Navigation – Plan du site
Traduction, diffusion, migration artistique

Parcours poétiques au féminin

Elisa Davoglio, Giovanna Marmo, Laura Pugno, Lidia Riviello, Sara Ventroni
Ada Tosatti
p. 357-392

Résumé

Par ce choix de poèmes et leurs traductions nous souhaitons présenter ici cinq poétesses, nées entre la fin des années soixante et le début des années soixante-dix, qui sont parmi les voix émergentes de la poésie italienne contemporaine : Elisa Davoglio, Giovanna Marmo, Laura Pugno, Lidia Riviello, Sara Ventroni. Cinq univers poétiques distincts mais reliés par leur caractère expérimental et par une attention toute particulière à la matérialité sonore, à la corporéité de la parole.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour chacune des poétesses nous avons choisi de donner à lire des poèmes tirés de leur recueil le (...)
  • 2  Exception faite pour Elisa Davoglio qui avait été néanmoins sélectionnée lors du Prix Antonio Delf (...)
  • 3  Avec le critique d’art Achille Bonito Oliva et le galériste Emilio Mazzioli.

1Par ce choix de poèmes et leurs traductions1 nous voudrions présenter ici cinq poétesses, nées entre la fin des années soixante et la première moitié des années soixante-dix, qui sont parmi les voix émergentes de la poésie italienne contemporaine : Elisa Davoglio, Giovanna Marmo, Laura Pugno, Lidia Riviello, Sara Ventroni. Reconnues dans le paysage littéraire italien pour leurs recherches novatrices en matière poétique, elles ont été pour la plupart d’entre elles finalistes ou lauréates des éditions 2005 et 2007 du Prix de Poésie Antonio Delfini2. Un prix créé en 2001 à l’initiative de l’écrivain Nanni Balestrini3, qui réunit dans son jury des poètes et critiques tels que Alberto Bertoni, Andrea Cortellessa, Alfredo Giuliani, Niva Lorenzini, Tommaso Ottonieri, Edoardo Sanguineti.

2Notre objectif ici n’est pas de développer un discours homogène sur ces cinq auteurs, qui présentent des univers et des styles différents, mais plutôt de donner à lire des parcours au cœur de la modernité poétique. Cinq approches distinctes reliées néanmoins par leur caractère expérimental et par une attention toute particulière à la matérialité sonore, à la corporéité de la parole – la plupart de ces poétesses ayant aussi une pratique de performers. Ainsi, si les poèmes de Elisa Davoglio se caractérisent par le mariage entre une forme d’abstraction d’origine scientifique et la réalité d’un corps s’inscrivant dans l’espace et la fuite du temps, la marque stylistique de Giovanna Marmo réside quant à elle dans la métamorphose du quotidien, dans le lien entre fable et invention métropolitaine, entre dimension minérale et corporelle. La présence du corps est centrale aussi chez Laura Pugno, un corps fragmenté, morcelé, comme les gestes et les paysages suspendus, atemporels, mythiques, auxquels elle donne vie. L’univers qui apparaît dans l’œuvre de Lidia Riviello est au contraire ancré dans une temporalité historique bien précise. Avec une ironie douce mais cinglante, celle-ci met en scène les non-lieux froids de l’ère du néon, les années pop de la consommation de masse. Enfin, chez Sara Ventroni ce sont les paysages industriels, les friches métropolitaines qui dominent, métaphores d’une modernité qui n’est plus mais dont les marques restent inscrites dans les couches géologiques de nos consciences et de nos villes.

  • 4 Poesie dell’inizio del mondo. Premio Antonio Delfini 2001-2003, Roma, Luca Sossella Editore, 2003, (...)

3Chacune d’entre elles, à sa manière, incarne ce que Nanni Balestrini, en marge de la première anthologie « Poesie dell’inizio del mondo » des éditions 2001 et 2003 du Prix Antonio Delfini, identifiait comme le signe distinctif d’une nouvelle génération de poètes : « un’attenzione nuova alla presenza del vissuto, inteso non come evento biografico ma come materialità del corpo. Il rapporto vita-poesia – ajoutait Balestrini – si risolve per il poeta direttamente nel corpo, attraverso cui la poesia si fa voce e gesto, al tempo stesso carne e parola, per tornare a comunicare col mondo e sentirsi parte di esso. Per tentare, oltre l’apocalisse, una “poesia dell’inizio del mondo” »4.

Elisa Davoglio

4Elisa Davoglio, née à Livourne en 1976, vit et travaille à Rome. Elle co-organise les festivals internationaux de poésie Romapoesia et Mediterranea. Elle a publié les recueils de poésie Olio Burning (Giulio Perrone editore, 2006), Consequientiarius (Libreria Padovana Editrice/Chelsea Editions) et le roman Onore ai diffidati (Mondadori, 2008). Certains de ses textes ont été traduits en français dans le cadre de festivals de poésie (Institut culturel italien d’Angers 2007, La poésie/nuit 2008). Les poèmes ici traduits sont tirés du recueil L’Orlo di Galois, (qui paraîtra en décembre chez La Camera verde). Dans ce recueil elle imagine les visions du jeune mathématicien français Evariste Galois – à qui l’on doit la théorie de l’algèbre appelée « Théorie de Galois » – la nuit précédant le duel qui le conduira à la mort à l’âge de vingt ans. Le deuxième texte est tiré du recueil inédit Détour, consacré à des figures marginales, dans ce cas un camorriste.

  • 5 L’Orlo di Galois, Roma, La Camera verde, 2009, sous presse.

5« Non ho tempo »5
una cattedrale in gradoni
non basterebbe per sollevarmi
dalla frammentazione del silice
delle ossa
dentro l’alba
dove bevo un calice che suda
nella formula cerco un’urna esatta
per ammansire gli spettatori
anche se non contiene il corridoio
dove gli stivali rammentano l’ora
sarà lieto infine il camminare
l’orologio si spezza e si frantuma
come l’odio in scadenza
la carne appassita è docile
plastico nelle mani da sorvegliare come
le mie radici

« Je n’ai pas le temps »

une cathédrale en gradins
ne suffirait pas pour me soulager
de la fragmentation du silice
des os
dans l’aube
où je bois un calice qui transpire
dans la formule je cherche une urne exacte
pour apprivoiser les spectateurs
même si elle ne contient pas le couloir
où les bottes se souviennent de l’instant
il sera gai enfin de marcher
l’horloge se casse et se brise
comme la haine à échéance
la chair fanée est docile
maquette dans les mains à surveiller comme
mes racines

  • 6  Inédit.

6La mala ora6

il mattino con un lato lungo di pioggia che dilavava la serpe
                                         schiacciata dal piede nudo del Miracolo
dove si consuma la devozione a forza di piegarsi
unghie affondate di lato in lato alla scelta di condursi oltre
alla trama filata fino ai nodi sciolti a diffondere sorte

quando la statua cessò di mutarmi il corso degli occhi incantato
                                                              dalla serpe alla mia altezza
ho proseguito in direzione sparsa
appassita poi a uno sguardo
nell'intercetta della scelta, a fissarmi ;

a proporre altro fiato alla corsa verso dove
(vicino) si mangia gelati
pinguedine consueta, mancino in maniche rovesciate
quando ci accaparrammo la visuale decisiva per sganciare le
                                                                                              fionde
(attento mira bene come nell'infanzia alle lattine o a occhi di
                                                                                         randagio)
punta che era la mira da uno sguardo che si gira già saggio
negli occhi l'aureola di vertigine
(anche sul muso delle lattine presente quando cadono)

poco scarto da questa dietro l'isolato
si trattiene la statua trattenuta dalla serpe sotto ai piedi
dove ci si rifugia a tentennare
troppo lontani dall'ora in cui prendemmo il largo
deviazione assolta dopo la preghiera

La mauvaise heure

le matin avec un long côté de pluie qui délavait le serpent écrasé
                                                                par le pied nu du Miracle
où la dévotion se consume à force de se plier
des ongles enfoncés d’un côté à l’autre dans le choix de se rendre
                                                                                           par delà
la trame filée jusqu’aux nœuds défaits pour répandre le destin
quand la statue cessa de changer le cours de mes yeux, enchanté
                                                             par le serpent à ma hauteur
j’ai continué en ordre dispersé
fané ensuite dans un regard
au point d’intersection du choix, qui me fixait ;
qui proposait un nouveau souffle à la course vers là où
(tout près) on mange des glaces
habituel embonpoint, gaucher aux manches retroussées,
quand nous nous sommes procuré le point de vue décisif pour
                                                             décrocher les lance-pierres
(attention vise bien comme dans l’enfance les canettes ou les
                                                                   yeux de chiens errants)
pointe qui était la visée d’un regard qui se tourne déjà sage
dans les yeux l’auréole de vertige
(même sur le museau des canettes, présent lorsqu’elles tombent)
peu d’écart de celle-ci derrière l’îlot
s’attarde la statue retenue par le serpent sous ses pieds
là où l’on se réfugie pour chanceler
trop éloignés de l’heure où nous avons pris le large
détour absous après la prière

Giovanna Marmo

7Giovanna Marmo, napolitaine, est une figure polyvalente, à la fois poétesse performer, chanteuse, comédienne, artiste plasticienne. Elle a publié, entre autres, Poesie (Studiozeta, 1998) et le cd audio Sex in Legoland (DeriveApprodi, 2002). Certains de ses textes ont été traduits en français dans le cadre de la revue québécoise Exit. « Nel regno dei muti » fait partie du recueil Fata Morta (Edizioni d’If, 2005) grâce auquel elle a remporté le Prix Antonio Delfini 2005. Le poème « Lunghe Piogge » est tiré du recueil homonyme, encore inédit.

  • 7 Fata Morta, Napoli, Edizioni d’If, 2006.

8Regno dei muti7

Nel regno dei muti,
cani randagi mangiatori di carta,
la bocca cerca luce che non vede.
L’umidità, dicono, si attacca alle vene,
ma non disseta.
La lingua tocca palline di acqua
che l’acqua dell’erba,

l’erba conserva
la gioia di mille lucciole bruciate.

Abeti con le punte che bucano
le orbite dei mostri senza occhi.

Tutto questo solo dopo il lamento dei lupi
dei corvi
che si lanciano nel cielo pesante,

come lo schermo di un film.

Il film se cade
he mi ricopre, me te come due
inutili,
nere piramidi del Nord.

Le règne des muets

Dans le règne des muets,
des chiens errants mangeurs de papier,
la bouche cherche une lumière qu’elle ne voit pas.
L’humidité, à ce qu’on dit, colle aux veines,
mais ne désaltère pas.
La langue touche des billes d’eau
que l’eau de l’herbe,

l’herbe conserve
la joie de mille lucioles brûlées.

Des sapins aux pointes qui trouent
les orbites des monstres sans yeux.
Tout ceci seulement après la plainte des loups
des corbeaux
qui s’élancent dans le ciel lourd,

comme l’écran d’un film.
Le film s’il tombe
et me recouvre, moi toi comme deux
inutiles
noires pyramides du Nord.

  • 8  Inédit.

9Lunghe piogge8
Che il mare intorno
gonfi pure
cieco
le sue onde

e ingoi d’argento il lago
e le collane di ghiaccio :

due dita
incrociano l’aria,
posseduta
dal cerchio.

Nel tempo
delle lunghe piogge
ogni ramo è ragno,
le voci
sono estranee.

E il pesce gatto
cerca rifugio
nelle acque profonde.

Ogni ramo è ragno :

al mio fianco,
cacciatore
ancora vivo,
l’orso

respira ferro

nascosto

nell’odore
del suo cane.

Nel tempo
delle lunghe piogge
viviamo in questo mondo
in virtù di un altro mondo
ed entriamo

nel silenzio.

Longues pluies

La mer autour
peut bien gonfler
aveugle
ses vagues

avaler d’argent le lac
et les colliers de glace :

deux doigts
croisent l’air,
possédé
par le cercle.

Au temps
des longues pluies
chaque branche est araignée,
les voix
sont étrangères.

Et le poisson-chat
cherche un abri
dans les eaux profondes.
Chaque branche est araignée :

à mes côtés,
chasseur
encore vivant,
l’ours

respire le fer

caché
dans l’odeur
de son chien.

Au temps
des longues pluies
nous vivons en ce monde
en vertu d’un autre monde
et entrons

dans le silence.

Laura Pugno

10Laura Pugno est née à Rome en 1970. Traductrice du français et de l’anglais, elle collabore aux pages culturelles de La Repubblica e Il Manifesto. Certains de ses poèmes ont paru, avec des textes en prose de Giulio Mozzi, dans le livre Tennis (Nuova Magenta Editrice, 2001). En 2002 elle a publié Sleepwalking (Sironi editore). En 2005, elle a été finaliste du Prix Antonio Delfini avec le poème Descrizione del bosco et a remporté le prix « Scrivere Cinema » à l’Autumn Film Festival. Son premier roman, Sirene, a été publié en 2007 chez Einaudi. Certains de ses poèmes ont paru en français sur la revue québécoise Exit (trad. Antonella d’Agostino) et sur le blog « Une autre poésie italienne », émanation du groupe de traduction collective dirigé par le professeur et poète J.Ch.Vegliante à l’Université de Paris III. Les poésies ci-dessous sont tirées du recueil Il colore oro (Le Lettere, 2007) et du recueil inédit La mente paesaggio.

  • 9 Descrizione nel bosco, in Il Colore Oro, Firenze, Le Lettere, 2007.

11Interruzione del bosco9
questo è qualcuno-cosa che è mutata,
grande tartaruga piena di carne

vedi la storia :
si muovono a quattro zampe,
c’è olio sull’acqua
e copertoni incendiati

c’è olio, più antico, sull’acqua,
se guardi bene

ora che non c’è interruzione del bosco
prima della lingua

non è stato
preparato: è un luogo molto semplice

ci sono, creature, cose
fuori

la caccia a che animale
sulle piste
preda più che vera

morde la frutta
frantuma la testa del colobo
e ora s’ingrandisce la bestia

creatura che diventa predatore,
perde pelliccia
si costruisce unghie

e prelingua :

cambia il basicranio, scende
la laringe nella gola
come a due anni nel cucciolo

questo, è cosa che può parlare, che è mutata

vedi,
le scimmie fanno musica
come decifrano tamburi,
latte di benzina
che gli dài,

come e più delle scimmie ti cambia l’osso
che ti attacca al corpo

già sei ritto in piedi
con testa pesante che si scarica a terra

si modifica l’impianto di equilibrio
qualcuno ti segna la fronte
inuma i tuoi morti
e inumazione del corpo dell’orso
copre la decomposizione del corpo

porta le ossa in un angolo

fai galleggiare zattere
di fuoco sull’acqua,
copertoni incendiati con sopra
ossa bianche forate bianchissimi fiori

Interruption du bois

ceci est quelqu’un-chose qui a mué,
grande tortue pleine de chair

regarde l’histoire :
ils bougent à quatre pattes,
il y a de l’huile sur l’eau
et des pneus incendiés

il y a de l’huile, plus ancienne, sur l’eau,
si tu fais attention

maintenant qu’il n’y a pas d’interruption du bois
avant la langue

ça n’a pas été
préparé : c’est un lieu très simple
il y a des créatures, des choses
dehors

la chasse à quel animal
sur les pistes
proie plus que vraie

mord les fruits
brise la tête du colobe
et maintenant s’accroît la bête

créature qui devient prédateur,
perd la fourrure
se construit des ongles

et pré-langue :

le basicrane change, le larynx
descend dans la gorge
comme à deux ans chez le petit

ceci est chose qui peut parler, qui a mué

regarde,
les singes font de la musique
comme ils déchiffrent des tambours,
lait de pétrole
que tu lui donnes,

comme et plus que chez les singes change l’os
qui te rattache au corps

déjà tu es droit debout
la tête lourde qui se décharge dans la terre

le système d’équilibre se modifie
quelqu’un te marque le front
inhume tes morts
et l’inhumation du corps de l’ours
couvre la décomposition du corps

amène les os dans un coin

fais flotter des radeaux
de feux sur l’eau,
des pneus incendiés avec par-dessus
des os blancs percés fleurs très blanches

  • 10  Inédit.

12Gilgames’10

campo di grano selvatico
latte di asino selvatico
il selvatico che non conosce –

esce dalla sabbia
legge i sogni
vedi nel movimento della sabbia
che è presente

vedi
il luogo splendente,

che è – cerca,
che coincide

*
l’abito di piume
è appeso al buio,

è sulla carne del braccio,

il corpo cambia
in quello di un uccello

*
ti muovi al buio,
c’è buio nella tua bocca

vai verso
una striscia di spiaggia
fatta di ciottoli –
a quattro zampe

il buio ti bagna le dita
delle mani

*
la pianta che cresce sott’acqua
con foglie carnose
come salvia –

la pianta perduta
che cambia
la tua carne

come grano
perfetto e splendente
che cresce sott’acqua

*
beve alle pozze come
l’animale perfetto
balbetta la lingua

le parole gli prendono forma
come sassi nell’acqua

*
ogni sera con un sogno
nel cerchio di grano selvatico cambia,
perde la prima pelle

dormi nel bosco
il sonno che viene dal bosco
il tuo corpo è una pianura
punteggiata di fuochi

*
la lingua si ritrae,
contrae
gli splendidi muscoli,
cerca copertura

all’entrata del bosco –
lo splendore portato come un mantello

*
viene la doppia ora
simile a una tartaruga

la gola e la nuca
scompaiono
nel guscio d’osso

il sole è sul fiume e la libellula
è sul fiume –
gli occhi verso il sole

*
il guscio d’osso
o, rovesciata la struttura,
lo splendore –

il sonno è una nebbia,
il sonno è una forma di pane
accanto alla testa

la bellezza del tuo corpo è coperta

*
scendi sott’acqua
porta la pianta dell’inquietudine
negli orti di casa,
masticala come un’alga
nel piatto di casa

*
“di colei che là riposa, che là riposa, la madre di Ninasu,
che là riposa :
le sue pure spalle non sono ricoperte di nessun vestito,
i suoi puri seni sono come coppe di unguento appese !”

le tue spalle non sono coperte da nessun vestito

*
hai visto la forma del vento
nella forma del vento a branchi di uccelli
hai visto

come un vaso rotto
come uno splendido stendardo

“hai visto colui il cui spirito non ha nessuno che si curi di lui,
l’hai visto ?”

“sì, l’ho visto:
è costretto a mangiare i resti della ciotola,
i rimasugli del cibo buttati per strada”.

Gilgamesh

champ de blé sauvage
lait d’âne sauvage
le sauvage qu’il ne connaît pas –

il sort du sable
lit les rêves
tu vois dans le mouvement du sable
qu’il est présent

tu vois
le lieu resplendissant,

qui est-cherche,
qui coïncide

*
l’habit de plumes
est accroché dans le noir

il est sur la chair du bras

le corps change
en celui d’un oiseau

*
tu bouges dans le noir
il y a du noir dans ta bouche

tu vas vers
une bande de plage
faite de galets –
à quatre pattes

le noir mouille les doigts
de tes mains

*
la plante qui pousse sous l’eau
aux feuilles charnues
comme de la sauge

la plante perdue
qui change
ta chair

comme du blé
parfait et resplendissant
qui pousse sous l’eau

*
il boit dans les flaques comme
l’animal parfait
balbutie la langue

les mots en lui prennent forme
comme des pierres dans l’eau

*
chaque soir par un rêve
dans le cercle de blé sauvage il change,
perd sa première peau

tu dors dans le bois
le sommeil qui vient du bois
ton corps est une plaine
ponctuée de feux

*
la langue se rétracte,
contracte
les muscles splendides,
cherche un abri

à l’orée du bois –
la splendeur portée comme un manteau

*
l’heure double s’avance
semblable à une tortue

la gorge et la nuque
disparaissent
dans la carapace d’os

le soleil est sur la rivière et la libellule
est sur la rivière –
les yeux vers le soleil

*
la carapace d’os
ou, la structure renversée,
la splendeur –

le sommeil est un brouillard,
le sommeil est une boule de pain
à côté de la tête

la beauté de ton corps est couverte

*
descends sous l’eau
apporte la plante de l’inquiétude
dans les potagers domestiques
mâche-la comme une algue
dans le plat domestique

*
« de celle qui là-bas repose, qui là-bas repose, la mère de Ninazu,
qui là-bas repose :
ses pures épaules ne sont recouvertes d’aucun vêtement
ses purs seins sont comme des coupes d’onguent suspendues ! »

Les épaules ne sont couvertes d’aucun vêtement

*
tu as vu la forme du vent
dans la forme du vent par volées d’oiseaux
tu as vu

comme un vase brisé
comme un splendide étendard

« as-tu vu celui dont l’esprit n’a personne qui prenne soin de lui,
l’as-tu vu ? »

« oui, je l’ai vu :
il est obligé de manger ce qui reste dans l’écuelle,
les restes de la nourriture jetés dans la rue ».

Lidia Riviello

13Lidia Riviello est née à Rome, où elle vit et travaille. Depuis 1998, elle est responsable d’une rubrique consacrée à la poésie dans l’émission Radiotresuite. Depuis 2004, elle co-dirige le festival international de poésie Romapoesia. Son premier texte publié est Aule di passaggio (Ed.Noubs, 1998), suivi par La metropolitana (Ed. Signum, 2001) et Rhum e acqua frizzante (Giulio Perrone editore, 2005). En 2007 elle remporte le Prix Antonio Delfini avec le recueil Neon 80 (Editrice Zona, 2008), salué par Edoardo Sanguineti comme « un esempio davvero eccellente di produzione poiematica ». Certains de ses textes ont été traduits en français dans le cadre de festivals de poésie (Institut culturel italien d’Angers 2007, La poésie/nuit 2008) et par le groupe de traduction collective « Une autre poésie italienne », dirigé par le professeur et poète J.Ch.Vegliante à l’Université de Paris III. Les extraits présentés ci-dessous sont tirés de Neon 80 et du recueil inédit Ritorno al video.

  • 11 Neon 80, Arezzo, Editrice Zona, 2008.

14Intro11[…]
Una società perfetta, coppie a digiuno di massa
fedeli all’acero azzurro delle cliniche new age
moscerini perversi, tanto platino per gioielli su misura,
materia e antimateria e così si procede.

Fatti fummo per essere al neon assuefatti
occhio per occhio, digitale celeste, anno del Dragone
fatti fummo per essere consumati.
Eravamo i cigni del decennio Ottanta e fatti fummo di
fumo per vivere di pillole e gas.
Quando demi moore nasceva
il Neon già arricchiva i potenti della terra e come le
mele stavamo e come i fumetti sottosopra
e le bestie splendevano placide,
nessuno superava il limite di velocità né su
autostrada né in guerra.
Cronenberg ci salvò dalla potatura dell’inconscio.

Anno Ottanta tutt’intero senza forma e ci ritrovammo
a bere coca cola, l’elettronica ci scosse l’anima
il canto stonò e i metalmeccanici si estinsero come
antilopi

Società perfetta, di tutti, dei morti soprattutto, dei
morti con nessuno in casa col riciclo delle grandi
banconote, banche rotte oltre il mare
società perfetta restituisce ai suoi, tornati al naturale,
i debiti di un consumo artificiale, strafatto ed immortale.
[…]

Intro

[…]
Une société parfaite, jeûne de masse pour les couples
fidèles à l’érable bleu clair des cliniques new age
moucherons pervers, tant de platine pour des bijoux sur mesure,
matière, anti-matière et ainsi de suite.
Nous fûmes faits pour être accoutumés au Néon,
œil pour œil, digitale céleste, année du Dragon
nous fûmes faits pour être consommés.
Nous étions les cygnes de la décennie Quatre-vingt et fûmes faits
                                                                                                    de
fumée pour vivre de pilules et de gaz.
Quand demi moore naissait
le Néon déjà enrichissait les puissants de la terre et comme les
pommes nous étions, et comme les BD, sens dessus dessous
et les bêtes brillaient paisibles,
personne ne dépassait la limite de vitesse ni sur
l’autoroute ni en guerre.
Cronenberg nous sauva de l’élagage de l’inconscient.
Année Quatre-vingt tout entière sans forme, nous nous sommes
                                                                                         retrouvés
à boire du coca, l’électronique secoua l’âme
le chant détonna et les métallos disparurent comme
des antilopes

Société parfaite, de tous, des morts surtout, des
morts avec personne chez soi avec le recyclage des grands
billets de banques, banqueroutes par delà la mer
société parfaite rend aux siens, revenus au naturel,
les dettes d’une consommation artificielle, faite et refaite,
                                                                                     immortelle.

  • 12  Inédit.

15Settimo video12Nel settimo video la decisione fu improrogabile :
moquettes in sconto solo per gli asmatici.
E si respirò con polmoni artificiali
ma teneri, colorati, abbaglianti e
quasi commovente fu lo sforzo collettivo
di respirare tutti insieme anche per il prossimo.
Ci lasciammo alle spalle le scorte di animali
di fiume. Non sapevamo ancora rifiutare, nell’inorganico
eravamo abituati a inspirare e respirare, un’esercizio
che ci fu imposto dalle lezioni della mattina di aerobica
una nuova disciplina,  alla quale si obbediva senza paura.
Il brivido fu dell’autore che scriveva la nostra storia.
Un autografo per favore, e lo sconto per mio figlio

Septième vidéo

Dans la septième vidéo la décision fut irrévocable :
des remises sur les moquettes seulement pour les asthmatiques.
Et l’on respira avec des poumons artificiels
mais tendres, colorés, éclatants et
presque émouvant fut l’effort collectif
de respirer tous ensemble y compris pour son prochain.
Nous laissâmes derrière nous les réserves d’animaux
de rivière. Nous ne savions pas encore refuser, dans l’inorganique
nous étions habitués à inspirer et respirer, un exercice
qui nous fut imposé par les leçons matinales d’aérobic
une nouvelle discipline, à laquelle l’on obéissait sans peur.
Le frisson fut celui de l’auteur qui écrivait notre histoire.
Un autographe s’il vous plaît, et une remise pour mon fils

Sara Ventroni

16Sara Ventroni est née à Rome en 1974. Ses textes ont été publiés dans de nombreuses revues telles que Nuovi Argomenti, L’immaginazione, Accattone. Elle collabore à Liberazione et Il Foglio. Poétesse performer, elle a remporté le premier « poetry slam » italien. En 2005 elle publie la pièce de théâtre Salomé (No Reply) et est classée parmi les finalistes du Prix Antonio Delfini avec le poème Nel Gasometro (Le Lettere, 2006), préfacé par Elio Pagliarani qui voit en ce recueil la « poesia basilare della poesia del Duemila ». Actuellement, elle écrit un roman pour la maison d’édition Rizzoli. Certains de ses poèmes ont été traduits en français par D. Garand, par J. Portante, et par le groupe de traduction collective « Une autre poésie italienne » dirigé par le professeur et poète J.-C.Vegliante à l’Université de Paris 3. Le premier extrait est tiré de la section intitulé « La Fabbrica del mondo » dans Nel Gasometro. Suivent ensuite cinq courts textes inédits réunis sous le titre cinque epigrammi (million dollar baby).

  • 13 La fabbrica del mondo, in Nel gasometro, Firenze, Le Lettere, 2006.

17Armi, macchine da cucire, bici, pezzi di ricambio.13

C’è tutto qui dentro, la fabbrica del mondo
una rivoluzione
impercettibile ad occhio nudo intorno al proprio asse
(si parla di rivoluzione terrestre).

I tecnici procedono in silenzio da un ambiente all’altro.
Come fanno nei guanti le mani ?
(per le operazioni sottili) :
il tremore, i margini di errore. Le maschere ingombrano
al respiro
bastano scorte di ossigeno, si forma vapore organico.

Prendono in esame le tecniche
di composizione di oggetti
con potenziale infinito di scambio,
limitato di reazione.

*

Non siamo ancora finiti :
sforniti di chiare indicazioni circa il dove
artono le cose che ci arrivano
o come cambiano le cose che ci passano
attraverso :
piacevolmente insensibili al contatto,
finalmente tutto è puro mezzo.

(cosa si coglie in queste facce ?
Intimità, licenze di acquistare competenze,
processi di aggregazione ?)

La porta ha colature di ruggine, tracce
di combustione, fuliggine. Il materiale fissile,
trattato o grezzo, è un oggetto come un altro di commercio.

La terra compie rivoluzioni permanenti :
che ne sa l’occhio nudo.
Ci fosse solo quello di armamento, c’è anche questo del silenzio.

E macchine per tingere i nastri,

(i tracciati dei corpi) :

in un settore particolare ti cambiano il cuore
(il cuore-pistone, s’intende)
se trapiantato in condizione zero-pressione il cuore non muore
ma non ha sangue.


Armes, machines à coudre, vélos, pièces de rechange.

Il y a tout là-dedans, l’usine du monde
une révolution
imperceptible à l’œil nu autour de son axe
(on parle de révolution terrestre).
Les techniciens avancent en silence d’une zone à l’autre.
Comment font les mains dans les gants ?
(pour les opérations subtiles) :
le tremblement, les marges d’erreur. Les masques encombrent
le souffle
n’a besoin que de réserves d’oxygène, de la vapeur organique se
                                                                                              forme.
Ils prennent en examen les techniques
de composition d’objets
au potentiel d’échange infini
et de réaction limité.
*
Nous ne sommes pas encore finis :
dépourvus d’informations claires sur le lieu d’où
partent les choses qui nous parviennent
ou sur comment changent les choses qui
passent à travers nous :
agréablement insensibles au contact,
finalement tout n’est que simple moyen.

(que saisit-on sur ces visages ?
Intimité, licences d’acquérir des compétences,
processus d’agrégation ?)

La porte a des coulées de rouille, des traces
de combustion, de la suie. Le matériel fissile,
traité ou brut, est un objet de commerce comme un autre.

La terre accomplit des révolutions permanentes :
qu’en sait-il l’œil nu ?
S’il n’y avait que cet équipement-là, mais il y a aussi celui du
                                                                                       silence.

Et des machines pour teindre les rubans,
(les tracés des corps) :
dans un secteur particulier on échange ton cœur
(le cœur-piston, bien entendu)
si greffé dans des conditions de pression-zéro le cœur ne meurt
                                                                                              pas
mais n’a pas de sang.

  • 14  Inédit.

18Cinque epigrammi
(
million dollar baby)14

I
Dura poco conviene starci dentro
                                                   il tempo abita i corpi soltanto.

II
Bisognerebbe ricominciare a fumare il bisonte il sultano Sherlock
                                                                                                 Holmes
o quel pesce che strabuzza gli occhi davanti a un editoriale,
                                                                                         bisognerebbe
riprendere il gusto carnale
                                          delle bestemmie.

III
E così, saliva su saliva
                                    la crosta si riforma
intorno alla carne viva

(saliva su saliva si forma la costa, la deriva)

perché è vitale essere avvolti
da solide sostanze apparenti.

E per vitale intendi : ciò che è proprio
degli esseri viventi.

IV
Adesso i teologi procedono per sintomi
                                                              referti
fibre lanose strofinate, budellini cannule lavande
(l’alimentazione autonoma garantisce
che la curia non venga a rimboccarci le coperte).

V
Balla il limbo balla la lambada balla bella bimba
                                                                           Bakunin torna a casa.

Cinq épigrammes
(million dollar baby
)

I
Ça dure peu vaut mieux rester dedans
   le temps habite les corps seulement.

II
Faudrait recommencer à fumer le bison le sultan Sherlock Holmes
ou ce poisson qui roule des yeux devant un édito, faudrait
retrouver le goût charnel
des jurons.

III
Et ainsi, salive sur salive
         la croûte se reforme
autour de la chair vive
(salive sur salive se forme la côte, la dérive)
car il est vital d’être enveloppés
par de solides substances apparentes.
Et pour vital comprends : ce qui est propre
aux êtres vivants
.

IV
À présent les théologiens procèdent par symptômes
           diagnostics
fibres laineuses frottées, petits boyaux canules lavements
(l’alimentation autonome garantit
que la curie ne vienne pas nous border dans nos lits).

V
Danse le limbo, danse la lambada, danse bébé danse
                Bakounine rentre à la maison.

Haut de page

Notes

1  Pour chacune des poétesses nous avons choisi de donner à lire des poèmes tirés de leur recueil le plus représentatif ainsi qu’un texte inédit, qui montre leurs plus récentes explorations, fourni spécialement pour le numéro 13 d’Italies « Poeti d’oggi / Poètes italiens d’aujourd’hui ». Toutes les traductions sont de notre main.

2  Exception faite pour Elisa Davoglio qui avait été néanmoins sélectionnée lors du Prix Antonio Delfini 2007. Cette jeune poétesse a été par ailleurs finaliste en 2003 du Prix « De Palchi-Raiziss », consacré aux jeunes poètes, avec un jury présidé par Giovanni Raboni.

3  Avec le critique d’art Achille Bonito Oliva et le galériste Emilio Mazzioli.

4 Poesie dell’inizio del mondo. Premio Antonio Delfini 2001-2003, Roma, Luca Sossella Editore, 2003, p. 8.

5 L’Orlo di Galois, Roma, La Camera verde, 2009, sous presse.

6  Inédit.

7 Fata Morta, Napoli, Edizioni d’If, 2006.

8  Inédit.

9 Descrizione nel bosco, in Il Colore Oro, Firenze, Le Lettere, 2007.

10  Inédit.

11 Neon 80, Arezzo, Editrice Zona, 2008.

12  Inédit.

13 La fabbrica del mondo, in Nel gasometro, Firenze, Le Lettere, 2006.

14  Inédit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, revue d’études italiennes, Université de Provence, n° 13, Poètes italiens d’aujourd’hui, 2009

Référence électronique

Ada Tosatti, « Parcours poétiques au féminin », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/2976 ; DOI : 10.4000/italies.2976

Haut de page

Auteur

Ada Tosatti

Université Paris 3
Agrégée d’italien, elle est actuellement lectrice à l’Université Paris 3. Elle prépare une thèse de doctorat portant sur l’extrémisme littéraire et politique pendant les années de plomb. Diplômée de l’Institut de Sciences Politiques de Paris et titulaire d’une maîtrise de Lettres Modernes, elle s’intéresse aux relations entre champ littéraire et politique (DEA sur les échanges entre Sartre et Vittorini dans l’immédiat après-guerre.) Elle a obtenu deux bourses de l’Ecole Française de Rome en 2006 et 2007. Depuis 2006, elle collabore à l’atelier de traduction du CIRCE « Une autre poésie italienne ».

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org