Navigation – Plan du site
Une rencontre avec Elisa Biagini et Paolo Maccari

Paolo Maccari : une figuration poétique du combat intérieur

Yannick Gouchan
p. 55-80

Résumé

Maccari fait partie de la jeune génération des auteurs italiens de poésie, la génération qui est née dans les années soixante-dix. Il a publié deux recueils de poèmes, Ospiti en 2000 et, en 2006, Mondanità. Autour des thématiques de la maladie emblématique, de la douleur et de la lutte du corps, nous proposons d’effectuer une analyse de l’écriture de Maccari sous l’angle d’une vision problématique du ‘monde’ (au sens léopardien). Il s’agira de mettre en évidence les formes de ce qui constitue l’un des principaux catalyseurs de son écriture, à savoir l’expression d’un combat intérieur, par le rapport du je à une maladie qui agresse. L’originalité et l’intérêt de la poésie de Maccari résident notamment dans le refus de résoudre ce rapport par l’exhibition. Cette écriture affronte le monde par le concret réduit à son essence, et particulièrement par une figuration lucide et décharnée de la souffrance sous toutes ses formes.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ospiti, Lecce, Piero Manni, 2000.
  • 2  Mondanità, Brescia, Ed. L’Obliquo, 2006.
  • 3  Spalle al muro, La poesia di Bartolo Cattafi, Firenze, Società Editrice Fiorentina, 2003.

1Paolo Maccari fait partie de la jeune génération des auteurs de poésie italienne, née dans les années soixante-dix. Entre son activité d’enseignant en Toscane et sa collaboration à la critique littéraire pour des revues, il a publié deux recueils de poèmes particulièrement réussis qui augurent d’une brillante carrière dans les lettres. En effet, après avoir été formé par Luigi Baldacci à Florence, Paolo Maccari publia en 2000 son premier livre, Ospiti1, qui reçut le Prix Bagutta pour la première œuvre et le Prix de la Ville de Pise. En 2006 sortit une plaquette de vers intitulée Mondanità2, prélude à un livre plus fourni qui devrait bientôt voir le jour. Spécialiste du poète sicilien Bartolo Cattafi, Paolo Maccari a également publié un bel essai critique sur cet auteur, Spalle al muro3.

2Le recueil Ospiti est composé de deux parties distinctes mais liées par des échos thématiques et métriques autour d’une certaine perception de la maladie, un des motifs majeurs de cette œuvre débutante. La première partie, Nel ventre, comporte une vingtaine de poèmes où dominent la forme du sonnet et la mesure hendécasyllabique, parfois exténuée par des sonorités à la limite du maniérisme phonique. La forme codifiée concerne effectivement de nombreux textes, alternant avec des laisses uniques de vers libres ; il s’agit de sonnets où la structure traditionnelle est souvent désarticulée, dilatée, démontée par des vers supplémentaires ou des enjambements systématiques entres strophes qui contrarient entièrement par le rythme les lois de la syntaxe et la fonctionnalité d’origine du sonnet pour organiser la pensée. La seconde partie du livre, Ospiti, évoque, en une quinzaine de poèmes où reviennent des sonnets et apparaissent même quelques proses poétiques, plutôt que des poèmes en prose, l’expérience humaine éprouvante du travail dans un hospice de vieillards, dans le cadre d’un service civil. La vie et la disparition de ces ‘hôtes’ de la souffrance et de la mort imminente a donné son titre à tout le recueil et durablement influencé la couleur de l’écriture poétique de Maccari.

  • 4  Giacomo Trinci, « Il leopardiano di Val d’Elsa », Alias, supplément de Il Manifesto, 23 juin 2001, (...)

3Le second livre, Mondanità, reprend la thématique de la maladie emblématique, de la douleur et de la lutte intérieure, avec encore quelques sonnets au milieu de formes plus libres et de mesures de vers assez diversifiées qui oscillent entre la verticalité des séries de sept syllabes et l’horizontalité des vers longs qui excèdent le dodécasyllabe. Le titre du livre peut sembler parfaitement éloigné des couloirs déprimants de l’hospice qui avaient inspiré Ospiti, et pourtant il reste dans la même vision problématique du ‘monde’, au sens où l’entendait Leopardi dans le quatre-vingt-quatrième de ses Pensieri, celui où il reconnaît en Jésus Christ le premier à identifier et nommer « quel lodatore e precettore di tutte le virtù finte, detrattore e persecutore di tutte le vere […] col nome di mondo ». Les premiers lecteurs critiques de Maccari ont vite décelé le léopardisme de sa poésie, à tel point que l’un d’entre eux, un autre jeune poète prometteur, Giacomo Trinci, l’a ainsi surnommé « le léopardien du Val d’Elsa »4. Nous conclurons cette petite biographie littéraire en rappelant que Maccari s’est aussi essayé à la traduction de vers, dans la grande tradition des poètes italiens traducteurs de poètes étrangers, en l’occurrence deux textes d’Ezra Pound qui ferment par un diptyque la plaquette Mondanità.

4Notre lecture critique de l’œuvre en devenir de Maccari a pour ambition d’analyser les formes de ce qui constitue, croyons nous, l’un des principaux catalyseurs de son écriture, à savoir l’expression d’un combat intérieur. Le rapport du je à une maladie qui agresse, au sens propre comme au sens figuré, car elle est emblématique d’un malaise de l’être humain, s’accompagne du rapport du je au monde, dans le sens léopardien que nous avons rappelé. L’originalité et l’intérêt de la poésie de Maccari réside dans le refus de résoudre ce double rapport par la seule exhibition d’un je omniprésent, car le discours sur le mal intérieur ne transmute pas le malaise en élégie, pas plus qu’il ne l’exacerbe par un réalisme clinique sans issue. La poésie de Maccari affronte le monde par le concret réduit à son essence, et notamment par une figuration lucide et décharnée de la souffrance sous toutes ses formes.

  • 5  « L’evidenza del male e del dolore », Bagliori, in Ospiti,cit., v. 21. C’est nous qui traduisons.

5Le combat que livrent l’écriture et le poète se déroule à la fois contre un mal qui ronge et contre soi-même, c’est pourquoi les motifs du malaise, de la douleur, de la finitude, de la résistance gravitent autour d’un mouvement récurrent de descente au fond de soi par le langage. Les deux livres de Maccari décrivent et constatent « l’évidence du mal et de la douleur »5 par un discours qui fonctionne par l’analyse exclusive de l’humain avec des ‘instruments humains’, pour reprendre Vittorio Sereni. Le corpus que constituent la cinquantaine de poèmes publiés à ce jour va nous fournir les clés d’interprétation de ce combat intérieur durant lequel la connaissance de la douleur intervient aussi par la douleur.

La connaissance par la douleur : une descente au fond de soi

6Les deux poèmes qui ouvrent chacun les deux livres Ospiti et Mondanità inaugurent la définition d’un mal intérieur à décrypter. En premier lieu, le ventre symbolique du cheval de Troie qui renferme des guerriers prêts à l’assaut représente une existence viscérale marquée par la douleur intime et étrangère à la fois. Dès ce premier texte l’association entre sentiment de la lutte et douleur profonde montre que la relation entre le je lyrique et le mal sourd qu’il sent progresser en lui sera placée sous le signe du combat, parfois interrompu par la fuite ou l’acceptation. Du ventre la douleur passe au crâne, avec le second livre qui débute par une figuration de l’atrocité de la migraine. Le front de l’individu heurté par un bélier devient image du front d’une bataille intérieure, dont nous étudierons les formes plus loin. Ces deux poèmes liminaires, celui du ventre qui renferme un mal et celui du crâne agressé, instaurent deux figurations de la descente au fond de soi pour sonder les tréfonds d’un malaise, ou plus exactement un « sconforto », mot clé du recueil Ospiti. Il s’agit bien d’une observation physiologique et poétique de l’âme, comme dans Il gelo :

  • 6  Il gelo, Ibidem, v. 1-4.

Scivolo in nuove schegge di sconforto,
lo corono di pazienze recenti…
sfioro con la lingua le labbra i denti
per sentire il gusto del sangue morto.6

7La descente au fond de soi-même implique une mise en évidence plus ou moins marquée du je, témoin de l’expérience de la douleur car il a pleinement conscience du mal qui l’habite, et n’hésite pas à en préciser au lecteur l’authenticité lorsqu’il ajoute une composante discursive à ses vers :

  • 7  Il silenzio, Ibidem, v. 1-11.

È come quando arriva lo sconforto
un istante tra brividi un evento
che addossa ai nervi tutto il tempo sparso
[…]
So cosa dico è un fulmine rosato
nei crepuscoli, e netto […]7

8Comme dans un effort pour focaliser une fois pour toutes sur le je avant d’en atténuer le narcissisme dans les textes suivants, le choix métrique du poème liminaire Nel ventre témoigne d’une dislocation de la forme du sonnet. En effet, après une dilatation du second quatrain qui devient strophe de cinq syllabes, les deux tercets sont précédés de l’intrusion d’un distique entre parenthèses constitué d’un trisyllabe oxyton et d’un bisyllabe vocalique avec diérèse. Le pronom de la première personne qui forme ce vers bref a été rejeté pour marquer dans son isolement le centre de gravité du poème, le lieu où l’évocation du ventre du cheval de Troie se confond avec celle du ventre humain en proie à un mal qui le ronge :

  • 8  Nel ventre, Ibidem, v. 1-13.

Come i guerrieri giovani nel ventre
del cavallo di Troia si guardavano
tra le lame di buio, e sorridevano,
poiché sicuri di restare per sempre

nella memoria dei nipoti ; mentre
dentro l’attesa spargevano bava
di ferocia e impazienza, e scagliavano
gli animi nel dopo, ove era la cava
della gloria, del rischio, per le tempre,

               (Così,
                 io)

sento nelle viscere un famoso
anonimo pugnale che mi svena
[…]8

9La brève et inévitable étape de l’autoportrait est expédiée dans le poème suivant, Due terzine d’autoritratto, avant de faire place à une introspection de la vie nerveuse que le je opère non par simple regard sur soi mais par diffraction multiple. L’exploration intérieure ne se réduira pas à un jeu de miroirs mais sera décomposée en plusieurs figurations concrètes et emblématiques de la douleur. Ainsi le motif de la chasse, sur lequel nous reviendrons plus loin, présente une figuration concrète de l’introspection :

  • 9  L’esistenza nervosa, Ibidem, v. 1-9.

Non è che una caccia come per gli uomini
antichissimi e non vi è di mezzo altro
che la sopravvivenza ; niente storie,
niente canzoni o preghiere un pezzo
d’esistenza da fare proprio un pezzo
d’aria da respirare, una fuggiasca
preda da raggiungere e fare propria.
Chiedo aiuto complicità alla mia
nervosa esistenza […]9

  • 10  « Come i guerrieri giovani nel ventre » dans Nel ventre, et « Come gli alberi passati dal vento », (...)
  • 11 Un occhio attento, in Ospiti.
  • 12  Orazione, in Mondanità.
  • 13  Il delta, in Ospiti, v. 1 et 14.
  • 14  Zingari, Ibidem, v. 1-2.

10La décomposition de la descente au fond de soi par la poésie, pour décrire la maladie emblématique, est souvent soutenue par la comparaison ou bien l’analogie, d’ailleurs l’auteur utilise souvent la conjonction « come », qui constitue le premier mot des poèmes liminaires de chacune des parties d’Ospiti10. Par exemple une des figurations de la maladie est le sentiment de la peur, dans le poème Un occhio attento11, et le discours décompose à son tour ce sentiment en le comparant successivement à un chiot et à un poulain qui viennent de naître puis qui courent, à une tour irréelle, à un œil attentif qui reste ouvert, tandis que cette même peur se diffracte encore par la prosopopée à la première personne, en s’identifiant respectivement à un projectile, à un reptile puis à un scorpion. De la même manière de nombreux poèmes proposent la figuration du mal intérieur par le recours aux éléments les plus concrets. Ainsi l’animal revient dans Orazione12sous les traits de la taupe et de ses voyages souterrains qui figurent les déplacements du mal dans les entrailles, alors que la taupe est à son tour comparée à un bélier, écho du poème liminaire sur la migraine dans lequel la douleur agit comme un coup de bélier justement. On observe également la figuration concrète du mal par l’évocation de lieux aquatiques immobiles ou dangereux, comme les marais où s’embourbe métaphoriquement l’individu en proie à la paresse dans le poème final de Mondanità, Stagnando, ou bien le delta d’un fleuve dans lequel la navigation incertaine devient figuration d’un combat avec soi-même avant de trouver le calme, car « il delta dello sfacelo » de l’incipit du sonnet se résout au dernier hémistiche de l’explicit par « ci calmeremo »13. On mentionnera enfin comme dernier exemple le début de Zingari, où la figuration concrète prend encore une autre forme : « Le traversie del tuo sconforto / sono zingari a cassetta di carrozze colorate. »14.

11Les moyens de figurer le mal par des comparaisons concrètes s’accompagnent, sur le plan de la stylistique, d’une recherche d’expressivité parfois à la limite d’un certain maniérisme poétique, comme dans les efforts de dureté phonique dans plusieurs vers qui figurent la blessure et la douleur par l’âpreté du langage. Les sonorités dures et pierreuses font souffrir la langue comme souffrent le corps et l’esprit. La répétition du terme poussière, dans un poème, elle-même image de l’angoisse qui s’insinue comme les grains de poussière, provoque une série d’allitérations obsédantes, effet sonore d’une décomposition du mal par le langage :

  • 15  La parata, Ibidem, v. 19-23.

Oh eccola
                          la polverosa interezza
dell’angoscia che striscia sulla polvere
polvere poveri strappi di mente
che cercano cura e invece sigillano
il fervido termitaio d’angoscia15

  • 16 Una piena, in Mondanità, v. 15-16.

12On pourrait aussi citer la fin du sonnet Una piena, où le dernier vers du second tercet accumule une consonne identique pour marquer ostensiblement la tonalité morbide du texte qui évoque des cadavres d’animaux et des débris qui flottent après une crue (« a filare la sua fine in finali »), tandis qu’inopinément un distique de clausule allonge le tercet et renforce l’idée de finitude concrète dans son vide inéluctable. Du point de vue rythmique, car il s’agit bien d’un discours poétique savamment calculé, ce distique final présente deux étranges hendécasyllabes dont les accents constitutifs se retrouvent très éloignés entre eux, grâce au choix des adverbes de manière, qui dilatent un effet rythmique d’anapestes à répétition : « vertiginosamente originali / uguali insopportabilmente uguali »16.

13Dans l’analyse du malaise ressenti, exprimé par le terme récurrent « sconforto », le poème Il gelo constitue un exemple limite de ces exercices stylistiques expressifs qui participent pleinement de la définition du combat contre le mal intérieur (et l’on rappellera que l’auteur n’a pas encore vingt-cinq ans lorsqu’il compose Ospiti). Dans ce sonnet les répétitions de nature épiphorique font alterner à la rime les mots « sconforto » et « morto », comme un cadre sémantique mis en place pour accueillir chaque strophe. La coupure du gel et de la glace, le tranchant des dents et des serres du froid qui agresse constituent des figurations du « sconforto » omniprésent qui conduit à l’épuisement final du poids mort.

  • 17  Richiamo, Ibidem.
  • 18  Préface des Contemplations.

14Cependant, l’écriture de Maccari tente à tout moment de se délivrer d’un je exclusif dont la seule manifestation pourrait consister en un repli vers le solipsisme élégiaque de la souffrance intime. Nous avons évoqué dans l’introduction la volonté de toujours investir la description du mal par la figuration concrète qui permet d’échapper à l’introspection physiologique et psychologique pure et simple, et le lecteur se rend compte au fur et à mesure de son voyage dans le premier recueil que le je initial, qui éclatait ostensiblement au cœur du sonnet liminaire, se fond progressivement dans un nous collectif, constitué peut-être par la communauté de la souffrance, ironiquement appelée « coinquilini » dans le poème en hommage à la mort de Baldacci17. Les colocataires de la souffrance rendent encore possible une affirmation du je lyrique par le ‘nous’ ou le ‘tu’ discursif, car, pour reprendre Hugo, « hélas quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? »18. Le poème Le mie mani, dans le second recueil, résume bien ce partage entre soi et l’autre dans l’affirmation d’une conscience commune. En effet, le titre laisse entendre un autoportrait par le détail des mains, alors qu’une série d’incises entre parenthèses qui affectent la signification apparente des vers accueillent le nous collectif, au point que le je se fond dans une lucidité résignée de l’humain :

  • 19  Le mie mani, in Mondanità, v. 12-13.

[…] alla tolleranza dell’esperienza
(che non insegna niente mai,
di questo ormai siamo esperti)19

  • 20 Il delta, in Ospiti, v. 1.
  • 21 Orazione, in Mondanità, v. 1.
  • 22 Stagnando, Ibidem, v. 1.
  • 23 Emicrania, Ibidem, v. 5.
  • 24 Orazione, Ibidem, v. 36.

15La première personne du pluriel accompagne la navigation incertaine dans les eaux du delta métaphorique (« Discendiamo al delta dello sfacelo »20), la marche espérée vers un répit de la douleur (« Dobbiamo muoverci finché non spuntano perorazioni »21) et l’enlisement dans les marais de la stagnation de l’esprit (« Penammo, sì, a star fermi »22). Mais le ‘nous’ cède parfois à un ‘tu’ par lequel l’écriture instaure un dialogue entre je et l’autre. Les deux formes les plus remarquables de cette dimension discursive de la poésie de Maccari se retrouvent dans le rapport aux vieillards de l’hospice, qui renvoie directement au je la réalité de la maladie et de la mort, puis dans le rapport avec l’au-delà lorsque l’élève Maccari parle à son maître Luigi Baldacci, dans Richiamo, dont le sujet reste la disparition dans le vide. Enfin, il importe d’ajouter que le je s’adresse à plusieurs reprises à un ‘vous’ invoqué comme témoin incrédule de la souffrance qui ne se partage pas (« Non so se capirete », à propos de la violence de la migraine23), ou comme ennemi intérieur à qui l’on supplie d’accorder une trêve (« Vi supplico di partire : ve lo chiedo in ginocchio. »24).

  • 25  « famoso / anonimo pugnale che mi svena », Nel ventre, in Ospiti, v. 11-12.
  • 26  Premure, in Mondanità, v. 1.
  • 27  Il premio, Ibidem, v. 1.
  • 28  Rinascita, Ibidem, v. 12.

16Les multiples figurations concrètes de la maladie et le sentiment d’appartenance à une communauté de la douleur (au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs), constituent deux des principaux motifs poétiques dans la définition générale du mal, noyau des deux livres de Maccari. Nous avons évoqué la récurrence du terme « sconforto », mais l’écriture rend compte d’un véritable combat contre un ‘ennemi’, métaphoriquement nommé « fameux poignard anonyme »25. Il s’agit, dans la poésie, d’une maladie qui affecte le système nerveux, définie à deux reprises dans le corpus de « malattia dei nervi »26 ainsi que de « mal di testa »27. La maladie, à la fois manifestation physiologique et emblème d’un malaise de l’existence, devient la seule réalité du vécu, la forme réduite à l’essentiel de l’individu. Le calcul métrique et rythmique traduit par exemple cette essentialité de la douleur dans un vers du sonnet dilaté Rinascita, consacré à l’accoutumance du mal qui se répète malgré les apparences du répit. Ce vers de neuf syllabes comprend trois groupes de trois syllabes séparés entre eux par la ponctuation forte : « è troppo. Si soffre. Davvero. »28, la scansion volontairement ralentie offre simplement la reconnaissance humaine de la douleur, une fois que la descente au fond de soi a permis d’identifier par le langage les formes et les manifestations du mal.

  • 29  Emicrania, Ibidem, v. 11-12.

17Un autre aspect de la poésie de la souffrance montre comment fonctionne une sorte de mécanique de la douleur, dont la progression de la migraine constitue la transposition concrète ; le poète parle bien d’une « macchinazione / di mal di testa »29, semblable en quelque sorte à un engrenage à l’intérieur du corps. Si les coups de bélier et les images d’un champ de bataille structurent le poème Emicrania, les sept vers de Per uno scatto traduisent l’idée de mécanique en marche par l’allongement progressif de la mesure syllabique qui culmine avec un double settenario :

  • 30  Per uno scatto, Ibidem, v. 4-7.

[…] osservo
bande di tremiti darmi l’assillo
risalire dai nervi con linea ingegnosa
fino ai tornanti del cervello30

18Le mal psychologique nerveux qui se manifeste dans cette poésie engendre un état de malaise qui bloque (c’est justement le thème central de Stagnando). Dans le réseau de figurations que construit l’auteur, migraine, angoisse, fatigue, paresse, nervosité ont sans doute trouvé une figuration occasionnelle et définitivement parlante dans le motif de la fin de vie dans son expression la plus triviale et la plus désarmante, la condition des vieillards.

La connaissance de la douleur : l’expérience de la finitude

  • 31  « accorgersi che l’incubo è abitabile », Tu non verrai, Ospiti, v. 24.

19Dans le cadre d’un service national civil, Paolo Maccari a travaillé dans un hospice, au contact du quotidien des personnes qui attendent, le plus souvent dans la solitude, leur  propre disparition. La composante autobiographique de la partie intitulée Ospiti, dans le livre homonyme, permet de sensibiliser avec plus d’âpreté le je poétique à l’idée de finitude et donc de combat intérieur, car en plus de l’évocation sèche et ironique de l’isolement des personnes condamnées à finir leur vie dans l’hospice, l’écriture tente de décrire au plus près les étapes du combat final face à la mort, dans le contexte d’un « cauchemar habitable »31.

  • 32  Maccari, sur le modèle de Tozzi peut-être, a aussi publié des textes en prose, très courts et inci (...)

20La perception poétique de la vie des personnes qui résident à l’hospice oscille entre apparence de communication entre l’extérieur et l’intérieur et conscience de la solitude. Les poèmes qui font allusion aux visites des proches témoignent tous d’une fausse volonté de se rapprocher, d’un monde illusoire dans lequel les vivants du dehors font semblant de partager la condition des vieillards. La figure emblématique d’une fillette en visite auprès de sa grand-mère résume à elle seule le refoulement de l’idée même de finitude et de disparition, créant un fossé infranchissable entre ceux qui vont partir et ceux qui refusent d’en concevoir l’idée. Ce texte n’est pas un poème en vers mais une sorte de micro-récit en prose sèche et concise, où la description du comportement de la petite fille, inconsciente de la véritable signification de l’hospice, culmine dans la transparence d’un corps qui vient de s’éteindre dans l’indifférence. Le langage est réaliste, dur comme le constat d’une incompatibilité existentielle entre le dedans et le dehors32. La réticence du dehors pour pénétrer, l’espace d’une petite heure, dans le dedans de la souffrance et de la maladie se traduit dans les poèmes, au niveau rythmique, par des finales de vers proparoxytoniques de verbes à la troisième personne du pluriel à la suite, avec un effet de ralentissement comme si le langage retardait l’instant de la visite au vieillards, sous l’œil de Paolo Maccari membre du personnel de l’hospice et sous la plume de Maccari poète :

  • 33  I Cari, Ibidem, v. 1-4.

I parenti degli ospiti si muovono
verso l’ospizio al vespro e prima sciamano
come indecisi alle soglie del covo
doloroso ; s’osservano, si chiamano33

21Le je lyrique qui observe l’agonie d’un malade devient, par l’intermédiaire de la poésie, médiateur entre le monde des vivants et celui des presque morts, il connaît la douleur dans sa forme la plus essentielle et cherche à rester malgré tout du côté des vivants, car une des leçons de cette expérience apprend que le mourant doit affronter seul son combat intérieur. Cette idée constitue la substance d’un texte qui mêle prose et vers, alors que la prose évoque un combat entre les barreaux du lit et les vers, entre parenthèses, le discours du je à lui-même :

  • 34  Un colpo di reni, Ibidem.

(Solo, evita i suoi occhi.

Non cedere alla tentazione
di vedere come reagisce
altrimenti capisce che capisci
[…])34

22La médiation qui constitue une des fonctions du je lyrique dans Ospiti trouve son accomplissement dans le dialogue complice et sans faux-semblants d’un autre poème sur la fin de vie, Senza diletti, un dialogue entre les hôtes et Paolo, entre guillemets et au discours direct, dans lequel les vieillards tentent de faire comprendre qu’ils acceptent leur condition et qu’il est inutile de les tromper, comme dans l’histoire de la fillette où règne la simulation de l’indifférence. Paolo reçoit les paroles disloquées par des vers où le rejet et le contre-rejet deviennent systématiques et ostensibles, à savoir coupés du reste du vers, avec des lignes de points de suspension. Cette particularité métrique et typographique ne serait-elle pas déjà une forme de disparition de l’individu par le début de l’effacement du langage ?

  • 35  Traguardi, Ibidem, v. 37-38. Il s’agit du dernier poème du recueil.
  • 36  Tre morti, Ibidem, v. 1-2.

23L’observation de la finitude au plus près de sa réalité permet au jeune homme qui effectue son service civil de proposer au poète une transmutation de l’expérience par l’écriture qui semble aboutir à une vision laïque du néant, à une réflexion sur le vide, dont l’issue constitue l’aboutissement du combat contre le mal intérieur : « tra fine volontaria ed ingloriosa / caduta nello zero che trangugia »35. Une telle vision de la fin de vie est toutefois nuancée par un prière de quatre sonnets adressée à Dieu pour accueillir les vieillards, ou du moins leur accorder le repos : « Concedi loro l’eterno riposo / Dio mio, e non svegliarli mai più, mai più »36. La fin de vie s’annonce comme prélude à la disparition de l’ordre du monde sans possibilité de laisser une trace. En effet, si nous avons signalé les lignes de points de suspension et la dislocation des lignes typographiques dans le long poème Senza diletti, il faut ajouter que l’un des trois personnages qui parle à Paolo voudrait que ce dernier lui dise sans détour :

  • 37  Senza diletti, Ibidem, v. 26-32.

‘Sì, è vero, morirai e sparirai
sarai cancellato e nella natura
che non muta non resterà di te
nemmeno un graffio, la scancellatura
del tuo corpo o di tutti i tuoi pensieri.’
………………………………………
È esattamente, Paolo, ciò che avviene
io lo so e tu lo sai37

  • 38  Incidente domestico, Ibidem, v. 17-18.
  • 39  « l’evidenza bianca della pancia », Morale del mare, Ibidem, v. 6.
  • 40  Una piena, Mondanità, v. 12-13.

24Le lien direct entre l’expérience autobiographique qui a motivé les textes d’Ospiti et le reste du corpus poétique peut s’établir par l’analyse de la description du corps sans vie. Là aussi le néant résout sans solution de continuité l’existence qui prend fin, et plusieurs textes traitent de manière réaliste de la fin de l’être vivant, humain ou animal d’ailleurs. Ainsi, l’explicit d’Incidente domestico semble d’abord évoquer un couple qui dort alors qu’en réalité le dernier vers très bref précise dans l’âpreté de sa concision qu’il s’agit de deux corps sans vie, perdus chacun dans leur ultime épuisement imperceptible, comme l’agonie des vieillards de l’hospice : « nessun sospetto che fossero semplicemente / stanchi, sfiniti. »38. Les cadavres d’animaux rappellent également l’immonde nullité de la mort concrète, résumée dans « l’évidence blanche du ventre »39 des poissons qui flottent inertes à la surface de l’eau, reprise dans le livre suivant par les carcasses animales noyées lors d’une inondation, carcasses indifféremment mêlées dans leur difformité au débris et autres déchets emportés par l’eau fatale : « grandi o minuscole masse / fluttuanti di carne e detriti »40.

  • 41  Richiamo, Ibidem, v. 51-55.

25La disparition du corps dans le néant sans aucune signification particulière à lui attribuer pourrait déboucher sur une vision froidement cynique car désabusée de l’existence humaine, mais la poésie de Maccari évite ce détour par le sentiment d’appartenance à la communauté des habitants de la douleur, dont l’évidence constitue une des motivations de l’écriture. Dans le poème en hommage à Baldacci, le quatrain initial sanctionne encore une fois la disparition dans un gouffre (« il niente / che t’ha inghiottito »), au point que l’individu mort finit par se confondre avec le néant, mais plus loin, le je lyrique rappelle, et c’est là que réside selon nous une des raisons de l’originalité de Maccari, qu’il fait lui aussi partie intégrante de ceux qui souffrent face à ce vide : « gli altri coinquilini / […] gli sconosciuti / che ormai soffrendo / siam diventati / grazie a quel niente »41.

26La prise en compte de la dimension emblématique de la maladie et le constat de la finitude métaphorisée ou directement vécue restent cependant étroitement liés à l’autre facette de l’écriture de Maccari, la notion de lutte dans le rapport problématique qu’il entretient avec le réel.

Le rapport au monde : un combat

  • 42  Un colpo di reni, in Ospiti. Il s’agit d’un passage en prose.
  • 43  Ces exemples sont respectivement tirés de Le mie mani, Per uno scatto et Emicrania, in Mondanità.

27Dans sa description d’un combat, de kafkaïenne mémoire, le poète revient sur les images multiples d’agression physique. Le combat d’un homme dans son lit d’hôpital, dans l’espace délimité des barreaux, est représenté comme un duel dans l’arène de la solitude et sous le regard des spectateurs-infirmiers impuissants : « Mi richiama alla mente i circhi romani. Gli uomini osservano un uomo in lotta con una fiera. »42. Nous avions déjà remarqué dans le texte liminaire qu’une analogie s’établissait entre la douleur et un « fameux poignard anonyme » qui harcèle le ventre. On retrouve ainsi dans les deux livres une série d’agressions similaires comme la fièvre qui brûle les mains et les vipères aspics qui sortent de la poitrine, les tremblements qui assaillent le système nerveux ou les insupportables coups de bélier derrière le front43. Les tâches de vieillesse sur les mains d’une vielle femme nommée Caterina sont comparées au repas des chiens, et les dernières minutes d’une agonie à l’hospice deviennent une myriade de piqûres d’abeilles qui torturent. L’agression subie au niveau physique motive une écriture de la figuration concrète de la souffrance, dont l’image du champ de bataille définit un front intérieur à la fois sur le plan thématique et au niveau stylistique. Dans une longue laisse à base hendécasyllabique une mesure brève interrompt brusquement le rythme, à la manière des sursauts métriques d’Attilio Bertolucci, permettant d’isoler un seul mot, substance de toutes les agressions subies et noyau de l’analogie qui construit le poème, à savoir une secousse sismique :

  • 44 Evento sismico, in Ospiti, v. 13-17.

[…] Guardava l’ora approvava
la caduta puntuale della
ferocia.
Fu una scossa ben ringhiosa nemmeno
due secondi di danze forsennate.44

28Le combat que décrit le poète prend la forme d’une bataille de l’humain contre l’assaut physique du mal, dans la guerre déclarée de la migraine, les termes abondent pour installer les limites d’un champ de bataille où l’on commence déjà à compter les morts, où les blessés hagards quittent le front du front, dans un jeu de mot attendu entre « il fronte » et « la fronte ». La figuration du mal de tête par la description détaillée du quotidien d’un champ de bataille a montré, au niveau de la sémantique, comment la douleur investit les choix lexicaux, mais il faut aussi signaler une démarche similaire dans la dureté et le caractère obsédant des sonorités choisies, au niveau phonique cette fois :

  • 45 Una piena, in Mondanità, v. 1-4 et Ritratto con fiori, in Ospiti, v. 29-31.

Il fiume spande gonfio le sue schiume
trovando sfogo e sollievo nei campi
smanioso) procede a schizzi a lampi
di quiete e di rabbia improvvisa […]
[…] smaniosi, paralizzati
senza forza o fermezza – tanto che
una folata più forte ci spezza45

29Mais le combat signifie aussi que l’individu est une proie, ce qui explique les allusions à une chasse dans laquelle le mal capture celui qui souffre, avec au passage des échos de la chasse dans la poésie de Caproni contre la bête intérieure (nous pensons évidemment à Il franco cacciatore dont le poème de Maccari Le prede migliori semble constituer un prolongement). L’emblématique maladie des nerfs finit par se confondre avec sa proie, à tel point que la souffrance confine avec la familiarité du mal, étant donné que le mal est une partie de soi-même. Dans Premure le poète parle d’une amitié pour la maladie qui l’a conquis par la piqûre d’une seringue.

  • 46 Orazione, Ibidem, v. 55 et 56.
  • 47 Il delta, in Ospiti, v. 14.
  • 48 Rinascita, in Mondanità, v. 13-14.

30Cependant, face aux supplications d’un répit dans les vers du poème Orazione (« ve lo chiedo in ginocchio ») se trouve aussi la volonté du départ et de la réplique, synthétisée dans la forme inachevée « Marciamo verso »46, strictement opposée à la stagnation que nous avons évoquée plus haut (dans Stagnando). Cette marche pour échapper à la prédation de la maladie ne peut bien sûr aboutir qu’au recommencement de l’agression, dans une condition absurde de Sisyphe moderne, c’est la raison pour laquelle le je finira par accepter cette condition par la résistance. La descente sur les eaux du delta se concluait déjà par la consolation provisoire (« alla fine, al delta, ci calmeremo »47), tandis que la douleur se fait « usuelle », avec la même idée de calme apparent : « Con calma riconoscere che il fosso / non è caduta : è usuale… è sentiero »48. La résistance à la maladie signifie accepter le mal et le traverser, sur ce sentier.

  • 49 New age, in Mondanità, v. 4 et 10.

31Dans le combat que livre la poésie de Maccari contre un mal intérieur nous avions observé que la présence divine restait soit purement rhétorique et consolatrice, dans la prière pour les trois morts de l’hospice qui méritent l’oubli réparateur, soit ouverte vers la multiplicité de ses manifestations, ce qui constitue une évolution entre les deux livres. Le poème New age tente ainsi de fournir un début de réponse à la poésie de la maladie et de l’anéantissement de l’humain dans le vide par la possibilité d’un « divino inquilino » qui est en réalité un « dio qualunque »49. Si chacun enferme son propre mal, qu’il accueille en son cœur sa conception du transcendant.

  • 50  « Maccari è un malpensante, e non dubito che continuerà a esserlo […] », Ospiti, préface, p. 9.

32Luigi Baldacci avait rapproché Maccari de Leopardi en le qualifiant de « malpensante »50. Sans doute pensait-il que ce jeune poète avait compris que la littérature doit faire l’effort de dire l’humain sans faux semblants, sans filtre rassurant qui trompe ou exhibition hyperréaliste qui finalement dissimule en montrant. La poésie exprime un désir de dire ce dont une existence est faite, et celle de Maccari y contribue pleinement, en évitant d’aggraver le réel. Elle cherche des points de rupture et d’équilibre de l’existence, en exprimant la substance qui façonne une intériorité. Nous avons essayé de montrer comment se construisait une exploration de soi et du monde par l’écriture, n’est-ce pas simplement la fonction de la poésie aujourd’hui, d’attester de la présence au plus près des choses ?

  • 51  « Le poesie vanno sempre rilette / lette, rilette, lette, messe in carica ; / ogni lettura compie (...)

33La force d’une partie de la poésie contemporaine en général, et de celle de Maccari en particulier, tient au fait qu’elle prend sa signification au fur et à mesure des relectures, comme l’invoquait Magrelli dans ses Didascalie per la lettura di un giornale. Il est d’ailleurs amusant de constater que Magrelli utilise lui aussi la métaphore du cheval de Troie pour décrire le fonctionnement interne de la lecture des poèmes, comme Maccari décrit le fonctionnement du mal intérieur51. La recharge de sens à chaque lecture construit l’identité du poète, et la nécessité de ralentir, de faire des pauses, de revenir en arrière, indispensables pour circuler dans un recueil, font de la poésie aujourd’hui un espace rare de réflexion au milieu de la course du monde, un moyen de se fixer des repères, d’éviter de sombrer dans un néant par le langage.

Haut de page

Notes

1  Ospiti, Lecce, Piero Manni, 2000.

2  Mondanità, Brescia, Ed. L’Obliquo, 2006.

3  Spalle al muro, La poesia di Bartolo Cattafi, Firenze, Società Editrice Fiorentina, 2003.

4  Giacomo Trinci, « Il leopardiano di Val d’Elsa », Alias, supplément de Il Manifesto, 23 juin 2001, p. 23.

5  « L’evidenza del male e del dolore », Bagliori, in Ospiti,cit., v. 21. C’est nous qui traduisons.

6  Il gelo, Ibidem, v. 1-4.

7  Il silenzio, Ibidem, v. 1-11.

8  Nel ventre, Ibidem, v. 1-13.

9  L’esistenza nervosa, Ibidem, v. 1-9.

10  « Come i guerrieri giovani nel ventre » dans Nel ventre, et « Come gli alberi passati dal vento », dans Tu non verrai.

11 Un occhio attento, in Ospiti.

12  Orazione, in Mondanità.

13  Il delta, in Ospiti, v. 1 et 14.

14  Zingari, Ibidem, v. 1-2.

15  La parata, Ibidem, v. 19-23.

16 Una piena, in Mondanità, v. 15-16.

17  Richiamo, Ibidem.

18  Préface des Contemplations.

19  Le mie mani, in Mondanità, v. 12-13.

20 Il delta, in Ospiti, v. 1.

21 Orazione, in Mondanità, v. 1.

22 Stagnando, Ibidem, v. 1.

23 Emicrania, Ibidem, v. 5.

24 Orazione, Ibidem, v. 36.

25  « famoso / anonimo pugnale che mi svena », Nel ventre, in Ospiti, v. 11-12.

26  Premure, in Mondanità, v. 1.

27  Il premio, Ibidem, v. 1.

28  Rinascita, Ibidem, v. 12.

29  Emicrania, Ibidem, v. 11-12.

30  Per uno scatto, Ibidem, v. 4-7.

31  « accorgersi che l’incubo è abitabile », Tu non verrai, Ospiti, v. 24.

32  Maccari, sur le modèle de Tozzi peut-être, a aussi publié des textes en prose, très courts et incisifs, dans Pensieri in piazza e sei poesie, « L’Almanacco », n°1, 2007.

33  I Cari, Ibidem, v. 1-4.

34  Un colpo di reni, Ibidem.

35  Traguardi, Ibidem, v. 37-38. Il s’agit du dernier poème du recueil.

36  Tre morti, Ibidem, v. 1-2.

37  Senza diletti, Ibidem, v. 26-32.

38  Incidente domestico, Ibidem, v. 17-18.

39  « l’evidenza bianca della pancia », Morale del mare, Ibidem, v. 6.

40  Una piena, Mondanità, v. 12-13.

41  Richiamo, Ibidem, v. 51-55.

42  Un colpo di reni, in Ospiti. Il s’agit d’un passage en prose.

43  Ces exemples sont respectivement tirés de Le mie mani, Per uno scatto et Emicrania, in Mondanità.

44 Evento sismico, in Ospiti, v. 13-17.

45 Una piena, in Mondanità, v. 1-4 et Ritratto con fiori, in Ospiti, v. 29-31.

46 Orazione, Ibidem, v. 55 et 56.

47 Il delta, in Ospiti, v. 14.

48 Rinascita, in Mondanità, v. 13-14.

49 New age, in Mondanità, v. 4 et 10.

50  « Maccari è un malpensante, e non dubito che continuerà a esserlo […] », Ospiti, préface, p. 9.

51  « Le poesie vanno sempre rilette / lette, rilette, lette, messe in carica ; / ogni lettura compie la ricarica, / sono apparecchi per caricare senso ; / […] da dentro il cavallo di Troia. », Valerio Magrelli, La poesia, in Didascalie per la lettura di un giornale, Torino, Einaudi, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Paolo Maccari : une figuration poétique du combat intérieur », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://italies.revues.org/2640 ; DOI : 10.4000/italies.2640

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Université de Provence
Maître de Conférence habilité à l’Université de Provence. Il fait partie du Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER, Aix en Provence) et du Centre Interdisciplinaire de Recherches sur la Culture des Echanges (CIRCE, Paris 3-Sorbonne Nouvelle). Ses travaux portent sur la littérature contemporaine et en particulier sur la poésie italienne. Il a publié divers articles sur Giovanni Pascoli et Attilio Bertolucci. Ses travaux les plus récents sont consacrés à l’œuvre en vers et en prose de Vittorio Sereni.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org