Navigation – Plan du site

Le féminin, forme de politesse, un accord décalé

Sophie Saffi
p. 351-366

Résumé

Pour marquer le respect, l’italien et le français optent apparemment pour des solutions différentes : dare del Lei et vouvoyer. Nous montrons qu’une unité de structure sous-jacente des systèmes des langues romanes correspond aux différences de discours observées, que ces dernières sont les conséquences superficielles des différences entre les langues au niveau de la construction du mot, et qu’elles procèdent d’une même démarche pour exprimer des concepts de personne d’adresse très proches. Nous montrons que la forme de courtoisie correspond toujours au marquage d’une distance symbolisée par un décalage, que celui-ci se situe dans la catégorie du genre, comme en italien, ou dans celle du nombre, comme en français. Nous montrons aussi que la distance est représentée, d’une part, par un décalage entre les deux personnes allocutives dans le système de la langue (it. : tu / lei ; fr. : tu / vous), reflet de la variation des liens sociaux plus ou moins intimes entre le locuteur et son allocutaire ; et d’autre part, par un décalage entre la réalité de l’allocutaire et sa représentation dans le discours (it. : Lei è molto simpaticolei = féminin et -o = masculin ; fr. : Vous êtes très cordialvous = pluriel et -al = singulier) et que la gestion de ces décalages dans les choix des accords grammaticaux n’est pas aléatoire mais obéit à une logique systématique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Les formes de politesse en italien » a été le thème de notre contribution au colloque internatio (...)

1“ Dare del Lei ” est, en italien, une marque de courtoisie, tout comme le vouvoiement en français. En face des formes de politesse1, le tutoiement établit des relations de familiarité. En effet, la communication implique un jugement porté par le sujet parlant sur la relation sociale qu’il institue entre lui et son interlocuteur. La solution pour le marquage du respect diffère au sein du groupe des langues romanes : des langues soeurs comme l’italien et le français optent apparemment pour des solutions différentes. Nous montrerons qu’une unité de structure sous-jacente des systèmes des langues romanes correspond aux différences de surface observées, et que ces dernières sont les conséquences superficielles des différences entre les langues au niveau de la construction du mot. En d’autres termes, une même démarche pour exprimer des concepts de personne d’adresse très proches, menée au sein de systèmes dont le principe de construction du mot diffère, et qui par conséquent ne proposent pas les mêmes outils, conduit à des résultats de surface qui semblent éloignés. Nous montrerons que le marquage du respect correspond toujours au marquage d’une distance symbolisée par un décalage, que celui-ci se situe dans la catégorie du genre, comme en italien, ou dans celle du nombre, comme en français. Nous montrerons aussi que la distance est représentée, d’une part, par un décalage entre les deux personnes allocutives dans le système de la langue (it : tu/lei ; fr : tu/vous), reflet de la variation des liens sociaux plus ou moins intimes entre le locuteur et son allocutaire ; et d’autre part, par un décalage entre la réalité de l’allocutaire et sa représentation dans le discours (it : Lei è molto simpaticolei = féminin et -o = masculin ; fr : Vous êtes très cordialvous = pluriel et -al = singulier) et que la gestion de ces décalages dans les choix des accords grammaticaux n’est pas aléatoire mais obéit à une logique systématique.

  • 2  L. e G. Lepschy, La lingua italiana, p. 107.
  • 3  V. Ceppellini, Dizionario grammaticale, p. 161.
  • 4  M. Dardano e P. Trifone, Lingua italiana, p. 168.

2En italien, l’emploi de la 3ème personne du singulier féminin lei correspond à la forme de politesse usuelle. L’équivalent pluriel loro utilisé dans la langue littéraire ou dans la langue parlée formelle, est considéré comme plus soutenu, et a tendance à être remplacé par voi (2ème pers. pl.) dans la conversation courante. Au singulier, l’italien possède trois pronoms pour la 3ème personne de genre féminin : lei est le plus courant, ella  est plus soutenu que lei, essa peut aussi se référer à une chose ou à un animal. Dans la forme de politesse, ella marque un discours particulièrement formel ; essa n’est jamais utilisé. Bien que lei soit un féminin, quand on s’adresse à un homme, les adjectifs ou les participes passés s’accordent au masculin : lei è sicuro di venire ? et lei, quando è arrivato ? Mais avec ella, plus formel, d’après Laura et Giulio Lepschy2, l’accord sémiologique l’emporte sur l’accord psychologique : ella è stata convocata ; pour Ceppellini3, c’est l’accord psychologique qui l’emporte : Ella, Eccellenza, è assai generoso, mais pour d’autres grammaires, l’accord est indifférent, ainsi Dardano et Trifone4 : Ella, signor presidente, è (...) ben accetta (o accetto). Au pluriel, avec loro, l’accord est masculin si l’on s’adresse à des hommes (loro sono invitati ad uscire), et féminin si l’on s’adresse à des femmes (loro sono invitate).

  • 5  L. e G. Lepschy, La lingua italiana, p. 107.
  • 6  L. Renzi e P. Salvi, Grande grammatica italiana di consultazione, p. 234.
  • 7  L. e G. Lepschy, La lingua italiana, p. 107.

3Au singulier, en particulier dans le sud, le voi est un autre concurrent du lei. Dans ce cas, le verbe s’accorde au pluriel mais les participes et les adjectifs s’accordent avec le nombre et le genre naturels de l’interpellé : voi non siete stato invitato (Lepschy5), voi non sarete ammessa, signorina Mion (Renzi et Salvi6). Si l’on s’adresse à plusieurs personnes, l’accord se fait toujours au pluriel : voi non siete stati invitati. Le degré de formalité relatif à l’emploi de lei ou de voi, au singulier, varie selon les régions d’Italie ; mais l’emploi de voi tend à disparaître et Laura et Giulio Lepschy7 conseillent aux étrangers de se limiter à l’emploi du lei pour la courtoisie. Notre objectif est d’entreprendre une approche psychomécanique de la résolution en italien et en français du marquage de la distance lié à l’emploi des formes de politesse. Nous n’envisageons pas ici une approche socio-linguistique pour laquelle nous renvoyons le lecteur aux trois volumes des Interactions verbales de C. Kerbrat-Orecchioni. Par conséquent, nous ne nous arrêterons pas sur la période fasciste au cours de laquelle l’emploi du voi était imposé, et à la suite de laquelle l’usage du lei connut un certain enthousiasme. Nous passons également rapidement sur l’emploi de voi dans la langue commerciale, car l’idée plurielle, l’idée de groupe, est très présente dans la correspondance commerciale : les interlocuteurs représentent leur entreprise, un organisme, ou tout autre entité plurielle.

  • 8  C. Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales, tome 3, pp. 127-128.

4On note des variations dans la langue soutenue ou littéraire ; mais, dans la conversation courante, la situation peut se résumer ainsi : au pluriel, en français comme en italien, on n’emploie généralement pas de pronom spécifique pour marquer la distance associée au respect et à la politesse. Mais, au singulier, en français, on choisit de passer à la 2ème personne du pluriel, et, en italien, à la 3ème personne du singulier. Ces deux langues romanes procèdent différemment et leurs choix reflètent la double possibilité de résolution du marquage de la distance avec l’interlocuteur, qui est universelle d’après C. Kerbrat-Orecchioni8 :

si les modalités du “vouvoiement” (c’est-à-dire les moyens d’exprimer à la fois (une) certaine distance et (une) certaine déférence vis-à-vis de son interlocuteur) sont en apparence très variables d’une société à l’autre, elles se ramènent toutes en réalité aux deux procédés fondamentaux suivants : pluralisation du “tu”, et/ou recours à la troisième personne, ces deux procédés ayant pour effet commun d’estomper ce que la relation interlocutive peut avoir de trop brutal, lorsqu’elle s’exprime au moyen de la deuxième personne du singulier...

5Et elle souligne que :

cet exemple illustrant à merveille l’idée générale selon laquelle, sous les infinies variations qui affleurent à la surface des énoncés, se cache en fait une logique profonde,  et commune.

6Apparemment, il faudrait choisir entre les catégories de nombre et de genre. Comment le choix de l’une ou de l’autre est-il motivé ? Y-a-t-il véritablement un choix à effectuer ?

  • 9  M. Regula et J. Jernej, Grammatica italiana descrittiva, p. 132, note 2.
  • 10  M. Dardano e P. Trifone, Lingua italiana, p. 167.
  • 11  S. Battaglia e V. Pernicone, La grammatica italiana, p. 254.
  • 12  J. Brunet, Grammaire critique de l’italien, tome 9, p. 12. J. Brunet propose un corpus de 230 séqu (...)

7La troisième personne pose essentiellement le problème du genre lié à l’origine de cet usage. Les premiers emplois de pronoms de 3ème personne du singulier en Italie datent du XVème siècle pour M. Regula et J. Jernej9, du XVIe pour M. Dardano et P. Trifone10, ou du XVIIe pour S. Battaglia et V. Pernicone11. Mais tous y voient une importation espagnole. Il existe effectivement un parallèle entre l’évolution des deux systèmes : it. Vostra Signoria > ella ou lei + verbe 3ème pers. ; esp. Vuestra Merced > usted + verbe 3ème pers. J. Brunet12 date l’usage de la 3ème personne du XVème et XVIème siècle mais réfute la thèse de la paternité espagnole de lei et loro. Selon elle, le rôle de l’Espagne s’est limité à rendre irréversible l’emploi de pronoms de 3ème personne apparu dès le XIIème siècle pour relayer les formules de courtoisie Signoria, Eccellenza, etc., pronoms féminins de par cette origine.

  • 13  M. Grévisse, Le bon usage, 631 b et c.
  • 14  L’emploi du nous de majesté remonte à l’époque des empereurs romains qui, à partir de Gordien III, (...)

8La situation en français décrite par Grévisse13 va dans le même sens : au XVIIème siècle, l’influence de la cour fait prévaloir le vous de politesse, corollaire du nous de majesté14. Ainsi pour s’adresser à des personnes de haut rang, on utilise des périphrases (possessif 2e pers. pl. + nom) qui, lorsqu’elles sont sujets, impliquent un verbe à la 3ème personne. Cependant, il n’y a pas de prééminence d’une personne pour les pronoms personnels ou les possessifs qui, dans la suite du texte, concernent les personnes d’abord désignées par ces périphrases. Grévisse illustre son propos d’exemples du XIXème : VOTRE MAJESTÉ [...], non seulement est faible réellement, sur certains points, mais, sur d’autres, ELLE est obligée de feindre la faiblesse (H. Montherlant., Reine morte, II, 1). Il ne tiendrait qu’à VOTRE ALTESSE ROYALE de s’environner d’hommes en rapport avec les idées et les sentiments de la France. VOTRE petite cour servirait de contrepoids dans l’opinion (F. Chateaubriand., Mémoires d’outre-tombe, IV, X, 6). J’ai le regret d’annoncer à VOTRE MAJESTE que SON voyage s’arrête ici [..] Les moindres détails de l’expédition étaient connus du préfet : VOUS deviez vous embarquer à Marseille [..] (A. Daudet, Rois en exil, p. 396).

9Ainsi, à partir des termes d’adresse honorifiques féminins, la 3ème personne de genre féminin semble s’être imposée comme personne de politesse en italien ; alors qu’en français, malgré l’emploi de la 3ème personne par les domestiques et les serveurs (Monsieur désire ? Madame est servie), la 2ème personne du pluriel s’est maintenue et a remplacé la 3ème personne verbale. Ces deux langues soeurs ont-elles réellement bifurqué ?

  • 15  G. Guillaume, Leçons 1943-1944A, p. 88 ; et Leçons 1945-1946 A, pp. 204-205.

10L’italien fait de son interlocuteur une personne délocutive, de qui l’on parle ; le français fait de son interlocuteur une personne double ou complexe dans laquelle la personne délocutive est associée à la personne allocutive. Vous englobe toi et lui : ce n’est pas uniquement la multiplication d’un toi ; c’est toi, toi, toi, et finalement, pour conclure, lui. Les personnes doubles sont des personnes qui intéressent un rang choisi et le rang suivant15.

11Ainsi, l’alternative entre la 3ème personne du singulier et la 2ème personne du pluriel, en italien (voi, lei) comme en français, ne repose pas sur un choix dans la catégorie du nombre. L’alternance entre un pluriel et un singulier est une conséquence de surface d’un mécanisme sous-jacent dont le but, ne l’oublions pas, est de marquer la distance. Or, on observe dans les deux cas un décalage entre la réalité de l’interlocuteur et la personne sémiologique choisie pour le représenter. Cet écart symboliserait la distance.

12Mais la question reste entière : pourquoi les deux langues considérées ne choisissent-elles pas le même type de décalage entre la personne psychique (l’interlocuteur) et la personne sémiologique (sa représentation dans le discours) ? Et pourquoi l’italien utilise-t-il la 3ème personne au féminin et non au masculin ?

13Pour répondre à ces questions, il nous faut revenir à ce qui motive cette recherche d’un décalage : c’est le marquage d’une distance entre le locuteur et l’interlocuteur. Puisqu’il s’agit de distance, il faut songer à l’espace dans lequel se détermine cette distance, d’un point à un autre, et au mouvement qui psychiquement peut parcourir cette distance et ainsi la matérialiser.

  • 16  G. Guillaume, Leçons 1938-1939, pp. 88-89.

14Si des notions comme le lieu et l’animation interviennent, alors la question du genre occupe une place centrale. En effet, à l’origine du genre, il y a la distinction entre deux modes d’animation ; et sous l’idée d’animation, la discrimination du lieu extérieur et du lieu intérieur16.

  • 17  G. Guillaume, op. cit., pp. 114-115.

15Voyons d’abord le lien entre le genre et l’animation. Le monde est un espace immobile. Les choses qu’on y met sont mobiles et partielles et il existe trois sortes de mobilité : premièrement, la mobilité de source externe, celle de l’objet inanimé qu’on déplace, et que l’on associe au neutre ; deuxièmement, la mobilité de source interne mais opérant à l’extérieur par déplacement et que l’on associe au masculin ; et troisièmement, la mobilité de source interne opérant à l’intérieur sans volition, le mouvement vital associé au féminin17. Une langue comme le français résout le mécanisme du genre dans un système à trois entrées : tout d’abord, le genre vrai où le masculin et le féminin alternent dans une représentation bi-polaire (masc./fém. = l’homme / la femme ) ; deuxièmement, le genre synthétique ou semi-fictif dans lequel le masculin et le féminin s’éclipsent mutuellement (masc. = le rat , solution pour le fém. la femelle du rat ; ou fém. = la souris, solution pour le masc. la souris mâle) ; et troisièmement, le genre fictif qui suffit en français à exprimer le neutre (masc. = le fauteuil ou fém. = la chaise).

  • 18  G. Guillaume, op. cit., pp. 65-67.

16Le français a un système de trois genres : le masculin, le féminin, et le neutre rendu par le masculin et le féminin fictifs. Mais il n’a sémiologiquement que deux genres, le genre neutre ne constituant pas un genre vrai. Les langues où le neutre existe, sont des langues où, en face du genre vrai masculin/féminin, prolongé ou non en genre fictif, se constitue un genre vrai plus large : animé/inanimé18. En voici une illustration latine :

17Il existe une déclinaison latine à terminaison féminine en -a, et une déclinaison à terminaison masculine en -us. La déclinaison féminine accueille des noms qui ont le genre féminin vrai (femina “ femelle ”, sponsa, “ fiancé ”, ancilla “ servante ”), et des noms qui ont le genre féminin fictif (mensa “ table ”, schola “ école ”). Si tous les noms compris dans cette déclinaison devaient avoir le genre sémiologique dénoté par la terminaison -a, ils devraient tous être des féminins vrais ou des féminins fictifs ; et un mot comme nauta “ marin ”, qui s’applique à un homme, ne pouvant être un féminin vrai, serait automatiquement classé comme féminin fictif. Comme cette classification est psychologiquement inadmissible, le mot, incapable d’accepter le féminin fictif, revient au genre vrai qui est pour lui le masculin. On voit dans cet exemple latin que lorsqu’il y a conflit entre le genre sémiologique et le genre psychique, ce conflit se résout à l’avantage du genre psychique. Tout comme dans nos langues romanes, lorsqu’il y a conflit entre le genre de la personne sémiologique et le genre de la personne psychique. Nous reviendrons sur ce point plus avant, quand nous parlerons des problèmes d’accord du participe en italien.

18Voici un autre exemple :
Les noms d’arbres en -us font partie d’une déclinaison orientée par sa terminaison vers le masculin. Cette déclinaison accueille des masculins vrais (dominus “ maître ”, servus “ esclave ”, gallus “ coq ”), et des masculins fictifs (hortus “ jardin ”, murus “ mur de maison ”). Un nom tel que populus “ peuplier ” ne peut pas faire partie du masculin vrai, car ce genre est réservé aux êtres du règne animal. Le genre masculin vrai est à écarter. Or, certains arbres faisaient l’objet d’un culte : tout en se différenciant de ceux qui ont la vie animale, leur beauté, leur majesté et leur puissance en faisaient des êtres animés. Le masculin fictif, équivalent pratique du neutre est donc aussi à écarter. La solution retenue est d’en faire des féminins dans la déclinaison masculine (masculin vrai = vie animale / masculin fictif = neutre / féminin fictif = opposition à la vie animale). Ici aussi, c’est le genre psychique qui l’emporte. Ainsi, dès le latin, le genre est utilisé pour marquer la distance due par respect. Un décalage au sein de cette catégorie permet de la concrétiser d’autant mieux que la conception du genre est intrinsèquement liée à la conception de l’espace.

19Voyons à présent le lien entre le genre et le lieu.

  • 19  G. Guillaume, Le problème de l’article, p. 291.

En soi l’idée de lieu offre à la pensée deux aspect : lieu intérieur, lieu extérieur. L’opposition de l’un à l’autre étant catégorique, la langue avait à se poser le problème de leur répartition [...]. Il (l’esprit du locuteur) fut ainsi amené à greffer les deux concepts locatifs sur l’opposition mécanique du masculin et du féminin.19

20L’idée d’intériorité est liée au genre féminin et ceci est particulièrement visible en italien dans l’emploi de la terminaison en -a aussi bien pour le féminin singulier, que pour le pluriel interne (il muro “ le mur ”, i muri “ les murs ” le mura “ la muraille, l’enceinte ou les remparts, les fortifications ”). En français, les contenances sont toujours des mots féminins fabriqués à partir de noms féminins d’objets auxquels on ajoute le suffixe -ée (une pelle -> une pelletée de sable, une cuillère -> une cuillerée de soupe). Si le contenant est un mot masculin, on ne pourra pas envisager son intériorité. En général, pour exprimer sa contenance, on conserve le nom du contenant, l’aspect extérieur (un seau -> un seau d’eau, un tonneau -> un tonneau de vin). Aujourd’hui, la plupart des anciennes dérivations décrivant la contenance d’un contenant masculin ont disparu, mais certaines persistent : un bol -> une bolée, un pot -> une potée. Ces mots n’expriment plus la contenance dans le système actuel du français, mais le contenu : la potée est une préparation culinaire à base de chou, elle peut être servie dans un plat ou une assiette et toujours s’appeler une potée ; de même, la bolée est un terme spécialisé pour un contenu précis, on boit une bolée de cidre mais un bol de café. La contenance qui est une vision intérieure n’est possible qu’à partir d’un contenant féminin envisageable de l’extérieur comme de l’intérieur. Avec un contenant masculin qui ne peut s’appréhender que de l’extérieur, l’image du contenant ou du contenu se substitue à celle de la contenance. On a schématiquement :

21              intérieur          extérieur
I--------------->I--------------->  conception de l’espace
             féminin           masculin
I--------------->I--------------->  conception du genre
             inanimé          animé
I--------------->I--------------->  conception du mouvement

22L’orientation représente le temps opératif. La conception du genre est orientée du féminin vers le masculin. Pour concevoir le masculin, il faut avoir préalablement envisagé le féminin. Le masculin correspond à l’aboutissement du mouvement de pensée sur lequel s’appuie notre conception du genre. Par conséquent, le féminin contient en puissance le masculin ; il est la première étape qui conduit à la réalisation du masculin ; le masculin garde en lui le souvenir de l’étape précédente : quand le masculin apparaît, le féminin est dépassé et ne réapparaîtra plus (d’où le masculin pluriel). Pour le problème qui nous intéresse, nous avons ici un début de réponse à la question du choix du féminin plutôt que du masculin pour la personne de politesse italienne. En effet, si l’on s’adresse à une femme, on interrompt le déroulement du temps opératif au stade féminin ; si l’on s’adresse à un homme, on a la possibilité de laisser le temps opératif aboutir.

23Parmi les personnes verbales, seule la 3ème personne offre une dichotomie de genre : lei / lui pour féminin/masculin. C’est donc le rang qui s’impose à l’italien quand ce dernier veut marquer la distance par rapport à son interlocuteur : il obtient ainsi un décalage entre la personne sémiologique (3ème rang) et la personne psychique (2ème rang) ; et ce décalage se fonde sur la catégorie de genre féminin qui, de par sa position de premier parcours sur le temps opératif, contient en elle les différentes possibilités de genre. Avec Lei tous les accords sont envisageables pour le participe, féminin et masculin.

24Puisque cette solution semble parfaite, pourquoi le français lui a-t-il préféré la personne double de 2ème rang (2ème personne du pluriel) ?

25La réponse est à chercher dans la construction du mot. Le mouvement évolutif de la construction du mot, du latin aux langues romanes, est une progressive antéposition des informations morphologiques sur des particules indépendantes (déterminants et prépositions dans le domaine nominal, pronoms dans le domaine verbal) et proportionnellement, un amenuisement puis une disparition de la morphologie de mot (déclinaisons et conjugaisons).

26Dans le plan verbal italien, contrairement à la situation française, il n’y a pas d’unité de cas et, comme en latin, le verbe réunit en lui deux possibilités de fonction différentes : la fonction prédicat, Pietro viene, et la fonction sujet, Viene. L’information de personne est comprise dans le verbe, qui ne nécessite pas de pronom pour entrer dans le discours (it. canto, canti, canta / fr. je chante, tu chantes, il chante). En effet, la saisie lexicale italienne a une position intermédiaire entre les positions des saisies lexicales latine et française :

27                                     latin            italien              français
saisie phrastique                P                P                      P
                                    :                 :   construction    :
saisie lexicale                    L                :   de  discours      :
                                    :                 L                      :
                                    :                 :    construction   L
                                    :                 :       de langue       :
saisie radicale                   R                R                      R

  • 20  G. Guillaume, Leçons 1943-1944A, p. 106.

28Sur le mouvement orienté de l’évolution des langues, le système italien est un des résultats de la réorganisation du système latin, il lui succède donc. Cependant, il précède le système français dans lequel le mouvement d’antéposition de la morphologie est plus abouti. Par exemple, jadis, l’adjectif impliquait psychologiquement une personne de rapport et le verbe une personne de support ; mais aujourd’hui, adjectif et verbe impliquent une personne de rapport, avec cette différence que le rang de la personne est fixe dans le cas de l’adjectif et variable dans le cas du verbe20.

29Rappelons ce que l’on entend par personne de support et personne de rapport :
Chaque sémantème représente dans la langue un apport de signification, celui-ci doit se trouver un support pour prendre position dans le discours. Il peut trouver ce support sans sortir de ce qu’il signifie ou bien en sortant de ce qu’il signifie. Dans le premier cas, l’incidence est interne (substantif) ; dans le second, elle est externe (verbe, adjectif). Mais quand le verbe se rapporte à un substantif, on est face à une contradiction : il a deux supports. L’un des supports est de trop. Pour résoudre cette contradiction, il existe plusieurs solutions : celle du turc par exemple, où le verbe perd sa désinence personnelle à la 3ème pers. ; mais les langues romanes ont opté pour une autre solution : le verbe français a toujours une désinence personnelle de troisième personne même lorsqu’il s’applique à un substantif ; mais cette désinence personnelle ne représente plus alors une personne de support, seulement une personne de rapport, c’est-à-dire une personne d’accord qui fait du verbe un prédicat puisqu’elle prévoit pour lui l’obligation de s’accorder avec un sujet.

30L’extériorité de la personne de support est psychique en latin, et pas sémiologique, puisque la personne est comprise dans le verbe (venit) ; en italien, la personne est encore comprise dans le verbe (viene) ; en français, l’extériorité est à la fois psychique et sémiologique (il vient). En latin et en italien, la personne verbale est bien le lieu de prédilection pour réaliser un décalage marquant la distance : premièrement, le parcours est connu du locuteur puisqu’il y a un décalage entre la réalisation sémiologique et la réalité psychique de la personne de support ; deuxièmement ce décalage est orienté de l’intérieur vers l’extérieur (la personne de support est sémiologiquement interne ; mais psychiquement elle est conçue à l’extérieur du verbe). Quoi de mieux pour concrétiser une distance que de franchir un seuil ?

31Mais en français, la personne de support est extérieure du point de vue psychique comme du point de vue sémiologique, ces arguments sont donc caducs. Pour marquer la distance, le seul décalage que se permet le français est de passer à une personne double. Or, ces personnes sont celles où la forme verbale semble le mieux résister au mouvement évolutif de disparition de la morphologie de mot.

32Alors que le français égalise les désinences des personnes simples (je, tu, il) dans un grand nombre de temps (présents et imparfaits) et utilise des particules antéposées obligatoires pour véhiculer l’information de personne, l’italien égalise les trois personnes simples uniquement au présent du subjonctif, et bien qu’il possède des pronoms sujets, il en fait un usage parcimonieux et en aucun cas obligatoire.

33Aussi bien en français qu’en italien, l’égalisation ne touche pas de la même façon les personnes simples et doubles. Quand il y a égalisation des désinences entre les personnes simples d’une même conjugaison, il y a dans le même temps, une égalisation de la désinence d’une même personne double sur l’ensemble des types de conjugaison. Le mouvement simplificateur n’est pas refusé par les personnes doubles, mais il se traduit différemment. L’information la plus importante n’est plus l’appartenance à un type de conjugaison, mais c’est bien l’information de personne qui, à cause de sa complexité (les personnes doubles sont hétérogènes), doit être soulignée.

34Ex : présent du subjonctif en italien et en français

(italien)

1er groupe

2ème groupe

3ème groupe

io, tu, lei

canti

tema

serva

noi

cantiamo

temiamo

serviamo

voi

cantiate

temiate

serviate

loro

cantino

temano

servano

(français)

que je, tu, il, ils

chante (s, nt)

finisse (s,nt)

rende (s, nt)

que nous

chantions

finissions

rendions

que vous

chantiez

finissiez

rendiez

  • 21  A. Rocchetti, Sens et forme, p. 440.

35Autre exemple :
Le radical du verbe andare possède deux formes : and- pour la 1e et la 2e personnes du pluriel, va- pour les autres personnes des différents présents (indicatif, subjonctif, impératif). La forme and- concerne aussi les passés, les futurs, les participes. A. Rocchetti21 souligne que cette affinité qui se marque par un même radical and- dans le verbe andare, apparaît dans tous les autres verbes sous forme d’une désinence accentuée. On pourrait, à quelques variantes près, faire la même remarque pour le français (je vais, tu vas , il va, ils vont mais nous allons, vous allez). De par l’information que portent les personnes doubles, elles doivent garder un caractère spécifique, original par rapport aux autres personnes. Elles ne se plient pas aux simplifications internes d’un type de conjugaison ou aux simplifications de radical d’un verbe. Pour ne pas être isolées dans leur particularité, les personnes doubles n’opposent aucune résistance aux simplifications couvrant plusieurs conjugaisons, plusieurs verbes, mais restant à l’intérieur d’une même personne.

36Ainsi, pour rendre compte de la distance, le français comme l’italien matérialise un décalage entre la personne psychique et la personne sémiologique. Le français n’a pas énormément de choix, les seules personnes qui le lui permettent sont les personnes doubles dont la forme autorise la réunion sémiologique dans le verbe de la personne de rapport et de la personne de support ; et il les utilise toutes les deux : vous, pour la politesse envers l’interlocuteur, et nous, de modestie.

37Ce qui apparemment ressemble à un choix entre pluriel et féminin pour répondre au marquage de la distance, correspond de manière sous-jacente à un même type de réponse : la recherche du décalage. L’illustration latine est un décalage dans la catégorie du genre ; en italien, on a un décalage entre la personne allocutive et la personne délocutive ; en français, un décalage entre personne simple allocutive et personne double (allocutive et délocutive). Le décalage se réalise différemment car les systèmes ne construisent pas leurs mots de la même manière. La saisie lexicale intermédiaire de l’italien et celle tardive du latin, font que la morphologie de mot est importante, elle est le lieu privilégié pour réaliser un décalage au sein d’une catégorie, le genre dans le cas qui nous intéresse. La saisie lexicale précoce du français fait que la morphologie de mot disparaît, les personnes doubles sont les derniers lieux de résistance, le français ne peut utiliser que ces personnes. D’où un apparent passage du genre au nombre, alors que nous sommes toujours dans une recherche de décalage.

  • 22 J. Brunet, Grammaire critique de l’italien, tome 9, p. 32.
  • 23 J. Brunet fait une remarque sur le nombre insuffisant d’exemples pour que les chiffres soient signi (...)

38En guise de conclusion, nous allons aborder un point particulier qui pose souvent problème : l’accord en italien des participes et des adjectifs avec le pronom complément la. J. Brunet note un “ Silence sépulcral des grammaires consultées ”22. Elle-même distingue deux cas : celui où la perd sa voyelle (parce qu’il se trouve devant une autre voyelle ou devant h : ho, hai, etc.), et celui où il la conserve. Quand le pronom s’élide, l’accord du participe passé avec le pronom féminin renvoyant à un homme l’emporte assez nettement dans les exemples23 : 10 cas contre 6 où le participe passé reste au masculin. Lorsque le pronom conserve sa voyelle finale, le féminin ne l’emporte plus : 3 exemples seulement contre 4 au masculin.

39J. Brunet souligne (ibid., p 33) que l’un des auteurs de plusieurs exemples pratique le non-accord lorsque le pronom est élidé, l’accord et le non-accord lorsque le pronom conserve sa forme intacte.

40Ainsi, lorsque le pronom conserve sa marque morphologique, le choix entre le genre psychologique et le genre sémiologique de la personne est ouvert. Mais quand le pronom perd sa désinence, l’information morphologique est donnée par la désinence du participe et l’accord se fait avec le genre sémiologique.

  • 24 L. Renzi e P. Salvi, Grande grammatica italiana di consultazione, p. 234.

41Renzi et Salvi24 considèrent que l’accord est normalement féminin (L’ho vista ieri alla fermata dell’autobus, caro Aversa, ma Lei non mi ha visto), mais que l’on peut avoir aussi l’accord avec le genre naturel et ils citent G. Tomasi di Lampedusa : Ma mi scusi, Chevalley... la ho probabilmente infastidito (Il Gattopardo, Milano, 1971, p. 123). Ils précisent qu’un complément prédicatif de l’objet peut être accordé au féminin ou, plus normalement, avec le genre naturel de l’interpellé (La credevo sposata/sposato, caro Rossi.). Et qu’il peut aussi y avoir désaccord entre la désinence du participe et celle du complément prédicatif (L’ho vista scontento, caro signor Vidossi.).

42Les trois premiers exemples nous ramènent à l’élision du pronom. Le quatrième aussi. Le désaccord souligné par les grammairiens est la conséquence de l’élision qui oblige le participe à s’accorder sémiologiquement, une fois l’information morphologique donnée dans la désinence du participe, le choix de l’accord est ouvert pour l’adjectif qui suit.

43Un questionnaire (22 phrases à traduire) proposé à une dizaine de personnes semble confirmer cette hypothèse. Mais nous n’avons pas assez de résultats pour être affirmative. Nous sommes confrontée au problème de trouver un corpus ciblé, des avis clairs et précis dans les grammaires descriptives, surtout en ce qui concerne l’accord des participes. Il n’existe pas de cartes illustrant ce point dans les atlas linguistiques de l’Italie. Tout comme nous manquons d’informations précises sur la distribution du voi et du lei. Une carte des régions où le voi l’emporte sur le lei, permettrait l’étude des emplois du voi de politesse en italien. Cependant, le travail d’approche théorique que nous venons d’effectuer afin de formuler une hypothèse systématique pourra, nous l’espérons, servir de point de départ à l’élaboration d’une enquête de terrain dont les résultats, en confirmant, infirmant, ouvrant de nouvelles perspectives explicatives, nous permettront de progresser dans notre compréhension des mécanismes de fonctionnement de la personne au sein des langues romanes.

Haut de page

Bibliographie

BATTAGLIA S. et PERNICONE V., La grammatica italiana, Torino, Loescher, 1960.
BRUNET Jacqueline, Grammaire critique de l’italien, tome 9, St Denis, P.U. Vincennes Paris VIII, 1987.
CEPPELLINI Vincenzo, Dizionario grammaticale, Ist. Geog. De Agostini, 1978.
COSTE J. et BAQUE M., Grammaire de l’espagnol moderne, Paris, Sedes, 1993.
DARDANO Maurizio et TRIFONE Pietro, Lingua italiana, Bologna, Zanichelli, 1985.
DELOFFRE Frédéric et HELLEGOUARC’H Jacqueline, Eléments de linguistique française, Paris, Sedes, 1983, nvelle ed.
GRÉVISSE Maurice, Le bon usage, 13ème ed. refondue par André Goosse, Paris, Duculot, 1993.
GUILLAUME Gustave, Leçons de linguistique 1945-1946 A, publiées par Roch Valin, P.U. Lille, P.U. Laval-Québec, 1987.
GUILLAUME Gustave, Leçons de linguistique 1943-44 A, publiées par Roch Valin, P.U. Lille, P.U. Laval-Québec, 1990.
GUILLAUME Gustave, Leçons de linguistique 1938-1939, publiées par Roch Valin, P.U. Lille, P.U. Laval-Québec, 1992.
KERBRAT-ORECCHIONI Catherine, Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, 1994, 3 tomes.
LEPSCHY Laura et LEPSCHY Giulio, La lingua italiana, Milano, Bompiani, 1994, nuova ed.
MEYER LUEBKE W., Grammatica storica della lingua italiana e dei dialetti toscani, Torino, Loescher, 1967.
PENNY Ralph, Gramàtica històrica del español, Barcelona, Ed. Ariel, 1993.
REGULA M. et JERNEJ J., Grammatica italiana descrittiva, Berne, A. Francke, 1965.
RENZI Lorenzo et SALVI Giampaolo, Grande grammatica italiana di consultazione, Bologna, Il Mulino, 1989.
ROCCHETTI Alvaro, Sens et forme en linguistique italienne : études psycho-systématiques dans la perspective romane, Thèse de doctorat d’état, Paris III Sorbonne Nouvelle, 1982.
ROHLFS Gerhard, Grammatica storica della lingua italiana e dei suoi dialetti, tome 2 : Morfologia, Torino, Einaudi, 1966-1969.
RUSU Valériu, Le roumain, Paris, Ophrys, 1992.

Haut de page

Notes

1  « Les formes de politesse en italien » a été le thème de notre contribution au colloque international « Les Aventures de la Romania » organisé par les professeurs J.C. Bouvier et V. Rusu à Aix-en-Provence en mai 1998.

2  L. e G. Lepschy, La lingua italiana, p. 107.

3  V. Ceppellini, Dizionario grammaticale, p. 161.

4  M. Dardano e P. Trifone, Lingua italiana, p. 168.

5  L. e G. Lepschy, La lingua italiana, p. 107.

6  L. Renzi e P. Salvi, Grande grammatica italiana di consultazione, p. 234.

7  L. e G. Lepschy, La lingua italiana, p. 107.

8  C. Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales, tome 3, pp. 127-128.

9  M. Regula et J. Jernej, Grammatica italiana descrittiva, p. 132, note 2.

10  M. Dardano e P. Trifone, Lingua italiana, p. 167.

11  S. Battaglia e V. Pernicone, La grammatica italiana, p. 254.

12  J. Brunet, Grammaire critique de l’italien, tome 9, p. 12. J. Brunet propose un corpus de 230 séquences pour les emplois de la 3ème personne de politesse en italien.

13  M. Grévisse, Le bon usage, 631 b et c.

14  L’emploi du nous de majesté remonte à l’époque des empereurs romains qui, à partir de Gordien III, disent nos en parlant d’eux-mêmes. Pour Grévisse, le vouvoiement apparaît déjà en latin chez Ovide (631, b - pas d’exemple cité).

15  G. Guillaume, Leçons 1943-1944A, p. 88 ; et Leçons 1945-1946 A, pp. 204-205.

16  G. Guillaume, Leçons 1938-1939, pp. 88-89.

17  G. Guillaume, op. cit., pp. 114-115.

18  G. Guillaume, op. cit., pp. 65-67.

19  G. Guillaume, Le problème de l’article, p. 291.

20  G. Guillaume, Leçons 1943-1944A, p. 106.

21  A. Rocchetti, Sens et forme, p. 440.

22 J. Brunet, Grammaire critique de l’italien, tome 9, p. 32.

23 J. Brunet fait une remarque sur le nombre insuffisant d’exemples pour que les chiffres soient significatifs, mais faute d’enquête, c’est le seul matériel à notre disposition.

24 L. Renzi e P. Salvi, Grande grammatica italiana di consultazione, p. 234.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°3, Femmes italiennes, 1999.

Référence électronique

Sophie Saffi, « Le féminin, forme de politesse, un accord décalé », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 23 mars 2010, consulté le 30 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2598 ; DOI : 10.4000/italies.2598

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org