Navigation – Plan du site
Parcours critiques à travers la poésie italienne d'aujourd'hui
Espaces et conflits

La présence de Montale et sa fonction d’appui dans La bella vista d’Umberto Fiori

Fabrice De Poli
p. 117-138

Résumé

Le dernier recueil d’Umberto Fiori, La bella vista (2002), manifeste pleinement sa passion pour Montale et notamment pour Ossi di seppia qui joue ici le rôle d’un palimpseste sur lequel Fiori s’appuie pour exprimer sa propre voix poétique et un rapport au monde paradoxalement anti-montalien.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Andrea Cortellessa évoque Sbarbaro, Ungaretti, Leopardi (Andrea Cortellessa, Umberto Fiori, il par (...)
  • 2  Il écrit qu’il s’est interrogé « fin da ragazzino » sur le sens des passages les plus obscurs du s (...)

1Parmi les nombreuses influences poétiques italiennes qui ont pu nourrir la poésie d’Umberto Fiori1 (né en 1949), celle de Montale nous semble avoir un rôle pour le moins particulier, sinon fondamental. Fiori a lu très tôt Le occasioni2et surtout, comme il l’explique dans cet extrait d’interview, Ossi di seppia qui le marqua profondément :

  • 3 Grazia Casagrande, I consigli di lettura di Umberto Fiori in « Wuz, cultura e spettacolo », rubriqu (...)

Circa la scrittura poetica invece, ci sono autori che consideri modelli o che ti hanno dato delle suggestioni particolari ?
Innanzitutto direi Montale, che ho letto a dodici anni. Specialmente gli Ossi di seppia. È il libro in cui ho sentito per la prima volta la poesia come perfetta fusione di suoni e immagini, di cose e parole ; una scrittura senza sbavature, essenziale, austera, eppure estremamente sensuale. È stato come ascoltare per la prima volta la lingua italiana.3

  • 4  Umberto Fiori, La bella vista, Milano, Marcos y Marcos, 2002.
  • 5  L’image de l’« appui » est proposée par Nathalie Piégay-Gros dans Introduction à l’intertextualité(...)

2Le dernier recueil de Fiori, La bella vista4 (2002), qui s’ouvre sur une citation tirée d’Ossi di seppia, illustre éloquemment la manière dont Fiori s’approprie la poésie de Montale, et notamment du premier recueil montalien, pour exprimer sa propre voix poétique, à certains égards radicalement opposée – et nous ne pensons pas ici à la différence de langue, volontairement plus commune chez Fiori, mais plus fondamentalement à une différence de perception du monde, au-delà des similitudes qui relient les deux poètes. Nous verrons en effet comment, en prenant appui5 sur le paysage et le symbolisme d’Ossi di seppia, Fiori affirme dans La bella vista une position face au monde qui s’oppose au pessimisme montalien.

Présence des Ossi

1. Le paysage : canicule ligure

  • 6  Cf. les plaquettes Case (1986) et Parlare al muro (1996) ; les recueils Esempi (1992), Chiarimenti(...)
  • 7  Tout particulièrement la section homonyme qui comprend la moitié du recueil.

3Une des figures récurrentes de la poésie de Fiori est celle du paysage frappé de lumière. Ce paysage est urbain dans les précédents ouvrages6, et ce sont principalement des façades qui reflètent la lumière. La bella vista inaugure un changement en ce sens puisque le paysage lumineux qui domine à présent le recueil7 est la côte du golfe de La Spezia, comme le poète l’explicite dans une note en fin d’ouvrage. Le choix du paysage (côte rocheuse surplombant la mer, voisine des fameuses Cinque terreimmortalisées dans Ossi di seppia) mais surtout la manière dont Fiori l’évoque invitent à un rapprochement entre les deux poètes.

  • 8  Eugenio Montale, Fine dell’infanzia, v. 37, Ossi di seppia (nous adopterons par la suite le sigle (...)
  • 9  Umberto Fiori, La bella vista, V, v. 10 (les poèmes de la section homonyme ne portent pas de titre (...)
  • 10  Umberto Fiori, BV,XXV, v. 2 ; Eugenio Montale, Fine dell’infanzia, v. 30, Os.
  • 11 Meriggiare pallido e assorto…, vv. 10-13, Os.
  • 12 BV, V, v. 9.
  • 13 Gloria del disteso mezzogiorno, v. 1, Os.
  • 14 BV, I, vv. 6-7.
  • 15 Ho sostato talvolta nelle grotte…, v. 10, Os.
  • 16  « Il cielo, sopra la cava, / era puro celeste, liscio e teso », BV, I, vv. 1-2. Il n’est pas impos (...)
  • 17 Ripenso il tuo sorriso…, v. 4, Os.
  • 18 BV, V, v. 9.
  • 19 Fine dell’infanzia, v. 23, Os.
  • 20 BV, V, v. 2.

4Dans les deux recueils, les monts (« quei monti »8 chez Montale, « [i] monti azzurri là in fondo »9 chez Fiori) présentent leur roche à nu, leur « pietraia »10. Ces monts bordent une mer scintillante : « il palpitare / lontano di scaglie di mare » chez Montale est dû à un soleil qui éblouit, « abbaglia »11, tandis que chez Fiori c’est la mer elle-même qui provoque « l’abbaglio »12. Les deux paysages, montalien et fiorien, sont en effet écrasés par la lumière de midi, heure que les poètes précisent (« Gloria del disteso mezzogiorno »13 ; « pesava / la luce di mezzogiorno »14). L’indication de l’azur immaculé souligne le triomphe du soleil ; le ciel des Ossi est « netto »15, il est « liscio » dans La bella vista16. L’immobilité méridienne se traduit par une impression de calme, chez Montale (« bianco cielo quieto »17) comme chez Fiori (« l’abbaglio calmo del mare »18) et tous deux évoquent la pureté du paysage (pour Montale les « pure colline »19, et pour Fiori un ciel  « puro celeste »20).

  • 21 Egloga, v. 15, Os.
  • 22 BV,XXIII, v. 14.
  • 23 Antico sono ubriacato…, v. 7, Os.
  • 24 BV,V, v. 13.
  • 25 Meriggiare pallido e assorto…, v. 5, Os.
  • 26 BV, I, v. 16.
  • 27 Gloria del disteso mezzogiorno…, v. 5, Os.
  • 28 BV,I, v. 21.
  • 29 Ibidem., v. 8.
  • 30 Meriggiare pallido e assorto…, v. 3, Os.
  • 31 BV, I, v. 15 ; XIX, v. 11.
  • 32 Non chiederci la parola…, v. 10, Os.
  • 33 Riviere, v. 59, Os.
  • 34 BV,II, v. 2-3.

5Le soleil y brûle toutes choses (« brucia una toppa di cielo »21 dans les Ossi ; Fiori évoque « [il] fuoco del paesaggio »22) ; le soleil y « cuit » toutes choses (« il sole cuoce »23 chez Montale, la plage est « cotta dal sole »24 chez Fiori), provoquant la sécheresse. Le sol est craquelé (comme l’indiquent « le crepe del suolo »25 chez Montale, et « la crepa del fango »26 chez Fiori), les grèves sont « sèches », dans les Ossi (« secco greto »27) comme dans La bella vista (« greto asciutto »28). La végétation, souffrante, semble être dominée par les ronces, comme le suggère Fiori par le vers « Le rocce e i rovi »29, vers qui rappelle par son signifié et sa musicalité rude l’atmosphère des Ossi où Montale évoquait « i pruni e gli sterpi »30. Les branches sèches de la Bella vista (« stecco », « ramo rinsecchito »31) rappellent celles des Ossi (« la storta sillaba secca come un ramo »32, « questi rami / […] scarniti e nudi »33) tandis que l’image des os décharnés (« rami pallidi, lisci / come ossa spolpate »34) évoque le titre même du recueil montalien.

  • 35  Umberto Fiori, BV,XXV, v. 2 (A la « biscia » de la section La bella vista, il faut ajouter le poèm (...)
  • 36 BV, XXIX, v. 22 ; pour Montale voir Debole sistro al vento…, v. 2, Os.
  • 37  Cf. BV,XXIX, v. 23 ; pour Montale voir Non chiederci la parola…, v. 8, Os
  • 38 BV,I, v. 13-15.
  • 39 Non chiederci la parola…, v. 10, Os.
  • 40 Corno inglese, v. 15, Os.
  • 41 Ora sia il tuo passo…, v. 13, Os.
  • 42 Non rifugiarti nell’ombra…, v. 14-15, Os.

6On pourrait retrouver d’autres éléments du paysage communs aux recueils comme la présence du serpent35, de la cigale craquetant36 ou même la présence de murs délabrés37. Certaines formulations ponctuelles de Fiori rappellent également les Ossi, comme celle qui spécifie le moment par le terme « l’ora » (« Era l’ora in cui pare che il mondo beva / ad occhi chiusi / la giornata che scende. »38), manière qu’on retrouve dans les Ossi pour indiquerla singularité d’un moment (« È l’ora che si salva solo la barca in panna »39, « nell’ora che lenta s’annera »40) et plus particulièrement la singularité du moment méridien (« in quest’ora che s’indovina afosa »41 ; « nel gioco d’aride onde / che impigra in quest’ora di disagio »42).

  • 43 Scendendo qualche volta…, vv. 1-2, Os.
  • 44  « [amo] le viuzze che seguono i ciglioni, / discendono tra i ciuffi delle canne / e mettono negli (...)
  • 45 BV,II, v. 1.
  • 46 BV, I, v. 26.

7Dans ce paysage de lumière et de sécheresse, les deux poètes, attirés par un élément lumineux, descendent vers le rivage par un sentier : ce mouvement de descente chez Montale (« Scendendo qualche volta / gli aridi greppi […] »43) mène vers la mer miroitante ou vers les anguilles et les citrons symboles de lumière44 ; chez Fiori (« Sono sceso per il sentiero »45) ce mouvement mène vers un point qui resplendit « come […] / la prima stella »46.

2. L’allégorie : l’homme et ce qui le dépasse

8Outre le paysage et les mots pour le dire, ce qui rapproche La bella vista et Ossi di seppia tient dans le rapport que le poète entretient avec le paysage et la fonction allégorique qu’il lui assigne. Dans cette perspective, la « bella vista », ce beau panorama, est au poète fiorien ce que la mer Méditerranée est au poète montalien dans la section Mediterraneo d’Ossi di seppia : un décor sublime, unique par sa beauté et par sa grandeur, que le poète invoque et qu’il déifie, sentant soudain toute sa petitesse d’être humain.

  • 47 Ho sostato talvolta nelle grotte…, v. 10, Os. ; Giunge a volte repente…, v.16, Os.
  • 48 Antico, sono ubriacato…, vv. 1-2, Os.
  • 49 Scendendo qualche volta…, v. 23, Os.
  • 50 Ho sostato talvolta nelle grotte…, v. 17, Os.
  • 51 BV, XVI, v. 16.
  • 52 BV, XIII, vv. 14-15.
  • 53 BV,XII, vv. 1-2.

9La mer de Mediterraneo est comme un dieu que le poète appelle « padre »47, un père qu’il invoque en début de poème en le glorifiant (« Antico, sono ubriacato dalla voce / ch’esce dalle tue bocche »48), un père qui se caractérise par sa « gloria », son allégresse (« tripudio »49) et surtout par sa « legge severa »50. Pareillement la « bella vista » est « gloria del mondo »51, « gioia già / perfetta »52, invoquée parfois en début de poème par le poète qui suggère à la fois sa beauté et sa sévérité (« Bella vista, / vista allegra e severa »53).

10Le caractère inouï de l’expérience vécue face à ces paysages est également suggéré par la prière des deux poètes pour que leur soit donné le pouvoir de rendre, dans leurs mots, un peu de l’incroyable qu’ils vécurent. Ainsi Montale :

  • 54 Potessi almeno costringere…, vv. 1-3, Os.

Potessi almeno costringere
in questo mio ritmo stento
qualche poco del tuo vaneggiamento54

Fiori souhaiterait pareillement pouvoir témoigner de la grandeur aperçue :

  • 55  BV, XII, vv. 25-27. On notera au passage que les mots du poème sont étrangement évoqués comme « pa (...)

Fa’ che queste parole italiane regnino
nella mia bocca
come ti ho visto regnare.55

  • 56 A vortice s’abbatte…, v. 2, Os.

11La grandeur de la « bella vista » et de la mer dans Mediterraneo se manifeste entre autres choses par l’apaisement qu’elles procurent. La mer fait sortir le poète à la « tête inclinée » de son abattement56 et l’emporte dans son « délire » :

  • 57 Avrei voluto sentirmi scabro ed essenziale…, vv. 22-24, Os.

[...] tu sciogli
ancora i groppi interni col tuo canto.
Il tuo delirio sale agli astri ormai.57

Pareillement, la « bella vista » fait ressentir au poète une paix associée au « délire » et au chant (ici, celui des cigales) :

  • 58 BV,XXIX, vv. 21-25.

La tua immensa calma risento,
bella vista, il delirio delle cicale
che dai muretti crollati
e dalle cime dei lecci
ti celebravano.58

Le désir de sublimation se fait désir de mort, d’une mort conçue comme retour :

  • 59 BV, XXII, vv. 1-3.

Tu mi hai insegnato tutto.
Insegnami a morire, bella vista.
A scomparire [...]
Insegnami a mancare,
a tornare invisibile [...]59

  • 60 Antico, sono ubriacato dalla voce, vv. 12-16.

12Ce vœu de retour à l’origine, formulé à la « bella vista », rappelle celui du poète montalien devant son « père » – père qui, comme la « bella vista », a dispensé son enseignement (« Tu mi hai detto primo / […] la tua legge rischiosa »60) :

  • 61 Dissipa tu se lo vuoi…, vv. 1-5, Os.

Dissipa tu se lo vuoi
questa debole vita che si lagna,
come la spugna il frego
effimero di una lavagna.
M’attendo di ritornare nel tuo circolo...61

  • 62 BV, XVII, vv. 4-5.
  • 63 Potessi almeno costringere…, v. 24, Os.

13Nos poètes expérimentent chacun une forme de sublimation (« mi sento pieno, / presente, chiaro »62 écrit Fiori ; « Sensi non ho ; né senso. Non ho limite »63 écrit Montale) ; ils n’en connaissent pas moins des moments de désespoir, lesquels s’expriment là encore de manière analogue.

  • 64 BV, XVII, vv. 16-17.
  • 65 Giunge a volte, repente…, v. 25, Os.
  • 66 Antico, sono ubriacato dalla voce…, v. 13, Os.
  • 67 Noi non sappiamo quale sortiremo…, v. 19, Os.
  • 68 BV, XXIV, v. 16.
  • 69 BV, XIII, v. 10.
  • 70  Cf. BV, IV, V.
  • 71 BV, IX, vv. 19-20.
  • 72 Lo sai : debbo riperderti…, vv. 10-12, Le occasioni.

14Dans La bella vista, la crise est évoquée par un oxymore (« alla luce di un sole nero / io mi dispero, mi sporgo »64) dans un poème dont les deux strophes s’ouvrent sur une locution, « a volte », évoquant l’occasionnalité (« A volte, bella vista » ; « A volte invece »). Le poème de Mediterraneo qui formulait l’état de crise intérieure s’ouvrait également avec cette locution (« Giunge a volte, repente ») et traduisait également le mal-être par l’oxymore de la lumière noire (« l’aria è tanto serena che s’oscura »65). Confrontés au sublime, les poètes sentent plus nettement leur petitesse morale et en éprouvent un sentiment d’humilité. Le poète des Ossi se sent impur devant la mer, il sait qu’il n’est qu’un « piccino fermento »66 de la vaste ‘mer’, sait que les hommes poètes en comparaison ne sont que des insectes, « api ronzanti »67. Le poète de la Bella vista sait pareillement qu’il est « così piccolo »68 ; il sait que les hommes ne sont que des « poveretti » comparés à la parfaite « bella vista »69 et que c’est d’elle que lui sont venues la force de vivre70 et la force de s’abandonner à nouveau à sa contemplation – on remarquera au passage que l’idée de la force est exprimée par Fiori avec un enjambement (« La forza per cederti ancora / da te, mi viene »71) qui rappelle un poème des Occasioni (« Cerco il segno / smarrito, il pegno solo ch’ebbi in grazia / da te »72).

  • 73 BV,XII, vv. 13-14.

15Le sentiment d’humilité s’accompagne tout au long de la section « La bella vista » d’une critique de la vanité et de l’orgueil humain, lesquels se manifestent (ici mais également dans d’autres recueils de Fiori) par l’importance que les hommes donnent aux noms : à leur propre nom ou aux marques des objets qu’ils achètent et par lesquels ils se valorisent. L’enseignement de la « bella vista » consistera justement à faire prendre conscience au poète de l’orgueil ridicule qui se cache derrière l’attachement au « nom ». Le poète demande ainsi à la « bella vista » de lui faire se souvenir, lorsqu’il est en ville, qu’elle se cache derrière « questo vocio / di cognomi, di insegne »73 et qu’elle se tient dans ce lieu intérieur mystérieux qui n’est pas l’identité sociale :

  • 74 BV,VI, vv. 10-12.

nella parte di me
che io non so, che io
non sono.74

  • 75 La farandola dei bambini…, vv. 7-8, Os.
  • 76  Cf. les deux poèmes d’Ossi di seppia : Ciò che di me sapeste… et Là fuoriesce il Tritone…

16Or, cette dichotomie entre le « nom », associé à la vanité, et le vrai ‘soi’ constitue un héritage montalien revendiqué dans l’exergue du recueil, tiré d’Ossi di seppia : « Nell’età d’oro florida sulle sponde felici, / anche un nome, una veste, erano un vizio »75. Le nom pour Montale peut être un « vice » car il marque une identité fausse et périssable, l’identité corporelle, caractérielle ou sociale de l’individu qui cache ce qu’on pourrait appeler le soi76. L’idée du vice montalien se retrouve dans la honte que Fiori associe au fait d’avoir un nom :

  • 77 BV, IV, vv. 11-17.

che vergogna è chiamarsi
in quel modo preciso, essere vivo
essere uno, sapere che la gente
ti vede mentre ti sporgi
tutto gonfio di te
dal niente
come il verme si sporge dalla mela.77

  • 78 BV, II, vv. 13-14.
  • 79 BV, II, v. 4.
  • 80 Non chiederci la parola che squadri da ogni lato…, v. 4, Os.

17Le sentiment de leur propre grandeur que les hommes manifestent par la fierté d’un nom ou d’une marque a comme principal symbole, dans le recueil de Fiori, la marque flamboyante inscrite sur un scooter, marque qui brillait au début du recueil et attirait le poète. Ces « grandi lettere d’oro / fiammate »78, qui resplendissent « in mezzo ai sassi »79, ont un air de famille avec les « lettere di fuoco » représentant chez Montale le discours des poètes prétentieux qui croient pouvoir percer le secret du cœur humain (pourtant « informe »), discours vain qui resplendit « come un croco / perduto in mezzo a un polveroso prato »80.

  • 81 BV, XXVI, vv. 28-30.
  • 82 So l’ora in cui la faccia più impassibile…, vv. 1-2, Os.

18Par la méditation sur les « noms » inspirée par la « bella vista », le poète fiorien sent dans sa chair l’orgueil mais aussi le mal-être de l’homme, « il vanto, la mania / il disagio, / la smorfia che lo agita »81. Ici encore, l’image de la grimace comme signe de la souffrance cachée rappelle la manière dont Montale dans un poème des Ossi évoquait « la pena invisibile » de tout homme : « So l’ora in cui la faccia più impassibile / è traversata da una cruda smorfia »82.

19La leçon d’humilité dispensée par la « bella vista » diffère cependant du discours du « padre » montalien car Fiori, comme nous allons le voir, fait entrer dans la catégorie de l’orgueil la position même qui caractérisait le poète des Ossi.

Le dépassement du pessimisme

  • 83  Museo, vv. 11-12, La bella vista.
  • 84 Portami il girasole ch’io lo trapianti…, vv. 10-11, Os.

20Si Fiori évoque le désir de « s’éteindre dans la lumière » (« spegnermi nella luce / della cosa che resta »83) tout comme Montale celui de s’évanouir « dove sorgono bionde trasparenze / e vapora la vita quale essenza »84, force est de constater que ce souhait de disparition est supplanté dans La bella vista par le désir de vivre, et de vivre ici-bas. La « bella vista » reproche ainsi au poète son désir de dissolution :

  • 85 BV, XXIV, vv. 11-15.

Eccomi. Eccomi sempre. Tu che mi chiami
con mille nomi
ma non vuoi più chiamarti,
vergognati.85

21Les commandements donnés par la « bella vista » sont au contraire une invitation à l’acceptation de la vie dans toutes ses contradictions. Chez Montale, même dans la section Mediterraneo, la plus enthousiaste du recueil, domine la pensée du temps qui consume toute chose : l’ici-bas n’a de sens que dans cette consomption. La leçon retirée par le poète est donc moins liée à la beauté grandiose de son « père » qu’à la désolation du paysage aride amplement évoquée tout au long des Ossi :

  • 86 Dissipa se tu lo vuoi…, vv. 16-23, Os.

Presa la mia lezione
più che dalla tua gloria
aperta, dall'ansare
che quasi non dà suono
di qualche tuo meriggio desolato,
a te mi rendo in umiltà. Non sono
che favilla d'un tirso. Bene lo so : bruciare,
questo, non altro, è il mio significato.86

  • 87 Godi se il vento ch’entra nel pomari..., vv. 1-3, Os.
  • 88 Dove se ne vanno le ricciute donzelle…,vv. 23, Os.
  • 89 Ciò che di me sapeste…, vv. 11-12, Os.

22Le sujet des Ossi est un homme qui a perdu sa vitalité dans un monde vécu comme enfer ; il est défini par la métaphore de la mort, « morto / viluppo di memorie »87, « troppo morto »88. Sa vie (« il mutarsi della mia vita ») n’est qu’une boule de terre brûlée qui ne s’ouvrira jamais (« lo schiudersi d’un’ignita / zolla che mai vedrò »89) – et le pessimisme ne sera pas moindre dans les recueils postérieurs où l’attente ardente d’un signe de sa messagère christique, Clizia, ira de pair avec une constatation toujours plus noire du caractère infernal de l’ici-bas. Fiori au contraire refuse la résignation :

  • 90 No, II, vv. 21-23, La bella vista.

E la rassegnazione,
o la rabbia che monta dentro
sguaiata, trionfante come una festa : no90

Et pour exprimer son adhésion à la vie, il prend appui sur son aîné, comme au poème XXV où le discours de la « bella vista » rappelle un fameux poème des Ossi, Meriggiare pallido e assorto…,mais en inverse la teneur :

  • 91 BV, XXV, vv. 1-6.

« Guarda l’ombra del rovere come avanza
sulla pietraia, guarda laggiù la biscia
che si nasconde. Guarda il sole che scende
dietro il valico, il cielo sulla tua testa
come si allarga e impallidisce. »91

23À l’instar de Meriggiare pallido e assorto…, ce début de poème invite à observer la nature (la répétition des infinitifs de perception chez Montale – « ascoltare », « spiar », « osservare », « sentire » – trouve son équivalent chez Fiori dans l’anaphore de l’impératif « Guarda ») ; il invite à observer les figures animales ou végétales qui illustrent des aspects négatifs de la nature – ici, l’inexorabilité du temps. La différence avec Montale s’opère dans la suite du poème :

  • 92 BV, XXV, vv. 6-17.

« Guarda là, sul sentiero, quella biondina
e il suo ragazzo
che ritornano a prendere il loro scooter.

Si avvicinano. Vedi ? Regge anche loro
quest’erba, questa polvere che ti regge.

non sei solo con me. C’è un aiuto,
una minaccia, un ingombro.

C’è un disturbo, una compagnia.
[...]
Sorridi, adesso. Salutali. »92

  • 93 BV, IV, vv. 29-30.

24La « bella vista » demande au poète de ne pas sombrer dans la mélancolie (aux poèmes IV et V, le poète explique que c’est grâce à la force qui émane de la « bella vista » qu’il a pu lutter contre l’« immensa / malinconia »93). Surtout, la « bella vista » invite le poète à sortir de son isolement et à s’ouvrir à la présence de l’autre. Ce sentiment de communion, fondamental dans toute la poésie de Fiori, peut donc se lire dans La bella vista comme un dépassement de l’isolement montalien. Pour  Andrea Afribo, c’est l’œuvre entière de Fiori qui manifeste ce dépassement :

  • 94 Op. cit., p. 144.

la partecipazione tutta comunitaria al miracolo [...] comporta in via definitiva l’uscita da una visione novecentesca e diciamo montaliana della Storia, fondata sull’idea di un soggetto certo debole e problematico, ma di fondo aristocratico, di estrazione lirico-tragica, in perenne ed eroico conflitto con il mondo : la divisione così montaliana e postmontaliana tra io e gli altri si può semplicemente dire che in Fiori non esiste.94

  • 95 So l’ora in cui la faccia più impassibile…, v. 8, Os.

25La résignation va de pair chez Montale avec un sentiment de solitude et de différence : le poète de ses recueils est un mélancolique étranger à la fête et aux joies de la foule, un homme différent des autres, qui voit ce qui est caché (comme la douleur secrète d’un cœur humain – « ciò non vede la gente nell’affollato corso »95). C’est un homme qui a vécu de rares moments de grâce, évoqués dans Mediterraneo, et même le « miracle » : prudemment évoqué comme hypothèsedans Ossi di seppia (avec le poème Forse un mattino…), le miracle sera présenté comme expérience vécue dans le quatrième recueil de Montale, Satura (avec les poèmes Divinità in incognito et Gli uomini che non si voltano, ce dernier réitérant, après Forse un mattino…, la dichotomie entre ceux qui se retournent, voient l’invisible, et « ceux ne se retournent pas »).

26Cette posture « aristocratique », typique de la position montalienne, liée notamment au fait que le poète est un homme qui a vu l’incroyable, est explicitement dénoncée par la « bella vista » :

  • 96 BV, XXIV, vv. 27-30.

Solo perché
una volta sei stato
di fronte a me – diceva la bella vista –
cosa ti credi ?96

  • 97  BV, XVI, v. 7.
  • 98 BV, IX, v. 1.
  • 99 Meriggiare pallido e assorto…, v. 14, Os.

27L’ouverture à l’autre, symbolisée dans La bella vista par le salut fait au jeune couple,est aussi ouverture au monde, car autrui et le monde sont « présence » et cette « presenza » – mot clé de l’univers fiorien – est en soi l’objet d’une fascination extrême et enthousiaste. La « bella vista » est cela même : pure présence (« tutta presenza »97), offerte à tous (« vista di tutti »98). L’émerveillement enthousiaste pour la présence au monde (de soi, des autres, des choses) est une des composantes de la poésie de Fiori qui le distingue radicalement de Montale. Ce dernier exprime une fascination pour l’existence, mais cette fascination est « triste », « triste meraviglia » de voir dominer la souffrance dans la nature99, stupeur sombre devant le fait même que le monde existe :

  • 100 Vento e bandiere, vv. 21-24, Os.

Il mondo esiste... Uno stupore arresta
il cuore che ai vaganti incubi cede,
messaggeri del vespero : e non crede
che gli uomini affamati hanno una festa.100

  • 101  Cf. Non non sappiamo quale sortiremo…

28Fiori renverse la vision montalienne d’un monde comme prison dont on ne se délivre que par la mort. Si Montale dans Mediterraneo s’interroge sur le sort réservé à l’homme dans l’au-delà (« Noi non sappiamo quale sortiremo / domani, oscuro o lieto »101),Fiori pose en revanche la question du salut ici-bas, associant le salut au fait même de « rester » ; la prison devient dès lors, paradoxalement, le lieu du salut :

E noi come potremo
restare,
come potremo salvarci ?
[…]

  • 102  BV, XXI, vv. 10-12, vv. 15-16.

O è proprio la salvezza,
il nostro carcere ?102

29On constate le même type de renversement pour le motif du mur. Motif récurrent qui participe de la métaphore du monde comme prison dans les Ossi, le mur dans les recueils de Fiori est avant tout réceptacle de lumière, signe de la « presenza » et, paradoxalement, source d’espoir :

  • 103 Ostacoli, sbarramenti,vv. 23-29, La bella vista.

musi, facce, facciate
[…]
io vi tengo per veri.
Stretti vi tengo. Io spero
soltanto in voi,
ostacoli, sbarramenti.103

30Les murs ne sont pas tant ce qui cache un au-delà que ce qui montre un en-deçà, à savoir notre monde, comme Fiori l’expliquait déjà dans un précédent recueil, Tutti :

  • 104 Risposta, vv. 1-7, Tutti.

Un giorno i muri
[…]
Si sono illuminati, mi hanno detto
che non c’è un altro posto. Il posto è uno,
sempre lo stesso : questo …104

  • 105 BV, XIX, vv. 10-11.
  • 106 BV, XI, vv. 12.

31De manière analogue, certains détails évoqués par Fiori dans La bella vista (« due sassi sporchi / un ramo rinsecchito »105, la « scarpata rossa che frana »106), détails typiquement montaliens qui font le paysage désolé, peuvent se transformer en « gloria » ou, à tout le moins, emporter l’adhésion enthousiaste du poète :

  • 107 Ibidem, vv. 10-16.

Lo vedi come credo ancora oggi
ai paesi, alle navi,
al cielo, alla scarpata rossa che frana,
come sono obbediente, come sono
fedele al mondo,
a questo
cipresso incoronato
di edera e vilucchio ?107

  • 108 Giunge a volte repente…, v. 11, v. 15, Os. L’image de l’éboulement est présente également dans Cliv (...)
  • 109  Cf. Flussi, vv. 11-12, v. 38, Os.

32À l’inverse, dans les Ossi l’image de la pente qui s’éboule (« ripa / [...] franosa », « lento franamento »108) et celle du lierre (« accesa edera »109) étaient des signes de la destruction et du temps qui effrite toutes choses. Perdre le contact avec la « bella vista », c’est risquer de tomber dans une vision négative du monde qui semble, sous la plume de Fiori, étrangement montalienne :

  • 110  BV, XVIII, vv. 10-12, vv. 16-18.

E ti sento mancare
[…]
O quello che ho visto era
già allora crollo, sfacelo,
tumore, devastazione ?
[...]
Eri visione già
della cenere
in cui devo ridurmi ?110

33Les mots « crollo », « sfacelo » et « devastazione » sont utilisés dans Ossi di seppia pour évoquer la nature en proie à la tempête dévastatrice et les trois derniers vers de Fiori cités constituent une reprise synthétique du finale de Mediterraneo dominé par le thème de la consomption.

  • 111 BV, XX, vv. 6-8.
  • 112 BV, XX, vv. 21-22.
  • 113 Delta, v. 4, Os.
  • 114 Ibidem,vv. 11-16, Os.
  • 115 BV, X, v. 1.
  • 116 BV, XI.
  • 117 Flussi, v. 12, Os.

34Obsession de la mort et sentiment de la séparation d’avec les autres qui imprègnent la poésie de Montale doivent être dépassés chez Fiori ; aussi, quand le poète, au poème XX, ne voit dans le paysage que lui-même et sa propre mort (« soltanto me / riesco a veder. / Soltanto la mia morte »111), qu’il juge les autres et les méprise112, c’est qu’il a perdu la « bella vista ». Le poète des Ossi ne peut adhérer avec joie au paysage car il considère, de manière très platonicienne, que le paysage masque l’essence à laquelle il aspire, « presenza soffocata »113. Le paysage ne peut incarner ce qui appartient à un autre ordre des choses mais peut seulement « alimenter » la pensée de cette présence désirée dont Montale se demande, dans Delta, si elle est bien réelle, si elle est « forma » de ce monde ou bien simplement rêve de l’homme, « ubbia nella fumea / d’un sogno »114. Pour Fiori en revanche, les choses sont claires ; la « bella vista » n’est pas un rêve ou un principe non manifesté, elle est « la bella forma del mondo », partout présente et le poète peut communier avec elle sans penser la « forme du monde » comme l’écran d’un hypothétique noumène ou comme une illusion. Le rapport avec la « bella vista » peut donc être sensuel ; le poète la voit « nuda »115, chienne joyeuse qui expose mamelles et parties ou statue de Vénus entourée de fleurs116. Ces représentations féminines contrastent avec l’austérité du « padre » montalien ou avec le délabrement de la « Statua dell’Estate » évoquée dans les Ossi, « déesse » lapidée par les jets de pierre et envahie par les ronces qui suggère, non une présence, mais bien une absence, l’Absence même – « Ma la dea mutilata non s’affaccia »117.

  • 118 BV,V, v. 2.
  • 119 Intonaco, v. 8, Tutti.

35Au bout du compte, il nous semble qu’avec La bella vista, Fiori accomplit un double retour aux sources. D’une part, le poète revient sur les lieux d’une intense expérience contemplative vécue pendant la petite enfance (« quasi all’inizio della mia memoria »118) – tout comme le poète montalien dans Mediterraneo évoquait des communions anciennes avec la mer. À supposer que le « je » poétique renvoie bien au poète lui-même, on peut se demander si cette expérience d’enfance ne correspond pas à la période où Fiori vécut à Sarzana, une petite ville située près de La Spezia, jusqu’à l’âge de cinq ans avant que ses parents n’emménagent à Milan. Les promenades dans le golfe de La Spezia évoquées dans La bella vista seraient donc l’occasion pour le poète de retrouver des émotions primordiales dans un lieu à certains égards originel. Cette hypothèse semble corroborée par un poème du recueil Tutti qui évoque le souvenir soudain et très intense (le poète en pleure) d’un paysage qui fut perçu dans l’enfance, « a cinque anni », et qui, notamment par sa pinède, son soleil et son « aria eterna, serena »119, ressemble étonnement à la « bella vista ».

  • 120  Cf. l’interview citée en introduction.

36D’autre part, si dans les précédents recueils, le paysage – principalement les « case » et leurs façades ensoleillées – constituait déjà une source de réconfort et d’enthousiasme, dans La bella vista en revanche, pour évoquer ce retour et cette expérience première et primordiale Fiori utilise un matériau poétique, Ossi di seppia, qui correspond là encore à une expérience primordiale, comme lui-même l’a expliqué120.

  • 121  Comme l’évoque Andrea Afribo, op. cit., p. 143.

37Fiori accomplit donc un retour aux sources d’un point de vue affectif mais aussi d’un point de vue littéraire. Tout se passe donc comme s’il offrait à son lecteur comme la préhistoire de son parcours humain et poétique. Dans cette perspective, il semble que La bella vista poursuive un processus progressif de dévoilement de la subjectivité commencé avec le troisième recueil, Tutti, de 1998. Dans Tutti,émergeait un « je » non plus générique et spectateur impalpable des choses, comme dans les premiers recueils, Esempi et Chiarimenti, mais un « esplicito io biografico »121, doté d’une histoire personnelle, qui disait par endroits ses propres émotions, et notamment ses émotions d’enfant. Le recueil La bella vista accentue encore la dimension (auto)biographique de l’écriture, d’une part en centrant toute une section sur le récit des retrouvailles du « je » avec le paysage méditerranéen, d’autre part en évoquant l’émotion d’enfance intense qui fit de ce paysage rien moins qu’une révélation, enfin en exprimant paysage et émotions avec comme point d’appui Ossi di seppia,le recueil ‘premier’ dans l’histoire de la sensibilité poétique de Fiori. Cette fonction d’appui autorise un retour mais aussi un dépassement ; elle permet à Fiori de donner son origine (auto)biographique, géographique et poétique à un point névralgique de sa poétique personnelle : la fascination lumineuse, innocente et irraisonnée pour l’être-au-monde.

Haut de page

Notes

1  Andrea Cortellessa évoque Sbarbaro, Ungaretti, Leopardi (Andrea Cortellessa, Umberto Fiori, il parlare comune in La fisica del senso, Roma, Fazi Editore, 2006, p. 522) ; Andrea Afribo évoque également Caproni (Andrea Afribo, Umberto Fiori in Poesia contemporanea dal 1980 a oggi : storia linguistica italiana, Roma, Carocci, 2007, p. 141).

2  Il écrit qu’il s’est interrogé « fin da ragazzino » sur le sens des passages les plus obscurs du second recueil montalien (Umberto Fiori, Gli « sciacalli » di Montale. Riflessioni su oscurità e chiarezza in poesia in La poesia è un fischio, Milano, Marcos y Marcos, 2007, p. 71).

3 Grazia Casagrande, I consigli di lettura di Umberto Fiori in « Wuz, cultura e spettacolo », rubrique : « Archivio Caffé Letterario » (pages consultées le 2 avril 2009). Interview réalisée le 1er juin 2001. Adresse URL : http://www.wuz.it/archivio/cafeletterario.it/203/cafecons.htm

4  Umberto Fiori, La bella vista, Milano, Marcos y Marcos, 2002.

5  L’image de l’« appui » est proposée par Nathalie Piégay-Gros dans Introduction à l’intertextualité (Paris, Nathan, 2002, p. 8) lorsqu’elle évoque le « jeu de différenciation et d’innovation qu’autorise le fait de prendre appui sur un texte préexistant ».

6  Cf. les plaquettes Case (1986) et Parlare al muro (1996) ; les recueils Esempi (1992), Chiarimenti (1995) et Tutti (1998).

7  Tout particulièrement la section homonyme qui comprend la moitié du recueil.

8  Eugenio Montale, Fine dell’infanzia, v. 37, Ossi di seppia (nous adopterons par la suite le sigle Os. pour indiquer ce recueil montalien).

9  Umberto Fiori, La bella vista, V, v. 10 (les poèmes de la section homonyme ne portent pas de titre mais sont numérotés par Fiori ; par la suite nous adopterons dans les notes suivantes le sigle BV pour indiquer cette section et préciserons en revanche en toutes lettres le nom du recueil lorsqu’il s’agit d’un poème tiré des sections autres que la section « La bella vista »).

10  Umberto Fiori, BV,XXV, v. 2 ; Eugenio Montale, Fine dell’infanzia, v. 30, Os.

11 Meriggiare pallido e assorto…, vv. 10-13, Os.

12 BV, V, v. 9.

13 Gloria del disteso mezzogiorno, v. 1, Os.

14 BV, I, vv. 6-7.

15 Ho sostato talvolta nelle grotte…, v. 10, Os.

16  « Il cielo, sopra la cava, / era puro celeste, liscio e teso », BV, I, vv. 1-2. Il n’est pas impossible de voir dans cet incipit de Fiori un souvenir d’un incipit montalien, celui de Punta del Mesco dans Le occasioni : « Nel cielo della cava rigato / dal volo delle pernici ».

17 Ripenso il tuo sorriso…, v. 4, Os.

18 BV, V, v. 9.

19 Fine dell’infanzia, v. 23, Os.

20 BV, V, v. 2.

21 Egloga, v. 15, Os.

22 BV,XXIII, v. 14.

23 Antico sono ubriacato…, v. 7, Os.

24 BV,V, v. 13.

25 Meriggiare pallido e assorto…, v. 5, Os.

26 BV, I, v. 16.

27 Gloria del disteso mezzogiorno…, v. 5, Os.

28 BV,I, v. 21.

29 Ibidem., v. 8.

30 Meriggiare pallido e assorto…, v. 3, Os.

31 BV, I, v. 15 ; XIX, v. 11.

32 Non chiederci la parola…, v. 10, Os.

33 Riviere, v. 59, Os.

34 BV,II, v. 2-3.

35  Umberto Fiori, BV,XXV, v. 2 (A la « biscia » de la section La bella vista, il faut ajouter le poème Una vipera de la section Idoli) ; Eugenio Montale, Meriggiare pallido e assorto…, v. 4, Os.

36 BV, XXIX, v. 22 ; pour Montale voir Debole sistro al vento…, v. 2, Os.

37  Cf. BV,XXIX, v. 23 ; pour Montale voir Non chiederci la parola…, v. 8, Os

38 BV,I, v. 13-15.

39 Non chiederci la parola…, v. 10, Os.

40 Corno inglese, v. 15, Os.

41 Ora sia il tuo passo…, v. 13, Os.

42 Non rifugiarti nell’ombra…, v. 14-15, Os.

43 Scendendo qualche volta…, vv. 1-2, Os.

44  « [amo] le viuzze che seguono i ciglioni, / discendono tra i ciuffi delle canne / e mettono negli orti, tra gli alberi dei limoni. », I limoni, vv. 8-10.

45 BV,II, v. 1.

46 BV, I, v. 26.

47 Ho sostato talvolta nelle grotte…, v. 10, Os. ; Giunge a volte repente…, v.16, Os.

48 Antico, sono ubriacato…, vv. 1-2, Os.

49 Scendendo qualche volta…, v. 23, Os.

50 Ho sostato talvolta nelle grotte…, v. 17, Os.

51 BV, XVI, v. 16.

52 BV, XIII, vv. 14-15.

53 BV,XII, vv. 1-2.

54 Potessi almeno costringere…, vv. 1-3, Os.

55  BV, XII, vv. 25-27. On notera au passage que les mots du poème sont étrangement évoqués comme « parole italiane » ; n’y aurait-il pas là une réminiscence de la lecture d’Ossi di seppia que Fiori fit à l’âge de douze ans et qui lui donna l’impression d’entendre la langue italienne comme pour la première fois ?

56 A vortice s’abbatte…, v. 2, Os.

57 Avrei voluto sentirmi scabro ed essenziale…, vv. 22-24, Os.

58 BV,XXIX, vv. 21-25.

59 BV, XXII, vv. 1-3.

60 Antico, sono ubriacato dalla voce, vv. 12-16.

61 Dissipa tu se lo vuoi…, vv. 1-5, Os.

62 BV, XVII, vv. 4-5.

63 Potessi almeno costringere…, v. 24, Os.

64 BV, XVII, vv. 16-17.

65 Giunge a volte, repente…, v. 25, Os.

66 Antico, sono ubriacato dalla voce…, v. 13, Os.

67 Noi non sappiamo quale sortiremo…, v. 19, Os.

68 BV, XXIV, v. 16.

69 BV, XIII, v. 10.

70  Cf. BV, IV, V.

71 BV, IX, vv. 19-20.

72 Lo sai : debbo riperderti…, vv. 10-12, Le occasioni.

73 BV,XII, vv. 13-14.

74 BV,VI, vv. 10-12.

75 La farandola dei bambini…, vv. 7-8, Os.

76  Cf. les deux poèmes d’Ossi di seppia : Ciò che di me sapeste… et Là fuoriesce il Tritone…

77 BV, IV, vv. 11-17.

78 BV, II, vv. 13-14.

79 BV, II, v. 4.

80 Non chiederci la parola che squadri da ogni lato…, v. 4, Os.

81 BV, XXVI, vv. 28-30.

82 So l’ora in cui la faccia più impassibile…, vv. 1-2, Os.

83  Museo, vv. 11-12, La bella vista.

84 Portami il girasole ch’io lo trapianti…, vv. 10-11, Os.

85 BV, XXIV, vv. 11-15.

86 Dissipa se tu lo vuoi…, vv. 16-23, Os.

87 Godi se il vento ch’entra nel pomari..., vv. 1-3, Os.

88 Dove se ne vanno le ricciute donzelle…,vv. 23, Os.

89 Ciò che di me sapeste…, vv. 11-12, Os.

90 No, II, vv. 21-23, La bella vista.

91 BV, XXV, vv. 1-6.

92 BV, XXV, vv. 6-17.

93 BV, IV, vv. 29-30.

94 Op. cit., p. 144.

95 So l’ora in cui la faccia più impassibile…, v. 8, Os.

96 BV, XXIV, vv. 27-30.

97  BV, XVI, v. 7.

98 BV, IX, v. 1.

99 Meriggiare pallido e assorto…, v. 14, Os.

100 Vento e bandiere, vv. 21-24, Os.

101  Cf. Non non sappiamo quale sortiremo…

102  BV, XXI, vv. 10-12, vv. 15-16.

103 Ostacoli, sbarramenti,vv. 23-29, La bella vista.

104 Risposta, vv. 1-7, Tutti.

105 BV, XIX, vv. 10-11.

106 BV, XI, vv. 12.

107 Ibidem, vv. 10-16.

108 Giunge a volte repente…, v. 11, v. 15, Os. L’image de l’éboulement est présente également dans Clivo, v. 21, Os.

109  Cf. Flussi, vv. 11-12, v. 38, Os.

110  BV, XVIII, vv. 10-12, vv. 16-18.

111 BV, XX, vv. 6-8.

112 BV, XX, vv. 21-22.

113 Delta, v. 4, Os.

114 Ibidem,vv. 11-16, Os.

115 BV, X, v. 1.

116 BV, XI.

117 Flussi, v. 12, Os.

118 BV,V, v. 2.

119 Intonaco, v. 8, Tutti.

120  Cf. l’interview citée en introduction.

121  Comme l’évoque Andrea Afribo, op. cit., p. 143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, revue d’études italiennes,Université de Provence, n°13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Fabrice De Poli, « La présence de Montale et sa fonction d’appui dans La bella vista d’Umberto Fiori », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2658 ; DOI : 10.4000/italies.2658

Haut de page

Auteur

Fabrice De Poli

Université Nancy 2
Maître de Conférence à l’Université Nancy 2. Il a travaillé sur la poésie moderne et contemporaine, notamment sur les questions de filiation en lien avec les visions du monde que les poètes expriment (Pétrarque, Leopardi, Montale). La question du Sens et ses différentes manifestations littéraires constituent un de ses axes de recherche privilégiés, pour l’étude des poètes mais aussi pour celle de quelques grands romanciers italiens du XXème siècle (Buzzati, Calvino, Tabucchi).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org