Navigation – Plan du site
Parcours critiques à travers la poésie italienne d'aujourd'hui
Vers, prose, narration

Aldo Nove en prose et en vers : une poétique du détournement

Valérie Thévenon
p. 193-208

Résumé

Aldo Nove (pseudonyme de Antonello Satta Centanin, né à Varese en juillet 1967), est surtout connu en Italie pour sa participation à l’anthologie Gioventù Cannibale (de Daniele Brolli, publiée chez Einaudi en 1996), en proposant une prose intitulée Il mondo dell’amore. Puis, la même année, Aldo Nove publie chez l’éditeur Castelvecchi son premier recueil de proses, intitulé Woobinda e altre storie senza lieto fine. En France, on ne le connaît pas vraiment. Récemment, seule sa prose intitulée La più grande balena morta della Lombardia (Einaudi, 2004), est traduite en français par Marianne Véron (La plus grande baleine morte de Lombardie, Actes Sud, 2007). C’est donc un prosateur pour la plupart des « connaisseurs ». Or, Aldo Nove a d’abord écrit des poésies. En 2003 paraît Fuoco su Babilonia ! qui est un regroupement de ses poésies écrites dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. La mise en relation sémantique et formelle de ses premières poésies et de ses premières proses permet de canaliser la spécificité de sa poétique. Notre contribution met en lumière sa technique d’écriture formelle principale, qui est de type anaphorique, et son espace de l’imaginaire, principalement baigné de sang et de phantasmes pornographiques.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans Poesia, n° 155, novembre 2001, Gemma Gaetani e Fabio Simonelli écrivent un article sur ce nou (...)
  • 2  En 2004, il publie Flesh for fantasy (aux éditions Gli Ori) avec ses amis Marco Pierini et Lorenzo (...)
  • 3  En France, Aldo Nove n’est pratiquement pas connu. Seule sa récente prose intitulée La più grande (...)
  • 4  Pour une étude approfondie sur cette anthologie de jeunes écrivains en Italie, voir le travail uni (...)
  • 5  In Aldo Nove di Fulvio Senardi, Fiesole, Cadmo, Scritture in corso, 2005, cit. p. 17.
  • 6  Par contre, son ami Niccolò Ammaniti (qui a également participé à l’aventure et qui connaît beauco (...)
  • 7  Superwoobinda est une version amplifiée de Woobinda e altre storie senza lieto fine comme le décla (...)

1En 2001, la publication du recueil de poésies intitulé Nelle galassie oggi come oggi : Covers, chez Einaudi, signé par Aldo Nove et ses amis (Tiziano Scarpa et Raoul Montanari), a déclenché une sorte de reconsidération critique de l’écriture versifiée d’Aldo Nove1. En effet, deux années plus tard, en 2003, paraît Fuoco su Babilonia ! Poesie 1984-1996 chez l’éditeur milanais Crocetti, qui est un regroupement de ses trois premiers recueils versifiés : Tornando nel tuo sangue (Spinea, Edizioni del Leone, 1989), Musica per streghe (Milano, Polena, 1991) et La Luna vista da Viggiù (in Poesia italiana contemporanea. Quarto quaderno italiano, a cura di Franco Buffoni, Guerini e Associati, 1994). À cette époque, il ne signe pas encore avec son pseudonyme, Aldo Nove, mais avec son véritable nom, Antonello Satta Centanin (né à Varese en juillet 1967). La récente publication de l’anthologie Fuoco su Babilonia ! permet donc de souligner qu’entre 1984 et 1996, Aldo Nove écrit des poésies en les signant avec son nom Antonello Satta Centanin et qu’entre 1996 et 2000, il n’écrit et ne publie aucune poésie. Puis, à partir de 2001, il se remet à en publier d’autres jusqu’en 20072. Donc, pendant que Aldo Nove continue d’écrire de nouveaux recueils de poésies, on essaie à l’inverse, de comprendre ses premiers textes versifiés. Pourquoi ce retour en arrière ? Pour comprendre, il suffit de revenir en 1996 car c’est l’année où Antonello Satta Centanin arrête l’écriture versifiée parce que c’est désormais Aldo Nove qui est écrivain et publie des proses3. L’année 1996 marque un tournant décisif pour lui car il participe à l’anthologie Gioventù cannibale (de Daniele Brolli, publiée chez Einaudi), en proposant une prose intitulée Il mondo dell’amore. C’est grâce à cette prose-là qu’il va véritablement se faire remarquer car l’anthologie Gioventù cannibale est une sorte de coup médiatique, un tremplin pour les jeunes écrivains italiens4. Lorsqu’il en parle en 1998 à F. Ricci, il est heureux d’avoir participé au projet des Cannibali : « Ha fatto comodo a tutti quelli che sono stati etichettati in quel modo. Il termine poi a me piace molto. C’è rottura col passato, con un certo modo di pensare la scrittura. Io sono contento di essere un ‘cannibale’. Anzi, W i cannibali ! »5. Certes, Aldo Nove associe son étiquette de « cannibale » à son propre succès littéraire dans l’anthologie Gioventù cannibale6. Puis, 1996, c’est également l’année de la publication de son premier recueil de proses intitulé Woobinda e altre storie senza lieto fine chez l’éditeur Castelvecchi. Ce recueil, qui contient de courts textes prosastiques, est structuré en huit sections (intitulées « Lotto numero uno », « Lotto numero due », etc.). Il est republié tel quel en 2005 chez Einaudi bien qu’il en existe une version amplifiée, Superwoobinda, publiée en 1998 chez le même éditeur7.

2En général, les republications des œuvres d’Aldo Nove permettent de constater de nombreux changements à plusieurs niveaux de l’analyse. Ainsi, la republication de Woobinda e altre storie senza lieto fine dans Superwoobinda fait apparaître immédiatement un changement de titre : Sabato sera (Lotto numero Quattro) est remplacé par La musica bien qu’il s’agisse du même texte. De façon plus subtile, nombreux sont les changements au niveau de l’analyse grammaticale et lexicale, des signes d’assise et l’on note aussi des ajouts et des suppressions de syntagmes. Citons quelques exemples pertinents pour en avoir un rapide aperçu. Dans la prose intitulée La strage di via Palestro, les modes indicatif et subjonctif de l’auxiliaire « avere » témoignent d’un changement au niveau grammatical : « se mi avrebbero intervistato » devient « se mi avessero intervistato ». Ou bien, dans Il Bagnoschiuma, l’usage des auxiliaires « essere » et « avere » témoigne aussi d’un changement grammatical : « non si sarebbe mai potuta candidare in politica » devient « non avrebbe mai potuto candidarsi in politica ». Nombreux sont également les changements lexicaux. Dans Complotto di famiglia, le verbe « spaccare » est substitué par le verbe « rompere » qui atténue l’intensité de l’action : « ho spaccato la testa » devient « ho rotto la testa ». Ou bien, dans Vibravoll, une onomatopée phonique est explicitée avec le verbe vibrare : « ha incominciato a fare ZZZZZ » devient « ha incominciato a vibrare ». Le changement lexical peut également rectifier ou affiner des affirmations. C’est le cas dans La strage di via Palestro : « perché alla televisione tutto è sempre più vero » devient « perché alla televisione tutto sembra vero ». Les suppressions lexicales sont également nombreuses. Dans Vibradoll, un achat à caractère pornografique est gommé : « 34.900 e un pacco di porno » finit, dans la republication du recueil Superwoobinda, par « 34.900 ». La mention de la marque d’un produit laitier est également gommée dans Pam : « ti vuole fare provare una cosa della Parmalat che ti regala una confezione di latte » devient « ti vuole fare provare una cosa che ti regala una confezione di latte ». Ou bien, dans Neocibalgina, c’est la marque d’un médicament qui disparaît : « Cercai il disco della musica di Neocibalgina in tutta Roma » devient « Cercai il disco di quella musica in tutta Roma ». Signalons, à l’inverse, l’ajout d’un paragraphe dans la prose C’era mio padre sul divano. Enfin, en nous penchant sur deux exemples, on note que l’insersion ou la suppression dans un même syntagme du signe d’assise, la virgule, ne définit pas un choix rythmique constant. Dans La merda, l’auteur ajoute une virgule avant la proposition subordonnée (« Ma è la pubblicità che modifica le cose » devient « Ma è la pubblicità, che modifica le cose ») alors qu’il la supprime dans Moltissima acqua e un po’ di sangue (« Questa violenza, che c’è in giro » devient « Questa violenza che c’è in giro »).

  • 8  L’anthologie Fuoco su Babilonia ! est structurée en 7 sections : 1. (My Nation Underground), Torna (...)
  • 9  L’essai de Franco Buffoni intitulé La luna vista da Viggiù est situé à la fin du volume de Fuoco s (...)
  • 10  « […] nella densa raccolta che qui si presenta, Satta Centanin […] presenta anche dei brani in pro (...)
  • 11  « due titoli proposti […] da Antonello per questa sua partecipazione ai Quaderni. », Ibidem.
  • 12  « […] la narrazione del quotidiano viaggio in pullman da Viggiù a Varese per andare a scuola : Gua (...)

3Dans l’anthologie Fuoco su Babilonia !, bien que l’on reconnaisse immédiatement les poésies tirées de Tornando nel tuo sangue et de Musica per streghe parce que leurs titres font office de sections à l’intérieur de l’anthologie, il n’y a aucune section intitulée La Luna vista da Viggiù8. Ce titre n’est pas celui d’une section mais celui d’un essai de Franco Buffoni sur la première publication de La Luna vista da Viggiù en 19949. On y apprend que La Luna vista da Viggiù est un recueil dense de poésies et qu’il contient aussi des proses10. En somme, mis à part les sections 2 et 3 (Tornando nel tuo sangue et Musica per streghe), on peut dire que les textes figurant dans les autres sections sont issus de La Luna vista da Viggiù et même que certains textes sont des inédits (par exemple, la datation de la dernière section, Merceterna mentionne une période comprise entre 1990 et 1996). Ainsi, des textes de La Luna vista da Viggiù sont éparpillés, réorganisés, dans Fuoco su Babilonia ! sans que l’on puisse reconnaître immédiatement leur origine. Ainsi, la quatrième section, intitulée Poesie tra parentesi di prosa, qui contient deux proses écrites entre 1989 et 1992 (Dal polline et La notte ha un giorno segreto), pourrait bien provenir de La Luna vista da Viggiù puisque ce recueil, comme l’a écrit Franco Buffoni, contient des proses. Des titres de sections pourraient être aussi issus de La Luna vista da Viggiù : la cinquième section intitulée Santi, Pornostar & (1992-1995), la sixième section, Madre di Dio (1995), et la septième section, Merceterna (1990-1996). En effet, on retrouve le même champ sémantique de la religion et de la pornographie que dans les deux titres cités par Franco Buffoni (Grandi feste cristiane et Santi, pornostar e altre merci11), titres qui n’apparaissent cependant pas dans l’anthologie. Enfin, Franco Buffoni cite des vers tirés de La Luna vista da Viggiù qui appartiennent désormais à la première section de Fuoco su Babilonia ! intitulée 1. (My Nation Underground)12.

  • 13  Cette déclaration est tirée du site http://clarence.it.

4Aujourd’hui, de plus en plus de critiques insistent sur un lien possible entre la poésie et la prose d’Aldo Nove. Franco Buffoni faisait déjà ce rapprochement en 1994 (« nella […] raccolta […], Satta Centanin […] presenta anche dei brani in prosa. Sono essenziali ? Probabilmente sì, anzitutto per giungere più rapidamente a conoscere il poeta […] »). Puis, à l’occasion de la sortie de Fuoco su Babilonia !, en 2003, Giuseppe Genna déclare qu’une étude dans ce sens serait la bienvenue : « […] perché non compiere il gesto critico più equo, e consegnare alla poesia quelle che […] non erano affatto prose ma autentici versi senza gli a capo ? È talmente evidente, a chi ha un minimo di orecchio, che i racconti di Woobinda sono poesie ! »13. Enfin, en 2005, Fulvio Senardi, dans sa monographie sur Aldo Nove, fait immédiatement le lien entre sa prose et sa poésie à la page 73 :

Non si deve dimenticare, come abbiamo più volte ribadito, che Aldo Nove è anche poeta ; anzi prima poeta […] che narratore. Così, sebbene solo nel 2001 escano versi esplicitamente “suoi”, è irrimandabile la chiarificazione del rapporto istituitosi tra poesia e prosa nel complesso della sua produzione letteraria. L’impressione generale, che lo scrittore ha spesso avvalorata, è che la prosa rapprensenti uno strumento di affinamento e di approfondimento di nuclei tematici che la lirica, primo e prediletto veicolo di analisi, sovente si limita a sfiorare. E pur tuttavia è la poesia che guida la ricerca, che si fa fucina di idee e di spunti problematici, che interpreta le più pressanti urgenze intellettuali. Mantenendo tesa, in questo modo, la relazione dialettica fra i generi sia sul piano conoscitivo che sotto il profilo formale.

  • 14  La relation « poésie-prose » est un axe principal de notre recherche. Dans notre thèse de doctorat (...)

5Il est donc temps d’offrir aujourd’hui une étude sur les débuts d’Aldo Nove afin de mettre en lumière les zones d’ombres sur sa production et de tenter de révéler sa poétique. Pour cela, nous proposons un échantillon de textes écrits pendant la période 1984-1996 afin de faire émerger une mise en relation possible, c’est-à-dire une étude sur le rapport entre ses premiers textes versifiés (publiés dans Fuoco su Babilonia !) et ses premiers textes prosastiques (Il mondo dell’amore et Woobinda e altre storie senza lieto fine). Puis, nous considérons notre échantillon indépendamment des publications respectives des textes afin de former un seul et unique matériau. Il en résulte une masse verbale dans laquelle nous allons tenter de mettre en lumière les mécanismes (sémantiques et formels) de la relation entre l’écriture versifiée et l’écriture prosastique d’Aldo Nove. Notre méthodologie, qui a déjà porté ses fruits dans des travaux antérieurs, permet de s’approcher au plus près de la poétique de tout écrivain qui s’est essayé à la versification et la prose pendant sa carrière14. Dans l’état actuel de nos recherches, nous constatons qu’un élément formel participant à la construction du texte est essentiel : la répétition. Certes, on ne peut pas dire que c’est une trouvaille défiant toute nouvelle analyse textuelle. Mais la répétition (à tous les niveaux de l’analyse, c’est-à-dire lexicale, grammaticale, syntaxique, phonique, allitérative, rythmique, etc.) n’apparaît pas forcément de façon limpide (ou n’existe tout simplement pas) lorsque l’on isole les deux grands langages, la poésie et la prose. Par contre, la répétition est bien plus présente (voire pertinente) lorsque l’on met en contact la poésie et la prose car elle peut se révéler à l’identique ou selon des variantes et elle peut nous mener directement à la poétique d’un écrivain.

6Chez Aldo Nove, la répétition en début de vers, de strophe, de paragraphe ou de phrase est récurrente. Prenons Il mondo dell’amore. Cette prose, qui est structurée en quatre parties numérotées, a une caractéristique très particulière qui est la répétition d’un long syntagme au début des trois premières parties :

Sabato pomeriggio io e Sergio siamo andati alla Iper della Folla di Mainate. Quando non sappiamo cosa fare andiamo lì a guardare gli altri che non sanno che cazzo fare, e vanno a vedere gli stereo da 280.000 lire senza il compact. In macchina, io e Sergio facciamo sempre « Tàtta tara tattà tatàtta! » Facciamo così, come all'inizio di Ok il prezzo è giusto. Iva Zanicchi entra e c'è quella specie di testa, prima della pubblicità. Tutti saltano e gridano: – OK il prezzo è giusto ! […]

7La répétition par trois fois de ce long syntagme en début de partie forme une structure correspondant à l’anaphore dans les textes versifiés d’Aldo Nove. Certaines strophes commencent souvent par la répétition d’un même syntagme. Les deux sonnets de la première partie de Fuoco su Babilonia ! en sont immédiatement des témoins : dans le premier sonnet, les deux quatrains commencent par « Mio zio […] » et dans le deuxième sonnet, les deux quatrains commencent par « Ed ecco […] ». Certes, ici l’anaphore n’est pas aussi dilatée qu’en prose. Mais le syntagme répété en début de strophes est, par contre, beaucoup plus visible dans la première poésie de Musica per streghe situé dans la troisième partie de Fuoco su Babilonia ! :

La nostra passione del linguaggio / […]
La nostra passione del linguaggio / […]

8D’autres exemples anaphoriques sont identifiables dans l’ensemble du corpus mais nous n’en ferons pas la liste car nous pensons qu’il est plus intéressant de voir qu’il y a une variation de la répétition de syntagmes en tête de strophes. Prenons les poésies Congedo provvisorio et Bye-bye suicidi situés dans la dernière section de Fuoco du Babilonia !. Ces deux textes présentent une variation de la répétition syntagmatique parce qu’il s’agit d’une part, d’une répétition dont le vecteur est la négation et d’autre part d’une répétition dont le vecteur est l’agrammaticalité :

Io non sono un utente di antifurti / […]
Non ho trascorso abbastanza tempo / […]
Non guardo le previsioni del tempo.
Io non sono uno studente che ha preso / […].
Chi non riescono a andare / […]
Chi devono imparare […]
Chi cercano l’edicola / […]

  • 15  Les deux proses insérées dans Fuoco su Babilonia ! présentent d’autres figures de rhétorique. Par (...)

9En isolant les premiers vers de chaque strophe, nous pouvons constater que la construction des textes versifiés est très structurée. Dans Congedo provvisorio, on trouve un parallélisme dans la construction syntaxique « Io non sono un » qui se prolonge phoniquement dans « studente » et « utente » à la première et dernière strophe. Puis, à la fin des constructions négatives « Non ho trascorso », « Non guardo », apparaît l’épiphore « tempo ». Il y a également un parallélisme dans la construction agrammaticale « Chi + verbe fléchi au pluriel ». Il s’agit d’une agrammaticalité car le verbe devrait être fléchi au singulier (chi non riesce, chi deve, chi cerca). Enfin, une autre variante anaphorique apparaît dans des distiques dans la sixième section intitulée Madre di Dio « conti correnti liste della spesa », « nulla di quanto scivola nel nulla », et se décline à la fin de la poésie intitulé Mondo perfetto « io ti amo vuoto immenso / io ti amo vita mia »15.

10Revenons maintenant au texte en prose Il mondo dell’amore car nous n’avons pas inséré sa toute première phrase : « Mi chiamo Michele e sono un uomo dell’Ariete. ». La structure de ce syntagme est très souvent répétée au début des proses de Woobinda e altre storie senza lieto fine. Ce syntagme acquiert ainsi une épaisseur anaphorique car on le retrouve dans l’ensemble du recueil. Par exemple, la première phrase du récit intitulé Jasmine commence par « Mi chiamo Marco e sono un bel ragazzo dell’Aquario. » D’autres premières phrases de récits commencent de la même façon avec des variantes : « Mi chiamo Giovanni, sono un giovane della Bilancia. » (C’era mio padre sul divano) ; « Mi chiamo Maria, ho ventisette anni e sono del Toro. » (Noi) ; « Mi chiamo Rosalba, ho ventisette anni e sono un attimino bella. » (Un attimino bella) ; « Mi chiamo Andrea Garano. » (I programmi dell’Accesso). Mais c’est surtout le dernier récit intitulé Protagonisti qui recense six présentations de personnages, toujours au début de paragraphes :

Mi chiamo Matteo Pirovano e ho ventidue anni. Appartengo al segno dell’Aquario. […].
Sono Monica, ho ventiquattro anni, sono del Toro […].
Mi chiamo Stefano Aleardi e sono consulente in una grande azienda. Ho trent’anni, Sagittario. […].
Sono Cristina Cardo, ho quarantotto anni, segno zodiacale Vergine. […].
Mi chiamo Ignazio Bottura. Ho trentasei anni. Faccio l’elettricista. Sono del segno del Leone.[…].
Sono Giovanna Campidoglio, ho trent’anni, della Vergine, coniugata. […]

  • 16  Dans une vidéo sur Internet Aldo Nove présente cette œuvre en disant qu’il a mené une enquête en p (...)

11Ces syntagmes font écho au titre de la récente prose d’Aldo Nove, publiée en 2006 chez Einaudi Mi chiamo Roberta, ho 40 anni, guadagno 250 euro al mese, œuvre menée comme une enquête dont le thème est la précarité économique des jeunes16. L’idée de l’enquête pourrait alors devenir un indice précieux pour l’analyse des textes tirés de Woobinda e altre storie senza lieto fine. En effet, nombreux sont les récits dans lesquels on pourrait croire que le narrateur, qui se met dans la peau d’un reporter, pose des questions à ses personnages. Seulement, ces questions ne sont que suggérées au lecteur. Par exemple, prenons les débuts des récits intitulés Woobinda et A letto con Magalli :

Da quando ci sono le televisioni di Berlusconi non fanno più vedere Woobinda, il ragazzo svizzero pallido che corre nella savana. Questo è uno degli effetti della destra.
Mi chiamo Giuseppe, ho trentuno anni. Ariete. […].
Sono una signora di 52 anni, bionda ossigenata. Mi chiamo Maria e il segno a cui appartengo è Gemelli. Sogno di andare a letto con Magalli. […].

12Dans le premier récit, on pourrait croire que le reporter Aldo Nove demande à Giuseppe quel est son programme télévisé favori et dans le deuxième, il demande à Maria d’exprimer son rêve le plus cher et répond qu’elle voudrait coucher avec un présentateur télé nommé Magalli. En somme, le paysage audiovisuel est partout dans l’univers des personnages et sous la plume de l’écrivain. Dans la prose Gesù che balla, le protagoniste décrit le rapport des personnes âgées avec la télévision :

[…]
Tutti i vecchi hanno la tele accesa.
Nella loro testa le cose si confondono alla tele, uno dell’anno scorso accendeva la tele alle otto per vedere il telegiornale e se sbagliava canale qualunque cosa vedesse pensava che era il telegiornale, veniva da te e diceva che oggi un’auto americana era andata a sbattere contro il muro, e quella era la sua notizia del giorno, avevano detto al telegiornale che un’auto tedesca no inglese no americana era improvvisamente andata a sbattere contro il muro di una certa città degli Stati Uniti.
[…]
Quel vecchio era convinto che Madonna era la Madonna, una volta trasmettevano il video di Like a Prayer, ha detto in televisione c’è Gesù che balla perché questo vecchio confondeva Gesù con la Madonna.

13Certes, on pourrait dire que de telles scènes peuvent exister dans la vie quotidienne. Cependant, en soulignant que dans leurs têtes « le cose si confondono alla tele », le protagoniste se réfère d’abord à la problématique de l’absence (ou du gommage) de la frontière entre paysage audiovisuel et vie quotidienne. Le monde imaginaire (qui est aussi le monde des rêves) apparaît clairement dans la poésie Musica per streghe car des personnages se sont endormis devant la télé allumée :

[…]
Ma giovedì mattina,
all’alba, ci trovarono svenuti
di fronte alla televisione accesa. / […].

14L’inertie (ou la passivité) devant la télévision n’est pas vraiment la problématique qu’Aldo Nove veut aborder. C’est plutôt l’inverse. Le paysage audiovisuel nourrit désormais l’imaginaire des personnages et celle du narrateur. Dans son Poema dell’adolescenza, le narrateur est, à un certain moment, dans un bar, il consomme un whisky et écoute des informations sportives :

[…]
Io son rimasto al bar ad ascoltare
le prodezze di Pruzzo, il quale aveva
segnato tanti gol da diventare
il capocannoniere. Lo diceva
un tipo sui trent’anni. Con amare
riflessioni interloquiva e beveva
un negroni. Era milanista. Solo
la Roma alla Juve tarpava il volo.

15Au fur et à mesure de la lecture de cet extrait, on ne sait pas bien s’il écoute les informations sportives à la radio, à la télévision ou bien si c’est quelqu’un, physiquement proche de lui, qui parle. Dans la strophe suivante, le narrateur plonge dans ses pensées :

Io bevevo un whisky e pensavo ad altre,
improbabili cose. […]

16Il pense à une actrice de film pornographique, à Sophie Marceau, à Clio Goldsmith, c’est-à-dire à des personnes du paysage audio-visuel cinématographique. Dans sa poésie intitulée Classic & Television, le narrateur chante même un groupe de filles d’une émission télé : « canto, né dell’etterne rote, o il mare / in cui è naufragato : canto delle / ragazze di Non è la Rai (Tra quelle / scelgo le più famose, a me più care). ». Les « choses improbables » sont essentielles pour comprendre la poétique de Aldo Nove. Les personnages sont tellement au contact du monde télévisuel qu’ils en font leur espace imaginaire. En d’autres termes, le monde de l’imaginaire n’est plus dans la nature ou dans les objets mais il est désormais dans l’espace télévisuel. Il n’y a plus de frontière entre l’écran de télévision et la vie quotidienne. C’est là où les personnages et le narrateur réalisent des « choses improbables », voire leurs phantasmes. Ceux qui surgissent grâce à la relation « poésie-prose » concernent particulièrement un imaginaire baigné de sang et des phantasmes pornographiques.

17Les spots publicitaires, qui sont en général de petits courts métrages, sont des lieux stimulants pour l’imaginaire des personnages et du narrateur. La poésie intitulée Perlana ammorbidente pourrait être un spot publicitaire imaginé par le narrateur :

Ricordo che ogni punto dello specchio
si dilatava. Ed io che avevo preso
il rasoio guardavo me che vecchio
mi guardavo, ventiseienne obeso
nonché bambino acuto in italiano,
o innamorato di una di Malnate
nove anni fa. Strinsi forte la mano,
mi recisi la gola. E abbandonate
la schiuma e la salvietta scivolai
per terra. Andando a sbattere la testa
sul detersivo, tutti riversai
tra gli additivi il flusso che si arresta
della mia vita. Mi stupì la strana
ultima sensazione di chi muore
con forte in bocca il novello sapore
del proprio sangue misto col Perlana.

18Le protagoniste est devant le miroir de sa salle de bain, il glisse et tombe par terre en se cognant sur le paquet de lessive. Tout sanguinolent, il découvre le nouveau Perlana. Nombreux sont les exemples similaires dans Woobinda e altre storie senza lieto fine. Ce recueil s’ouvre effectivement sur un spot publicitaire, imaginé par le narrateur, pour une marque de savon. Dans Il bagnoschiuma, le protagoniste tue ses parents parce qu’ils n’ont pas acheté son savon préféré. La fin du récit est également sanguinolente. Le protagoniste tue d’abord sa mère et ensuite son père :

Le affondai il coperchio di latta tagliente sul collo, uscivano litri di sangue mentre gridava come un maiale.
Poi ammazzai mio padre con il coltello dei surgelati.
Mi faceva davvero schifo come morivano vomitando sangue.
Su tutte le piastrelle c’era sangue e ancora se ne aggiungeva mentre quelli diventavano di un altro colore.

19Cet imaginaire baigné de sang va de pair avec celui de la sexualité ou de la pornographie. Dans la poésie Poeta di regime, le protagoniste éprouve de violentes pulsions lorsqu’il regarde les programmes berlusconiens :

[…]
guardai la tele tutto soddisfatto:
“O Berlusconi, dio mio, dammi
le 200 cosce dei mei sogni
quotidiani !” supplicai, e venni
appena le danzanti quindicenni
riempirono lo schermo. I miei bisogni
d’amore avendo spruzzato sul muro
mi sedetti a mangiare. […]

20Le protagoniste de la prose C’era mio padre sul divano est à peu près dans la même situation : il rentre chez lui après une journée de travail, se prépare un sandwich et allume sa télévision :

Una giornata di lavoro ti entra nelle vene, sai. Non capisci più quello che fai, sei lì e guardi la tele. […] Quella sera sono stato fortunato, ho visto le fighe di un canale che non si vede sempre […], mangiavo il panino con la sottiletta e avevo il cazzo come un coso del biliardo, alla tele si toccavano le punte delle lingue con le tette grosse […]. Il cazzo mi esplodeva completamente, respiravo difficile […].

21Cet imaginaire sanglant et violent ne peut être, en aucun cas, pris au sérieux tant les comportements des personnages sont portés à l’extrême sous la plume d’Aldo Nove. Par exemple, le protagoniste de la prose Non ho paura dei miei sentimenti fait des actions totalement imaginaires (voire hallucinantes) lorsqu’il dit : « Faccio sesso con il paralume, lo faccio sovente ». En somme, cette poétique réside dans l’imaginaire que l’on applique aux choses : tel spot publicitaire est « détourné » pour entrer dans un autre monde de références, celui d’Aldo Nove.

Haut de page

Notes

1  Dans Poesia, n° 155, novembre 2001, Gemma Gaetani e Fabio Simonelli écrivent un article sur ce nouveau recueil.

2  En 2004, il publie Flesh for fantasy (aux éditions Gli Ori) avec ses amis Marco Pierini et Lorenzo Fusi ; puis en 2007, il publie, chez Einaudi, Maria.

3  En France, Aldo Nove n’est pratiquement pas connu. Seule sa récente prose intitulée La più grande balena morta della Lombardia, Torino, Einaudi, 2004, est traduite en français par Marianne Véron (La plus grande baleine morte de Lombardie, Arles, Actes Sud, 2007).

4  Pour une étude approfondie sur cette anthologie de jeunes écrivains en Italie, voir le travail universitaire de Cadia Farinato, I Cannibali : novità e tradizione in una scrittura di fine millennio, sous la dir. de J.-C. Vegliante, Sorbonne Nouvelle-Paris III, 2003. Signalons aussi la récente publication en Italie de Massimo Arcangeli intitulée Giovani scrittori,  scritture giovani : ribelli, sognatori, cannibali, bad girls, Roma, Carocci, 2007.

5  In Aldo Nove di Fulvio Senardi, Fiesole, Cadmo, Scritture in corso, 2005, cit. p. 17.

6  Par contre, son ami Niccolò Ammaniti (qui a également participé à l’aventure et qui connaît beaucoup de succès depuis), aurait plutôt tendance à vouloir se débarrasser de son étiquette de « cannìbale », comme il le confie à Luciana Sica, dans un article paru dans le quotidien La Repubblica, le 28 août 2001 : « Io non ho mai sentito di appartenere ad un gruppo, o comunque non è mai stato questo il mio desiderio. Ho scritto per un’antologia, e ne sono stato davvero felice, ma non sapevo neanche chi fossero gli altri, di alcuni di loro non so neppure che fine hanno fatto, se continuano a scrivere. Il mio unico grande amico, lì dentro, di quella esperienza comune che ha preso delle proporzioni inattese, è Aldo Nove, che io ammiro e che pure è uno scrittore completamente diverso da me. Insomma, i cannibali non esistono più e in realtà non sono mai esistiti, e in ogni caso un autore vuole essere esclusivamente etichetta di se stesso. »

7  Superwoobinda est une version amplifiée de Woobinda e altre storie senza lieto fine comme le déclare Aldo Nove sur la quatrième de couverture : « Woobinda è un libro che avevo scritto per avere successo con le donne, per partecipare a qualche trasmissione televisiva. Ce l’ho fatta. Superwoobinda è molto di più. Ci sono un sacco di storie nuove ! ». On retrouve les huit sections de Woobinda et deux autres sections : Il fantasma dalla f*** azzurra e altre storie moderne (qui regroupe 5 proses Fuffi, Ditta, Tre racconti sulla televisione, Il fantasma dalla f*** azzurra, Il Sol dell’Avvenir) et Il mondo bello come le Spice che ballano e altre storie mitomoderne (qui regroupe 7 proses Videocatalogo Italia, Marta Russo, Protezione solare diciannove, Il gusto di tutti i pianeti che ci sono, Carre, Un sogno che ho fatto, Un mondo bello come le Spice che ballano).

8  L’anthologie Fuoco su Babilonia ! est structurée en 7 sections : 1. (My Nation Underground), Tornando nel tuo sangue, Musica per streghe, Poesie tra parentesi di prosa, Santi, Pornostar &, Madre di Dio, Merceterna.

9  L’essai de Franco Buffoni intitulé La luna vista da Viggiù est situé à la fin du volume de Fuoco su Babilonia !, aux pages 143-147.

10  « […] nella densa raccolta che qui si presenta, Satta Centanin […] presenta anche dei brani in prosa. Sono essenziali ? Probabilmente sì, anzitutto per giungere più rapidamente a conoscere il poeta […] per renderci conto – in modo speculare rispetto alla scrittura in versi – di quali siano i due elementi fondamentali della sua poetica […] », Ibidem.

11  « due titoli proposti […] da Antonello per questa sua partecipazione ai Quaderni. », Ibidem.

12  « […] la narrazione del quotidiano viaggio in pullman da Viggiù a Varese per andare a scuola : Guardare al finestrino frantumarsi / in mille auguste schegge di colore / Cantello e poi Malnate è la catarsi / di un attimo sottratto a ogni dolore…/…mi culla intanto ritmico il motore… », Ibidem.

13  Cette déclaration est tirée du site http://clarence.it.

14  La relation « poésie-prose » est un axe principal de notre recherche. Dans notre thèse de doctorat intitulée Le lyrisme de Edoardo Sanguineti : première période 1951-1968 (sous la dir. de J.-C. Vegliante, Sorbonne Nouvelle Paris 3, 2007), nous avons clairement démontré que la relation « poésie-prose-théâtre » était fondamentale pour comprendre le lyrisme sanguinetien. Depuis, nous appliquons cette méthodologie à d’autres écrivains : Charles Baudelaire, (in De la prose au cœur de la poésie, P.S.N., 2007) et André Salmon (sous presse).

15  Les deux proses insérées dans Fuoco su Babilonia ! présentent d’autres figures de rhétorique. Par exemple le chiasme aux deux premières phrases de La notte ha un giorno segreto : « La notte ha un giorno segreto, una promessa che smangia l’ombra della sua corsa e la consegna al mattino. Il giorno ha una notte frenata dal sole, che scalpita sempre più a sera. ». La nuit, en début de première phrase et le soir, en fin de deuxième phrase, entrent en contraste avec le matin, en fin de première phrase et le jour, en début de deuxième phrase. La réduplication est aussi une figure de rhétorique que l’on trouve dans ces deux proses : « adesso terra, adesso pietra, adesso tu. » (Dal polline), « Ogni cosa aveva mille anni, ogni cosa si susseguiva alle altre » (La notte ha un giorno segreto).

16  Dans une vidéo sur Internet Aldo Nove présente cette œuvre en disant qu’il a mené une enquête en parcourant toute l’Italie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Valérie Thévenon, « Aldo Nove en prose et en vers : une poétique du détournement », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/2672 ; DOI : 10.4000/italies.2672

Haut de page

Auteur

Valérie Thévenon

Docteur qualifiée en Études Italiennes. Sa thèse de doctorat, qui porte sur le lyrisme de Edoardo Sanguineti, démontre la relation constante entre la versification, la prose et la dramaturgie au sein des premières oeuvres de cet écrivain néo-avant-gardiste. Elle a coordonné un projet (au sein du CIRCE sous la direction de J.-C. Vegliante), qui est publié aux Presses de la Sorbonne Nouvelle depuis 2007 De la prose au cœur de la poésie. En 2008-2009 elle a enseigné à l’université du Sud Toulon-Var.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org