherche en effet le soutien des ecclésiastiques dont beaucoup sont explicitement nommés dans ces quelques pages.

  • 14  Ms cité, f° 2v.
  • 15 Ibidem, f° 4r.

18Le prêtre Marchese devient ainsi son porte-parole auprès du prince14 ; le prêtre Celestino Guicciardini lui prodigue de précieux conseils qu’elle suit rigoureusement15.

  • 16 Ibidem, f° 3v. Sur la puissance de l’Église dans ce domaine, voir également : Storia del matrimonio (...)

19Pourtant, c’est surtout la puissance de l’Église qui transparaît à travers ce malheureux épisode de la vie de la princesse Borghese. Afin de pouvoir quitter le monastère, la dame respecte l’ordre hiérarchique et s’adresse tout d’abord au Cardinal Vicaire, puis au Souverain Pontife lui-même qui lui donne satisfaction16 :

ella giudicò di dover supplicare il Signor Cardinal Vicario per la licenza d’uscir dal monastero e trovò in questo difficultà, mandò le sue humilissime suppliche a’ piedi della somma clemenza di Sua Santità dalla cui paterna benignità prestamente l’ottenne...

  • 17 Ibidem, f° 3v-f° 4r.
  • 18 Ibidem, f° 4v.

20Elle fait part de cette décision au cardinal17 comme à la supérieure du monastère des Turchine18. La princesse prend donc bien garde de ne pas froisser la susceptibilité des autorités ecclésiastiques. Elle manifeste d’ailleurs une très grande humilité à leur égard comme l’illustrent les termes de « supplicare », « suppliche », « humile », « humilissime ».

21Cependant, malgré son attitude respectueuse et le bien-fondé de sa requête, l’héroïne se heurte à une Église partisane.

  • 19 Ibidem, f° 3v-f° 4r.

22Ainsi, le cardinal fait mine d’ignorer la décision pontificale et n’y donne pas de suite19 :

[la principessa] trasse il memoriale segnato con il reschritto favorendo al medesimo Signor Cardinale Vicario aggiungendogli le sue premurose et humile instanze per la presta speditione della grazia...
Non bastando queste seconde suppliche per mo / vere il Signor Cardinale, la Principessa li scrisse un riverente biglietto in cui, sollecitando la desiderata spedizione, gli significava la necessità d’haver per sua salute il comodo d’un’aria fresca...

  • 20 Ibidem, f° 4v.
  • 21 Ibidem, f° 6r.

23Un autre ecclésiastique semble s’être mis entièrement au service du prince Borghese. Il s’agit de l’Abbate Michele qui s’emploie à contrer les intentions de la princesse20 et qui colporte en outre d’infâmes calomnies sur son compte, pensant se rendre ainsi agréable21 

la Principessa haverebbe sofferto tutto con pazienza e silenzio, come ha costumato di fare fino hora, se la confidenza dell’Abbate Michele che va spargendo contro di lei alcune particolarità non vere, pensando di secondare il genio del Principe, non l’havessero indotto a differirsi del succeduto...

  • 22 Ibidem, f° 5v.

24Enfin, la supérieure du monastère est soumise aux pressions du prince Borghese qui, par personne interposée, la menace d’excommunication si elle permet à la princesse de faire sortir ses biens du couvent22 :

Il Principe... operò che la mattina seguente fosse Monsignor Pavolucci ad intimare alla Superiora delle Turchine che sotto pena di scomunica non permettesse che dal Monastero si levasse cosa alcuna di quelle che servivano alla Principessa..

25En somme, le clergé est très présent dans l’environnement de la princesse, mais davantage pour diriger sa vie que pour lui accorder sa protection.

26Le second pôle de l’environnement de la femme est la famille dans laquelle sa place est bien définie.

  • 23 Ibidem, f° 1r.
  • 24  Ibidem, f°3r. À propos des prénoms des fils de la princesse Borghese, il convient de noter qu’ils (...)

27La princesse Borghese est avant tout une mère. Une mère effondrée à cause de la mort prématurée de l’un de ses fils, Scipione, qui lui fait perdre tous ses repères et en particulier fuir la maison familiale23. Une mère généreuse qui offre à un autre fils, le prince Marcantonio, à l’occasion de son mariage, une maison de campagne qui lui appartenait24.

  • 25  Sora est une petite ville de la province de Frosinone qui, après avoir appartenu à la famille Dell (...)
  • 26  Ms cité, f° 4r.

28Pourtant ce n’est pas auprès de lui qu’elle trouve l’assistance dont elle a besoin, mais auprès de sa fille, de son frère et de sa belle-sœur. La princesse souhaite passer les mois d’été justement auprès de cette dernière, la duchesse de Sora25, à la Villa Ludovisia26 :

aveva pensiero di partirsi a tal fine alla Villa Ludovisia di sua cognata Duchessa di Sora per passare ivi li mesi caldi...

  • 27  Mirandola, petite ville de la province de Modène, est célèbre par le siège mis en 1510 par les tro (...)
  • 28  Ms cité, f° 4v.

29C’est encore sa belle-sœur, son frère, le duc de Sora, et sa propre fille, la duchesse de la Mirandola27, qu’elle appelle au monastère28 :

pregò la Duchessa della Mirandola, la Duchessa di Sora, sua cognata, et il Duca di Sora, suo fratello, a volersi trovare al monastero.

  • 29 Ibidem, f° 5r.

30Grâce à eux la princesse peut enfin quitter le monastère des Turchine sous bonne escorte : plusieurs gentilshommes, plus de vingt laquais et cinq carrosses l’accompagnent. Et son frère l’installe à la campagne malgré l’heure tardive29. En somme, c’est auprès de sa famille que la princesse Borghese trouve l’assistance dont elle a besoin.

  • 30  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 88.

31Cela dit, les actions entreprises par la malheureuse sont en totale opposition avec la volonté du prince, son époux, et l’objectif essentiel de la narratrice anonyme est de démontrer à la société que la princesse n’est pas une mauvaise épouse, même si elle ne correspond pas, à première vue, aux critères requis à cette époque-là, car comme l’affirme à juste titre Carla Casagrande, la femme qui ne respecte pas les normes établies est condamnée30 :

Le prédicateur, le moraliste, le pédagogue sélectionnent dans la réalité ou plus encore imposent à la réalité les catégories de femmes qui incarnent déjà ... les valeurs qu’ils prônent. Seules les femmes appartenant à ces catégories présélectionnées sont, à un plus ou moins grand degré de potentialité, des femmes vertueuses ; les autres subissent une double condamnation, comme marginales et comme pécheresses.

  • 31  Ms cité, f° 3r-f° 3v.

32Pour ce faire, la narratrice évoque le passé vertueux de la princesse, rappelle qu’en trente-quatre ans de mariage elle a toujours fait preuve d’obéissance, de respect et de soumission envers son époux, qu’elle a supporté en silence et avec patience tout ce qu’il lui a imposé31 :

in trentaquattr’anni... ha non solamente sofferto con patienza e silenzio tutto quello che al Principe è parso farli tollerare, ma ha sempre procurato di corrisponderli a strapaz/zi da lui fattoli con ossequio, riverenza, obedienza, poco meno da straniera non che da moglie.

  • 32  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 137.
  • 33  Ms cité, f° 5v-f° 6r.

33Elle met l’accent également sur la parcimonie de la princesse, qualité essentielle d’une bonne épouse32 mais aussi sur sa richesse et sur sa modestie33 :

Poteva riflettere che la Principessa ha sempre deliberato un honorato sparamio della casa per beneficio de’ suoi figli, e che egli pubblica d’haver per lei fatte spese esorbitanti, non / può con scritta dir ciò sia proceduto o dalle pretentioni o dalle ricchezze di lei, che si sarebbe contentata di molto meno...

  • 34  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 136.

34La princesse n’a donc entravé en rien la bonne marche de l’économie domestique et a rempli l’un des rôles assignés à l’épouse selon les termes de Silvana Vecchio34.

  • 35  Ms cité, f° 5r.

35Ainsi, la princesse a toujours été une bonne épouse par le passé et son attitude actuelle s’explique par les circonstances particulières de sa vie : le besoin d’une retraite salutaire à la campagne pour se remettre de sa grande douleur, pour retrouver la santé mise en péril au monastère. La narratrice se révolte lorsqu’elle entend parler de fugue, voire de délit à propos de ce qui n’est que l’expression d’une volonté de ne pas mourir entre quatre murs et la recherche d’un soulagement dans la fraîcheur d’un lieu digne et connu35 :

Hor quest’uscita... si chiama fuga, e si dà nome di delitto all’haver procurato di non morire di strapazzi e stenti fra quattro mura e cercato il ristoro d’un’aria fresca necessaria alla conservazione della propria vita, in luogo noto e decoroso per ogni considerazione.

  • 36  Ms cité, f° 4r.

36D’ailleurs, dans un avenir proche, la princesse rentrera au foyer. Remarquons que le temps est évoqué par le rythme des saisons36 :

la Principessa... aveva pensiero di partirsi alla Villa Ludovisia di sua cognata Duchessa di Sora per passare ivi li mesi caldi e poi, dopo le prime acque, tornarsene in Casa Borghese a servire il Principe suo marito...

  • 37  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 139.

37En somme, la narratrice s’emploie à démontrer que la princesse Borghese est une bonne épouse et à faire taire les calomnies que l’on colporte contre elle. Silvana Vecchio précise justement que le miroir de la femme en général et de la bonne épouse en particulier est la bonne réputation37.

38Le prince par contre est loin d’être un bon époux.

  • 38  Ms cité, f° 1r : « il Principe suo marito condesciendendovi approvorne il pensiero, e promise di f (...)
  • 39 Ibidem, f° 1r : « Entrò per tanto con le necessarie licenze in detta clausura, ma non andò che prov (...)
  • 40 Ibidem, f° 1v.
  • 41 Ibidem, f° 3v.

39Il est tout d’abord parjure. En effet, lorsque la princesse exprime le souhait de se retirer au monastère, il l’y autorise, l’approuve et lui promet même de la faire assister selon son rang. Il lui laisse en outre toute liberté de mettre un terme à sa retraite38. Pourtant, il ne tient pas ses promesses39. La narratrice en est outrée mais choisit de se taire, tout en affirmant qu’elle détient des preuves qu’elle est prête à fournir40. Quant à la princesse Borghese, elle se rend enfin compte que son époux a trahi la confiance qu’elle avait placée en lui41.

  • 42 Ibidem, f° 2v : « Queste ustanze rinovate più volte dalla Principessa non fecero mai colpo nel cuor (...)
  • 43 Ibidem, f° 2v : « ... fermamente rispose che lei o doveva restare nel Monastero delle Turchine o, s (...)
  • 44 Ibidem, f° 2v.

40Parjure, le prince apparaît également comme un époux indifférent aux souffrances de sa femme. Sourd aux prières de la princesse, il diffère sans cesse son autorisation42, comme s’il attendait que la sortie ne devînt impossible. Il est intraitable et ne laisse à son épouse d’autre choix que la clôture ou le retour dans le palais familial, un bref séjour à la campagne étant tout à fait exclu43. Si bien que la malheureuse se sent condamnée à mort44 :

Parve alla Principessa che questo modo di parlare a chi bene intendeva volesse dire o morire nel monastero o venire a morire nel vostro solito appartamento...

  • 45 Ibidem, f° 3r-f° 3v.
  • 46 Ibidem, f° 6r.
  • 47 Ibidem, f° 5r-f° 5v.

41C’est en réalité un homme cruel. De tout temps, il lui a fait subir de mauvais traitements qu’elle a toujours supportés en silence45. Il en vient même à lui couper les vivres46. Cette cruauté se tourne également vers les domestiques de son épouse. Il les congédie tous, insensible à la pauvreté et au grand âge de certains d’entre eux47 :

Il Principe per tanto l’istessa sera licenziò tutta la servitù dell’istessa Principessa, senza haver riguardo / alla povertà et anni d’alcuni miseri vecchi...

  • 48 Ibidem, f° 6r.

42La narratrice insiste sur le comportement indigne du prince Borghese, tout à fait indigne d’un chevalier envers une dame, d’un mari envers une épouse après trente-quatre ans de vie commune48.

43Bref, selon la narratrice, c’est lui qui est à blâmer et non la princesse. Mais évidemment, nous avons ici un témoignage partial.

44En conclusion, la narratrice anonyme dresse un véritable réquisitoire en faveur de la princesse, porte son témoignage contre les injustices subies par une femme dont elle entend défendre la réputation.

  • 49  Histoire des femmes, cit., Volume 2, p. 113. Dans l’avant-propos du Volume 1, Georges Duby écrit à (...)

45Ainsi, malgré le carcan social à l’intérieur duquel elle est enfermée, muselée, la femme peut faire entendre sa voix, comme le souligne justement Carla Casagrande qui écrit49 :

exclues de toute fonction publique et de tout espace social, les paroles de femmes peuvent envahir, multiples et menaçantes, l’intérieur des maisons et des monastères où elles ont été recluses, échappant au contrôle pour instaurer là le règne puissant et protégé du discours féminin.

Le manuscrit

46Informatione intorno all’uscita della Signora Principessa Borghese dal Monastero delle Turchine.
(Manuscrit Ms n° 1805 [Ital 4],
Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg)

Description du manuscrit

  • 50  Monsieur Fréchet, Conservateur de la Réserve de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbo (...)

47Il s’agit d’un manuscrit anonyme et non daté. Cependant, le catalogue de la Bibliothèque (Wickersheimer) le fait remonter au XVIIème siècle. Sa provenance est également inconnue. En effet, à la fin du XIXème siècle et plus particulièrement après la guerre de 1870, la Bibliothèque Nationale de Strasbourg a fait l’acquisition de nombreux manuscrits et s’est procuré ce qui était disponible sur le marché50.

48Le manuscrit comporte six folios recto verso et a une double pagination : l’une de la même main que le texte, écrite à l’encre et allant de 228 à 233, l’autre au crayon indiquant les chiffres de 1 à 6. La couverture fait défaut.

Critères de transcription

49- Nous avons choisi de donner une reproduction fidèle du texte. Nous indiquons clairement les folios. Ex : f° 1r/ f° 1v “ come chiara/ mente si mostrarebbe... ”.

50- Nous formons les paragraphes, divisons les mots et employons majuscules, minuscules et ponctuation suivant l’usage moderne. Ex: f° 2v “ non obstante ”-“ nonobstante ”; f° 3r “ dellecose ”- “ delle cose ” ; f° 4r “ Moglie ”- “ moglie ” ; “ Marito ”- “ marito ”.

51- Nous portons l’accent sur é, è, à , ù suivant l’usage moderne. Ex : f° 1r “ è servire ”- “ e servire ” ; f°2r “ che fù necessitata... ”- “ che fu necessitata... ”.

52- Nous modernisons les suffixes “ –itia ”, “ –atione ”, “ –itione ”, “ –ittione ” en “ –izia ”, “ –azione ”, “ –izione ”. Ex : f° 1r “ afflittione ”-“ afflizione ”.

53- À propos de la gémination ou non des consonnes, nous adoptons l’orthographe moderne. Ex : f° 1v “ doppo ”- “ dopo ”.

54- Les ratures et les corrections sont signalées en bas de page.

Transcription du manuscrit MS n° 1805 (Ital 4)

55f° 1r Informatione intorno all’uscita della Signora Principessa Borghese dal Monastero delle Turchine

  • 51  Suit un mot illisible.
  • 52  Pour “ biglietti ”.
  • 53  Écrit “sintomii”.

56Conoscendosi purtroppo la Principessa Borghese di potersi al quanto sollevare dalla grave afflizione concepita per la morte immatura di D. Scipione suo terzo genito, seguita in Venetia, cercò d’allontanarsi per qualche tempo dal Palazzo del Principe suo marito, dove era forzata vederne ad ogni momento le funeste ricordanze per portarsi ad habitare altrove ; e a tal effetto si trasferì nel Monastero de’ Sette Dolori eretto dalla Duchessa di Latera, e, dopo essersi ivi trattenuta alcune settimane, elesse di ritirarsi in quello delle Turchine situato a Santa Maria Maggiore, et il Principe suo marito condesciendendovi approvorne il pensiero, epromise di farla assistere eservire in forma convenevole ad una sua pari, lasciandole piena libertà di poterne uscire quando le fusse piaciuto.
Entrò per tanto con le necessarie licenze in detta clausura, ma non andò che provò diversi gl’effetti di queste promesse, che il Principe più volte gl’aveva fatte dall’Abbate Michele suo...51 scorgendone l’effetti totalmente contrarii, come
f° 1v chiara/mente si mostrarebbe se chi scrive non havesse riguardo di metter in carta alcune particolarità degne di tacersi, e che pariebbero incredibili, se i viglietti52, che s’hanno mani pronti ad esebirsi, non le giustificassero ad ogni congiuntura.
Si potrebbeno qui passar sotto silenzio li strapazzi sofferti dalla Principessa nel tempo che s’è intrattenuta nel sudetto monastero col esserle stato negato non solo un gentilhomo et una carrozza, vanto necessarii per le convenienze della civiltà di questa Corte, eper le contingenze della salute soggetta a particolare et improvise infermità in una casa assai lontana dal Palazzo del marito, ma anche l’habitazione ad un servitore che gli dormisse in guardia, il quale dopo l’ultimi giorni conseguì l’arbitrio d’uno letto e d’una stanza ripiena d’humidità, che fin dal medico ricusata come evidentemente dannosa alla sua salute, oltre l’improprietà sperimentate vedendone somministrato con scarsezza tale l’oglio, che per commodo della vista usa la Principessa consuma
f° 2r in una lucerna invece di / candele, che funecessitata di chiederne a’ suoi parenti vedendogli di più, hora anco levato la lucernina d’argento, che la Principessa haveva fatto lavorare del suo.
Quando questi trattamenti così incivili non fosse necessario di toccarli, così di passaggio, e con brevità tralasciandone molt(i)altri, de’ quali un animo nobile doverebbe arrossire per far conosciere l’argumento, che dovevano alle notorie sue indisposizioni, non potendo partorir buon effetto sì vergogniose stranezze di trattamento ad una dama che ha in sésentimenti confacevoli alla sua nascita.
Crescendo per vanto con sì fatta agitazione d’animo alla Principessa quelli dall’humori ribellanti del suo corpo, se gli rese a tal segno insufferibilela stanza del monastero, che si vedeva evidente pericolo di cadere in qualche malattia mortale simile a quella che l’anno passato con grandissimi sintomi53 la ridusse vicino all’ultimi de’ suoi giorni.
Sentito il parere de’ medici, e particolarmente di Girolamo Tersago medico della Casa Borghese, fece significare al Principe suo marito di trovarsi in necessità d’abbandonare le stanze

  • 54  Écrit avec deux “r”.
  • 55  Écrit “consenzo”.
  • 56  Écrit avec un seul “c”.
  • 57  Lecture incertaine.
  • 58  Écrit avec un seul “p”.
  • 59  Écrit “ trenta quattanni”.
  • 60  Écrit avec deux “p”.
  • 61  Lecture incertaine.
  • 62  Lecture incertaine.
  • 63  Écrit avec deux “p”.
  • 64  “ ancora ” est répété.
  • 65  Écrit avec deux “b” : “"habbitasse”.
  • 66  Écrit avec un seul “b”.
  • 67  Idem.
  • 68  Pour “Nostro Signore”, vraisemblablement le Souverain Pontife.
  • 69  Écrit : “uscr” sans le “i”.
  • 70  Écrit avec deux “p”.
  • 71  Écrit avec un double consonne.
  • 72  Lecture incertaine.
  • 73  Répétition de “ due ” : “ due Due Duchesse ”.
  • 74  Écrit avec un seul “ v”.
  • 75  “del” est répété involontairement.
  • 76  Ajouté au-dessus de la ligne.
  • 77  Écrit “trenta quattanni” comme plus haut.
  • 78  Toujours écrit avec une double consonne.
  • 79  Suit un mot illisible.
  • 80  Suit un mot illisible.
  • 81  Écrit “coscenza”.

57f° 2v di quella / clausura per trasferirsi per i mesi più caldi in qualche casino d’aria fresca, temendo fortemente che senza questo ristoro harebbe potuto con qualche infermità pericolare54 la sua vita.
Queste istanze rinovate più volte dalla Principessa non fecero mai colpo nel cuore del Principe, il quale sotto varii pretesti pareva volesse differire il consenso55 sino a tempi più avanzati, quando la mutazione di stanza non poteva farsi senza pericolo oprocurare d’impedire assolutamente l’effettuazione, volendola necessitare a vivere nel monastero, nonobstantei suoi attacchi56, anche con l’accennati strapazzi.
Che però al Prete Marchesi, il quale portò l’instanze della Principessa, fermamente rispose, che lei o doveva restare nel Monastero delle Turchine o, se ne voleva uscirne, tornasse alle sue solite stanze perché egli non poteva assegnarli altr’habitazione, che quanto al casinodi fuori non occorreva pensarci.
Parve alla Principessa che questo modo di parlare a chi bene intendeva volesse dire omorire nel monastero ovenire a morire nel vostro57 solito appartamento et, al giudizio chi sala complissione della Principessa, e bene situata la considerazione
f° 3r di / quelle stanze borghesiane, non sembrerà stravagante perché, se lei proseguiva a vivere nel monastero, li strapazzi e patimenti delle coseanche necessarie ad una dama civile, non che ad una dama sua pari, aggiunte le sue gravi et ordinarie indisposizioni, e’ l’haverebbero senza dubbio ridotta astato peggiore di quello in cui si trovò l’anno passato, el’istesso pericolo passava, se tornava all’appartamento58 assegnato, che in quel tempo indubbitamente fula principal cagione di tutti i suoi mali, originatavi da calori insoffribili, che quivi provò per esser da tutti i lati abbattuto dal sole, dopo aver per molti anni abitato in esso d’estate gl’appartamenti più commodi, che si cedè essa al Principe D. Marc Antonio suo figlio nell’occasione del suo sposalizio, sperando che vicendevolmente si fosse dovuto havere per essa qualche riguardo, non parendogli che si potesse negare alla sua condizione et a’ suoi portamenti in trentaquattr’anni59ne’ quali ha non solamente sofferto con pazienza e silenzio tutto quello che al Principe èparso di farli tolerare, ma ha sempre procurato di corrisponderli a
f° 3v strapaz/zi da lui fattoli con ossequio, riverenza, obedienza poco meno da straniera non che da moglie. Ma hora finalmente conosce d’essersi ingannata, già che dopo60 l’haver più volte fatto rappresentare al Principe le sue istanze per ottener il comodo d’un’aria fresca in quest’estate,pregandolo almeno a concederglielo a titolodi carità per esser necessario alla sua prostrata salute, non le61 haportata mai meglior risposta dell’accennata.
Vista dunque l’inespugnabil durezza del Principe, ella giudicò di dover supplicare il Signor Cardinal Vicario per la licenza d’uscir dal monastero e trovò in questo difficultà, mandò le sue humilissime suppliche a’ piedi della somma clemenza di Sua Santità, dalla cui paterna benignità prestamente l’ottenne, e trasse62 il memoriale segnato con il reschritto favorendo al medesimo Signor Cardinale Vicario aggiungendogli le sue premurose et humile instanze per la presta spedizione della grazia, tanto la necessità che ne haveva la sua sempre periculosa salute.
Non bastando queste seconde suppliche per
f° 4r mo/vere il SignorCardinale, la Principessa li scrisse un riverente biglietto in cui, sollecitando la desiderata spedizione, gli significava la necessità d’haver per sua salute il comodo d’un’ariafresca, e che aveva pensiero di partirsi a tal fine alla Villa Ludovisia di sua cognataDuchessa di Sora per passare ivi li mesi caldi e poi, dopo63 le prime acque, tornarsene in CasaBorghese aservire il Principe suo marito, e scrisse ciò di consiglio del Prete Celestino Guicciardini, e perchécredeva che il Signor Cardinale desiderasse di sapere questo, eperché ancora64per questa via n’arrivasse la notizia al Principe suo marito, al quale un tal luogo ragionevolmente non doveva dispiacere, dove che se il Principe asseriscie che sua moglie non voleva che habitasse65 in casaspettante al Duca di Sora, e obbligato66 dichiarare la cagione di questa retinenza, ma all’incontro una moglie, è ben obbligata67a servire il marito et ad obedirlo, ma non a perder la vita per la sua ordinazione a mal animo.
f° 4v Non comparendo con tutto ciò alcuna ris/posta dal Signor Cardinale, la Principessa, che sempre si vedeva in maggior angustia et in più vicino pericolo di restar ivi inferma, deliberò di valersi della grazia ottenuta da N.S.68e significò alla superiora del monastero il pensiero d’uscir69indi dopo70 dui giorni, pregò la Duchessa della Mirandola, la Duchessa di Sora, sua cognata, et il Duca di Sora, suo fratello, a volersi trovare al monastero.
Non poterno negare quelle dame sì liggiera soddisfazione alla madre et alla cognata. Il Duca dopo71 d’essersi protestato coll’Abbate Michele che non poteva negare il casino a sua sorella e che haveva i, molti modi procurato di trattenerla nel monastero, vedendo finalmente, che se più si durava correva pericolo di lasciarvi la vita, giudicò debito di72 cardinale ad assister ad una dama afflitta e di fratello di aiutare sua sorella, che pericolava nella vita per occorenza di chi doveva più d’ogn’altro operare a conservarla. Portatosi per tanto al monastero per udire le richieste della Principessa, trovò all’hora appunto usciva da
f° 5r quello che chiedeva / d’esser condotta alla Villa Ludovisia; onde non potè ricusare da accompagnarla insieme alle carrozze delle due Duchesse73 alla villa suddetta, ancorché al Duca riuscisse questo di molto s’comodo perché gli convenne all’improvviso74 in hora tarda fornire il casino nobile, affatto spogliato di tutti i mobili necessarii alla Principessa et alla sua servitù.
Hor quest’uscita,seguita con espressa licenza di N.S. significata al SignorCardinale supplicamente asollecitarne la spedizione fatta coll’accompagnamento d’una sua figlia ed’una sua cognata e d’un suo fratello, da molti gentilhomini, da vinti e più staffieri, da cinque carrozze, si chiama fuga, e si dànome di delitto all’haver procurato di non morire di strapazzi e stenti fraquattro mura e cercato il ristoro d’un’aria fresca necessaria alla conservazione della propria vita, in luogo noto e decoroso per ogni considerazione.
Il Principe per tanto l’istessa sera licenziò tutta la servitù dell’istessa Principessa, senza haver
f° 5v riguardo / alla povertà et anni d’alcuni miseri vecchi, et operò che la mattina seguente fosse Monsignor Pavolucci ad intimare alla Superiora delle Turchine che sotto pena di scomunica non permettesse che dal Monastero si levasse cosa alcuna di quelle che servivano alla Principessa, e pur pare, che dovesse riflettere che questa, la quale con generosità degna della sua nascita haveva nel sposalizio del suo figlio date spontaneamente molte migliaia di scudi in gioie, ori, e mobili suoi proprii alla nuora et al figlio, non si sarebbe facilmente abbassata a portar via cinquanta o al più scudi di mobili miserabili, quali erano quelli che per suo uso si trovavano nel monastero, e che poteva senza grave stento di trovarne megliori da’ suoi parenti, benchénon si sogliano gareggiare con le ricchezze della CasaBorghese.
Poteva rifletter che la Principessa hasempre deliberato un honorato sparamio della casa per
ficio de’ suoi figli, eche egli pubblica27 d’haver
f° 6r per lei fatte spese esorbitanti, non / può con scritta dir ciò sia proceduto odalle pretentioni o dalle ricchezze di lei, che si sarebbe contentata di molto meno, ma dalla generosità del suo genio avido di non far comparir lo splendore della sua casa.
Non contento il Principe di tanto, s’è lasciato trasportare a privar la Principessa anche del75 vitto, con dichiarazioni troppe improprie d’un cavaliere verso una dama, non che un marito verso una moglie, che76 per trentaquattr’anni77 ha demorato nella sua casa.
Con tutto ciò, dopo78 tante offese e strapazzi, la Principessa haverebbe sofferto tutto con pazienza e silenzio, come hacostumato di fare fino hora, se la confidenza dell’Abbate Michele che vaspargendo contro di lei alcune particolarità non vere, pensando di secondare il genio del Principe, non l’havessero indotta a differirsi del succeduto, acciò che ...79, amici e parenti della sua Casa restino persuasi, ch’ella non ha commesso
f ° 6v cosa / la quale sia o indecente ad una dama ...80, la quale deve sacrificare volentieri tutto il rimanente obsequio e riverenza al marito, ma sempre deve riservare per séla coscienza81, la riputazione, il decoro, e per fine che vole Dio la vita.

Haut de page

Notes

1  Carla Casagrande, La femme gardée, in Georges Duby, Michèle Perrot, Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991, Volume 2, p. 90.

2  La bonne épouse, dans Histoire des femmes en Occident, citée, p. 136.

3  Ibidem. À la traduction “mâle” donnée par Catherine Mitrovitsa et Jacques Dalarun pour “maschio” nous aurions préféré “homme”.

4  Ibidem, p. 137.

5  Point n’est besoin de rappeler ici que la famille Borghese rassembla au XVIIème siècle la célèbre collection et qu’en 1605 Camillo devint pape sous le nom de Paul V.

6  BNUS, Ms n° 1805 (Ital 4) f° 1r.

7  Le responsable du Bureau du protocole du Vatican nous a précisé que les Turchine sont des religieuses cloîtrées et qu’elles résident aujourd’hui au Monastère Santissima Annunziata à Rome.

8 Ms cité, f° 1r.

9  La femme gardée dans Histoire des femmes en Occident, tome II, p. 105.

Ibidem, tome III, p. 160, où sont décrits les couvents des sœurs cloîtrées : « Murs élevés, lourdes portes, serrures et barreaux nombreux, prescrits dans leurs moindres détails, ne laissant planer aucun doute sur les adieux définitifs faits au monde... ».

10  Ms cité, f° 1v- f° 2r.

11 Ms cité, f° 2r.

12  Ms cité, f° 3r.

13  Histoire des femmes, cit., Volume 2, pp. 115-116. Voir aussi : Michela De Giorgio et Christiane Klapisch-Zuber, Storia del matrimonio, Bari, Laterza, 1996, pp. VIII-IX, où il est question de l’autonomie des femmes : « La storia... colloca... in posizione centrale il problema della nascita e dell’affermazione, nell’Europa occidentale, della libertà di coscienza e di scelta dell’individuo. Le donne, in particolare, si sono trovate a essere contemporaneamente interlocutrici e posta in gioco in un conflitto plurisecolare i cui partecipanti postulavano in genere la loro sottomissione, ma in cui la teoria del consenso al matrimonio lasciava pur sempre la strada aperta a un certo riconoscimento della loro autonomia ».

14 Ms cité, f° 2v.

14  Ms cité, f° 2v.

15 Ibidem, f° 4r.

16 Ibidem, f° 3v. Sur la puissance de l’Église dans ce domaine, voir également : Storia del matrimonio citée, p. VIII : « Il periodo che abbiamo privilegiato (XI-XX secolo), écrit Christiane Klapisch-Zuber, pur così lungo, trova in compenso la propria unità nella pressione esercitata dal magistero ecclesiastico sull’istituzione matrimoniale... ».

17 Ibidem, f° 3v-f° 4r.

18 Ibidem, f° 4v.

19 Ibidem, f° 3v-f° 4r.

20 Ibidem, f° 4v.

21 Ibidem, f° 6r.

22 Ibidem, f° 5v.

23 Ibidem, f° 1r.

24  Ibidem, f°3r. À propos des prénoms des fils de la princesse Borghese, il convient de noter qu’ils étaient courants dans la célèbre famille romaine. En effet, Marcantonio I (1504-1574) occupe la charge de jurisconsulte et transfère la famille de Sienne à Rome ; il épouse Flaminia Astalli. Son fils Camillo devient pape sous le nom de Paul V (1605-1621). Marcantonio II obtient du roi d’Espagne le titre de prince de Sulmona en 1607. Il épouse Camilla Orsini, devient l’un des plus grands propriétaires fonciers du Latium. Son fils Paul enrichit le patrimoine familial grâce à son mariage avec Olimpia, héritière de la famille Aldobrandini. Le cardinal Scipion Borghese (1576-1633), neveu du pape Paul V, est connu pour avoir rassemblé la collection d’œuvres d’art qu’on peut admirer aujourd’hui encore dans la Galerie Borghese. Malheureusement, aucun élément du manuscrit ne permet d’identifier la princesse Borghese.

25  Sora est une petite ville de la province de Frosinone qui, après avoir appartenu à la famille Della Rovere, passa sous la domination des Boncompagni en 1612.

26  Ms cité, f° 4r.

27  Mirandola, petite ville de la province de Modène, est célèbre par le siège mis en 1510 par les troupes pontificales contre les Français.

28 Ms cité, f° 4v.

28  Ms cité, f° 4v.

29 Ibidem, f° 5r.

30  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 88.

31  Ms cité, f° 3r-f° 3v.

32  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 137.

33  Ms cité, f° 5v-f° 6r.

34  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 136.

35  Ms cité, f° 5r.

36  Ms cité, f° 4r.

37  Histoire des femmes, cit., volume 2, p. 139.

38  Ms cité, f° 1r : « il Principe suo marito condesciendendovi approvorne il pensiero, e promise di farla assistere e servire in forma convenevole ad una sua pari, lasciandole piena libertà di poterne uscire quando le fusse piaciuto ».

39 Ibidem, f° 1r : « Entrò per tanto con le necessarie licenze in detta clausura, ma non andò che provò diversi gl’ effetti di queste promesse... ».

40 Ibidem, f° 1v.

41 Ibidem, f° 3v.

42 Ibidem, f° 2v : « Queste ustanze rinovate più volte dalla Principessa non fecero mai colpo nel cuore del Principe, il quale sotto varii pretesti pareva volesse differire il consenso sino a tempi più avanzati... »

43 Ibidem, f° 2v : « ... fermamente rispose che lei o doveva restare nel Monastero delle Turchine o, se voleva uscirne, tornasse alle sue solite stanze perché egli non poteva assegnarli altr’habitatione, che quanto al casino di fuori non occorreva pensarci ».

44 Ibidem, f° 2v.

45 Ibidem, f° 3r-f° 3v.

46 Ibidem, f° 6r.

47 Ibidem, f° 5r-f° 5v.

48 Ibidem, f° 6r.

49  Histoire des femmes, cit., Volume 2, p. 113. Dans l’avant-propos du Volume 1, Georges Duby écrit à juste titre : « Vouées au silence de la reproduction maternelle et ménagère, dans l’ombre du domestique qui ne vaut ni d’être compté ni d’être raconté, les femmes ont-elles seulement une histoire ? Élément froid d’un monde immobile, elles sont l’eau stagnante quand l’homme flambe et agit... Médiocres témoins, éloignées du théâtre où s’affrontent les héros maîtres de leurs destinées, auxiliaires parfois, rarement actrices, elles sont le plus souvent sujets... ». Au sujet de témoignages féminins voir aussi : Théa Picquet, Profession courtisane, dans Les femmes écrivains en Italie au Moyen Âge et à la Renaissance, Aix-en-Provence, Publications de l’Université, 1994, pp. 119-138.

50  Monsieur Fréchet, Conservateur de la Réserve de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg, que je tiens à remercier pour sa disponibilité et sa gentillesse, m’a précisé qu’il n’y a aucun travail en cours sur ce manuscrit.

51  Suit un mot illisible.

52  Pour “ biglietti ”.

53  Écrit “sintomii”.

54  Écrit avec deux “r”.

55  Écrit “consenzo”.

56  Écrit avec un seul “c”.

57  Lecture incertaine.

58  Écrit avec un seul “p”.

59  Écrit “ trenta quattanni”.

60  Écrit avec deux “p”.

61  Lecture incertaine.

62  Lecture incertaine.

63  Écrit avec deux “p”.

64  “ ancora ” est répété.

65  Écrit avec deux “b” : “"habbitasse”.

66  Écrit avec un seul “b”.

67  Idem.

68  Pour “Nostro Signore”, vraisemblablement le Souverain Pontife.

69  Écrit : “uscr” sans le “i”.

70  Écrit avec deux “p”.

71  Écrit avec un double consonne.

72  Lecture incertaine.

73  Répétition de “ due ” : “ due Due Duchesse ”.

74  Écrit avec un seul “ v”.

75  “del” est répété involontairement.

76  Ajouté au-dessus de la ligne.

77  Écrit “trenta quattanni” comme plus haut.

78  Toujours écrit avec une double consonne.

79  Suit un mot illisible.

80  Suit un mot illisible.

81  Écrit “coscenza”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°3, Femmes italiennes, 1999.

Référence électronique

Théa Picquet, « Écrire au féminin », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 23 mars 2010, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/2591 ; DOI : 10.4000/italies.2591

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org