Navigation – Plan du site
Une rencontre avec Elisa Biagini et Paolo Maccari

Anthologie bilingue d’Elisa Biagini

Estelle Ceccarini
p. 43-54

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Ces traductions tirées des deux premiers livres d’Elisa Biagini sont inédites et ont été proposées au public à l’occasion de la journée d’études consacrée à la jeune poésie italienne, Poeti d’oggi, à l’Université de Provence, le 29 octobre 2008. L’œuvre d’Elisa Biagini est presque inédite en français, on trouve toutefois en ligne quelques textes traduits par Philippe Di Meo1 et Angèle Paoli2.

2Extraits de Corpo-cleaning the house in Poesia dall’inizio del mondo, Roma, Luca Sossella Editore, 2003.

e-mother
sei
nuovamente
il tramite col mondo :

se non è l’ombelico
è il cavo ottico
adesso, altrafibra
che regge i nostri acidi,

le tue parole
colostro contro il buio.


e-mother
tu es
à nouveau
le lien avec le monde :

si ce n’est plus le nombril
c’est la fibre optique
maintenant, cette autre
fibre
qui diffuse nos acides,

tes mots sont
un colostrum contre l’obscurité.

3
Mangio 1 uovo alla
settimana, perché

abbiamo i colori
in comune, anch’io mi

strapazzo, vado in pezzi.
Ma soprattutto

perché voglio tornare
a me stessa, sperando

che uno su quattro rimpiazzi

quell’uovo
che perdo ogni mese

l’alfabeto che goccia.


Je mange 1 œuf par
semaine, parce que

nous avons les mêmes
couleurs, moi aussi je me

brouille, je me casse.
Mais surtout

parce que je veux revenir
à moi-même, en espérant

qu’un sur quatre remplace

cet œuf
que je perds chaque mois

l’alphabet qui tombe goutte à goutte.

4
Extraits de Morgue, « Poesia contemporanea. Sesto quaderno italiano », Milano, Marcos y Marcos, 1998.

Nelle curve di mani
nelle anse,
tutta quell’ombra
che cade male,
quasi grafite
e le conchiglie d’unghie
in tono con le macchie della pelle.

Sei il più vicino al sonno,
bracciale di carta
etichetta per valigia già arrivata :
immerso
in questo scampolo
senza una richiesta,
il pallore così caro ai pesci,
mano nuda.

Un abbraccio nell’aria
che non vedi,
braccio di gru
rimasto senza testa
in un attenti lontano anni luce :
la pelle è così ruvida,
l’ultimo brivido nella surgelazione


Dans les courbes des mains
dans les anses,
toute cette ombre
qui tombe mal,
presque du graphite
et les coquilles d’ongles
assorties aux tâches de la peau.

Tu es le plus proche du sommeil,
bracelet de papier
étiquette pour valise déjà arrivée :
immergé
dans ce reste
sans une réclamation,
pâleur si chère aux poissons,
main nue.

Une étreinte dans l’air
que tu ne vois pas,
bras de grue
resté sans tête
dans un garde-à-vous, à des années-lumières
taeau est si rêche,
dernier frisson dans la congélation.

5
Extraits de Sololimoni. Agrumi e testi sui fatti di Genova, Verde e Lello Voce, Milano, Shake, 2001.

Genova, per noi
E tu diventi
« l’anello che non tiene »
– in questa luce
gialla di febbre –,
t’aprono a spicchi,
i tuoi pori che
assorbono il
fuori : gli occhi
tuoi grandi come
lividi si bevono
quest’acido
collirio,
un bagno
che fissa solo
immagini di
buio.


Gênes, pour nous
Et tu deviens
« l’anneau qui ne tient pas »
– dans cette lumière
jaune de fièvre –,
comme un agrume
on te découpe en quartiers,
tes pores qui
absorbent le
dehors : tes yeux
grands comme
des bleus boivent
ce collyre
acide,
un bain
qui ne fixe que
les images de
l’obscurité.

6
Extraits de L’Ospite, Torino, Einaudi, 2004.

Ritornerai
come un piatto
nel divano, un osso
nella porta

riciclata, sfogata negli
oggetti.

Ti scioglierai nel
bicchiere poggiato sul tuo
sterno – a provare la morte – :

la pelle fusa per un decotto
d’inchiostro,

tessuta nel cappotto di placenta
di un mio figlio.


Tu reviendras
comme une assiette
sur le canapé, un os
coincé dans la porte

recyclée, déversée dans les
objets.

Tu te dissoudras dans le
verre posé sur ton
sternum – comme pour essayer la mort – :

la peau liquéfiée par une décoction
d’encre,

tissée dans le manteau de placenta
d’un de mes enfants.

7
don’t talk with strangers
Nonna, mano
di lupo,
apri
la tua voce, apri
la mia gola per
riempirmi anche meglio
di cibo, per usarmi le
corde per stendere i
panni,
per fare di me
aruspicina :
e che tutto sia in tono
(da vera signora),
il sugo di pomodoro,
il sangue,
i miei calzini.


don’t talk with strangers
Grand-mère, main
de loup,
tu ouvres
ta voix, tu ouvres
ma gorge pour
me remplir encore mieux
de nourriture, pour éprouver
les cordes à étendre
le linge,
pour faire de moi
un aruspice :
et que tout soit de bon ton
comme une vraie dame),
la sauce tomate,
le sang,
mes socquettes.

8
Extraits de Nel bosco, Torino, Einaudi, 2007.

Extraits de la section « Capuccio rosso »

bimba nella
placenta, bimba
sotto coperta,
nella corteccia
morbida di pelle,
indurita dal bosco, rossa
come scottata,
rossa che nuoti nel
tuo sangue,
appena fatta, bimba
qui scodellata.


fillette dans le
placenta, fillette
recouverte,
dans l’écorce
souple de peau
durcie par le bois, rouge
comme brûlée,
rouge qui nage dans
ton sang,
à peine faite, fillette
ici pondue.


perditi bimba
di pasta e burro,
rosso-buccia di
mela, torna sempre
di più farina,
di polpa, gli
occhi, il cuore
che si sciolgano
informi,
ritorna qui
in bocca alla tua
mamma.


perds-toi fillette
de pâte et de beurre,
rouge-peau de
pomme, redeviens de plus en plus
farine,
pulpe, que les
yeux, le cœur
se dissolvent
informes,
reviens ici
dans la bouche de ta
maman.


(risputata dal bosco,
senza paura, tonda
di sé : un uovo senza
crepe, con una bussola
per ombelico).


(recrachée par le bois
sans peur, toute ronde
d’elle-même : un œuf sans
fissure, avec une boussole
pour nombril).

Extraits de la section « La sorpresa nell’uovo »

In me muore il
tuo pane e si fa
ossa,
le briciole
imbiancano il
sangue come
globuli, sassolini
di Gretel.


En moi meurt
ton pain et il se fait
os,
les miettes
blanchissent le
sang comme
des globules, petits cailloux
de Gretel.

Extraits de la section « Gretel o del perdersi »

il mio pane
indurito come
sasso, riflette
il rosso d’occhio,
l’inizio d’incendio
in questo bosco.


mon pain
durci comme
un caillou, reflète
le jaune d’oeil,
le début d’incendie
dans ce
bois.


(l’erba si fa peli e
i peli erba...
radici sedute nel
buio ad ancorare
l’osso-casa)


(l’herbe se fait poils et
les poils herbe...
racines assises dans
l’obscurité pour ancrer
l’os-maison).


rosicchio e rodo
zucchero e lenzuolo
di notte sforno
sogni duri
come meringhe.


je grignote et je ronge
sucre et drap
la nuit je sors du four
des rêves durs
comme des meringues.

Haut de page

Notes

1  Sur le site « Poezibao », (http://poezibao.typepad.com).

2  Sur le site « Terre de femmes » (http://terresdefemmes.blogs.com).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, revue d’études italiennes, Université de Provence, n°13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Estelle Ceccarini, « Anthologie bilingue d’Elisa Biagini », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/2638 ; DOI : 10.4000/italies.2638

Haut de page

Auteur

Estelle Ceccarini

Université de Provence
Maître de Conférence à l’Université de Provence. Ses travaux de recherches sont centrés sur l’analyse de l’écriture féminine et sur la Résistance (sous ses formes multiples : témoignages, romans, poésie), mais aussi, de façon plus large, sur la littérature de la résistance et l’écriture féminine au XXème siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org