Navigation – Plan du site
Une rencontre avec Elisa Biagini et Paolo Maccari

D’une génération à l’autre : regards sur la poésie italienne actuelle

Riccardo Donati
p. 15-26

Résumé

L’articolo propone un excursus attraverso la poesia italiana degli ultimi trenta anni a partire da un breve ritratto di alcuni poeti italiani del secondo Novecento che hanno esercitato una notevole influenza sull’opera di Paolo Maccari ed Elisa Biagini, i due autori al centro del n°13 di Italies. Il testo è destinato soprattutto a studenti e lettori francofoni che abbiano voglia di avvicinarsi alla poesia italiana contemporanea ; per questo ogni poeta è inquadrato da un sommario cenno bio-bibliografico e presentato attraverso uno o più testi considerati paradigmatici della sua produzione. Il primo autore preso in considerazione è Bartolo Cattafi, figura fondamentale tanto per Maccari quanto per Biagini, che tuttavia guardano alla sua opera da prospettive profondamente diverse. Seguono le personalità di Valerio Magrelli (Biagini) e di Giovanni Raboni e Patrizia Valduga (Maccari), tre autori particolarmente importanti per le ultimissime generazioni della poesia italiana.

Haut de page

Texte intégral

1Presque tous les plus grands spécialistes de la poésie italienne des trente dernières années, au-delà de leurs divisions culturelles et idéologiques, semblent s’entendre sur un point :toute tentative de dresser un tableau de ce domaine qui se veuille cohérent,complet et crédible est forcément voué à l’échec. Pourquoi cet échec serait-il aussi inéluctable ? Pour une raison plutôt évidente et, en même temps, très difficile à expliquer : ce que l’on peut dire, de façon très approximative, c’est que la plupart des catégories interprétatives élaborées au cours du siècle dernier se révèlent aujourd’hui inadaptées pour éclairer notre compréhension du fait poétique contemporain. En effet, de l’après-guerre jusqu’à – grosso modo – les années 1970, il était encore possible de mentionner l’existence de plusieurs pôles créatifs non entièrement homogènes mais toutefois suffisamment cohérents et reconnaissables, aussi bien d’un point de vue littéraire que culturel, politique et parfois même géographique. Il suffirait de penser à certains groupes célèbres comme celui d’Officina, animé par Pasolini, ou encore à la “Neoavanguardia”, à la “Linea Lombarda”, aux post-hermétiques. Pour compléter le tableau, il était bien sûr indispensable d’ajouter à cette longue liste quelques personnalités-phare du passé, des grands maîtres encore vivants comme Ungaretti et Montale, Caproni et Sereni.Ce qui en résultait était un panorama complexe mais suffisamment parlant pour donner une idée satisfaisante de ce qu’était la poésie italienne.

2Mais c’est surtout à partir des années 1980 que certains critères qui sétaient avérés utiles par le passé – je pense par exemple aux catégories de l’appartenance générationnelle ou de l’appartenance idéologique – ont commencé à devenir trop fragiles pour être considérés comme fiables. On a assisté en effet à un très important processus d’“individualisation” qui a touché tous les domaines artistiques, y compris celui de la poésie, et qui a provoqué un phénomène massif de désagrégation du discours politico-littéraire. Le résultat est que la plupart des poètes d’aujourd’hui semblent refuser toute appartenance de “groupe”, désireux au contraire de construire leur propre parcours intellectuel et créatif en toute indépendance. Leur priorité n’est pas en fin de compte de s’agréger mais plutôt de se distinguer, chacun affirmant sa propre unicité. Ce refus, ou du moins cette mise entre parenthèse du concept de “groupe” entraîne, c’est évident, un manque d’intérêt diffus pour la poursuite d’un objectif commun, pour la construction d’un patrimoine partagé de valeurs éthiques et esthétiques. Il s’agit là d’une grande nouveauté par rapport à la volonté d’engagement des décennies précédentes : une nouveauté aux conséquences, à vrai dire, plutôt néfastes.

3D’autre part, il faut dire que cette volonté d’indépendance a entraîné une conséquencetout à fait positive : le fait que les poètes ont finalement abandonné toute conception sectaire et exclusive de la poésie et qu’ils ont commencé à emprunter des idées à d’autres formes expressives que la seule littérature. En effet il n’est pas difficile de constater que,par rapport à la plupart de leurs prédécesseurs,les jeunes poètes italiens ont beaucoup élargi leurs champs d'intérêt et leurs références, et que parfois il leur arrive de s’inspirer plus encore de l’art vidéo, de la musique de variétés, de la philosophie ou du cinéma que de la poésie. Entendons-nous bien : nous ne voulons pas affirmer par là qu’ils méconnaissent la tradition littéraire italienne, ni qu’ils la refusent. Au contraire, ils la connaissent très bien, mais la plupart d’entre eux n’acceptent pas de se lier à un mouvement ou à un courant littéraire quelconque, car ils préfèrent se livrer à un travail de révision et d’hybridation de genres et codes expressifs les plus hétérogènes, y compris des formes de communication non textuelle. Il y a là une richesse d’apports qui explique, au moins en partie, la vivacité et la qualité remarquables de cette saison de la poésie italienne.

4Étant donné la nature mouvante et fragmentaire, qui empêche toute tentative de donner un aperçu satisfaisant de la situation, nous proposons dans ce texte d’esquisser quatre portraits de quelques auteurs contemporains dont l’œuvre a marqué en profondeur de nombreux représentants de la jeune poésie italienne, et notamment les deux qui sont au centre de ce numéro de la revue Italies, Elisa Biagini et Paolo Maccari.

  • 1  Andrea Cortellessa, Bartolo Cattafi, poesia all’osso, in La fisica del senso. Saggi e interventi s (...)
  • 2  Paolo Maccari, Spalle al muro. La poesia di Bartolo Cattafi, con un’appendice di testi inediti, Fi (...)
  • 3  Cfr. l’interview donnée lors de l’émission Occasioni (RAI Radio Tre, 21 janvier 2003) ; ou encore (...)

5Le premier de ces poètes s’appelle Bartolo Cattafi, il a publié de nombreux livres mais son chef-d’œuvre le plus reconnu est le recueil L’osso, l’anima, paru en 1964. Cattafi, qui n’a pas été très célèbre de son vivant, est né en 1922 en Sicile, et il est mort à Milan en 1979, il y a à peu près trente ans. Pourquoi avons-nous décidé de commencer par lui, en le citant comme l’un des noms incontournables de la poésie italienne des trente dernières années ? Parce que, comme l’a bien souligné le critique Andrea Cortellessa, à partir des années 1990, on a assisté en Italie à une véritable “Cattafi renaissance”1 : de nombreux jeunes poètes, nés dans les années 1970 et qui ont commencé à écrire vers la fin, voire la moitié des années 1990, ont indiqué le nom de Cattafi comme l’un de leurs écrivains de référence. Parmi eux, Paolo Maccari et Elisa Biagini. Maccari, en qualité de critique, a longtemps travaillé sur l’œuvre du poète sicilien, lui consacrant son premier livre Spalle al muro. La poesia di Bartolo Cattafi2. Elisa Biagini a parlé à maintes reprises de Cattafi comme de l’un de ses auteurs favoris, et comme l’un des poètes italiens qui ont plus influencé son travail3. Mais ce qui est le plus intéressant, c’est le fait que le Bartolo Cattafi dont Biagini parle n’est pas exactement le même Bartolo Cattafi qui intéresse Maccari. Comme tous les grands écrivains, Cattafi montre plusieurs facettes selon la sensibilité et les intérêts de ceux qui l’approchent.

  • 4  « Cattafi ha messo il Novecento di fronte allo specchio del nulla » ; Luigi Baldacci, Préface à Pa (...)

6Quel est donc le Cattafi de Maccari, quel est le Cattafi de Biagini ? Le Cattafi de Maccari est un poète qui, comme Luigi Baldacci l’a écrit dans la Préface au premier recueil de Maccari, « a mis le Vingtième siècle face au miroir du Néant »4. Au centre de son œuvre se trouve en effet une réflexion lucide, objective, totalement dépourvue de pathétisme, et pour cela encore plus amère, sur la fragilité et le manque de sens de la vie humaine. Si l’on ose tout réduire à une simple formule, on pourrait dire que c’est surtout le caractère tragique de Cattafi qui attire Maccari : un tragique sec, produit cristallin d’une douleur limpide, sans états d’âme et sans élégie, méfiante à l’égard de tout type de pensée qui se fie aux « destins magnifiques et progressifs » de la nature humaine, comme le disait Leopardi. Pour donner un exemple nous avons choisi le poème È questo :

  • 5  Bartolo Cattafi, Poesie 1943-1979, a cura di Vincenzo Leotta e Giovanni Raboni, Milano, Mondadori, (...)

Ecco è questo
che butto nella mischia
un cuore ferito
un polso mal collegato con il resto
vorrei riposare in un basso
in un alto rilievo
l’occhio una quieta mandorla di marmo
non muovere un dito.5

7Le cœur blessé et le poignet mal attaché au corps témoignent d’une déchirure existentielle incurable mais qui n’entraîne pourtant pas de geste de capitulation devant la puissance de la douleur. Au contraire, la conscience de notre fragilité ultime déclenche une réaction vitale, exprimée par la volonté de “se jeter dans la mêlée”. En même temps, le poète est tenté par le repos et donc finalement par la mort, par ce sommeil irréversible dont peut profiter celui qui, s’allongeant dans un sarcophage, parvient à devenir lui-même l’équivalent d’une pierre tombale. Cette juxtaposition entre les deux moments opposés du mouvement et de l’impératif éthique de la lutte d’un côté, de l’immobilité et de la tentation à s’abandonner à l’inévitable de l’autre, ainsi qu’un goût prononcé pour les moyens figuratifs dont l’écriture dispose, sont des éléments que l’on retrouve dans certains textes de Paolo Maccari.

  • 6  Andrea Cortellessa, Touch. Io è un corpo dans La fisica del senso, cit., p. 77.

8En ce qui concerne Elisa Biagini, son Cattafi est surtout un écrivain qui, comme Samuel Beckett ou Franz Kafka, s’est trouvé péniblement « orphelin de l’Humanisme »6. Dans ce « nouveau monde » que l’individu moderne se trouve à habiter, le domaine de l’humain a été finalement dépassé par une dimension extrême, où intériorité et extériorité s’entremêlent sans cesse et où les corps finissent par éclater ou par fusionner avec les objets et les espaces qu’ils habitent. Pour illustrer cet aspect “post-humaniste” de la poésie de Cattafi, nous voudrions citer Creazione, un texte où le corps de l’auteur se confond littéralement avec les objets qu’il manie pour écrire, c’est-à-dire l’encre et la feuille :

  • 7  Bartolo Cattafi, Poesie 1943-1979, cit., p. 218.

In quel muro in quel foglio
nell’area bianca che la tua mano cerca
il mignolo bagnato nell’inchiostro
sopra strisciato con fiducia
azzurro corso d’acqua rapinoso
vena arteria in cui scorre
a occhi chiusi il mondo.7

9Si l’œuvre de Bartolo Cattafi suscite l’intérêt aussi bien de Maccari que de Biagini, il y a aussi d’autres poètes qui ont été très importants pour la jeune poésie italienne en général, et pour ces deux écrivains en particulier. A ce sujet nous pouvons citer le nom de Valerio Magrelli, pour Elisa Biagini, et ceux de Giovanni Raboni et Patrizia Valduga, pour Paolo Maccari.

  • 8  « un io che, cosa tra le cose, si guarda fenomenologicamente, si frantuma con metodo e pazienza, s (...)
  • 9  « un continuo esercizio di autoriconoscimento » ; Tommaso Lisa, Scritture del riconoscimento. Su O (...)

10Valerio Magrelli, né à Rome en 1957, enseigne la littérature française à l’Université de Cassino ; les passionnés de cinéma se souviendront peut-être de lui dans le rôle d’un médecin, un dermatologue, qui ausculte Nanni Moretti dans le troisième chapitre du film Journal Intime (Caro Diario). Son premier livre, paru en 1980, a représenté l’un des plus importants événements littéraires italiensdes trente dernières années. Il porte un titre latin tiré de la science ophtalmologique : Ora serrata retinae. Ce premier recueil a été suivi par d’autres titres : on pourrait citer par exemple Nature e venature (1987), le poème en prose Nel condominio di carne (2003) ou encore Disturbi del sistema binario (2006). Ce qui caractérise la poésie de Magrelli est, comme l’a bien expliqué Cecilia Bello Minciacchi, la présence d’un “je” qui se voit comme « une chose parmi les choses, qui ‘se regarde’ selon une perspective phénoménologique, qui se brise avec méthode et patience, qui s’analyse lui-même avec le reste du monde »8. La tentative de rendre objective la subjectivité, et surtout le fait de considérer le “je” comme un corps et rien d’autre qu’un corps que la pensée arrive à voir et la main à écrire, est donc l’une des données les plus importantes de la poésie de Magrelli et celle qui a peut-être le plus influencé l’écriture d’Elisa Biagini. Pour l’un comme pour l’autre, en effet, l’écriture représente, comme l’a écrit Tommaso Lisa, un « exercice continuel d’auto-reconnaissance »9, qui exclut tout ce qui reste en dehors de la réalité physique. Pour plonger dans cet univers poétique où la chair et l’écriture ne font qu’un, voici un texte tiré du premier recueil, Ora serrata retinae :

  • 10  Valerio Magrelli, Poesie (1980-1992) e altre poesie, Torino, Einaudi, 1996, p. 62.

Soltanto il tempo veramente scrive
usando come penna il nostro corpo.
Per le strade, nei cinema o in un letto
questa calligrafia va persa
ed è atroce l’incuria
degli dei e degli uomini.
Quello che arriva sulla carta è solo
il commento residuo d’un poema
perennemente disperso.
Chiosa frugale, calco d’un racconto,
questo è l’indice ultimo degli indici.10

11Il y là plusieurs éléments que l’on pourra retrouver dans l’œuvre d’Elisa Biagini : cette image d’un corps-stylo dont le temps se sert pour écrire sur la feuille blanche de la journée ; une forte attention pour ce qui reste de notre passage, pour les déchets ; une certain rigueur stylistique accompagnée d’une voix toujours limpide et géométrique, presque glaciale.

12Dans un tout autre horizon s’inscrivent les œuvres de Giovanni Raboni et Patrizia Valduga, deux poètes qui appartiennent à deux mondes, ainsi qu’à deux générations, très éloignées. Toutefois, malgré les nombreuses différences qui les séparent, ces deux écrivains ont au moins deux choses en commun : la première c’est qu’ils ont formé un couple dans la vie pendant plus de vingt ans, jusqu’à la mort de Raboni en 2004. La seconde, c’est que tous les deux se sont beaucoup intéressés aux formes métriques de la tradition. Pendant plusieurs décennies du Vingtième siècle, le vers libre a représenté un choix majeur de la poésie italienne. Mais, à partir de la fin des années 1970, on a assisté en Italie à une très forte reprise des formes métriques traditionnelles, celles qu’on appelle les formes fixes (ou forme chiuse, en italien), et notamment du sonnet. Ce qui est intéressant, c’est que cette reprise du grand héritage formel de la littérature italienne n’équivaut nullement à une sorte de retour à l’ordre politico-littéraire : tout au contraire, une bonne partie des auteurs qui se considèrent – ou que les critiques tendent à considérer – comme avant-gardiste, emploient les formes fixes, alors que nombreux poètes à la pensée plus conservatrice ont souvent continué à adopter le vers libre.

13Comme nous le verrons en lisant les textes de Raboni et Valduga, il ne s’agit que d’un paradoxe apparent. Si un certain nombre de poètes a sûrement choisi les formes fixespour seconder une volonté nostalgique de restaurer la pureté de la tradition néo-classique, il existe aussi toute une série de poètes qui ont découvert que les contraintes techniques de la métrique ne représentent pas une limite, mais bien au contraire un point d’ancrage fort de la liberté et de la puissance de l’expression poétique. Ces poètesrelèvent le défi de faire naître leur écriture d’un corps à corps, parfois très violent, entre le plan formel représenté par le système rigide de la gabbia metrica, et le plan expressif, à savoir ce qui se cache dans les plis de l’imaginaire. De cette lutte acharnée, peuvent jaillir les résultats les plus inattendus : parfois des mots d’un érotisme très poussés, ou bien l’expression d’une vision de la société qui n’a rien de politiquement correct. C’est ce qui se passe dans la production du poète milanais Giovanni Raboni, surtout à partir des années 1980 et jusqu’à la fin des années 1990, quand il publie son chef-d’œuvre, le recueil Quare tristis (1998).

  • 11  « dove la folla degli scomparsi preme, senza remissione, sulla coscienza infelice dei rimasti » ; (...)
  • 12  « alta e ironica malinconia » ; texte réproduit dans l’anthologie de la critique qui se trouve dan (...)
  • 13  Cfr. Andrea Cortellessa, Giovanni Raboni, l’osso senza carne della parola dans La fisica del senso(...)
  • 14  « tempo dei festoni accartocciati » ; Paolo Maccari, Ai nostri giorni dans Mondanità, Brescia, Edi (...)

14L’œuvre de Raboni est dominée par une très forte présence du deuil, d’un entretien avec les morts où, comme l’a écrit Andrea Cortellessa, « la foule des disparus pèse, sans rémission, sur les consciences malheureuses de ceux qui restent »11. Un malheur qui n’est pas crié, d’ailleurs, mais qui est tempéré par une vitalité désabusée, une « mélancolie haute et ironique »12, comme l’a dit un important poète italien du Vingtième siècle, Carlo Betocchi, c’est-à-dire un sentiment d’inquiétude où se mêlent rage et sentiment d’inadéquation. Cette mélancolie, que l’on retrouve dans la poésie de Maccari, ne doit pas être confondue avec une certaine forme d’élégie ou d’abandon sentimental. Bien au contraire, elle est la manifestation d’une précise vocation “à la résistance”13, à savoir une volonté de dénoncer l’horreur de l’heure actuelle, son vide de sens, le présent étant toujours décevant, un « temps des guirlandes froissées après la fête »14, pour citer un vers de Maccari. A titre d’exemple, on peut mentionner un texte admirable tiré du recueil Quare Tristis :

  • 15  Giovanni Raboni, Tutte le poesie, cit., p. 355.

Si migliora a tutt’andare. Conviene
abituarsi. Sembra che la vita
si sia trasformata in un’infinita
coniugazione del verbo star bene,
che si muoia, ecco, a furia di guarire
da tutto, mal di testa, mal di gola,
malinconia – le fidate, le sole
certezze d’un tempo, o d’un avvenire
d’altri tempi… Ma no, niente paura,
anche senza far male i denti cadono,
la memoria perde colpi, la prostata
s’ipertrofizza, la vista s’oscura :
si celebra al netto d’ogni lamento
la cerimonia del disfacimento.15

15« De mieux en mieux, tous les jours », dit le poète, « Il faut s’y faire » : il s’agit de l’un des vers les plus amers et sarcastiques de l’histoire de la poésie italienne.

  • 16  Alors que Maccari dans l’un de ses textes parlera du « delta de la ruine » (« delta dello sfacelo  (...)

16L’écriture de Raboni se situe à l’opposé de tout optimisme hédoniste, contre l’idée répandue que notre monde – le monde du capitalisme effréné – est le meilleur des mondes possibles. Ce à quoi « il faut [se] faire », dans l’Italie berlusconienne, c’est la corruption et l’augmentation de l’inégalité, de la pauvreté et de l’exclusion sociale. Giovanni Raboni, surtout dans sa dernière production, donne l’impression d’écrire depuis un lieu de catastrophe, où le poète n’est qu’un orphelin de futur, emprisonné dans un corps vieillissant et lui aussi dégradé, un autel où chaque jour l’on célèbre une véritable « cérémonie du délabrement »16. Toutefois, ce qui est intéressant chez Raboni c’est que ses cris d’indignation et de protestation ne témoignent pas d’un abandon au désespoir : bien au contraire, ils sont confiés au langage sec, mais ponctuel et pointu comme un couteau, de la poésie, l’une des dernières formes expressives encore capables de témoigner d’un désaccord profond et, en même temps, d’une profonde dignité.

  • 17  « ammazzare l’italiano » ; Patrizia Valduga, Prima antologia, Torino, Einaudi, 1998, p. 65.
  • 18  « imbroglione da operetta » ; ibidem, p. 74.

17Si on regarde enfin avec attention l’écriture de Patrizia Valduga, on pourra se rendre compte que, là encore, il s’agit d’un cas de poésie vouée à la résistance, face à une époque désespérée et détestable. Patrizia Valduga, née en 1953, a débuté en 1982 avec le recueil Medicamenta ; en Italie ses poèmes sont connus surtout pour leur penchant érotique cru et bouleversant, parfois très osé, et pour l’habileté technique que Valduga démontre en exploitant de nombreuses formes métriques différentes tirées de la tradition littéraire italienne et anglo-saxonne. Mais il ne faut pas oublier qu’elle a écrit aussi des textes très durs contre le monde contemporain, contre la bêtise de la télévision, contre ceux qui cherchent à « tuer la langue italienne »17, et encore contre Berlusconi, considéré comme un « escroc d’opérette »18. Ces deux thèmes – l’érotisme et l’engagement – se croisent constamment dans son œuvre, accompagnés par le leitmotiv de l’omniprésence de la douleur et du désespoir.

18L’élément mortuaire de la poésie de Valduga est toujours lié à l’idée d’un monde qui est de plus en plus victime de la corruption et de la dissolution, ce qui est particulièrement évident dans certains recueils comme Donna di dolori (1991), Requiem (1994) et Corsia degli incurabili (1996). En particulier, Requiem est un livre très émouvant, centré sur les souffrances consécutives à lalongue agonie du père de l’auteur, décédé en 1991. Dans ces poèmes, le goût pour le scandale et le baroque qui a rendu célèbre Valduga laisse la place au courage d’une analyse intime et d’une révélation de soi. Pour se faire une idée de son écriture, et de sa grande habileté à conduire un jeu très serré entre plan formel et plan de l’imaginaire, entre métrique et langage, on peut lire ce quatrain tiré du recueil Cento quartine e altre storie d’amore :

  • 19  Patrizia Valduga, Cento quartine e altre storie d’amore, Torino, Einaudi, 1997, p. 20.

“So solo quello che mi basta a stento
per non sprecare i battiti del cuore,
perché sapere, sappilo, è un tormento :
è sempre chi più sa che ha più dolore”.19

19Dans ces vers synthétique et très intenses, Valduga montre toute sa capacité à travailler la langue pour unir de grandes capacités techniques à une profondeur de pensée qui n’est pas du tout courante. Seul l’oubli et l’inconscience peuvent nous soustraire à la présence d’une douleur, écrit le poète : une douleur qui est partout, qui fait partie de la vie dans toutes ses formes, à tel point qu’on la retrouve aussi dans le jardin le plus luxuriant, comme l’écrivait Leopardi. Cet éloge tragique de la nécessité de faire économie du savoir, le non-savoir étant le seul antidote possible contre une conscience trop aiguë de la douleur, représente un point de conjonction très fort entre l’écriture de Valduga et celle d’un poète apparemment loin d’elle comme Maccari ; il suffira de lire les textes que les deux poètes ont consacré aux thèmes de la vieillesse et de la maladie pour s’en apercevoir.

Haut de page

Notes

1  Andrea Cortellessa, Bartolo Cattafi, poesia all’osso, in La fisica del senso. Saggi e interventi su poeti italiani dal 1940 a oggi, Roma, Fazi, 2006, p. 191.

2  Paolo Maccari, Spalle al muro. La poesia di Bartolo Cattafi, con un’appendice di testi inediti, Firenze, SEF, 2003.

3  Cfr. l’interview donnée lors de l’émission Occasioni (RAI Radio Tre, 21 janvier 2003) ; ou encore Elisa Biagini, Cattafi e me, o della “scura arte”, dans Adele Dei (éd.), Anniversario per Bartolo Cattafi. Atti del Convegno di Studi, Firenze 2 dicembre 2004, Firenze, Comune di Firenze – Assessorato alla Cultura, 2006, pp. 85-86.

4  « Cattafi ha messo il Novecento di fronte allo specchio del nulla » ; Luigi Baldacci, Préface à Paolo Maccari, Ospiti, Lecce, Manni, 2000, p. 7.

5  Bartolo Cattafi, Poesie 1943-1979, a cura di Vincenzo Leotta e Giovanni Raboni, Milano, Mondadori, 2001, p. 170.

6  Andrea Cortellessa, Touch. Io è un corpo dans La fisica del senso, cit., p. 77.

7  Bartolo Cattafi, Poesie 1943-1979, cit., p. 218.

8  « un io che, cosa tra le cose, si guarda fenomenologicamente, si frantuma con metodo e pazienza, si notomizza insieme al resto del mondo » ; Cecilia Bello Minciacchi, Valerio Magrelli, dans Giancarlo Alfano, Alessandro Baldacci, Cecilia Bello Minciacchi, Andrea Cortellessa, Massimiliano Manganelli, Raffaella Scarpa, Fabio Zinelli, Paolo Zublena (éd.), Parola Plurale. Sessantaquattro poeti italiani fra due secoli, Roma, Sossella, 2005, p. 269.

9  « un continuo esercizio di autoriconoscimento » ; Tommaso Lisa, Scritture del riconoscimento. Su Ora serrata retinae di Valerio Magrelli, Roma, Bulzoni, 2004, p. 55.

10  Valerio Magrelli, Poesie (1980-1992) e altre poesie, Torino, Einaudi, 1996, p. 62.

11  « dove la folla degli scomparsi preme, senza remissione, sulla coscienza infelice dei rimasti » ; Andrea Cortellessa, Giovanni Raboni, l’osso senza carne della parola dans La fisica del senso, cit., p. 295.

12  « alta e ironica malinconia » ; texte réproduit dans l’anthologie de la critique qui se trouve dans Giovanni Raboni, Tutte le poesie (1951-1998), Milano, Garzanti, 2000, p. 380.

13  Cfr. Andrea Cortellessa, Giovanni Raboni, l’osso senza carne della parola dans La fisica del senso, cit., p. 299, 301, 306.

14  « tempo dei festoni accartocciati » ; Paolo Maccari, Ai nostri giorni dans Mondanità, Brescia, Edizioni L’Obliquo, 2006, p. 19.

15  Giovanni Raboni, Tutte le poesie, cit., p. 355.

16  Alors que Maccari dans l’un de ses textes parlera du « delta de la ruine » (« delta dello sfacelo » ; Paolo Maccari, Il delta dans Ospiti, cit., p. 30).

17  « ammazzare l’italiano » ; Patrizia Valduga, Prima antologia, Torino, Einaudi, 1998, p. 65.

18  « imbroglione da operetta » ; ibidem, p. 74.

19  Patrizia Valduga, Cento quartine e altre storie d’amore, Torino, Einaudi, 1997, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, revue d’études italiennes, Université de Provence, n° 13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Riccardo Donati, « D’une génération à l’autre : regards sur la poésie italienne actuelle », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/2626 ; DOI : 10.4000/italies.2626

Haut de page

Auteur

Riccardo Donati

Université de Florence
Dottore di Ricerca in Italianistica, è stato borsista presso il Collège de France (2006) e ha insegnato per tre anni presso l’Université de Provence (2006-2009). Attualmente vive a Firenze. Ha pubblicato volumi e articoli sul Settecento e sul Novecento italiano, occupandosi in particolare di poesia contemporanea.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org