Navigation – Plan du site
Écrivains de l'italie républicaine

La blessure ouverte de l’histoire sarde dans la trilogie de Bustianu de Marcello Fois

Laura Nieddu
p. 293-306

Résumé

Dans sa trilogie historique, mais aussi dans d’autres romans, Marcello Fois se penche sur la période de l’unification italienne, pour montrer de quelle façon les événements cruciaux de cette époque ont influencé, et continuent d’influencer, la Sardaigne. De cette manière, l’auteur clame son « J’accuse » contre l’État unitaire et contre certains Sardes, qui n’ont jamais tenu compte des particularités culturelles et sociales de l’île.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Sardaigne

Chronologie :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marcello Fois est l’un des auteurs les plus représentatifs et prolifiques (vingt-cinq œuvres publ (...)

1Dans le cadre du colloque, « L’envers du Risorgimento », qui se propose d’analyser les réactions contraires à l’unification italienne dans la littérature, il est intéressant d’examiner la réaction à cet événement depuis la Sardaigne, considérée par le passé, mais aussi actuellement, comme la périphérie de la Nation. Plusieurs œuvres de Marcello Fois1, et tout particulièrement celles composant sa trilogie historique, abordent cette question. Elles ont été l’objet de plusieurs études ; nous voudrions apporter notre contribution en nous arrêtant sur quelques aspects de l’œuvre, et montrerque la vision que le romancier a de la Sardaigne est à la base de son projet littéraire.

  • 2  Simonetta Sanna est professeur d’université, spécialiste de littérature allemande. Sa récente entr (...)
  • 3  Simonetta Sanna, La ferita Sardegna. Riflessioni di ieri e di domani, Cagliari, CUEC, 2007.

2Le titre de notre étude, « La blessure ouverte de l’histoire sarde », fait référence à l’ouvrage de Simonetta Sanna2, La ferita Sardegna. Riflessioni di ieri e di domani3, où l’auteure, se penchant sur la situation actuelle de l’île du point de vue politique et institutionnel, dénonce son état d’asservissement et le manque de conscience de ses habitants, qu’elle ressent comme une blessure. À l’origine de cette blessure, il y aurait la condition historique de l’île, et l’incapacité des Sardes de tourner la page en raison de leur attachement excessif au passé.

  • 4  Sergio Atzeni, Passavamo sulla terra leggeri, Milano, Mondadori ; réédition, Nuoro, Ilisso, 2003.
  • 5  Michelangelo Pira, La rivolta dell’oggetto. Antropologia della Sardegna, Milano, Giuffré, 1978.
  • 6  Giulio Angioni, Millant’anni, Nuoro, Il Maestrale, 2002.
  • 7  Giulio Angioni, Le fiamme di Toledo, Palermo, Sellerio, 2006.
  • 8  Rossana Copez, Si chiama Violante, Nuoro, Il Maestrale, 2004.
  • 9  Mariangela Sedda, Oltremare, Nuoro, Il Maestrale, 2004.

3On retrouve ce même intérêt pour les raisons historiques de la situation actuelle de la Sardaigne chez les écrivains sardes contemporains, qui tous se penchent sur les dominations diverses qui se sont succédé dans le temps, et donc sur les multiples cultures et influences. Sergio Atzeni, avec son roman Passavamo sulla terra leggeri4, mélange de mythes et de vérité historique, avait inauguré une recherche profonde des racines sardes. Cette œuvre est la première où se manifeste le phénomène que l’anthropologue Michelangelo Pira appelle « la rivolta dell’oggetto »5, c’est-à-dire le bouleversement du rapport de dépendance de la culture sarde par rapport à la culture nationale. D’autres auteurs ont abordé d’autres périodes qui ont marqué l’île. Quelques exemples : Giulio Angioni, après avoir parcouru des siècles de légendes et de récits dans Millant’anni6, se plonge avec Le fiamme di Toledo7 dans la période de l’Inquisition espagnole. C’est également à l’époque de la domination espagnole que se situe le roman de Rossana Copez Si chiamava Violante8. Quant à la trilogie policière de Luciano Marrocu, elle se situe à l’époque fasciste, également choisie par Mariangela Sedda pour son roman Oltremare9. Ces quelques titres montrent que les écrivains sardes contemporains sont très attachés à leur histoire, à la fois pour retrouver leur mémoire et pour revendiquer, en tant que protagonistes, un passé dont les Sardes ont été souvent de simples spectateurs.

  • 10  Cf. l’interview de Fois réalisée par Lucia Compagnino, Racconto il passato per svelare il presente(...)
  • 11  Comme Giuliana Pias le souligne dans son article « L’altro mondo, ovvero il gioco della memoria di (...)

4Fois se distingue comme l’un des auteurs les plus engagés, non seulement pour sa volonté de raconter le passé – il est fermement convaincu qu’un écrivain ne doit pas renoncer au devoir de construire la « mémoire historique du peuple »10 – mais aussi, et surtout, pour la détermination avec laquelle il pointe les causes profondes de la dégradation politique et institutionnelle actuelle. Son engagement s’exprime autant dans ses interviews que dans ses œuvres narratives. Celles-ci sont les pièces d’un vaste projet : dessiner une topographie littéraire de Nuoro11, à travers l’écriture de six tétralogies, qui devraient retracer le parcours sociologique et les transformations de sa ville natale de la fin du XIXe siècle à nos jours.

  • 12  Nuoro 1867-1914. Journaliste pour le journal L’isola, il se distingua et se fit apprécier de ses c (...)
  • 13  Sempre caro, Milano, Il Maestrale-Frassinelli, 1998 ; Sangue dal cielo, Milano, Il Maestrale-Frass (...)

5Ce projet débute avec la trilogie historique – ou tétralogie inachevée – qui raconte la Sardaigne entre 1898 et 1900. Le protagoniste, Sebastiano Satta, familièrement appelé Bustianu, poète, journaliste et avocat ayant réellement existé12, joue le rôle d’enquêteur, dans les trois “gialli” de cette trilogie13, Sempre caro, Sangue dal cielo et L’altro mondo. Ce dernier roman, publié en 2002, est particulièrement intéressant pour notre analyse. À Nuoro et dans ses environs, en 1900, Bustianu est confronté à un crime, le meurtre d’une jeune femme, dont est accusé Dionigi Mariani, bandit en cavale, qui demande son aide à l’avocat afin de pouvoir être innocenté. Après une hésitation, Bustianu décide d’accepter, davantage pour dissiper ses propres doutes sur la question que pour défendre le criminel. Il découvrira l’innocence de Mariani, et, en même temps, la culpabilité d’un système d’exploitation militaire du territoire sarde. En effet, à la fin du roman, on découvre les véritables responsables, qui, cependant, ne seront pas poursuivis pour leur crime.

  • 14  Le premier se déroule en 1898, le deuxième en 1899.
  • 15  Giuliana Pias, Sempre caro, Sangue dal cielo, L’altro mondo : Marcello Fois raconte la Sardaigne “ (...)

6Dans ce roman, ainsi que dans les deux premiers de la trilogie14, la période historique joue un rôle fondamental ; on comprend qu’il s’agit d’une page de l’histoire qui a profondément marqué le peuple et la société sardes. Des années marquantes que Marcello Fois décrit comme une déchirure, ce qui crée une nette distinction entre l’histoire d’avant et celle d’après. Giuliana Pias a très bien montré le lien existant entre la période historique et la trilogie15 : comment Fois, à travers la mise en scène de personnages ayant réellement existé (le député Pais-Serra, le bandit Dionigi Mariani, ou encore le premier ministre Pelloux), renforce l’effet de réel dans la narration, et comment les événements cruciaux de cette époque s’imposent dans les pages, non seulement comme toile de fond, mais en tant que véritables protagonistes.

  • 16  À l’origine de cette crise se trouvent deux événements : une crise des tarifs de la douane, qui vo (...)
  • 17 Giuliana Pias, art. cit., p. 163.
  • 18  La voix du Bustianu poète s’exprime dans les parties descriptives, surtout des paysages, mais auss (...)

7L’Édit des clôtures, de 1820, le phénomène du banditisme et les conséquences de la crise économique, qui frappe durement la Sardaigne entre 1887 et 1888, sont des événements majeurs16. La ligne historique qui traverse la trilogie se caractérise surtout par le rappel des Lois Spéciales, instituées par le gouvernement italien suite à la recrudescence du banditisme, lois qui prévoyaient l’arrestation arbitraire de membres de la famille des bandits qui ne se rendaient pas à la justice. Comme Giuliana Pias le rappelle, le « thème de la justice, développé comme conséquence d’un rapport de disparité entre deux entités, une centrale, l’autre “périphérique”, parcourt toute cette trilogie »17. À ce propos, nous remarquons que Bustianu, personnage aux multiples facettes18, peut être considéré tout d’abord comme un juriste : à sa profession sont liés son rôle d’enquêteur et ses relations avec les principaux personnages cités. Les premières pages de Sempre caro, et donc de la trilogie,mettent en relief ce côté du personnage :

  • 19 Sempre caro, cit., pp. 1-2.

Che tutto si poteva dire di lui, ma non che non prendesse sul serio il suo lavoro. In Corte d’Assise fatica non ne conosceva e chi si affidava a lui sapeva che tutto quello che c’era da fare l’avrebbe fatto ! E mica per i soldi ! Questo no. [...] Insomma, erano più le volte che difendeva per niente, ma poi il suo tornaconto ce l’aveva lo stesso, che era rispettato da tutti.19

  • 20  « Devono capire che fanno parte di una nazione adesso [...]. “E chi glielo dice ? I militari piemo (...)
  • 21  Giuliana Pias, 2006, « Cahiers d’études romanes »,cit., 2006, p. 160, note 8.

8Son statut lui permet, d’ailleurs, d’entrer directement en contact avec toutes les couches de la population, y compris les représentants de l’État, qui, aux yeux du peuple, est perçu comme lointain, sans vrai visage. En effet, l’État italien se manifeste seulement à travers la répression qu’il exerce par l’intermédiaire du pouvoir judiciaire et de l’armée20. La population n’exprime pas directement son mécontentement dont on trouve cependant un écho dans la presse21 ; les décisions de l’État sont incompréhensibles, et cette impossibilité de communication entraîne une aggravation de la situation sociale. Dans ce cadre, Bustianu se trouve confronté à deux points de vue distincts, celui de son peuple et celui de la Nation. Il se voit donc dans l’obligation d’expliquer la société sarde aux “continentaux”, et, sur le plan juridique, de la défendre avec les armes de l’État. Ses pensées sont souvent empreintes d’indignation :

  • 22  Sempre caro, cit., p. 32.

Questo non lo accetto ! Non ne hanno fatte abbastanza di leggi speciali ? Altroché se ne hanno fatte ! Tutte per noi le hanno fatte ! E tutte per punire ! Le abbiamo viste lo scorso maggio in azione le leggi speciali ! Arresti in massa. Quanti erano gli arrestati ? Quattrocento ? Perquisizioni arbitrarie ; bambini e persino donne incinte tirati giù dal letto, ammassati sul sagrato ! Tutti delinquenti, tutti colpevoli ! Molto, molto speciali queste leggi !22

9Dans L’altro mondo, Bustianu revient sur la question des Lois Spéciales, avec une amère réflexion qui contient un jugement sur les actions de l’État :

  • 23 L’altro mondo, cit.,pp. 66-67.

Di questo ho discusso molte volte in aula e nei corridoi : del fatto che uno Stato abbia come principale obbligo di essere migliore di quelli che giudica. La parità non produce giustizia, l’imparzialità la produce, ma non la parità. Tutti devono essere pari nei confronti della Giustizia, ma lei, la signora con la bilancia, non è pari a nessuno. [...] Ora lo Stato, con le leggi speciali, ci dice che è suo dovere, in nome della giustizia, essere sullo stesso piano, ma io dico peggiore, di colui che l’offende.23

  • 24 L’altro mondo,cit., pp. 36 et 165.
  • 25  Le fameux « Codice della vendetta barbaricina », exposé par Antonio Pigliaru (La vendetta barbaric (...)

10Si on entend les lois comme des codes comportementaux, le protagoniste, dans L’altro mondo, est aussi un médiateur entre l’éthique des bandits et l’organisation juridique imposée par Rome. Dionigi Mariani refuse les lois établies par l’État ; en revanche il parle de règles, fondées sur l’honneur24, que lui et ses complices se donnent, parmi lesquelles l’interdiction de faire violence aux femmes25. Notre avocat refuse la logique du bandit, mais il admet éprouver de la sympathie pour le criminel : les vrais responsables du délit dont il est inculpé sont les représentants de l’État, et Mariani et Bustianu combattent, dans ces circonstances, avec un objectif commun, celui de la défense du peuple sarde.

  • 26  Giuliana Pias, Su sambenau e su strangiu : nativi e stranieri nel giallo sardo contemporaneo, p. 1 (...)
  • 27 Les aspects linguistiques des œuvres de Fois ont été étudiés, entre autres, par Antonella Capra, qu (...)
  • 28  Margherita Marras, « Connessioni e rilettura critica delle dinamiche politiche nazionali e regiona (...)
  • 29  C’est Bustianu lui-même qui se définit « continentale in un’isola » (Sempre caro, cit., p. 35).

11Toujours dans une optique de médiation entre les réalités sarde et nationale, fonction soulignée une fois de plus par Giuliana Pias26, le protagoniste symbolise la nouvelle image du Sarde, dont le trait principal est une identité qui change et s’adapte à la réalité, en contradiction avec l’idée d’immobilité qui a longtemps marqué l’image de l’île. Ce rôle de médiateur culturel concerne aussi la sphère linguistique ; le mélange sarde/italien est une empreinte fondamentale de l’écriture de Marcello Fois et se manifeste sous différentes formes27. Son utilisation renvoie, selon Margherita Marras28, à des motivations qui s’éloignent du simple mimétisme littéraire ou de la volonté de revanche des sardes par rapport à leur langue. Le choix linguistique de Fois traduit la difficulté des personnages populaires à s’adapter à la langue italienne, imposée par l’État, mais aussi, l’impossibilité pour les représentants du gouvernement de comprendre et d’intervenir réellement dans la vie de l’île. Bustianu, personnage cultivé et “italianisé”, qui a voyagé29, se trouve à mi-chemin entre les deux positions ; le mélange linguistique, présent dans sa façon de parler, montre clairement qu’une médiation est possible, et que la présence de plusieurs idiomes est une richesse.

  • 30  L’argument est abordé en particulier à l’occasion de la fête d’adieu du procureur du roi (Ibidem, (...)
  • 31  Ce roman est plus centré sur la figure de l’homme Bustianu, qui raconte à la première personne sa (...)
  • 32  Sangue dal cielo, cit., p. 98.
  • 33  Cette perspective analytique est celle de Margherita Marras, dans son article sur la créolité dans (...)

12Si aux yeux des personnages populaires l’État est invisible et absent, Bustianu le voit de plus en plus présent– et avec lui le lecteur. Dans le premier volet, Sempre caro, la Nation et sa politique sont à peine citées dans quelques discours30, alors que dans Sangue dal cielo31on commence à percevoir clairement les thèmes qui traversent la trilogie. Pour citer un exemple, Bustianu exprime toute son indignation contre l’ingérence de l’État en parlant avec le brigadier Poli de la colonisation ; il fait une comparaison indirecte entre son île et l’Amérique conquise par les Espagnols32. Ce parallèle introduit l’idée, de plus en plus théorisée, que la culture sarde est une culture colonisée33.

  • 34  « Da Roma hanno fatto accordi con le bande, con le più importanti. Il che dimostra in quale infima (...)

13Finalement, c’est dans L’altro mondo que l’État fait concrètement son entrée en scène, par un véritable « J’accuse ». Dans ce roman, Fois met en lumière toutes les injustices commises ou induites par le gouvernement italien en Sardaigne : non seulement les lois spéciales, mais également les accords secrets entre l’État et les bandits34, ou encore la crise économique, liée à la faillite des banques. L’indifférence par rapport à la diversité sociale et culturelle sarde se transforme ici en véritable mépris de l’État unitaire envers les Sardes, assimilés à des bêtes. La nation, jusqu’alors lointaine et invisible, se fait même trop envahissante, si imposante qu’elle arrive à prendre possession du territoire pour mettre en pratique un protocole militaire secret, en vue d’une nouvelle campagne coloniale. C’est d’ailleurs ce protocole qui est la cause de la mort d’Elene Seddone, motif premier de l’enquête de Bustianu ; ainsi, dans ce “giallo”, on attribue à l’État un rôle d’assassin.

  • 35  La femme en question, Dolores Casùla Pes, manigance le faux vol de bestiaux pour éloigner sa fille (...)

14Ce fait représente le comble de l’ingérence de la Nation en Sardaigne, y compris du point de vue de la structure du roman policier. Dans Sempre caro l’assassin était une femme sarde et le mobile était totalement local35 ; dans Sangue dal cielo, le responsable indirect du suicide du jeune Filippo Tanchis est un militaire piémontais, confiné en Sardaigne : ce deuxième volet introduit donc une première touche italienne dans la structure policière. Dans le troisième roman, la faute est “continentale”, même s’il faut souligner que cette culpabilité n’est pas complètement extérieure à l’île, car quelques Sardes se font complices, malgré eux, de l’exploitation criminelle de leur terre.

  • 36  Le Parlement de Sardaigne décide de renoncer à son ancienne autonomie institutionnelle pour s’unir (...)
  • 37  Marcello Fois, Tamburini, Nuoro, Edizioni Il Maestrale, 2004.
  • 38  Marcello Fois, Dura madre, Torino, Einaudi, 2001, pp. 188-190.
  • 39  Tamburini, cit., p. 11.
  • 40  « Questo intendevo quando le dicevo che il male che ci facciamo da soli è peggiore del peggior mal (...)
  • 41  Marcello Fois, Ferro recente, Bologna, Granata Press, 1992, réédition, Torino, Einaudi Tascabili. (...)
  • 42  Margherita Marras, op. cit., 2007, p. 82.
  • 43  Cf. Giuliana Pias, « Narrativa », cit., 2006, p. 136.

15En effet, dans ces romans sont pointés du doigt non seulement la Nation, lointaine et autoritaire, mais aussi les Sardes qui ont participé à la destruction politique et sociologique de la Sardaigne, à commencer par ceux qui l’ont “offerte” au roi, en 1847, pour obtenir « la fusione perfetta »36. À cet égard, l’histoire narrée par Fois dans les premières pages de Tamburini est fort significative37: Gaspare Cubeddu, un Sarde de petite taille, un “nain”, est donné en cadeau au prince de Savoie comme s’il était un jouet. Cette histoire, mentionnée aussi dans Dura madre38, devient un symbole de la condition de la Sardaigne. Si, dans Tamburini, c’est le narrateur qui la raconte, Fois lui-même se pose la question dans l’incipit du livre : « Com’è che si comincia regalando un “nano” e si finisce regalando se stessi ? »39. La condamnation des Sardes qui se rendent complices des dominateurs est évidente dans Tamburini, dans Dura Madre40 et dans d’autres romans dont l’action se déroule à l’époque contemporaine, par exemple Ferro recente41. Comme le souligne Margherita Marras42, les victimes du passé se convertissent en bourreaux et dépositaires d’une identité dégradée. L’attaque littéraire contre la mauvaise gestion, interne et externe, de la région n’est pas seulement présente dans la trilogie : Ferro recente, premier roman de l’auteur, contenait déjà les éléments essentiels du différend entre Italie et Sardaigne43.

  • 44  Cf. Lucia Compagnino, art. cit.

16Dans une interview donnée à l’occasion de la publication de L’altro mondo44, Fois explique que la période choisie avait une importance particulière à cause aussi des ressemblances avec l’époque de publication du roman :

Ho ambientato apposta questo romanzo nel 1899, anno in cui era presidente del Consiglio Luigi Girolamo Pelloux, autore della svolta a destra dopo la crisi della sinistra storica e dopo la sconfitta di Adua. Berlusconi, che non è più ricco di Pelloux, proprietario di fabbriche di armi, è stato eletto dopo la crisi della sinistra riformista e dopo la guerra di Jugoslavia. Un romanzo ambientato ieri che ci parla dell’oggi.

  • 45  Marcello Fois, Memoria del vuoto, Torino, Einaudi, 2006.
  • 46  Marcello Fois, Stirpe, Milano, Einaudi, 2009.
  • 47  Marcello Fois, In Sardegna non c’è il mare, Roma, Laterza, 2008.
  • 48  Ibidem, pp. 41-43.
  • 49  Les Judicats étaient quatre régions administratives de la Sardaigne médiévale, qui ont conservé un (...)

17À part les motivations de Fois, l’importance de la période choisie pour la tétralogieest évidente : Memoria del vuoto45 et Stirpe46, le dernier roman publié, sont eux aussi situés à la fin du XIXe siècle, mais ce choix est encore plus significatif dans In Sardegna non c’è il mare47, sorte de conversation de Fois avec son public. Dans ce livre, composé de plusieurs courts chapitres, l’un d’eux est consacré à l’Histoire48 : malgré le long passé de la Sardaigne, fait d’importantes civilisations préromaines, de dominations diverses et même de la glorieuse époque des “Giudici”49, l’auteur décide d’évoquer brièvement le seul XIXe siècle, dont il rappelle les événements les plus remarquables concernant la relation Sardaigne/État. Le choix de cette époque, dans le mare magnum du passé sarde, est très significatif. Il indique que les injustices subies par l’île à cette époque brûlent encore, elles sont une vraie blessure, une blessure ouverte.

  • 50  In Sardegna non c’è il mare, cit., p. 43.

18Cependant, si après la lecture de ses romans, on avait encore des doutes concernant la réflexion de Fois sur la Sardaigne et ses relations avec l’État unitaire, dans In Sardegna non c’è il mare il précise une fois pour toutes sa pensée : « Ecco, la Sardegna é un non-territorio, più un’entità che una specificità. Un luogo di sfruttamento, ma anche di castigo. Così inizia il matrimonio fra l’isola e il continente italiano »50.

  • 51  Interview de l’auteur publiée dans le livre de Margherita Marras, Marcello Fois, Fiesole, edizioni (...)

19Au tout début de notre analyse, nous avons évoqué le projet littéraire de Fois, qui envisage de retracer la progression sociale de la ville de Nuoro à travers les décennies. En fait, une lecture plus globale de son œuvre, permet d’affirmer que le but de l’auteur est de dénoncer les causes historiques de la situation contemporaine de la Sardaigne. Il ne cache d’ailleurs pas son intention de « tenere accesa la fiamma della Memoria »51.

  • 52 Margherita Marras met en évidence quelques métaphores utilisées par Fois dans ses romans pour déc (...)

20L’engagement de Fois se manifeste à travers deux axes narratifs principaux : l’un vise à mettre en lumière les contradictions de l’unification en Sardaigne, comme on l’a vu dans la tétralogie, l’autre dénonce l’utilisation des Sardes comme « carne da macello »52 dans toutes les guerres italiennes. Cette dernière direction thématique, déjà bien exploitée dans Memoria del vuoto, plus superficiellement dans Stirpe, l’est fortement dans Tamburini. Ce livre, publié en 2004, est la réécriture critique de Il tamburino sardo, l’un des récits insérés dans Cuore de De Amicis. Fois, par la voix d’un soldat malade de leucémie, à l’époque contemporaine, fait un voyage à rebours jusqu’en 1829, à travers les histoires des ancêtres du soldat, tous victimes de guerres qui ne les concernaient pas directement. Ces récits deviennent le symbole des rapports de soumission et d’indifférence entre l’État et la Sardaigne pendant les périodes évoquées.

  • 53  Massimo Carlotto, Perdas de fogu, Roma, E/O Edizioni, 2008.
  • 54  Eugenio Campus, Pettine senza denti, Selargius (CA), Applidea, 2008.

21Pour terminer, nous voudrions établir un parallèle entre ce que Marcello Fois écrit dans L’altro mondo et la réalité contemporaine. Le fait d’imaginer la Sardaigne comme un territoire utilisé pour des expériences chimiques à large échelle, pourrait paraître exagéré, invraisemblable. Et pourtant des romans récents, Perdas de fogu de Massimo Carlotto53 et Pettine senza denti d’Eugenio Campus54, montrent que les visions de Fois ne sont peut-être pas si loin de la réalité : les livres cités mettent en scène des événements liés au polygone d’instruction militaire du Salto di Quirra, dans la province d’Ogliastra, théâtre d’essais militaires réalisés par des multinationales et couverts par le secret d’État. Ces expériences seraient la cause des nombreux cas de leucémie et de cancer dont sont victimes les habitants de la zone. Si les narrations de Carlotto et de Campus avaient un fond de vérité, cela signifierait que l’île est encore un territoire aux mains du gouvernement, que ses habitants subissent encore une méprisante indifférence nationale, telle que Fois la peint dans ses romans historiques, et cela signifierait que la Sardaigne constitue encore un « altro mondo ».

Haut de page

Notes

1 Marcello Fois est l’un des auteurs les plus représentatifs et prolifiques (vingt-cinq œuvres publiées jusqu’à présent) de la littérature sarde contemporaine, mais aussi du “giallo” italien. Son premier roman, Ferro recente, est publié en 1992 par Granata Press, maison d’édition de Bologne. Il se fait remarquer, en 1992, grâce à Picta (Milano, Marcos y Marcos), pour lequel il obtient le « Premio Calvino ». En 1997, il est primé une deuxième fois et reçoit le « Premio Dessì », pour Nulla (Nuoro, Il Maestrale). Ses qualités de “giallista” sont reconnues en 1998, quand lui est décerné le « Premio Scerbanenco » pour Sempre caro, premier volet de sa tétralogie historique. Fois écrit aussi pour la télévision, le cinéma et le théâtre.

2  Simonetta Sanna est professeur d’université, spécialiste de littérature allemande. Sa récente entrée dans le monde politique sarde lui a permis de se pencher sur la réalité contemporaine de l’île.

3  Simonetta Sanna, La ferita Sardegna. Riflessioni di ieri e di domani, Cagliari, CUEC, 2007.

4  Sergio Atzeni, Passavamo sulla terra leggeri, Milano, Mondadori ; réédition, Nuoro, Ilisso, 2003.

5  Michelangelo Pira, La rivolta dell’oggetto. Antropologia della Sardegna, Milano, Giuffré, 1978.

6  Giulio Angioni, Millant’anni, Nuoro, Il Maestrale, 2002.

7  Giulio Angioni, Le fiamme di Toledo, Palermo, Sellerio, 2006.

8  Rossana Copez, Si chiama Violante, Nuoro, Il Maestrale, 2004.

9  Mariangela Sedda, Oltremare, Nuoro, Il Maestrale, 2004.

10  Cf. l’interview de Fois réalisée par Lucia Compagnino, Racconto il passato per svelare il presente, dans « Il secolo XIX », 28 octobre 2002.

11  Comme Giuliana Pias le souligne dans son article « L’altro mondo, ovvero il gioco della memoria di un giallo un po’ nero e anche un po’ rosa », dans Altri stranieri, « Narrativa », n. 26, 2004, Presses universitaires de Paris Ouest, pp. 275-286.

12  Nuoro 1867-1914. Journaliste pour le journal L’isola, il se distingua et se fit apprécier de ses contemporains pour ses recueils Versi ribelli (1893), Primo maggio (1896), Canti barbaricini (1910) et Canti del Salto e della Tanca (1924).

13  Sempre caro, Milano, Il Maestrale-Frassinelli, 1998 ; Sangue dal cielo, Milano, Il Maestrale-Frassinelli, 1999 ; L’altro mondo, Milano, Il Maestrale-Frassinelli, 2002. Le quatrième volet, La parola profonda, qui aurait dû paraître en 2003, n’a pas encore été publié. Ces romans sont très connus en Italie ; ils le sont aussi en France, grâce aux traductions de Serge Quadruppani et Catherine Pitiot, pour Tram’éditions, de Nathalie Bauer et Jean-Paul Manganaro, pour Le Seuil, de Dominique Vittoz pour Fayard.

14  Le premier se déroule en 1898, le deuxième en 1899.

15  Giuliana Pias, Sempre caro, Sangue dal cielo, L’altro mondo : Marcello Fois raconte la Sardaigne “nuorese” à la fin du XIXe siècle, dans « Cahiers d’études romanes »n° 15 - Roman policier et Histoire, 2006, Université de Provence, pp. 157-170.

16  À l’origine de cette crise se trouvent deux événements : une crise des tarifs de la douane, qui voit la France cesser ses importations de bétail, de vin et d’huile, et la faillite des banques de l’île, qui cause l’appauvrissement des petits épargnants et des petits entrepreneurs agricoles. Pour un tableau complet de la situation historique sarde à la fin du XIXe siècle, voir GuidoMelis, « La Sardegna Contemporanea », dans La Sardegna, a cura di Manlio Brigaglia, vol. 1, Cagliari, Edizioni Della Torre, 1994, pp. 115-141.

17 Giuliana Pias, art. cit., p. 163.

18  La voix du Bustianu poète s’exprime dans les parties descriptives, surtout des paysages, mais aussi dans les dernières pages des romans, qui toutes se terminent avec des passages particulièrement poétiques. L’activité de journaliste est moins mise en évidence, mais elle peut être le prétexte à certaines situations, par exemple, la rencontre avec le député Pais-Serra dans L’altro mondo, cit., pp. 158-161.

19 Sempre caro, cit., pp. 1-2.

20  « Devono capire che fanno parte di una nazione adesso [...]. “E chi glielo dice ? I militari piemontesi ? O gli esattori del re ?” Le domande di Bustianu restarono in mezzo al salone del Caffé Tettamanzi » (dialogue entre le brigadier Poli et Bustianu).Sempre caro, cit., p. 39.

21  Giuliana Pias, 2006, « Cahiers d’études romanes »,cit., 2006, p. 160, note 8.

22  Sempre caro, cit., p. 32.

23 L’altro mondo, cit.,pp. 66-67.

24 L’altro mondo,cit., pp. 36 et 165.

25  Le fameux « Codice della vendetta barbaricina », exposé par Antonio Pigliaru (La vendetta barbaricina come ordinamento giuridico, Milano, Giuffré, 1959).

26  Giuliana Pias, Su sambenau e su strangiu : nativi e stranieri nel giallo sardo contemporaneo, p. 139, dans Altri stranieri,« Narrativa », n. 28,cit., pp. 135-149.

27 Les aspects linguistiques des œuvres de Fois ont été étudiés, entre autres, par Antonella Capra, qui a présenté la communication « Dialetto e narrazione. Riflessioni sull’opera di Marcello Fois », dans le cadre du colloque L’Italia dei dialetti, organisé à Sappada/Plodn (BL) du 27 juin au 1 juillet 2007.

28  Margherita Marras, « Connessioni e rilettura critica delle dinamiche politiche nazionali e regionali nell’opera di Marcello Fois », dans Letteratura e Politica nell’Italia degli anni 2000, « Narrativa », n. 29, Presses universitaires de Paris Ouest, 2007, pp. 92-93.

29  C’est Bustianu lui-même qui se définit « continentale in un’isola » (Sempre caro, cit., p. 35).

30  L’argument est abordé en particulier à l’occasion de la fête d’adieu du procureur du roi (Ibidem, pp. 74-76).

31  Ce roman est plus centré sur la figure de l’homme Bustianu, qui raconte à la première personne sa rencontre avec Clorinda, sa future femme.

32  Sangue dal cielo, cit., p. 98.

33  Cette perspective analytique est celle de Margherita Marras, dans son article sur la créolité dans l’écriture de Marcello Fois : « La sardità creola di Marcello Fois », dans Altri stranieri, « Narrativa », n. 28, Presses universitaires de Paris Ouest Nanterre, pp. 119-133.

34  « Da Roma hanno fatto accordi con le bande, con le più importanti. Il che dimostra in quale infima considerazione tengano la Sardegna. Ci sono deputati, persino ministri, che hanno potuto affermare che “con certi fenomeni bisogna fare i conti”. Farci i conti non certo in termini di lotta al banditismo, ma in termini politici, ovvero : è con loro che dobbiamo trattare se vogliamo risultati efficienti sul versante dell’ordine pubblico. Insomma : c’è il lupo e c’è l’agnello, il mio problema non è salvaguardare l’agnello, ma saziare il lupo » (L’altro mondo, cit., p. 169).

35  La femme en question, Dolores Casùla Pes, manigance le faux vol de bestiaux pour éloigner sa fille du jeune Zenobi, et tue ensuite son mari pour une question d’héritage.

36  Le Parlement de Sardaigne décide de renoncer à son ancienne autonomie institutionnelle pour s’unir administrativement, politiquement et économiquement d’abord au Piémont et ensuite à l’Italie. Voir Guido Melis, « La Sardegna Contemporanea », cit., p. 115.

37  Marcello Fois, Tamburini, Nuoro, Edizioni Il Maestrale, 2004.

38  Marcello Fois, Dura madre, Torino, Einaudi, 2001, pp. 188-190.

39  Tamburini, cit., p. 11.

40  « Questo intendevo quando le dicevo che il male che ci facciamo da soli è peggiore del peggior male che ci può arrivare da fuori – disse Corona a Sanuti. – Noi il nemico ce l’abbiamo dentro » (Dura madre, cit., p. 186).

41  Marcello Fois, Ferro recente, Bologna, Granata Press, 1992, réédition, Torino, Einaudi Tascabili. 1999.

42  Margherita Marras, op. cit., 2007, p. 82.

43  Cf. Giuliana Pias, « Narrativa », cit., 2006, p. 136.

44  Cf. Lucia Compagnino, art. cit.

45  Marcello Fois, Memoria del vuoto, Torino, Einaudi, 2006.

46  Marcello Fois, Stirpe, Milano, Einaudi, 2009.

47  Marcello Fois, In Sardegna non c’è il mare, Roma, Laterza, 2008.

48  Ibidem, pp. 41-43.

49  Les Judicats étaient quatre régions administratives de la Sardaigne médiévale, qui ont conservé une grande autonomie du IXe au XVe siècle.

50  In Sardegna non c’è il mare, cit., p. 43.

51  Interview de l’auteur publiée dans le livre de Margherita Marras, Marcello Fois, Fiesole, edizioni Cadmo, 2009, pp. 179-188.

52 Margherita Marras met en évidence quelques métaphores utilisées par Fois dans ses romans pour décrire le peuple sarde (Marcello Fois, cit., p. 156) : « carne da macello », « cani da combattimento » . De plus, elle cite les définitions utilisées, dans Tamburini, pour décrire la Sardaigne : « granaio, miniera di carne da combattimento, di botoli feroci » (p. 23). À ces définitions, nous pouvons en ajouter d’autres, présentes dans d’autres romans ; dans Sempre caro, les sardes sont vus comme « carne da lavoro » (p. 41). Dans Sangue dal cielo, la Sardaigne est comparée à la prison militaire (p. 121), alors que dans L’altro mondo, concernant la “famille” des nouveaux États européens, le député Pais-Serra affirme que l’île est à considérer comme « la nonna a carico » (p. 159).

53  Massimo Carlotto, Perdas de fogu, Roma, E/O Edizioni, 2008.

54  Eugenio Campus, Pettine senza denti, Selargius (CA), Applidea, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 15, L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, 2011

Référence électronique

Laura Nieddu, « La blessure ouverte de l’histoire sarde dans la trilogie de Bustianu de Marcello Fois », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3115 ; DOI : 10.4000/italies.3115

Haut de page

Auteur

Laura Nieddu

Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org