Navigation – Plan du site
Parcours critiques à travers la poésie italienne d'aujourd'hui
Dialogues

Enrica Salvaneschi : des Centaures po(ï)étiques

Francesca Irene Sensini
p. 303-318

Résumé

Consacré à la poésie d’Enrica Salvaneschi, l’article cherche à élucider l’essence du défi créatif que poète lance contre la réalité en s’appuyant sur le mythe du centaure, sehnal du je et symbole du langage poétique. Le centaure, en effet, renvoie à une duplicité qui est le propre de l’écriture de Salvaneschi, en suspens entre poésie et philosophie, entre prose et vers. Étranger à la réalité de l’existence, le centaure de Salvaneschi incarne un art qui s’exalte dans fiction, en façonnant la réalité pour en dévoiler les contradictions, les ambiguïtés non moins splendides que misérables.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pindare, Pythique III, vv. 1-10, texte établi et traduit par Aimé Puech, Paris, Les Belles Lettres (...)
  • 2  E. Salvaneschi, Silvio Endrighi, Libro linteo, Titolo I. Il resto, Bologne, Book Editore, p. 31.

Je voudrais que Chiron […] vécût encore
[…] le Centaure agreste, plein d’amour
pour les hommes !1

Il poeta è come una fiera gentile, che nei
significati va annusando
il senso – i sensi.2

  • 3  Dans la liste par ordre chronologique des œuvres littéraires d’Enrica Salvaneschi, nous incluons a (...)

1L’œuvre d’Enrica Salvaneschi est placée sous le signe de la métamorphose permanente et de la permanente discorde. Pour en dresser un portrait critique, le commentateur doit agir, en quelque sorte, comme Pelée lorsqu’il voulut embrasser la néréide Thétis. La déesse prenant tour à tour des formes différentes pour se soustraire aux étreintes amoureuses de l’audacieux mortel, ce dernier dut faire appel à la sagesse du centaure Chiron pour sortir de l’impasse et piéger, enfin, la divine insoumise. Ainsi le centaure sera-t-il notre guide dans la compréhension d’une œuvre délicatement raffinée. Le centaure est, de fait, une figure récurrente au sein de l’œuvre de l’auteur ; il est aussi un véritable senhal du je, ainsi que la représentation mythique de sa parole. Aussi chercherons-nous à aborder, à partir de la valeur symbolique de ce personnage, les enjeux fondateurs d’un corpus aussi complexe que considérable. Le premier recueil poétique de Salvaneschi, Così, remonte à 1990 ; depuis l’auteur a publié à intervalles plus ou moins réguliers de deux ans, jusqu’au dernier Libro Linteo en deux volets (Titolo I. Il resto ; Titolo II. Storie di Lino) publié à quatre mains avec Silvio Endrighi, double et moitié de l’auteur, sur le rôle duquel nous reviendrons dans la suite de l’article3.

Le je centauresque

  • 4 Platon, Phèdre, 229e-230a.
  • 5  Platon, Politique, 291a-b et 303 c-d.

2Selon le récit classique, les centaures sont des créatures mi-hommes, mi-chevaux, nés des amours du titan Ixion et de Néphélé, la Nue. Fantaisies et monstres à la fois, ils renvoient à l’idée d’un être scindé entre deux pôles discordants : d’une part, la matérialité du corps, ses instincts et sa fragilité, d’autre part, la richesse prodigieuse de la pensée. En revanche, dans la philosophie de Platon, les centaures ne sont que des images fausses relevant du non-être, tout comme les Chimères, les Gorgones et les Pégases. Aussi représentent-ils de faux problèmes qui, en séduisant l’imagination, menacent d’éloigner les hommes de la vérité4. Ce n’est pas le fruit du hasard si les rejetons de la Nue sont assimilés par le philosophe des Idées aux sophistes, « discoureurs en l’air », « bêtes sans force mais pleines de ruses » qui, au lieu d’apprendre aux hommes la politique, leur apprennent la révolte5. Dans la préface du recueil Centauri ?, l’auteur livre au lecteur sa propre définition du centaure, où l’on entrevoit sans mal les deux notions fondatrices de l’œuvre : d’une part, la dualité, dans toutes ses manifestations (dédoublement et duplicité, désaccord et diaphore), d’autre part, la fiction (songe et mensonge) :

  • 6 E. Salvaneschi, Centauri ?,cit., p. 10.

Il senso del titolo apposto alla raccolta è, per un verso, evidente : i Centauri costituiscono un archetipo privilegiato e prevedibile per dire ciò che è duplice e uno – sfida inferta al possibile, binomio consorte di violenza e sapienza. Ma a questo motivo un altro si associa, più inquietante e più fondo, quando si pensi che i Centauri propagano dall’antichità all’attualità un possibile segno del non-essere: inaudita eco saturnina nella vincente giovialità del mondo, i piovosi figli della Nuvola del mito classico divengono qui labili forme della parola; quella stessa parola – è pure vero – che ruba e dona all’evento i suoi poteri, la sua virtù.6

  • 7  E. Salvaneschi, voci, Conoscersi, vv. 25-29, op. cit., p. 10.
  • 8  E. Salvaneschi, Catalogo e metamorfosi, Angelo e gelo, astratto zelo, cit., vv. 7-11, p. 122.
  • 9  Platon, Le Banquet, 189c-193d.
  • 10  E. Salvaneschi, Psicomachia,cit., vv. 134-135, p. 33.
  • 11  Sandro Montaldo consacre un article à ce problème d’identification. En s’appuyant sur les textes d (...)

3Dans cet être divisé – sauvage et sublime, fait de chair et de vent – le je du poète se reconnaît à bien des titres. De même que le centaure du mythe naît de l’union d’Ixion avec l’image illusoire, créé par les nuages, de la déesse Héra, le poète engendre tout seul ses propres centaures, ses propres interlocuteurs – amants, fantasmes ou dieux – avec lesquels il partage une nature frêle et éphémère. Le je entre en relation avec le tu amoureux comme le nuage, quand il crée et pénètre la goutte irisée de l’arc-en-ciel : « rinfrangendoti cerco di cantarti / per incongrua dall’immite / ordito decantarti dentro il quale / si sfibra, carta randagia, / la prigioniera e nuvola mia vita »7. Voué à cette fécondité solitaire, le poète s’identifie non seulement avec le centaure, mais aussi avec d’autres créatures doubles, tel l’androgyne ou l’hermaphrodite. Toutefois, dans l’œuvre de Salvaneschi, la dualité devient paradoxalement gage de solipsisme, voire d’autisme : « l’autistica dote dispersa, / androgina vita diversa / che fu dell’Achille-sirena – di Orlando in Orlando, riversami / la nuvola virtuale e desolata, antro di ambiguità »8. Loin de représenter la plénitude et la perfection de l’être, comme dans le récit d’Aristophane,9 l’androgynie du je implique la conscience de l’impossibilité de l’amour, ainsi que la « gangrène » qui en découle : « sono donna e signore ; dolci sposi / racchiudo in me, edenica necròsi »10. Cohérente avec elle-même, notre auteur porte un nom double (et dédoublé) : Enrica Salvaneschi serait, en fait, le pseudonyme de Silvio Endrighi, cité plus haut11. Dans la notice qui clôt sa première œuvre « sans masque », Ateismo,on trouve quelques renseignements au sujet de cet auteur apparemment débutant :

  • 12  Le titre de la notice anonyme est Chi è Silvio Endrighi ? in S. Endrighi, Ateismo,cit., pp. 223-22 (...)

Nonostante il nome di Silvio Endrighi non sia mai giunto alla ribalta della pagina, l’autore non è né giovane né esordiente ; non emergente, bensì quasi sommerso – sommerso da se stesso, poiché per un gusto di eletta marginalità, scelse, fin dall’inzio di un’attività letteraria che dura ormai da qualche lustro, di pubblicare sotto pseudonimo.12

4Néanmoins, depuis l’exploit d’Ateismo, Endrighine se laisse plus « submerger » par Salvaneschi ; au contraire, il poursuit les publications à son nom, tout en collaborant avec Salvaneschi dans des œuvres, pour ainsi dire, polyphoniques. Par delà les questions liées à l’état civil, somme toute sans importance, ce jeu de l’image et du reflet ne fait que confirmer la nature double et déchirée du poète qui, réunissant les caractéristiques des deux sexes, est naturellement éloigné des distinctions de gender.

5En dernier ressort, la duplicité du je découle, d’une part, de l’opposition entre un corps périssable et une âme/pensée non moins périssable, mais génératrice inlassable de songes – l’amour, les fictions poétiques –, de l’autre, de la tendance innée à nouer des liens avec un autre, même si la véritable réciprocité n’est qu’une illusion :

  • 13  E. Salvaneschi, Con moto restio, Metope III, 14, vv. 1-7,cit., pp. 138-139.

6se la solitudine è questo reciproco plagio / del Tu e del Nulla – geranio nero, ortensia e ortica – ; / se soffrono i pensieri come gemme, abito futile / ed arbitrario dei rami spogli – ma senza il quale / non c’è bellezza nei rami spogli : sola sapienza / ci resta e fonda, nel mondo uguale del nostro male, / la solitaria dei posseduti veste inconsutile.13

La sagesse sauvage

  • 14 Platon, Phèdre, 229e.
  • 15  E. Salvaneschi, Catalogo e metamorfosi, Le proprie radici – è difficile,cit., v. 12, p. 72.
  • 16  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 497-502, p. 57.
  • 17  E. Salvaneschi, Psicomachia, v. 514, p. 57.
  • 18  E. Salvaneschi, voci, p. 6.
  • 19  Apollodore, Bibliothèque II 84-86 et 119. Vd. également Realencyclopädie der classischen Altertums (...)
  • 20  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 90-93, p. 31.

7Par opposition à Platon, le centaure devient même l’emblème de la quête de connaissance du poète. Loin de détourner le sujet de la vérité, le centaure effroyable et bienveillant l’amène sur le chemin de la « sagesse sauvage »14, teintée de beauté et de désespoir : « se verità esiste, è doppia o dimidiata »15. Les produits de la pensée n’ayant point de réalité en dehors de la pensée elle-même et de l’art qui les façonne, le centaure, image fausse par excellence pour la philosophie platonicienne, démystifie la recherche d’un monde transcendant, harmonieux et immuable – autrement dit, de Dieu : il verbo è parola rilevata / – e pur mai rivelata pienamente – /dal labirinto della propria mente, / dall’esigenza avida, arbitraria / che porta a postulare il trascendente / amplesso di mania divinizzata »16. Le centaure révèle ainsi que la vérité repose dans la dualité de l’être, en discorde perpétuelle, ainsi que dans la transformation incessante, qui est la loi propre de la matière. En dernier ressort, l’importance du fils de la Nue au sein de l’œuvre de l’auteur est liée aussi à son affinité avec l’essence métaphorique du langage de la poésie. Issue de l’imagination, comme le centaure, la poésie est simulation véritable (et la simulation est véritable poésie) : « simulazione vera – poesia »17. Dans son introductionau recueil voci, Carlo Rao met l’accent sur cette relation primordiale : « Si direbbe che per la Salvaneschi la realtà (o natura, per dirla con Wallace Stevens) e la poesia manifestino un’uguale misura di vita. E se il fondamento della natura è la metamorfosi, il fondamento della poesia è la metafora : la metafora è la metamorfosi della poesia, quel mutare delle forme che è la vita è the motive of metaphor del poetare »18. Dans le même temps, cette créature ambiguë et fabuleuse incarne l’aspiration tenace du je à un absolu qui puisse déjouer le mal de vivre une vie frêle comme une fleur et marquée du sceau de la souffrance. De cette vie le centaure Chiron devient l’emblème mythique : en renonçant à son immortalité pour se délivrer du mal incurable de la blessure provoquée accidentellement par une flèche d’Héraclès19, le sage Centaure ami des hommes jette un nouvel éclairage sur le sens de l’existence humaine, unique, délicate, atrocement imparfaite : « Non si trapianta la rosa noiosa, / non rivive l’effimera mimosa. // Ma c’è forse pensiero più radioso / di tale mito odioso, doloroso ? »20. Ainsi, en dehors de la mort, le ravissement de la pensée est-il la seule liberté octroyée à l’homme ; il s’y abandonne à la faveur des manifestations – presque des théophanies – des beautés presque divines de l’être. La vocation de la poésie de Salvaneschi relève de cette notion de ‘presque’, « quasi », entre leurre radieux et sombre désillusion, comme la « déclaration de poétique à Sant’Apollinare in Classe » le signifie clairement :

  • 21  E. Salvaneschi, Il Tu e il Nulla,cit., p. 15.

Basterebbe vedere i moscerini galleggiare uccisi a fior dell’acqua che l’uomo ha benedetta, mentre un raggio di luce colpisce la marmorea conchiglia che la contiene : sarebbe questo un esempio sufficiente e necessario della vita. Ma se poi lo sguardo si sposta dall’absidato musivo fulgore, al verde nitore del prato, alle astratte nuvole d’oro che cedono al cupo di tessere azzurre, la divina bellezza dell’inganno è tale che quasi ci si dimentica degli insetti uccisi.
In questo spazio del quasi la poesia si consuma e assuma forma : è il dovere del nulla e del fiorire.21

  • 22  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 105-110, p. 31.

8Déchirée entre la fragilité des songes et le tourment du néant – l’Invano recourant dans les vers de l’auteur – la poésie est assimilée à des brins d’herbe trompeurs qui poussent dans le centauresque « jardin du contraste » qui est la vie, pour nouer un lien impossible avec l’infini : « L’Invano è un mostro mite, che maciulla / la sensitivamente / erba trastulla fiorita nel giardino del contrasto, / del desiderio devastante e vasto / di gettare una fune all’infinito, / nell’infinito seno del finito »22.

La centaure-structure

  • 23  E. Salvaneschi, Memento vivere (Qoelet 12, 1-8), in « La rassegna mensile di Israel », s. III, LVI (...)
  • 24  Les œuvres suivantes appartiennent à la catégorie du prosimètre : E. Salvaneschi, Con moto restio  (...)
  • 25  E. Salvaneschi, Centauri ?, p. 10.
  • 26  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 350-355, p. 47.
  • 27 Ibidem, p. 15.
  • 28  E. Salvaneschi, In vano, Psicomachia, cit., XLIV, p. 55 (cf. Supra, note 24).
  • 29  S. Endrighi, Ateismo, cit., pp. 145-146.

9Il est désormais évident que la poésie de Salvaneschi est marquée du sceau de la passion philosophique. Pour être plus précis, sa parole est l’expression nécessaire de l’intérêt humain pour les propriétés de l’être, telle l’existence, la possibilité, la durée, le devenir, etc., autrement dit pour l’ontologie, comme Salvaneschi le souligne dans un article : « L’uomo ha pochi argomenti nella sua faretra [...]. Non ha argomenti al di fuori della vita – ciò che è e ciò che non è. Per questo, tutto quanto ha detto e va dicendo, straordinariamente si assomiglia ; e straordinariamente, ogni volta, è diverso – talvolta è nuovo »23. En raison de cette disposition naturelle au questionnement philosophique, sa poésie prend souvent une tournure de disputatio et de disputeintime. Salvaneschi affectionne, en effet, la structure géminée, à l’illustre tradition, du prosimètre24, où prose et vers tissent un dialogue / engagent une dispute réciproques. D’ailleurs, cette articulation double du message correspond à la duplicité contradictoire du je-centaure : celui-ci développe sa pensée pour ensuite la commenter, en relevant et en exaltant les conflits, les tromperies et les manies qui s’y cachent : « il diverbio e binomio di prosa e versi non è dunque che il riflesso in superficie, l’espressione e maniera, di questo diverbio interiore e creativo disagio, monologo in due »25. Même lorsque l’auteur ne se mesure qu’avec les vers, le modèle de la disputatio infléchit la forme : c’est le cas emblématique du poème narratif Psicomachia dont le titre – référence à la Psychomachie du poète chrétien Prudence, combat allégorique entre les Vices et les Vertus sur le terrain de l’âme humaine – évoque une lutte de l’âme et dans l’âme déclenchée par la poésie. Cette dernière, en effet, est le centaure qui amène la psyché dans le domaine du contradictoire et qui, à la fois, lui permet de l’exprimer, en mettant en évidence la tendance des signifiants à se répéter et s’entrelacer de manière régressive. De cette tendance les vers suivants fournissent un exemple éclairant : « Il mistero dell’uomo è breve scherno : / averno dell’invano in un inverno / rovente, incandescente nella lava, / fiorente nella venerea cava di mimose / precoci e di ginestre / inquinate »26. Reflet d’une réalité métamorphique, éphémère, instable, discordante, cette décomposition et recomposition ne concerne pas seulement les mots, mais aussi les vers. Dans la préface au poème, Paolo Valesio emploie le terme anti-endecasillabismo27 pour définir la rupture du rythme propre de l’hendécasyllabe, qui apparaît souvent augmenté d’un hémistiche, comme l’on peut remarquer aussi au v. 353 cité plus haut. Néanmoins, encore une fois, la métamorphose agit implicitement, car l’hémistiche « di mimose » peut être intégré au vers suivant pour reconstituer le rythme de l’hendécasyllabe, et explicitement, dans la version en strophes de huit vers de Psicomachia, contenue dans In vano, où l’hendécasyllabe retrouve son unité28.Aussi l’artifice conscient de la dissension structurelle déteint-il sur les mots et les sons de la poésie de notre auteur, de sorte qu’il parvient à exalter la valeur gnoséologique de l’oxymore, ainsi que les similitudes et les contrastes des sons, poussés jusqu’à des effets troublants de paronomase. Les signifiants et les signifiés s’avèrent changeants, parfois incohérents avec eux-mêmes, attirés l’un vers l’autre par une sympathie profonde non moins que par une tendance acharnée à la querelle. L’efficacité de ce procédé est d’autant plus remarquable que les mots de Salvaneschi sont des signes pourvus d’une mémoire qui s’est sédimentée en couches multiples, à travers les âges et à travers l’espace. C’est l’effort pour laisser entrevoir leur complexité diachronique, liée tant à l’évolution sémantique qu’à leurs connotations littéraires qui entraîne le choc des signifiants et des signifiés, en dévoilant ainsi des relations oubliées, des affinités déconcertantes et révélatrices. À la lumière de ces considérations, il est évident que l’auteur ne saurait avaliser la notion naïvement romantique d’une poésie spontanée, fruit de l’inspiration fulgurante du moment. Au contraire, Salvaneschi préconise un haut degré d’élaboration formelle, seul moyen pour forcer les gonds du code linguistique à tous les niveaux, phonique, métrique, lexical, syntaxique, et révéler le réel que les mots recèleraient : « sia questo un grave colpo e monito per i sostenitori dello spontaneismo espressivo: al contrario di loro, noi riteniamo che solo l’elaborazione formale perfori il cuore della verità ; e, così facendo, opportunamente lo spersonalizza, lo strumentalizza ».29

  • 30 Ibidem, Καὶ τρίβολος ἀνθεδώδης, vv. 1-2 et 5-6, p. 180.
  • 31  À ce sujet, il est intéressant de lire les remarques de Mario Ramous dans la préface du recueil Il (...)
  • 32  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 272-279, p. 41.

10Aussi la vocation philosophique se mêle-t-elle à une vocation philologique, conçue, à la fois, comme rigueur scientifique et liberté créative face au « texte vital », testo vitale, dont l’auteur aspire à percer les raisons mystérieuses : « Filologia : musa pacata, oscura – cultura schiva, sostitutiva / […] Fu congettura, contro la croce / di voce in corruzione, ed estinzione »30. Engagée dans la recherche universitaire depuis 1972, Salvaneschi mène ses investigations dans le domaine da la linguistique historique et comparative, de la sémantique, des langues et des littératures antiques, médiévales et modernes ; en outre, elle s’intéresse aux rapports entre la littérature et les autres disciplines artistiques, telle la musique et les arts visuels31. Ces intérêts se reflètent dans sa poésie sous forme de références et allusions multiples sollicitant la mémoire du lecteur ; par ce biais, l’auteur se confronte avec les formes qui ont exprimé au fil des siècles les réflexions de notre culture, en même temps qu’elle se les approprie par contaminatio : « La mia parola libera, che spazia / tra le pagine eterne dei poeti, / ripercorrendone i chiari segreti / nella sua transumanza / creativa, è plebea, pedante, repulsiva, / e con le sue continue, linde emazie contamina / i modelli ove si sazia / la convenzione asettiva e corriva »32.

  • 33 Cf. S. Montaldo, Il centauro amoroso di Enrica Salvaneschi, in Compendio di Eresia. Saggi di critic (...)
  • 34  S. Endrighi, Ateismo, p. 51.

11Un tel foisonnement de compétences est, à la fois, la cause et la condition fondatrice d’une poésie ardue et audacieuse, qui renoue avec l’exubérance perdue de la langue. À contre-courant de la majeure partie de la poésie lyrique contemporaine, le poète ne manifeste aucune position préconçue à l’égard des mots, qu’ils soient issus du lexique poétique du Moyen Âge ou des vocabulaires techniques des sciences modernes33. Ses choix lexicaux, en effet, ne dépendent point d’une époque, d’un goût ou d’un parti pris idéologique ; en revanche, ils sont infléchis par l’amour, non moins de la connaissance que des mots : « molti i nomi ci insegnano, se sappiamo saggiarli »34. Dans le cadre de cette démarche, la tâche d’essayer, « saggiare », le matériau verbal revient au philologue, alors que le poète s’attèle à le façonner, afin qu’il puisse dégager ses significations comme autant d’enseignements. Dans l’essai critique au titre révélateur, Ritorni di parole, l’auteur attire notre attention sur ce sujet, en mettant en relief la complémentarité des deux moments, soit dans la recherche proprement scientifique, soit dans la création poétique :

  • 35  E. Salvaneschi, Ritorni di parole, Alessandria, edizioni dell’Orso, 1995, p. 43.

Può succedere che gli etimologi, anche i migliori, si congedino con stizza dalle stranezze semantiche; simili, da un certo punto di vista, a quel signore cremisi che è un personaggio de Le petit prince. Intento a contare, tra un numero e l’altro, ripete: Je suis sérieux, moi ; e aggiunge : Je n’ai pas le temps de flâner (ch. XIII). La citazione, bisogna rendersene conto, è solo in parte appropriata ; in gran parte è irriverente e ingenerosa. Nessun dizionario, etimologico o non, sarebbe forse mai stato compilato se il suo autore si fosse concesso il lusso di flâner, di “errare”, di “bighellonare”, come noi ora facciamo ; e tuttavia, questa flânerie talora corregge la seria, catafratta consegna del dizionario : lo fa provocandola, talora infrangendola, purché sempre si tenga presente che tale infrazione, provocazione, può esistere solo perché il dizionario preesiste.35

12Sérieuse et flâneuse, Salvaneschi est auteur d’ouvrages comparatistes, où l’exactitude scientifique se mêle à une sensibilité littéraire qui affectionne les rapprochements inattendus et originaux, voire hérétiques pour certains milieux académiques. D’une manière semblable, ses œuvres poétiques se situent aux frontières de la critique et la créativité proprement dites. Encore une fois, la notion de dualité s’avère fort pertinente : les essais critiques et la poésie sont les produits – apparemment distincts, en réalité en osmose permanente – d’une même tension vers l’énigme de l’être. Dans les vers suivant un passage de Pindare (Pythique VIII, vv. 95-96) et de Shakespeare (Hamlet, 3/1) échangent leur troublantes méditations sur le destin humain se mêlant aux pensées et aux paroles de notre auteur / savant lecteur :

  • 36  E. Salvaneschi, Catalogo e metamorfosi, Nell’uomo è l’uno e il nessuno, vv. 2-12, p. 20 (les itali (...)

Rivivono parole, errori transitivi / dello scandalo e fondo osato dai poeti, / scandito dal pensiero in vero invidioso / eroso da chi cela il casto suo mistero : / nell’uomo è l’uno ed il nessuno, / è l’essere dell’ombra, e il sole del non-essere. / A Pindaro in stremo segreto / nell’eco la voce di Amleto / risponde, e il diadema siamese / disgiunge nel dilemma inquieto : / l’essere nel patire o il non-essere, esito di agire ?36

  • 37  S. Endrighi, Ateismo, p. 64.
  • 38  E. Salvaneschi, Centauri ?, p. 8.
  • 39  Ibidem, p. 30-31 (les deux traductions, perfecta et imperfecta, sont suivies par le commentaire do (...)
  • 40 Ibidem, pp. 24-25.

13Aussi la poésie de Salvaneschi ne saurait-elle exister en dehors de cette rencontre avec la tradition – une tradition aux frontières spatio-temporelles on ne peut plus étendues, conçue comme un canevas que le poète-comédien se doit de réinventer sans cesse. C’est dans la confrontation avec ses « confrères » que sa propre inventio puise son originalité et sa force : « era una sua opinione che i poeti siano come attori avvicendati a recitar lo stesso personaggio ; un identico schema, dunque, per eventi diversi : ogni autentico attore eredita dai colleghi del passato quel canovaccio che poi inventa »37. Une illustration très intéressante des métamorphoses que cette confrontation peut subir dans l’œuvre de notre auteur est offerte par le prosimètre au titre on ne peut plus pertinent de Centauri ?, où l’on trouve six tesselles de dialogue/conflit entre le poète et autant d’« icônes de l’esprit, idoles de la parole et de la pensée »38 : l’expérience d’une de langage transmental par le biais de la comptine (Fuori e sotto) ; le mouvement progressif/régressif du discours poétique (Nost-άλγεια) ; la distinction entre texte original et texte traduit (Il distacco) ; la querelle entre la prose de Platon et les vers du poète (Per se una) ; les rapports entre le texte et ses « sources résurgentes » (Il novissimo e il dato) ; le monologue entre dieu et sa créature en tant que seule et unique voix discorde. (Monologo di Arimane e Pandora). Ce dialogue/conflit est double, car il engage la tension de la pensée et la tension du style ; cette dernière s’avère exercice fondamental : « necessità del ‘farsi’, necessità poietica ». Dans le cas de Il distacco, l’auteur compare la tentative de rendre le contenu explicitement illustré par le texte original – le poème Abschied de Rainer Maria Rilke – avec la tentative de rendre ce que Salvaneschi appelle « il contenuto nato dall’espressione » : un contenu qui est évoqué, comme par hasard, par le modèle et qui ouvre un autre discours parallèle qui continue, élargit et par moments contredit ce même modèle. Cette « voix qui s’est glissée » dans la poésie de Rilke est l’ironie propre de la poésie, son imperfectum,qui, en essayant le perfectum du contenu déclaré, en dévoile « les bonds et les écarts, les ressentiments stylistiques et les souvenirs qui lui sont propres »39. De même que l’expression découle du contenu, de même le contenu est susceptible de découler de l’expression; les deux phénomènes peuvent se produire en même temps, comme dans Il distacco, où l’expression née du contenu finit par le régénérer. Ainsi le poète-philologue parle-t-il de son langage en parlant du langage d’autrui ; en parlant de la traduction poétique, il parle de la création poétique, de sorte que, comme Salvaneschi l’affirme, « l’icône usurpe le modèle ». Sous un angle poétique et métapoétique, Nost-άλγεια développe un contenu – la nostalgie en tant que « douleur du retour » – qui est aussi une déclaration de poétique : « titolo di stile, oltre che (prima che) titolo contenustico ». L’auteur, en effet, met en évidence ce que le système d’équivalence et la structure répétitive selon lesquelles la poésie construit son discours finissent par produire une sorte de reflux du discours sur lui-même. Le poète accepte ici les règles du jeu poétique – l’espacement graphique des mots appartenant à un même vers, la monotonie de la rime –  pour les pousser à l’extrême et pour chercher à les contraster ; de cette façon, il parvient à élucider la nature du « chemin à rebours » de la pensée et de la poésie qui l’exprime, comparable à « la maladie d’un retour qui est destiné à inachèvement »40 :

E dal binario
morto
         nello scarpato cuore
                  frana l’amore,
         fame e
deperimento.

14Ainsi pouvons-nous affirmer que, dans toutes les tesselles du recueil, l’expression poétique se réalise dans une forme, à chaque fois différente, qui relève de la palintonos harmonia, l’harmonie des opposés. La réponse à la question du titre, Centauri ? repose sur cette notion, corollaire du « quasi » que la sagesse du centaure a révélé au poète, son créateur et sa créature :

  • 41 Ibidem, Monologo di Arimane e Pandora, pp. 62-63.

Sempre l’umano procedere è un quasi – più manchevole o meno da un confine o dall’altro, degli elfi innamorato o delle sirene – sereno o tempesta, ugualmente impossibile meta : e pure talvolta la meta si illude raggiunta da chi ha avuto l’obliquo percorso, da colui nel quale è dolce il dolore dei vari colori l’un l’altro attraversati e posseduti, gustati nel loro passare e cedere all’altro che viene [...]. E tuttavia, è solo un errore : non è zero, ma quasi, nonostante ed ancora.41

  • 42  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 385-392, p. 49.

15En conclusion, dans Centauri ? tout comme dans les autres œuvres du poète, la parole s’enracine opiniâtrement dans les manifestations multiples du « quasi » des signifiés et des signifiants qui expriment la vie ; c’est là qu’elle exalte sa vocation à l’action, à la fiction – poïesis – qui, en réalisant le réel propre du poète – ses songes et mensonges – détourne le néant et en tire la vengeance qui lui est due : « Le parole incarnite dentro il quasi / – quasar intermittente, evanescente / di una remota fenice ardente – risorgevano un tempo fra le ceneri; / le già fugaci e inverosimilmente / avverate, falsificate fasi / sfiguravano il nulla nelle frasi / del poeta vivente fra le pene. »42

Haut de page

Notes

1  Pindare, Pythique III, vv. 1-10, texte établi et traduit par Aimé Puech, Paris, Les Belles Lettres, 1951, tome III, p. 53. « Le plus juste des centaures » selon Homère, Chiron mériterait un discours à lui tout seul. Dans l’impossibilité de s’attarder sur le sujet, on renvoie à un article d’E. Salvaneschi, Dalla nuvola al non-essere: il centauro in Σύγκρισις e, 1986, pp. 37-105, dont on extrait le passage suivant, à la page 58 : « A noi importa qui segnalare come, in questo mondo di mostri tendenti (e riluttanti) all’umano, Chirone rappresenti una sorta di antinomia vivente, di alta contraddizione: benefattore dell’uomo e tuttavia per questo dall’uomo distinto, “il più giusto fra i centauri” sembra potersi sinonimicamente spiegare come “il più giusto fra i violenti” ».

2  E. Salvaneschi, Silvio Endrighi, Libro linteo, Titolo I. Il resto, Bologne, Book Editore, p. 31.

3  Dans la liste par ordre chronologique des œuvres littéraires d’Enrica Salvaneschi, nous incluons aussi les œuvres de Silvio Endrighi, collaborations ou travaux indépendants : E. Salvaneschi, Così, Bologne, Book Editore, 1990 ; idem, Con moto restio, Milan, Coliseum, 1992 ; idem, Centauri ?, Bologne, Book Editore, 1992 ; idem, Il Tu e il Nulla, Bologne, Book Editore, 1994 ; idem, Catalogo e metamorfosi, Udine, Capanotto editore, 1996 ; idem, voci, Trevise, all’antico mercato saraceno, 1998 ; idem, Psicomachia, Bologne, Book Editore, 1998 ; idem, Poesia, Florence, Gazebo, 2000 ; S. Endrighi, Ateismo, Bologne, Book Editore, 2000 ; E. Salvaneschi et S. Endrighi, Il libro dell’ora, Bologne, Book Editore, 2002 ; E. Salvaneschi, In vano, Venise, Marsilio, 2002; idem, Giardini ospitali, Bologne, Book Editore, 2006 ; S. Endrighi, Eremo libertino, Bologne, Book Editore, 2007 ; E. Salvaneschi et S. Endrighi, Libro linteo, cit.

4 Platon, Phèdre, 229e-230a.

5  Platon, Politique, 291a-b et 303 c-d.

6 E. Salvaneschi, Centauri ?,cit., p. 10.

7  E. Salvaneschi, voci, Conoscersi, vv. 25-29, op. cit., p. 10.

8  E. Salvaneschi, Catalogo e metamorfosi, Angelo e gelo, astratto zelo, cit., vv. 7-11, p. 122.

9  Platon, Le Banquet, 189c-193d.

10  E. Salvaneschi, Psicomachia,cit., vv. 134-135, p. 33.

11  Sandro Montaldo consacre un article à ce problème d’identification. En s’appuyant sur les textes de deux auteurs, il vise à démonstrer que : « il nome di Silvio Endrighi è in realtà lo pseudonimo sotto il quale si nasconde un’autrice, Enrica Salvaneschi, il cui nome sarebbe lo pseudonimo sopra citato » (S. Montaldo, L’ateismo in rima di Silvio Endrighi, in Compendio di Eresia. Saggi di critica militante, Novi Ligure, Joker, 2004, pp. 85-94).

12  Le titre de la notice anonyme est Chi è Silvio Endrighi ? in S. Endrighi, Ateismo,cit., pp. 223-224.

13  E. Salvaneschi, Con moto restio, Metope III, 14, vv. 1-7,cit., pp. 138-139.

14 Platon, Phèdre, 229e.

15  E. Salvaneschi, Catalogo e metamorfosi, Le proprie radici – è difficile,cit., v. 12, p. 72.

16  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 497-502, p. 57.

17  E. Salvaneschi, Psicomachia, v. 514, p. 57.

18  E. Salvaneschi, voci, p. 6.

19  Apollodore, Bibliothèque II 84-86 et 119. Vd. également Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Band III, ‘Barbarus-Claudius’, 1899, s. v. Chiron, coll. 2302-2308.

20  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 90-93, p. 31.

21  E. Salvaneschi, Il Tu e il Nulla,cit., p. 15.

22  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 105-110, p. 31.

23  E. Salvaneschi, Memento vivere (Qoelet 12, 1-8), in « La rassegna mensile di Israel », s. III, LVI, 1990, pp. 31-59 (p. 31).

24  Les œuvres suivantes appartiennent à la catégorie du prosimètre : E. Salvaneschi, Con moto restio ; Centauri ? ; Catalogo e metamorfosi ; In vano ; S. Endrighi, Ateismo ; E. Salvaneschi et S. Endrighi, Il libro dell’ora ; S. Endrighi, Eremo libertino ; Libro linteo.

25  E. Salvaneschi, Centauri ?, p. 10.

26  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 350-355, p. 47.

27 Ibidem, p. 15.

28  E. Salvaneschi, In vano, Psicomachia, cit., XLIV, p. 55 (cf. Supra, note 24).

29  S. Endrighi, Ateismo, cit., pp. 145-146.

30 Ibidem, Καὶ τρίβολος ἀνθεδώδης, vv. 1-2 et 5-6, p. 180.

31  À ce sujet, il est intéressant de lire les remarques de Mario Ramous dans la préface du recueil Il Tu e il Nulla, p. 9-10 : « Gli interessi della Salvaneschi coprono un arco di proporzioni quasi onnivore, dai testi biblici alla tragedia greca, dalla letteratura medioevale alla moderna, dalla rivoluzione romantica a quella della poesia contemporanea, senza tralasciare le indagini più razionali sul pensiero e le forme che tutta la cultura occidentale ha espresso. Ciò pone il problema di quanto la stratificazione di queste ricerche (filologiche, critiche, teoretiche) abbia influito sul suo impegno creativo. E non v’è dubbio che nelle tre precedenti prove (Così, Centauri ? e Con moto restio) il peso di questo ‘mostruoso’ (nell’accezione latina del termine, naturalmente) bagaglio culturale abbia assunto valore determinante, a volte straniante, in ogni caso sempre sentito in funzione di confronto, spesso di combattimento, altre di analisi, come se l’autrice, saggiandole si ponesse il compito di appropriarsi delle forme che hanno dato contenuto alle riflessioni della nostra cultura, insomma come se nell’esercizio volesse scoprire e strutturare il proprio linguaggio (e non che ne fosse priva) attraverso quegli scarti che fanno di ogni poeta da potersi dire tale un unicum irripetibile ».

32  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 272-279, p. 41.

33 Cf. S. Montaldo, Il centauro amoroso di Enrica Salvaneschi, in Compendio di Eresia. Saggi di critica militante, Novi Ligure, Joker, 2004, p. 204.

34  S. Endrighi, Ateismo, p. 51.

35  E. Salvaneschi, Ritorni di parole, Alessandria, edizioni dell’Orso, 1995, p. 43.

36  E. Salvaneschi, Catalogo e metamorfosi, Nell’uomo è l’uno e il nessuno, vv. 2-12, p. 20 (les italiques sont dus à l’auteur).

37  S. Endrighi, Ateismo, p. 64.

38  E. Salvaneschi, Centauri ?, p. 8.

39  Ibidem, p. 30-31 (les deux traductions, perfecta et imperfecta, sont suivies par le commentaire dont nous avons extrait et traduit quelques passages. Ensuite, pp. 32-37, on trouve le texte original de Rilke, accompagné d’une prose qui dégage brillamment les rapports entre les deux traductions et leur modèle d’un point de vue linguistique).

40 Ibidem, pp. 24-25.

41 Ibidem, Monologo di Arimane e Pandora, pp. 62-63.

42  E. Salvaneschi, Psicomachia, vv. 385-392, p. 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Francesca Irene Sensini, « Enrica Salvaneschi : des Centaures po(ï)étiques », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/2706 ; DOI : 10.4000/italies.2706

Haut de page

Auteur

Francesca Irene Sensini

Agrégée d’italien et qualifiée aux fonctions de Maître de conférences Elle a étudié à l’Université de Gênes (Laurea en Littératures comparées). A l’Université de Nice, elle a préparé un DEA portant sur les problèmes de la traduction poétique dans le cadre des rapports entre les littératures classiques et la littérature du XIXe siècle (Pindare traduit et interprété par Friedrich Hölderlin). Elle a soutenu sa thèse à l’Université Paris 4, sur l’œuvre de Giovanni Pascoli. Sous le titre Dall’antichità classica alla poesia simbolista : ricerche sui Poemi conviviali, la thèse paraîtra en version italienne, chez Pàtron, fin 2009.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org