Navigation – Plan du site
Écrivains du XIXe siècle

Les coulisses du Risorgimento chez Tarchetti

Edwige Comoy-Fusaro
p. 155-170

Résumé

Lorsque, en 1865, Igino Ugo Tarchetti quitte l’armée pour se lancer dans les lettres, il conçoit la littérature comme une mission. Au lendemain de Lissa et Custoza, à l’instar des autres scapigliati et, plus généralement, des autres écrivains de sa génération, son enthousiasme juvénile pour l’entreprise risorgimentale cède le pas à une amère désillusion. De Paolina à Storia di una gamba, en passant par Una nobile follia, l’engagement moral en vertu duquel il avait embrassé la carrière littéraire le conduit à lever le voile sur les coulisses de la scène officielle. Le regard posé sur différents épisodes du Risorgimento devient tour à tour sceptique, sarcastique, désenchanté. Il dénonce ainsi la démagogie de la rhétorique institutionnelle, révèle l’égoïsme qui se cache derrière le patriotisme affiché des combattants, débusque des pleutres là où le récit historique désigne des héros.

Haut de page

Texte intégral

1L’émergence de la Scapigliatura est intimement liée à la cause nationale. En 1866, Emilio Praga et Arrigo Boito – jeunes figures de proue de la bohème milanaise (ils avaient respectivement vingt-sept et vingt-quatre ans) – participent à la troisième guerre d’indépendance dans le corps des chasseurs alpins, aux côtés de leur ami musicien Franco Faccio, de Roberto Sacchetti, Felice Cavallotti et Achille Bizzoni. Carlo Righetti – fondateur du mouvement avec le roman La Scapigliatura e il 6 febbraio, publié sous le pseudonyme de Cletto Arrighi – et Tarchetti avaient, quant à eux, fait carrière dans l’armée régulière.

2Tarchetti avait été envoyé en mission dans les Pouilles et en Campanie en 1861 (à l’âge de vingt-deux ans) pour participer à la répression du brigandage, mais il démissionna en 1865 pour se lancer dans la littérature, une littérature engagée :

  • 1  Igino Ugo Tarchetti, Prefazione a Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, Ravenna, Giorgio Pozzi (...)

Triste la civiltà di quel paese, in cui la letteratura è un’arte e non una missione !1

  • 2  Ainsi reprend-il à son compte les affirmations de Victor Hugo dans une lettre à Rigondard : « Vene (...)
  • 3  Enrico Ghidetti, Tarchetti e la scapigliatura lombarda, Napoli, Libreria Scientifica Editrice, 196 (...)
  • 4  Neuro Bonifazi, Introduzione, in Iginio Ugo Tarchetti, Racconti fantastici, Parma, Ugo Guanda edit (...)
  • 5  Enrico Ghidetti, Introduzione a Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia. Fosca, Firenze, Vallecchi, (...)

3Pour Tarchetti, l’écrivain est un modèle de pensée, la littérature est une cause et cette cause est en partie une cause nationale. Tarchetti était pleinement favorable au mouvement d’indépendance et d’unification2. Cependant, une fois l’unité accomplie, il rejoignit la « nascente cultura di opposizione »3 aux côtés des jeunes scapigliati qu’il avait rencontrés en 1865 à son arrivée à Milan, pour stigmatiser la politique des personnalités qui, “au sommet”, avaient pourtant fait l’Italie : Victor Emmanuel II, Cavour, la classe dirigeante. L’enthousiasme juvénile de ceux qui participèrent – directement ou indirectement – aux conquêtes du Risorgimento avant de rejoindre les rangs de l’opposition se nourrissait en effet d’idées qui avaient été mises en échec par les guerres d’indépendance et le processus d’unification, notamment le mythe d’un soulèvement spontané du peuple, c’est-à-dire d’un mouvement venu ‘d’en bas’. L’insurrection milanaise du 6 février 1853, à l’enseigne de laquelle la Scapigliatura était née, avait été « suscitata dal Mazzini, ma attuata da elementi non borghesi, e soffocata subito nel sangue »4. Or cette insurrection populaire avait échoué, tandis que les batailles victorieuses avaient été décidées “d’en haut” et imposées à une “base” fondamentalement étrangère aux motivations des dirigeants, essentiellement préoccupée par des conditions de vie souvent misérables. Le peuple, loin d’être la cheville ouvrière du mouvement de libération, avait été utilisé comme un simple instrument de conquête, voire comme de la chair à canon. Aussi l’ancien combattant qui troquait son arme pour la plume réévaluait-t-il son exaltation passée à l’aune de l’échec des principes qui l’avaient poussé à s’engager. C’est pourquoi la défaite de 1853 donna à la Scapigliatura de Cletto Arrighi son certificat de naissance. « Così il tramonto inglorioso del Risorgimento coincide con un esame di coscienza relativo a mezzi ed obbiettivi »5.

  • 6  « Nelle opere di narrativa pubblicate nel primo ventennio dopo il raggiungimento dell’Italia, non (...)
  • 7  Enrico Ghidetti, ‘Una nobile follia’ : ragioni antimilitaristiche della cultura scapigliata, « La (...)

4Tarchetti fait partie des déçus du Risorgimento et, à l’instar des autres écrivains de sa génération, s’attache aux défaites plutôt qu’aux succès6. Les traces du Risorgimento dans ses œuvres sont assez rares mais elles sont significatives car elles témoignent du souci de l’auteur de mettre en lumière « l’altra faccia della realtà », les « ragioni risorgimentali rimaste in una zona d’ombra »7. Hélas cette perquisition dans les coulisses du récit historique officiel va lui dévoiler un visage de l’Homme (de l’ouvrier et de l’aristocrate, du soldat et de l’officier) qu’il eût sans doute préféré ignorer.

  • 8  Paolina. Mistero del coperto Figini paraît en feuilleton dans la « Rivista Minima » en 1865-1866. (...)
  • 9  Quelques années plus tard, certaines affirmations de l’« Emporio pittoresco » dénoteront un certai (...)

5Le premier roman de Tarchetti, Paolina8, est publié avant la troisième guerre d’indépendance. Les événements narrés se déroulent en 1859-1860 et il est fait allusion à l’annexion des régions du centre au Royaume de Piémont-Sardaigne. Le ton est plutôt enthousiaste et ne semble receler aucune pointe ironique. Il s’agit d’un éloge des richesses naturelles de l’Italie, terre d’excellence9 :

  • 10  Igino Ugo Tarchetti, Paolina (Misteri del Coperto dei Figini), a cura di R. Fedi, Milano, Mursia, (...)

Il carnevale di quell’anno fu splendido ed animato più che nol fosse mai stato dapprima : vi si festeggiava l’annessione delle antiche provincie, ed esse vi avevano pagato il loro tributo : erano le loro bellezze più incantevoli, erano le bottiglie del Monferrato e i fiaschi di Montepulciano che vi rappresentava la parte produttrice e prodotta del paese […].10

  • 11  Igino Ugo Tarchetti, Paolina (Misteri del Coperto dei Figini), cit., p. 164.
  • 12  La répression « apparaissait plutôt comme une opération de police ou comme une véritable guerre me (...)

6De plus, à la fin du roman, le héros masculin Luigi s’engage auprès des chemises rouges de Garibaldi – les « valorosi »11, terme canonique de la rhétorique hagiographique risorgimentale – pour l’expédition des Mille. Cependant, Luigi tombe à la bataille de Cajazzo. Or, Cajazzo avait été une défaite. Ce choix n’est sans doute pas anodin. Lors de la campagne de répression du brigandage, Tarchetti avait eu l’occasion de constater par lui-même l’hostilité de la population à la présence de l’armée, dont il faisait alors partie, et il savait que cette population avait également été hostile à l’arrivée des troupes de Garibaldi, perçue comme une nouvelle oppression et non pas comme une “libération” des régions méridionales12. Il est probable que Tarchetti dénonce ici subrepticement ce clivage. Ses intentions polémiques sont beaucoup plus claires dans son deuxième roman.

  • 13  Igino Ugo Tarchetti, Paolina..., cit., p. 39. On peut lire également dans les Idee minime sul roma (...)
  • 14  Le premier titre du roman est Drammi della vita militare. Vincenzo D*** (Una nobile follia), publi (...)
  • 15  Sur cette période cruciale, cfr. Enrico Ghidetti, Introduzione a Igino Ugo Tarchetti, Una nobile f (...)
  • 16  Enrico Ghidetti, Introduzione a Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia. Fosca, cit., p. 5. La polé (...)
  • 17  Igino Ugo Tarchetti, Prefazione a Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., p. 41.
  • 18  « Vanità irresponsabile, incultura, trivialità : queste le caratteristiche fondamentali dei brilla (...)

7Conformément aux principes énoncés précédemment dans les Idee minime sul romanzo, Tarchetti déclare viser « uno scopo altamente morale »13 dans la lettre à Ghislanzoni qui tient lieu de préface au roman Paolina pour sa publication en volume. Sa position n’a pas changé lorsqu’il publie Una nobile follia14 au lendemain de la troisième guerre d’indépendance, mais le ton est rendu plus amer et plus virulent par l’expérience des récentes défaites de Lissa et Custoza15. Le roman est connu essentiellement pour être une « violenta requisitoria antimilitarista e antimonarchica »16. Le but affiché dans la préface est de « far conoscere nei suoi vari aspetti la vita intima e segreta della caserma »17. De fait, dans les pages consacrées à la vie de caserne, Tarchetti fustige l’abrutissement de la vie militaire, l’asservissement de l’individu réduit au statut de soldat et la corruption morale des officiers18. Cependant les pages les plus frappantes et, de l’avis de tous, les plus réussies du roman sont celles qui stigmatisent les horreurs de la guerre.

  • 19  « Utilizzare lo strumentario tematico e retorico del fantastico […] significa […] tentare di ricos (...)
  • 20  Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., p. 106.
  • 21  Roberto Carnero, Introduzione, cit., p. VII.

8L’épisode de la guerre de Crimée lui permet de dénoncer la responsabilité criminelle des gouvernants. Il décrit par le menu la bataille de la Tchernaïa et son récit se distingue par l’absence totale d’exaltation et une description implacablement négative des effets destructeurs de la guerre. Pour dire l’indicible, représenter l’inénarrable, Tarchetti fait appel aux procédés de la littérature fantastique19. Il invente une nouvelle manière de traiter le récit de la boucherie guerrière (le champ de bataille est qualifié de « Macello »20) avec une telle force expressive que Roberto Carnero compare ces pages centrales à la séquence d’ouverture du film Saving Private Ryan de Steven Spielberg21. Qu’on en juge par ce court extrait :

Un inganno, un incantesimo, una cosa orribile. Quella salda muraglia di uomini si è improvvisamente divisa, ripiegata ; è scomparsa : al suo posto appariscono cento bocche di cannoni, al disopra di esse altre cento, al disopra altre cento ancora ; il resto è nelle tenebre : tutte quelle bocche stanno spalancate, nere, ampie, inesorabili. Ancora non si sono vedute, ancora non si è tentato di fuggirle, che vomitano un’onda di ferro e di fuoco, e atterrano, non salvo un sol uomo, i primi battaglioni. I Russi vacillano, esitano, e una nuova scarica distrugge le altre file ; si volgono precipitosi alla fuga. Allora le due ali francesi ricompariscono, si ricongiungono, ricompongono una muraglia di petti irta di baionette e di spade ; quella muraglia si muove, li insegue, li incalza, li ricaccia giù pei dirupi, li risospinge alla spiaggia. Ma nel disordine della fuga molti precipitano dalle alture, o sono schiacciati dai sassi che l’impeto della corsa fa rotolare dal declivio, come vediamo succedere nelle valanghe e nelle frane ; molti restano appesi per le vertebre ai rami spezzati poco prima dalla mitraglia, e si vedono spenzolare dagli alberi, dibattendosi, come serpi rotte nella schiena ; altri inseguiti alle spalle, sentono il ferro nemico sfiorare i loro abiti, vedono il luccicare della lama, ne sentono il gelo, il terrore rallenta la loro corsa, e la lama li raggiunge, li tocca, li ferisce, penetra nelle carni, ne rompe il costato, ne lacera il seno, e ne è estratta per trafiggerne altri. […]

  • 22  Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., pp. 116-117 et pp. 122-123.

Ma noi stiamo già ricomponendo le nostre file diradate, quando avvertiamo che l’artiglieria nemica si avvicina con disegno di assalirci, e di tentare l’opera fallita poc’anzi alle divisioni di cavalleria. Allora viene emanato un ordine terribile : innalzare una trincea di cadaveri. Ci accingiamo unanimi ed impazienti a questo lavoro. I cavalli feriti o morti sono trascinati pel campo e collocati dinanzi alle nostre linee, i corpi dei Russi e dei Sardi sovrapposti ad essi, e disposti a larghi strati incrociati ; noi li cerchiamo frettolosi per la pianura, e non abbiamo tempo a riconoscere se non sieno ancora spirati. Prima che l’artiglieria russa abbia aperto il fuoco contro di noi, un’ampia muraglia di cadaveri ci sottrae alla sua vista e a’ suoi colpi. Ma i loro carri arrivano, si avvicinano, si rivolgono, ci presentano le bocche dei loro cannoni, e si arrestano. Noi ci collochiamo dietro quel vallo di carne ; ci afferriamo ai capelli o ai piedi dei morti, e spariamo contro il nemico, spingendo le nostre carabine negli spazi esistenti tra l’uno e l’altro cadavere. Ad ogni proiettile che viene a colpire in quella trincea, i cavalli non ancor morti si dibattono e la fanno oscillare come una cosa viva e sensibile. Talora delle braccia che sembravano pendere inanimate, si muovono a un tratto, si agitano, afferrano nell’agonia della morte le membra dei soldati appoggiati contro di esse e li trattengono a forza ; talora sentiamo palpitare sotto i nostri piedi i petti degli infelici sui quali siamo saliti, e un gemito flebile e lungo attestare che essi vivono ancora…22

  • 23  Roberto Carnero, Introduzione, cit., p. VIII.
  • 24  Stefano Jacomuzzi, L’epica “negativa” di Tarchetti : la battaglia della Cernaia, in Igino Ugo Tarc (...)
  • 25  Tarchetti parle lui-même d’une « epopea di sangue » (Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cur (...)
  • 26  Arnaldo Di Benedetto, Scapigliatura, in Id., Ippolito Nievo e altro Ottocento, Napoli, Liguori, 19 (...)

9Il en découle la vision d’une guerre totalement dépourvue de sens. « Forse per la prima volta nella storia della letteratura, la guerra viene dipinta come un completo nonsenso »23 marqué par « la scomparsa di qualsiasi valore, di qualsiasi anche marginale positività »24. C’est pourquoi on a parlé d’une représentation épique renversée, “hérétique”25, d’un « sublime orrido »26 qui subsume l’horreur des batailles de Crimée sous l’horreur de la guerre comme phénomène apocalyptique :

  • 27  Stefano Jacomuzzi, op. cit., p. 362.

[l]’avvenimento storico circostanziato è subito proiettato in un limbo metastorico impenetrabile da ogni motivazione politica […]. L’“antirisorgimento” tarchettiano non va controllato su ragioni storiche o politiche, ma soprattutto su quelle morali, nel rifiuto di un’etica patriottica che porta – o può portare – alla negazione dei valori veri, al camuffamento eroico della più bestiale e disumana negatività.27

10Sa cible principale est la classe dirigeante, qu’il juge responsable d’un massacre dont il nie les justifications politico-diplomatiques, à ses yeux fallacieuses. Dans un article de « L’Emporio pittoresco », il affirme plus tard :

  • 28 Conversazioni, 15-21 marzo 1868, in Igino Ugo Tarchetti da « L’emporio pittoresco », cit., p. 313. (...)

Chi sono coloro che hanno voluto finora le guerre ? I governi soli, se ne eccettuiamo le pochissime che furono combattute per il principio di nazionalità.28

11Le polémiste est prêt à accepter une guerre voulue par le peuple pour la cause nationale, mais pas une guerre imposée “d’en haut”. Pétri des idéaux de révolution populaire et de liberté individuelle inaliénable, Tarchetti incrimine la stratégie diplomatique cavourienne et, dans Una nobile follia, met en évidence le caractère démagogique du discours institutionnel volontariste en faveur de l’engagement du Royaume de Piémont-Sardaigne dans la guerre d’Orient, un discours qui, à l’heure où il écrivait, était renforcé par l’issue victorieuse de la bataille :

  • 29  Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., pp. 132-133.

dietro quei fantasmi che si chiamano il valore, il dovere, l’onore militare, gli interessi della nazione, vi è una cosa viva, ributtante, deforme ; vi è un mostro che si pasce di vittime umane, che si avvinghia a voi, alla vostra libertà, alle vostre sostanze come le braccia schifose del polipo ; che toccato uccide, che ucciso rinasce come l’idra ; vi sono le ambizioni, gli interessi, le tradizioni di una famiglia ; vi è lo spettro feroce di una monarchia, vi è una corona. Voi ponete occhio alla commedia dove gli attori si uccidono, e non guardate dietro le scene ove si porgono la mano sogghignando.29

  • 30  « Sulla battaglia della Cernaia si è diffusa in Italia una leggenda che ancora non si è dissipata (...)
  • 31  « Ora avvenne che in quel primo anno della mia vita militare, il principe Menscikoff, mandato dall (...)
  • 32  Ibidem, p. 100. On sait néanmoins que, dans les rangs piémontais, il n’y eut que 14 morts et 170 b (...)
  • 33  Marcella Diaz-Rozzotto, op. cit., p. 118.

12Ce faisant, Tarchetti récuse également le “mythe” qui faisait de la guerre de Crimée le premier épisode glorieux du Risorgimento30. En effet il réduit le casus belli à une anecdote dérisoire31, discrédite la rhétorique interventionniste (« l’equilibrio europeo era minacciato ») et dénonce l’absurde clivage entre la futilité des gouvernants et les effets calamiteux de leurs décisions sur la population (« centinaia di migliaia di vittime »32). « La guerre de Crimée, dans Una nobile follia, n’a aucun caractère national ni de défense : c’est ce qu’on pourrait appeler une sale guerre »33 écrit Marcella Diaz-Rozzotto.

13Cependant, les coulisses du Risorgimento ne révèlent pas seulement le revers sanglant de la médaille et les soubassements du mythe construit a posteriori. L’examen approfondi de la psychologie humaine auquel Tarchetti se livre à partir du moment où il embrasse la carrière des lettres (en 1865), lui dévoile peu à peu le visage abject de l’individu, qu’en raison de la vision rousseauiste qu’il avait eue à ses débuts, il tenait a priori pour une victime du pouvoir institutionnel ou de la société. Ce que Tarchetti découvre, c’est une oppression qui dépasse le cadre sociétal de l’institution, militaire ou étatique, et touche au cœur de notre condition humaine : l’intérêt personnel prévaut toujours sur l’intérêt commun. Cela est flagrant dans les motivations qui poussent ses personnages à s’engager dans les batailles risorgimentali, notamment dans Storia di una gamba, où la polémique anti-institutionnelle est mise de côté au profit d’une universalisation du discours tarchettien, amorcée par la dimension “méta-historique” du récit de la guerre de Crimée et par la spécularité anthropologique du “noble fou” sans racine et sans identité du deuxième roman.

  • 34  Le roman parut en 1869 chez l’éditeur milanais Sonzogno. Tarchetti a alors écrit la plupart de ses (...)

14Eugenio, le protagoniste de Storia di una gamba34, quitte sa Vénétie natale à l’âge de quatorze ans pour échapper à la conscription autrichienne, puis se porte volontaire pour la troisième guerre d’indépendance. Hélas, il ne s’agit pas pour lui de libérer la Vénétie du joug autrichien car toute notion de ‘patrie’ ou de ‘nation’ lui est étrangère :

  • 35  Igino Ugo Tarchetti, Tutte le opere, a cura di E. Ghidetti, Bologna, Cappelli, 2 vol. , 1967, p. 2 (...)

Per me che m’ero dato al militare non per affetto di patria, né per esigenze di un principio, non c’era pure quel sacro entusiasmo che ci compensa di tutto, quell’immenso conforto che si attinge dalla coscienza di compiere un grande dovere. Io era venuto per morirvi, non importava il modo e lo scopo, e non ne anelava che l’istante.35

15Il poursuit des fins tout à fait personnelles – en l’espèce, le désir de rivaliser de bravoure avec Lorenzo, son ami et concurrent en amour, et de mourir le plus vite possible pour échapper aux tourments du triangle amoureux dont il est l’angle nodal (par pitié pour lui et avec le consentement de Lorenzo, Clemenza, l’ancienne fiancée de Lorenzo, s’est fiancée à lui) :

  • 36  Ibidem, p. 200.

Nella primavera scorsa, gli avvenimenti della guerra vennero a togliermi da quella situazione terribile ; volli lottare di sacrifici con Lorenzo, volli mostrarmi al pari generoso – e d’altra parte la vita erami divenuta insoffribile – mi arruolai nel corpo dei volontari per cercare in tal guisa un pretesto di morte onorevole.36

  • 37  « – E che faremo colà ? – chiese Luigi. / – Là si muore – rispose il giovine con freddezza. / Luig (...)
  • 38  « Tutti gli slanci del genio e delle passioni, tutte le nostre aspirazioni più nobili, tutti gli a (...)

16Cet aspect peu “honorable” de l’engagement volontaire avait déjà été évoqué dans Paolina, où le héros rejoint les chemises rouges mû, lui aussi, par le désir de mourir37 ; mais, dans le premier roman, le narrateur légitime cette démarche par l’aspiration naturelle de l’homme à dépasser sa condition dans la mort38, tandis qu’Eugenio ne bénéficie d’aucune justification explicite de sa conduite. Par ailleurs, Luigi s’engage à la suite d’un chagrin d’amour et de mésaventures particulièrement éprouvantes (la mort de Paolina, l’emprisonnement abusif, l’impunité du marquis). La motivation de Luigi est étrangère au patriotisme, mais elle relève tout de même d’un registre sublime (l’amour, l’injustice, la mort de Paolina pure victime de l’oppression) ; en revanche, Eugenio s’engage pour des raisons réellement viles : par jalousie et par lâcheté. De plus, si Luigi meurt au front en héros et reçoit post mortem la médaille d’argent du courage militaire, l’expérience de la guerre pour Eugenio se solde “prosaïquement”, médiocrement, par la folie (mort “morale”), ce qui parachève le travail de sape du prétendu héroïsme militaire et des idéaux juvéniles de l’auteur. Du premier roman à Storia di una gamba on note une évolution qui fait apparaître une dégradation inexorable des motivations des personnages. La guerre met l’homme à nu, elle révèle ses turpitudes. Tarchetti s’oriente donc vers un renversement de plus en plus radical des valeurs affichées sur le devant de la scène par la rhétorique risorgimentale. Il s’approche en somme du regard que, bien des années plus tard (en 1883), Camillo Boito posera sur les agissements honteux de la comtesse Livia dans Senso.

17En faisant le jour sur l’égoïsme des combattants, en totale contradiction avec le discours optimiste de l’héroïsation et du progrès, Tarchetti fait preuve d’un désenchantement pragmatique et lucide qui englobe la déception historique dans une nouvelle vision de l’homme, du héros ouvrier post-romantique de Paolina au fou suicidaire de Una nobile follia, jusqu’au anti-héros symboliquement amputé de Storia di una gamba. Les épisodes sanglants du Risorgimento s’en trouvent redimensionnés comme des épiphénomènes. On pourrait dire que les pages héroïques du Risorgimento sont écrites avec le sang des innocents si le principe même d’une pureté naturelle n’était précisément plus possible. L’ennemi ne vient pas seulement d’en haut et d’ailleurs (du roi, du gouvernement, du Parlement, des institutions étatiques, de la société, des classes riches, de l’oppresseur étranger), il vient aussi de l’intérieur, des intérêts privés et peu louables qui se cachent derrière les beaux principes et les gestes héroïques.

Haut de page

Notes

1  Igino Ugo Tarchetti, Prefazione a Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, Ravenna, Giorgio Pozzi Editore, 2009, p. 43. « Il distacco dalla mentalità e dalla vita militare coincide dunque con la scoperta della letteratura, o meglio di una idea di letteratura protesa ad assumere, attraverso la protesta scapigliata, pur vaga e tumultuosa, un compito pratico di trasformazione della società, imprimendo alle forme dell’attività letteraria il senso dell’attualità e della modernità del messaggio e dei suoi contenuti ideologici demitizzanti e innovatori » (Francesco Mattesini, Tarchetti e De Amicis : ragioni e significato di una polemica, in Igino Ugo Tarchetti e la Scapigliatura, Atti del convegno di S. Salvatore Monferrato, 1-3 ottobre 1976, Cassa di Risparmio di Alessandria, s. d. [1977], p. 58).

2  Ainsi reprend-il à son compte les affirmations de Victor Hugo dans une lettre à Rigondard : « Venezia fu strappata a Manin, come Roma a Garibaldi. / Manin sta per riprendere possesso di Venezia : come Garibaldi rientrerà vivo in Roma. / La Francia non ha maggiore diritto di pesare su Roma, che l’Austria non lo ebbe per Venezia » (Conversazioni, 5-11 aprile 1868, in Igino Ugo Tarchetti da « L’emporio pittoresco », a cura di F. Contorbia, in Igino Ugo Tarchetti e la Scapigliatura, cit., p. 320).

3  Enrico Ghidetti, Tarchetti e la scapigliatura lombarda, Napoli, Libreria Scientifica Editrice, 1968, p. 32.

4  Neuro Bonifazi, Introduzione, in Iginio Ugo Tarchetti, Racconti fantastici, Parma, Ugo Guanda editore, 19882, p. VII. Le principe d’un soulèvement populaire était clairement à l’œuvre dans les intentions de Mazzini. Qu’on en juge par les manifestes rédigés à l’occasion de la préparation de la journée du 6 février 1853 : « Insurrezione ! Di città in città, di villaggio in villaggio, guizzi come corrente elettrica l’immensa parola !... Ricordate al popolo l’ingiusta miseria, i diritti negati, l’antica potenza, il vasto avvenire di libertà, di prosperità, d’educazione, d’eguaglianza ch’ei può conquistarsi in un balzo » (cit. in Piero Pieri, Storia militare del Risorgimento. Guerre e insurrezioni, Torino, Einaudi, 19622, p. 548).

5  Enrico Ghidetti, Introduzione a Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia. Fosca, Firenze, Vallecchi, 1971, p. 10.

6  « Nelle opere di narrativa pubblicate nel primo ventennio dopo il raggiungimento dell’Italia, non è infatti possibile rintracciare alcun elemento che contribuisca a una fondazione romanzesca del “mito risorgimentale” ». Cependant, « per quanto disilluso e sfiduciato possa essere lo sguardo gettato sul processo risorgimentale appena concluso, nessun atteggiamento nihilista giunge a inficiarne il valore di progresso […]. Proprio la rivisitazione amareggiata delle battaglie perdute esalta per contrasto l’esito finale del moto » (Giovanna Rosa, Il racconto delle battaglie perdute, « Il Risorgimento », n. 1-2, 1995, pp. 86-87 et 89).

7  Enrico Ghidetti, ‘Una nobile follia’ : ragioni antimilitaristiche della cultura scapigliata, « La Rassegna della Letteratura italiana », vol. 68, 1964, p. 109. La première citation est empruntée à Carlo Bo dans Racconti del Risorgimento, Roma, Edindustria editoriale, 1961, p. XVIII. Enrico Ghidetti estime que l’intérêt de Una nobile follia réside dans la valeur testimoniale des « elementi ignorati, seppur presenti nel travaglio ideologico che accompagnò il risorgimento nazionale e che erano destinati a sfociare nell’aperto contrasto fra opposte forze all’indomani del ’61 » (Enrico Ghidetti, Tarchetti e la scapigliatura lombarda, cit., p. 171). Dans le même esprit, Roberto Carnero voit dans le roman « [il] documento di un’epoca, di un Risorgimento e di un postrisorgimento la cui epopea è stata raccontata dalla letteratura “ufficiale” lasciando in ombra le voci dissonanti e minoritarie », c’est-à-dire un témoignage « di quell’insoddisfazione diffusa per i modi in cui il processo di unificazione era stato condotto e realizzato dal moderatismo cavouriano, a scapito delle più radicali posizioni mazziniane e garibaldine, della delusione proveniente da un Risorgimento che si era rivelato troppo “borghese” e troppo poco “popolare” » (Roberto Carnero, Introduzione, in Iginio Ugo Tarchetti, Una nobile follia, Milano, Mondadori, 2004, p. XXV).

8  Paolina. Mistero del coperto Figini paraît en feuilleton dans la « Rivista Minima » en 1865-1866. En 1867, le roman est réédité sous le titre Mistero del coperto dei Figini. Auparavant Tarchetti avait publié des textes aux ambitions plus modestes, de Un personaggio del secolo XIX (1863) à Il mortale immortale (dall’inglese) (1865).

9  Quelques années plus tard, certaines affirmations de l’« Emporio pittoresco » dénoteront un certain orgueil national : « l’operaio italiano occupa il primo grado nei doni che gli vengono dalla natura » – jugement étayé par une phrase d’Alfieri : « in nessun paese la pianta-uomo nasce così perfetta come in Italia »(Le letture popolari, 19-25 gennaio 1868, in Igino Ugo Tarchetti da « L’emporio pittoresco », cit., p. 292).

10  Igino Ugo Tarchetti, Paolina (Misteri del Coperto dei Figini), a cura di R. Fedi, Milano, Mursia, 1994, p. 161. Le temps n’est pas encore venu où le chroniqueur de l’« Emporio pittoresco » dénoncera les dépenses excessives réalisées à l’occasion des festivités publiques (cf. Conversazioni, 23-29 febbraio 1868, in Igino Ugo Tarchetti da « L’emporio pittoresco », cit., pp. 308-309 et 316).

11  Igino Ugo Tarchetti, Paolina (Misteri del Coperto dei Figini), cit., p. 164.

12  La répression « apparaissait plutôt comme une opération de police ou comme une véritable guerre menée contre les paysans du Sud » (Marcella Diaz-Rozzotto, L’utopie antimilitariste dans ‘Una nobile follia’ de I.U. Tarchetti, in Mythes et figures de l’héroïsme militaire dans l’Italia du Risorgimento, Actes de la journée d’études franco-italiennes de l’Université de Caen du 2 décembre 1982, p. 106). « En fait de “guerre populaire”, l’éviction des Bourbons avait été principalement opérée par les “Mille”, c’est-à-dire très majoritairement par des patriotes réfugiés à Turin ou à l’étranger, par des intellectuels, des membres des professions libérales, des étudiants ou des déclassés en mal d’aventure. Autant dire par des bourgeois. En Sicile, ce furent le plus souvent les notables locaux qui, redoutant que l’agitation ne dégénère en révolution sociale, se firent les auxiliaires de Garibaldi. La paysannerie resta largement à l’écart du mouvement ou, pis, s’insurgea contre les “libérateurs” après avoir compris qu’ils ne procéderaient pas au partage des terres » (Pierre Milza, Histoire de l’Italie des origines à nos jours, Paris, Fayard, 2005, p. 711).

13  Igino Ugo Tarchetti, Paolina..., cit., p. 39. On peut lire également dans les Idee minime sul romanzo, publiées pour la première fois dans la « Rivista Minima » du 31 octobre 1865: « Il letterato non ha soltanto la missione di scrivere, egli professa una grande religione e la segue, egli si eleva sulla grande famiglia umana per illuminarla e per dirigerla nella via de’ suoi destini » (Igino Ugo Tarchetti, Idee minime sul romanzo, in Id., Paolina..., cit., p. 178).

14  Le premier titre du roman est Drammi della vita militare. Vincenzo D*** (Una nobile follia), publié en vingt-sept livraisons dans « Il Sole » entre 1866 et 1867. Suivit une édition en volume chez Vallardi en 1867 puis, en 1869 chez Treves, une deuxième édition en volume sous le titre définitif Una nobile follia (Drammi della vita militare).

15  Sur cette période cruciale, cfr. Enrico Ghidetti, Introduzione a Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia. Fosca, cit., p. 5 ; Piero Del Negro, De Amicis versusTarchetti. Letteratura e militari al tramonto del Risorgimento, « Il Ponte », XXXIII, n. 6, 1977, pp. 559-678 ; Elisabetta Carta, “Un inganno, un incantesimo, una cosa orribile”. Antimilitarismo magico in ‘Una nobile follia’ di Igino Ugo Tarchetti, in “Italia Magica”. Letteratura fantastica e surreale dell’Ottocento e del Novecento, a cura di Giovanna Caltagirone e Sandro Maxia, Atti del Convegno di Cagliari-Pula, 7-10 giugno 2006, Cagliari, AM&D, 2008, nota 11 p. 298.

16  Enrico Ghidetti, Introduzione a Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia. Fosca, cit., p. 5. La polémique sur la question militaire avait été lancée au début des années cinquante (cf. Piero Pieri, op. cit., pp. 577-580). Les premières attaques dirigées contre l’armée régulière provenaient de Carlo Pisacane, auteur de Ordinamento e costituzione delle milizie italiane ossia Come ordinare la nazione armata, paru en 1858, « modello di riferimento per il Nostro » (Lavinia Spalanca, Per un ritratto dell’artista martire, Introduzione a Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, cit., p. 11). Après l’avènement de l’unité, l’institution militaire connut une crise historique « per la questione dell’assorbimento di quel “forte esercito interamente scaturito dal basso” qual era il garibaldino, nonché delle formazioni militari degli altri Stati italiani » (Enrico Ghidetti, ‘Una nobile follia’ : ragioni antimilitaristiche della cultura scapigliata, cit., p. 97). Entre 1864 et 1867, la polémique fut reprise par la « Cronaca grigia»de Cletto Arrighi et le « Gazzettino rosa » de Cavallotti et Bizzoni. Avec son ami Salvatore Farina (auteur de Tutti militi ! Pensieri sull’abolizione degli eserciti permanenti paru en 1866), Tarchetti relance la polémique en prenant parti contre le maintien d’une armée permanente. Tarchetti mène son action sur trois fronts : d’abord en 1866, dans les casernes, en distribuant des programmes antimilitaristes aux officiers ; ensuite, après avoir quitté le Commissariato militare, en publiant Una nobile follia ; enfin dans les colonnes de « L’Emporio pittoresco », en 1868. La pièce maîtresse de la polémique est Una nobile follia, où l’auteur « rivolge la sua polemica non contro il pessimo funzionamento delle forze armate del regno appena unificato, bensì contro l’istituto stesso del servizio militare obbligatorio, che è uno dei fondamenti degli stati nazionali moderni » (Giorgio Barberi Squarotti, Presentazione, in Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, Bologna, Cappelli, 1979, p. 7).

17  Igino Ugo Tarchetti, Prefazione a Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., p. 41.

18  « Vanità irresponsabile, incultura, trivialità : queste le caratteristiche fondamentali dei brillanti ufficiali del nuovo esercito » (Enrico Ghidetti, Tarchetti e la scapigliatura lombarda, cit., p. 151). Pourtant, la réorganisation des armées par Alfonso La Marmora visait à élever le niveau culturel des militaires, quel que soit leur grade (cf. Piero Pieri, op. cit., pp. 571-573).

19  « Utilizzare lo strumentario tematico e retorico del fantastico […] significa […] tentare di ricostruire per il lettore, tramite un’acuta formalizzazione letteraria, lo shell-shock percettivo e cognitivo proprio del combattente » (Elisabetta Carta, op. cit., pp. 299-300 et p. 307).

20  Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., p. 106.

21  Roberto Carnero, Introduzione, cit., p. VII.

22  Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., pp. 116-117 et pp. 122-123.

23  Roberto Carnero, Introduzione, cit., p. VIII.

24  Stefano Jacomuzzi, L’epica “negativa” di Tarchetti : la battaglia della Cernaia, in Igino Ugo Tarchetti e la Scapigliatura, cit., p. 361.

25  Tarchetti parle lui-même d’une « epopea di sangue » (Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., p. 119). Jacomuzzi relève « il preciso disegno di un arrestarsi a particolari dissuadenti […], il rifiuto di fermare il “bel gesto”, che ingenera il dubbio – dubbio inaccettabile nella dogmatica imperante del genere – che il bel gesto non soltanto non vi sia, ma non sia neppure possibile e che l’orrore sia soltanto e unicamente orrore, senza illuminazioni estetiche, senza eroiche “perversioni” che lo esorcizzino » (Stefano Jacomuzzi, op. cit., p. 361). Elisabetta Carta relève très justement que le motif de la « mort apparente » participe du renversement des valeurs épiques (Elisabetta Carta, op. cit., p. 304). Cf. aussi Giorgio Barberi Squarotti, Presentazione, cit., p. 11.

26  Arnaldo Di Benedetto, Scapigliatura, in Id., Ippolito Nievo e altro Ottocento, Napoli, Liguori, 1996, p. 243.

27  Stefano Jacomuzzi, op. cit., p. 362.

28 Conversazioni, 15-21 marzo 1868, in Igino Ugo Tarchetti da « L’emporio pittoresco », cit., p. 313. Significativement, le soldat de l’armée russe que le protagoniste tue est un polonais, « membro di una nazionalità oppressa e quindi un personaggio che implicitamente nega quel significato nazionale che la propaganda cavouriana aveva attribuito alla spedizione piemontese » (Piero Del Negro, op. cit., p. 659). Cf. aussi Giorgio Barberi Squarotti, Presentazione, cit., p. 12.

29  Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., pp. 132-133.

30  « Sulla battaglia della Cernaia si è diffusa in Italia una leggenda che ancora non si è dissipata completamente ; vale a dire che tale battaglia sia stata combattuta e vinta quasi esclusivamente dai piemontesi » (Piero Pieri, op. cit., p. 587). La bataille eut cependant un caractère décisif : « Innegabilmente la campagna di Crimea valeva a rassodare il prestigio dell’esercito sardo ed era di buon auspicio per la futura auspicata guerra d’indipendenza » (Ibidem, p. 588). Candeloro rappelle néanmoins que depuis que le « Moniteur » avait publié que l’engagement de l’Autriche aux côtés de l’alliance franco-anglaise laisserait indemne l’emprise de l’Autriche sur la Lombardie et la Vénétie, et que le ministre John Russel avait proclamé que les Italiens n’avaient aucun intérêt à s’insurger contre l’Autriche, « l’illusione di una guerra ideologica » s’était évaporée au profit d’un « conflitto di potenze » (Giorgio Candeloro, Storia dell’Italia moderna. IV : Dalla Rivoluzione nazionale all’Unità, Milano, Feltrinelli, 19713, pp. 159, 163 et 165). De plus, « [l]’adesione piemontese all’alleanza di Crimea non avvenne […] sulla base di un disegno lungimirante di Cavour, come poi fu più volte ripetuto dalla storiografia agiografica dei moderati, ma fu il risultato di uno svolgimento politico lungo e complicato » (Ibidem, p. 167).

31  « Ora avvenne che in quel primo anno della mia vita militare, il principe Menscikoff, mandato dallo Czar alla Porta […], si ricusasse di rendere visita a quel ministro degli affari esteri Fuad-Effendi, e si permettesse di passeggiare per le vie di Costantinopoli seguito da un codazzo di ufficali della guardia » (Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia, a cura di L. Spalanca, cit., p. 100).

32  Ibidem, p. 100. On sait néanmoins que, dans les rangs piémontais, il n’y eut que 14 morts et 170 blessés (plus 1300 morts de choléra) (cf. Piero Pieri, op. cit.). Sur la propagande des gouvernements occidentaux fin 1853-début 1854, cf. Giorgio Candeloro, op. cit., p. 162.

33  Marcella Diaz-Rozzotto, op. cit., p. 118.

34  Le roman parut en 1869 chez l’éditeur milanais Sonzogno. Tarchetti a alors écrit la plupart de ses œuvres. La même année il publie notamment Amore nell’arte. Lorenzo Alviati – Bouvard – Riccardo Waitzen, L’innamorato della montagna (Impressioni di viaggio) et Fosca, qu’il n’arrivera pas à achever.

35  Igino Ugo Tarchetti, Tutte le opere, a cura di E. Ghidetti, Bologna, Cappelli, 2 vol. , 1967, p. 201.

36  Ibidem, p. 200.

37  « – E che faremo colà ? – chiese Luigi. / – Là si muore – rispose il giovine con freddezza. / Luigi gli porse la mano, e disse : – Il nostro patto è sancito » (Igino Ugo Tarchetti, Paolina..., cit., p. 165). C’est aussi l’égoïsme qui prévaut dans Una nobile follia : « L’esperienza traumatica di Vincenzo D. non avviene, infatti, di fronte ai mucchi di morti e ai torrenti di sangue che egli descrive, ma quando lo scontro di massa si trasforma nello scontro individuale, e il massacro indiscriminato lascia il posto all’incontro e al duello personale, con il singolo nemico » (Giorgio Barberi Squarotti, Presentazione, cit., p. 12). Cependant le protagoniste de Una nobile follia est enrôlé de force dans l’armée, aussi son cas est-il moins représentatif que celui de Luigi dans Paolina et de Eugenio dans Storia di una gamba, qui s’engagent tous deux volontairement pour la guerre.

38  « Tutti gli slanci del genio e delle passioni, tutte le nostre aspirazioni più nobili, tutti gli affetti che tendono alla Divinità e all’infinito, cagionano in noi uno sforzo di estrinsecazione così violento, che si è talora tentati di desiderare istantaneamente la propria distruzione per ottenerla. Ciascuno di noi, io credo, ha sentito in sé l’esistenza di queste due vite, la lotta di queste due potenze ; ciascuno ha provato quel desiderio che opprime tutti gli uomini di gettarsi fuori di sé stessi. – La morte compie essa sola questa separazione, onde l’uomo la desidera in tutta la sua esistenza senza aver ben conosciuto e definito questo arcano desiderio » (Igino Ugo Tarchetti, Paolina..., cit., p. 157).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 15, L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, 2011

Référence électronique

Edwige Comoy-Fusaro, « Les coulisses du Risorgimento chez Tarchetti », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/3075 ; DOI : 10.4000/italies.3075

Haut de page

Auteur

Edwige Comoy-Fusaro

Université Nice Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org