Navigation – Plan du site
Traduction, diffusion, migration artistique

La frontière invisible : la poésie italienne de la migration entre diglossie et ‘dislocation’, identité(s) et dépossession

Flaviano Pisanelli
p. 487-507

Résumé

À partir de l’analyse de textes rassemblés dans l’anthologie Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano (Firenze, Le Lettere, 2006), cette étude vise à expliquer les caractéristiques et les tendances principales de la poésie italienne de la migration et essaie en même temps de mesurer l’impact que ce type de production exerce sur le canon de la littérature italienne contemporaine en matière de langue, de thématiques, de style et de modalités de représentation.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1Errance, migrations, exodes, conflits et transformations politiques et sociales, colonisation et post-colonisation. Recherche d’un ‘espace-temps habitable’, élaboration d’une identité composite à travers l’expérience de l’écriture qui est capable de poser l’individu sous d’autres perspectives, nécessité ou exigence de redécouvrir une empreinte individuelle par le biais de la mise en place d’un nouveau langage. Nous pouvons résumer ainsi les causes et les conséquences de la diffusion de ‘la littérature de la migration’ qui, depuis quelques décennies, s’impose en Europe et en Italie à l’attention de la critique. Il s’agit d’une production littéraire vaste et hétérogène qui est proposée par des centaines d’auteurs étrangers résidant essentiellement dans les pays de l’Europe occidentale et s’exprimant dans les différentes langues du pays d’accueil.

2À partir de la fin des années 80 du siècle dernier, l’Italie, prenant du retard par rapport à d’autres pays occidentaux ayant connu un passé colonial important, se transforme progressivement d’un pays d’émigration en un pays d’accueil pour des dizaines de milliers d’hommes et de femmes venant des régions du sud-est du monde. La Péninsule devient progressivement un espace géographique et linguistique où un certain nombre de cultures, de langues et de traditions essaient d’instaurer – non sans difficultés – un dialogue et une confrontation non seulement entre elles mais aussi avec la culture et la langue italiennes.

3Cette confrontation se développe surtout autour de l’expérience littéraire, car l’auteur migrant, s’exprimant à travers une écriture plurielle, est capable de remettre en question la notion de mono-culture et de se situer à la frontière entre un univers et une langue de l’origine qui s’affaiblissent et un univers et une langue à découvrir. Réalisant une littérature que l’on peut considérer comme une sorte de laboratoire de transformation linguistique, culturelle et sociale, l’auteur migrant expérimente une langue qu’il apprend volontairement ou par nécessité dès son arrivée dans le pays d’accueil. Cette écriture, qui s’impose ainsi comme l’un des moyens privilégiés d’expression et de représentation d’un changement et d’une recherche identitaire permanente, inciteaujourd’hui la critique à se poser un certain nombre de questions en la matière, qui touchent en même temps aux domaines littéraire, anthropologique, sociologique et linguistique.

  • 1  Édouard Glissant introduit la notion de ‘chaos-monde’. Il entend par là un mélange culturel qui, n (...)

4À ses débuts, la littérature italienne de la migration utilise les genres littéraires les plus proches de la biographie et de l’autobiographie, tels que le récit ou le carnet de voyage. Tout au long des années 90, nous assistons à la parution de véritables romans, de textes théâtraux et ensuite des premiers recueils poétiques faisant preuve d’un style et d’un emploi remarquable de la langue italienne. Comme les différentes littératures post-coloniales ont contribué, à travers uneconfrontation et un dialogue souvent douloureux et controversés, à réaffirmer sur le plan international les cultures et les langues locales extra-européennes et à réhabiliter une idée de nation fondée sur la co-présence d’identités multiples, la littérature des auteurs migrants produit des effets sur le canon littéraire et poétique du pays d’accueil par le biais de l’emploi de sa langue. Ce phénomène tout à fait récent en Italie déclenche une confrontation culturelle et, par conséquent, ouvre un dialogue entre les différents mondes qui constituent le ‘chaos-monde’1.

  • 2  Sur la question des ‘métissages culturels’, Silvia Albertazzi écrit : « Caratteristica fondamental (...)
  • 3  Yousef Wakkas, écrivain syrien résidant en Italie, dans l’introduction d’un recueil de récits inti (...)

5Les écrivains et les poètes migrants, vivant l’espace et le temps de la frontière entre un monde qui cesse d’exister et un autre monde qui se construit et se renouvelle en permanence, remettent en question le paradigme identitaire traditionnel et eurocentrique fondé sur l’équation identité = culture = langue. À travers leurs ouvrages, ils élaborent une sorte d’identité plurielle, composite et multiple. Cette poétique de l’interculturalité et de l’‘entre-deux’, proposant une identité, une culture et une langue qui changent et se métamorphosent en permanence et s’appuyant sur l’expérience de l’errance, accélère les processus de créolisation et de métissage culturel2. La notion de créolisation, reposant sur l’idée d’une identité constamment in fieri et sur la rencontre entre la langue maternelle et une ou plusieurs langues d’usage3, conçoit l’image d’un espace géographique et mental où la périphérie et le centre réduisent leur distance et favorise à la fois la représentation d’un temps synchronique où le passé, le présent et le futur convergent sur la notion de ‘frontière-charnière’ qui assure la rencontre-collision et, par conséquent, le sentiment de dépossession et de dislocation.

6La rencontre-collision entre deux ou plusieurs langues et cultures amène le poète migrant à poursuivre la recherche d’une marque poétique individuelle grâce à la pratique d’une écriture qui exprime tout ce qu’il a été, tout ce qu’il est en train de devenir et ce qu’il deviendra demain. Tout au long de cette phase de transition-dislocation, qui accompagne l’auteur migrant dans son passage d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, d’un imaginaire poétique à l’autre, le poète se retrouve face à une situation intermédiaire que les linguistes définissent de ‘double incompétence’. À l’affaiblissement progressif de l’emploi de la langue maternelle suit l’utilisation de plus en plus fréquente de la langue d’élection ou d’accueil. Mia Lecomte explique que le fait d’adopter ou d’être adopté par une langue implique également pour l’auteur migrant la connaissance et la volonté d’intégrer une culture et un système de valeurs que chacun doit être en mesure de partager non seulement avec l’autre mais aussi avec l’autre-que-soi :

  • 4  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano, Firenze, Le Letter (...)

Quella di abbandonare la lingua madre è comunque sempre una decisione molto sofferta, un taglio con il proprio passato – le proprie origini, la propria storia personale, il proprio paese, inteso geograficamene e come spazio interiore, di cui si rischia di impoverire il futuro letterario – che alcuni decidono di non compiere mai. Ed è una scelta complessa, perché la padronanza di una lingua straniera, soprattutto come scrittore, implica un lungo percorso, con una zona di passaggio più o meno ampia che i linguisti chiamano di “duplice incompetenza”, persi tra l’eco dell’idioma famigliare che sbiadisce ogni giorno di più e i palpiti vitali di una lingua che non si lascia possedere.4

7L’impact que la poésie et la littérature italiennes de la migration exercent sur le canon littéraire national amène aujourd’hui la critique à se questionner sur la structure, la forme et les thématiques de ces textes. Une bonne partie des spécialistes en la matière, proposant d’inscrire cette production littéraire au sein du domaine plus large des ‘littératures de la diaspora’, souhaiteraient que l’on parle d’une véritable littérature italophone qui s’ajouterait, bien qu’avec des différences évidentes dues à un contexte historique et linguistique divers, aux littératures anglophone, francophone, germanophone et hispano-américaine d’origine post-coloniale.

8Dans une étude qui clôt l’anthologie poétique Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano,Franca Sinopoli précise la portée novatrice de cette production littéraire. Elle explique, en particulier, son idée de relier l’écriture de la migration à la littérature qui est produite par les Italiens résidant à l’étranger :

  • 5  Ibidem, p. 227.

Vorrei terminare questa postfazione accennando ad una conseguenza pratica, tra le altre, che mi sembra possa essere tratta dallo studio della letteratura prodotta dagli stranieri, stimolandolo, spero, ulteriormente. E cioè l’opportunità di cominciare a riconsiderare la fisionomia della letteratura italiana contemporanea alla luce della presenza e della rilevanza della letteratura italofona, sia essa prodotta entro i confini nazionali che fuori di essi.5

  • 6  Pour un approfondissement ultérieur de la notion de ‘littérature de la diaspora’, cf. Armando Gnis (...)

9Par ailleurs, il faut souligner que l’ensemble des ‘littératures de la diaspora’, s’appuyant fortement sur l’expérience de la migration, de la déterritorialisation et de la diglossie, exercent elles aussi un impact considérable sur les canons des littératures nationales. L’écriture de la migration – nous le précisons – remettant en question l’équation identitaire élaborée au cours des siècles par les différentes cultures européennes (identité = culture = langue), introduit trois notions inédites : l’expatriation, la migration et la permanence entre deux ou plusieurs langues. Ces trois éléments, produisant ainsi une nouvelle conception de la culture, de l’écriture et de la langue, désengagent définitivement le principe identitaire des notions de nationalité et de frontière. À ce propos, Armando Gnisci affirme que l’on pourra sérieusement parler de littérature italophone lorsque la critique décidera de prendre en compte dans l’étude des poétiques nationales européennes le système des ‘littératures de la diaspora’ ainsi que le phénomène de la ‘nouvelle créolisation’ que l’Europe entière est en train de vivre depuis des décennies. Ces transformations profondes, qui placent sous d’autres perspectives la question liée à l’élaboration d’une identité culturelle individuelle et collective, seraient donc capables de bouleverser la physionomie géopolitique de l’Europe ainsi que les mentalités des Européens6.

10L’influence que l’écriture italienne de la migration exerce sur la littérature italienne contemporaine soulève un certain nombre de questions auxquelles les spécialistes en la matière essaient de donner des réponses. On s’interrogera sur la ‘valeur’ littéraire de cette production qui tend à représenter le pays sous une perspective interculturelle ; on se demandera s’il est possible d’envisager un rapport réciproque entre la poésie italienne de la migration et la poésie italienne contemporaine produite par les auteurs autochtones ; on étudiera, enfin, les liens que la poésie italienne de la migration peut éventuellement tisser avec les autres littératures européennes qui s’inscrivent au sein des ‘littératures de la diaspora’.

  • 7  Quant aux rapports entre identité et écriture, nous renvoyons à : Édouard Glissant, Introduction à (...)

11Pour répondre à tout ce questionnement d’ordre littéraire, culturel, social et politique, il faudrait qu’au début de ce troisième millénaire les sciences sociales et humaines soient capables de remettre en cause le paradigme identitaire eurocentrique fondé sur les notions de patrie – nation – littérature – langue nationale, afin de faire avancer les études sur la créolisation et sur les métissages culturels. Cela permettrait à la littérature européenne de la migration de prendre la place et d’assumer la valeur qui lui reviennent de droit et également de déconstruire la notion d’identité fixe et immuable, dont Édouard Glissant a déjà largement indiqué les limites, les conditionnements et les conséquences7.

La poésie italienne de la migration : la parution des premières anthologies poétiques

12À partir de la moitié des années 90, un certain nombre de poètes migrants s’exprimant en langue italienne attirent l’attention de la critique en raison surtout de leur poétique et de leur style particuliers qui imposent une confrontation rapprochée avec l’écriture des poètes autochtones.

  • 8  Pour un approfondissement ultérieur des problématiques liées à la diffusion en Italie des premiers (...)

13En 1997, Francesco Stella, en collaboration avec Mia Lecomte, établit une première anthologie entièrement consacrée à la poésie italienne de la migration, publiée dans la collection « Cittadini della poesia ». Cet ouvrage encourage d’autres maisons d’édition à promouvoir et à faire circuler dans le pays la production poétique des auteurs migrants. L’intérêt croissant du public et des spécialistes pour ce type de textes favorise ainsi la diffusion de la poésie italienne de la migration et permet, en même temps, de la libérer d’une dimension purement exotique au sein de laquelle l’industrie culturelle et éditoriale l’avaient enfermée dès les années 808.

14En 2006, Mia Lecomte relance le débat et enrichit les études critiques en la matière grâce à la publication d’une autre anthologie intitulée Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano. Cet ouvrage a le mérite de faire connaître au grand public et aux spécialistes l’œuvre des poètes migrants et également de faire avancer les recherches sur les rapports que cette production littéraire entretient avec les différentes poétiques italiennes contemporaines. Si dans sa préface Mia Lecomte revient sur la fonction, la valeur et les caractères spécifiques de l’écriture de la migration, Franca Sinopoli, dans son essai conclusif, donne des précisions sur la poétique de chaque auteur présenté.

  • 9  En Italie, les données bibliographiques à proposde la production littéraire des auteurs migrants s (...)

15L’ensemble des textes publiés révèle la tendance généralisée des poètes migrants à élaborer une identité multiple qui change en raison de la stratification et de la superposition de cultures, de voix et de modalités de représentation ; la mise en place progressive d’écritures qui se métamorphosent en fonction des langues utilisées ; la présence d’un sentiment marqué de ‘déterritorialisation’ intérieure et extérieure ; l’utilisation d’une expression poétique capable de véhiculer tout un éventail de valeurs éthiques universelles ; la prise de conscience du sentiment de la douleur en tant qu’essence éthique de l’écriture ; la production d’une interférence linguistique entre l’emploi de la langue maternelle et de la langue d’élection et, enfin, la tendance à adopter la versification libre qui paraît plus proche du caractère oral de la langue maternelle de chaque auteur. L’ouvrage fournit également de précieuses références bibliographiques et critiques permettant au lecteur le plus démuni de s’orienter et de saisir le sens des textes9.

16Une première lecture de l’anthologie, nous permet vite de remarquer que la provenance des poètes est très variée. Des vingt auteurs présentés, trois sont africains (la Somalienne Ubax Cristina Ali Farah, le Sénégalais Pap Khouma et le Camerounais Ndjock Ngana Yogo Ndjock), quatre viennent d’Asie (les Iraniens Anahid Baklu et Nader Ghazvinizadeh et les Irakiens Hasan Atiya al Nassar et Thea Laitef), six sont d’origine sud-américaine (le Vénézuélien Gregorio Carbonero, le Paraguayen Egidio Molinas Leiva, les Brésiliens Julio Monteiro Martins et Heleno Oliveira, les Argentines Lidia Amalia Palazzolo et Candelaria Romero) et les sept derniers sont européens (le Roumain Mihai Mircea Butcovan, l’Albanais Gëzim Hajdari, la Polonaise Barbara Serdakowski, les Bosniaques Božidar Stanišić et Spare Miro Stevanović, l’Autrichienne Barbara Pumhösel et le Hollandais Arnold de Vos). Bien qu’il soit difficile de repérer des caractéristiques poétiques communes sur la base de la provenance de chaque auteur, il nous paraît néanmoins possible de regrouper les ouvrages présentés autour de macro-régions géographiques d’origine de chaque poète. Nous sommes par exemple en mesure de retrouver des caractéristiques communes sur les plans formel et thématique dans un certain nombre de textes d’auteurs albanais ou brésiliens, d’Europe centrale ou bosniaques, argentins ou somalo-éthiopiens, irakiens ou sénégalais, tunisiens ou syriens.

17La biographie de chaque poète nous aide à compléter le profil du poète migrant résidant en Italie et s’exprimant en langue italienne. Il s’agit généralement d’hommes et de femmes de culture moyenne ou élevée et d’un âge compris entre trente et soixante ans. Ils ont souvent quitté leur patrie pour des raisons politiques et ils ont vécu dans plusieurs pays avant d’arriver en Italie, où beaucoup d’entre eux ont choisi de s’installer définitivement. Une bonne partie des poètes migrants résident actuellement en Italie en tant que réfugiés ou demandeurs d’asile ; d’autres ont quitté leur pays pour fuir les guerres ou les conflits ethniques ; quelques-uns sont arrivés dans notre pays car ils sont fils d’Italiens immigrés en Amérique du Sud ; d’autres, enfin, ont simplement suivi leur parcours professionnel.

18Partant du principe que chaque histoire représente un cas unique et répond à des exigences individuelles, nous pouvons affirmer que l’expérience de la migration constitue l’élément commun à toutes les poétiques présentés dans l’anthologie. Ces poètes utilisent tous l’italien comme langue d’élection ; ils possèdent une culture généralement élevée ; ils présentent un très bon niveau d’intégration et surtout ils expriment à travers leur écriture une identité composite apte à créer un dialogue entre langues, images, expériences, sensations et sentiments qui retrouvent dans l’expression poétique leur ‘forme-demeure’ provisoire.

19Au-delà des jugements de valeur simples et impressionnistes – qui ne produisent le plus souvent que des approximations – et compte tenu des expressions individuelles, des différents styles et poétiques, formes et thématiques, cette anthologie rassemble des textes présentant de façon claire un sentiment fort de dislocation et de dépossession. Cette poétique paradoxale de la ‘non-appartenance’ et de la ‘distance’ de tout centre s’exprime parfois par l’emploi de plusieurs langues à l’intérieur du même texte (plurilinguisme ou multilinguisme), comme dans certains poèmes de Barbara Serdakowski ou de Pap Khouma ; par l’emploi d’une parole poétique capable de créer des correspondances lexicales, sémantiques ou rythmiques cachées et fragilisées par le silence ; par la mise en place d’un rythme serré et raisonné prêt à révéler le mystère de la ‘diaspora’, comme dans les vers de Julio Monteiro Martins, ou par l’emploi d’un réseau de voix, de départs, de retours, de présences et d’absences physiques ou psychiques qui universalisent les espaces et subliment la mémoire (Ubax Cristina Alì Farah).

Les poètes ‘migrants’. Une lecture critique

  • 10  Gëzim Hajdari est né en 1957 à Lushnje (Albanie). Entre les années 80 et 90, il publie dans son pa (...)

20Gëzim Hajdari10 est sûrement l’un des poètes migrants d’expression italienne les plus connus et étudiés par la critique. En 1997, il remporte le Prix « Montale », obtient de nombreuses reconnaissances et est ensuite décoré du titre de citoyen honoraire de la ville de Frosinone. Son écriture poétique, s’appuyant sur le sentiment de la solitude pour exprimer la condition cathartique que le ‘migrant-hôte’ vit tout au long de son voyage, renvoie souvent aux éléments de la nature (les pierres, le ciel, la terre, le sable) et à l’univers animal. Ses poèmes créent un paysage extérieur et humain se présentant souvent dans une phase de désagrégation lente mais inexorable :

  • 11  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 89.

Anche nell’aldilà mi suonerà / la maledizione dell’alba : / « Non avrai mai fortuna / che tu possa morire come un cane ! » // Ricorderò con timore / il mio Dio crudele / la melograna spaccata / sotto la luna piena // l’anatra che si tuffava nel lago / i tori insanguinati / come un segno lugubre / il richiamo della volpe nel buio / Gli stornelli che scavavano nella roccia / come se fossero impazziti / le spine nere che cacciavo con l’ago / dai piedi di mia madre.11

21L’enveloppe des sentiments et de la mémoire est suspendue sur un pessimisme de fond qui est malgré tout capable de donner lieu à des élans lyriques soudains s’appuyant d’une part sur une ‘vision nocturne’ qui rappelle la poésie de Campana et d’autre part sur la dialectique entre les notions de visible et d’invisible qui accélèrent la perte irrémédiable de l’identité originaire. La vocation poétique semble ainsi subvenir à ce manque, à cette métamorphose :

  • 12  Ibidem, pp. 90-91.

Non credo più a niente ! / Mi senti, tu, terra mia incurvata ? // Ho paura della mia Ombra / e del tuo vuoto mondo // Io mi rivolgo a te / Ombra della mia ombra / e ti chiamo / come giudice dell’indomani // Spesso penso cose lugubri / per quelli che sono morti / e per gli altri che sono vivi / che ancora (come l’erba) conservano / l’equilibrio // Dico a me stesso : chissà quale sarà il destino / (in un tempo privo di destino) / di queste cose visibili !12

  • 13  La thématique du voyage représente un leitmotivdans l’écriture de Gëzim Hajdari. Cf. Ugo Fracassa, (...)

22Toutefois, le poète ne se livre jamais à cet état provisoire de perte. La poésie, à travers ses phases de départs et de retours innombrables, de flux et de reflux, d’apparitions et de disparitions, arrive toujours à s’imposer en tant que métaphore véritable du voyage13. Il s’agit d’une diaspora qui tend sans cesse à la définition consciente d’un ‘espace-demeure’ au sein duquel le poète peut se retrouver avec toutes ses expériences et ses changements :

  • 14  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 97.

Ogni giorno creo una nuova patria / in cui muoio e rinasco / una patria senza mappe né bandiere / celebrata dai tuoi occhi profondi / che mi inseguono per tutto il tempo / nel viaggio verso cieli fragili / in tutte le terre io dormo innamorato / in tutte le dimore mi sveglio bambino / la mia chiave può aprire ogni confine / e le porte di ogni prigione nera / ritorni e partenze eterne il mio essere / da fuoco a fuoco da acqua a acqua / l’inno delle mie patrie il canto del merlo / che io canto in ogni stagione di luna calante.14

  • 15  Barbara Serdakowski naît en Pologne et vit plusieurs années au Maroc et au Canada. En 1998, elle s (...)

23La poésie de Barbara Serdakowski15 est au contraire fortement liée à l’évocation et à toute une sémantique de l’image visuelle se manifestant à travers une écriture que l’on peut définir a atto unico. On relève la présence d’une voix monodique qui tend à tout moment à se décomposer. Chaque fragment de sens semble s’exprimer à l’aide d’un ensemble de ‘(re)-citations’ et d’auto-traductions dans les différentes langues qui définissent l’univers privé et existentiel de la poétesse. La parole, ne laissant la place à aucune réplique, à aucune réponse, à aucun commentaire, se détache soudainement d’un tourbillon sonore pour n’y revenir qu’après avoir exprimé un sens précis et essentiel. S’appuyant sur la technique de l’accumulation de mots et de sonorités et produisant une sémantique centrifuge, les poèmes de Serdakowski expriment de façon intense un sentiment de dépaysement à travers la création d’images oniriques chargées de synesthésies. Les notions de temps et d’espace se dilatent jusqu’à la dissolution la plus totale :

  • 16  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 179.

Si lancia nei raggi verdi, / uccello azzurro-pallido migratore // Hasta alcanzar las luces del huir / Fino a raggiungere le luci del fuggire // Como si en el mañana no se nidificarìan mas nunca los miedos olvidados. / Come se nel domani non si nidificassero mai più le paure dimenticate. // Verso un cammino improbabile / dietro vetri di buio colorati // Un retour réduit au silence / Un ritorno silenziato // Down to the flatness of absurdity / Che scende fino alla piattezza dell’assurdo // Contro la voragine della corrente vortice / Rialzabile, malleabile, / ma da altri.16

24La parole poétique émigre et passe d’une langue à l’autre mettant en évidence l’effort et le désir du poète d’habiter tous les recoins d’un temps et d’un espace qu’il veut désespérément nommer. Élaborant une identité multiple, l’interférence linguistique produit un système complexe d’appels et de rappels qui permettent à la parole – et au poète – de transférer le sens d’un lieu à l’autre à travers la constitution lente d’une identité individuelle et poétique réfractée, décomposée, recomposée et partagée, comme celle de l’écrivain migrant :

  • 17  Ibidem, pp. 182-183.

Quand le savoir se lie au devenir / Quando il sapere si lega al divenire // Quand les plans de vie s’effleurent / Quando i piani di vita si sfiorano // Quand les idées creusent des tranchées dans le corps de l’indifférence / Quando le idee scavano trincee nella corposità dell’indifferenza // Ya sabìa que no se puede regresar una vez que se parte / Già sapevo che non si può tornare indietro una volta che si parte // Y por eso, hasta solo por eso, eternamente escribo / […] / Scrivo in variopinte sfumature di suoni / con gesti convulsi ed inchiostro da sedimento / Scrivo sulle spalle desolate / Su nugoli di palpebre a tratti schiuse, // polpose […].17

  • 18  Pap Khouma vit à Milan depuis 1984. Il a été connu du grand public lors de la publication en 1990 (...)

25Dans le poème « Ballata assurda », Pap Khouma18 développe une poétique socialement et politiquement engagée. Dans ce texte, il trace le profil d’une Afrique bouleversée par la haine ethnique qui oppose les hommes noirs les uns aux autres dans un véritable génocide contemporain. À travers un répertoire lexical et une dictée poétique plutôt simples et directs, Khouma fait à la fois allusion au génocide ethnique qui secoue le Rouanda et à une Europe intolérante qui, par crainte des différences culturelles, finit par opposer l’homme blanc à l’homme noir et parfois l’homme blanc à l’homme blanc, en raison de préjugés n’ayant aucun fondement réel.

26Pap Khouma emploie un langage qui exprime les conséquences de la violence et dénonce l’attitude raciste qui empêche l’ouverture à l’autre et la compréhension de la différence. La versification brève et concise, la rapidité du rythme et la répétition de syntagmes, lemmes et expressions reproduisent sur le plan formel la vitesse qui caractérise le geste irrationnel de l’agresseur. Les différentes formes de racisme traversent non seulement l’Europe, mais le monde entier :

  • 19  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., pp. 101-103.

In Ruanda // Prendete / le vostre pietre, / le vostre frecce, i vostri vecchi fucili. / E presto, presto, / i vostri cavalli, / e spronateli / a sangue. Suonate / le vostre trombe, / eccitate e liberate le / vostre mute di cani assassini. / La caccia al negro è aperta. / […] / A Roma / Calza / i tuoi anfibi, infila / la tua redingote, in fretta / taglia i tuoi capelli, rasati, e / copriti la pelle di tatuaggi. // […] Cavalca la tua bella macchina / e presto, / presto guida a tutta / velocità come un dannato. / Brucia i semafori / clacsona ai quattro venti… / La caccia al negro è al culmine. / […] A Berlino // Indossa i tuoi anfibi, / la tua redingote, / la tua croce uncinata. / Gott ist mit euch. / Eccetera, eccetera… / Fai come a Roma. // Ma presto / perché ti stai perdendo il bello / della caccia al negro / pugnala alle spalle / e senza pietà / questo sporco negro d’italiano che puzza / troppo di maccheroni. / E non sta mai a casa sua. / […] Morte a tutti i negri della terra !19

27Pap Khouma, comme Barbara Serdakowski dans plusieurs de ses poèmes, utilise le plurilinguisme en tant que dispositif formel de ‘re-citation’ et de ‘tra-duction’. Dans la dernière partie du texte, le poète répète en français (l’une des deux langues officielles du Cameroun) un certain nombre de vers du poème. Cette ‘auto-traduction’ revêt une fonction très intéressante. Face à la dénonciation de tout particularisme – qui pousse au refus de la diversité – et à l’opposition irrémédiable entre les cultures, les systèmes de pensée et les idéologies, le poète migrant se sert de la ‘tra-duction’ dans le but d’universaliser l’indignation. Il se situe dans un ‘ailleurs’ qu’il veut réinventer à travers la rencontre-collision avec l’autre, l’autre-que-soi et, enfin, l’interférence permanente entre les cultures.

28Dans ce sens, l’écriture de la migration se présente une fois de plus comme une expression littéraire capable de favoriser l’élaboration d’une identité nouvelle se fondant sur la notion de la différence et sur un sentiment de dislocation géographique et mentale :

  • 20  Ibidem, pp. 104-105.

Uccidete, uccidete alle spalle. / Così giustizia è fatta. Dio grazie. // […] Prenez vos pierres, / vos arcs et vos fusils, et vite, / vite, sautez sur vos chevaux et fouettez-les / jusqu’au sang. / Sonnez vos trombes, excitez et liberez / votre meute de chiens tueurs... / La chasse au nègre est ouverte. / Chevauchez, criez, hurlez, / attaquez, massacrez derrière le dos / ce sale nègre qui a le tort de vous ressembler. / [...] Hurlez à plein poumons : « Mort au sale nègre ». / Applaudissez ! / Justice est faite.20

  • 21  Ubax Cristina Ali Farah est née à Vérone en 1973 ; son père est somalien et sa mère italienne. De (...)

29Sur les plans lexical, poétique et émotionnel, Ubax Cristina Ali Farah21 révèle elle aussi dans son écriture sa culture somalienne d’origine dans laquelle elle s’est formée. À travers son expérience vouée au dédoublement ab origine,cette jeune poétesse exprime un attachement à sa terre natale partagé entre un sentiment d’amour et une attitude critique dépourvue de toute concession.

  • 22  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso,cit., p. 27.

30Dans les textes d’Ubax Cristina Ali Farah, la mémoire agit en tant que dispositif capable de créer des images-flash issues de syntagmes rédigés en langue somalienne et se répétant comme dans une sorte de litanie sacrée. Dans le poème « Xawa Aden », elle écrit : « Xawa Adeney / Se fossi madre / Oh Xawa dolce / Come anfore colme di latte »22. Cette écriture poétique, révélant un intérêt prononcé pour la poésie populaire anonyme, s’exprime souvent à travers une dimension chorale parfois théâtralisée. Le vers tend à s’allonger tout en créant un mouvement permanent entre prose et poésie.

31Dans cette écriture chorale, anonyme, proche de l’oralité et animée d’une mémoire qui rend l’individu étranger à son propre vécu, les personnages évoqués, les paysages, les lieux semblent vivre et agir dans un ailleurs qui renvoie à la distance qui sépare la poétesse de ses deux cultures d’origine (l’italienne et la somalienne). Ce sentiment de ‘distance’ est un aspect significatif de la personnalité de la femme et de la poétesse ; toutefois, elle ne cesse de dialoguer avec les souvenirs et avec les images qui constituent son patrimoine culturel personnel ainsi que son vécu. Dans le poème « Strappo », nous lisons :

  • 23  Ibidem, pp. 30-31.

Nel gruppo di donne. / Sono di madre europea, / questo mi distingue. // Un’adolescente snodata. / Sulla sabbia, in mezzo alle coetanee, / cado giù in spaccata. / Attenta che ti strappi ! / Goccerai sangue. Ceeb. / […] Ci laviamo con le altre donne. / I miei figli sono i loro figli. / Voglio tenere insieme tutti i pezzi. / Indossare l’abito con le altre. / Senza di loro, vecchie ed adolescenti, / storpie e bellissime, bianche e nere, / io non esisto. / Sono una donna finché loro esistono.23

32Les sentiments de la différence et de la ‘non-appartenance’ cohabitent toujours avec la conscience d’avoir une seule histoire, une seule origine. Cette conscience vive de ‘venir de’ permet à Ubax Cristina Ali Farah de créer et de développer un nombre infini de passages et de ponts qui se brisent et se reconstituent en permanence et chaque fois comme si c’était la dernière. Pourtant, la mémoire est toujours prête à renouveler les souvenirs et les blessures d’où ces vers puisent la force nécessaire pour reconstituer avec fidélité, nostalgie et justesse les images d’un ‘passé présent’ quotidien ainsi que l’essence d’un vécu encore actuel :

  • 24  Ibidem, pp. 32-33.

Ti vedevo da lontano arrivare, / con grossi libri di scuola, / e correvo sempre gioiosa, / con mani sporche di terra. / “Sbrigati, forza a lavarti, / la zia presto verrà, / Ti ha detto cento e più volte / di non stare in mezzo ai monelli… / e poi con tutto quel fango… / non vedi la pancia… che gonfia, / avrai di certo dei vermi”. / […] E poi Nureddin tu partisti, / ripenso ai pianti, che strazio. / Ma nessuno mi disse che persino / non ti avrei rivisto mai più…24

33Se situant dans des espaces, des temps, des mémoires et des identités à la fois contigus et muables, la poésie italienne de la migration fait souvent recours au dispositif de la mémoire qui donne un sens et une perspective au passage, au changement, au voyage. Il s’agit, pour un certain nombre de ces poètes, d’un voyage qui permet d’être simultanément dans plusieurs espaces et dans plusieurs temps.

  • 25  Né à Ur, en Irak, Hasan Atiya al Nassar quitte son pays natal pour s’installer à Florence, où il p (...)
  • 26  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 38.
  • 27  Ibidem, p. 45.

34Le poète irakien Hasan Atiya al Nassar25, à travers la représentation soudaine d’espaces lointains, exprime une douleur qui semble édulcorée par une condition d’attente permanente : « Sono in attesa di un filo / vedo l’onda come un canto nel faro / l’onda che mi invade / perché il mio caffè è amaro come il vino »26. Et encore : « Ti dirà il Paese di essere vasto. / Ti diranno i Mari che non c’è varco che faciliti l’ingresso »27.

  • 28  Thea Laitef est né à Samare (Irak) en 1953 et est décédé à Rome en 1994. Après avoir travaillé pou (...)
  • 29  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 110.

35Pour l’autre poète irakien, Thea Laitef28, décédé à Rome à l’âge de quarante et un ans, le voyage est surtout une métaphore de la notion d’initiation et d’un parcours nouveau qui conduit rarement à une destination définitive. Le passage reste souvent inachevé puisque l’inachèvement reste la seule raison du voyage, comme nous le lisons dans le poème « Passeggiata » : « Ho una preghiera sulla strada / da percorrere / in una lunga serata, / la mia speranza è l’alba / dei nostri prossimi giorni. / Il mio passo è sviato dal temporale / nella sosta ho messo i finimenti ai cavalli / e d’un grido ho riempito la mia gola »29.

  • 30  Né au Cameroun en 1952, Ndjock Ngana Yogo Ndjock grandit dans une famille très modeste d’ethnie bà (...)

36La poésie engagée du camerounais Ndjock Ngana Yogo Ndjock30 – comme celle de Pap Khouma – fait également référence au voyage pour évoquer le passage d’une langue à l’autre, d’une identité mono-culturelle à une identité composite et complexe. Ce passage ne se réalise pas simplement ‘de / à’ mais, au contraire, il est vécu dans une sorte de polarisation des opposés (‘à / à’, ‘de / de’). Le passage, quoi qu’il en soit, ne se limite pas à indiquer une seule direction mais il est capable, à travers le dispositif de récupération et d’actualisation de la mémoire, de faire cohabiter les sentiments opposés au-delà d’une pure et simple synthèse :

  • 31  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso,cit., pp. 142-143.

Mio nonno disse : / “Nipote mio, / guarda il fiume, / sii come l’acqua : // unito e distinto, / immobile e corrente, / trasparente e coerente, / ma soprattutto tenace. / Il fiume è senza colpa”. // Mi disse : / “Non imitare il fiume / che ingoia i ruscelli / che lo fanno ingrassare ! // Nipote mio : / Sii quel fiume / che fa scorrere l’acqua / nei due sensi”.31

37Notre réflexion sur la poésie italienne de la migration ainsi que la lecture que nous avons proposé d’un certain nombre de textes qui paraissent dans l’anthologie établie par Mia Lecomte, n’ont aucune prétention d’exhaustivité puisque cette production littéraire est relativement récente et pose de nombreuses questions qui dépassent largement le domaine strictement littéraire.

38L’intérêt grandissant que la critique internationale porte aux auteurs migrants et à leur production littéraire en prose et en vers nous autorise à penser que d’autres perspectives exégétiques seront en mesure d’apporter des précisions en la matière grâce aux contributions et aux études non seulement des spécialistes en littérature mais également des comparatistes, des linguistes, des anthropologues et des sociologues. À l’état actuel des recherches, nous pouvons affirmer que les études sur l’écriture migrante révèlent à la fois la crise des principes identitaires élaborés à travers les siècles par la culture dominante européenne et contribuent à repenser dans une perspective multiculturelle et plurilinguistique les systèmes nationaux littéraires, politiques et sociaux qui devront s’ouvrir et répondre aux conditionnements et à l’impact des plus récentes vagues migratoires.

Haut de page

Bibliographie

- Albertazzi Silvia, Lo sguardo dell’altro. Le letterature postcoloniali, Roma, Carocci editore, 2000.
- Atiya al Nassar Hasan, Poesie dell’esilio,Firenze, D.E.A., 1991.
- Atiya al Nassar Hasan, Roghi sull’acqua babilonese,Firenze, D.E.A., 2003.
- BASILI, base de données sur la littérature italienne de la migration (http://www.disp.let.uniroma1.it).
- Djebar Assia, Queste voci che mi assediano, tr. it. par R. Salvadori, Milano, Il Saggiatore, 2004.
- “El Ghibli”,revue on line consacrée à la littérature italienne de la migration (www.el-ghibli.provincia.bologna.it).
- Fracassa Ugo, « Il Ponte di Qabé. Gli scritti di viaggio di Gëzim Hajdari », in Altri stranieri, Silvia Contarini (édit.), “Narrativa”, CRIX – Centre de Recherches Italiennes de l’Université de Paris 10, Presses Universitaires de Paris 10 – Publidix, n.s., n° 28, 2006, pp. 309-320.
- Glissant Édouard, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.
- Gnisci Armando, Creolizzare l’Europa. Letteratura e migrazione, Roma, Meltemi, 2003.
- Gnisci Armando, Moll Nora, Diaspore europee e lettere migranti, Roma, Edizioni Interculturali, 2002.
- Hajdari Gëzim, Antologia della pioggia, Sant’Arcangelo di Romagna, Fara,2000.
- Hajdari Gëzim, Erbamara, Sant’Arcangelo di Romagna, Fara,2001.
- Hajdari Gëzim, Stigmate-Vregë, Lecce, Besa, 2002.
- Hajdari Gëzim, Spine nere-Gjemba të zinj, Lecce, Besa, 2004.
- Hajdari Gëzim, Maldiluna-Dhimbjene, Lecce, Besa, 2005.
- Hajdari Gëzim, Poema dell’esilio-Poema emärginit, Sant’Ar-cangelo di Romagna, Fara,2005.
- Laitef Thea, Lontano da Baghdad,Roma, Sensibili alle foglie, 1994.
- Lecomte Mia (édit.), Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano, Firenze, Le Lettere, 2006.
- Ouvrage collectif, Impronte. Scritture dal mondo, Lecce, Besa, 2003.
- Wakkas Yousef, Terra mobile. Racconti, Isernia, Cosmo Iannone, 2004.
- Yogo Ndjock Ndjock Ngana, Il segreto della capanna, Roma, Lilith, 1998.
- Yogo Ndjock Ndjock Ngana, Ñhindô Nero,Roma, Anterem, 1994.

Haut de page

Notes

1  Édouard Glissant introduit la notion de ‘chaos-monde’. Il entend par là un mélange culturel qui, ne se limitant uniquementà l’idée de melting-pot,résume et réalise la complexité interculturelle d’un monde contemporain capable de changer en fonction des relations et des échanges entre les différentes cultures. À ce sujet, cf. Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996, pp. 65-sv.

2  Sur la question des ‘métissages culturels’, Silvia Albertazzi écrit : « Caratteristica fondamentale del meticciato delle culture è, al contrario, il contagio culturale, non più accumulo o collezione di nozioni disparate recuperate alla luce di una prospettiva (occidentale e eurocentrica) unificante, ma energia compartecipe e condivisa, come la stessa etimologia del termine (con + tangere = entrare in contatto) suggerisce. »,Silvia Albertazzi, Lo sguardo dell’altro. Le letterature postcoloniali, Roma, Carocci editore, 2000, p. 15.

3  Yousef Wakkas, écrivain syrien résidant en Italie, dans l’introduction d’un recueil de récits intitulé Terra mobile. Racconti, déclare de penser en arabe et d’écrire en italien. Ce processus lui impose d’opérer une sorte de traduction permanente entre les différentes cultures et langues qui constituent son histoire individuelle (Yousef Wakkas, Terra mobile. Racconti, Isernia, Cosmo Iannone, 2004). Assia Djebar, écrivaine d’origine algérienne, explique que le fait d’être entre deux langues implique la capacité de se situer dans l’espace nerveux et énervant, douloureux et mystérieux de chaque langue. Cf. Assia Djebar, Queste voci che mi assediano, tr. it. par R. Salvadori, Milano, Il Saggiatore, 2004, pp. 32-sv.

4  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano, Firenze, Le Lettere, 2006, p. 9.

5  Ibidem, p. 227.

6  Pour un approfondissement ultérieur de la notion de ‘littérature de la diaspora’, cf. Armando Gnisci, Nora Moll, Diaspore europee e lettere migranti, Roma, Edizioni Interculturali, 2002.

7  Quant aux rapports entre identité et écriture, nous renvoyons à : Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, cit.

8  Pour un approfondissement ultérieur des problématiques liées à la diffusion en Italie des premiers textes d’auteurs migrants, cf. Armando Gnisci, Creolizzare l’Europa. Letteratura e migrazione, Roma, Meltemi, 2003, pp. 73-129.

9  En Italie, les données bibliographiques à proposde la production littéraire des auteurs migrants sont rassemblées dans la base de données BASILI que l’on peut consulter sur le site du département des Lettres Modernes et du Spectacle de l’Université “La Sapienza” de Rome :

http://www.disp.let.uniroma1.it

10  Gëzim Hajdari est né en 1957 à Lushnje (Albanie). Entre les années 80 et 90, il publie dans son pays deux recueils qui ont été censurés. En 1992, il s’installe à Frosinone, où il réside actuellement. Parmi ses recueils publiés en Italie, citons : Antologia della pioggia (2000), Erbamara (2001), Stigmate-Vregë (2002), Spine nere-Gjemba të zinj (2004), Maldiluna-Dhimbjene (2005), Poema dell’esilio-Poema emärginit (2005).

11  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 89.

12  Ibidem, pp. 90-91.

13  La thématique du voyage représente un leitmotivdans l’écriture de Gëzim Hajdari. Cf. Ugo Fracassa, « Il Ponte di Qabé. Gli scritti di viaggio di Gëzim Hajdari », in Altri stranieri, Silvia Contarini (édit.), “Narrativa”, Presses Universitaires de Paris 10 – Publidix, n.s., n° 28, 2006, pp. 309-320.

14  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 97.

15  Barbara Serdakowski naît en Pologne et vit plusieurs années au Maroc et au Canada. En 1998, elle s’installe à Florence, où elle vit actuellement. Dans un premier temps, elle écrit uniquement en français, mais à partir de 1999 elle s’exprime aussi en italien. Un certain nombre de ses poèmes ont été publiés dans les anthologies : Kaboon (2002) et Impronte. Scritture dal mondo (2003).

16  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 179.

17  Ibidem, pp. 182-183.

18  Pap Khouma vit à Milan depuis 1984. Il a été connu du grand public lors de la publication en 1990 du roman Io, venditore di elefanti, rédigé en collaboration avec Oreste Pivetta pour la maison d’édition Garzanti de Milan. Il a travaillé comme journaliste auprès de différents journaux et quotidiens, entre autres, “L’Unità”, “Epoca” et “Sette”. Actuellement, il dirige la revue on-line “El Ghibli”consacrée à la littérature de la migration.

19  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., pp. 101-103.

20  Ibidem, pp. 104-105.

21  Ubax Cristina Ali Farah est née à Vérone en 1973 ; son père est somalien et sa mère italienne. De 1976 à 1991, elle vit à Mogadiscio. Après un court séjour en Hongrie, elle rentre à Vérone. Elle est rédactrice de la revue trimestrielle on line “El Ghibli” et de la revue “Caffè”. Elle a publié des contes et des poèmes dans les revues “Nuovi Argomenti”, “Quaderni del 900”, “Pagine”, “Sagaranaonline” et “El Ghibli”.

22  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso,cit., p. 27.

23  Ibidem, pp. 30-31.

24  Ibidem, pp. 32-33.

25  Né à Ur, en Irak, Hasan Atiya al Nassar quitte son pays natal pour s’installer à Florence, où il poursuit ses études en Histoire des pays islamiques. Il publie ses premiers ouvrages en prose et en vers à Bagdad en langue arabe. Il est rédacteur de la revue “Testimonianze” et de la revue spécialisée en poésie comparée “Semicerchio”. Ses textes en italien ont été publiés dans les revues “Eleusis”, “Varia”, “D.E.A.”, “Plurale” et “Pagine”. Il est aussi auteur de deux recueils poétiques rédigés en italien : Poesie dell’esilio (1991) et Roghi sull’acqua babilonese (2003).

26  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 38.

27  Ibidem, p. 45.

28  Thea Laitef est né à Samare (Irak) en 1953 et est décédé à Rome en 1994. Après avoir travaillé pour des journaux de l’opposition en Irak, il arrive en Italie en 1978 en tant que demandeur d’asile. De 1983 à 1987, il travaille à Rome comme correspondant du Koweït pour le quotidien “Al Watan”. Il traduit en arabe Il sogno di una cosa de Pier Paolo Pasolini, des textes d’Antonio Gramsci et des poèmes de Cesare Pavese. Il publie en italien le roman Lontano da Baghdad (Roma, Sensibili alle foglie, 1994). Un certain nombre de ses récits et de ses poèmes ont été publiés dans les revues “Versicolori”, “Tracce” et “Linea d’ombra”.

29  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso, cit., p. 110.

30  Né au Cameroun en 1952, Ndjock Ngana Yogo Ndjock grandit dans une famille très modeste d’ethnie bàsàa qui a été très impliquée dans la lutte pour l’indépendance du pays. En 1972, lorsqu’il fréquente l’université de Yaoundé, cet auteur commence à écrire des poèmes très engagés. Il vit à Rome depuis une vingtaine d’années, où il travaille dans le milieu culturel. Il a publié deux recueils en italien : Ñhindô Nero (Roma, Anterem, 1994) et Il segreto della capanna (Roma, Lilith, 1998).

31  Mia Lecomte (édit.), Ai confini del verso,cit., pp. 142-143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n° 13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Flaviano Pisanelli, « La frontière invisible : la poésie italienne de la migration entre diglossie et ‘dislocation’, identité(s) et dépossession », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2741 ; DOI : 10.4000/italies.2741

Haut de page

Auteur

Flaviano Pisanelli

Université Montpellier 3
Maître de Conférence à l’Université Montpellier 3. Il consacre son activité de recherche à la littérature italienne contemporaine, à la poésie italienne de la migration ainsi qu’à la traduction. Il a notamment travaillé sur l’œuvre littéraire et cinématographique de Pier Paolo Pasolini. Ses études ont paru dans différentes revues spécialisées en France et à l’étranger. Il a récemment publié le volume In poesis nomine. Onomastique et toponymie dans « Le Occasioni » d’Eugenio Montale et « Trasumanar e organizzar » de Pier Paolo Pasolini.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org