Navigation – Plan du site

Présentation

Yannick Gouchan
p. 5-12

Texte intégral

  • 1  Rappelons que la revue parisienne Po&sie a proposé deux numéros sur la poésie italienne de 1975 à (...)

1Le treizième numéro d’Italies propose à ses lecteurs, pour la première fois, un volume entièrement consacré à la poésie italienne contemporaine. L’ambition affichée de ce numéro est de contribuer au développement de la réception critique et de la traduction de la poésie italienne récente en France. Les deux dernières décennies ont ainsi été privilégiées pour présenter la génération des années 1990 et 2000, entre les deux siècles. Italies voudrait offrir un panorama critique et plusieurs traductions de poètes italiens qui ont déjà commencé à passer la frontière des Alpes mais aussi de ceux qui restent encore peu connus en France, et donc inédits dans notre langue. Les chercheurs et traducteurs qui ont collaboré à ce volume proposent un regard totalement nouveau sur les voix de la poésie italienne d’aujourd’hui1.

2Nous avons souhaité intituler Italies 13 Poeti d’oggi/Poètes italiens d’aujourd’hui. La lecture des vingt-deux articles de critique qui composent ce numéro permettra, nous l’espérons, de dégager plusieurs remarques qui peuvent constituer un premier bilan pour dresser un constat de certaines tendances de fond de la production poétique italienne au seuil du XXIème siècle. Par exemple, le lecteur s’apercevra de l’importance accordée aux poétesses, non par souci de discrimination positive, loin s’en faut, mais tout simplement parce que l’écriture poétique s’est considérablement féminisée aujourd’hui. Poeti d’oggi accueille dans ses pages des essais sur Enrica Salvaneschi, Elisa Biagini, Laura Pugno, Elisa Daviglio, Giovanna Marmo, Sara Ventroni, Mariangela Gualtieri, Rosaria Lo Russo, etc. Les auteurs des essais ont souvent accompagné leurs travaux de traductions inédites en français, et nous formons l’espoir que les pages de Poeti d’oggi trouveront un écho non seulement auprès des italianisants mais aussi auprès des poéticiens en général.

  • 2  Le rapport complexe entre le vers et la prose (narrative ou dramatique) depuis Baudelaire jusqu’à (...)

3Une deuxième remarque importante se dégage au fil de la lecture de ces poètes d’aujourd’hui, la pluralité des thèmes et des modes d’expression, qui va de pair avec l’éclatement de toute notion de classement ou de catégorie. Ainsi, aux côtés du plurilinguisme qui caractérise une bonne part de l’expression poétique actuelle, le calcul métrique des vers établit un dialogue avec la fluidité ininterrompue de la prose pour des résultats surprenants, ou encore la poésie semble de plus en plus se mêler aux expressions artistiques multiples (peinture, photographie, théâtre, etc.)2. Il est toutefois important de rappeler qu’au sein de cet éclatement des catégories le rapport à la tradition poétique nationale reste très fort. Le lecteur retrouvera souvent Dante, Leopardi, Montale ou, plus près de nous, Magrelli, Valduga, Raboni, Cattafi, de manière explicite ou voilée, pour ne citer que quelques exemples.

4Les grands thèmes qui semblent inspirer les poètes italiens d’aujourd’hui présents dans ce volume sont liés à l’analyse du rapport qu’ils entretiennent avec le corps et l’espace. En effet, l’écriture se penche sur l’organisme vivant, son identité, sa place dans le monde, sa capacité de résistance ou son aptitude au combat dans une société et une culture saturées de repères souvent confus. Depuis la vision poétique des agressions contre l’environnement jusqu’à l’évocation physiologique de l’être humain, la production italienne actuelle inscrit aussi dans ses lignes de nombreuses problématiques de notre temps.

5Une autre particularité de la poésie d’aujourd’hui que le volume voudrait mettre en évidence réside dans l’élaboration de nouveaux moyens de transmission et de diffusion du discours. S’il paraît évident que les nouvelles technologies, comme Internet, ont permis de décupler la diffusion de textes et de susciter des échanges directs entre auteurs et lecteurs, n’oublions pas que les nombreux festivals, spectacles et performances en tout genre sont autant d’occasions de rappeler que la poésie reste, avant tout, une affaire d’oralité. La poésie italienne d’aujourd’hui se lit dans des recueils édités ou dans des anthologies périodiques, certes, mais elle s’affirme de plus en plus par le biais des blogs, revues électroniques et autres moyens de communication qui se passent du papier. Si l’écriture poétique italienne a désormais conquis de nouveaux moyens de diffusion (et donc un public sans doute plus large, même si les lecteurs de poésie n’ont jamais eu l’ambition de rivaliser avec la masse considérable des lecteurs de romans), elle commence aussi à s’ouvrir, dans le cadre de la mondialisation de la littérature, à des identités nouvelles. Le volume d’Italies propose par exemple un essai sur un poète d’origine albanaise en langue italienne et un regard socio-poétique sur les poètes issus de l’immigration.

6Vitalité de l’écriture, richesse des contenus, pluralité de la diffusion. Tels sont les constats provisoires que l’on peut dresser au tournant du millénaire poétique italien. Le poète se place plus que jamais comme un « résonateur » de son temps, il veut être tout simplement une voix qui parle de et dans notre monde. Dire l’Italie d’aujourd’hui par la poésie signifie faire acte de résistance en allant jusqu’au bout et au delà des conventions du langage, chercher courageusement des points de rupture, établir une communication avec l’autre, ce qui d’ailleurs n’exclut pas de procéder à une descente au fond de soi.

  • 3  A. Fo, Il cieco e la luna. Un’idea della poesia, Arezzo, Edizioni degli Amici, 2003.

7Les auteurs qui ont collaboré à Poeti d’oggi sont des spécialistes de poésie, des chercheurs, des traducteurs et des poètes. L’exigence d’une pluralité des angles de lecture et des choix de traduction, afin d’éviter une vision un peu trop institutionnelle et figée de la production poétique italienne, a rendu souhaitable l’intervention d’écrivains et d’opérateurs culturels aux côtés des poéticiens universitaires et des chercheurs. Les textes présentés dans Italies reflètent un état partiel mais fidèle de la production actuelle, et une autre ambition de ce volume consiste, à partir d’un ensemble de travaux scientifiques qui sont le fruit de recherches passionnées, à transmettre l’intérêt pour la lecture, l’écoute et l’étude de la poésie italienne d’aujourd’hui, comme organisme vivant. Alessandro Fo, auquel un article est justement consacré dans les pages de ce volume, affirmait : « la poesia è una modalità di vita, di cui molti, spesso, non possono fare a meno ; e una modalità non delle più banali, proprio per le sue attinenze con il profondo, con le pieghe (le divinità) che si annidano nelle cose »3. Le volume Poeti d’oggi a tenté de rendre compte de cette modalité de vie, aussi bien chez les poètes auxquels il est consacré que chez les auteurs des essais et chez les traducteurs.

8Le volume comporte deux grandes parties qui reflètent la genèse du projet Poeti d’oggi. Une partie plutôt monographique qui publie les actes d’une journée d’études centrée autour de deux poètes toscans invités à l’Université de Provence, Elisa Biagini et Paolo Maccari, et une somme de dix-huit articles qui tracent un parcours critique et traductologique de la poésie actuelle.

9La rencontre avec Elisa Biagini et Paolo Maccari fut un événement important de l’année 2009 pour le Centre aixois d’études romanes (CAER). Ces deux remarquables poètes trentenaires ont trouvé des modalités d’expression du rapport conflictuel de l’humain au corps. Leur venue à Aix-en-Provence a permis d’établir, pour la première fois en France, une série d’essais critiques sur leur œuvre et une anthologie en grande partie inédite en français. Riccardo Donati ouvre la partie consacrée à ces deux poètes par une étude du lien qui les unit à quatre auteurs majeurs de la génération précédente, Valduga, Raboni, Magrelli et Cattafi, source d’inspiration capitale, mais pas exclusive, pour les poètes italiens d’aujourd’hui, comme nous l’avons déjà souligné plus haut. Estelle Ceccarini propose ensuite une lecture critique de la poésie d’Elisa Biagini à travers le prisme de l’intime, comme « démystification du monde », selon ses termes. La mise en évidence de l’identité féminine et de ses stéréotypes se double ainsi d’une analyse de l’être intérieur. L’œuvre de Paolo Maccari est étudiée par Yannick Gouchan qui a choisi de déceler les figurations d’un combat intérieur dans les deux recueils de l’auteur. L’expérience de la douleur, la confrontation avec la finitude et la lucidité conditionnent un rapport au monde original fondé sur une exigence de résistance. Riccardo Donati pour sa part recentre l’analyse sur le second recueil de Maccari, Mondanità (2006), dont il donne certaines clés de lecture. Pour compléter ces quatre premiers articles, Italies publie un choix bilingue des poèmes de ces deux auteurs, Estelle Ceccarini a traduit Biagini, Maccari est traduit par Yannick Gouchan et Riccardo Donati.

10Le second grand ensemble de textes critiques du volume s’intitule « Parcours critique à travers la poésie italienne d’aujourd’hui ». Il rassemble dix-huit articles divisés en deux groupes, le premier sous la forme d’un panorama des modes d’expression poétique chez plusieurs auteurs, le second groupe est consacré aux problèmes de traduction, de diffusion et de migration de la poésie actuelle.

11« Espaces et conflits » contient trois articles qui tentent d’établir la nature du rapport qu’entretient le je lyrique avec le monde matériel d’aujourd’hui. Jean-Charles Vegliante se penche sur les efforts de résistance littéraire de la poétesse Laura Pugno face aux désastres de l’environnement. Il s’agit ici du rapport du je lyrique à la Terre proprement dite, par l’intermédiaire d’une langue entre vers et prose. Dans une perspective intertextuelle, Fabrice De Poli, quant à lui, a cherché à définir la dimension montalienne (mais aussi les échos de Sbarbaro et Caproni) de l’espace naturel dans la poésie d’Umberto Fiori. Enfin, Martin Rueff propose une vaste réflexion sur la thématique guerrière. Il montre comment les poètes italiens contemporains ont renouvelé et renouvellent l’expression du conflit, notamment De Signoribus et Cecchinel.

12La partie « Vers, prose, narration » offre deux articles sur les manifestations actuelles du brouillage des catégories génériques en littérature, et plus particulièrement de la complexité du rapport entre récit et poésie. Le poète est envisagé aussi comme narrateur. Valérie Thévenon consacre une étude à l’œuvre d’Aldo Nove chez qui l’écriture versifiée semble avoir pris le pas sur la prose. Olivier Favier permet de faire connaître aux lecteurs le poète Carlo Bordini, représentant d’un filon narratif de la poésie italienne d’aujourd’hui. L’article montre par exemple comment la forme du poema persiste dans l’hyper-contemporain.

13« Identités » est un titre simple pour des problèmes assez complexes. Dans ce groupe d’articles les auteurs se penchent sur la définition des nouveaux critères identitaires, à la fois corporels et esthétiques, chez quatre poètes. Alessandro De Francesco établit une étude théorique et critique de l’œuvre de Giulio Marzaioli centrée sur le thème du corps (déjà entrevu chez Biagini et Maccari dans la première partie de ce volume). Il parcourt l’imaginaire linguistique de ce jeune poète en reconnaissant que la langue donne corps justement à l’absence du corps. Laura Toppan nous présente un poète albanais qui vit en Italie et écrit en langue italienne, Gëzim Hajdari. Elle s’intéresse à l’identité en montrant comment l’œuvre d’Hajdari, chargée de traditions étrangères à la culture italienne, peut être considérée comme « poésie au féminin ». Federico Scaramuccia révèle pour sa part l’identité de l’être réel face à la personne publique chez Lorenzo Durante, grâce à un travail de mise en évidence de la personnalité et de la relative « marginalité » critique de l’auteur. Pour clore cette partie consacrée aux identités multiples, Matteo Marchesini analyse l’œuvre d’Alessandro Fo, sous l’angle d’un certain « crépuscularisme » contemporain et d’un effort de recherche d’authenticité.

14« Dialogues » déplace le problème de l’identité poétique vers deux autres problèmes importants, le rôle du mythe antique dans la littérature d’aujourd’hui et la volonté de communication comme catégorie de l’écriture. Le premier problème est abordé par Francesca Sensini qui dégage de l’œuvre abondante de la poétesse Enrica Salvaneschi la figure récurrente du Centaure, moyen de cerner l’essence du défi créatif que l’auteur lance contre la réalité. L’article rappelle le dialogue incessant entre mythe et création. Le dialogisme comme moyen de connaissance à l’intérieur de l’écriture poétique est envisagé par Alessandro Marignani dans la poésie de Paolo Febbraro, où il souligne plusieurs types de dialogues à différents niveaux de lecture.

15Le groupe d’essais rassemblés sous le titre « Traduction, diffusion, migration artistique » offre sept études importantes sur trois aspects particuliers de la réalité poétique d’aujourd’hui, le passage entre les langues et entre les cultures, la fonction du virtuel face au papier, le passage entre différentes expressions artistiques. Les nouvelles technologies ont permis la floraison de multiples blogs de poésie. L’équipe parisienne du CIRCE (Centre interdisciplinaire de recherche sur la culture des échanges) propose de présenter la genèse et le développement de son blog « une autre poésie italienne ». Choix des auteurs, critères de traduction, pratique du travail collectif, etc. chaque étape du travail est expliquée par quatre des membres de l’équipe. Une autre forme de diffusion de la poésie consiste à faire passer par l’oralité l’écriture. Marco Simonelli fait connaître la poétesse et performer Rosaria Lo Russo, dont l’effort pour retrouver la dimension orale de la poésie lors de spectacles-lectures se révèle absolument passionnant. Le passage de l’écriture en vers entre les langues exige une réflexion bien particulière qu’Ada Tosatti (pour l’œuvre de cinq poétesses) et Ettore Labbate (pour l’œuvre de Cosimo Ortesta) contribuent à définir et à enrichir. La première nous offre cinq petites anthologies en partie inédites d’Elisa Davoglio, Giovanna Marmo, Laura Pugno, Lidia Riviello et Sara Ventroni. Le second envisage le travail de traduction d’Ortesta comme moyen d’éclairer sa poésie. Le lecteur trouvera dans ces pages une version du poème long Céleste par Ettore Labbate. Le terme « migration » qui figure dans le titre de ce groupe d’articles recouvre deux acceptions, la migration entre les formes d’expression artistique, et la migration comme passage entre les cultures. Giorgia Bongiorno montre ainsi comment la poésie de Mariangela Gualtieri, elle aussi poétesse et performer, se mêle au monde du théâtre. Emanuela Nanni repère chez Nicolò Cecchella le rapport entre poésie, peinture et photographie, à travers la « transitivité entre parole et matière ». La présentation de la production poétique des Italiens issus de l’immigration est affrontée par Flaviano Pisanelli. Il part d’une récente anthologie d’auteurs d’origine étrangère qui écrivent en italien pour étudier de manière presque sociologique la réception des poètes migrants dans l’Italie d’aujourd’hui.

16La revue Italies a souhaité conserver le bilinguisme qui convient à la recherche dans le domaine franco-italien, c’est la raison pour laquelle les articles sont tantôt en français, tantôt en italien, selon la liberté laissée à leurs auteurs. Toutefois, les efforts de traduction dans notre langue qui ont souvent présidé aux travaux permettent au lecteur non italianisant de consulter et d’apprécier ce volume sur la poésie.

17Yannick Gouchan (septembre 2009)

Haut de page

Notes

1  Rappelons que la revue parisienne Po&sie a proposé deux numéros sur la poésie italienne de 1975 à 2004, grâce aux travaux notamment de Martin Rueff et Philippe di Meo (numéros 109 et 110, en 2004 et 2005). Certains des poètes présentés dans Italies avaient d’ailleurs déjà fait l’objet d’une première traduction, comme Umberto Fiori, Mariangela Gualtieri et Paolo Febbraro.

2  Le rapport complexe entre le vers et la prose (narrative ou dramatique) depuis Baudelaire jusqu’à Valerio Magrelli a fait l’objet d’un volume récent : De la prose au cœur de la poésie (France, Italie, Brésil). Variations du lyrisme, Jean-Charles Vegliante éd., Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2007.

3  A. Fo, Il cieco e la luna. Un’idea della poesia, Arezzo, Edizioni degli Amici, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Présentation », Italies, 13 | 2009, 5-12.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Présentation », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/2619

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org