Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Actes à paraître dans le n°23 des « Cahiers d’études romanes », en 2011.
  • 2  La Méditerranée sur la route des Indes, actes à paraître fin 2011.

1C’est un colloque à l’intitulé quelque peu polémique qu’a organisé en mars 2010 le Centre Aixois d’Études Romanes à l’approche des cent cinquante ans de l’Unité italienne, en un début de printemps riche en activités scientifiques puisque l’une des équipes venait d’achever un colloque sur le thème de l’ailleurs dans le théâtre espagnol1, et qu’au moment où ont débuté les travaux sur le Risorgimento se tenait, parallèlement, un autre colloque, de couleur lusiste, sur Goa et les voyages aux Indes2.

2Un titre tel que « L’envers du Risorgimento » pourrait laisser présager des travaux relevant essentiellement de l’Histoire. Or il ne s’agit pas, tant s’en faut, d’un colloque de seuls historiens : le Risorgimento est un domaine aux multiples entrées où diverses disciplines trouvent aisément leur place. Aux côtés de l’histoire se tient, en tout premier lieu, la littérature. Nombreux sont les écrivains des XIXe et XXe siècles qui ont situé l’action de romans ou de nouvelles en ces temps forts du devenir de l’Italie, non seulement pour fournir un cadre à la fiction, mais aussi pour proposer une interprétation, immédiate ou temporellement distancée, des événements. Les artistes, les gens de théâtre et, plus récemment, les cinéastes ont tenu à donner leur vision de ce grand mouvement et de ses résultats. Une vision qui, sociocritique oblige, est forcément teintée de la couleur du temps où elle s’est exprimée. On ne décrit pas, on n’évoque pas le Risorgimento aujourd’hui comme on l’évoquait ou le décrivait il y a cinquante ans, pendant la période de reconstruction de l’après-guerre, ou il y a cent ans quand l’Europe s’acheminait vers la Première guerre mondiale par laquelle l’Italie espérait combattre une ultime guerre d’indépendance, ou il y a cent cinquante ans, quand l’Unité était récente, ou encore il y a près de deux cents ans alors que tout était encore à faire.

3Les livres d’histoire – de même que les cours reçus au lycée ou à l’Université – ont forcément tendu (non sans raison) à offrir de ce mouvement une vision positive, souvent édulcorée, embellie du romantique décor des magnifiques peintures de Francesco Hayez (ah ! le splendide Bacio, l’adieu du patriote à sa belle !) ou du fond musical des opéras de Verdi. Qui pense “Risorgimento” se met à fredonner le célèbre « Va pensiero » du Nabucco, oubliant trop souvent qu’il s’agit d’un chœur de lamentations et non d’un chant de révolte ou de victoire. On revoit en pensée le massif monument à Victor-Emmanuel qui trône tout blanc en plein centre de Rome, les statues équestres qui ornent la plupart des places de Turin. On s’émotionne aux accents des fervents credo des républicains mazziniens, on vibre devant les vigoureuses images du fier Garibaldi et de la courageuse Anita que l’on ne manque pas d’aller saluer lors de promenades romaines sur le Janicule. Le beau musée du Risorgimento qu’abrite le monument à Victor-Emmanuel offre une série de précieuses reliques et de tableaux exaltant les souffrances endurées, telle la toile de Vincenzo Nicolini, Letterato in prigione, représentant la constance du patriote dans sa cellule, occupé à écrire. Celui de Turin procure l’émotion de voir le premier Parlement du Royaume d’Italie, si semblable à une salle de théâtre qu’il en paraît irréel…

4Tout cela, évidemment, n’est pas faux. Mais ce sont des aspects si rebattus, si colportés, voire éculés que, comme ces phrases que l’on se répète par jeu à l’oreille et qui arrivent en fin de parcours si déformées qu’elles sont méconnaissables, on finit par avoir du Risorgimento une vision tout idyllique. Le “mythe” du Risorgimento a fini par occulter dans nos esprits l’idée de ce que put être la réalité. L’observation de divers dérapages, de certaines infirmités de l’Italie d’aujourd’hui invitent à se poser des questions quant aux résultats, proches ou lointains, de ce que nous voyons d’ordinaire comme un grand mouvement unitaire vers la fraternité et le progrès. « Fratelli d’Italia » chante l’hymne national.

5Ce colloque a donc été l’occasion d’examiner les faits sous un autre angle, avec un point de vue différent, qui n’a pas été nécessairement négatif ou désacralisant, du moins pas seulement. Les amoureux de l’Italie que sont tous les participants ne souhaitaient pas s’auto-flageller avec complaisance, mais ils ont adopté une position objective, distanciée, filtrée par le corpus que chacun a choisi.

6Comme le démontre le contenu de ce volume, les trois journées de colloque ont été articulées autour de grands domaines : la littérature in medias res du XIXe siècle, la réécriture qu’en offrirent les écrivains du XXe, les grandes figures historiques, les mouvements et idées politiques. Sans doute ne pourrions-nous pas nous vanter d’avoir fait le tour de la question, elle comporte trop de facettes et soulève trop de problèmes. Mais, loin de nous être retrouvés plus pauvres – privés de nos illusions – nous en sommes assurément ressortis plus riches, plus réceptifs, plus clairvoyants.

Haut de page

Notes

1  Actes à paraître dans le n°23 des « Cahiers d’études romanes », en 2011.

2  La Méditerranée sur la route des Indes, actes à paraître fin 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 15, L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, 2011

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Avant-propos », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/3033

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Directrice du CAER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org