Navigation – Plan du site

La Femme dans la poésie symboliste française. Les poètes mineurs

Fabrizio Bertetti
p. 276-297

Résumé

Cet article examine les multiples portraits de femmes que dessinent les poètes mineurs du mouvement symboliste français afin d’en révéler la complexité mais aussi la cohérence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir entre autres J. De Palacio, Le Mythe de la Décollation et le Décadentisme, in Revue des Scien (...)
  • 2  M. Dottin Orsini, op. cit., p. 17.

1De nombreux travaux parus ces dernières années sur le thème de la femme dans l’art et la littérature française de l’époque symboliste1 nous offrent le portrait d’une créature connotée fort négativement. Tour à tour castratrice, dévoreuse d’hommes ou suppôt du démon, la femme de la seconde moitié du XIXe siècle serait une femme – selon l’heureuse définition de Mireille Dottin-Orsini2 – fatale à l’homme.

2Loin d’apporter un démenti à la réalité de cette image, la recherche que nous avons menée sur un corpus plutôt nourri de poètes parmi les moins connus de l’époque, nous a pourtant révélé l’existence d’un cadre plus complexe, un cadre où l’idéalisation côtoie costamment le dénigrement. D’ailleurs, si on se reporte aux Fleurs du Mal, cet ouvrage fondamental pour l’interprétation de l’imaginaire fin de siècle, on peut constater que pour Baudelaire la femme peut aussi bien dispenser les béatitudes du Ciel que les affres de l’Enfer.

3En effet, avant d’être bête ou instrument du Diable, la femme est d’abord Muse et Madone. Selon l’architecture interne des Fleurs, on peut estimer qu’elle représente une des tentatives mises en oeuvre par le poète pour se libérer des limites du monde, qui se trouve sous l’emprise du Spleen, et accéder ainsi à la condition de l’Absolu.

4Vingt-trois ans après la publication de la première édition du volume baudelairien, Théodore de Banville, l’auteur des Odes funambulesques, préface en ces termes le Jardin des Rêves de Laurent Tailhade :

  • 3  L. Tailhade, Préface de Théodore de Banville, in Le Jardin des Rêves, Paris, A. Lemerre, 1880.

Aux époques semblables à celle-ci, où meurent les Idéals, les autres hommes se consolent avec le matérialisme, avec l’indifférence, avec l’oubli, avec la science et l’âpre recherche ; le poète, non. [...] il ne peut non plus se passer d’idéal, et il est condamné à en chercher un.
Il le cherche alors dans l’amour humain, exaspéré, grandi, devenu religion et culte, dans l’adoration de la Femme, divinisée par son infaillible instinct qui le guide avec certitude [...]. Cette adoration de la Femme est tout à fait particulière aux dernières heures de ce siècle; en d’autres âges elle existe à l’état de fiction, de thème poétique, de cadre littéraire ; aujourd’hui le poète l’a dans son cerveau, sa chair, dans chaque goutte du sang de ses veines, avec tout ce qui souffre et pense, et c’est pourquoi il représente exactement et fidèlement une race d’exilés, en quête d’une foi et d’une patrie.
Oui, c’est une génération entière qui par sa voix se plaint et admire, et glorieusement chante la Femme qui fut esclave, compagne, reine, victorieuse, triomphatrice, mais que nos derniers tourments subis ont seuls vraiment faite idéale et divine.3

5On ne saurait sans doute pas trouver de mots plus efficaces pour décrire le rôle de la femme chez les poètes de cette période. D’après Banville, l’adoration de l’être féminin a certes existé à d’autres époques en tant que topos littéraire sans pour autant arriver à l’intensité et à l’authenticité de la fin de siècle symboliste. A un moment où les espoirs d’une génération s’écroulent, où tout paraît entaché d’un esprit de décadence et de mort, la femme représente le seul objet digne d’être respecté et honoré du sentiment qui est dû aux choses sacrées.

6La transformation de la femme en une sorte d’idole immaculée et intangible incarnant la pureté idéale en un monde abject et matérialiste représente certes l’une des tendances les plus marquantes de la poésie successive à Baudelaire, tendance que Tailhade, avant de donner libre cours à sa veine satirique dans des ouvrages postérieurs, illustre à la perfection dans son Jardin des Rêves. Chez lui, la femme perd généralement ses attributs les plus humains, afin d’exprimer, telle une oeuvre d’art qui n’excite pas le réveil des sens, la pure forme du Beau. Tous les éléments qui pourraient troubler la contemplation désintéressée de la beauté sont éliminés.

7Dans Marmoreum carmen, l’être féminin déploie l’éblouissante beauté d’une statue de marbre. Tailhade y souligne à plusieurs reprises la candeur de sa chair. Voici par exemple le deuxième quatrain du poème :

  • 4  Id. Marmoreum carmen, op. cit., p. 27.

Tous les tons les plus doux du blanc, sur tes épaules
S’abattent comme un vol d’amoureux goélands ;
La chasteté des lys et la douleur des saules
Ruissellent de ton ventre au bord de tes pieds blancs.4

8On y retrouve une des images les plus utilisées de l’époque, la métaphore florale du lys évoquant la candeur angélique de la créature féminine. Que l’on juge de son succès par ces deux autres exemples.

9Le premier est tiré d’une Chanson grecque composée par Jean Lahor, pseudonyme du docteur Henri Cazalis, dans son recueil L’Illusion. Le poète y déclare avoir tellement été frappé par l’extraordinaire pureté de sa bien-aimée qu’il en a désiré fermer ses propres yeux à jamais sur cette vision, pour que le monde n’en souille plus la perfection :

  • 5  J. Lahor, Chanson grecque, in Oeuvres. L’Illusion, Paris, A. Lemerre, s.d., p. 117.

Pour ne plus rien voir après toi,
Après ton corps et sa lumière,
D’un de tes cheveux, oh! Couds-moi,
Couds-moi pour toujours la paupière.
Car je veux garder ébloui,
Comme en une chambre fermée,
La vision dont j’ai joui,
Tout un soir, ô ma bien-aimée,
La vision de ta beauté,
De ta splendide beauté nue,
Lys blanc, lys d’or, fleur de clarté,
Blanche étoile perçant la nue.5

10Un caractère bien plus morbide et décadent distingue la femme chantée par Maurice Rollinat. Plus qu’à la noblesse, la pâleur renvoie ici à la maladie. Le poète indique la jeune fille comme un ange de chlorose, frêle lys dont l’air triste augmente la beauté.

  • 6  M. Rollinat, L’ange pâle, in Les Névroses, Paris, Charpentier, 1885, p. 27

A la longue je suis devenu bien morose :
Mon rêve s’est éteint, mon rire s’est usé,
(...)
Il me reste pourtant un ange de chlorose,
Enfant pâle qui veille et cherche à m’apaiser ;
Sorte de lys humain que la tristesse arrose.6

11Si l’image du lys connaît une telle fortune, c’est parce que la femme rêvée par les poètes symbolistes est forcément immaculée et n’a donc pas encore été souillée par le contact avec le monde matériel. Cette pureté est d’abord intérieure, mais elle se manifeste également par certains signes extérieurs reconnaissables à son aspect physique. La plupart des figures féminines que l’on rencontre dans les recueils de nos poètes se présentent sous les traits de vierges éthérées aux yeux clairs et aux cheveux blonds. Voici le portrait que Lahor fait de la femme dont il rêve :

  • 7  J. Lahor, L’absente, op. cit., p. 9.

Je suis comme un pêcheur qui se prend à rêver
D’une perle dormant sous la vague profonde,
(...)
Pareille à des yeux clairs, des yeux de vierge blonde:
(...)
Et je cherche des seins, comme la chair des fleurs,
De douceur infinie et de clarté si blanche,
Que les lys, les lys seuls ont de telles pâleurs.7

12L’Intemerata de Tailhade répond aux mêmes critères de beauté : il s’agit encore une fois d’une vierge blonde et candide qui n’a pas encore connu l’expérience de l’amour.

  • 8  L. Tailhade, Intemerata, op. cit., p. 45.

Blonde autant que le miel des abeilles d’Hymète,
Enfant, tu resplendis dans ton éclat premier.
(...)
L’amour n’a pas fleuri sur ta virginité ; Ta lèvre ne sait pas le baiser et ton âme
Garde le doux trésor de tes secrets de femme
Comme ton corset blanc celui de ta beauté.8

13Les vers du poète du Jardin des Rêves sont intéressants à plusieurs égards. En plus que reprendre le cliché de la vierge blonde, ils l’enrichissent d’un élément nouveau. Privée de son enveloppe corporelle, la femme symboliste entre progressivement dans la sphère du sacré. Tailhade la revêt en effet des attributs de la religion.

  • 9 Ibid.

Et tu marches pareille aux saintes ingénues
Qui, dans les vieux tableaux des maîtres florentins,
Tournent vers le ciel d’or les regards enfantins
De leurs yeux étoilés de gemmes inconnues.9

  • 10  G. Rodenbach, Béguinage flamand, in La Jeunesse blanche, in Œuvres, Genève, Slatkine, 1978, tome I (...)

14Tailhade est toutefois en bonne compagnie. Dans La Jeunesse Blanche, Rodenbach consacre par exemple la même minutieuse attention que l’on prêterait normalement à la femme aimée à un type de vierges qui choisissent de sacrifier la pureté de leurs corps à l’amour du Seigneur : les soeurs d’un couvent. Béguinage flamand10contient des touches extraordinaires de tendresse et de délicatesse envers ces femmes religieuses.

  • 11  E. Des Essart, L'inspiratrice, in Les Élévations, Paris, Lemerre, 1874, p. 137.
  • 12  M. Rollinat, L'ange gardien et L'ange pâle, op. cit., respectivement pp. 21 et 27.
  • 13  J. Lahor, Madone, op. cit., p. 113.

15Dans le même registre, la femme se fait petit à petit ange, comme par exemple – nous citons au hasard – chez Des Essart11 ou Rollinat12; parfois même madone. Celle que Jean Lahor nous peint est bien sûr magnifique et pâle ; ses yeux sont bleus et sa démarche rappelle « les vierges de jadis / Peintes sur un fond d’or, tenant en mains des lys. »13

16La figure de la madone représente le mariage de l’esthétique avec la morale. La Beauté absolue décrite par nos poètes assoiffés d’Idéal coïncide avec le Bien absolu. C’est le cas dans ces Litanies d’amour où le poète, tout en étant angoissé par son sens de la culpabilité et du péché, craint d’être indigne de pouvoir vénérer son idole.

  • 14  G. Rodenbach, Litanies d'amour, in La Jeunesse blanche, op. cit., p. 49.

Je lui disais souvent : vous êtes ma Madone
Et mon âme est un lis d’argent que je vous donne.
J’ai pleuré mes péchés comme font les pécheurs
Et je suis maintenant digne de vos blancheurs.
J’ai le ferme propos, le propos salutaire
De ne plus retomber en péché volontaire.14

17Tailhade aussi a sa madone:

  • 15  L. Tailhade, Psaume d'amour, op. cit., p. 49.

J’ai rêvé‚ de t’aimer ainsi qu’une madone
Qui, très pure, aux baisers mystiques s’abandonne.15

18Encore une fois, cependant, Tailhade nous permet d’introduire un autre aspect de ce phénomène d’idéalisation de la femme. Son Psaume d’amour révèle en effet un mécanisme psychologique très fréquent chez les poètes que nous avons étudiés. En même temps qu’ils élèvent la figure de la femme pour l’enfermer dans une idolatrie fanatique, ils s’avilissent et se réduisent à une condition d’humiliante soumission envers elle. L’image la plus récurrente illustrant cette attitude demeure celle du poète à genoux aux pieds de la femme aimée :

  • 16  Ibid.

J’ai rêvé‚ de t’aimer à genoux, les mains jointes,
De bien loin, sans vouloir même effleurer les pointes
De tes souliers posés sur le croissant doré,
Heureux si quelquefois, quand je t’invoquerai,
Te saluant de noms d’amour en litanies,
Tu détournes vers moi tes paupières bénies !16

19L’adoration de la bien-aimée constitue une véritable religion. Le comportement du poète est comparable à celui d’un ascète se retirant loin du monde pour mieux concentrer tout son être sur l’amour de son Dieu :

  • 17  Ibid.

Je vivrai sous tes yeux tel qu’un moine fidèle
Oublié‚ de la foule et m’enivrant loin d’elle
Des clartés de ta robe et des lis de ton sein.17

20Paul-Armand Silvestre en arrive même jusqu’à l’abandon de toute forme de dignité et à l’anéantissement de sa propre personnalité. Voici ce qu’il écrit au début de sa carrière poétique :

  • 18  P.-A. Silvestre, XXX. Je vais le cœur lassé des vaines meurtrissures, in Rimes neuves et vieilles, (...)

O beauté‚ de la femme ! O seule beauté vraie !
Je suis des insensés que ta grandeur effraie
Et dont la lèvre effleure à peine tes pieds nus !18

21Il ne s’agit pas là d’un excès de jeunesse car on retrouve cette même attitude deux décennies plus tard, dans un sonnet intitulé Beauté entrevue. Dans cette pièce, la splendeur incomparable de la femme en fait une image de l’Absolu. C’est dans sa propre soumission, dans sa propre humiliation que le poète arrive à exprimer son amour et sa vénération pour l’être aimé.

  • 19  Id. , Beauté entrevue, in Le Chemin des Étoiles, Paris, Charpentier et C.ie, 1885, p. 130.

Vous êtes la Beauté‚ qu’autrefois j’ai rêvée,
Adolescent farouche épris de la Beauté.
(...)
Une aurore, avec vous, dans mes yeux s’est levée.
Vous êtes l’idéal dont mon coeur est tenté.
Mais je ne voudrais rien qu’être à vos pieds jeté,
Si la douceur était à mon front réservée
De se sentir meurtri sous vos pieds triomphants.19

22L’auto-dévalorisation du poète correspondant donc à l’élévation de l’objet de son désir, la femme se transforme en un symbole de pureté éclatant et immatériel. Le poète refuse dès lors le contact physique par peur de dégrader son Idéal.

23Comme dans toute la tradition de l’amour platonique, ce n’est que par les yeux que la communication peut avoir lieu. Le poète peut accéder à l’Absolu par la contemplation de la lumière qui émane des yeux de la femme.

24Ivresse de Georges Lafenestre, l’un des collaborateurs les moins connus du Parnasse, illustre parfaitement ce que l’on vient d’avancer. Par les yeux de la femme aimée, le poète instaure un contact avec la réalité divine :

  • 20  G. Lafenestre, Ivresse, in Idylles et Chansons, in Poésies (1864-1874), Paris, A. Lemerre, 1889, p (...)

Quand tu fixes sur moi, lentement, longuement,
Tes yeux profonds, remplis de vivante lumière
Vers eux, d’un trait soudain, monte ma vie entière,
Et je marche en un rêve effroyable et charmant :
(...)
Sans plus voir, plus entendre, attiré par l’espace,
A travers l’inconnu je suis la main de feu ;
Les mondes éternels s’inclinent quand je passe,
Mon âme, ivre d’amour, pressent l’âme de Dieu !20

  • 21   G. Rodenbarch, Le Voyage dans les Yeux, Paris, P. Ollendorff, 1893.

25Les exemples de cette conception de l’amour sont très récurrents dans la littérature du temps, mais le plus marquant demeure un recueil publié par Rodenbach vers la fin du siècle. Ce poète consacre en effet tout un volume de vers à ce qu’il appelle Le Voyage dans les Yeux21de sa bien aimée.

26Les yeux de la femme constituent en réalité une métaphore polyvalente. Ils se prêtent à exprimer l’Absolu ainsi que d’autres valeurs à la recherche desquelles est l’être humain.

27Pour Charles Cros ils peuvent par exemple révéler la Vérité :

  • 22  C. Cros, Sonnet. Les saphirs durs…, in Le Coffret de Santal, in Œuvres Complètes, Paris, Gallimard (...)

Les saphirs durs et froids, voilés par la buée
De l’orgueilleuse chair, ressemblent à ces yeux
D’où jaillissent de bleus rayons silencieux,
Inquiétants‚ clairs d’un soir chaud, sans nuée.
(...)
Et parfois ce regard révèle, en un moment,
La vérité suprême, absolue, ineffable.22

28Lahor, quant à lui, souhaiterait y trouver la paix et l’oubli dont la vie normalement nous prive. Le moi du poète trouve son plaisir à s’y anéantir langoureusement :

  • 23  J. Lahor, Désir de mort, op. cit., p. 118.

Dans la pureté de tes yeux
Que nul souffle encor n’a ternie,
Luit un étang mystérieux,
Où dort une paix infinie.
Dans l’étang bleu de tes yeux dort
Une fraîcheur délicieuse :
Adorable serait la mort
En leur clarté silencieuse !...
Mort exquise, exquise langueur !
Oh! ne plus penser, ne plus vivre ;
En cet étang laisser son coeur,
Comme un noyé qui se délivre !23

29Mais les yeux, comme l’on dit communément sont le miroir de l’âme et c’est justement l’intériorité de la femme aimée qui se présente à la contemplation du poète-soupirant. Dans un monde voué aux lois du profit bourgeois, un monde que le poète perçoit comme de plus en plus faux, l’âme que l’on devine derrière des yeux adorés représente un havre d’authenticité :

  • 24  G. Rodenbach, Mysticisme, in La Jeunesse blanche, op. cit., p. 41.

A ses yeux purs, je veux n’offrir
Que des choses douces et blanches ;
(...)
Car son âme au parfum troublant,
Sa grande âme que je devine
Est aussi comme un bouquet blanc
Fleuri dans la serre divine.24

  • 25  L. Tailhade, Sonnet. Ainsi, renouvelant sous le duvet des cygnes, op. cit., p. 23.
  • 26  A. Merat, L'Idole, in Poésies. 1866-1873, Paris, Lemerre, 1898.

30Rodenbach se trouve confirmé dans ses croyances : l’objet de son adoration est un être n’appartenant pas à ce bas monde, c’est une créature divine. Comme le souligne aussi Laurent Tailhade s’adressant à elle (« les dieux ne sont pas morts ; vous les ressuscitez »25 ), la femme participe en effet du divin. Il s’agit d’une véritable déesse et pour qualifier l’attitude d’une certaine partie des auteurs analysés envers la compagne de l’homme, on serait en droit d’utiliser le terme de culte. Albert Mérat y consacre même tout un recueil, L’Idole26, publié en 1869. Le volume contient aussi, entre autres, des pièces curieuses comme un cycle de sonnets consacrés aux attributs de la perfection féminine – Sonnet des yeux, Sonnet de la bouche, Sonnet des seins, etc. Mérat redécouvre là un genre poétique du XVIe siècle qu’avait perfectionné l’art de Clément Marot : le blason du corps féminin.

31Il est tout de même intéressant de constater que si d’un côté, comme on l’a vu, c’est le poète qui refuse de profaner l’inviolabilité de l’objet de son culte, de l’autre, la femme ne tarde pas à assumer les prérogatives de son nouveau statut.

32Puisqu’elle est divine et qu’elle appartient à une réalité surnaturelle, elle peut se permettre de dédaigner ses adorateurs. Elle se fait hautaine et méprisante, insensible aux attentions que l’homme a pour elle. Que l’on considère par exemple cette Dea de Léon Dierx, femme au cœur de pierre :

  • 27  L. Dierx, Dea, in Les Amants, in Œuvres Complètes de Léon Dierx, Paris, Lemerre, 1925, vol. 2, p. (...)

L’encens vers toi monte sans cesse ;
C’est en priant qu’on dit ton nom ;
Te crois-tu pas aussi déesse,
O jeune fille? Et pourquoi non ?
Mais quand Vénus daignait prétendre
Nous éblouir sur terre un peu,
C’est en prenant un coeur plus tendre
Qu’elle changeait un homme en Dieu.27

33Les yeux, dont on a remarqué plus haut le rôle dans la communication des sentiments entre le poète et l’être aimé, cessent d’exercer leur noble fonction. La créature hautaine qu’est devenue la femme-idole n’accorde plus à l’homme la joie de contempler le ciel dans ses yeux. Malgré les vers que le poète lui chante, elle demeure impassible :

  • 28  A. Glatigny, Méduse, in Les Flèches d'Or, in Œuvres. Poésies Complètes, Paris, Lemerre, s.d., p. 1 (...)

Vos yeux toujours baignés de hautaines lumières
Ne s’abaisseront pas sur moi; je sais aussi
Qu’on ne verra jamais sur ses bases altières
Votre inflexible orgueil par mes chants adouci.28

34Les yeux du poète, privés du miroir de ceux de la bien-aimée, ne peuvent plus servir qu’à répandre des larmes, comme dans ces vers d’Henri de Régnier :

  • 29  H. De Régnier, Veneri benevolenti, in Les Lendemains, in Les Lendemains. Apaisement. Sites. Épisod (...)

Car, bien souvent j’en vois qui s’en viennent pleurer
A tes pieds du tourment d’idéal qui les hante,
Et meurent du désir de l’impossible Amante.
Tu n’as pas de regards pour qui veut t’implorer.
Tu restes insensible à ces larmes humaines
Dont monte jusqu’à toi l’intarissable flot,
O Vénus, sans jamais qu’un rire ou qu’un sanglot
Desserre la rigueur de tes lèvres hautaines.29

35L’idole impassible qui fait tant souffrir les hommes dans les vers des Lendemains se révèle être la déesse de la beauté, figure dont l’auteur enrichit le portrait par un halo de danger menaçant. La Vénus symboliste de Régnier est une divinité effrayante dont la beauté pourrait être fatale :

  • 30  Ibid.

Je sens secrètement se glisser dans mon cœur
L’effroi de ta splendeur divine et meurtrière.30

36L’adoration de la terrible idole s’accompagne du sentiment de crainte qu’elle inspire. La femme symboliste incarne une divinité terrible et incompréhensible, capable de dispenser arbitrairement autant le plaisir que la souffrance. Terreur du Beau de Lahor nous peint un être impassible tenant dans ses mains les fils du destin de l’homme :

  • 31  J. Lahor, Terreur du Beau, op. cit., p. 223.

Calme à l’égal des fleurs ou d’un jeune animal,
Tu répands tour à tour, en caprices savante,
La joie ou la douleur, et le bien ou le mal,
Et rien ne t’attendrit et rien ne t’épouvante.31

37Chez Lahor, la femme dangereuse et terrible n’incarne pas seulement l’Absolu dans une dimension esthétique, mais aussi gnoséologique. Dans Terreur du Beau, le poète cherche chez son idole le sens des choses, la Vérité qu’elle cache en elle. Voilà pourquoi, après avoir été sainte et divine, la femme des années symbolistes va revêtir la forme du sphynx :

  • 32  Ibid.

Mais mon esprit encore a soif de la beauté
Plus que jamais je suis troublé par son mystère ;
En vain je voudrais fuir : toujours je suis tenté
Par ce Sphynx aux yeux durs qui fait saigner la terre
(…)
J’interroge en ton corps d’un rythme sans défauts
Le mystère effrayant de la beauté parfaite,
Et peu m’importe alors que tes regards soient faux
Quand de telles clartés rayonnent de ta tête.32

  • 33  L. Nissim, Il peccato della conoscenza. Studio sul mito della sfinge nel simbolismo francese, in P (...)
  • 34  Voir Y. Vadé, Le Sphinx et la Chimère II, in Romantisme, n° 16, 1977, pp. 71-81 (suite d’un articl (...)
  • 35  L. Nissim, op. cit., pp. 1283-1284.

38Comme Mme Nissim l’a démontré33, la présence de la terrible créature dans la littérature symboliste – présence qui a déjà été l’objet de nombreux articles34 – est liée essentiellement à la question de la connaissance, « della conoscenza totale, illimitata, la conoscenza che investe anche il sentimento dell’amore e il rapporto con l’altro, la conoscenza che viene dall’albero del bene e del male, il frutto proibito a cui l’uomo non deve aspirare, perché non gli è lecito diventare simile a Dio. »35 La femme-sphinx de Lahor garde en effet jalousement l’éternel secret de la beauté :

  • 36  J. Lahor, Terreur du Beau, op. cit.

Le secret éternel que recèle le beau,
C’est lui qui me tourmente en eux comme en toi-même ;
La beauté m’épouvante à l’égal du tombeau,
Tant j’ai vu de néant sous sa splendeur suprême.36

39Avec la figure du sphinx, on ne peut bien sûr plus parler d’angélisme : on vient là de franchir le pas qui sépare la femme-ange de la femme-démon. Le charme du sphinx n’est pas caractérisé par la chasteté des madones rencontrées plus haut. Autant celles-ci sont éthérées autant le sphinx évoque en revanche les plaisirs charnels. Le monstre mythologique est enveloppé d’une aura sulfureuse de volupté. Le mystère qui l’accompagne et le secret qu’il recèle ne font qu’aiguiser les sens de l’homme.

40Idéal de Maurice Vaucaire s’ouvre sur l’image du poète rêvant de sa bien-aimée (« ma pâle / Beauté »). On serait amené à croire que l’on a affaire là à l’une des nombreuses vierges blondes et immaculées qui peuplent la poésie de l’époque. La conclusion du poème nous révèle que nous sommes plutôt devant une femme d’un autre type, une femme-sphinx aux attraits fatals :

  • 37  M. Vaucaire, Idéal , in Arc-en ciel, Paris, A. Lemerre, 1885, p. 9.

– Enfin, je fais des vers et je vous crucifie
Dessus. – C’est votre nom que j’y mets en tremblant,
Votre nom si banal, ô sphinx terrible et blanc,
Masque stupéfiant, chair qui corromps ma vie.37

41Les vers de Vaucaire marquent une nouvelle étape dans l’évolution de notre raisonnement, parce qu’ils affirment à la fois le caractère néfaste de la femme et la déchéance de son image dans l’univers symbolique fin de siècle. La femme devient un instrument du mal : elle amène l’homme à la destruction.  Dépensant toute son énergie vitale pour satisfaire aux voluptés féminines, celui-ci se voit diminuer dans son être, alors que sa compagne se présente à ses yeux comme de plus en plus fortifiée. Le poète a le sentiment qu’impassible, elle triomphe à mesure qu’il se consume pour elle. Cette diminution d’énergies se vérifiant lors de l’acte sexuel prend souvent la forme symbolique d’une perte sanguine. On peut voir encore là une forme de tribut de sang payé par le poète à la femme-sphinx n’ayant toujours pas perdu le caractère féroce et violent que lui réservait la tradition. En quelque sorte, il s’agit aussi du baptême de la vamp, terme dont on a aujourd’hui peut-être perdu le sens originel et qui désigne pourtant une femme-vampire. Avec les vers de Samain que voici, on est en plein esprit fin de siècle :

  • 38  A. Samain, Une, in Au Jardin de l’Infante, augmenté de plusieurs poèmes (Vas Tristitiae. Évocation (...)

Sphinx aux yeux d’émeraude, angélique vampire
Elle rêve sous l’or cruel de ses frisons ;
La rougeur de sa bouche est pareille aux tisons,
Ses yeux sont faux, son coeur est faux, son amour pire.38

42Une vampirise les hommes, désormais passés du côté des victimes sacrificielles. A l’image du lys frêle et pur, leur sort est aux mains de l’idole à la cruauté impassible :

  • 39  Ibid.

Immobile, elle écoute au loin se lamenter
La mer des pauvres coeurs qui saignent ses blessures ;
Et, bercée aux sanglots, elle songe, et parfois
Brûle d’un regard lourd, où couvent des luxures,
L’âme vierge du lys qui se meurt dans ses doigts.39

43Lorsque cette perte d’énergies ne se vérifie pas par un acte de vampirisation – c’est-à-dire une diminution quantitative de sang –, elle prend la forme d’une contamination ou d’une corruption – une diminution d’ordre qualitatif :

  • 40  L. Tailhade, Novissima verba, op. cit., p. 237.

Le sang décoloré qui coule dans nos veines
Ne peut plus refleurir nos pauvres coeurs flétris,
Et malgré nos efforts et nos tendresses vaines
La Muse attend toujours et sourit de mépris.40

44Les vers que nous venons de citer constituent une variation du thème de la Décadence. Tailhade y dénonce l’appauvrissement du sérum coulant dans les veines des jeunes gens de sa génération, appauvrissement qui conduit même les poètes comme lui à l’impuissance créatrice. Or, l’explication qu’il donne de ce phénomène relèverait de la fréquentation de femmes aux moeurs douteuses:

  • 41  Ibid.

Nous avons sur vos seins de plâtre usé nos lèvres,
O vous, pâles enfants, gloire des carrefours,
Nous avons cru trouver nos rêves et nos fièvres
Sous vos baisers vendus et vos sales atours.41

45Paul Bourget, sans aucun doute plus célèbre comme romancier que comme poète, nous a pourtant laissé quelques volumes de vers de jeunesse où il revient à plusieurs reprises sur ce sujet :

  • 42  P. Bourget, Spleen. J’ai goûté jeune encore…, in Les Aveux, in Poésies 1876-1882, Paris, Lemerre, (...)

J’ai goûté, jeune encore et dans ma simple vie,
D’âcres sensations dont le dégoût est tel
Que je me sens passer un haut-le-coeur mortel
Quand de les raconter il me vient quelque envie.
(...)
Je me suis consolé dans de mornes amours;
J’ai connu les réveils atroces des grands jours
Eclairant les rideaux de quelque alcôve infâme.42

46Pour l’auteur des Essais de Psychologie contemporaine, ces expériences représentent une tentative consciente de descendre les marches de la dignité humaine pour sonder, comme Baudelaire, le revers de la réalité, l’abîme du mal

  • 43  Id., Débauche, op. cit., p. 258.

Pour te tuer, âme rêveuse d’anges,
Je t’ai traînée à des plaisirs sans nom,
Je t’ai vouée aux voluptés étranges,
Puis je criais: « Es-tu bien morte? » - Non !43

  • 44  A. Glatigny, L’Impassible, in Les Vignes folles, op. cit., p. 43.

47L’âme rêveuse d’anges ne trouve alors plus que des femmes déchues ayant perdu leur candeur et leur naïveté dans le vice. C’est le moment où les courtisanes et les femmes de petite vertu font leur entrée en masse sur la scène de la poésie. Leurs charmes sont chantés par exemple par Glatigny44, ou encore par Léon Dierx. Dans La courtisane, ce dernier essaie de nous expliquer les raisons du charme exercé par ce type de femme sur l’univers masculin de l’époque et il a recours à l’idée de mal :

  • 45  L. Dierx, La courtisane, in Les Amants, op. cit., p. 93.

Certes, le mal sur nous a d’étranges puissances.
Comme à l’abîme plein d’épouvante et d’échos,
Le chimérique appât des âcres jouissances
Nous attire vers lui, tous les jours, sans repos.
Mais il est entre tous un puits fait de vertige,
Où l’âme, en s’y penchant, vacille de stupeur.
C’est l’oeil clair et sans fond sous qui le sang se fige,
L’oeil de la courtisane où nage une vapeur.45

48On ne peut que reprendre ici les considérations que l’on a faites plus haut à propos de Bourget. Une fois qu’il a fait l’expérience de ce qui est naturel et légitime, le poète se laisse attirer par l’univers inconnu du péché. C’est justement la prostituée, la femme aux moeurs douteuses qui l’y introduit. Loin de le repousser, l’idée qu’avant lui la courtisane a connu d’innombrables hommes excite sa curiosité, comme le mettent en évidence ces vers du perspicace Armand Silvestre :

  • 46  P.-A. Silvestre, Vénus meretrix, in Les Ailes d’Or. Poésies Nouvelles (1878-1880), Paris, Biblioth (...)

L’inassouvissement qui fait ma destinée
Se résigne à l’opprobre et s’avive au dégoût :
Car celle que je sers, je l’adore surtout
Pour l’éclat insolent de sa chair profanée ;
Pour l’orgueil de ses yeux au triomphe malsain
Et dont l’âpre débauche a meurtri la paupière,
Pour le néant qui dort sous son beau front de pierre,
Pour le vide qui rêve à l’ombre de son sein.
(...)
Je t’aime pour les maux dans ton coeur amassés,
Pour l’horreur dont je vois ta beauté poursuivie ;
Je t’aime pour la honte immense de ta vie
Et pour les longs plaisirs de tes amants passés.46

49Silvestre se rend pourtant compte qu’une fille de joie ne peut offrir que son corps. Comme on vient de le remarquer, la tête de la magnifique femme est vide ainsi que son coeur. La soif d’Absolu qui ronge le poète demeure donc inassouvie. Voilà pourquoi dans une composition publiée plus tard, il fait ses Adieux à une courtisane

  • 47  Id., Adieu à une courtisane, in Le Chemin des Étoiles, op. cit., p. 145.

Adieu ! j’ai cru trouver, dans ta chair sans pensée,
Dans ton regard sans ciel, sur ta lèvre où tout ment,
- Comme un Léthé s’ouvrant à mon âme lassée, -
Les lâches voluptés de l’assouvissement.
(...)
Mon esprit, désertant les rêves immortels,
Rêvait de s’abîmer sous ta Beauté sans âme,
(...)
Malgré les longs baisers dont ma bouche est avide,
Malgré ta forme auguste et savante au plaisir.
En te tendant vers moi, coupe superbe et vide,
Tu n’as fait qu’aiguiser la soif de mon désir.47

50La courtisane ne peut offrir que sa « chair sans pensée » et sa « beauté sans âme », ce qui ne suffit pas à satisfaire ce désir si aigu qui le tourmente.

  • 48  Ibid.

Tu fis ce que tu pus. Tu t’es, comme une proie
Pantelante, jetée à mon désir béant;
Et comme un flot aveugle où tout sombre et se noie,
Tu m’as, sans mesurer, dispensé ton néant.48

51Malgré ses efforts, la femme n’arrive pas à donner au poète ce qu’il attendait d’elle. D’ailleurs la courtisane de Silvestre ne peut pas offrir ce qu’elle ne possède pas ; la beauté d’un corps vide de spiritualité ne peut qu’être dispensatrice du néant. Les vers de Silvestre représentent en quelque sorte aussi l’aboutissement d’un parcours de recherche de l’Absolu accompli par le poète symboliste à travers les différents avatars de la figure de la femme. Ils disent l’échec de la tentative que le poète a entreprise de combler dans l’expérience amoureuse ce besoin d’immensité qui le hante.

52Or, si certains continuent malgré tout à entretenir l’illusion d’une femme idéalisée, d’autres commencent à donner libre essor à leur désEnchantement.

53D’un point de vue littéraire, la réaction la plus originale à cette profonde déception prend la forme de l’ironie qui a, en effet, nourri une grande partie de la littérature née dans les clubs et les cabarets de la Rive Gauche au cours des années 1880. A cet égard, des poètes tels que Tristan Corbière ou Charles Cros qui s’étaient attachés à démolir quelques clichés romantiques peuvent faire figure de précurseurs. Révolte de ce dernier s’en prend par exemple au stéréotype de la femme angélique que l’on a décrit plus haut. Son sonnet est une virulente dénonciation du caractère tout à fait irréel des attributs dont ses contemporains revêtent l’être féminin. L’idéalisation est tellement exagérée que la vérité en résulte faussée. La composition de Cros nous paraît très perspicace et nous nous permettons de la reproduire en entier :

  • 49  C. Cros, Révolte, in Le Coffret de Santal, op. cit. , p. 127, (le sonnet fut publié dans l’édition (...)

Absurde et ridicule à force d’être rose,
A force d’être blanche, à force de cheveux
Blonds, ondés, crêpelés, à force d’avoir bleus
Les yeux, saphirs trop vains de leur métempsycose.
Absurde, puisqu’on n’en peut pas parler en prose,
Ridicule, puisqu’on n’en a jamais vu deux,
Sauf, peut-être, dans des keepsakes nuageux...
Dépasser le réel ainsi, c’est de la pose.
C’en est même obsédant, puisque le vert des bois
Prend un ton d’émeraude impossible en peinture
S’il sert de fond à ces cheveux contre nature.
Et ces blancheurs de peau sont cause quelquefois
Qu’on perdrait tout respect des blancheurs que le rite
Classique admet : les lys, la neige. Ça m’irrite !49

54Quand on passe aux années 1880, on ne peut pas oublier les célèbres Déliquescences d’Adoré Floupette. Comme l’on sait, le volume écrit par Beauclair et Vicaire devint une des références du courant décadent, et pourtant l’intention ironique y est souvent très évidente. C’est le cas d’un sonnet intitulé Platonisme où les deux auteurs se moquent ouvertement du cliché de l’inviolabilité de la femme-ange. Comment peut-on vraiment prendre au sérieux une composition où la figure de la Vierge alterne avec celle de la Belle au bois dormant ?

  • 50  [H. Beauclair et G. Vicaire], Platonisme, in Les Déliquescences , poèmes décadents d’Adoré Floupet (...)

La chair de la Femme, argile Extatique,
Nos doigts polluants la vont-ils toucher ?
Non, non, le Désir n’ose effaroucher
La Vierge Dormante au fond du Tryptique.
(...)
O sommeil de la Belle au bois Dormant,
Je veux t’adorer dans la Paix des roses,
Mon angelot d’or, angéliquement.50

55C’est aussi le motif de la communication spirituelle à travers les yeux qui va bientôt s’écrouler sous les coups que lui apportent les sarcasmes des jeunes désabusés de la génération des cabarets du Quartier Latin. Certains ont peut-être déjà rencontré les vers de Laforgue où Pierrot dénonce le vide intérieur que cachent les yeux de la femme :

  • 51   J. Laforgue, Pierrots (Scène courte mais typique), in L’Imitation de Notre-Dame la Lune, in Oeuvr (...)

Je voyais que ses yeux me lançaient sur des pistes
Je songeais : oui, divins ces yeux ! mais rien n’existe
Derrière! Son âme est affaire d’oculiste.51

56Mais sans doute beaucoup moins connaissent-ils l’œuvre d’Emile Goudeau, qui fut pourtant à l’époque le fondateur des Hydropathes – que Laforgue lui-même fréquenta – et responsable de la publication de la revue moderniste Le Chat noir. Sa veine ironiques’annonce dès la parution de ses Fleurs du Bitume en 1878. L’envers du modèle nous présente une femme dont la beauté est digne d’une œuvre d’art et qui s’approche de la perfection. Malgré cela la désillusion ne tarde pas à s’emparer de lui : les yeux de la belle révèlent en effet très vite le néant de son âme.

  • 52   E. Goudeau, L’envers du modèle, in Fleurs du Bitume, Paris, A. Lemerre, 1878, p. 55.

Je voudrais regarder derrière ses prunelles,
Et m’en aller, comme un héroïque chercheur,
A travers la pupille ouverte, jusqu’au cœur
De la belle dont cent tableaux chantent la gloire
Je ne vis rien d’abord, tant la fosse était noire!
(...)
Hélas, dans le trou sombre où mon regard avide
Plongeait, je ne trouvais ça et là que le vide.52

57Le poète ne se laisse pourtant pas complètement abattre et l’air rêveur de l’être féminin risque de l’induire en erreur. Voilà toutefois qu’il s’aperçoit que ce comportement n’est que le fruit d’une pose artificielle. Si la femme présente des indices d’activité intellectuelle, ce n’est que pour répondre à un modèle préétabli :

  • 53  Ibid.

Pourtant elle rêvait. – Modèle réussi,
Car la ligne exigeait qu’elle rêvât ainsi.53

58L’ironie de Goudeau se transforme en sarcasme. En réalité, si la femme du poème à l’air rêveur, c’est parce qu’elle songe à satisfaire un besoin physique : elle a faim !

  • 54  Ibid.

Elle rêvait ! – « J’ai faim », dit-elle se levant.
Et je fus encor plus triste qu’auparavant,
Triste et fâché d’avoir, comme un enfant inique,
Brisé mon cher jouet pour voir la mécanique.54

59Le petit apologue de Goudeau est une parfaite illustration de la chute dans la basse réalité des besoins matériels de l’idéal que la créature féminine a pu représenter. Il ne reste plus au poète qu’à constater sa propre méprise : son rêve d’idéal s’est effondré misérablement :

  • 55  Ibid.

Et je croyais tenir l’idéal, ce maroufle !
Ce mythe en a rejoint d’autres, sous les cyprès !55

60Pour conclure, comme on a bien pu le constater, si la femme en arrive à prendre des caractéristiques négatives la condamnant aux yeux de l’univers masculin fin de siècle, c’est parce qu’elle a été d’abord élue à un rôle d’exemple lumineux et de guide spirituel vers l’Absolu qu’elle ne parvient pas à assumer. Le dénigrement n’est alors que le produit d’un espoir déchu, d’un rêve brisé, d’une attente qui n’a pas été satisfaite. Idéalisée et chargée d’attributs divins et sacrés, le femme révèle les défaillances physiques de tout être humain. Le poète qui croyait avoir trouvé une déesse immatérielle découvre en elle une créature en chair et en os. Sa déception est celle que l’on éprouve quand le monde merveilleux et envoûtant des rêves s’efface au réveil, au moment où l’on ouvre les yeux sur une réalité froide et étriquée.

Haut de page

Notes

1  Voir entre autres J. De Palacio, Le Mythe de la Décollation et le Décadentisme, in Revue des Sciences Humaines, n°153, 1974 et La Féminité dévorante, op. cit., n° 168, 1977 (les deux articles sont maintenant disponibles dans Figures et Formes de la Décadence, Paris, Nouvelles éd. Séguier, 1994, p.307) ; M. Dottin-Orsini, Cette Femme qu'ils disent fatale. Mysoginie fin de siècle, 1870-1914, Paris, Grasset, 1993, p. 384 ; C. Royal, Mulier super bestia. Le diable au féminin ou la lecture perverse de la Décadence, in Revue des Sciences humaines, Lille, n° 234 (avril-juin 1994), pp. 97-112.

2  M. Dottin Orsini, op. cit., p. 17.

3  L. Tailhade, Préface de Théodore de Banville, in Le Jardin des Rêves, Paris, A. Lemerre, 1880.

4  Id. Marmoreum carmen, op. cit., p. 27.

5  J. Lahor, Chanson grecque, in Oeuvres. L’Illusion, Paris, A. Lemerre, s.d., p. 117.

6  M. Rollinat, L’ange pâle, in Les Névroses, Paris, Charpentier, 1885, p. 27

7  J. Lahor, L’absente, op. cit., p. 9.

8  L. Tailhade, Intemerata, op. cit., p. 45.

9 Ibid.

10  G. Rodenbach, Béguinage flamand, in La Jeunesse blanche, in Œuvres, Genève, Slatkine, 1978, tome I, p. 125.

11  E. Des Essart, L'inspiratrice, in Les Élévations, Paris, Lemerre, 1874, p. 137.

12  M. Rollinat, L'ange gardien et L'ange pâle, op. cit., respectivement pp. 21 et 27.

13  J. Lahor, Madone, op. cit., p. 113.

14  G. Rodenbach, Litanies d'amour, in La Jeunesse blanche, op. cit., p. 49.

15  L. Tailhade, Psaume d'amour, op. cit., p. 49.

16  Ibid.

17  Ibid.

18  P.-A. Silvestre, XXX. Je vais le cœur lassé des vaines meurtrissures, in Rimes neuves et vieilles, in Poésies d'Armand Silvestre 1866-1872, Paris, Lemerre, 1880, p. 41.

19  Id. , Beauté entrevue, in Le Chemin des Étoiles, Paris, Charpentier et C.ie, 1885, p. 130.

20  G. Lafenestre, Ivresse, in Idylles et Chansons, in Poésies (1864-1874), Paris, A. Lemerre, 1889, p. 217.

21   G. Rodenbarch, Le Voyage dans les Yeux, Paris, P. Ollendorff, 1893.

22  C. Cros, Sonnet. Les saphirs durs…, in Le Coffret de Santal, in Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1970, p. 100. Le sonnet fut publié dans l'édition du Coffret de 1873.

23  J. Lahor, Désir de mort, op. cit., p. 118.

24  G. Rodenbach, Mysticisme, in La Jeunesse blanche, op. cit., p. 41.

25  L. Tailhade, Sonnet. Ainsi, renouvelant sous le duvet des cygnes, op. cit., p. 23.

26  A. Merat, L'Idole, in Poésies. 1866-1873, Paris, Lemerre, 1898.

27  L. Dierx, Dea, in Les Amants, in Œuvres Complètes de Léon Dierx, Paris, Lemerre, 1925, vol. 2, p. 133.

28  A. Glatigny, Méduse, in Les Flèches d'Or, in Œuvres. Poésies Complètes, Paris, Lemerre, s.d., p. 144.

29  H. De Régnier, Veneri benevolenti, in Les Lendemains, in Les Lendemains. Apaisement. Sites. Épisodes. Sonnets, Paris, Mercure de France, 1924, p. 26.

30  Ibid.

31  J. Lahor, Terreur du Beau, op. cit., p. 223.

32  Ibid.

33  L. Nissim, Il peccato della conoscenza. Studio sul mito della sfinge nel simbolismo francese, in Parcours et Rencontres. Mélanges de langue, d’histoire et de littérature française offerts à Enea Balmas. Paris, Klincksieck, 1993.

34  Voir Y. Vadé, Le Sphinx et la Chimère II, in Romantisme, n° 16, 1977, pp. 71-81 (suite d’un article paru dans le numéro précédent de la même revue); et V. Ramaciotti, La Chimera e la Sfinge. Immagini, miti e profili decadenti. Paris-Genève, Slatkine, 1987.

35  L. Nissim, op. cit., pp. 1283-1284.

36  J. Lahor, Terreur du Beau, op. cit.

37  M. Vaucaire, Idéal , in Arc-en ciel, Paris, A. Lemerre, 1885, p. 9.

38  A. Samain, Une, in Au Jardin de l’Infante, augmenté de plusieurs poèmes (Vas Tristitiae. Évocations. L’Allée solitaire. L’Urne penchée), Paris, Mercure de France, 1901, p. 99.

39  Ibid.

40  L. Tailhade, Novissima verba, op. cit., p. 237.

41  Ibid.

42  P. Bourget, Spleen. J’ai goûté jeune encore…, in Les Aveux, in Poésies 1876-1882, Paris, Lemerre, 1885, p. 237.

43  Id., Débauche, op. cit., p. 258.

44  A. Glatigny, L’Impassible, in Les Vignes folles, op. cit., p. 43.

45  L. Dierx, La courtisane, in Les Amants, op. cit., p. 93.

46  P.-A. Silvestre, Vénus meretrix, in Les Ailes d’Or. Poésies Nouvelles (1878-1880), Paris, Bibliothèque Charpentier, 1891, p. 53.

47  Id., Adieu à une courtisane, in Le Chemin des Étoiles, op. cit., p. 145.

48  Ibid.

49  C. Cros, Révolte, in Le Coffret de Santal, op. cit. , p. 127, (le sonnet fut publié dans l’édition de 1873).

50  [H. Beauclair et G. Vicaire], Platonisme, in Les Déliquescences , poèmes décadents d’Adoré Floupette…, Bysance, chez Lion Vanné, 1885.

51   J. Laforgue, Pierrots (Scène courte mais typique), in L’Imitation de Notre-Dame la Lune, in Oeuvres complètes, Lausanne, L’Age-d’Or, 1986, tome II, p. 87.

52   E. Goudeau, L’envers du modèle, in Fleurs du Bitume, Paris, A. Lemerre, 1878, p. 55.

53  Ibid.

54  Ibid.

55  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°3, Femmes italiennes, 1999

Référence électronique

Fabrizio Bertetti, « La Femme dans la poésie symboliste française. Les poètes mineurs », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 30 mars 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/2931 ; DOI : 10.4000/italies.2931

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org