Navigation – Plan du site
Traduction, diffusion, migration artistique

La poésie italienne d’après nature : traduire la poésie italienne contemporaine à l’ère numérique

Groupe de chercheurs de CIRCE
p. 339-355

Résumé

Après avoir présenté les auteurs traduits dans cette anthologie à travers un parcours thématique développant les thèmes et les images qui dominent les textes choisis, nous développerons une réflexion sur notre travail de traduction, témoignage de l’irréductibilité de langues et de cultures considérées comme très proches, mais aussi de leur grande familiarité.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Notes de la rédaction

Le blog uneautrepoesieitalienne.blogspot.com est le produit d’un travail collectif, au sein du séminaire de traduction du CIRCE1 dirigé par J.-C. Vegliante auquel participe un groupe de chercheurs composé de : Lucrezia Chinellato, Olivia Galisson, Judith Lindenberg, Valérie Thévenon, Ada Tosatti, Antonella Usai, Sarah Ventimiglia.

Texte intégral

Présentation

1Antonella Usai

2Face au constat de la sur-représentation en France de certains poètes italiens contemporains, nous avons voulu, dans le cadre de notre séminaire de recherche du CIRCE réuni autour de Jean-Charles Vegliante, professeur, poète et traducteur, donner à lire une « autre poésie italienne contemporaine ». Nous avons donc entrepris de traduire collectivement un choix de poètes italiens pour les publier dans un blog, afin d’apporter notre contribution à la diffusion de la poésie italienne contemporaine, parfois publiée en dehors des grandes maisons d’édition et des grands centres culturels du nord de la péninsule italienne.

  • 2  Po&sie, n° 109 et 110, Paris, Belin, 2004. Burckhardt Geneviève, Italie poétique contemporaine, pr (...)

3Certains de ces poètes (comme C. Albinati, A. Anedda, E. Testa) sont désormais bien installés dans le paysage littéraire italien ainsi qu’en France, où ils ont été récemment traduits dans des revues ou des anthologies2. D’autres sont encore trop peu représentés et méritent d’être mieux connus par les lecteurs aussi bien français qu’italiens. En respectant l’esprit collectif du projet, le choix des auteurs a été le résultat d’un échange enrichissant entre les membres du groupe. C’est ainsi que s’est créé, sans véritable préméditation, une alternance régulière entre voix féminines (comme C. Alziati, A. Anedda, L. Pugno, L. Riviello, S. Ventroni) et voix masculines (C. Albinati, P. Bertolani, V. Bodini, L. Calogero, P. De Marchi, M. Marchesini), avec aussi des voix dialectales (P. Bertolani, par exemple). Le thème choisi comme fil rouge reliant ces poètes témoigne d'une nouvelle urgence. En effet, un nouveau rapport de l’homme à la nature, de plus en plus fragile, produit comme une mise à l’écart réciproque, et rend plus que jamais nécessaire l’écoute d’une voix humaine, qui interroge et tente de définir son lien avec son environnement.

4Le mode de publication de ces travaux s’est imposé de lui-même, allant de pair avec les modalités de ces ateliers de traduction : la forme du blog rend compte au fil du temps de l’avancée de cette anthologie collégiale, des découvertes et des propositions faites par chacun, sans pour autant se laisser imposer le rythme frénétique et ininterrompu qui rend la parole indistincte sur Internet. Il instaure aussi une communication stimulante avec tout passionné de poésie, le lecteur pouvant laisser des commentaires ou poser des questions. Chaque mois, un nouveau poète vient enrichir ce paysage de la poésie italienne. Dans ce blog essentiel et clair, l’accès aux poèmes traduits est immédiat. Nous publions aussi en langue originale les poèmes inédits que des auteurs tels que C. Alziati ont eu la gentillesse de nous confier. Les poèmes dialectaux (A. Anedda, P. Bertolani, E. Calzavara) sont accompagnés de leur version en langue originale, donnant à voir et à lire une langue souvent très différente de l’italien. Chaque poète est présenté au moyen d’une notice essentielle, avec dates de naissance et principales publications.

5Quelques liens avec des sites de poésie italienne ou avec des sites d’auteurs permettent au lecteur de découvrir d’autres lieux d’écriture. Le blog s’inscrit ainsi dans un réseau où la poésie est de plus en plus présente. Preuve de sa réception et de sa visibilité en France, la Bibliothèque Nationale de France le répertorie désormais dans ses Signets, dans la rubrique littérature italienne, lui conférant ainsi un statut de référence dans le domaine de la poésie italienne contemporaine.

6Nous présenterons tout d’abord les auteurs de cette anthologie à travers un parcours thématique qui permettra de définir les points communs et les spécificités des auteurs. Nous développerons ensuite une réflexion sur notre travail de traduction, qui témoigne de l’irréductibilité de langues et de cultures considérées comme très proches, mais aussi de leur grande familiarité.

Le paysage d’après nature : une approche thématique

7Olivia Galisson

  • 3  M. Collot, Paysage et poésie : du romantisme à nos jours, Paris, Corti, coll. Les Essais, 2005.

8Que devient une tradition poétique qui a toujours dépeint le paysage comme d’après nature quand la nature est elle-même en train de changer, quand le lien entre l’homme et son environnement se fait de plus en plus ténu ? Le poète contemporain semble écrire à présent « après nature », cherchant des traces et des signes dans un paysage désormais lié à la mémoire et à la disparition. Le mot ‘paysage’ désigne à la fois le lieu réel et sa représentation, une « certaine mise en forme du pays qui permet de le saisir dans son ensemble »3. Lieu réel et représentation, tous les deux artefacts (reste-t-il une nature réellement sauvage en Europe ?), renvoient toujours l’un à l’autre. Le paysage écrit est à la fois forme de l’intime et témoignage du rapport au monde, toujours en même tempsintérieur et extérieur.

9Le paysage définit l’appréhension, d’un seul regard, d’une totalité parfois fragmentée. Nous avons porté nos regards, subjectifs, multiples, sur la poésie italienne contemporaine, pour en présenter au lecteur français un panorama. Nous dessinons ainsi, si l’on nous passe l’expression, un paysage de paysages.

10En Italie, le rapport au territoire dépasse de loin ce que les Français appelleraient provincialisme ou régionalisme. Langue et lieu se trouvent originairement liés dans le dialecte, souvent parlé comme langue première, maternelle. Considéré depuis la langue italienne dite « standard », il semble plus adhérent au réel, et promet une proximité plus grande entre les mots et les choses. La poésie dialectale est encore très vivante. Elle est présente dans notre anthologie, dans une section ‘dialecte’, à travers les voix d’A. Anedda d’origine sarde et corse, du ligure P. Bertolani, et du trévisan E. Calzavara. Même chez les poètes qui ne la pratiquent pas, la nostalgie d’un rapport direct au monde demeure, exprimée depuis l’exil de l’âge adulte, ou depuis la langue officielle, de la ville.

  • 4 Itinerari del monte e degli amori, San Marco dei Giustiniani, 2002.
  • 5  E. Testa, Pasqua di neve, Torino, Einaudi, 2008.

11Le poète, devant un paysage de nature bien différent du locus amoenus, témoigne d’une distance au réel et à la langue qu’il se donne pour tâche de combler. Dans un poème épistolaire en italien, Lettre de Bocca di Magra4, P. Bertolani s’attriste du fait que « même ici » (et cette insistance est signifiante), « les mots s’en vont en l’air, / […] les aimer se fait toujours plus difficile, / rien que d’en espérer la fidélité est criminel ». Le contact direct avec l’environnement et la capacité à le nommer est comme empêché, par un exil aussi bien spatial que temporel : « Oh les mots de l’Ombre qui, vaste, / nous conduisait vers les noms dont la campagne est pleine ». Le temps, rêvé et mythique, de l’adhérence au réel par la langue, quelle qu’elle soit, est révolu : « Loin ici d’évoquer / désormais opaques dans le temps / mes écoles sylvestres… […] Leçons tranquilles, essentielles / (« tu l’entends. C’est la grive, / la grive du froid »). » Pour E. Testa, le désenchantement est originel : « nous avons essayé, enfants, / de remonter les torrents / pour en trouver la source. […] un peu de mousse et pierres ruisselantes / et rien d’autre : / la déception de l’origine »5.

  • 6  P. Bertolani, « Les canettes », Reggio Emilia, Diabasis, 1998.
  • 7  V. Bodini, La luna dei borboni e altre poesie (1945-1961), Besa, 2006.

12Comment peut-on lier les mots aux choses, quand même le dialecte, à la fois lieu et langue, peine à nommer le monde ? C’est cette distance à la fois intérieure et extérieure que P. Bertolani exprime en ligurien : « Mais les canettes / et l’ombre / et l’eau tranquille / filent seulement à l’intérieur de moi / avec moi-même assis, / plus distant que la lune / de c’que j’ai dit – et de toi »6. Maintenant que le rapport à la nature et au dialecte se fait plus lâche, le discours sur le paysage, forcément intime, exprime plus que jamais une distance. Elle est distance du sujet à son objet, mais aussi distance du poète à son destinataire. V. Bodini ouvre son poème Feuilles de tabac7 par l’exclusion d’un destinataire présenté comme étranger au lieu : « Tu ne connais pas le Sud ».

  • 8  Ibidem.
  • 9  A. Anedda, « Thrènes », tiré d’un recueil inédit, Attitos.

13Le mot et la chose appartenant à la même terre, le lieu devient non seulement lieu de mort, mais aussi lieu où se meurent les mots, comme pour V. Bodini : « Des substantifs et ces chèvres sans musique, / le signe d’une croix sur le dos, / ou un cercle, / campés là, attendent une autre vie »8. Si le paysage se fait lieu de mort, il est aussi lié à l’espoir d’une résurrection, comme dans le poème en dialecte de A. Anedda, planctus dialectal où elle supplie : « Rends-moi ce fils tien / terre vêtue de noir, / face de pluie »9.

  • 10  A. Anedda, « Altari di riposo », Residenze invernali, Crocetti. 1992.
  • 11  V. Bodini, op. cit.
  • 12  « Altari di riposo », cit.
  • 13  A. Anedda, Attitos, cit.
  • 14  L. Pugno, « L’esprit-paysage », « Bina », 2008, n° 71.

14La poésie fouille le lieu qui renferme les morts dans ses profondeurs. Dans de nombreux poèmes, ce n’est pas, contre toute attente, le mouvement horizontal qui prévaut, mais un mouvement vertical, dirigé vers l’intérieur : « L’âme qui s’abaisse / en vol dans la mémoire / de cercle en cercle de pierre/ noircit comme l’agneau / cuit sous la cendre »10. Le poète cherche des traces et des signes, profondément enfouis ou affleurant à la surface. Mais les mots se dérobent, et la seule réponse possible semble devoir venir d’une voix animale : « Ainsi, un jour de sous la terre / si un maigre rire s’étire / déchaîné dans le sirocco, / ce qu’au ciel imperturbable et aux corbeaux / découvre la bêche / ce sont les dentures de chevaux / morts qui se rappellent / quelle douce fête c’était / lorsque le sang était vivant sur la plaine »11. Dans un poème en italien, A. Anedda montre comment, à l’empreinte des morts et à la douleur sauvage du deuil (« Air sauvage. Os / affilé, toi sans enchantement »), seule l’animalité peut répondre, au delà ou en deçà des mots : « au milieu des mottes / je suis une empreinte légère d’animal »12. Elle dira aussi en dialecte : « Ah, épousé, manteau de nuit, / moi brebis devenue sauvage. / Chante dans cette solitude / le printemps de Logudoro »13. Le devenir animal est aussi intimement lié à la mort chez Laura Pugno, dans son poème L’esprit-paysage : « corps mis en pièces / regard / humain, / renard / dans un coin de la pièce, / tu es revenu – / parties de corps d’animal / avant qu’elles ne virent au blanc – / c’est ce qui apparaît dans les fouilles / et forme / l’esprit paysage »14. Profondeur et superficie, intérieur et extérieur, ne s’opposent pas mais s’entremêlent constamment.

  • 15  L. Pugno, L. Riviello, M. Marchesini.
  • 16  S. Ventroni, « Psaume calme », Salmi.
  • 17  M. Marchesini, « Ancône, le port », Asilo, Arezzo, Edizioni degli Amici, 2004.

15Pour des poètes plus jeunes15, la nature n’est pas un paradis perdu. C’est la ville qui semble être à l’origine du rapport au monde. Comme privée d’un avant et d’un ailleurs, elle est un espace où la mémoire se révèle plus difficile à convoquer. La recherche archéologique des signes se heurte à un état de pétrification qui ne renvoie pas à un avant naturel, mais à un passé déjà urbain et minéral : « L’asphalte arraché, on a dit : en dessous / il n’y a pas de boue / mais encore de l’asphalte et / des formes d’insectes / prises dans le ciment. / Les squelettes, les ailes, les pattes, / sur / lesquels tu repasses / et dont tu imprimes la forme / retournent à la lumière / émiettés »16. L’animalité et la nature ne sont pas pour autant exclus de l’expérience, mais ils apparaissent de manière inattendue. Pour M. Marchesini17, les grues, agents d’un paysage urbain en perpétuelle transformation, sont vues comme des « dinosaures / en exil placide », leur « lent, grave balancement au rythme des trafics », est le signe désenchanté d’un « dieu enfoui, un lueur pour demain ».

  • 18  S. Ventroni, Nel gazometro, Firenze, Le Lettere, 2006.
  • 19  E. Albinati, Sintassi italiana, Parma, Guanda, 2001.

16Le paysage hésite entre construction et ruine : à peine construit, il est parfois déjà ruine. Dans le recueil Nel gasometro de Sara Ventroni, on reconnaît la silhouette gigantesque du gazomètre désormais inutile, au milieu de l’agitation des chantiers : « Les vers sont sous la pierre, la mousse a poussé / dans le transformateur »18, faibles traces d’une nature, pourtant empêchée, cachée entre le fer, la rouille et l’amiante, et preuves de la ruine de l’édifice. La nature est ainsi empêchée, mais elle peut aussi à son tour être empêchement comme chez E. Albinati : « les arbres […] empêchent / avec le bruissement des branches de se comprendre et d’entendre / autre chose que ce bruit ». La ville, trop lourde, enferme son habitant : « il fait trop chaud pour admirer, parmi les fleurs, la plus belle / la fleur aveugle, le coquelicot »19.

  • 20  « Residenze invernali VI », cit.
  • 21  « Lettre de Bocca di Magra », cit.
  • 22  Op. cit.
  • 23  « La terre du néon, année quatre-vingt », Neon 80, Arezzo, Zona, 2008.
  • 24 Ibidem.

17Il ne faut pas oublier que la nostalgie d’un temps fantasmé de l’adhérence de la langue au réel, la recherche des traces et des signes dans le monde, le constat de la fragilité de la mémoire, sont les raisons et les conditions de l’écriture. C’est donc ainsi la distance et la faille qui permettent d’écrire. A. Anedda, dans le paysage minéral du cimetière, parle d’un « temps disjoint ». Elle ajoute : « dans un long frémissement les arbres s’agiteront / dans un bruit de fontaine / ils frapperont le ciel / et l’air sera haut et figé / déchirure de roche derrière les nuages / sceau sur le vide des Bastions »20. Ainsi l’image de la déchirure se mêle à celle du sceau, l’idée du vide à celle de témoignage. Le paysage, qui est souvent d’une blancheur de neige, évoque la page blanche. Il devient la mesure d’un vide intérieur qu’il faudrait combler, comme chez L. Calogero : « puisque le vent vide / froid ne peut plus reconnaître soi-même / à travers mon corps sombre mince / de verre pur, maintenant je parle »21. Chez P. Bertolani encore : « Il fallait bien la neige, l’alibi / d’une piste pour te fondre dans un / mot… qu’on attendait presque plus »22. Pourtant, ce fil ténu entre la langue et le lieu, entre le monde et la parole, peut être fait de trop de distance. L. Riviello nous parle de la génération du néon, des « faiseurs de néant », pour qui le monde n’est qu’artificiel (par exemple « ciliegio » se réfère non à l’arbre mais à la couleur fuchsia), où le rapport entre l’artifice et la nature est comme renversé : « La génération précédente ne fit plus peur / nous en avions épié les mouvements dans le bois, puis acquis / leur pâleur, le nonchalant sentiment / d’appartenance aux oasis de ciment »23. Cette génération, figée dans un paysage minéral, s’est éteinte avec le néon. La ville semble être un contenant qui finirait par tout contenir, une clôture sans dehors, tout comme la génération 80 était une génération sans futur : en elle, les « matériaux du recyclage / corrodés dans les grandes villes / avec de l’herbe et de l’ammoniaque, [demeurent] gardés dans des emballages // brillants »24.

  • 25  L. Pugno, op. cit.
  • 26  E. Calzavara, Ombre Sui Veri : Poesie in Lingua e in Dialetto Trevigiano (1946-1987), Milano, Garz (...)
  • 27  S. Ventroni « Dans le gazomètre », cit.

18Mais l’écriture reste toujours un moyen de se frayer un chemin dans un paysage difficile à reconnaître. Même lorsqu’il est minéral, artificiel ou mécanique, la poésie cherche à atteindre ce réel. À l’image de la clôture se superpose celle du cercle (cible, lettre, essieu), qui montre le langage en train de fonctionner, dans un mouvement qui permet de rejoindre le monde, de comprendre les signes dans le paysage et de laisser des traces : « poches de mercure noir / liquide sur la surface plate, / à déchiffrer, / écran – / journaux des amundsen / parlent de la glace, / mots pour la glace / gaspillés / pour l’arc qui atteint au centre cible parfaite »25. Le poète cherche à faire entrer dans son poème les signes qui l’entourent, dans une démarche paradoxale qui annonce une défaite dans une forme qui la contredit. Ainsi, dans ce poème de E. Calzavara, le cercle est typographiquement inscrit dans le texte sans pour autant être atteint : « il aboyait furieux / et le CERCLE / / plus large plus large parfait / des dilatations vocales / équivalait toujours à l’autre / halo vague là-haut dans les cieux / sans l’atteindre jamais »26. Il faut sans cesse réinventer une langue pour parler d’un monde qui se transforme sans cesse, redonner vie aux mots quand les lieux tombent en ruine : « Bien sûr quand un essieu cède on doit changer l’os / et l’os qui circule dans le sang est pollution. / Autour d’un autre axe un autre os un autre corps / il faut verser, étaler d’un pot de peinture / une langue nouvelle par terre comme un terrain rouge. »27.

Perspectives de la traduction collective

19Lucrezia Chinellato

  • 28  P. Bertolani, « Lettre de Bocca di Magra », cit.
  • 29  Ibidem.
  • 30  L. Calogero, inédit.
  • 31  Ibidem.

20Réinventer une langue est l’acte de résistance d’une poésie qui cherche à s’affirmer face au silence où l’a reléguée l’impuissance au langage. En nommant les objets qui peuplent son esprit, le poète les range autour de soi et crée un espace qui se meut progressivement vers l’extérieur par la force de la parole. L’obstination de P. Bertolani (« Je m’obstine, comme tu vois, / encore dans mes paroles secrètes qui se mordent la queue »)28 part de sa volonté de réacquérir un lieu de l’écriture, remède ou échappatoire, où il lui est permis d’exister dans une dimension formée des objets qui lui appartiennent : « Ici j’existe, si j’existe, dans une bouillie indistincte. / Si j’existe, si je résiste, c’est seulement par le signe / des nerfs qui affleure dans mes mains »29. Cet espace est une bouillie indistincte composée d’images qui se superposent, où les mots de l’intime et de la mémoire se reflètent sur les éléments du paysage et érigent l’enceinte d’un « espace carré »30. De ce lieu de recueillement, ce refuge, cette « ville rêvée »31, le poète peut reconstruire son lien avec le langage, se réconcilier avec la parole. D’ici, son intimité peut « affleurer » à la surface au moyen de ces armes, ces mots retrouvés, qui comportent à la fois sa présence dans le monde et sa capacité à dire « tu ». Le poème s’accomplit ainsi dans sa forme de dialogue ou de lettre, dans son ouverture vers l’extérieur. Car le monde-paysage qui se reconstruit dans l’espace d’un poème n’est vivant que dans l’écriture et par les yeux du lecteur.

  • 32  Ibidem.
  • 33  C. Albinati, « Sacré et profane», cit.
  • 34  A. Anedda, « Residenze invernali VI », cit.
  • 35  P. Bertolani, « Les canettes », cit.
  • 36  C. Alziati, « Je suis venue vers toi cette nuit… », inédit.

21Et c’est là que trouve son sens notre travail de collection et de traduction. Dans notre anthologie, chaque poème devient un paysage intérieur qui s’ouvre au monde, qui se montre dans sa complexité, qui se met en relation. Un réseau se construit naturellement, lorsque l’on suit, d’un poème à l’autre, la résonance de motifs, qui sont les nœuds de la figuration du paysage. Ainsi, par exemple, la déclinaison de l’image des arbres mouvant au vent : « Le doux rythme des pins »32 ; « les arbres qui empêchent / avec le bruissement des branches de se comprendre et d’entendre »33 ; « Dans un long froissement les arbres s’agiteront / dans un bruit de fontaine »34. Les correspondances ne faisant qu’élargir l’espace du poème à celui du blog, chaque unité constitue la tesselle d’une mosaïque qui, en reconstruisant une vision imaginaire et globale du paysage italien, nous fournit dans son ensemble des grilles de lecture. Autant de parcours interprétatifs qui nous ont servi à pénétrer le sens des images et à trancher dans nos choix traductifs. Des images s’éclaircissent et s’enrichissent mutuellement : l’écho de « l’ombre dense qui vient / des arbres presque infinis dans l’vert : / draps pour nous recouvrir, nous qui sommes dessous… »35 renvoie à une autre ombre dans le petit poème inédit de C. Alziati : « déjà j’étais le corps immense / sous ton ombre, inter ligna silvarum, / des herbes immobiles tremblées, mon arbre »36. Deux ombres, deux refuges dont provient la voix de la poésie.

  • 37  M. Marchesini, op. cit.
  • 38  S. Ventroni, « Dans le gazomètre », cit.

22C’est en ce sens que la traduction, en tant que lecture profonde, se sert des parcours de lecture pour faire briller la complexité d’un réseau d’interactions : la variation poétique autour d’un même objet paysager a pour effet d’une part, d’accentuer sa valeur symbolique, et d’autre part, d’amplifier la portée sémantique des mots utilisés pour le désigner. En un mouvement vertical créé par le réseau de correspondances, les corrélations qui s’instaurent agissent sur la force signifiante des termes et renforcent leur aptitude à la désignation métaphorique. Sur les traces de notre parcours de lecture, lorsque l’on rencontre des objets appartenant au monde mécanique et minéral, revient l’écho de ces arbres mouvant au vent. Ces images de la nature, simulacres, fécondent l’aridité du paysage urbain et animent ses éléments : « le lent, grave balancement au rythme des trafics »37 « les antennes / comme assorties aux vieilles branches d’autres temps / défunts »38.

  • 39  L. Riviello, « La terre du néon, année quatre-vingt », cit.

23Reconnaître des grilles de lecture n’équivaut pas à réduire à une seule les spécificités de chaque voix poétique : cette traduction est d’abord à l’écoute de l’énonciation de chaque vers et de l’usage exclusif que chaque poète fait de sa langue. C’est ainsi que même dans les cas de l’utilisation d’un même terme dans des poèmes et par des auteurs différents, nous approfondissons notre travail de recherche sémantique en tenant toujours compte de l’intention qui motive tout choix lexical. Le terme italien fruscio, par exemple, a été traduit, dans un poème d’A. Anedda cité plus haut, par « froissement », dans la volonté de préserver le sème de la tactilité des arbres qui se heurtent, rappelant le jaillissement de l’eau d’une fontaine. Le même terme est rendu en français par « bruissement », chez E. Albinati, lorsque prime dans le vers italien l’effet d’impressions auditives. D’une manière différente, nous avons procédé à la traduction du terme mente, apparaissant à deux reprises dans « La mente paesaggio »de L. Pugno et dans « mente sauna » dans un poème de L. Riviello39. Bien que nous ayons gardé, dans les deux cas, le terme « esprit », dans les vers de L. Riviello ce mot français nous a paru répondre à la signification exprimée dans le poème en italien, dans l’idée d’une forma mentis, une manière de penser où allait se construire la génération des années 80. Pour le titre de L. Pugno, en revanche, la dimension de la mémoire (alternative possible dans la traduction) semblait réclamer sa part de sens, en connotant l’esprit sur un plan émotif. La solution traductive a été de relier les deux termes « esprit » et « paysage » par un trait d’union, de manière à créer un nouveau terme en français qui, au lieu de les rapprocher sur un plan d’égalité par l’effet de l’apposition, les identifie. Cette combinaison, créée d’un lien métonymique, forme une nouvelle entité qui oriente et synthétise le sens du poème. Un sens jaillit, qui n’était présent dans l’original qu’en puissance, mais qui trouve dans la traduction une occasion d’amplifier sa résonance.

  • 40  A. Anedda, « Residenze invernali VI », cit.
  • 41  E. Testa, « Elle suit un mouvement fluide et vertical… », cit.
  • 42  V. Bodini, « Feuilles de tabac », cit.

24L’ensemble de cette anthologie forme ainsi une combinaison de paysages (paysage de paysages) que le lecteur français reconnaît comme familier, d’autant que les marques d’exotisme y sont rares. Les poèmes qui renvoient aux éléments du paysage méditerranéen sont relativement peu nombreux : l’Italie y est représentée comme un pays ensoleillé, où « L’herbe brûle sur les toits et la terre se fend dans les allées »40, où l’on se promène « parmi les oliviers et les cyprès »41, éblouis par « la chaux des maisons / d’où l’on surgissait au soleil »42. Seuls quelques toponymes (Ancône, Cònero chez M. Marchesini ; les Apennins chez E. Testa) dévoilent la présence d’un ailleurs. Hormis le dépaysement, c’est la sensibilité pour l’originalité de la voix poétique de chaque auteur qui forme, chez le lecteur, l’attrait pour l’autre pays. Car seule une attention particulière pour le moindre écart d’avec ce qui nous semble commun et usuel, permet de dépasser l’obstacle que représente l’inattention que l’on réserve parfois à tout ce nous croyons déjà acquis, pour atteindre une véritable connaissance de l’autre. De surcroît, la proximité de la langue italienne tend à établir des parallélismes, à calquer une image sur une autre, sans précision. Fourvoyé par ce qu’il pense comprendre, le lecteur ayant des notions d’italien court le risque, en lisant le poème en langue originale, de ne pas s’attarder sur cet usage exclusif de la langue présent dans la poésie, sur l’expression de la sensibilité originale de chaque poète, qui constitue la richesse du tableau paysager.

  • 43  J.-C. Vegliante, « Quelle théorie, pour quelle traduction ? » dans D’écrire la traduction, Paris, (...)

25La pratique traductive demande au contraire une attention toute particulière pour les parties les plus denses du texte, pour lesquelles la traduction est à la fois une question plus ardue et plus délicate. C’est là où le traducteur rencontre des difficultés : dans l’effort de trouver le moyen de faire signifier le non-dit du vers en italien, pour lequel il s’applique à remonter vers la source de la formulation poétique. Afin que des correspondances s’instaurent à un niveau plus profond du langage, afin qu’elle fassent briller dans la variation langagière, cet excédent de sens qui ne peut qu’échapper à la simple lecture. C’est ce que J.-C. Vegliante nomme l’« effet-traduction »43.

  • 44  L. Pugno, « L’esprit-paysage », cit.

26Car, lorsque l’on prend conscience qu’il existe une part de silence à la joncture entre deux langages, la nécessité d’interroger intimement la signification de chaque vers s’impose. Il faut tendre l’oreille à ce qu’il contient de communicable, « laver les mots gardés / dans une sacoche de peau / les aiguiser à nouveau comme outils de chasse »44, les doter d’une nouvelle « peau », celle de la langue étrangère. Une capacité d’écoute est requise, que nous exerçons individuellement, mais qui se démultiplie dans la traduction collective. Cet atelier bilingue est un laboratoire : nous y réunissons nos outils pour une traduction qui couvre le plus large éventail de signifiance du poème, ce qui nous permet d’appréhender la plus grande déclinaison du sens que contient chaque vers. Dans la pratique, nous abordons, individuellement et préalablement, une lecture du texte. C’est une lecture « traduisante », destinée à donner une interprétation personnelle des nœuds du poème, afin de préparer une base de confrontation. Ensuite, lors des réunions, une traduction unique est élaborée, qui tienne compte de toutes les différentes versions, celles-ci étant les fruits d’expériences et de sensibilités linguistiques distinctes. La traduction, réalisée collectivement, est moins le résultat d’un compromis que d’une confrontation visant à restituer, dans un seul texte, ce large éventail des interprétations né de la lecture de chacun.

  • 45  A. Anedda, « Residenze invernali VI », cit.
  • 46  L. Riviello, « La terre du néon, année quatre-vingt », cit.
  • 47  L. Calogero, « Sur un rayon », cit.

27Cette pratique de la traduction nous permet de mettre au point, dans les écarts de formulation qu’entraîne la codification de deux langues, la visée poétique de l’original, au moyen d’une autre parole capable, dans la réflexion traductive, de réinterroger et d’amplifier son message. Le choix traductif implique la nécessité de ressentir et de faire ressortir le potentiel du signifiant avec toute sa charge extratextuelle. De moindres écarts d’ordre sémantique, nécessaires faute d’un terme approprié dans la langue d’arrivée, veillent à respecter le contexte culturel de l’autre langue, afin de reproduire dans la traduction la plus grande portée de tout fait sémiotique. C’est dans cette optique que nous avons affronté la traduction des termes les plus problématiques, soit en recherchant une part de correspondance dans leur bagage sémantique, soit en interrogeant le sens qu’ils acquièrent par rapport au contexte où ils sont utilisés. Dans un poème d’A. Anedda, par exemple, nous avons traduit « pace screziata » par « paix diaprée »45 en tenant compte de l’épaisseur sémantique de l’adjectif, qui caractérise une variation de couleurs. En rapport avec le sens qu’il investit à l’intérieur du texte, nous avons traduit l’expression « Falsi d’autore »46 par « vrai-faux » dont l’interprétation interrogeait l’intention communicative d’après le contexte décrit dans le poème. C’est enfin en relation avec le passage de valences sémantiques, d’un terme à l’autre, que la proximité du terme rovine nous a poussé à traduire le vers « lievità smossa delle rovine »47 par « légèreté défaite des ruines ».

  • 48  Op. cit.
  • 49  Ventroni, « Dans le gazomètre », cit.
  • 50  Op. cit.
  • 51 Pugno, L’esprit-paysage, cit.

28Afin de garder la complexité sémantique, il s’est avéré parfois nécessaire de recourir à des circonlocutions, où plusieurs signes linguistiques viennent compenser l’écart de signifiance : c’est le cas, par exemple, du terme « fortuna » dans le poème Bien, pourvu qu’au pied… de L. Calogero48, traduit par « hasard heureux ». Cette opération peut comporter le risque d’altérer le rythme, un souci auquel nous avons consacré une attention particulière, tout en respectant des codes syntaxiques et morphologiques propres à chacune des deux langues. La construction saccadée qui marque le style de ces poètes est plus courante en italien, elle est rendue possible par la plus grande liberté que permet cette langue. Un emploi moins libre de la parataxe, des inversions, des omissions du déterminant et du pronom personnel en français, nous a conduit à rechercher des solutions qui permettent de garder la fluidité et sobriété des originaux. C’est le cas, par exemple, de vers tels que : « Altri spostavano basamenti / di cemento / spargendo ghiaia »49 où l’impossibilité d’omettre le partitif nous a fait opter pour la parataxe liée par une conjonction à la place du gérondif utilisé dans une proposition circonstancielle : « D’autres déplacent des socles / de ciment / et dispersent du gravier ». Les conséquences stylistiques de la traduction sont que le français détermine plus les substantifs, alors que dans l’original ils restent des entités non actualisées. Dans d’autres cas, la ponctuation nous est venue en aide pour garder la structure rythmique du vers italien, comme par exemple dans la traduction de L. Calogero, D’une rive50 « Cenere il tuo sangue / agreste succo suono fievole / stilla » où la traduction comporte l’introduction d’une incise et le rétablissement de l’ordre sujet-complément d’objet « Cendres ton sang, / suc agreste, distille / un faible son ». Nous avons enfin veillé à respecter des équations verbales instaurées par des correspondances phonématiques. Dans l’impossibilité de garder les mêmes allitérations, nous avons étudié la manière de les compenser par d’autres, qui nous ont permis de garder le courant sous-jacent de signification. Dans le cas du couple allitératif « volpe, volto » dans le poème de L. Pugno51, qui instaure une relation entre l’identité du poète et le devenir animal, nous avons exclu le terme « visage », en faveur du terme « regard », ce qui nous a permis de retrouver le couple « renard, regard », renforçant la relation phonématique avec une rime.

Conclusion

29Ce regard porté sur la poésie italienne contemporaine nous a fait découvrir des poètes très différents, et les a fait se rencontrer dans une autre langue. L’opération traductive, tout en dévoilant l’irréductibilité d’une langue et d’une culture, rappelle l’existence d’une expérience commune à tous, du langage et du monde, sans laquelle elle serait impossible. Dans le passage d’une langue à l’autre, une identité demeure. Comme dans l’exemple précédemment cité, « volto »(visage) devient « regard », et témoigne de l’attention humaine tournée vers une nature qui nous échappe peut-être toujours plus, tout en restant profondément intime.

30Les images se répètent et se répondent d’un poème à l’autre, formant ainsi le tableau miroitant d’un nouveau paysage. La traduction vise à préserver le réseau de signes présents dans le texte et le paysage, et qui demandent à être interprétés. Poète, lecteur et traducteur se rejoignent dans un même mouvement, vers les profondeurs du paysage et de la langue, et découvrent, à travers ce qui demeure toujours « autre » (une autre langue, un paysage extérieur à soi), ce qui nous est commun.

Haut de page

Notes

1  Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Echanges – domaine italo-roman, Université Paris III, Sorbonne Nouvelle.

2  Po&sie, n° 109 et 110, Paris, Belin, 2004. Burckhardt Geneviève, Italie poétique contemporaine, premier et deuxième regards : 400 poèmes, textes italiens avec leur traduction, Paris, Ed. du Dauphin, 1968. Spécial Italie : dossier littérature italienne contemporaine : prose, poésie, entretiens, Paris, Revue Prétexte, 1997.

3  M. Collot, Paysage et poésie : du romantisme à nos jours, Paris, Corti, coll. Les Essais, 2005.

4 Itinerari del monte e degli amori, San Marco dei Giustiniani, 2002.

5  E. Testa, Pasqua di neve, Torino, Einaudi, 2008.

6  P. Bertolani, « Les canettes », Reggio Emilia, Diabasis, 1998.

7  V. Bodini, La luna dei borboni e altre poesie (1945-1961), Besa, 2006.

8  Ibidem.

9  A. Anedda, « Thrènes », tiré d’un recueil inédit, Attitos.

10  A. Anedda, « Altari di riposo », Residenze invernali, Crocetti. 1992.

11  V. Bodini, op. cit.

12  « Altari di riposo », cit.

13  A. Anedda, Attitos, cit.

14  L. Pugno, « L’esprit-paysage », « Bina », 2008, n° 71.

15  L. Pugno, L. Riviello, M. Marchesini.

16  S. Ventroni, « Psaume calme », Salmi.

17  M. Marchesini, « Ancône, le port », Asilo, Arezzo, Edizioni degli Amici, 2004.

18  S. Ventroni, Nel gazometro, Firenze, Le Lettere, 2006.

19  E. Albinati, Sintassi italiana, Parma, Guanda, 2001.

20  « Residenze invernali VI », cit.

21  « Lettre de Bocca di Magra », cit.

22  Op. cit.

23  « La terre du néon, année quatre-vingt », Neon 80, Arezzo, Zona, 2008.

24 Ibidem.

25  L. Pugno, op. cit.

26  E. Calzavara, Ombre Sui Veri : Poesie in Lingua e in Dialetto Trevigiano (1946-1987), Milano, Garzanti, 1990.

27  S. Ventroni « Dans le gazomètre », cit.

28  P. Bertolani, « Lettre de Bocca di Magra », cit.

29  Ibidem.

30  L. Calogero, inédit.

31  Ibidem.

32  Ibidem.

33  C. Albinati, « Sacré et profane», cit.

34  A. Anedda, « Residenze invernali VI », cit.

35  P. Bertolani, « Les canettes », cit.

36  C. Alziati, « Je suis venue vers toi cette nuit… », inédit.

37  M. Marchesini, op. cit.

38  S. Ventroni, « Dans le gazomètre », cit.

39  L. Riviello, « La terre du néon, année quatre-vingt », cit.

40  A. Anedda, « Residenze invernali VI », cit.

41  E. Testa, « Elle suit un mouvement fluide et vertical… », cit.

42  V. Bodini, « Feuilles de tabac », cit.

43  J.-C. Vegliante, « Quelle théorie, pour quelle traduction ? » dans D’écrire la traduction, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 39-62. Voir aussi son dialogue avec Blasucci, « Dialogo Blasucci-Vegliante sul tradurre » (2005), site CIRCE http://circe.univ-paris3.fr/msie.html.

44  L. Pugno, « L’esprit-paysage », cit.

45  A. Anedda, « Residenze invernali VI », cit.

46  L. Riviello, « La terre du néon, année quatre-vingt », cit.

47  L. Calogero, « Sur un rayon », cit.

48  Op. cit.

49  Ventroni, « Dans le gazomètre », cit.

50  Op. cit.

51 Pugno, L’esprit-paysage, cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n° 13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Groupe de chercheurs de CIRCE, « La poésie italienne d’après nature : traduire la poésie italienne contemporaine à l’ère numérique », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/2714 ; DOI : 10.4000/italies.2714

Haut de page

Auteur

Groupe de chercheurs de CIRCE

L’anthologie en ligne de la poésie italienne de ces trente dernières années est le fruit des traductions collectives d’un groupe de chercheurs de CIRCE à l’Université Paris 3, réunis autour de Jean-Charles Vegliante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org