Navigation – Plan du site
Écrivains du XIXe siècle

Lorsque l’échec des « fratelli d’Italia » résonne dans la littérature. L’exemple sicilien de I Malavoglia et I Viceré

Isabelle Payet
p. 95-120

Résumé

L’Italie, pays historiquement et culturellement marqué par la religion chrétienne et la Révolution française (qui choisira en 1946 comme hymne national un chant du Risorgimento intitulé « Fratelli d’Italia »), se construit tout au long du XIXe siècle autour du fraternel et de la fraternité. Ces thèmes vont résonner dans la littérature, notamment en Sicile, où les écrivains se situent à l’écart du discours dominant et éprouvent, peut-être plus qu’ailleurs, le besoin de représenter la (ou les) ligne(s) de fracture à l’œuvre dans la société. Dans I Malavoglia et I Viceré, grands « romans de la famille » publiés respectivement en 1881 et en 1894, Verga et De Roberto, parviennent à faire résonner l’échec de la fraternité nationale en traitant la relation fraternelle dans ce qu’elle a de plus obscur et de plus dur. En déconstruisant de manière oblique la fraternité, ils disent, d’une certaine façon, l’échec du Risorgimento.

Haut de page

Texte intégral

1En 1946 la jeune République italienne choisit comme hymne national officiel “Il canto degli italiani”, plus connu sous le nom de “Fratelli d’Italia”. Le choix est symbolique et montre combien il est important, à ce tournant de l’histoire du pays, de (re)placer la fraternité au cœur de la construction nationale.

2Marquée par le double héritage de la religion chrétienne et de la Révolution Française, la fraternité a eu une grande résonance dans l’histoire européenne, en Italie en particulier, où pendant tout le XIXe siècle elle a progressivement investi le champ social et politique. Parallèlement à la fraternité, le lien fraternel (au sens étroit du terme de relation entre frères et sœurs) se retrouve aussi au premier plan puisqu’à cette époque les interrogations sur l’organisation de la famille, sur son fonctionnement, sont au cœur de la vie sociale. D’un point de vue plus strictement littéraire, il est à noter que ce double mouvement d’émergence du fraternel et de la fraternité intervient au moment où en Italie explose la production romanesque (rappelons que la saison du roman y a été très tardive et que ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que ce genre littéraire commence à connaître du succès).

  • 1  C’est par ailleurs un phénomène décrit avec précision par les sociologues, pour qui « les relation (...)

3C’est la conjonction de tous ces éléments (l’explosion du roman, l’émergence de la famille et du fraternel, celle de la fraternité) qui nous a conduite à nous demander dans quelle mesure l’étude des relations fraternelles dans les deux grands romans de la famille que sont I Malavoglia et I Viceré, pouvait éclairer l’histoire, et le devenir de la métaphore politique des “Fratelli d’Italia”1.

I Malavoglia

4Dans le roman I Malavoglia, le monde s’organise autour de trois communautés : la famille, le village et enfin l’État.

5Dans la vision traditionnelle qu’en a Padron ’Ntoni, la communauté familiale protège l’individu, à travers l’entraide et la solidarité, notamment, mais inversement l’individu doit vivre pour elle, il doit être conforme au modèle familial. Ceux qui quittent le groupe sont perdus, car à l’extérieur de la communauté, l’entraide et la solidarité ne peuvent plus s’exercer. Cette conception patriarcale de la famille s’appuie sur la tradition, sur un temps cyclique, où l’équilibre vient d’un certain immobilisme en accord avec la nature.

  • 2  Ces trois notions de charité, solidarité, fraternité se rapportent à une même sphère sémantique de (...)
  • 3  Giovanni Verga, I Malavoglia, Milano, Mondadori, 1983., p. 50. [Les voisins doivent être comme les (...)
  • 4  Ibidem, p. 85. [détourner l’eau vers leur moulin.]

6La communauté formée par les habitants du village se définit principalement par rapport aux “étrangers” (ceux qui n’appartiennent pas à la communauté). Cette fermeture vers l’intérieur pourrait favoriser l’émergence de liens de charité, de solidarité ou de fraternité2, or il se passe exactement le contraire. La logique de l’intérêt privé, celle de l’individualisme et de l’égoïsme pervertissent le fonctionnement communautaire et déchirent le tissu social. Le texte est du reste plein d’exemples de dialogues ou de situations où l’intérêt individuel prime sur celui de la communauté. Et même si, à la marge de ce monde là, quelques personnages trouvent encore du sens dans les valeurs de fraternité et/ou de solidarité, parviennent à préserver un lien social (c’est le cas de Nunziata, de Grazia Piedipapera ou encore de Anna, pour qui « I vicini devono fare come le tegole del tetto, a darsi l’acqua l’un l’altro »3) ils semblent bien fragiles face à tous les autres qui ne se soucient que de « tirar l’acqua al proprio mulino »4.

  • 5  Ibidem, p. 13. [Voilà ce que faisait le roi : il prenait les garçons pour le régiment quand ils ét (...)
  • 6  Ibidem, p. 27. [Ça m’est égal, répétait [oncle Crocifisso]. Mais de mon temps il n’y avait pas tan (...)
  • 7  Ibidem, p. 106. [...et don Giammaria et le pharmacien avaient raison quand ils parlaient de gouver (...)

7Pour finir il y a l’État, la communauté qui englobe, ou devrait englober toutes les autres, voire pour certaines les remplacer, puisque l’identité communautaire à l’intérieur du village n’est plus une réalité très solide. Or que ce soit par le biais des réformes administratives ou par celui de ses représentants directs, l’État ne parvient pas, aux yeux des habitants d’Aci Trezza à être bien plus qu’une entité vaporeuse et parfois diabolique dont les intérêts sont contraires à ceux de la communauté. L’État moderne qui se met en place et développe les transports maritimes, les télécommunications, les voies ferrées, tout est perçu, de l’intérieur du village, comme une menace extérieure qui vient bousculer le fragile (et déjà factice) équilibre de la communauté. La mise en place de la conscription bouleverse l’organisation du travail (« Il re faceva così, che i ragazzi se li pigliava per la leva quando erano atti a buscarsi il pane ; ma sinché erano di peso alla famiglia, avevano a tirarli su per soldati »5), l’école obligatoire est vue comme une nouveauté bien inutile (« A me non me ne importa – ripeteva [lo zio Crocifisso]. – Ma ai miei tempi non c’erano tanti lampioni, né tante scuole ; non si faceva bere l’asino per forza, e si stava meglio »6) ; quant aux impôts ils ne servent qu’à enrichir un État voleur (« ... e avevano ragione don Giammaria e lo speziale quando parlavano del Governo ladro »7).

8Les trois communautés que l’on vient d’évoquer rapidement, et dont on attendrait qu’elle s’entraînent mutuellement dans une dynamique positive (qui serait le ciment de l’unité nationale) sont en réalité isolées les unes des autres, elles “tournent dans le vide”, et la fraternité exaltée des textes de propagande, des chants patriotiques, des discours politiques n’atteint visiblement pas le microcosme d’Aci Trezza.

9Il y a du reste très peu de références directes à la fraternité métaphorique dans l’ensemble du texte. Une seule fois, dans la bouche de don Franco, il est fait référence à un pseudo-discours socialiste, mais c’est avec une ironie grinçante non dissimulée de la part du narrateur :

  • 8  Ibidem, p. 201. [Hein ! belle justice : certains doivent se rompre l’échine contre les rochers, ta (...)

Eh ! bella giustizia che certuni abbiano a rompersi la schiena contro i sassi, e degli altri stiano colla pancia al sole, a fumar la pipa, mentre gli uomini dovrebbero essere tutti fratelli, l’ha detto Gesù, il più gran rivoluzionario che ci sia stato, e i suoi preti al giorno d’oggi fanno i birri e le spie !8

10Quant à la fraternité nationale, elle n’est jamais évoquée clairement et explicitement.
Ce silence, ajouté à l’absence de relais entre les différentes communautés, en soi pourrait déjà dire l’échec de la fraternité. Mais Verga va plus loin en amenant au cœur de la famille la fracture fraternelle.

  • 9  « Ne I Malavoglia abbiamo [...] un sistema patriarcale che rimonta agli inizi dell’umanità e alla (...)
  • 10  Giovanni Verga, op. cit., p. 8. [un traînard de vingt ans qui récoltait encore à cette heure des c (...)
  • 11  Ibidem, p. 8 [il avait plus de jugement que l’aîné.]

11Dans la famille Malavoglia, le conflit entre le grand-père Padron ’Ntoni et son petit fils ’Ntoni a beaucoup intéressé la critique, mais cette tension verticale, souvent lue comme la matérialisation d’une opposition entre deux mondes (le monde pré-moderne et le monde moderne)9, ne doit pas masquer une autre tension, horizontale celle-ci, qui oppose ’Ntoni à Luca son frère cadet. ’Ntoni et Luca sont en effet deux frères que tout oppose. Au début déjà, alors que les membres de la famille sont présentés les uns après les autres, de ’Ntoni on nous dit qu’il est « un bighellone di vent’anni, che si buscava tutt’ora qualche scappellotto dal nonno, e qualche pedata più giù per rimettere l’equilibrio, quando lo scappellotto era stato troppo forte »10, tandis que de Luca le grand-père ne dit qu’une chose : « aveva più giudizio del grande »11. Luca le cadet est placé d’emblée dans une relation d’opposition à son frère aîné ; alors que ’Ntoni apparaît aux yeux de son grand-père paresseux et bien peu courageux :

  • 12  Ibidem, p. 11. [D’ailleurs, vous voulez que je vous dise ? Un peu d’armée fera du bien à ce garçon (...)

– Del resto, volete che vel dica ? Un po’ di soldato gli farà bene a quel ragazzo ; ché il suo paio di braccia gli piaceva meglio di portarsele a spasso la domenica, anziché servirsene a buscarsi il pane. […] Quando avrà provato il pane salato che si mangia altrove, non si lagnerà più della minestra di casa sua.12

12Luca lui, force l’admiration :

  • 13  Ibidem, p. 11. [Luca allait travailler au pont du chemin de fer pour cinquante centimes par jour, (...)

Luca andava a lavorare nel ponte della ferrovia, per cinquanta centesimi al giorno, sebbene suo fratello ’Ntoni dicesse che non bastavano per le camicie che sciupava a trasportar sassi nel corbello ; ma Luca non badava che si sciupava anche le spalle.13

  • 14  « Infatti ’Ntoni s’era fatto mandare le carte, e aveva ottenuto il suo congedo, sebbene don Silves (...)

13Le point crucial, celui où l’histoire des deux frères commence à basculer, se trouve assez tôt dans le roman, au chapitre V : Bastianazzo est mort en mer, ’Ntoni peut donc revenir du service militaire, il est libéré car il devient chef de famille. Mais alors que don Silvestro a assuré que s’il faisait six mois de plus, il éviterait à son frère Luca de partir14, ’Ntoni refuse :

  • 15  Ibidem, p. 59. [Mais son père était mort, et ’Ntoni ne voulait même pas rester six jours de plus. (...)

Ma ’Ntoni non voleva starci più nemmeno sei giorni, ora che gli era morto il padre ; Luca avrebbe fatto come lui, che s’era pianta la sua disgrazia laggiù dove si trovava, e avrebbe voluto non far più niente, quando gli recarono la notizia del babbo, se non fosse stato per quei cani di superiori.15

14Luca prend la chose avec sérénité :

  • 16  Ibidem, p. 59. [Moi, dit Luca, je pars volontiers au régiment, pour remplacer ’Ntoni. Ainsi, dès s (...)

Per me, ci vado volentieri a fare il soldato, in cambio di ’Ntoni. Così come tornerà lui, potrete mettere in mare la Provvidenza, e non ci sarà più bisogno di nessuno.16

  • 17  Ibidem, p. 60. [Voilà du Malavoglia tout craché ! [...] Tout le portrait de son père Bastianazzo, (...)

15Et lorsque le grand-père ponctue cette décision par ce qui est dans sa bouche un compliment à l’adresse de Luca – « Questo è proprio un Malavoglia nato sputato ! […] Tutto suo padre Bastianazzo, che aveva un cuore grande come il mare, e buono come la misericordia di Dio »17 – il est difficile de ne pas entendre en négatif (ou en écho) un reproche à l’encontre de ’Ntoni. Le questo initial laissant entendre un quello qui suggérerait que ’Ntoni, lui, ne serait pas un Malavoglia.

  • 18  « Quello fu un brutto Natale pei Malavoglia ; giusto in quel tempo anche Luca prese il suo numero (...)
  • 19  « Stavolta ’Ntoni accompagnando il fratello col berretto sull’orecchio, talché pareva fosse lui ch (...)
  • 20  « Certo è che ’Ntoni salutò la Sara colla mano, ed ella rimase colla falce in pugno a guardare fin (...)
  • 21  « Così la Longa se lo vide partire sotto l’ombrello, accompagnato da tutto il parentado, saltando (...)
  • 22  Ibidem, p. 77. [Quand il sera là-bas, ce n’est pas lui qui écrira pour demander de l’argent.]
  • 23  « [a Napoli] senza soldi non ci si poteva stare, e non era come a Trezza, dove se non si andava al (...)
  • 24  Ibidem, p. 12. [parce qu’on le raillait depuis son enfance sur ses oreilles d’âne.]
  • 25  « ’Ntoni aveva mandato anche il suo ritratto, l’avevano visto tutte le ragazze del lavatoio, come (...)

16Luca part donc pour le service militaire18 et ’Ntoni aura beau, ce jour-là, l’accompagner et tenter de le rassurer, en bon “grand frère”19, il n’en reste pas moins le seul responsable de son départ. Et alors que ’Ntoni était parti sous le soleil, dans la liesse générale, en pensant à Sara, sa dernière conquête amoureuse et en oubliant de saluer sa mère20, Luca part un jour de pluie, il ne veut pas que sa mère l’accompagne, car la gare est trop loin, mais il n’oublie pas d’embrasser toute la famille, et en le voyant partir la Longa ne peut s’empêcher d’évoquer une dernière fois encore son bon sens21. Padron ’Ntoni se dit en lui-même : « Questo qui non scriverà per danari, quando sarà laggiù »22, rappel évident des lettres que ’Ntoni écrivait lorsqu’il était à Naples et dans lesquelles il ne cessait de demander de l’argent à sa famille23. Et effectivement, Luca écrira peu car les timbres coûtent cher, et fera des sacrifices pour envoyer de l’argent à sa famille, alors que ’Ntoni se contentait d’en réclamer. De même que Luca n’enverra pas sa photo, « perché da ragazzo lo canzonavano che aveva le orecchie d’asino »24, alors que ’Ntoni n’avait pas hésité à envoyer la sienne à Sara, laquelle l’avait d’ailleurs fait passer de main en main un jour où toutes les femmes et les jeunes filles étaient au lavoir25.

  • 26  Ibidem, p. 97. [Mon frère Luca est plus heureux que moi en étant soldat.]
  • 27  La prolepse narrative, c’est une façon pour l’auteur, par la voix du narrateur, d’instaurer un lie (...)
  • 28  Giovanni Verga, ibidem, p. 98. [Le pauvre Luca...]

17Un jour où ’Ntoni vient encore une fois de se disputer avec son grand-père, il finit par dire en grommelant « Mio fratello Luca sta meglio di me a fare il soldato »26. Il nous semble important de relever que cette phrase est placée précisément à la fin du chapitre qui contient l’une des rares prolepses narratives du roman, celle qui annonce la mort de Luca. Et comment l’expliquer sinon par la volonté, de la part du narrateur, d’attirer l’attention du lecteur sur les deux frères et de charger plus lourdement la culpabilité de l’aîné ?27 D’autant que l’épisode continue au chapitre suivant où l’auteur, utilisant la technique de la reprise pour faire le lien, ouvre le premier paragraphe du chapitre VIII sur ces mots : « Luca, poveretto »28 (mots qui résonnent encore une fois comme un écho au comportement de ’Ntoni, odieux aux yeux du lecteur qui sait que Luca va mourir).

  • 29  Voir note 9.
  • 30  Sur fond de culture chrétienne, prévaut l’archétype du Dieu hébraïque (et non pas la figure du Des (...)

18Luca et ’Ntoni vivent donc tous les deux, de manière bien différente, l’expérience du service militaire, mais Luca va mourir à la bataille de Lissa et pour ’Ntoni la culpabilité devient tout à coup définitive et insurmontable. Il ne pourra plus jamais revenir en arrière et “se racheter” auprès de son cadet de cette “faute” fatale qu’il a commise en refusant de rallonger son service de six mois. Ainsi la mort à Lissa de Luca, symboliquement sacrifié sur l’autel de la fraternité nationale, entraîne la déchirure définitive du tissu familial. Et alors que cette lecture de ce qui se passe en amont du “roman de ’Ntoni” semble prendre le contre-pied de celle de Caldarone (qui s’appuyait principalement sur l’opposition verticale entre un monde patriarcal et le monde moderne29), elle la rejoint, de manière très paradoxale, sur sa conclusion. En effet le critique, voulant résumer le destin de ’Ntoni et la faute qu’il doit expier30, lui qui a enfreint la loi, écrit :

  • 31  Ibidem, p. 57. [Il punit également ’Ntoni, dont les fautes finissent par perdre sa sœur Lia : il s (...)

Egli castiga anche ’Ntoni, per le cui colpe finisce col perdersi la sorella Lia : egli sarà condannato a vagabondare per il mondo come il fratricida Caino nella Bibbia.31

19Mais pour nous, cette comparaison va bien au-delà de l’image de l’errance : ’Ntoni est responsable de la mort de son frère, et c’est avant tout cette faute-là qui décidera de son destin tragique d’exclusion et de solitude. Le conflit de ’Ntoni avec Luca, puis la mort de Luca produiront cette fracture insurmontable, qui ne trouvera aucun moyen d’être compensée par la communauté du village ou de la nation. L’image de la solidité de la “religion de la famille” ne résiste pas à cette lecture, et avec ce récit de la relation entre les deux frères, somme de conflictualités d’où émerge l’individu, Verga met en lumière une contradiction fondamentale : celle d’une société qui prône l’idéal de la fraternité comme lien social et qui est en même temps contrainte de reconnaître que dans la cellule familiale, la relation fraternelle contient de manière “endogène” les germes d’une fracture identitaire et sociale qui projette l’individu dans une sorte de vide où il ne peut être pour l’instant que seul et “vinto”. Cette fracture résonne dans la société et éclaire de manière oblique la fraternité nationale, et le fait même d’avoir conscience de cette contradiction empêche toute idéalisation de la fraternité.

I Viceré

20Dans le roman de De Roberto le contact entre les deux communautés, la famille et l’État, passe essentiellement par trois personnages : Don Blasco et son frère le Duc d’Oragua, dans un premier temps, puis à la génération suivante, Consalvo, qui choisit, comme son grand-oncle le Duc, la carrière politique.

  • 32  En application du droit d’aînesse et de la loi du fedecommesso qui n’autorisaient que le mariage d (...)
  • 33  Federico De Roberto, I Viceré, Milano, Garzanti, 1980, p. 102 [alors que soufflait un vent nouveau (...)
  • 34  Ibidem, p. 102 [le duc était jaloux de son frère aîné et il éprouvait une véritable fringale d’arg (...)
  • 35  Ibidem, p. 102 [ Ce sentiment qui avait fait de don Blasco l’énergumène qu’il était, qui avait ali (...)

21Dans la fratrie de la première génération, Gaspare est le second et Don Blasco le troisième. Tous les deux restés sans descendance, ils éprouvent le même sentiment d’avoir été sacrifiés, au profit de leur frère aîné32. Alors que les cadets avaient pendant des siècles supporté avec résignation la spoliation, « col soffio dei nuovi tempi »33 cette injustice était de plus en plus mal acceptée. Le duc « aveva un’invidia del primogenito e una smania d’arricchire e di farsi valere nel mondo più grande di quella dei fratelli, giacché la sua dotazione svegliava ma non appagava i suoi appetiti »34. C’est d’ailleurs ainsi que le narrateur explique son engagement politique et sa vocation libérale et patriotique : « per questo sentimento che aveva fatto di Don Blasco un energumeno, e alimentato la cupidigia di Don Eugenio, il duca aveva dato ascolto alle lusinghe dei rivoluzionari »35.

  • 36  « Gli altri fratelli cadetti, il secondogenito Gaspare duca d’Oragua e lo stesso Eugenio, restavan (...)
  • 37  « Quanto a don Blasco, il dolore da lui provato nel dover rinunziare al mondo s’inacerbiva tutte l (...)
  • 38  « Egli [don Blasco] l’aveva principalmente col fratello duca che s’era fitto in capo di fare il li (...)
  • 39  À titre d’exemple : « Il monaco diceva contro il fratello parole tali da far arrossire un lanciere (...)

22Face à lui, son frère Don Blasco a aussi le sentiment d’avoir été sacrifié, mais l’injustice dont il est victime est à ses yeux encore plus grande, car il a été contraint de rentrer dans les ordres36. C’est là l’origine de sa rancœur, de sa jalousie, qui s’exprime à l’égard de l’ensemble de la parenté37, et tout particulièrement à l’égard de Gaspare, celui de ses frères qui s’est mis en tête de faire il liberalone, lui, le second fils du Prince de Francalanza38. La relation don Blasco-Gaspare est tellement difficile qu’elle en devient parfois comique et caricaturale, lorsque l’escalade dans les injures que profère don Blasco à l’encontre de son frère ne semble pas avoir de limite39.

23La relation entre Don Blasco et son frère Gaspare nous intéresse surtout parce qu’elle s’inscrit presque systématiquement dans un cadre double : celui assez restreint des relations familiales (en l’occurrence fraternelles) et celui, plus large, de la situation sociale et politique (avec en toile de fond la question de la construction nationale). Tantôt la carrière politique du duc, lui le renégat qui a trahi sa caste, semble être à l’origine de la haine féroce que lui voue don Blasco, tantôt elle n’apparaît que comme un prétexte à l’expression d’une rancœur dont l’origine est ailleurs. Ainsi le narrateur place habilement le lecteur face à plusieurs niveaux de signification en faisant se superposer les références familiales et nationales, sans jamais insister de manière appuyée sur une fraternité métaphorique qui n’apparaît le plus souvent qu’en filigrane, dans la résonance de l’ironie grinçante et cinglante de don Blasco à l’encontre de son frère.

24Dans la première partie du roman, alors que l’on commence à parler dans les salons du palais Francalanza de la menace d’une épidémie de choléra, don Blasco exulte :

  • 40  Ibidem, p. 132 [Ça, c’est la campagne de Crimée ! C’est le cadeau de nos frères Piémontais, compre (...)

– Questa è l’impresa di Crimea ! Il regalo dei fratelli piemontesi, capite ?
Il duca, quasi non comprendesse che l’allusione era diretta a lui, ripigliava il discorso della guerra interrotto a tavola, diceva che Cavour l’aveva sbagliata. [...]40

25Mais lorsqu’un moment après don Giacinto vient annoncer à l’assemblée que l’épidémie s’est déclarée à Syracuse :

  • 41  Ibidem, p. 135 [Au milieu des escaliers, don Blasco tonnait sous le nez du duc qui s’en allait vér (...)

Don Blasco vociava, in mezzo alla scala, sotto il naso del duca che andava a verificar la cosa : “Il regalo dei fratelli ! ... Ah, Radetzky, dove sei ! ...Ah, un altro Quarantanove !...”41

26On voit ainsi clairement dans cet épisode la volonté de placer dans une même résonance l’allusion ironique et négative à une fraternité nationale et la rancœur que nourrissent les deux frères l’un pour l’autre. Les caractères italiques sur le mot fratelli étant ici presque une traduction graphique du regard, plein de défiance, que l’on imagine lancé par don Blasco au duc, au moment où il lui crie ces mots au visage.

27On retrouve une situation similaire lors d’un autre épisode, où l’attaque vient toujours de don Blasco, mais cette fois en l’absence du duc. Nous sommes à l’époque de la seconde guerre d’indépendance, et le narrateur évoque des discussions qui ont lieu au monastère, et au terme desquelles on retrouve toujours un don Blasco hurlant, vitupérant et parfois même menaçant, face aux bénédictins qui sont sensibles aux sirènes libérales :

  • 42  Ibidem, p. 220 [Les événements de Lombardie, la déposition du grand-duc de Toscane, l’agitation qu (...)

Don Blasco era diventato un energumeno dopo che i liberali rizzavano la cresta per via degli avvenimenti di Lombardia, della cacciata del Granduca da Firenze, dell’agitazione che propagavasi per tutta l’Italia. [...] ed egli prima si scagliava contro Napoleone III, contro quel “figlio di non so chi” al quale non bastava la propria tigna e veniva a grattare quella degli altri : poi tonava che Francesco II li avrebbe costretti ad arar dritto...42

  • 43  Ibidem, p. 221 [...si tous les sans-culottes sont comme lui, le roi Francois règnera bien encore c (...)
  • 44  Ibidem, p. 221 [Ainsi, devant ce public de fidèles, don Blasco vidait son sac en s’en prenant aux (...)

28Mais lorsque les libéraux annoncent le retour du duc comme la preuve du caractère imminent du déclenchement de mouvements révolutionnaires, alors la colère de don Blasco n’a plus de limite, lui qui sait à quel point son frère est lâche et peureux ne peut se retenir, et il crie à qui veut l’entendre, dans le monastère mais aussi à l’extérieur, notamment dans le café que tient Garino, le mari de la cigarière, que « se tutti i sanculotti sono come lui, Francesco regnerà altri cent’anni »43. Et la conclusion du narrateur à cet épisode nous intéresse tout particulièrement : « Così in mezzo a quel pubblico di fedeli, don Blasco si nettava la bocca contro i sanculotti in generale e il fratello in particolare... »44. Encore une fois, si l’on comprend l’allusion aux sans-culottes comme une référence aux révolutionnaires français, ceux qui ont exporté (entre autres choses) l’idée de fraternité nationale, alors on peut lire dans cette phrase une nouvelle superposition du lien fraternel et de la fraternité métaphorique, avec cependant une inversion du sens par rapport à l’exemple précédent. Alors que dans le premier épisode, à partir de la présence du duc, don Blasco étendait ses injures aux fratelli piemontesi, il passe dans cet épisode-ci du général au particulier, c’est-à-dire d’une condamnation des sans-culottes à une perspective plus resserrée qui ne concerne plus que son frère.

  • 45  C’est-à-dire jusqu’au moment où Consalvo choisit de faire de la politique.

29Dans toute une première partie du roman45 la question politique (et donc nationale) n’est évoquée qu’à travers la relation des deux frères Gaspare et don Blasco. Les luttes du Risorgimento pénètrent dans la famille sur fond de lutte fraternelle exacerbée, et offrent donc davantage qu’une simple contextualisation historique. Nous avons là une véritable mise en perspective qui permet une lecture en creux de la fraternité métaphorique, comme nous l’avions déjà remarqué pour les Malavoglia, même si c’était avec des procédés différents. Le fait que Gaspare et don Blasco soient frères permet au narrateur de jouer sur un double niveau de signification, et de se placer en retrait de la fraternité nationale : il la regarde, et le lecteur avec lui, de manière oblique, mais non sans une lourde charge ironique.

  • 46  Ibidem, p. 231 [...sa fureur se déchargeait surtout sur le duc qui se rangeait clairement du côté (...)
  • 47  « Mentre tutti parlavano di libertà e d’eguaglianza, nessuno pensava a prendere un provvedimento c (...)
  • 48  Ibidem, p. 238 [Terré au couvent, don Blasco écumait : moins à cause de la défaite de son parti et (...)
  • 49  Ibidem, p. 287 [les cris et les injures de don Blasco n’avaient de sens que s’il les proférait au (...)

30Dans la suite du roman, la querelle qui oppose les deux frères va prendre une forme plus personnelle, l’argument politique apparaissant de plus en plus comme un prétexte et non comme une cause. Ainsi, alors que la nouvelle du débarquement des mille et de Garibaldi à Marsala inquiète les partisans des Bourbons, don Blasco n’est pas en reste, mais si ces victoires des révolutionnaires, il est vrai, l’exaspèrent, « il suo furore rovesciavasi particolarmente sul duca, che prendeva decisamente posto coi rivoluzionari »46. Et lorsque les troupes du Général Clary quittent Catane en confiant la ville à un gouvernement provisoire, le duc a la présence d’esprit de prendre quelques mesures populaires, comme l’abolition du pain de fantaisie, qui font de lui « un grand homme »47. Face à cette popularité grandissante de son frère, don Blasco « rimpiattato al convento, schiumava : non tanto, forse, per la rovina del suo partito e pel trionfo dell’eresia, quanto per sapere suo fratello considerato a un tratto comme uno degli eroi della libertà »48. Ailleurs encore, le narrateur nous glisse que les cris et les injures de don Blasco contre les libéraux « non avevano gusto se egli non le proferiva tra i suoi, nello stesso luogo dov’erasi compito il trionfo di quel rinnegato di suo fratello »49. L’argument politique est finalement de plus en plus clairement ramené à la simple querelle familiale. Et alors qu’on eût attendu de la métaphore fraternelle qu’elle prît de l’ampleur, étant donné le contexte historique, c’est exactement l’inverse qui se produit, elle est vidée de son sens avant même d’avoir pu occuper l’espace politique.

  • 50  Ibidem, pp. 244-245 [Applaudissez ces guerriers, vos frères, qui, souffrant de ne pas pouvoir mont (...)

31La veille du plébiscite pour l’annexion de la Sicile au Royaume d’Italie, Benedetto Giulente, qui a été blessé à la bataille du Volturno, monte à la tribune pour faire un discours, et là le lecteur mesure combien De Roberto s’applique à déformer le réel, et comment à la faveur d’un léger glissement de certains mots, il obtient le renversement total du sens de la phrase. Dans ce contexte de discours politique, il n’aurait pas été incongru de trouver une référence à la fraternité nationale, mais cela aurait sans doute ressemblé à une concession de la part de l’auteur. Et de concession, il n’en fait aucune, puisque Benedetto Giulente, au lieu de célébrer les soldats de Garibaldi, ces frères qui se sont battus pour l’Unité et l’indépendance nationale, déplace le qualificatif et demande aux citoyens venus l’écouter et l’acclamer d’applaudir « questi guerrieri fratelli che dolenti di non poter pugnare con noi, tutelarono i vostri focolari... », d’applaudir « questo insigne patrizio che alle glorie dell’avito blasone accoppia quelle del patriottismo più puro » tout en désignant du doigt le duc « maestoso e marziale nella divisa di maggiore »50. Ainsi le duc se retrouve au premier plan dans cette célébration de la fraternité, et le lecteur, qui par ailleurs a déjà été spectateur à la fois de toutes ses trahisons et lâchetés, et de la relation déplorable qu’il entretient avec son frère don Blasco, ne peut être dupe. L’auteur ne sauve rien, et la métaphore politique des “Fratelli d’Italia” apparaît bien creuse lorsqu’intervient le dernier épisode de cette querelle fraternelle qui rythme le récit depuis le début : une réconciliation inattendue sur fond d’enrichissement personnel que l’on peut lire, sans forcer le texte, comme l’ultime coup porté par le narrateur à l’idée de fraternité.

32À la faveur d’une mesure prise par le nouveau royaume, la suppression des congrégations religieuses, don Blasco voit son rêve enfin réalisé :

  • 51  Ibidem, p. 406 [La dissolution des communautés religieuses avait également fait naître en don Blas (...)

[...] lo scioglimento delle corporazioni religiose aveva dato a don Blasco altri desideri, altre ambizioni. Convertiti in bella rendita sul Gran Libro i quattrini portati via dal convento, il monaco aveva visto avverarsi finalmente il sogno della sua giovinezza : aver del suo, essere capitalista. [...] Ma l’appetito vien mangiando, dice il proverbio, e don Blasco non si contentava di quelle poche migliaia d’onze, voleva arricchire per davvero, studiava il modo di batter moneta.51

  • 52  Ibidem, p. 434 [...car, entré dans la maison de Saint Nicolas, il y était comme un coq en pâte.]

33Il importe peu à présent au bénédictin que le roi soit Ferdinand ou Victor Emmanuel, « ché, entrato nella casa di San Nicola, ci stava da papa »52. Et son plus grand ennemi est maintenant l’État, non pas parce qu’il a chassé les Bourbons, mais parce qu’il réclame des impôts.

  • 53  Ibidem, p. 413 [...il passait tout son temps à s’occuper de ses intérêts]
  • 54  Ibidem, p. 427 [Maintenant que l’Italie est faite, il faut faire nos propres affaires.]
  • 55  Ibidem, p. 436 [...de se faire prier par cet enragé qui lui en avait fait voir de toutes les coule (...)
  • 56  « ma il duca suggerì al Cassinese una soluzione più radicale : – Perché non compri addirittura l’a (...)

34Le duc quant à lui, a suivi un chemin exactement parallèle à celui de son frère, il ne va même plus à Palerme : « consacrava tutto il suo tempo ai propri affari »53, mettant ainsi en application un adage qui correspond bien à l’idée qu’il se fait de l’engagement politique : « ora che l’Italia è fatta bisogna far gli affari nostri »54. C’est donc sur ce terrain que les deux frères se réconcilient, le jour où don Blasco rend visite au duc pour lui demander des conseils à propos d’un litige foncier qui l’oppose à l’État. Gaspare jubile intérieurement « di sentirsi richiedere d’aiuto da quell’arrabbiato che gli aveva mossa tanta guerra »55, mais comme il n’est pas un mauvais bougre, nous glisse le narrateur, il accepte de l’aider. C’est ainsi que pour leur plus grand étonnement les Uzeda voient un jour don Blasco et le duc se rendre ensemble, presque main dans la main, à la préfecture, à l’intendance, au cadastre, afin de régler leurs affaires. Puisqu’ils sont réconciliés, le duc donnera à son frère des conseils pour s’enrichir encore davantage, en spéculant notamment sur les fonds publics56. Ainsi ce qui avait commencé par des diatribes féroces et violentes contre les libéraux finit comme une bulle de savon, résultat d’une logique poussée à l’extrême, celle d’une fraternité qui n’a été et qui n’est que la façade d’un individualisme absolu.

  • 57  Ibidem, p. 452 [À bas la calotte ! [...] Mort aux curés ! À bas la calotte ! Vive Rome !]

35Et encore une fois, il nous faut prendre la mesure du talent de l’auteur, dans la déformation et la provocation, lui qui parvient à pousser la logique de négation de la fraternité sur fond d’une réconciliation fraternelle, tout en inscrivant l’épisode à un moment stratégique dans l’économie d’ensemble du roman. En effet, outre cette réconciliation inattendue entre Gaspare et don Blasco, ce chapitre est aussi celui où a lieu le lynchage de Fra’ Carmelo (frère illégitime de Don Blasco) par la foule, le jour (symbolique s’il en est) de l’ouverture de la brèche de Porta Pia. Ce soir-là, don Blasco a parfaitement reconnu Fra’ Carmelo en la personne du moine agressé par la foule aux cris de « Abbasso i preti ! ...Abbasso le tonache ! Viva Roma nostra ! »57, mais il n’est pas en reste pour crier « Abbasso !... Morte !... Abbasso ! », encourageant par ses cris la foule qui est en train de massacrer son frère. Ainsi, alors que la relation Gaspare/don Blasco aurait pu nous entraîner, en raison des choix politiques du premier, vers un élargissement et une métaphorisation du fraternel, c’est exactement le contraire qui se produit. La fraternité, au terme d’ultimes convulsions, est entraînée dans le néant jusqu’au fratricide symbolique que représente la mort de fra’ Carmelo. Une nouvelle ligne narrative débute alors qui s’inscrit dans la continuité logique de la précédente : la carrière politique de Consalvo.

36Consalvo (le fils de Giacomo) a compris, au terme d’un long voyage qui l’a mené de Rome aux capitales européennes, que le pouvoir s’exercerait désormais dans le cadre de la nation (et non plus directement dans celui de la famille, de la caste ou de la région). Or la question de l’effacement de la communauté familiale au profit de la nation pose en parallèle le problème du transfert du fraternel d’un cadre à l’autre, d’une communauté à l’autre.

37Dans le roman, c’est d’abord dans la symbolique des lieux que l’on voit s’opérer le glissement du pouvoir d’une communauté à l’autre. L’action du roman I Viceré se situe dans trois lieux principalement : le lieu de résidence de la famille Uzeda (le palais Francalanza le plus souvent, et plus rarement le Belvedere), le monastère des Bénédictins et la Mairie de Catane. Le palais Francalanza, c’est là que tous les membres de la famille se rencontrent, même ceux qui se détestent, c’est là que se font et se défont les alliances, entre frères et soeurs, oncles et tantes ; certains y habitent, d’autres non, mais tous s’y retrouvent. Le monastère des Bénédictins est un autre lieu symbolique très fortement lié à la famille Uzeda, puisque c’est là, au moins jusqu’à la suppression des congrégations religieuses, que vivent ceux que l’on destine à une carrière ecclésiastique (don Blasco et don Lodovico, pour ce qui concerne directement la famille Uzeda). Les moines forment une communauté de frères, qui partage des points communs avec la communauté fraternelle familiale et qui, sous la pression des événements politiques, va subir de profondes transformations. Le troisième lieu où se concentre l’action du roman, c’est la mairie, le cœur de l’action politique, le lieu censé être le symbole de fraternité nationale, de cette Italie née des batailles du Risorgimento.

  • 58  « La popolarità essendo tutta sua, egli faceva degli assessori ciò che voleva ; se manifestavasi q (...)
  • 59  « Grandi cartelloni multicolori incollati per tutta la città annunziarono l’avvenimento : MEETING (...)
  • 60  Celle des luttes du Risorgimento, et qu’elle ait été ou non une réalité historique n’est pas notre (...)

38Or ces trois lieux, bien distribués au début du roman et occupés par un grand nombre de personnages, sont peu à peu investis par le seul Consalvo et son action politique, qui absorbent ainsi tout l’espace narratif. Au cours de sa campagne électorale pour les élections de 1882, il ouvre les portes du palais, ce que son grand-oncle n’avait pas osé faire. Lorsqu’il devient maire, une des premières mesures de Consalvo est de construire à la mairie une salle pour les réunions du Conseil Municipal, que ceux qui sont allés à Rome qualifient de “parlement miniature” ; il a une chaise qui lui est réservée sur laquelle personne n’a le droit de s’asseoir, et règne en maître sur l’ensemble des élus58. Quant au monastère, à présent transformé en gymnase, c’est là qu’il organise son grand meeting, quelques jours avant son élection triomphale59. Ces trois lieux donnent l’illusion de s’ouvrir au plus grand nombre, mais en réalité, de manière symbolique, Consalvo en est le maître. De la fraternité familiale, de la fraternité religieuse et de la fraternité nationale60, il ne reste que le triomphe d’un individu qui s’est juré d’être le premier d’entre les premiers. Il n’y a aucun relais de la part de la nation, et au lieu d’une fraternité qui s’élargit, comme le proclamaient sûrement les discours politiques (celui de Consalvo en est le premier exemple), la société se replie vers l’individu, poussant à l’extrême la logique qui était déjà à l’œuvre au début, lorsque le champ social était en apparence largement occupé par le fraternel, alors que dans la réalité, ce fraternel était déjà une chimère.

  • 61  Ibidem, p. 647 [C’est plus une différence de mots qu’une différence de faits. [...] Le changement (...)
  • 62  « Il prestigio della nobiltà non è e non può essere spento. », ibidem, p. 648 [Le prestige de la n (...)
  • 63  « Il primo eletto col suffragio quasi universale non è nè un popolano, nè un borghese, nè un democ (...)
  • 64  Nous ne faisons pas de Nievo un socialiste avant la lettre, et dans les Confessioni di un italiano(...)

39La transformation se lit aussi dans les discours politiques de Consalvo, notamment dans son discours fleuve pré-électoral, où il dose savamment références à la fraternité nationale et références libérales montrant par là qu’il a saisi l’évolution de la société, mais cela ne suffit pas à duper le lecteur. Le vrai discours il le fera un peu plus tard à Ferdinanda. Alors qu’il s’adresse à sa grand-tante, il essaie de lui démontrer que « la differenza è più di nome che di fatto » et « il mutamento più apparente che reale »61 entre l’époque des Bourbons et celle qui a commencé avec la proclamation du Royaume d’Italie, mais ce serait une erreur de voir dans ce discours de Consalvo un plaidoyer simple et sincère en faveur de l’aristocratie. Consalvo n’est pas un ardent défenseur de sa caste, et lorsqu’il flatte la noblesse62, c’est davantage pour s’attirer la sympathie de Ferdinanda que parce qu’il en est intimement convaincu. Le nous collectif des dernières lignes du roman résonne comme un ultime piège de langage tendu au lecteur par le narrateur par l’intermédiaire du protagoniste : les termes collectifs la nostra famiglia, la nostra razza rencontrent finalement bien peu d’échos au terme de cette histoire, pendant laquelle on a vu les personnages se déchirer pour satisfaire leur propre intérêt. Le pouvoir reste entre les mains d’un aristocrate, comme se plaît à le répéter Consalvo à sa grand-tante63, certes, mais ce qui lui importe avant tout c’est que le pouvoir reste entre ses mains à lui. Avec ce couronnement de l’individualisme (qui trouvera à s’épanouir pleinement dans la doctrine libérale, ce que Consalvo avait parfaitement compris, et qui lui a permis de gravir les marches du pouvoir) nous sommes bien loin de la notion de fraternité telle qu’elle pouvait apparaître chez Nievo par exemple au moment de la construction nationale, lorsqu’elle était entendue comme sacrifice et effacement de l’un au profit des égaux64. Dans les Viceré, la question de la dégénérescence de l’aristocratie, celle de la folie sont pertinentes, mais elles ne doivent pas occulter l’amer constat de l’auteur qui, par la voix du narrateur, laisse entendre que cette société qui n’a jamais manqué de points d’ancrage fraternels (dans la famille, dans la religion, dans la politique) n’en a fait (et n’en fera) que bien peu de cas.

40Dans I Malavoglia, l’isolement des différentes communautés et la conscience d’une fracture fraternelle en partie à l’origine du destin tragique de ’Ntoni empêchaient, bloquaient l’émergence de la fraternité. Dans I Viceré, nous voyons une fraternité que l’auteur déconstruit de l’intérieur, phrase après phrase, jusqu’à ce que la référence ultime soit l’individu (assoiffé de pouvoir, rongé par l’envie et l’égoïsme). En nous montrant combien la métaphore des “Fratelli d’Italia” est une image creuse, Verga et De Roberto produisent, chacun à leur manière, un contre-chant dissonant qui vient troubler l’harmonie des discours officiels exaltant la fraternité nationale. Mais n’oublions pas que cette dissonance est aussi le signe d’une grande modernité de ces auteurs qui ont compris que la complexité de l’être humain pouvait difficilement s’accorder avec une quelconque idéalisation du fraternel et de la fraternité.

Haut de page

Notes

1  C’est par ailleurs un phénomène décrit avec précision par les sociologues, pour qui « les relations de fratrie et le lien de fraternité dans la cité constituent de fait une seule et même question [car] il existe un continuum entre les espaces familial et social » [Dominique Bondu, « L’impossible fraternité », in La fratrie méconnue, Brigitte Camdessus (dir.), Paris, ESF, 1998, p. 31.], la fratrie étant souvent vue comme un brouillon qui préfigure les relations sociales [« La fratrie obéit à des règles de fonctionnement qui préfigurent les relations sociales des individus, elle en est le brouillon », Daniel Gayet, les relations fraternelles, approches psychologiques et anthropologiques des fratries, Genève, Delachaux et Niestlé, 1993, p. 11.] ou comme une matrice où s’expriment les relations à l’intérieur d’un groupe. [Monique Buisson, La fratrie creuset des paradoxes, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 21.]

2  Ces trois notions de charité, solidarité, fraternité se rapportent à une même sphère sémantique de lien positif, d’entraide, d’attitude bienveillante à l’égard du prochain ; ce qui les différencie, ce sont les connotations qu’elles ont pu prendre au cours de l’histoire : très brièvement (et donc un peu grossièrement, car le sujet est complexe et mériterait d’être nuancé) la charité est plutôt liée au monde chrétien (dans la société occidentale), la fraternité est évidemment liée à la Révolution française et à son héritage, quant à la solidarité elle est une notion plus moderne, peut-être, qui tend parfois à empiéter sur le domaine des deux autres, trop connotées justement pour certain emplois. Ici nous employons volontairement les trois pour couvrir le champ sémantique le plus vaste possible.

3  Giovanni Verga, I Malavoglia, Milano, Mondadori, 1983., p. 50. [Les voisins doivent être comme les tuiles du toit, se passer l’eau l’un l’autre.] Sauf indication contraire, les traductions que nous proposons sont extraites d’une édition française du roman : Giovanni Verga, Les Malavoglia, trad. Maurice Darmon, Paris, Gallimard, 1980.

4  Ibidem, p. 85. [détourner l’eau vers leur moulin.]

5  Ibidem, p. 13. [Voilà ce que faisait le roi : il prenait les garçons pour le régiment quand ils étaient capables de gagner leur pain, mais tant qu’ils étaient un poids pour la famille, on devait les nourrir pour qu’ils deviennent des soldats.]

6  Ibidem, p. 27. [Ça m’est égal, répétait [oncle Crocifisso]. Mais de mon temps il n’y avait pas tant de lanternes, ni tant d’écoles. On ne forçait pas à boire l’âne qui n’a pas soif, et on vivait mieux.]

7  Ibidem, p. 106. [...et don Giammaria et le pharmacien avaient raison quand ils parlaient de gouvernement voleur.]

8  Ibidem, p. 201. [Hein ! belle justice : certains doivent se rompre l’échine contre les rochers, tandis que d’autres mettent leur ventre au soleil et fument leur pipe, alors que tous les hommes devraient être frères, c’est Jésus qui l’a dit, le plus grand révolutionnaire de tous les temps, et ses prêtres aujourd’hui sont des flics et des espions !]

9  « Ne I Malavoglia abbiamo [...] un sistema patriarcale che rimonta agli inizi dell’umanità e alla confluenza di varie civiltà antiche. [...] Il sistema delle leggi, dei castighi e/o premi che regola questa società potrebbe riassumersi nel modo seguente : La legge vuole l’isolamento da influssi estranei e da idee rivoluzionarie provenienti dal progresso del mondo fuori. L’infrazione comporta la seguente pena : a) sul piano generale, significa rottura del sistema tradizionale ; b) sul piano individuale comporta l’esclusione dal sistema. [...] Il rispetto di questa legge ha invece per premio la perpetuazione del sistema di generazione in generazione. La legge vuole l’unione della famiglia e la fedeltà al lavoro ed al mestiere avito. L’infrazione comporta la seguente pena : a) sul piano generale equivale alla dispersione tanto della proprietà e dei mezzi di sussistenza che permettono l’autonomia della famiglia, quanto dei membri della famiglia stessa [...] ; b) sul piano individuale si vien puniti con una vita da vagabondi [...]. Il rispetto di questa legge ha invece per premio il continuare a vivere [...] con prosperità sia economica che familiare. » [Dans les Malavoglia nous avons [...] un système patriarcal qui remonte aux origines de l’humanité et au moment où se rencontrent plusieurs civilisations anciennes. [...] Le système des lois, des châtiments et/ou des récompenses qui régit cette société pourrait se résumer de la façon suivante : la loi exige que l’on s’isole des influences étrangères et des idées révolutionnaires qui arrivent du monde extérieur. Toute infraction est punie de la manière suivante : a) sur le plan général, elle signifie rupture du système traditionnel ; b) sur le plan individuel, elle entraîne l’exclusion du système. [...] Qui respecte cette loi a en revanche le privilège de perpétuer le système de génération en génération. La loi exige l’union de la famille et la fidélité au travail et au métier de ses ancêtres. Toute infraction entraîne la peine suivante : a) sur le plan général, elle provoque la dispersion des biens et des moyens de subsistance qui permettent l’autonomie de la famille, ainsi que la dispersion des membres de la famille [...] ; b) sur le plan individuel, on est condamné à mener une vie d’errance [...]. Le respect de cette loi permet en revanche de continuer à vivre [...] dans la prospérité économique et familiale.], Frank Ignazio Caldarone, Il ciclo dei "vinti" da Verga a De Roberto, Ravenna, Longhi, 1992, pp. 57-58.

10  Giovanni Verga, op. cit., p. 8. [un traînard de vingt ans qui récoltait encore à cette heure des calottes du grand-père, et un coup de pied plus bas pour rétablir l’équilibre quand la taloche avait été trop forte.]

11  Ibidem, p. 8 [il avait plus de jugement que l’aîné.]

12  Ibidem, p. 11. [D’ailleurs, vous voulez que je vous dise ? Un peu d’armée fera du bien à ce garçon : sa paire de bras, il aimait mieux se l’emporter le dimanche en promenade, au lieu de s’en servir pour gagner son pain. [...] Quand il aura goûté au pain salé qu’on mange ailleurs, il ne se plaindra plus de la soupe qu’on fait chez lui.]

13  Ibidem, p. 11. [Luca allait travailler au pont du chemin de fer pour cinquante centimes par jour, ce qui, selon son frère ’Ntoni, ne suffisait pas à payer seulement les chemises qu’il esquintait à transporter les pierres dans la hotte ; mais Luca ne s’apercevait même pas qu’il massacrait aussi ses épaules.]

14  « Infatti ’Ntoni s’era fatto mandare le carte, e aveva ottenuto il suo congedo, sebbene don Silvestro il segretario avesse assicurato che se ci stava altri sei mesi a fare il soldato, avrebbe liberato suo fratello Luca dalla leva. », Ibidem, p. 59. [En effet, ’Ntoni s’était fait expédier les papiers et avait obtenu sa libération, bien que don Silvestro le secrétaire eût assuré qu’en restant soldat six mois de plus, il dispenserait son frère Luca du service.]

15  Ibidem, p. 59. [Mais son père était mort, et ’Ntoni ne voulait même pas rester six jours de plus. Luca ferait comme lui : il avait supporté son malheur là où il se trouvait, et quand on lui apporta la nouvelle à propos de son père, il n’aurait plus voulu rien faire, s’il n’y avait eu là-bas ces chiens de gradés pour l’y obliger.]

16  Ibidem, p. 59. [Moi, dit Luca, je pars volontiers au régiment, pour remplacer ’Ntoni. Ainsi, dès son retour, vous pourrez remettre la Providence sur la mer, et on n’aura plus besoin de personne.]

17  Ibidem, p. 60. [Voilà du Malavoglia tout craché ! [...] Tout le portrait de son père Bastianazzo, qui avait un cœur grand comme la mer et bon comme la miséricorde de Dieu.]

18  « Quello fu un brutto Natale pei Malavoglia ; giusto in quel tempo anche Luca prese il suo numero alla leva, un numero basso da povero diavolo, e se ne andò a fare il soldato senza tanti piagnistei, che ormai ci avevano fatto il callo. », ibidem, p. 77. [Ce fut un triste Noël pour les Malavoglia. De plus Luca tira au même moment son numéro pour la conscription, un petit numéro de pauvre diable, et partit au régiment sans trop de drames : ils s’étaient désormais tous endurcis.]

19  « Stavolta ’Ntoni accompagnando il fratello col berretto sull’orecchio, talché pareva fosse lui che partisse, gli diceva che non era nulla, e anche lui aveva fatto il soldato. », ibidem, p. 77. [Le béret sur l’oreille comme si c’était lui qui partait, ’Ntoni accompagnait son frère en lui disant cette fois que ce n’était rien, qu’il avait connu ça lui aussi.]

20  « Certo è che ’Ntoni salutò la Sara colla mano, ed ella rimase colla falce in pugno a guardare finché il treno non si mosse. Alla Longa, l’era parso rubato a lei quel saluto ; e molto tempo dopo, ogni volta che incontrava la Sara di comare Tudda, nella piazza o al lavatoio, le voltava le spalle. », ibidem, p. 10. [Le fait est que ’Ntoni salua de la main Sara qui le regardait sans bouger, la faux serrée dans son poing, jusqu’au départ du train. La Grande avait trouvé que ce salut lui avait été volé et longtemps après, chaque fois qu’elle rencontrait Sara de commère Tudda sur la place du lavoir, elle lui tournait le dos.]

21  « Così la Longa se lo vide partire sotto l’ombrello, accompagnato da tutto il parentado, saltando sui ciottoli della stradicciuola, ch’era tutta una pozzanghera, e il ragazzo, siccome era giudizioso quanto il nonno, si rimboccò i calzoni sul ballatoio, sebbene non li avrebbe messi più, ora che lo vestivano da soldato. », ibidem, p. 77. [Ainsi la Grande le vit-elle partir sous son parapluie, escorté par toute la famille, et il sautait d’un caillou à l’autre dans la ruelle qui n’était plus qu’une fondrière, et le garçon, qui avait autant de jugement que son grand-père, avait retroussé ses pantalons sous l’avancée alors qu’il ne les remettrait plus, maintenant qu’on allait l’habiller en soldat.]

22  Ibidem, p. 77. [Quand il sera là-bas, ce n’est pas lui qui écrira pour demander de l’argent.]

23  « [a Napoli] senza soldi non ci si poteva stare, e non era come a Trezza, dove se non si andava all’osteria della Santuzza non si sapeva come spendere un baiocco. », ibidem, p. 12. [À Naples, on ne pouvait pas rester sans argent, ce n’était pas comme à Trezza où on ne savait pas comment dépenser une baïoque si on n’allait pas à l’auberge deSantuzza.]

24  Ibidem, p. 12. [parce qu’on le raillait depuis son enfance sur ses oreilles d’âne.]

25  « ’Ntoni aveva mandato anche il suo ritratto, l’avevano visto tutte le ragazze del lavatoio, come la Sara di comare Tudda lo faceva passare di mano in mano, sotto il grembiule, e la Mangiacarrubbe schiattava dalla gelosia. », ibidem, p. 12. [’Ntoni avait aussi envoyé son portrait et toutes les filles du lavoir l’avaient vu quand Sara de commère Tudda le faisait passer de main en main sous le tablier, et la Mange-caroubes crevait de jalousie.]

26  Ibidem, p. 97. [Mon frère Luca est plus heureux que moi en étant soldat.]

27  La prolepse narrative, c’est une façon pour l’auteur, par la voix du narrateur, d’instaurer un lien de complicité avec le lecteur, puisque d’une certaine façon celui-ci est mis dans la confidence.

28  Giovanni Verga, ibidem, p. 98. [Le pauvre Luca...]

29  Voir note 9.

30  Sur fond de culture chrétienne, prévaut l’archétype du Dieu hébraïque (et non pas la figure du Destin) jaloux de son peuple. Voir Frank Ignazio Caldarone, op. cit., p. 57.

31  Ibidem, p. 57. [Il punit également ’Ntoni, dont les fautes finissent par perdre sa sœur Lia : il sera condamné à errer à travers le monde comme le fratricide Caïn dans la Bible.]

32  En application du droit d’aînesse et de la loi du fedecommesso qui n’autorisaient que le mariage de l’aîné et l’obligeaient à ne pas diviser le patrimoine.

33  Federico De Roberto, I Viceré, Milano, Garzanti, 1980, p. 102 [alors que soufflait un vent nouveau]. Sauf indication contraire, les traductions que nous proposons sont extraites d’une édition française du roman : Federico De Roberto, Les princes de Francalanza, trad. Henriette Valot, Paris, Denoël, 1979.

34  Ibidem, p. 102 [le duc était jaloux de son frère aîné et il éprouvait une véritable fringale d’argent et d’honneurs plus grande que celle de ses frères, car ce qu’il avait reçu éveillait mais ne calmait pas son appétit.]

35  Ibidem, p. 102 [ Ce sentiment qui avait fait de don Blasco l’énergumène qu’il était, qui avait alimenté la cupidité de don Eugenio, avait incité le duc à prêter l’oreille aux flatteries des révolutionnaires.]

36  « Gli altri fratelli cadetti, il secondogenito Gaspare duca d’Oragua e lo stesso Eugenio, restavano al secolo, con pochi quattrini, in verità, ma con la possibilità di procacciarsene ; liberi del tutto, a ogni modo, e padroni di vestirsi secondo la moda, non costretti a portar la tonaca che pesava a don Blasco più che a un servo la livrea. », ibidem, p. 60. [Les deux cadets, le second fils, Gaspare, duc d’Oragua et Eugenio lui-même, restaient dans le siècle, avec peu d’argent, il est vrai, mais avec la possibilité d’en gagner ; libres de s’habiller à leur guise et à la mode, sans être contraints de porter cette bure qui pesait plus à don Blasco que sa livrée à un domestique.]

37  « Quanto a don Blasco, il dolore da lui provato nel dover rinunziare al mondo s’inacerbiva tutte le volte che qualcuno dei parenti acquistava fama, potenza e quattrini », ibidem, p. 95 [Quant à don Blasco, la douleur qu’il avait éprouvée en étant contraint de renoncer au monde devenait plus aiguë chaque fois que quelqu’un de la famille devenait célèbre, puissant et riche.]

38  « Egli [don Blasco] l’aveva principalmente col fratello duca che s’era fitto in capo di fare il liberalone, lui, il secondogenito del principe di Francalanza ! », ibidem, p. 37 [Plus qu’à tout autre, il [don Blasco] en voulait à son frère le duc qui s’était fourré dans la tête de jouer au libéral, lui, le second fils du prince de Francalanza !]

39  À titre d’exemple : « Il monaco diceva contro il fratello parole tali da far arrossire un lanciere », ibidem, p. 231. [Le moine disait à l’encontre de son frère des horreurs, à faire rougir un artilleur.] ; ou encore « i vituperi evacuati contro il fratello deputato, che aveva dato il suo voto alla legge, si lasciarono mille miglia lontano tutto quello che di più violento gli era mai uscito di bocca » (ce qui dans le cas de don Blasco, n’est pas peu dire), ibidem, p. 385 [les insanités débitées sur son frère, qui avait voté la loi, dépassèrent de loin ce qui était sorti de sa bouche jusque là.]

40  Ibidem, p. 132 [Ça, c’est la campagne de Crimée ! C’est le cadeau de nos frères Piémontais, comprenez-vous ? Et le duc, comme s’il n’avait pas compris que l’allusion lui était destinée, recommençait son discours sur la guerre, qu’il avait interrompu à table, en disant que Cavour s’était trompé...]

41  Ibidem, p. 135 [Au milieu des escaliers, don Blasco tonnait sous le nez du duc qui s’en allait vérifier la chose : “le cadeau de nos frère Piémontais ! Ah, Radetzky, où es-tu ? Ah vivement un autre 49 ! ”]

42  Ibidem, p. 220 [Les événements de Lombardie, la déposition du grand-duc de Toscane, l’agitation qui se propageait dans toute l’Italie et qui permettait aux libéraux de redresser la tête, faisaient de don Blasco un forcené. [...] et il s’en prenait à Napoléon III, ce “fils de je ne sais qui”, qui n’avait pas assez de gratter sa propre gale et qui venait gratter celle des autres : puis il criait que François II allait bientôt les faire filer doux...]

43  Ibidem, p. 221 [...si tous les sans-culottes sont comme lui, le roi Francois règnera bien encore cent ans !]

44  Ibidem, p. 221 [Ainsi, devant ce public de fidèles, don Blasco vidait son sac en s’en prenant aux sans-culottes en général, et à son frère en particulier...]

45  C’est-à-dire jusqu’au moment où Consalvo choisit de faire de la politique.

46  Ibidem, p. 231 [...sa fureur se déchargeait surtout sur le duc qui se rangeait clairement du côté des révolutionnaires.]

47  « Mentre tutti parlavano di libertà e d’eguaglianza, nessuno pensava a prendere un provvedimento che dimostrasse al popolo come i tempi fossero cangiati e i privilegi distrutti e tutti i cittadini veramente ed assolutamente uguali. Egli propose e fece decretare l’abolizione del pane sopraffino. Allora diventò un grand’uomo. », ibidem, p. 238 [Alors que l’on n’avait que les mots de liberté et d’égalité à la bouche, personne ne pensait à prendre des mesures qui montreraient au peuple que les temps avaient vraiment changé, que les privilèges étaient abolis et qu’une égalité absolue régnait entre les citoyens. Le duc fit alors décréter l’abolition du pain de fantaisie. À partir de ce moment, il devint un grand homme.]

48  Ibidem, p. 238 [Terré au couvent, don Blasco écumait : moins à cause de la défaite de son parti et du triomphe de l’hérésie qu’à cause de la réussite de son frère consacré, de but en blanc, héros de la liberté.]

49  Ibidem, p. 287 [les cris et les injures de don Blasco n’avaient de sens que s’il les proférait au sein de sa famille, à l’endroit même où son frère, ce renégat, avait triomphé.]

50  Ibidem, pp. 244-245 [Applaudissez ces guerriers, vos frères, qui, souffrant de ne pas pouvoir montrer leur courage avec nous, protégèrent vos foyers. Applaudissez ce patricien insigne qui unit les gloires du blason de ses aïeux et celles du patriotisme le plus pur... Et il montrait le duc, majestueux et martial, dans son uniforme de commandant de la Garde nationale.]

51  Ibidem, p. 406 [La dissolution des communautés religieuses avait également fait naître en don Blasco de nouveaux désirs et de nouvelles ambitions. L’argent qu’il avait tiré du couvent ayant été converti en bonnes rentes sur le Grand Livre, le moine avait enfin vu se réaliser son rêve de jeunesse : posséder quelque chose, devenir capitaliste. [...] Mais, comme le dit le proverbe, l’appétit vient en mangeant, et don Blasco, loin de se contenter de quelques milliers d’onces, voulait s’enrichir pour de bon et cherchait par tous les moyens à arrondir sa pelote.]

52  Ibidem, p. 434 [...car, entré dans la maison de Saint Nicolas, il y était comme un coq en pâte.]

53  Ibidem, p. 413 [...il passait tout son temps à s’occuper de ses intérêts]

54  Ibidem, p. 427 [Maintenant que l’Italie est faite, il faut faire nos propres affaires.]

55  Ibidem, p. 436 [...de se faire prier par cet enragé qui lui en avait fait voir de toutes les couleurs.]

56  « ma il duca suggerì al Cassinese una soluzione più radicale : – Perché non compri addirittura l’altro fondo ? – E i danari ? – I danari si trovano. Egli li prendeva dalle banche delle quali era amministratore : con essi speculava sui fondi pubblici, riscattava le proprietà prese alla manomorta, ne comperava di nuove. », ibidem, p. 437 [le duc suggéra au bénédictin une solution plus radicale : – Pourquoi n’achèterais-tu pas l’autre terrain ? – Et l’argent ? – L’argent, ça se trouve. Il l’empruntait aux banques dont il était administrateur : avec cet argent il spéculait sur les immeubles publics, il rachetait les propriétés soustraites à la mainmorte, il en acquérait de nouvelles.]

57  Ibidem, p. 452 [À bas la calotte ! [...] Mort aux curés ! À bas la calotte ! Vive Rome !]

58  « La popolarità essendo tutta sua, egli faceva degli assessori ciò che voleva ; se manifestavasi qualche velleità di contraddizione, la sedava suscitando gli uni contro gli altri coloro che s’accordavano nell’opposizione ; oppure, quando la faccenda era più seria, minacciando di andarsene. Allora tutti si chetavano. », ibidem, p. 551. [Puisqu’il captait, à lui seul, toute la popularité, il faisait de ses adjoints ce qu’il voulait ; si quelques velléités d’opposition de manifestaient, il les apaisait aussitôt en montant ses adversaires les uns contre les autres, et lorsqu’une affaire devenait plus sérieuse, il menaçait de se retirer. Cela calmait alors tout le monde.]

59  « Grandi cartelloni multicolori incollati per tutta la città annunziarono l’avvenimento : MEETING ELETTORALE. Cittadini : Domenica, 8 ottobre 1882, alle ore 12 meridiane, nella Palestra Ginnastica (ex convento dei PP. Benedittini), il Principe di Francalanza esporrà il suo programma politico agli elettori del 1° Collegio. », ibidem, p. 625. [De grands placards multicolores collés dans toute la ville annoncèrent l’événement : Meeting électoral. Citoyens. Dimanche 8 octobre 1882, à 12 heures, au Préau du Gymnase (ex-couvent des PP. Bénedictins), le Prince de Francalanza exposera son programme politique aux électeurs de la 1ère circonscription.]

60  Celle des luttes du Risorgimento, et qu’elle ait été ou non une réalité historique n’est pas notre propos ici, ce qui compte c’est qu’elle ait existé, à un moment donné, dans le discours politique et national.

61  Ibidem, p. 647 [C’est plus une différence de mots qu’une différence de faits. [...] Le changement est plus apparent que réel.]

62  « Il prestigio della nobiltà non è e non può essere spento. », ibidem, p. 648 [Le prestige de la noblesse n’est, ni ne peut être éteint.]

63  « Il primo eletto col suffragio quasi universale non è nè un popolano, nè un borghese, nè un democratico : sono io, perché mi chiamo principe di Francalanza. », ibidem, p. 648 [Le premier élu au suffrage presque universel n’est ni un homme du peuple, ni un bourgeois, ni un démocrate : c’est moi, parce que je m’appelle prince de Francalanza.]

64  Nous ne faisons pas de Nievo un socialiste avant la lettre, et dans les Confessioni di un italiano, on trouve aussi des éléments de ce qui formera plus tard la doctrine libérale, dans une attention accordée à la pleine réalisation de l’individu en tant que tel. Cela dit, Nievo, dans son projet narratif et idéologique, soignait l’équilibre entre les deux notions, ce que nous n’avons plus du tout dans le roman des Viceré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 15, L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, 2011

Référence électronique

Isabelle Payet, « Lorsque l’échec des « fratelli d’Italia » résonne dans la littérature. L’exemple sicilien de I Malavoglia et I Viceré », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/3056 ; DOI : 10.4000/italies.3056

Haut de page

Auteur

Isabelle Payet

Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org