Navigation – Plan du site

La transmission des prénoms féminins dans une famille florentine du XIVe siècle, les Velluti

Colette Gros
p. 323-344

Résumé

Donato Velluti (1313-1370) compte parmi les chroniqueurs florentins qui ont inclus le plus de femmes dans leurs généalogies. Cet article analyse le mode de transmission des prénoms féminins au sein de la famille Velluti afin de déterminer s’il présente quelque similitude avec celui des prénoms masculins.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Florence

Chronologie :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  D. Velluti, La cronica domestica scritta fra il 1367 e il 1370, con le addizioni di Paolo Velluti (...)
  • 2  A propos de Donato Velluti, de sa famille et de sa chronique, voir : C.-M. de La Roncière, Une fam (...)
  • 3  A propos des marchands écrivains, voir : C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à (...)
  • 4  D. Velluti, op.cit., p. 3.

1En 1367, lorsque le juriste florentin Donato Velluti (1313-1370) commence à rédiger sa chronique1, il a cinquante-quatre ans. Même si la richesse l’a mis à l’abri des disettes qui se sont succédé pendant la première moitié du XIVe siècle, il a connu des périodes de peste et d’épidémies et vu mourir plusieurs membres de sa famille2 (treize de l’épidémie de 1340, cinquante-trois de la peste de 1348 et vingt-cinq de celle de 1363) parmi lesquels Filippo, son frère aîné, et Niccolò, son deuxième fils âgé seulement de quatre ans. Il a aussi assisté au bannissement de nombreux Florentins et à l’écroulement de fortunes qu’on croyait solides. Ces événements tragiques l’incitent3 à écrire afin de sauver de l’oubli quelques fragments du passé et éviter à ses descendants « molti danni e molti errori »4.

  • 5  Cf. C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine in La famiglia e le donne nel Rinascimento a Firen (...)
  • 6  A propos des changements d’identité des magnats voir : C. Klapisch-Zuber, Ruptures de parenté et c (...)

2Dans ses mémoires qu’il intitule Cronica domestica, Donato Velluti reconstruit systématiquement les liens de filiation ou de parenté acquise entre les personnes qu’il considère comme ses ancêtres et rédige une généalogie de cent soixante-treize pages où plusieurs centaines de personnages, hommes et femmes, sont présents sur huit générations. Tous les rédacteurs de « libri di famiglia » ne sont pas aussi méthodiques. Les recherches sont complexes, à cause des changements de nom auxquels procèdent certaines branches familiales pour se séparer d’un lignage de Magnats. Lapo da Castiglionchio5, par exemple, considère que sa famille fait partie du lignage des Da Cuona guelfe et « popolano » et pas de celui des Da Volognano, gibelins et magnats. En effet, depuis 1286, les Magnats sont frappés par une série de lois qui les rend solidaires d’un parent délinquant. En 1293, l’aire de coresponsabilité entre consanguins est élargie du premier au troisième degré de parenté et, en mai 1349, elle s’étend même au sixième degré, pour revenir au troisième degré en 1351. Elle restera fixée à ce niveau jusqu’en 13786.

  • 7  C. M. de La Roncière, Une famille florentine au XIVe siècle : les Vel-luti, cit., p. 232.
  • 8  Ibidem, p. 234.

3Donato Velluti compte parmi les chroniqueurs qui ont inclus le plus de femmes dans leurs généalogies (trente-trois pour cent). Cette nombreuse présence féminine s’explique par la politique familiale des Velluti qui consiste à sélectionner les partis les plus avantageux et à bâtir leur puissance économique et politique sur des alliances matrimoniales. En cinq générations, ils ont réussi à s’apparenter aux lignages les plus anciens (Mannelli, Pulci, Petriboni, Bondelmonti, Lucardesi, Belforti et Rossi) puis à l’aristocratie de l’argent et du pouvoir (Bagnesi, Antinori, Covoni, Ferrucci, Frescobaldi...)7. Aussi, trois fois sur quatre, les personnages cités par la chronique ne sont pas des Velluti et soixante-quatre pour cent d’entre eux sont exclusivement insérés dans les lignages alliés. Donato s’attarde en particulier sur cinq de ces lignages les Antinori et les Mannelli apparentés à des cousins issus de germains, et surtout les familles de sa grand-mère paternelle (les Belfradelli, cent trente-cinq personnes), de sa mère (les Ferrucci, quatre-vingt-deux personnes) et de sa femme (Covoni et Cerchi, soixante-huit personnes). Donato est à la fois sensible à la notoriété et à la richesse de ces familles. Les développements qu’il consacre à ces lignages féminins révèlent le poids social et sentimental de la parenté féminine proche pour un homme de sa classe et de sa génération8.

  • 9  Au sujet de la transmission des prénoms dans les familles florentines voir : D. Herlihy, Tuscan Na (...)
  • 10  Liber focorum districtus Pistorii (a. 1226), Liber finium districtus Pistorii a cura di E. Santoli (...)
  • 11  Les noms de femmes ne représentent que 11 % du total des noms cités dans le Catasto (1 810 noms su (...)

4Donato connaît cent quarante-trois des cent soixante-quinze femmes qui peuplent son récit par leur prénom et c’est à ces prénoms9 que nous nous intéresserons en particulier, car si les documents toscans et florentins qui décrivent des généalogies masculines ou qui contiennent un grand nombre de prénoms masculins comme le Liber focorum districtus Pistorii (a. 1226), le Liber finium districtus Pistorii (a. 1255), le Libro di Montaperti,le Catasto de 1427-1430ou les registres des Arti10 sont nombreux, les documents où les femmes sont aussi bien représentées et surtout, ceux qui en reconstituent la généalogie, ne serait-ce qu’en partie, sont plus rares11.

5Après une présentation des caractères généraux de l’œuvre de Donato Velluti, nous établirons une série de remarques sur les prénoms eux-mêmes puis sur leur mode de transmission.

  • 12  « Non è molto tempo, de’ nostri passati trovarono alcuni abitanti ivi presso, i quali portavano no (...)
  • 13  Sur les armoiries à Florence au XIVe siècle, voir : M. Pastoureau, Stratégies héraldiques et chang (...)

6Aucune des généalogies que les Florentins sont en mesure de reconstituer ne s’étend au delà de la quatrième ou la cinquième génération. Donato ne sait rien de son quadriaïeul Berto ni de son trisaïeul Piero di Berto, il ne connaît que le nom des quatre fils de ce dernier dont descendent tous les Velluti qu’il énumère. Cela n’a guère d'importance, car les personnages et les événements de ce lointain passé sont avant tout emblématiques d’une continuité advenue après la rupture qui a marqué la naissance du lignage. Ils confèrent un sens aux signes de l’identité familiale collective : nom, armoiries, terres et demeures. Le recours au témoignage des plus âgés permet de définir l’origine exacte du nom et le moment où il s’est fixé. Ainsi, Donato pense que sa famille est originaire de Semifonte, bourgade détruite par Florence en 1202. C’est ce que son père et d’autres anciens12 lui ont raconté, et là-bas, se trouvent encore des familles possédant des armoiries semblables aux siennes13.

  • 14  D. Velluti, op. cit., pp. 5-6.
  • 15  C. Klapisch-Zuber, L’invenzione del passato familiare, in La famiglia e le donne nel Rinascimento (...)

7La naissance de son lignage se situe au moment où Donato, Bonaccorso, Cristiano et Iacopo, les quatre fils de Piero di Berto font le bon choix politique en quittant Semifonte pour s’installer à Florence « ... Insieme stavano e loro era il torrione ch’è nella via dal canto de’ quattro Paoni, la seconda casa da mano ritta andando in piazza a casa Guicciardini »14. A l’intérieur d’un dispositif qui vise à établir l’ancienneté et la position sociale du groupe, ces demeures, construites ou achetées par les ancêtres qui sont venus habiter en ville assument, remarque Christiane Klapisch-Zuber15, la même fonction symbolique que les armoiries ou le nom de la famille.

  • 16  « Trovai per udita di mio padre e d’altri più antichi di me » (D. Velluti, op. cit., p. 4).
  • 17  « Quello che io ho trovato per carta di miei passati », Ibidem, p. 5.
  • 18  Voir à ce propos : C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine, in La famiglia e le donne nel Rina (...)

8En deçà de ce passé difficilement reconstructible, il existe une période de cent à cent cinquante ans que Donato peut aisément reconstituer. Il dispose pour cela du témoignage des membres les plus anciens de sa famille16 mais aussi des livres dont il a hérité, son frère aîné Filippo étant mort sans descendance en 1348 et son autre frère Lottieri, religieux de l’ordre de Saint-Augustin, en mars 1367. Il peut également consulter les nombreux actes déposés chez le notaire de la famille17. De même va-t-il interroger les archives publiques pour définir au mieux les charges qu’ont exercées ses ancêtres (après Mico di Donato, en 1282, et jusqu’en 1377, six membres du lignage de Donato, un ou deux par génération, ont été prieurs) et décrire avec beaucoup de soin sa carrière : sa première charge de juge à Colle en 1338-39, ses fonctions pendant et après la seigneurie du Duc d’Athènes, ses diverses ambassades à Sienne, Arezzo, Pérouse, auprès des Pepoli de Bologne et de Mastino della Scala, à Pise, à San Miniato... Cent trente-deux pages qui permettront à ses descendants d’obtenir plus facilement une charge publique18.

9Malgré toutes ces informations, la généalogie que nous présente Donato n’est pas complète, car il “oublie” une grande majorité des enfants naturels ou n’évoque qu’en partie leur descendance (il omet la descendance des enfants naturels de Donato di Mico, nés en France).

10S’il explique longuement les raisons de la brouille qui le sépare de ses cousins, il les raye ensuite pour toujours de sa mémoire : lorsqu’en 1210, Velluto di Cristiano est blessé mortellement en tentant de défendre l’un de ses parents, Lorenzo di Dietaiuti, il est reconduit chez lui et

  • 19  D. Velluti, op.cit., pp.63-66.

e’ nostri consorti, Lapo, Lorenzo e gli altri, gli feciono fare testamento. E appartenendo tanto a noi del lato di qua quanto a loro, e dovendo noi ragionevolmente rimanere erede com’eglino, e’ si feciono fare erede, e noi trattare come bastardi. Di che essendo eglino ripresi, non feciono rimutarlo : onde Gherardo mio zio [...] Andò al detto Velluto, essendo ancora vivo, e dolsesi colui di ciò ; e non rimutando, in presenza di chi v’era gli disse : « come tu tratti noi alla vita così tratteremo noi la memoria tua dopo la morte ». La notte e’ passò di questa vita. E ’l detto Gherardo, né le nostre donne, a suo corpo o sepoltura fu.19

  • 20  Ibidem, p. 70.
  • 21  Cf. supra, n. 4.

11Dans la suite de la chronique, Donato ne mentionne plus du tout le nom de Lorenzo, ne cite Lapo que lorsqu’il meurt, victime de la peste, et, à propos de Velluto, il conclut « E questo basti del Velluto ; che avesse piaciuto a Dio non fosse nato, per bene e onore di noi »20. D’autres parents sont oubliés parce qu’ils n’habitent pas Florence, ceux restés à Semifonte par exemple21.

  • 22  C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine cit., p. 52.
  • 23  C. M. de La Roncière, Une famille florentine au XIVe siècle,cit., p. 228.
  • 24  Cf. C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine, cit., pp. 51-55.

12Une partie de la descendance par les femmes est également exclue de la Cronica domestica. Le groupe de parenté que l’on peut reconnaître à partir de la plupart des généalogies florentines, n’inclut pas ou inclut de façon épisodique, les individus de sexe féminin nés à l’intérieur du lignage et exclut les personnes des deux sexes qui ont pour mère une femme née de ce lignage. Cette caractéristique met en lumière leur fonction première : désigner les héritiers mâles capables de transmettre à leurs propres fils ou, s’ils n’ont pas de descendance, de restituer à leurs agnats, la part des biens à laquelle ils ont droit par leur naissance22. Les liens familiaux qui semblent contraires au but poursuivi sont oubliés, l’auteur » filtre, choisit, amplifie et, dans ce qu’il présente, met l’accent sur les éléments à ses yeux essentiels »23. Ceci est encore plus vrai lorsqu’il s’agit de parents éloignés dans le temps24. Les trois quarts des recensements que les Florentins font de leurs prédécesseurs, ne s’intéressent qu’aux ancêtres et aux parents masculins : Donato ne connaît pas le nom de sa bisaïeule, l’épouse de Bonaccorso ni celui des épouses des cousins germains de son grand-père :

  • 25  D. Velluti, op.cit., p.7.

Il detto Donato ebbe cinque figliuoli... Chi fosse la moglie, non truovo né udì dire : credo fosse serocchia o zia di Cino di ser Dietisalvi Bonamichi [...] Bonaccorso, che fu alcuno tempo chiamato Corso, da cui il nostro lato discese, non truovo ch’avesse altro che uno figliuolo, il quale alcuno tempo fu chiamato Lippo ; e chi fosse la moglie, non so nè nol truovo. Cristiano ebbe uno figliuolo, il quale ebbe nome Velluto ; e chi fosse la moglie del detto Cristiano, nol truovo nè non so.25

13Les sœurs et les filles, lorsqu’elles sortent de la famille, sont aussi oubliées : Donato ne sait plus si Orrabile est une sœur de son père Lamberto ou de son grand-père Filippo :

  • 26  Ibidem, p. 75.

Il detto Bonaccorso ebbe moglie ; chi fosse, non so : della quale ebbe uno figliuolo maschio, ch’ebbe nome Filippo ; e una femmina, ch’ebbe nome monna Orrabile, o vero che fu figliuola del detto Filippo, e fu moglie di Neri Mantellini26.

  • 27  Ibidem, p. 31.
  • 28  Ibidem, pp. 50-51.
  • 29  Ibidem, p. 59.
  • 30  Ibidem, p. 97.
  • 31  D. Velluti, op.cit., p. 102
  • 32  Ibidem, p. 39.
  • 33  Ibidem, p. 47.
  • 34  Ibidem, p. 55.
  • 35  Ibidem, p. 126.
  • 36  Ibidem, p. 95.
  • 37  Ibidem, p. 119.
  • 38  Ibidem, p. 48.
  • 39  Ibidem, p. 125.
  • 40  Ibidem, p. 47.
  • 41  Ibidem, p. 83.
  • 42  Ibidem, p. 85.

14Si les hommes sont présentés dans la chronique avec un souci plus grand d’observation et de personnalisation, le mémorialiste est sensible aux qualités des femmes : leur bonté (« Questa monna Diana fu una bonissima donna »27, « La Piccarda [...] É stata ed è buona, savia e discreta »28, « La detta monna Cionella fu cara e buona donna, e assai della persona bella e dicevole »29), leur jugement, leur probité, leur droiture (« La Veronica [...] fu bella e buona figliuola e savia »30) et leurs qualités ménagères (« Monna Simona [...] fu grande massaia »31). Il ne néglige pas non plus leur description physique : beauté (« Monna Filippa figliuola di Vanni Antinori, la quale fu grande e bella donna »32, « Monna Bartolommea fu bella e orrevole donna »33), taille et corpulence (« Monna Dianora fu piccola donna e non bella »34, « Monna Lisetta... fu piccola della persona »35, « La Giovanna... fu ed è assai grande della persona, molto piena di carne »36), fraîcheur (« Monna Giovanna [...] fu savia e bella donna, molto fresca e vermiglia nel viso, e assai grande della persona »37) ni leurs défauts physiques ou moraux (« La Cecca fu bella giovane, sentì del guercio », « Monna Biatrice [...] fu bella giovane, ma butterata nel viso »38, « La Filippa [...] avea l’una gamba un poco minore, che l’altra »39, « La Salvaggia [...] ebbe una bonissima lingua come mai vedessi a fanciulla ; maliziosa e intendente »40, « Monna Salvaggia [...] fu rea donna »41, « Monna Gilia [...] era ed è molto astuta e rea »42).

15Quarante-cinq prénoms différents désignent les cent quarante-trois femmes citées par Donato. Certains sont portés par plusieurs d’entre elles : dix s’appellent Giovanna, sept Francesca, sept Margherita, six Tessa et une Tessina, cinq Caterina, cinq Filippa, cinq Iacopa, cinq Salvaggia, quatre Ginevra, quatre Lisa et une Li-setta, trois Agostanza, trois Bartolommea, trois Guerriera, trois Niccolosa, trois Sandra, deux Agnola, deux Bartola, deux Bice et une Beatrice, deux Bilia, deux Cecca, deux Contessa, deux Diana, deux Feca, deux Gemma, deux Ghilla, deux Lapa, deux Pasqua, deux Piera et deux Salvestra. Certains prénoms ne sont cités qu’une fois : Altezza, Andrea, Anna, Antonia, Bruna, Cicilia, Cilia, Cionella, Dianora, Duccia, Fia, Gherardina, Ghinga, Gilia, Gismonda, Guiduccia, Impera, Isabetta, Lena, Lippa, Maddalena, Maffia, Maria, Nera, Orrabile, Pera, Piccarda, Riccia, Rossa, Saracina, Scotta, Simona, Tegghia, Tice, Tommasa, Veronica.

  • 43  D. Herlihy, op.cit., pp. 333-334.

16La variété des prénoms diminue avec le temps. David Herlihy a constaté le même phénomène en étudiant le nécrologe de Santa Maria Novella : les deux cent quarante-quatre femmes inhumées avant 1348 portent cent vingt-trois noms différents (deux femmes par nom) et les cinq cent quatre-vingt-neuf femmes inhumées après 1348 seulement cent quatre-vingt-sept soit 3,1 femmes par nom)43.

  • 44  « Respondeo dicendum quod nomina debent proprietatibus rerum respon-dere. Et hoc patet in nominibu (...)
  • 45  « Hoc siquidem solummodo vere nominatur cuius natura vere per nomen exprimitur; unde, Gen. 2, 20, (...)
  • 46  « Nomina enim imponuntur rebus secundum proprietatem earum. » Summa theologica, III. 37. 2, in Ope (...)
  • 47  « Nomina autem singularium hominum semper imponantur ab aliqua proprietate eius cui nomen imponitu (...)

17Le choix des noms a également varié et les théologiens du Moyen Âge en étudiant leur signification ont influencé cette évolution. Selon Thomas d’Aquin, les noms doivent répondre aux propriétés des choses44, Bernardin de Sienne ajoute qu’une chose n’est bien nommée que si sa nature est exprimée à travers son nom45. Pour tous les deux, la nécessaire correspondance entre le signifiant et l’objet46 s’étend également aux noms de personnes : les noms des hommes, dit Saint Thomas sont toujours imposés par une caractéristique de la personne à laquelle le nom est donné47. Les prénoms les plus anciens rencontrés dans la chronique suivent ces préceptes d’où leur grande variété.

  • 48  Parmi ces prénoms, D. Herlihy a relevé : Gennaio, Maggio, Vendemmia, Bonasera. D. Herlihy, op.cit. (...)

18La première des caractéristiques citées par Saint Thomas est le moment de la naissance, le jour, le mois, ou la période, comme pour le prénom Pasqua48.

  • 49  « Vel etiam ex aliqua qualitate eius cui nomen imponitur. » Summa theologica, III. 37. 2, in Opera (...)

19Le nom peut aussi être imposé par une qualité de celui ou de celle à qui il est donné49 c’est-à-dire une caractéristique physique ou morale de l’individu comme dans le cas de Bruna, Nera, Orrabile, Riccia, Rossa, Salvaggia ou Guerriera. Certaines femmes portent le nom d’un objet précieux comme Gemma ; d’autres noms mettent en valeur une position sociale comme Altezza, Contessa (Tessa) ou Impera.

20Plusieurs femmes ont des prénoms qui se réfèrent à des contrées lointaines comme Saracina, Piccarda, Cicilia ou Scotta. Ces prénoms n’indiquent pas nécessairement le lieu de la naissance de l’enfant mais, le plus souvent, ils sont donnés lorsque le père est en train d’effectuer un voyage dans le pays qu’ils évoquent ou au moment où il en revient.

  • 50  Au XVe siècle encore, Antoninus archevêque de Florence exhortait ainsi ses fidèles : « Ad hoc tame (...)

21Quelques prénoms sont encore d’origine païenne (Diana, Ginevra, Pera...). Les femmes qui appartiennent à des générations précédant celle de Donato se nomment aussi parfois Cecca, Lapa, Lippa, Maffea, Minga, Tita ou Bartola, anciennes formes toscanes ou diminutifs de Francesca, Iacopa, Filippa, Mattea, Domenica, Margherita et Bartolommea, qui les remplaceront peu à peu sous la pression de l’Église50.

  • 51  « Vel a tempore, sicut imponuntur nomina aliquorum Sanctorum his qui in eorum festis nascuntur. », (...)
  • 52  Sur la christianisation progressive des prénoms en Toscane au XIVe siècle, voir C. M de La Roncièr (...)

22Fréquemment, les noms de certains saints sont donnés à ceux qui naissent le jour de leur fête51. Au XIVème siècle, toutes les autres catégories de prénoms vont disparaître, remplacées par les prénoms d’origine chrétienne. Seuls les prénoms de saints sont d’abord employés pour les hommes comme pour les femmes. Dans la Cronica domestica, beaucoup de prénoms sont des noms de saints féminisés : Agostanza, Antonia, Bartolommea, Francesca, Filippa, Gherardina, Giovanna, Guiduccia, Iacopa, Niccolosa, Piera, Simona, Tommasa et Agnola. Les noms de saintes sont très peu utilisés et notamment pas ceux qui sont liés à l’entourage du Christ : on ne rencontre qu’une seule Maddalena, une seule Anna, une seule Veronica et une seule Maria. Seuls, Caterina et Margherita sont des prénoms bien représentés52.

  • 53  D. Velluti, op.cit., p. 141.
  • 54  Ibidem, pp. 25-26.

23Nous ne pouvons pas savoir avec certitude si ces prénoms ont été donnés à celles qui naissaient le jour de la fête de leur saint(e) patron(ne) car, contrairement à d’autres auteurs de « libri di famiglia », Donato Velluti ne précise que rarement ce qui a motivé le choix du prénom des hommes et des femmes dont il parle. Il ne le fait qu’à propos de deux de ses frères : « Romolo [...] nacque a dì 6 di luglio 1317, il dì di Santo Romolo [...] Filippo, nacque il dì di Nostra Donna 1306 : fugli posto nome Filippo per Filippo nostro avolo »53 et quelques autres personnes, toujours des hommes : « [...] E diciamo e scriviamo di Mico. Il quale anche truovo scritto Bonamico, e credo ebbe nome per ser Bonamico, padre (del padre) del detto Cino, e suo avolo come ebbe nome Bonamico di Giovanni Iacobi, figliuolo di monna Duccia figliuola del detto ser Bonamico ; e così credo che per lui ebbe nome Mico del Cappone »54. Le choix d’un prénom chrétien peut être également motivé par une vénération particulière de la famille pour un saint, sans rapport direct avec le jour de naissance de l’enfant.

  • 55  D. Herlihy, op.cit., p. 346-347.

24Ces prénoms d’origine religieuse dénotent généralement chez les parents, la volonté de placer le nouveau-né sous une protection spirituelle. D. Herlihy remarque qu’à la suite des nombreuses pestes et épidémies, plusieurs saints gagnent au XIVème siècle une réputation de protecteurs : Antonio, Cosimo (qui était médecin), Giovanni (protecteur de Florence), Iacopo (protecteur de Pistoia), les saints martyrs comme Sebastiano qui représentent une victoire sur la douleur, Rocco que l’on invoquait pour se protéger de la peste et enfin les saints “de proximité” comme Francesco et Caterina55.

  • 56  Summa theologica, III. 37. 2, in Opera Omnia, 11, Rome, 1903, p. 377 : « Vel a cognatione: sicut c (...)
  • 57  Sur les 3344 florentins inscrits dans le registre de l’Arte della seta entre 1125 et 1432, seuleme (...)

25Enfin, le nom peut être imposé par la cognatio, lorsqu’on donne à un enfant le nom de son père ou de quelqu’un de son lignage56. En Toscane, il est très rare qu’un enfant porte le nom d’une personne vivante57, le nom sert, en quelque sorte, à recréer la personne défunte, à “rifarla” comme disent les Florentins, et nous allons examiner maintenant comment se sont transmis les prénoms féminins au sein de la famille Velluti et de ses proches.

  • 58  A propos du prénom masculin Bartolo, D. Herlihy remarque (op. cit., p. 350) qu’il était très fréqu (...)

26Si nous considérons les familles auxquelles les femmes appartiennent, nous voyons que deux Cecca et deux Salvaggia appartiennent à la famille Velluti, deux Giovanna à la famille Ferrucci, deux Francesca, une Bartola et une Bartolommea58 à la famille Covoni, deux Margherita et deux Ginevra à la famille Frescobaldi.

27A la lecture de la Cronica domestica, nous apprenons aussi qu’il existe un lien de parenté entre Bartola Cerchi et Bartola Covoni, Caterina Antinori et Caterina Covoni, Filippa Baddini et Filippa Ferrucci, Giovanna Covoni et Giovanna Velluti, Giovanna Frescobaldi et une Giovanna dont Donato ignore le nom de famille, Giovanna da Signa et Giovanna Oricellai, Giovanna di Micuccio Lucardesi et Giovanna Velluti, Giovanna Ferrucci et Giovanna Velluti, Guerriera Rossi et Guerriera Manetti, Iacopa Guadagni et une Iacopa dont Donato a oublié le patronyme, Lippa Boverelli et Filippa Baddini, Lippa Boverelli et Filippa Ferrucci, Minga Frescobaldi et Minga Cavicciuli, Niccolosa Covoni et Niccolosa Mazzetti, Pasqua Ferrucci et Pasqua Manetti, Salvaggia Ferrucci et Salvaggia Manetti, Salvaggia di Micuccio Lucardesi et les deux Salvaggia Velluti, Salvestra Perini et Salvestra fille d’un Tommaso dont Velluti ignore le patronyme mais il se souvient que sa famille habite dans le quartier du Ponte alla Carraia et enfin entre Tessa Belfradelli et Tessa Velluti.

28Au total, cinquante-trois femmes de la Cronica Domestica partagent leur prénom avec un membre féminin de leur famille soit plus de la moitié des femmes possédant un prénom présent à plusieurs reprises.Quels sont les liens de parenté qui unissent ces femmes ?

  • 59  D. Velluti, op.cit., p. 297.

29Donato n’indique qu’une fois les raisons qui motivent le choix du prénom : à la naissance de Bartola Covoni, « la quale ebbe nome Bartola per la madre che morì nel parto di lei »59. Il s’agit de Bartola Cerchi, épouse de Covone de’ Covoni, et la mort de la mère a autorisé l’attribution de son prénom. En ce qui concerne les autres femmes, il faut en reconstituer la généalogie, dans la mesure où les indications fournies par Donato nous le permettent.

30Parmi les femmes qui portent le même patronyme, quatre ont le même prénom qu’une de leurs tantes paternelles : Bartolommea Covoni est la nièce de Bartola Covoni, la fille de son frère Tommaso et nous savons que ce prénom est celui de leur mère Bartola Cerchi.

  • 60  Ibidem, p. 86, 92.

31Chez les Frescobaldi, Taddeo di Lambertuccio appelle sa fille aînée Margherita. Son fils Niccolò, le seul de ses trois fils qui ait une descendance, fait de même60.

  • 61  Ibidem, pp. 112-140.

32Chez les Ferrucci, Piccio di Filippo appelle sa deuxième fille Giovanna et son fils aîné Bindo di Piccio nomme à son tour l’une de ses filles Giovanna61. Les prénoms féminins qui sont des noms de saints féminisés posent problème car ils peuvent avoir été attribués en souvenir d’un membre masculin de la famille. Dans la généalogie des Ferrucci, telle que nous la décrit Donato Velluti, il n’y a pas d’équivalent masculin de Giovanna et le nom de la première épouse de Piccio, la mère de Bindo, nous est inconnu. Nous pouvons toutefois remarquer que Giovanna est le dernier enfant de cette femme, Piccio se remarie ensuite avec une femme de la famille Manieri (ou Amieri) dont il aura une autre fille, Sandra. Peut-être, comme dans le cas de Bartola Covoni, Piccio a-t-il donné à son enfant le prénom de son épouse morte en couches et Bindo a-t-il voulu que sa fille ait le prénom de sa mère ? Le prénom Giovanna n’apparaît pas dans la branche de Tuccio, le frère de Piccio, où pourtant les filles sont très nombreuses ; il semble n’appartenir qu’à la branche de Piccio et sous sa forme féminine.

  • 62  D. Velluti, op. cit., p. 40, 47, 51 et 54.

33Enfin, chez les Velluti, Gherardino di Donato appelle sa seule fille Salvaggia et son fils, Matteo, nomme ainsi la dernière de ses cinq filles62 soit, à cause de sa sœur qui s’est alliée à une famille importante – celle de Zanobi dello Scelto di Piazza, mais il faudrait déjà qu’elle soit décédée à la naissance de l’enfant – soit parce que le prénom était déjà dans sa famille paternelle. Nous ne connaissons pas le prénom de la mère de Gherardino : Donato dit simplement qu’il s’agit d’une sœur ou d’une tante de Dietisalvi Bonamichi, famille qu’il est fier de compter dans sa parenté. Il est possible que Gherardino et, après lui, son fils, aient voulu rendre hommage à cette femme qui était leur mère et aïeule et rappeler leur parenté avec la famille Bonamichi.

  • 63  Ibidem, p. 293.
  • 64  Ibidem, p. 299.

34Deux femmes de la Cronica partagent leur prénom avec une cousine de leur père : des deux Francesca Covoni, la première par ordre chronologique63, est la fille de Bettino Covoni, frère de Covone Covoni, et la seconde64 est la fille du deuxième fils de Covone, Bernardo. D’où vient ce prénom ? Appartient-il déjà au patrimoine familial ? Nous ignorons le prénom de la mère de Bettino et Covone et Francesca est le prénom féminisé d’un saint : il peut avoir été donné aussi bien en souvenir d’un homme que d’une femme.

  • 65  Dans l’échantillonnage qu’elle a étudié, C. Klapisch-Zuber évalue à un tiers le nombre de filles p (...)

35Bernardo a eu un garçon nommé Francesco avant la naissance de Francesca mais nous ne connaissons que les prénoms de ces deux enfants et nous ne pouvons pas savoir si la petite fille a été baptisée ainsi à la suite du décès de son frère65.

  • 66  D. Velluti, op.cit., pp. 99-100.

36Chez les Frescobaldi, un oncle (Tommaso di Giovanni Chiocciola) et son neveu (Andrea di Berto di Giovanni Chiocciola) donnent le même prénom à leur fille : Ginevera66. Donato ne connaît pas les prénoms des femmes des générations précédentes de Frescobaldi ce qui ne nous permet pas de savoir d’où vient ce prénom.

  • 67  D. Velluti, op.cit., p. 40, 47 et 62.

37Quant aux deux Cecca Velluti67, la première est une cousine du grand-père de la seconde. La première est la fille de Cristiano, et la seconde est la fille de Matteo, l’un des petits fils d’un frère de Cristiano. Si nous regardons attentivement la généalogie des Velluti, nous remarquons que Cecca est la quatrième fille de Matteo, qu’il y a peu de femmes dans les générations précédentes de Velluti et que la plupart sont encore vivantes : s’il veut donner à sa fille un prénom féminin appartenant à la famille Velluti, Matteo ne peut choisir que Cecca ou Orrabile.

  • 68  Ceci est confirmé par d’autres généalogies examinées par C. Klapisch-Zuber, op.cit., pp. 77-79.

38Ces quelques cas montrent que, souvent, un père et l’un de ses fils ou un oncle et l’un de ses neveux – c’est-à-dire des hommes issus de la même branche familiale – donnent à leur fille le même prénom. Il n’est pas toujours facile, en examinant seulement le cas des femmes qui portent le même patronyme, de déterminer d’où provient ce prénom. Seule la mort en couches de la mère de l’enfant a pu bouleverser la règle de transmission68 et faire adopter immédiatement un prénom étranger à la famille paternelle.

39Les femmes qui sont parentes tout en ayant un patronyme différent, c’est-à-dire qui sont nées dans des familles différentes – Donato ne désigne jamais les femmes mariées autrement que sous leur nom de jeune fille – sont nombreuses.

  • 69  D. Velluti, op.cit., p. 125 et 129.
  • 70  Ibidem, p. 123.

40Huit femmes portent le nom de leur grand-mère paternelle : Bartolommea Covoni est la petite-fille de Bartola Cerchi. Filippa Baddini et Filippa Ferrucci69 sont respectivement les filles de Giovanna Ferrucci, épouse de Iacopo Baddini, et de son frère, Niccolò Ferrucci. Leur grand-mère, maternelle pour la première et paternelle pour la seconde, est Lippa Boverelli70. Par ce choix, Giovanna et Niccolò montrent aussi leur appartenance à la famille Ferrucci puisque leur arrière-grand-père se nommait Filippo Ferrucci.

  • 71  Ibidem, pp. 93-95.
  • 72  D. Velluti, op.cit., p. 80, 84.
  • 73  Dans la note 2 de la page 80 de la Cronica, I. Del Lungo précise : « Veramente la moglie di Lamber (...)

41Chez les Frescobaldi, Giovanna Frescobaldi est la fille de Lambertuccio di Dino Frescobaldi ; elle porte le prénom de sa grand-mère paternelle dont Donato a oublié le patronyme71. En choisissant ce prénom pour sa fille, Lambertuccio “refait” également les deux Giovanni de son ascendance c’est-à-dire son oncle et son grand-oncle paternel. Lippaccio Frescobaldi donne à sa fille le prénom de sa mère, Minga Cavicciuli72, épouse73 de Lambertuccio Frescobaldi.

  • 74  D. Velluti, op. cit., pp. 302-308.

42Tommaso, fils d’un Iacopo qui habite près du Ponte alla Carraia donne à sa fille le prénom de sa mère Salvestra Perini74.

  • 75  D. Velluti, op. cit., p.76, 78, 101, 104, 106, 107, 109, 147.
  • 76  Ibidem, pp. 27-28, 292, 309.
  • 77  Ibidem, p. 293.
  • 78  Ibidem, pp. 112-140.

43Chez les Velluti, Tessa Belfradelli, épouse de Filippo Velluti est la grand-mère paternelle de Tessa di Gherardo Velluti75. Giovanna di Donato Velluti76 est parente avec deux femmes prénommées comme elle : Giovanna di Bettino Covoni77 qui est la cousine de sa mère Bice di Covone Covoni, le frère de Bettino, mais c’est surtout la petite fille de Giovanna di Piccio Ferrucci78, mère de Donato.

  • 79  Ibidem, p. 130, 135.
  • 80  Ibidem, pp. 99-100.
  • 81  Ibidem, p. 100.

44Deux fois le prénom choisi est celui de la grand-mère maternelle : Guerriera Rossi, épouse de Tuccio Ferrucci, est la grand-mère maternelle de Guerriera di Vanni Manetti, fille de Francesca di Tuccio Ferrucci79 et Iacopa di Lotto Guadagni, épouse de Berto di Giovanni Frescobaldi est la grand-mère maternelle d’une Iacopa dont Donato ne mentionne pas le nom80 car Monna Lisa Frescobaldi, sa mère, « fu maritata in Lombardia ; la quale, dopo la morte del marito, è tornata qua in povero stato ». Son nom et sa descendance ne méritent pas d’être retenus car Iacopa a tout juste réussi à se constituer une dot « per danari accattati per Dio e altronde »81.

  • 82  Ibidem, pp. 295-296 et 299.
  • 83  Ibidem, pp. 19, 130-136.
  • 84  Ibidem, pp. 130-133 et 136.

45Exceptionnellement, d’autres membres de la famille maternelle peuvent transmettre leur prénom : Caterina Covoni est la tante maternelle de Caterina Antinori. Bartola Covoni donne à sa fille ce prénom à la suite du décès de sa sœur, religieuse de Cestello, en 135182. Pasqua Ferrucci est la tante maternelle de Tuccio Manetti, le père de Pasqua Manetti83. Tuccio devait, comme Donato, être particulièrement fier de sa parenté avec les Ferrucci car son autre fille s’appelle Salvaggia, comme une sœur cadette de sa mère84.

  • 85  Ibidem, p. 32.
  • 86  D. Velluti, op. cit., p. 32.

46Giovanna di Micuccio Lucardesi85 appartient à une parenté par les femmes très éloignée des Velluti : c’est la petite-fille du fils d’Impera di Mico Velluti. Son prénom a peut-être été choisi en fonction d’autres parentés que celle des Velluti, mais le père de Micuccio, fils d’Impera, s’appelle Giovanni comme beaucoup de Velluti et Micuccio, qui porte le prénom de son arrière-grand-père Velluti, a appelé son autre fille Salvaggia86, prénom fréquent dans la famille Velluti.

  • 87  Ibidem, pp. 300-304 et 306.

47Parfois, l’origine du prénom est incertaine mais le choix qu’en font des membres très proches de la famille semble indiquer qu’il appartient au patrimoine familial. Federigo di Ardovino di Boccaccio da Signa et sa sœur Tessa épouse de Lapo di Vanni Oricellai appellent tous les deux l’une de leurs filles Giovanna87. Était-ce le nom de leur mère ou de leur grand-mère ? Dans leur généalogie, il n’y a pas de Giovanni.

  • 88  Ibidem, p. 93 et 299.

48Gostanza Covoni, épouse de Bindo Mazzetti et son frère Bernardo Covoni appellent tous les deux une de leurs filles Niccolosa88, il n’y a pas de Niccolò dans leur généalogie commune.

49Ainsi, les prénoms se transmettent d’une famille à l’autre, par une femme qui est, d'ordinaire, la grand-mère paternelle de celle qui portera son prénom. Ce prénom, une fois inserré dans le patrimoine familial, est transmis aux générations suivantes car, ainsi que nous l’avons remarqué, fréquemment, au sein de la même famille, un père et un fils ou un oncle et un neveu choisissent le même prénom pour l’une de leurs filles, souvent l’aînée, celui de leur mère et grand-mère.

50Parmi toutes les femmes citées dans la chronique, certaines doivent leur prénom à un membre masculin de leur famille.

51Dans la famille de Filippa Antinori se trouvent un Lippo Antinori et un Filippo Antinori dont la Cronica ne permet pas d’évaluer le degré exact de parenté avec Filippa mais l’apparition récurrente de ce prénom montre qu’au masculin comme au féminin, il fait partie du patrimoine familial. Dans cette famille, nous trouvons également un Francesco et une Francesca.

52Il existe un seul Francesco chez les Ferrucci mais il appartient à la génération qui suit celle de Francesca.

53Iacopa Manelli a dans sa famille deux Lapo et un Iacopo. Elle porte le nom de l’un des deux Lapo qui est son grand-père.

  • 89  Ibidem, p 140.

54Lapa Pitti est la sœur de Lapo Pitti. C’est tout ce qu’en dit Donato. Il précise que Lapo « fu di comunale statura, grosso le spalle ; più malizioso e reo ch’e’ i frategli : non facea alcuna cosa... »89, mais il oublie de parler de Lapa qui est tout de même l’une de ses cousines, une fille de Fia, la sœur de sa mère.

55Tommasa Covoni est la fille de Tommaso Covoni qui porte lui-même le prénom d’un de ses oncles paternels.

56Chez les Velluti, donner à une fille le prénom féminisé d’un homme de la famille est assez courant. C’est ainsi que Filippa di Donato Velluti, compte plusieurs Filippo Velluti dans sa famille parmi lesquels le frère aîné de son père auquel elle doit probablement son prénom car il meurt le 15 juillet 1348 alors qu’elle est le premier enfant de Donato né après cette date. Gherardina di Lapo porte le prénom de son oncle paternel Gherardino di Donato, son frère s’appelle Gherarduccio, le fils de son cousin Piero di Gherardino s’appelle également Gherardino. Le fils de Bonaccorso, frère de Donato appelle son fils Gherardo. Le prénom est décliné sous toutes ses formes dans les deux branches les plus importantes de la famille Velluti.

57Piera di Gherardo porte le prénom de Piero di Berto, l’un des plus vieux membres de la famille, le second à apparaître dans la généalogie de Donato. Elle le partage avec plusieurs de ses parents masculins : Piero di Gherardino, Piero di Donato, Piero d’Andrea...

58Cette coutume s’étend à certains enfants illégitimes puisque Gherarduccio appelle sa fille Iacopa du nom de son père Lapo qui portait lui-même le nom de son oncle paternel Iacopo.

  • 90  D. Velluti, op. cit., p. 308.
  • 91  Cf. C. Klapisch-Zuber, La trasmissione dei nomi propri, cit., pp. 78-79.

59Enfin, Francesca Gianfigliazzi n’a, en réalité, aucun lien de parenté avec Francesca Perini90. C’est la première épouse de Giovanni Perini et la mère de plusieurs de ses enfants mais Francesca Perini est la deuxième fille de la seconde épouse de Giovanni Perini : cela illustre une pratique courante qui consistait, pour un père, à donner à l’une de ses filles nées d’un second mariage le nom de sa première épouse91.

  • 92  Ibidem, pp. 86-87.
  • 93  Ibidem, p. 88.
  • 94  Ibidem, p. 89.

60Les Velluti et leurs alliés font preuve, dans leurs choix, d’un certain conservatisme, ce qui réduit le nombre de prénoms féminins utilisés d’où la présence fréquente dans les familles de plusieurs femmes qui ont le même prénom. En contrepartie, ceci a pour effet de préserver une cohérence familiale. Si, à Florence, le choix des prénoms masculins est conditionné par un ensemble d’intérêts communs et d’obligations entre les générations qui impose de ne rien perdre ou négliger de ce patrimoine familial92, les mêmes règles régissent l’attribution des prénoms féminins dans ces familles. Leur capital généalogique, qu’ils utilisent de la même façon que leur patrimoine foncier, comme un élément de force dans le jeu des rapports sociaux93, n’est pas réservé aux garçons. Les femmes qui portent un nom de saint féminisé le doivent à un homme important de la famille et l’on ne peut pas toujours attribuer ceci au décès prématuré d’un frère auquel ce prénom serait revenu de droit. Le nom de baptême des filles ne semble pas choisi en fonction de la mode, de l’amitié, des rapports avec les parrains et marraines ou des liens de voisinage comme dans la majorité des familles94.

61En entrant par le mariage dans une famille, une femme y apporte avec elle son prénom. Il ne sera pas utilisé immédiatement, suivant la règle commune, mais après sa mort, il sera attribué, par ses fils, à leurs filles qui porteront un prénom n’appartenant pas, en définitive, à leur lignée paternelle puisque c’est celui d’une femme née hors de ce lignage. Ce prénom “étranger” sera ensuite donné par ses petits-fils à leurs propres filles.

62Ceci représente, en quelque sorte, une revanche de la Femme qui, bien que privée de tout patrimoine, ballottée entre deux lignages, celui de son père et celui de son mari, jamais considérée comme un membre de plein droit d’une famille, laisse en héritage à ses descendants son prénom et l’obligation de le transmettre : Caterina Covoni lègue son prénom à la famille Antinori, Filippa Ferrucci à la famille Baddini, Francesca Gianfigliazzi à la famille Perini, Minga Cavicciuli à la famille Frescobaldi, Pasqua Ferrucci à la famille Manetti, Tessa Belfradelli à la famille Velluti, Giovanna Ferrucci à la famille Velluti puis à la famille Lucardesi.

63Accueillir un prénom féminin dans sa famille symbolise à son tour, une façon de rappeler une alliance avec une famille illustre et les Velluti qui fondaient toute leur puissance économique et politique sur leur stratégie matrimoniale avaient pleinement conscience de cela : les femmes, dont ils ont accepté le prénom dans leur patrimoine, sont toutes issues de familles que Donato est particulièrement fier de compter parmi ses alliés.

Haut de page

Annexe

La transmission des prénoms féminins dans la famille Covoni (arbre généalogique simplifié)

La transmission des prénoms féminins dans la famille DonatoVelluti
(arbre généalogique simplifié)

La transmission des prénoms féminins dans la famille Boccacci Da Signa
(arbre généalogique simplifié)

La transmission des prénoms féminins dans la famille Ferrucci(arbre généalogique simplifié)

La transmission des prénoms féminins dans la famille Frescobaldi
(arbre généalogique simplifié)

La transmission des prénoms féminins dans la famille Perini (arbre généalogique simplifié)

Haut de page

Notes

1  D. Velluti, La cronica domestica scritta fra il 1367 e il 1370, con le addizioni di Paolo Velluti scritte tra il 1555 e il 1560, a cura di I. Del Lungo et G. Volpe, Firenze, Sansoni, 1914, 358 p.

2  A propos de Donato Velluti, de sa famille et de sa chronique, voir : C.-M. de La Roncière, Une famille florentine au XIVe siècle : les Velluti in Famille et parenté dans l’Occident médiéval (Actes du Colloque de Paris 6-8 juin 1974, Rome, École Française de Rome, 1977, n° 30, pp. 227-248). Sur les femmes en particulier : Idem, Regards sur la femme dans la Florence du Trecento in Histoire et société, Mélanges offerts à G. Duby, Aix-en-Provence, P.U.P, 1992, vol. 1, pp. 101-111.

3  A propos des marchands écrivains, voir : C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence, 1375-1430, Ecole Pratique des Hautes Etudes-Sorbonne,Paris-La Haye, 1967, 489 p ; V d. F. Pezzarossa, La tradi-zione fiorentina della memorialistica, in La memoria dei mercatores. Ten-denze ideologiche, ricordanze, artigianato in versi nella Firenze del Quattro-cento, Bologna, Pàtron, 1980, pp. 93-149 et C. Klapisch-Zuber, Les généa-logies florentines du XIVème et du XVe siècle, in Le modèle familial européen. Normes, déviances, contrôle du pouvoir (Actes des séminaires or-ganisés par l’Ecole Française de Rome et l’Università di Roma, 1984), Rome, 1986, Collection de l’École Française de Rome, 90, pp. 101-131 également sous le titre Le genealogie fiorentine in La famiglia e le donne nel Rinascimento a Firenze, Roma-Bari, Laterza, 1988, pp. 27-58.

4  D. Velluti, op.cit., p. 3.

5  Cf. C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine in La famiglia e le donne nel Rinascimento a Firenze, Roma-Bari, Laterza, 1988, pp 46-48. A propos de Lapo da Castiglionchio voir : M. Guglielminetti, Memoria e scrittura. L’autobiografia da Dante a Cellini, Torino, Einaudi, pp. 226-238; V. Lami, Vita di Lapo da Castiglionchio,« Novelle letterarie », Firenze, MDCCLIV, t. XV, n°34 ; L. Mehus, Epistola o sia ragionamento di Lapo da Casti-glionchio, cittadino fiorentino, Bologna, Corciolani e Colli, 1753; Ricor-danze di Lapo da Castiglionchio, Archivio di Stato di Firenze, Carte stroz-ziane, s. II, 3 (inédites).

6  A propos des changements d’identité des magnats voir : C. Klapisch-Zuber, Ruptures de parenté et changements d’identité chez les magnats flo-rentins du XIVee siècle, « Annales Economies, Sociétés, Civilisations », septembre-octobre 1988, n°5, pp.1205-1240.

7  C. M. de La Roncière, Une famille florentine au XIVe siècle : les Vel-luti, cit., p. 232.

8  Ibidem, p. 234.

9  Au sujet de la transmission des prénoms dans les familles florentines voir : D. Herlihy, Tuscan Names, 1200-1530 in Women, Family and Socie-ty in Medieval Europe, Historical essays, 1978-1991, Providence-Oxford, Berghahn, 1995, pp. 330-352. Publié précédemment dans « Renaissance Quaterly », 41, 1988, pp. 561-582 etC. Klapisch-Zuber, La trasmissione dei nomi propri in La famiglia e le donne nel Rinascimento a Firenze, Roma-Bari, Laterza, 1988, pp. 59-90 ; publié précédemment sous le titre Le nom refait. La transmission des prénoms à Florence (XIVème-XVIème siècles), in « L’homme », 20, 1980, n°4, pp. 77-104.

10  Liber focorum districtus Pistorii (a. 1226), Liber finium districtus Pistorii a cura di E. Santoli, Fonti per la Storia d’Italia, 91, Roma, 1955. Au sujet du Libro di Montaperti voir O. Brattö, Studi di antroponimia fiorentina: il libro di Montaperti (an. mcclx), Göteborg, 1953 et Nuovi studi di antroponimia fiorentina : i nomi meno frequenti del libro di Montaperti (an. mcclx) Acta Universitatis Gothoburgensis, 61, Stockholm, 1955 cités in D. Herli-hy, op. cit., p. 331. Sur le Catasto voir : D. Herlihy, C. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, E.H.E.S.S, 1978.

11  Les noms de femmes ne représentent que 11 % du total des noms cités dans le Catasto (1 810 noms sur 60 000) et 12% des noms cités dans le Liber focorum districtus Pistorii (a. 1226). D. Herlihy, op.cit., p. 331.

12  « Non è molto tempo, de’ nostri passati trovarono alcuni abitanti ivi presso, i quali portavano nostre arme; e fu riputato per essa cagione, noi e eglino essere stati consorti e d’una medesima casa ». D. Velluti, op.cit., p. 5

13  Sur les armoiries à Florence au XIVe siècle, voir : M. Pastoureau, Stratégies héraldiques et changements d’armoiries chez les magnats florentins du XIVe siècle, « Annales Economies, Sociétés, Civilisations », sep-tembre-octobre 1988, n°5, pp. 1241-1256.

14  D. Velluti, op. cit., pp. 5-6.

15  C. Klapisch-Zuber, L’invenzione del passato familiare, in La famiglia e le donne nel Rinascimento a Firenze, Roma-Bari, Laterza, 1988,p. 14.

16  « Trovai per udita di mio padre e d’altri più antichi di me » (D. Velluti, op. cit., p. 4).

17  « Quello che io ho trovato per carta di miei passati », Ibidem, p. 5.

18  Voir à ce propos : C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine, in La famiglia e le donne nel Rinascimento a Firenze, Roma-Bari, Laterza, 1988, pp. 30-31.

19  D. Velluti, op.cit., pp.63-66.

20  Ibidem, p. 70.

21  Cf. supra, n. 4.

22  C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine cit., p. 52.

23  C. M. de La Roncière, Une famille florentine au XIVe siècle,cit., p. 228.

24  Cf. C. Klapisch-Zuber, Le genealogie fiorentine, cit., pp. 51-55.

25  D. Velluti, op.cit., p.7.

26  Ibidem, p. 75.

27  Ibidem, p. 31.

28  Ibidem, pp. 50-51.

29  Ibidem, p. 59.

30  Ibidem, p. 97.

31  D. Velluti, op.cit., p. 102

32  Ibidem, p. 39.

33  Ibidem, p. 47.

34  Ibidem, p. 55.

35  Ibidem, p. 126.

36  Ibidem, p. 95.

37  Ibidem, p. 119.

38  Ibidem, p. 48.

39  Ibidem, p. 125.

40  Ibidem, p. 47.

41  Ibidem, p. 83.

42  Ibidem, p. 85.

43  D. Herlihy, op.cit., pp. 333-334.

44  « Respondeo dicendum quod nomina debent proprietatibus rerum respon-dere. Et hoc patet in nominibus generum et speciarum », Summa theologica, III. 37. 2, in Opera Omnia, 11, Rome, 1903, p. 377.

45  « Hoc siquidem solummodo vere nominatur cuius natura vere per nomen exprimitur; unde, Gen. 2, 20, Adam omnes res nominavit, quia omnium rerum naturas novit », in Opera Omnia, 4, p. 496.

46  « Nomina enim imponuntur rebus secundum proprietatem earum. » Summa theologica, III. 37. 2, in Opera Omnia, 11, Rome, 1903, p. 377.

47  « Nomina autem singularium hominum semper imponantur ab aliqua proprietate eius cui nomen imponitur. » Summa theologica, III. 37. 2, in Opera Omnia, 11, Rome, 1903, p. 377.

48  Parmi ces prénoms, D. Herlihy a relevé : Gennaio, Maggio, Vendemmia, Bonasera. D. Herlihy, op.cit., pp. 335-336.

49  « Vel etiam ex aliqua qualitate eius cui nomen imponitur. » Summa theologica, III. 37. 2, in Opera Omnia, 11, Rome, 1903, p. 377.

50  Au XVe siècle encore, Antoninus archevêque de Florence exhortait ainsi ses fidèles : « Ad hoc tamen debet attendi, ut imponitur nomen alicu-jus sancti vel sanctae non nomina paganorum, ut Pyramides, vel Palamides, Lancelottus et hujusmodi, vel nomina diminuta, ut Nanni, Meo, Thoma, Maso, Pippo, vel nomina nil significantia ut Blando, Lapo, Ginevra et hu-jusmodi » Summa teologica, Verona 1740, 11, col. 645. Cité in : D. Herlihy, op.cit., p. 346.

51  « Vel a tempore, sicut imponuntur nomina aliquorum Sanctorum his qui in eorum festis nascuntur. », Summa theologica, III. 37. 2, in Opera Om-nia, 11, Rome, 1903, p. 377.

52  Sur la christianisation progressive des prénoms en Toscane au XIVe siècle, voir C. M de La Roncière, L’influence des franciscains dans la campagne de Florence au XIVee siècle (1280-1360), «Mélanges de l’École française de Rome (M-A. temps modernes) », 1975, 87, pp. 27-103. Idem, Orientations pastorales du clergé, fin du XII-XIVee siècle ; le témoignage de l’onomastique toscane, « Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Janv-févr. 1983, pp. 43-65.

53  D. Velluti, op.cit., p. 141.

54  Ibidem, pp. 25-26.

55  D. Herlihy, op.cit., p. 346-347.

56  Summa theologica, III. 37. 2, in Opera Omnia, 11, Rome, 1903, p. 377 : « Vel a cognatione: sicut cum filio imponitur nomen patris vel alicuis de cognatione ejus. ».

57  Sur les 3344 florentins inscrits dans le registre de l’Arte della seta entre 1125 et 1432, seulement 53, environ 1,5% portent le nom de leur père. Et parmi les 53 pères, 33 sont explicitement déclarés comme décédés. D. Herli-hy, op. cit., p. 339. Voir à ce propos : C. Klapisch-Zuber, Il nome rifatto : La trasmissione dei nomi propri, in La famiglia e le donne nel Rinascimento, Roma-Bari, Laterza, 1988, pp. 59-90.

58  A propos du prénom masculin Bartolo, D. Herlihy remarque (op. cit., p. 350) qu’il était très fréquent à Florence au XIIIe siècle et qu’il a été remplacé ensuite par Bartolommeo « surely because it created a more intimate association with the martyred apostle ».

59  D. Velluti, op.cit., p. 297.

60  Ibidem, p. 86, 92.

61  Ibidem, pp. 112-140.

62  D. Velluti, op. cit., p. 40, 47, 51 et 54.

63  Ibidem, p. 293.

64  Ibidem, p. 299.

65  Dans l’échantillonnage qu’elle a étudié, C. Klapisch-Zuber évalue à un tiers le nombre de filles portant le nom d’une sœur aînée morte précédemment alors que les garçons reçoivent rarement le nom d’un frère aîné disparu (13%). C. Klapisch-Zuber, op.cit., p. 69.

66  D. Velluti, op.cit., pp. 99-100.

67  D. Velluti, op.cit., p. 40, 47 et 62.

68  Ceci est confirmé par d’autres généalogies examinées par C. Klapisch-Zuber, op.cit., pp. 77-79.

69  D. Velluti, op.cit., p. 125 et 129.

70  Ibidem, p. 123.

71  Ibidem, pp. 93-95.

72  D. Velluti, op.cit., p. 80, 84.

73  Dans la note 2 de la page 80 de la Cronica, I. Del Lungo précise : « Veramente la moglie di Lambertuccio (Minga coiè Adimaringa) non ap-parteneva alla famiglia de’ Cavicciuli; ma era figliuola d’Orlandino, vocato Dino, di Spinello Ruffoli, come ha dimostrato S. Debenedetti nella sua dili-gente memoria intitolata Lambertuccio Frescobaldi poeta e banchiere fioren-tino del secolo XIII (Miscellanea di studi critici pubblicati in onore di G. Mazzoni, pag. 22) ».

74  D. Velluti, op. cit., pp. 302-308.

75  D. Velluti, op. cit., p.76, 78, 101, 104, 106, 107, 109, 147.

76  Ibidem, pp. 27-28, 292, 309.

77  Ibidem, p. 293.

78  Ibidem, pp. 112-140.

79  Ibidem, p. 130, 135.

80  Ibidem, pp. 99-100.

81  Ibidem, p. 100.

82  Ibidem, pp. 295-296 et 299.

83  Ibidem, pp. 19, 130-136.

84  Ibidem, pp. 130-133 et 136.

85  Ibidem, p. 32.

86  D. Velluti, op. cit., p. 32.

87  Ibidem, pp. 300-304 et 306.

88  Ibidem, p. 93 et 299.

89  Ibidem, p 140.

90  D. Velluti, op. cit., p. 308.

91  Cf. C. Klapisch-Zuber, La trasmissione dei nomi propri, cit., pp. 78-79.

92  Ibidem, pp. 86-87.

93  Ibidem, p. 88.

94  Ibidem, p. 89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n° 3, Femmes italiennes, 1999

Référence électronique

Colette Gros, « La transmission des prénoms féminins dans une famille florentine du XIVe siècle, les Velluti », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 30 mars 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://italies.revues.org/2927 ; DOI : 10.4000/italies.2927

Haut de page

Auteur

Colette Gros

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org