Navigation – Plan du site
Traduction, diffusion, migration artistique

Pour traduire Cosimo Ortesta

Ettore Labbate
p. 393-427

Résumé

Le dernier recueil de poèmes de Cosimo Ortesta (La passione della biografia, Roma, Donzelli, 2006), dont nous donnons à lire en français un choix restreint de textes, mérite d’être appréhendée par l’expérience critique de la traduction, afin de – comme le dit W. Benjamin – « libérer en le transposant le pur langage captif dans l’oeuvre ».

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  W. Benjamin, La tâche du traducteur, in Œuvres I, Paris, Gallimard-Folio Essais, 2000, p. 259.

Racheter dans sa propre langue ce pur langage exilé dans la langue étrangère, libérer en le transposant le pur langage captif dans l’œuvre, telle est la tâche du traducteur.1

  • 2  Cosimo Ortesta a déjà été présenté par M. Rueff dans la revue Po&sie, « 1975-2004 – 30 ans de poés (...)

1Nous voulons par cet article inviter à la lecture de La passione della biografia de Cosimo Ortesta, son dernier (et toujours premier !) recueil de poèmes2. Nous ne prétendons pas définir une poétique ou limiter dans l’analyse ce que le poète a voulu figer sur la page ; nous essaierons au contraire, à partir d’un choix subjectif de poèmes tirés du recueil en question, non pas de les critiquer mais de les rendre critiques, de les ouvrir à la lecture par le biais de la traduction, de les libérer en quelque sorte de leur écriture. Dans un premier temps nous introduirons notre lecture de la manière la plus syncrétique possible par quelques remarques préliminaires, écrites en guise d’ouverture, présentant notre choix de poèmes (les quelques citations que nous empruntons aux textes ne sauront en aucun cas résumer l’ensemble du recueil) ; ensuite nous en proposerons une traduction, processus critique dont nous préciserons le sens tout au long de l’article et qui est la finalité de notre travail. Ainsi espérons-nous ouvrir un chantier sur la traduction de la poésie d’Ortesta, qui, par sa modernité, à savoir par les questions fondamentales qu’elle pose sur la création poétique, mérite la plus grande attention au sein de la littérature contemporaine.

Ouverture

  • 3  C. Ortesta, préface de La passione della biografia, cit., p. 11 [c’est nous qui mettons les italiq (...)
  • 4  Définition du langage poétique par C. Ortesta in Po&sie, cit., p. 265.
  • 5  Pour citer le titre du premier volet de poèmes de La passione della biografia, cit. : « persona » (...)

2La poésie est appréhendée par Cosimo Ortesta comme l’expérience physique de la pensée, matériau organique et organisé d’un devenir biologique subi ; elle est moment de décision, conscience d’un désordre exact et précis du corps qui pâtit l’existence dans l’avènement insoupçonné et toujours inouï de la voix qui le traverse. Comme Ortesta lui-même le rappelle en introduisant son dernier recueil de poésies, « scrivere versi è sempre stato questo : osservare l’abisso sotteso alla scrittura e dare spazio alla biografia – la mia e quella altrui ? – nel patirla prima di scriverla, patirla nel lungo momento della decisione precedente la scrittura. La passione della biografia è questo : lasciarsi attraversare dalla scrittura che nasce dalle proprie viscere e dal proprio cervello. »3. La poésie est en effet cette présence corporelle de la voix qui se fige ensuite en mots, « auto-conscience linguistique qui aide à regarder en soi »4, présence rythmique du vide de l’existence, tentative extrême d’un ordre fictif, besoin de la direction du vers, activité qui voudrait contrôler – le temps de la prosodie et de la « persona »5 – ce qu’elle accepte de subir.

  • 6  « Persona », ‘Céleste’, I, v. 4 ; II, vv. 31 et 68.
  • 7 Ibidem, I, vv. 33-4.
  • 8  « Persona », ‘Trasformati in parole’, p. 59, v. 11. Nous interprétons la « levigatezza » chez Orte (...)
  • 9 « Persona », ‘Céleste’, I, vv. 19-21.
  • 10  « Piccola immagine », ‘Testimone di questo incerto rito’, p. 105.
  • 11  ‘Stilleben’ est le titre d’un des derniers poèmes du troisième volet de La passione della biografi (...)

3La poésie est cet intervalle, ce non-lieu et ce non-temps (« dall’altra parte del tempo vedeva scorrere / una terra sconosciuta »…« né di giorno né di notte »6), où passivité et activité se suspendent sans cesse et à jamais de manière réciproque, se rejoignant partout et nulle part : c’est une traversée inépuisable, un cheminement entrepris par l’intermédiaire du corps (toujours entendu dans sa globalité physique et psychique)  et qui ne peut finir si ce n’est, dans le vide de la pensée (« Eccesso di pensiero che svuota il pensiero / unica forma di attività »7), par l’effacement même du corps. Par l’usure du vers. La « levigatezza »8. La poésie est le compte-rendu de cette usure, du corps usé par les voix qu’il subit et les mots qui incarnent ces voix : le corps se réduit, tente de se réduire à la voix qui le traverse, et pour l’accueillir intégralement il doit donc tendre à l’immobilité du silence, au gel, à la parole gelée (« la voce ridotta a un bisbiglio / . . . . . . . . . . / non diffonde la sua presenza / il freddo della risurrezione di Lazzaro ? »9). Un témoignage, ou même l’étymologie d’un martyre10. La « levigatezza » est épuisement, essoufflement à venir du cadavre coïncidant avec le silence de la bouche morte : elle est le processus créatif de la « nature morte », ou plutôt de la « vie silencieuse »… « Stilleben »11.

  • 12  Premier vers de Mnemosyne [c’est nous qui mettons les italiques].
  • 13  « Piccola immagine », ‘La festa nera’, pp. 84-6, vv. 39 sq. Le « tufo » (tufeau), pierre calcaire (...)
  • 14  « Piccola immagine », ‘La festa nera’, v. 45.
  • 15  C’est là le point de départ de tout acte critique, telle la traduction, comme le souligne à plusie (...)

4Ce « levigare » n’est pas l’action qui rend harmonieux, ordonnée, lisse, n’est pas polissage ou révélation de la justice d’une vérité ; c’est au contraire un renoncement hölderlinien à l’explication du signe (« Ein Zeichen sind wir, deutungslos »12), une disparition du sens, faute d’interprétation : c’est l’acte même qui consiste à s’en tenir à l’effacement progressif, à la justesse du mensonge, à la passivité d’une érosion qui a ses origines dans le mythe de la nymphe Écho, où son et paysage, voix et pierre (à l’occasion le « tufo »), coïncident dans la redondance ou tautologie des os : « ed è sottile la gabbia delle ossa / un fantasma di ossa il peso delle ossa »13. Le corps disparaît dans la voix (« il corpo se ne va con la voce »14). La communication est interrompue15.

  • 16  Ibidem, v. 65. Dans notre traduction nous séparons la négation du verbe « voir » (« Non ha visto » (...)
  • 17  « Persona », ‘Céleste’, II, v. 59. – La “survie” de la voix (qui n’est pas sans rappeler la théori (...)
  • 18 Cf. « Persona », ‘Trasfòrmati in parole’, p. 59 ; « Piccola immagine », ‘Scrivere dentro un mondo o (...)

5L’écho, la fidélité même au texte dans l’accueil de voix venues d’ailleurs, est néanmoins, on le sait, répétition toujours imparfaite et partielle : c’est un au-delà de la perception (« Non ha visto niente » : « Il n’a pas vu rien »16), une sortie du temps et de l’espace, un aveuglement progressif de la parole qui perd peu à peu sa respiration. Ainsi, les fréquentes interruptions, ellipses, blancs et petits points de suspension constituent la physiologie d’un nouveau rythme respiratoire qui est de moins en moins physique et de plus en plus poétique. En un mot : biographique. Une survie de la voix dans l’« inesteso ritmo, frase indivisa »17, qui, malgré sa passion, surgit parfois au premier vers comme un impératif18.

  • 19 Cf. par exemple « Persona », ‘Deve muoversi il meno possibile, come restando in posa’, p. 45.
  • 20 Ibidem.
  • 21 Ibidem.
  • 22  « Da un certo punto in poi non c’è più ritorno. Quel punto dev’essere raggiunto. » (F. Kafka cité (...)
  • 23  « Piccola immagine », ‘Cambiare o invece finire’, vv. 8-9.

6En se repliant sur elle-même, corpus emmuré suivant une pose toute beckettienne19, la poésie devient de plus en plus muette, inaccomplie, interrompue : c’est un reflet qui disparaît dans son reflet, une lumière qui ne saurait éclairer qu’une obscurité toujours plus forte, un palimpseste qui s’absorbe dans le noir en offusquant tout le visible, tout pathos et expérience (« si ritrae tra pathos ed esperienza »20), toute histoire possible (« ma le curve, i contorni, non tengono più l’intera storia »21). Le poème est alors tension vers un point extrême, un point de non retour – dirait  Kafka22 –, l’absence de toute image et de toute voix (« ogni cosa al suo estremo : / né vela né voce »23) : le constat permanent – c’est une autre lecture possible, au-delà de toute injonction, des incipit « Vive » (cf. supra) – de la ‘vie’ encore là, de l’absence de vie pas encore atteinte, d’une mort à venir.

  • 24  « Piccola immagine », ‘Dicono che bisogna finire’, p. 108.
  • 25  « Piccola immagine », ‘La finzione, unica creazione concessa’, p. 109.
  • 26  ‘Stilleben’, vv. 7-8.
  • 27  C’est le dernier poème du recueil (« Piccola immagine », p. 115).

7Ainsi, dans une fin sans cesse non finie qui refuse la résolution de toute cadence24, la parole est-elle suspendue à son devenir, à sa survie temporaire, à son apparition fictive25 pas encore tout à fait muette : la poésie d’Ortesta se fige dans le voile de la parole, suaire qui sépare le mot de la chose, la vie de la mort plus que la volonté de la représentation … vie silencieuse (« la vita silenziosa delle cose / che lo guardano morire »26) que promet l’érosion, la « levigatezza », l’oubli de sa propre langue (« Dimenticava ogni giorno qualcosa della propria lingua / finché rimase muto. »27).

  • 28  « Piccola immagine », ‘Testimone di questo incerto rito’, v. 1. –‘Athambia’ : mot du grec ancien ( (...)
  • 29  Benjamin, op. cit., p. 254.

8Ce sont les poètes qui oublient leur langue qu’il faut traduire : la traduction c’est – éthiquement – leur donner la parole, restituer un silence, l’acte même de se taire avec eux. Ainsi, tout acte critique – comme la traduction, la lecture ou le commentaire –, après l’emphase qui le caractérise, doit se taire, c’est-à-dire critiquer sa propre impertinence et se rendre à la stupeur, à une ‘sainte stupidité’ ou mieux athambia rituelle (« Testimone di questo incerto rito »28), au silence du texte car c’est le texte que l’on a devant qui parle, qu’il faut faire parler et dont on ne peut rien dire d’autre, si ce n’est faire résonner un écho de ce qu’il dit. Comme dit Benjamin, « Elle [la traduction] consiste à découvrir l’intention, visant la langue dans laquelle on traduit, à partir de laquelle on éveille en cette langue l’écho de l’original. […] La traduction […] ne se voit pas, comme l’œuvre littéraire, pour ainsi dire plongée au cœur de la forêt alpestre de la langue ; elle se tient hors de cette forêt, face à elle, et, sans y pénétrer, y fait résonner l’original, au seul endroit chaque fois où elle peut faire entendre l’écho d’une œuvre écrite dans une langue étrangère »29.

  • 30  Pour cette idée de la traduction comme ‘ré-énonciation’, comme ‘décentrement’, à savoir comme rapp (...)
  • 31  Double sens (selon l’accent tonique) du verbe übersetzen : saut de la traduction (traduire mais au (...)
  • 32  À ce sujet nous renvoyons à la citation de Benjamin en épigraphe de cet article ; nous pensons aus (...)

9Dans la traduction il est moins question de langue-source et de langue-cible que d’absence de toute source ou cible : c’est l’ignorance de la source et de la cible, c’est l’impossible lecture, et l’impossible écriture, d’un texte – l’absence de tout arc et flèches. La traduction, décentrement d’une re-énonciation30, transmutation de l’übersetzen31, n’agit qu’au niveau de l’apparence figée de la parole, c’est-à-dire au niveau de la lecture, de l’exécution, au niveau d’un acte dernier, d’un dénouement de la langue; elle ne doit pas réécrire un texte que le poète a déjà écrit, mais permettre au texte de se libérer de l’écriture, libérer le texte en remontant le processus de sa fabrication32.

  • 33  « Persona », ‘Deve muoversi il meno possibile, come restando in posa’, v. 6.

10Ortesta saisit la langue au moment où elle meurt, dans l’agonie de la parole, au moment où le réel est en voie de disparition, au moment où le silence se fige entre les êtres et les choses. Après l’accueil de la voix, le surgissement de la voix subie (c’est le moment passif de la ‘passion de la biographie’), le poète transcrit cette voix, se met au travail, donne naissance à un texte (c’est le moment actif de la ‘passion de la biographie’). Enfin, le texte fini, l’on assiste à un abandon de ce travail, de cette activité : c’est un retour en arrière impossible à la ‘passivité passive’, au moment originaire de la création. C’est là le moment de la lecture, de la parole qui lit le texte, qui, dans la durée immobile de la page, dans le continuum qui voudrait s’épuiser, ‘traduit’ (trans-ducit), dans la fragilité de l’oralité d’une voix non écrite, à l’origine de la poésie comme passion et comme biographie. C’est l’impossible autoportrait que nous suggère la double traduction du verbe « ritrarre »33 : vouloir ‘se peindre’ c’est ‘s’écarter’ de soi ; autrement dit, l’apparition d’une voix s’effectue toujours par son effacement.

Textes et traduction

  • 34  Dal 1914 al 1922 Céleste Albaret fu al servizio di Marcel Proust. [Note de l’auteur]
  • 35  Della Veduta di Delft, che considerava “il più bel quadro del mondo”, nella mostra olandese del Je (...)
  • 36  Ici « persona », comme en latin.

11(extrait de « Persona »)
Céleste’34
I
Tre tavolini accanto al letto di ottone
... i quaderni, le medicine. Marcel sapeva bene
che questa non era la sua vera casa :
dall’altra parte del tempo vedeva scorrere
una terra sconosciuta.
A settant’anni forse gli altri
l’avrebbero accolto ma intanto la malattia
faceva la sua strada, induriva i polmoni, logorava il cuore.

Immobilità e silenzio gli insegnano a lavorare
per un’improbabile vita futura.

« Un morto come me che si appoggia al tuo braccio.
E tu, Céleste, vuoi ancora portarmi ? ».
Per rivedere quel lembo di muro giallo35
distesa di sabbia dorata quel minuscolo lembo
prezioso, prima di schiantarsi
in un eccesso di confusa tenerezza.

A tarda notte finalmente si venne a sapere
che era arrivato. Il viso livido e gonfio
la voce ridotta a un bisbiglio
. . . . . . . . . .
non diffonde la sua presenza
il freddo della risurrezione di Lazzaro ?

Poi la febbre andò sensibilmente aumentando
eppure continuava a scrivere teneri affettuosi versi
dedicati a Céleste. Con quale accanimento poi
rileggeva le pagine che semplicemente
erano tutta la sua vita

tutto il meglio della sua vita ?

« Per cercare l’aria che mi manca
... sono vecchissimo, Céleste »

Non parla più della malattia
ma della sua morte : un posto nero che lo inghiotte.
Il sole adesso non gli fa più male.

Eccesso di pensiero che svuota il pensiero
unica forma di attività
nel corpo indebolito e maniaco.

Il bel volto della madre ancora splendeva di giovinezza
quando la sua mano quella sera
segreta ed empia la feriva.

Sentiva il peso di dover pensare
e chiedeva tempo per poter parlare.

II
« Tu che ami i biancospini
guarda quello spino rosa.
Non è una vera meraviglia ? »

Ritrovare quel profumo
respirando lì fermo davanti ai biancospini
senza entrare nel battito
di una vera allegria

immobile guardare e respirare
si affatica il pensiero se attraversa
l’immagine l’odore di una strada
il riflesso del sole su una pietra

la stagione ignota ricacciata indietro nel cervello
costretta fra tante immagini diverse
nel suono di una campana in un odore di foglie
da molto tempo ormai ha cessato di vivere ?

così nera adesso che il sole
è tramontato – sta nascosta
pronta a svincolarsi dal suo luogo solitario
pronta a spiccare il volo

un’unica forma nera pronta
a dileguarsi nella notte
sta per toccare il confine
ecco adesso vi è entrata

l’azzurro intravisto dalla finestra
è un luogo preciso della terra
senza rilievo senza colore gli alberi
e le colline non entrano più nei suoi occhi

qui saliva per vedere il cielo
senza nuvole il cielo lì sopra la terra
non entra più nei suoi occhi
né di giorno né di notte

in un affanno senza affanno
di vera allegria davanti ai biancospini
con una mezza speranza di ritrovare
il loro profumo per riapparire di nuovo

con tutta la speranza con tutta la paura
come quando il bel volto della madre
ancora splendeva e l’ordine degli anni
il filo delle ore si confonde e si spezza

la testa appoggiata al muro, alla cieca
in un posto sconosciuto che è la sua stanza
dove Céleste un momento aspetta
giorno dopo giorno solamente aspettando

che riposi cessato l’affanno
e l’azzurro intravisto dalla finestra
è un luogo preciso della terra
qui da muro a muro come quando

camminava e respirava davanti ai biancospini
e tutti odono gridi e rintocchi
come sempre in una pura pausa
come prima, per l’ultima volta

gli occhi fissi
sulle cose che non sapeva
di un’intera stagione che adesso
per lui diventa un dolore più grande

diventato il corpo di chi adesso
egli ama, l’unico che sappia
procurargli piacere e tormento
inesteso ritmo, frase indivisa

che sta per dimenticare
e poi riappare in sonorità prolungata
sipario che divide
e nasconde

ma le cose che non sapeva
adesso le teme senza accorgersene
e non cessa l’affanno
sotto il cielo senza nuvole

né di giorno né di notte
con tutta la speranza con tutta la paura
per riapparire davanti ai biancospini
unica forma nera pronta a dileguarsi

una frase nuova continua a immaginare
nel cuore gli duole con tutti gli altri nomi
che sempre a contagiarlo ritornano
e lo cullano come un cadavere

dentro nel cuore continuava a seminare
ma lentamente da lei intanto si separa
– e per sempre – senza poterle dire addio
mentre si fa notte fonda per riposare un poco

felicità immediata felicità dell’amore
gridata sempre nello stesso nome come in quel giorno
di separazione quando Céleste inutilmente
cercò di evitargli il dolore

adesso legge la sua vita e quella degli altri
più lentamente perché crede di aver cessato
di desiderare. Non più bambino
i suoi gusti nel tempo non cambieranno

e sa bene che mentale è la felicità
non guarisce ma soltanto sposta il dolore
perché l’oblio aumenta col tempo
e questo non può essergli celato

fra quelle quattro mura
fonte d’inquietudine gridi e rintocchi
da cui non c’è ritorno come in un recinto
il suo passo silenzioso davanti ai biancospini

ma come fare ritorno se ha cessato di vedere
incrociate le gambe la testa appoggiata sulle mani
senza desiderio e senza una meta
sapendo come va a finire : non un alito né gridi

e dove mai allora ? Se cerca aiuto
adesso che nessun pericolo o speranza
lo fa rabbrividire
perché non vuole muoversi

paziente aspetta che faccia giorno
adesso come allora nel nudo inverno
la stagione più bella di freddi fuochi
strappati all’instabile atmosfera

ma vede un animale così benigno
piccola persona celeste
Céleste è il suo nome

III
Galleggia sull’acqua ondeggia la ninfea
scivola giù in un ramo s’impiglia la mano
bianco groviglio di capelli come marmo.
Era quello il luogo felice
fiume di uccelli e bambini

luogo senza terra e senza acqua
luogo per tornare indietro
nel cuore dell’immaginazione ?

Si fermò e smise di parlare
il presentimento che quel velo potesse
separarlo dal suo piccolo regno dei morti
facciata avvolta dal fogliame delicato
quasi invisibile facciata
ombra corteo di corpi e occhi
era lì sul punto di sparire.
Infantile il suo desiderio
che tutto ricoprisse la neve
fece di quella meraviglia l’innocente
annuncio di un terrore.
Sapeva che nel vuoto circondato da muri
il pensiero si affatica – fuoco in futura
esistenza di rovine a poco a poco diventa
equilibrio e si spezza così la vita
nel suo corso naturale se prende il sopravvento
notte dopo notte il biancospino spino rosa
ostinatamente chiuso.
Adesso riposa convalescente
sognando tutto il sogno per guarirne
fino a quando lo sguardo declina dalla luce
bianco del sole identico alla sua prima visione
nero che dilaga nella carne
tufo nel suo corpo che gira e gira
sempre più a fondo.
Notte dopo notte il mondo si ricrea
ostinatamente riemerge
nel dolce colore delle ore mattutine
e il riposo si accresce
nelle spalle nelle gambe nella sua persona
risparmiata dall’inverno.

I
Trois petites tables près du lit en laiton
… les cahiers, les médicaments. Marcel savait très bien
que celle-ci n’était pas sa vraie maison :
dans l’au-delà du temps il voyait que défilait
une autre terre non connue.
À soixante-dix ans peut-être les autres
l’auraient accueilli alors que la maladie
suivait son chemin, pétrifiant les poumons, ruinait le cœur.

Immobilité et silence le tiennent encore au travail
pour une vie future peu probable.

« Un mort vivant s’appuyant à ton bras.
Et toi, Céleste, veux-tu me porter encore ? ».
Pour revoir ce lambeau de mur jaune
étendue de sable doré ce tout petit lambeau
précieux, avant de se briser
dans un excès de tendresse confuse.

Tard dans la nuit enfin l’on put savoir
qu’il était arrivé. Le visage livide et enflé
la voix juste un murmure
. . . . . . . . . .
sa présence ne répand-elle pas
le froid de la résurrection de Lazare ?

Puis la fièvre se mit nettement à monter
alors qu’il continuait d’écrire des vers tendres et affectueux
pour sa Céleste. Et avec quel acharnement
il relisait les pages qui étaient tout
simplement toute sa vie
tout ce qu’il y eut de mieux dans sa vie ?

« Pour chercher l’air qui me manque
… Céleste, je suis tellement vieux »

Il ne parle plus de la maladie
mais de sa mort : un endroit noir qui l’avale.
Le soleil ne lui fait plus mal à présent.

Excès de pensée qui évide la pensée
la seule forme d’action possible
dans le corps fou affaibli

Le beau visage de la mère était tout jeune encore et lumineux
lorsque sa main ce soir-là
secrète et impie la blessait.

Il éprouvait le poids de devoir penser
et demandait du temps pour pouvoir parler.

II
« Toi qui aimes l’aubépine
regarde cette épine rose.
N’est-ce pas une vraie merveille ? »

Retrouver ce parfum
respirant là fixe devant les aubépines
sans l’effet du battement
d’une véritable joie

regard et souffle immobiles
la pensée fatigue si elle traverse
l’image l’odeur d’un chemin
le reflet du soleil sur une pierre

la saison inconnue refoulée loin dans le cerveau
étouffée parmi de nombreuses images différentes
dans la cloche qui sonne dans l’odeur des feuilles
est-ce déjà depuis longtemps qu’elle a cessé de vivre ?

tellement noire maintenant que le couchant
est terminé – reste cachée
prête à s’échapper de son lieu de solitude
prête à prendre son envol

une seule et unique forme noire prête
à disparaître dans la nuit
a atteint presque la frontière
à présent la voilà rentrée

le bleu ciel aperçu de la fenêtre
est un lieu précis de la terre
sans relief sans couleur les arbres
et les collines ne rentrent plus dans ses yeux

là il montait pour voir le ciel
sans nuages le ciel là au-dessus de la terre
ne rentre plus dans ses yeux
ni le jour ni la nuit

respiration calme essoufflée
d’une véritable joie devant les aubépines
avec juste un peu d’espoir de retrouver
leur parfum pour réapparaître à nouveau

c’est le même espoir c’est la même peur
du temps où le beau visage de la mère
était lumineux encore et l’ordre des années
le fil des heures s’embrouille et se casse

la tête contre le mur, en aveugle
dans un lieu aussi étranger que sa propre chambre
où Céleste reste là à attendre
jour après jour seulement dans l’attente

qu’il se repose cessée la crise du souffle
et le bleu ciel aperçu de la fenêtre
est un lieu précis de la terre
ici d’un mur à l’autre du temps où

il marchait et respirait devant les aubépines
et ils entendent tous crier la scansion du temps
comme toujours dans la pureté d’une pause
comme auparavant, pour la dernière fois

les yeux fixes
sur les choses qu’il ne savait
de toute une saison qui à présent
devient pour lui une douleur plus grande

devenu le corps de qui à présent
il aime, le seul qui sache
lui apporter plaisir et souffrance
rythme inétendu, indivision de la phrase

qu’il oublie peu à peu
et qui réapparaît ensuite en sonorité prolongée
rideau de scène qui sépare
et masque

mais les choses qu’il ne savait
il les craint à présent sans s’en apercevoir
et le souffle lui manque
sous le ciel sans nuages

ni le jour ni la nuit
c’est le même espoir c’est la même peur
pour réapparaître devant les aubépines
une seule et unique forme noire prête à disparaître

d’une phrase nouvelle il continue l’image
dans le cœur lui fait mal avec tous les autres noms
qui reviennent toujours à le contaminer
et le bercent comme un cadavre

au-dedans dans le cœur il continuait de semer
alors qu’il se sépare tout doucement d’elle
– et à jamais – sans pouvoir lui dire adieu
pendant que la nuit noire fait reposer un peu

bonheur immédiat bonheur de l’amour
toujours crié dans le même nom même ce jour
de séparation où Céleste sans succès
essaya de le priver de la douleur

il lit à présent sa vie et celle des autres
plus doucement car il croit avoir cessé
de désirer. Il n’est plus un enfant
ses goûts dans le temps ne changeront pas

et il sait bien que mental est le bonheur
ne guérit pas ne fait que déplacer la douleur
car l’oubli monte avec le temps
et ceci on ne peut le lui cacher

entre ces quatre murs
source d’inquiétude scansion du temps criée
tout comme dans l’enclos d’où l’on ne revient pas
son pas silencieux devant les aubépines

mais comment revenir s’il a cessé de voir
les jambes croisées la tête reposant sur ses mains
sans le moindre désir sans le moindre but
sachant déjà la fin d’avance : pas un souffle aucun cri

et où ça alors ? S’il cherche de l’aide
à présent aucun danger aucun espoir
ne le fait frissonner
car il ne veut plus bouger

patiemment il attend que vienne le jour
maintenant comme en ce temps-là la nudité de l’hiver
la plus belle saison de feux froids
arrachés à l’atmosphère instable
mais il voit un animal si gentil
petite persona36 céleste
Céleste est son nom

III
Il nage sur l’eau et surnage le nénuphar
glissant vers le bas à une branche s’accroche la main
un nœud blanc de cheveux comme marbre.
Était-ce là le lieu du bonheur
fleuve d’oiseaux et d’enfants

lieu sans terre sans eau
lieu pour rebrousser chemin
dans le cœur de l’imagination ?

Il s’arrêta et cessa de parler
le pressentiment que ce voile pourrait
le séparer de son petit royaume des morts
façade enveloppée d’un feuillage délicat
presque invisible façade
ombre cortège de corps et regards
était là presque toute disparue.
Son désir enfantin
que la neige puisse tout recouvrir
changea cette merveille en innocence
qui annonce la terreur.
Il savait que dans le vide clos de murs
la pensée fatigue – ce feu qui annonce
la ruine, peu à peu l’apprivoise
un équilibre et la vie se brise ainsi
lorsque sur son cycle naturel l’emporte
une nuit après l’autre l’aubépine épine rose
obstinément fermée.
Il se repose à présent convalescent
il finit son rêve jusqu’au bout pour en guérir
jusqu’à ce que son regard ne renonce à la lumière
blanc du soleil identique à sa première vision
noir qui se répand tout dans la chair
tufeau dans son corps qui ne cesse de tourner
toujours plus en profondeur.
Une nuit après l’autre le monde se recrée
obstinément refait surface
dans la couleur douce des heures du matin
et le repos envahit peu à peu
ses épaules ses jambes tout son être
rescapé de l’hiver.

12
Deve muoversi il meno possibile, come restando in posa
senza più segreti riempiendo perfettamente la sua cruna.
Tutto quello che vede, un riflesso asportato,
sconfina dai suoi occhi dalla pioggia dai cani :
la mano destra più grossa della testa
si ritrae tra pathos ed esperienza.
Tutt’intorno si leva un oscurarsi ma voci
pulsano quiete mai rassegnate lontano
dalla casa inesplorata.
La via d’uscita è la distanza che li separa :
lui si tenne sveglio nello stesso clima, ora non più,
nutrito quasi lavato dal buco che ha lasciato
per accostarsi a ciò che fu dimenticato
ora sorpreso guardando fuori
in questa altra stanza.
Gli risparmiò la vita ma dopo subito partì.
Potrà sopportarlo? questo vento cieco
dalle sue terminazioni nervose con nodi sussurrati
davanti a falsi paesaggi
si spezza in una celeste reclusione.
Quante risposte gli si sono fatte avanti ? si posa ancora illesa
in giochi di vecchio la sua reticenza
dal momento che tacque una volta per tutte, anomalia desta
sempre accesa perfino serena
che se ne va, incontro a ciò che già è successo
ferma nelle braccia che accolgono sogni
ma le curve, i contorni, non tengono più l’intera storia.
Così dalla parte sbagliata sempre più stretta la città accesa
si chiude qui in mezzo a sacche di freddo
e tu dallo specchio ritira da ogni congedo quella mano.
Su per le scale l’oscurità riprende fin nell’alcova
e la finestra è di scarsa importanza.

Doit bouger le moins possible, comme pour garder la pose
sans plus aucun secret en occupant son chas parfaitement.
Tout ce qui lui est visible, un reflet extirpé,
dépasse ses yeux la pluie les chiens :
sa main droite plus grosse que sa tête
s’efface entre pathos et expérience.
Tout autour monte une obscurité mais des voix
se mettent à battre calmes jamais résignées loin
de la maison inexplorée.
L’issue c’est la distance qui les sépare :
c’est lui qui resta éveillé dans le même climat, plus maintenant,
nourri presque lavé du trou qu’il a laissé
pour se sentir proche de ce qui fut oublié
maintenant surpris regardant dehors
en cette chambre.
Lui épargna la vie mais partit aussitôt après.
Pourra le supporter ? ce vent aveugle
de ses terminaisons nerveuses avec des nœuds murmurés
devant de faux paysages
se brise en une céleste réclusion.
Combien de réponses se sont-elles avancées vers lui ? se pose encore indemne
en jeux de vieillard sa réticence
du moment que se tut une fois pour toutes, anomalie vive
toujours présente même sereine
qui s’en va, vers ce qui déjà est advenu
immobile qu’elle est dans les bras qui reçoivent les rêves
mais les tours les détours ne contiennent plus toute l’histoire.
Ainsi du mauvais côté toujours plus serrée la ville allumée
finit par ici dans des poches de froid
et toi du miroir retranche de tout congé cette main.
En montant l’escalier l’obscurité reprend jusqu’à l’alcôve
et la fenêtre n’a aucune importance.

13
Trasfòrmati in parole :
senza più compagnia di fiati e di viole
facendo posto alla tua vita
la mia più niente ha a che fare
con gli anni
se correndo intorno a un solo nome
è sempre di te e di me che si tratta
e sempre le stesse armi
potenti di lutto e afflizione
che pure nei sogni a rovina
inseguono la mia levigatezza.
Ti vedo sui tuoi passi tornare ancora
più sottili le braccia già esitanti le gambe
nel tempo lentissimo della paura.

Change-toi en paroles :
sans plus la compagnie de souffles et de violes
laissant la place à ta vie
la mienne n’a plus rien à voir
avec les années
si dans la poursuite sans succès d’un seul nom
c’est toujours de toi et de moi qu’il s’agit
et toujours les mêmes armes
puissantes de deuil et d’affliction
qui même dans les rêves ruinent
et poursuivent l’usure.
Je te vois sur tes pas revenir encore
plus maigres les bras déjà hésitantes les jambes
dans le temps très lent de la peur.

14
(extrait de « Piccola immagine »)
Scrivere dentro un mondo oscuro
o guadagnare l’aria e la luce
ripetere una canzone, notturno uccello
sopra i rami d’insonnia.
Quale il conforto ?
Un’eco un fantasma
si offrono all’ascolto di chi
non dorme per paura e lascivia di pensieri
che piano piano gli consumano le ossa
e lo riducono infine alla ragione

adesso scrive dentro un mondo cieco
e un vento irrompe come fiamma
e scaccia la preda dalla tana
e il lume si rabbuia scappano i gatti
nessuno fiata e niente si rischiara.

Écrire au-dedans d’un monde obscur
ou bien regagner l’air et la lumière
répéter une chanson, oiseau nocturne
sur les branches de l’insomnie.
Quel réconfort ?
Un écho une vision
s’offrent à l’écoute de celui qui
ne peut dormir par la peur de ses pensées lascives
qui peu à peu lui usent les os
et le réduisent enfin à la raison

il écrit à présent au-dedans d’un monde aveugle
et un vent violent se met à brûler
faisant sortir la proie de sa tanière
la lumière devient sombre disparaissent les chats
personne ne respire et rien ne s’éclaircit.

15
‘La festa nera’
Nevica. La festa nera è nella sua testa.
Non vede più nessuno –
arrivato il suo turno, abbassa la testa.
Ma chi
è sepolto sotto quelle voci ?

Si leva precipitosa
debole voce non a lui
vuole parlare non lui colpire
e adesso invece è necessario.
È rimasta sola

Non vuole parlare dei morti ma tiene
quel pane nelle mani e cade la luce
cade l’ombra – tiene il pane nelle mani
quella voce « un po’ più di coraggio.
Dov’è la tua casa ? »

Si stringe a se stesso e non fiata
allora più viva la sua mano scrive
di quelli che si perdono
morti ancora trattenuti in un’ultima calma
di cielo stellato mutilato

E a lui chi parla ?
a lui chi parla cosi ?
ma come si chiama questa voce ?
quale il suo nome ?
è a lui che parla ?

La crede lontana e invece è qui
nel freddo di tutte le immagini
che dolcemente lo acciecano
lo fanno parlare a bassa voce
sicuro che tra poco potrà dormire

Li vede radunarsi
crani lisci
braccia ripiegate su se stesse
nello spazio accerchiato
dalla frontiera fulminante

C’è luce – forse una tregua –
negli occhi spalancati che si lasciano guardare
e qualcuno trema
ed è sottile la gabbia delle ossa
un fantasma di ossa il peso delle ossa

Nevica. La festa nera è nella sua testa.
Il freddo gli cade sulla faccia
sente le braccia abbandonate lungo i fianchi
piange di spavento e di calma
perché il corpo se ne va con la voce

Boschi davanti agli occhi
odore di cibo e risate
un urlo dentro la testa sfigurata
non più voce stizzosa diventa silenzio
delle ceneri candida testa

Ma dovrà sentire meglio
– le orecchie tese gli occhi in ascolto –
per strappare alla materna notte
un grido – luogo preciso della terra –
l’azzurro intravisto da una finestra

Curva – a testa bassa – respira profondamente
senza colore senza rilievo
non entrano più nei suoi occhi
gli alberi le colline : chi
sopporterà il peso della sua fine ? 

Scende verso la città e cade
dolente bestia malata.
Il minimo segno il più piccolo grido
può essere quello della fine.
Non ha visto niente

Ma lì dove è deve sapere
che può attraversare un’eternità di eventi
immaginare la paura delle ombre
sicura che un’aria affamata
riaprirà il suo occhio velenoso

Non teme più il dolore
non teme il silenzio
che precede la richiesta
di un grembo dove a piene lacrime
sfolgora un sepolcro.

‘La fête noire’
Il neige. La fête noire est dans sa tête.
Il ne voit plus personne –
c’est son tour, il baisse la tête.
Mais qui
est enseveli sous ces voix ?

Se lève précipitée
faible voix non pas à lui
veut parler pas lui frapper
et à présent au contraire c’est nécessaire.
Elle est restée seule

Ne veut parler des morts mais tient
ce pain dans les mains et tombe la lumière
tombe l’ombre – tient le pain dans les mains
cette voix « un peu de courage.
Où est ta maison ? »

Il se serre contre soi-même sans respirer
alors écrit sa main encore plus vivante
sur ceux qui se perdent
morts encore retenus dans un dernier calme
de ciel étoilé mutilé

Et qui est-ce qui lui parle ?
qui est-ce qui lui parle ainsi ?
mais comment s’appelle cette voix ?
quel est son nom ?
est-ce à lui qu’elle parle ?

Il la croit ailleurs mais elle est ici
dans le froid de toutes les images
qui doucement l’aveuglent
le font parler à voix basse
sûr que bientôt il pourra dormir

Il les voit se réunir
crânes lisses
bras repliés sur eux-mêmes
dans l’espace encerclé
par la frontière qui foudroie

Il y a de la lumière – une trêve peut-être –
dans les yeux grand ouverts qui se laissent regarder
et quelqu’un tremble
et toute fine est la cage des os
une vision d’os le poids des os

Il neige. La fête noire est dans sa tête.
Le froid lui tombe sur la figure
il sent ses bras abandonnés le long des hanches
il pleure de calme et de frayeur
parce que le corps s’en va avec la voix

Des bois devant les yeux
odeur de nourriture et rires
un cri dans la tête défigurée
finie la voix rageuse devient silence
des cendres la tête blanche

Mais il devra mieux entendre encore
– les oreilles tendues les yeux à l’écoute –
pour arracher à la nuit maternelle
un cri – lieu précis de la terre –
le bleu ciel aperçu d’une fenêtre

Courbe – tête baissée – respire profondément
sans couleur sans relief
ne rentrent plus dans ses yeux
les arbres les collines : qui
supportera le poids de la fin ?

Il descend vers la ville et tombe
souffrant bête malade.
Le moindre signe le plus petit cri
peut être celui de la fin.
Il n’a pas vu rien

Mais à l’endroit où il se trouve il doit savoir
qu’il peut traverser une éternité d’événements
imaginer la peur des ombres
certaine qu’un air affamé
ouvrira à nouveau son œil vénéneux

Il ne craint plus la douleur
ne craint plus le silence
qui précède la requête
d’un sein où rempli de larmes
éclate un sépulcre.

16Vive alle sue spalle e trema
immagine non persona
perfetta obbediente
ignora i più semplici crudeli affetti
per ricordare solo pensieri
nemmeno un volto nemmeno l’erba
che dopo il terrore ingenuamente
s’apre ogni volta a rigogliosa rovina.

La sua esistenza senza forma
non dà riparo non acquieta sospiri
non è rifugio agli uccelli per sempre scacciati
da boschi superbi.
Così innalza nuovi patiboli
se appena lo sguardo
lontano spinge all’orizzonte.

Vit derrière son dos et tremble
image non pas personne
parfaite obéissante
ignore les pulsions les plus simples et cruelles
ses souvenirs ne sont que des pensées
même pas un visage même pas l’herbe
qui après la frayeur ingénument
éclot à chaque fois pour une féconde ruine.
Son existence sans aucune forme
n’a pas de remède n’apaise pas les soupirs
n’est pas un abri aux oiseaux que sans cesse l’on chasse
des bois superbes.
Ainsi érige-t-il de nouveaux échafauds
dès que son regard
le plonge au loin vers l’horizon.

17
Cambiare o invece finire
perché completamente bianca
scompaia la vela.
Vela fil di fumo
segue il suo corso e tra poco
si romperà anche la voce.

L’ordine invece richiede
ogni cosa al suo estremo :
né vela né voce.

Changer ou bien finir
afin qu’intégralement blanche
disparaisse la voile.
Voile fil de fumée
suit tout son cours et bientôt
sera cassée même la voix.

L’ordre en revanche exige
chaque chose à l’extrême :
aucune voile aucune voix.

18
Vive
la prima neve nel fiato dei bambini
finalmente rovina di pensieri chiara vigilia
di ogni mondana meraviglia.

Vit
la première neige dans le souffle des enfants
ruine finalement de ses pensées la clarté de la veille
de toute mondaine merveille.

19
Testimone di questo incerto rito
è la mano che scrive esatte menzogne
della lingua omicida.

Témoin de ce rite incertain
est la main qui écrit les mensonges exactes
de la langue homicide.

20
Dicono che bisogna finire
come in una cadenza
ma si può anche concludere
facendone a meno.

Il faut finir dit-on
comme dans une cadence
mais on peut tout aussi bien s’en passer
pour achever.

21
La finzione, unica creazione concessa,
è abitudine e memoria
non distingue tra mutamento e metamorfosi.

La fiction, la seule création possible,
est habitude et mémoire
ne fait pas de différence entre transformation et métamorphose.

22
‘Stilleben’
Il suo infantile desiderio
che tutto la neve ricopra
la neve-meraviglia sul pane e la brocca del vino
sui tavoli e le mensole
come se un velo potesse
separarlo dal piccolo regno
la vita silenziosa delle cose
che lo guardano morire.
‘Stilleben’
Son désir enfantin
que la neige recouvre tout
la neige-merveille sur le pain et la carafe à vin
sur les tables et les étagères
comme si un voile pouvait
le séparer du petit royaume
la vie silencieuse des choses
qui le regardent mourir.

23
Dimenticava ogni giorno qualcosa della propria lingua
finché rimase muto.

Il oubliait chaque jour quelque chose de sa propre langue
jusqu’à en devenir muet.

Haut de page

Notes

1  W. Benjamin, La tâche du traducteur, in Œuvres I, Paris, Gallimard-Folio Essais, 2000, p. 259.

2  Cosimo Ortesta a déjà été présenté par M. Rueff dans la revue Po&sie, « 1975-2004 – 30 ans de poésie italienne », n° 109, Paris, Belin, 2004, pp. 257-265 : en plus d’une lecture critique générale sur l’œuvre du poète, proche notamment de G. Lubrano, S. Mallarmé et S. Beckett – selon la lecture de Vito M. Bonito (voir sa bibliographie cité par Rueff dans le même article, p. 257, n. 4) – Rueff a proposé une traduction du poème ‘Céleste’. Quant au titre de La passione della biografia, Roma, Donzelli, 2006, Ortesta nous renvoie en effet à ses premières publications (Passione della biografia, in « Carte Segrete », n° 29, 1975 ; La passione della biografia, in « Quaderni della Fenice », 26, 1977) et semble vouloir de manière révolutionnaire – après trente ans de poésie (Il bagno degli occhi, Milano, Società di poesia-Guanda, 1980 ; La nera costanza, Palermo, Acquario-La Nuova Guanda, 1985 ; Nel progetto di un freddo perenne, Torino, Einaudi, 1988 ; Serraglio primaverile, Roma, Edizioni Empiria, 1999 ; Una piega meraviglia, Verona, Anterem, 1999) et de traductions (citons par exemple : H. de Balzac, La pelle di zigrino, Milano, Garzanti, 1995 ; C. Baudelaire, Lettere alla madre, Milano, SE, 1985 ; I fiori del male, Firenze, Giunti, 1996 ; S. Mallarmé, Sonetti, Milano, Guanda, 1980 ; Poesia e prosa, Milano, Guanda, 1982 ; Erodiade, Milano, SE, 1985 ; Per una tomba di Anatole, Milano, SE, 1992 ; A. Rimbaud, Illuminazioni, Milano, SE, 1986 ; Poesie, Parma, Guanda, 1986 ; Una stagione all’inferno, Milano, SE, 1996) – ‘boucler une boucle’, ébaucher une fin par un recommencement.

3  C. Ortesta, préface de La passione della biografia, cit., p. 11 [c’est nous qui mettons les italiques].

4  Définition du langage poétique par C. Ortesta in Po&sie, cit., p. 265.

5  Pour citer le titre du premier volet de poèmes de La passione della biografia, cit. : « persona » est à la fois le masque latin par où passe le son, le porte-voix, mais aussi la « personne », le ‘porte-être’, l’être en négatif.

6  « Persona », ‘Céleste’, I, v. 4 ; II, vv. 31 et 68.

7 Ibidem, I, vv. 33-4.

8  « Persona », ‘Trasformati in parole’, p. 59, v. 11. Nous interprétons la « levigatezza » chez Ortesta comme l’absence d’irrégularité, née de l’usure, une égalisation qui, contrairement à toute correspondance signifiante (du mot qui correspondrait à la voix, c’est-à-dire qui établirait des correspondances et donc un rapport de discontinuité et de séparation entre signifiant et signifié), se révèle dans la coïncidence infinie de la voix avec le mot (on pourrait dire entre signifiant oral et signifiant écrit, ou mieux entre signifiant entendu-non-visible et signifiant dit-visible).

9 « Persona », ‘Céleste’, I, vv. 19-21.

10  « Piccola immagine », ‘Testimone di questo incerto rito’, p. 105.

11  ‘Stilleben’ est le titre d’un des derniers poèmes du troisième volet de La passione della biografia, cit.,  « Piccola immagine », p. 110.

12  Premier vers de Mnemosyne [c’est nous qui mettons les italiques].

13  « Piccola immagine », ‘La festa nera’, pp. 84-6, vv. 39 sq. Le « tufo » (tufeau), pierre calcaire très friable qui rappelle la terre d’où Ortesta est originaire (les Pouilles), est cité à la fin du poème ‘Céleste’.

14  « Piccola immagine », ‘La festa nera’, v. 45.

15  C’est là le point de départ de tout acte critique, telle la traduction, comme le souligne à plusieurs reprises Benjamin, op. cit. : « Qu’une traduction, si bonne soit-elle, ne puisse jamais rien signifier pour l’original, c’est évident. Néanmoins, grâce à la traductibilité de l’original, la traduction est avec lui en très étroite corrélation. Disons même que cette corrélation est d’autant plus intime que pour l’original lui-même elle n’a plus de signification. » (p. 246) ; « Pour saisir le rapport authentique entre original et traduction, il faut procéder à un examen dont le propos est tout à fait analogue aux raisonnements par lesquels la critique de la connaissance doit démontrer l’impossibilité de la théorie du reflet. De même que, là, on montre qu’il ne saurait y avoir dans la connaissance, si elle consistait en reflets du réel, aucune objectivité, ni même aucune prétention à l’objectivité, ici, on peut prouver qu’aucune traduction ne serait possible si son essence ultime était de vouloir ressembler à l’original. Car dans sa survie, qui ne mériterait pas ce nom si elle n’était mutation et renouveau du vivant, l’original se modifie. » (p. 249) ; « La traduction est si loin d’être la stérile équation de deux langues mortes que précisément, parmi toutes les formes, celle qui lui revient le plus proprement consiste à prêter attention à la maturation posthume de la parole étrangère et aux douleurs d’enfantement de sa propre parole. » (p. 250) ; « […] la traduction ne peut que renoncer au projet de communiquer, faire abstraction du sens dans une très large mesure, et l’original ne lui importe que pour autant qu’il a déjà libéré le traducteur et son œuvre de la peine et de l’ordonnance d’un contenu à communiquer. » (p. 257).

16  Ibidem, v. 65. Dans notre traduction nous séparons la négation du verbe « voir » (« Non ha visto ») du COD, et donc pas adverbe, « niente ».

17  « Persona », ‘Céleste’, II, v. 59. – La “survie” de la voix (qui n’est pas sans rappeler la théorie sur la traduction de Benjamin, La tâche du traducteur, cit., pp. 244-262) est suggérée entre autres par les mots en incipit de « Piccola immagine », ‘Vive alle sue spalle e trema’ (p. 93) et ‘Vive’ (p. 100).

18 Cf. « Persona », ‘Trasfòrmati in parole’, p. 59 ; « Piccola immagine », ‘Scrivere dentro un mondo oscuro’, p. 80.

19 Cf. par exemple « Persona », ‘Deve muoversi il meno possibile, come restando in posa’, p. 45.

20 Ibidem.

21 Ibidem.

22  « Da un certo punto in poi non c’è più ritorno. Quel punto dev’essere raggiunto. » (F. Kafka cité par Ortesta lui-même en épigraphe de Serraglio primaverile, cit.).

23  « Piccola immagine », ‘Cambiare o invece finire’, vv. 8-9.

24  « Piccola immagine », ‘Dicono che bisogna finire’, p. 108.

25  « Piccola immagine », ‘La finzione, unica creazione concessa’, p. 109.

26  ‘Stilleben’, vv. 7-8.

27  C’est le dernier poème du recueil (« Piccola immagine », p. 115).

28  « Piccola immagine », ‘Testimone di questo incerto rito’, v. 1. –‘Athambia’ : mot du grec ancien (α̉θαμβία) qui désigne l’absence de tout effroi, le fait d’être frappé de stupeur devant une divinité, bouché bée (cf. P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999, s. v. θάμβος).

29  Benjamin, op. cit., p. 254.

30  Pour cette idée de la traduction comme ‘ré-énonciation’, comme ‘décentrement’, à savoir comme rapport entre texte et texte (et non pas entre langue et langue), cf. H. Meschonnic in AA. VV., Teorie contemporanee della traduzione, S. Nergaard (ed.), Milano, Bompiani, 2007, pp. 265-281.

31  Double sens (selon l’accent tonique) du verbe übersetzen : saut de la traduction (traduire mais aussi franchir, passer de l’autre côté…) – notion que rappelle à plusieurs reprises M. Heidegger (voir par exemple : M. Heidegger, Chemins qui ne mènent nulle part, tr. fr. W. Brokmeier, Paris, TEL Gallimard, 2006, p. 21 ; Qu’appelle-t-on penser ?, tr. fr. A. Becker / G. Granel, Paris, Quadrige PUF, 1992, pp. 1 sq.). Cf. aussi la transumtation d’O. Paz in Teorie contemporanee della traduzione, cit., pp. 283-297.

32  À ce sujet nous renvoyons à la citation de Benjamin en épigraphe de cet article ; nous pensons aussi à la théorie d’O. Paz (cf. Teorie contemporanee della traduzione, op. cit., p. 293: « il punto di partenza del traduttore non è il linguaggio in movimento, materia prima del poeta, bensì il linguaggio fisso del componimento poetico. Linguaggio congelato e, tuttavia, perfettamente vivo. La sua operazione è inversa rispetto a quella del poeta : non si tratta di costruire con segni mobili un testo inamovibile, ma di smontare gli elementi di questo testo, porre di nuovo in circolo i segni e restituirli al linguaggio. ») et à la notion du langage comme espace intermédiaire entre la nébuleuse de la pensée et le son chez F. De Saussure (« Psychologiquement, abstraction faite de son expression par les mots, notre pensée n’est qu’une masse amorphe et indistincte. […] Prise en elle-même, la pensée est comme une nébuleuse où rien n’est nécessairement délimité. […] Le rôle caractéristique de la langue vis-à-vis de la pensée n’est pas de créer un moyen phonique matériel pour l’expression des idées, mais de servir d’intermédiaire entre la pensée et le son […]. La pensée, chaotique de sa nature, est forcée de se préciser en se décomposant. »  in F. De Saussure, Cours de linguistique générale, II, IV, 1).

33  « Persona », ‘Deve muoversi il meno possibile, come restando in posa’, v. 6.

34  Dal 1914 al 1922 Céleste Albaret fu al servizio di Marcel Proust. [Note de l’auteur]

35  Della Veduta di Delft, che considerava “il più bel quadro del mondo”, nella mostra olandese del Jeu de Paume del 1921 Proust ammirò “il lembo di muro giallo dipinto con tanta sapienza e raffinatezza da un artista per sempre ignoto, identificato appena sotto il nome di Vermeer” (La Prisonnière, Mondadori, Milano, 1989, pp. 587-8).[Note de l’auteur]

36  Ici « persona », comme en latin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n° 13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Ettore Labbate, « Pour traduire Cosimo Ortesta », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/2726 ; DOI : 10.4000/italies.2726

Haut de page

Auteur

Ettore Labbate

Originaire d’Ugento (Pouilles). Il a étudié les Lettres Classiques à l’Université de Padoue et s’est établi ensuite à Caen, où il poursuit une recherche de doctorat sur le poète baroque G. Lubrano, dont il a publié récemment la traduction d’un choix de sonnets (La voix dans le vide. Sonnets de Giacomo Lubrano, Paris, Cahiers de l’Hôtel de Galliffet, 2009). Il pratique également l’écriture et collabore avec les revues Résonances Générales, Grumeaux, Frictions, Lo Scirocco.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org