Navigation – Plan du site
Écrivains de l'italie républicaine

Le concept de Nation dans Memoria del vuoto de Marcello Fois

Giuliana Pias
p. 307-322

Résumé

Dans Memoria del vuoto (Einaudi, 2006), Marcello Fois raconte comment pendant les premières décennies de l’Italie post-unitaire l’hiatus politique, économique et culturel entre le gouvernement italien et une région excentrique – la Sardaigne – n’est toujours pas réduit. Il s’inspire de la vie romancée d’un bandit sarde ayant vécu pendant la première moitié du XXe siècle pour développer une réflexion sur les limites et les contradictions de l’unification italienne. Memoria del vuoto nous rappelle que la stratégie de la guerre et l’idéologie nationaliste de l’État-nation n’ont pas réussi à fédérer les différentes réalités régionales autour d’institutions capables de développer une conscience nationale partagée. Car, pour Marcello Fois, le cas de la Sardaigne est emblématique de l’aspect fragmentaire de l’existence nationale italienne et de la persistance de tensions culturelles et politiques au sein de l’État unitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Marcello Fois, Memoria del vuoto, Torino, Einaudi, 2006. Le roman est traduit en français par Jean (...)
  • 2  Samuele Stochino (1895-1934) était considéré comme l’une des figures principales du banditisme sar (...)

1Memoria del vuoto de Marcello Fois1 est un roman historique qui se déroule pendant les premières décennies de l’Italie unifiée et dans lequel l’auteur raconte, par le biais de la vie romancée du bandit Samuele Stochino2, trois moments cruciaux de l’histoire italienne de cette époque-là : la guerre de Libye, la Première Guerre mondiale et les premières années de la dictature fasciste.

  • 3  Entretien de Fois accordé à Mikaël Demets, 2008, disponibleen ligne sur www.evene.fr [réf. du 4 ma (...)
  • 4  Ibidem.

2L’auteur déclare s’être inspiré de la biographie de ce personnage « pour son pouvoir de représentation, [parce qu’il] représente la superstition du destin, ces sociétés qui veulent oublier. Stochino est [en effet] la métaphore de ce sentiment [de l’oubli] »3. Ces propos de Fois renvoient à une déclaration d’intentions plus générale qui est celle du recours à la littérature considérée comme instrument apte à restituer une partie de la mémoire nationale oubliée. C’est dans cette optique que ces événements de l’histoire passée sont rappelés, parce qu’ils sont « absolument fondamentaux pour comprendre notre histoire contemporaine, [parce que] les oublier, c’est nous oublier nous-mêmes »4, dit encore l’auteur.

3Dans cette perspective, Fois développe une réflexion sur les limites et les contradictions de l’unification italienne pendant les premières décennies du XXe siècle en s’inscrivant dans la continuité thématique des romans qu’il a consacrés au XXe siècle finissant, où l’histoire post-unitaire joue un rôle fondamental.

4Dans ce roman, l’auteur adopte une structure narrative pluridimensionnelle afin de restituer toute la complexité de la réalité dans laquelle s’insère le parcours du protagoniste. Aussi la narration mélange-t-elle les points de vue, les événements historiques et les faits légendaires, l’histoire et le mythe.

5Le choix du protagoniste, Stochino, s’inscrit donc dans une démarche qui mêle légende et histoire, et sa biographie guide la construction du récit sur deux plans complémentaires : celui des faits et celui de leur récit mythique. Il s’agit, en effet, d’un personnage qui, bien qu’ayant réellement existé, a fait l’objet, au fil du temps, de représentations fabuleuses dans l’imaginaire collectif. Ce caractère, à mi-chemin entre réalité et fiction, se projette sur la période post-unitaire italienne, lui conférant une dimension à la fois historique et mythique.

6Dans le roman, l’auteur change l’orthographe du nom du protagoniste en choisissant de l’écrire avec un double “c”. On peut estimer que ce choix orthographique possède une valeur symbolique renvoyant à la duplicité du personnage, tant au niveau de son parcours personnel qu’à celui du rôle historique qu’il a joué. Bref, Stoc(c)hino, est un être double et contradictoire : héros légendaire mais aussi anti-héros, personnage de fiction et figure historique. La vie de Samuele Stocchino est une histoire qui dialogue avec l’Histoire de l’Italie unifiée. À travers le récit de ses faits et gestes, c’est tout un sentiment de déception face à l’unification nationale qui fait surface et s’oppose à la représentation de la nation considérée en tant qu’expression d’une construction politique réussie.

  • 5  Cette expression fut utilisée pour la première fois par Giovanni Battista Tuveri (1815-1887) qui, (...)

7Dans l’optique d’un discours sur « l’envers du Risorgimento », Memoria del vuoto nous rappelle que la stratégie de la guerre et l’idéologie nationaliste de l’État-nation n’ont pas réussi à fédérer les différentes réalités régionales autour d’institutions capables de développer, chez les Italiens, une conscience nationale partagée. En effet, pour Marcello Fois, le cas de la Sardaigne est emblématique de l’aspect fragmentaire de l’existence nationale italienne et de la persistance de tensions culturelles et politiques au sein de l’État unitaire. Il évoque la “question sarde”5 par le biais du banditisme qui sévissait en Sardaigne, considéré comme l’expression d’un phénomène subversif anti-unitaire plus large, celui du brigandage dans l’Italie méridionale, symbole d’une Italie divisée.

  • 6  Selon la définition donnée par Dominique Schnapper, dans La communauté des citoyens. Sur l’idée mo (...)

8Le mélange subtil de récits historiques et de récits légendaires que Fois met en place dans Memoria del vuoto construit efficacement, comme nous essayerons de le montrer, l’image contradictoire, voire illusoire, de l’unification italienne et celle de l’échec, total ou partiel, des idéaux du Risorgimento. Ce sur quoi nous voudrions plus particulièrement mettre l’accent, c’est la transformation du patriotisme national qui a animé les luttes du Risorgimento. De mouvement qui prônait la création d’institutions démocratiques libérales et fédératrices, celui-ci s’est transformé en nationalisme agressif qui a abouti à la guerre et au fascisme. Le caractère problématique de l’unification italienne fera ainsi ressortir la nature abstraite du concept de nation, entendu au sens de « communauté de citoyens »6.

Guerre et conscience nationale

9Le dispositif narratif du roman s’organise donc principalement autour de la figure de Samuele Stocchino tout au long de sa participation à la guerre de Lybie et ensuite à la Première Guerre mondiale. Le protagoniste du roman est un jeune homme âgé de seize ans quand il s’engage comme volontaire pour participer à la guerre de Libye, en mentant sur sa date de naissance. Appelé en vue de son recrutement, il se trouve d’emblée confronté à un problème de nature politique, celui de sa véritable appartenance à la communauté nationale :

  • 7  « alla domanda sul perché voglia entrare come volontario nel Regio Esercito risponde di voler serv (...)

[…] à la question de savoir pour quelle raison il veut entrer comme volontaire dans l’Armée Royale, il répond qu’il veut servir sa patrie. À la question de savoir quelle est la patrie qu’il veut servir, après une incertitude marquée, il articule : l’Italie.7

10Le problème de son sentiment d’appartenance à la nation est ainsi posé. Stocchino hésite à identifier l’Italie comme sa patrie, parce qu’il considère que la réalisation de l’unification nationale n’est qu’un acte juridique qui cautionne la structure sociale préétablie, fondée non pas sur des bases égalitaires, mais sur un système de règles qui instaurent l’hégémonie du puissant sur le faible et l’exploitation de ce dernier. Cette idée est exprimée à travers le concept du rapport serviteur-maître, selon lequel, dit le narrateur :

  • 8  « i padroni diventano padroni proprio perché hanno le regole, se le fanno addirittura ». Ibidem, p (...)

les maîtres deviennent maîtres justement parce qu’ils ont des règles, ils vont jusqu’à se les fabriquer.8

11Ce concept est rendu plus explicite lorsque, sur le front de Libye, Stocchino est mêlé à un échange entre deux camarades sardes, Puddu, d’Oliena et Mariani, d’Orune, à propos de l’intégration politique et sociale manquée de la Sardaigne dans le contexte de l’histoire nationale :

  • 9  « Ma a noi – insiste Puddu – ch’eravamo diventati italiani chi cazzo ce l’ha detto, eh ? Bella cos (...)

Mais nous, insiste Puddu, qui bordel nous l’a dit, hein, que nous étions devenus italiens ? – C’est beau, confirme Mariani d’Orune, faire les chiens de garde sur la terre d’autrui après avoir cédé sa propre terre.9

  • 10  Luciano Marrocu, Manlio Brigaglia, La perdita del regno. Intellettuali e costruzione dell’identità (...)
  • 11  L’année 1847 indique en effet la date de la fusione perfetta, cette définition indiquant un projet (...)

12Contraints par la conscription obligatoire, les deux soldats considèrent comme incongrue leur présence dans les rangs de l’armée nationale pour combattre en Libye et critiquent l’obligation de servir la patrie. Ils fondent leur opinion sur des propos de nature politique en rappelant que l’« idéologie nationale sarde »10, qui s’était manifestée jadis dans l’île, a été déçue malgré la volonté de la Sardaigne de constituer avec le Piémont le premier noyau du futur État national unifié. En effet, la volonté du gouvernement sarde d’intégrer les institutions piémontaises, en renonçant à l’ancienne autonomie de l’île11, avait comme but l’amélioration de sa situation économique et sociale qui était catastrophique. Cependant, le processus d’intégration nationale, qui devait se faire par la modernisation des structures économiques à l’initiative de l’État piémontais, n’a de fait pas eu lieu et la politique centralisatrice de la Maison de Savoie a laissé la crise sarde sans solution. Dans l’Italie post-unitaire, la situation de la Sardaigne est restée fondamentalement la même. Les deux soldats sont bien conscients de ce hiatus politique ainsi que de la condition de subordination dans laquelle se trouve leur région, ce qui détermine chez eux un sentiment d’étrangeté par rapport à la nation.

  • 12  « sarebbe stata [...] necessaria una legittimazione democratica in grado di porre su un piano di e (...)
  • 13  « per lui le cose sono le cose : uno pensa di poterci mettere le mani, pensa di poterle determinar (...)

13Ils ont une idée bien établie de la politique du gouvernement national et du fait qu’« une légitimation démocratique qui soit en mesure de mettre la citoyenneté sur un plan d’égalité non seulement juridique mais aussi politique »12 aurait été nécessaire. Le portrait de Stocchino, en revanche, est celui d’un personnage qui évolue au gré de l’absence d’opinions politiques et de l’extrême fatalisme qui le caractérisent. En effet, tout en étant fondamentalement d’accord avec ses deux camarades sardes en ce qui concerne la condition de servage dans laquelle la Sardaigne est tenue par le gouvernement national, Samuele Stocchino en attribue la cause à une sorte de destin atavique puisque « pour lui les choses sont les choses : on pense pouvoir y mettre les mains, on pense pouvoir les déterminer, mais pas du tout. C’est là une sagesse qui n’a pas d’âge : elle fait partie de ce que l’on sait sans savoir comment on le sait »13 – déclare le narrateur.

  • 14  « A lui, a Samuele, uccidere è piaciuto più che scopare ». Ibidem, p. 64.
  • 15  « pregando la sorte perché la sua prima spedizione lo conducesse verso la gloria splendente delle (...)

14Néanmoins, bien qu’il n’ait développé ni une conscience politique ni une conscience d’appartenance à la nation, le protagoniste adhère à la logique de la guerre et participe aux combats de l’Italie coloniale. Mais la guerre de Libye se transforme pour Stocchino en expérience initiatique : c’est là qu’il tue pour la première fois, c’est là qu’il se distingue par son habilité et sa bravoure, et c’est encore là qu’il apprend comme une seconde nature à tuer, avec aisance et plaisir car « lui, Samuele, a plus aimé tuer que baiser »14. Son souhait de gloire, exprimé lors de son premier départ pour le front, est ainsi réalisé : il avait alors prié « le sort pour que sa première expédition le conduise vers la gloire resplendissante des armes »15. Son engagement dans l’armée nationale contre l’ennemi turc l’a élevé au rang de héros et sa célébrité se répand jusqu’en Sardaigne où il devient l’objet de représentations fabuleuses par la conscience collective qui le désigne comme un héros national.

Les représentations du héros post-risorgimentale

15Cependant, Fois s’emploie à construire l’image d’un personnage ambivalent : aussi positif dans le stéréotype populaire ‑ qui voyait en lui initialement un soldat exemplaire, un héros de la nation – qu’il était négatif dans la réalité, parce que mu par une violence aveugle, en l’absence totale d’idéaux politiques. Dès lors, la figure de Stocchino vient remplir une double fonction symbolique. D’une part, il met en évidence le décalage qui existe entre l’idéalisation de la guerre coloniale et de ses acteurs par l’État national centralisateur et une réalité bien plus prosaïque et cruelle, à savoir l’expression d’une violence qui ne peut même pas prétexter une motivation idéaliste. D’autre part, il fait ressortir l’absence de sentiment national qui a accompagné la construction de l’État unitaire, sorte de contradiction historique qui n’a fait qu’alimenter le manque de conscience nationale. C’est ainsi que Fois nous propose, en même temps, l’élaboration d’un récit légendaire et sa déconstruction, en adoptant systématiquement une double perspective : celle issue du mythe, ‑ positive mais fantastique – et celle qui dérive de la reconstitution historique ‑ négative mais conforme à la réalité.

  • 16  Pierre Nora, « Mémoire collective », dans Jacques Le Goff, Roger Chartier, Jacques Revel, La nouve (...)
  • 17  « a letto, come un ex voto ». Marcello Fois, Memoria del vuoto, cit., p. 83.

16Pour évoquer la première, Marcello Fois puise ses récits dans la mémoire collective, considérée comme « ensemble de souvenirs, conscients ou non, d’une expérience vécue et/ou mythifiée »16. Ces récits interviennent dans la narration pendant la période de transition entre la fin de la guerre de Libye et le départ de Stocchino pour la Grande guerre. La première légende raconte que Stocchino est mort à la guerre et représenté « au lit, comme un ex-voto »17, lui conférant ainsi une aura de sacralité. Puisque le héros a sacrifié sa vie, la légende attribue symboliquement une dimension sacrée à la cause pour laquelle il a combattu, c’est-à-dire la défense de l’honneur de la nation. Ainsi, par sa mort tragique, le héros devient l’objet d’une véritable hagiographie. La mort de Stocchino, à l’instar de celle de Jésus-Christ et des saints martyres, exprime une souffrance sacrificielle qui joue un rôle unificateur au sein de la nation. C’est elle, entre autre, qui ouvre la voie à la “résurrection” et donc à un véritable “Risorgimento”.

17En fait, en rapportant ces récits légendaires, l’auteur interroge le processus de mythification du héros. Cela apparaît de manière évidente dans la suite du récit légendaire, lorsque, par un soudain revirement, Stocchino est ramené à la vie :

  • 18  « La storia cambia perché il miracolo avviene e Samuele si riprende : nessuno ci credeva, tutti l’ (...)

« Puis l’histoire change parce que le miracle a lieu et que Samuele reprend des forces : personne n’y croyait, tous le donnaient pour mort, et au contraire… »18

  • 19  « Samuele è un eroe, terrore degli infedeli, tigre feroce, soldato decorato ». Ibidem.
  • 20  Ibidem, p. 84.
  • 21  Roland Barthes, « Le mythe, aujourd’hui », in Œuvres complètes I. Livres, textes, entretiens 1942- (...)

18La condition de Stocchino alors change : sa fausse mort le soustrait à l’état de sainteté et lui attribue le statut de héros profane en exaltant son comportement de soldat vaillant : « Samuele est un héros, la terreur des infidèles, le tigre féroce, le soldat décoré »19, toujours prêt à affronter en première ligne les ennemis de la patrie et à servir la nation parce que, comme le rappelle la deuxième légende, Stocchino décide de s’enrôler volontairement dans l’armée italienne20. Il est alors exalté pour son ardeur au combat, pour sa violence et son habileté à tuer l’ennemi. En fait, à travers le processus de mythification, Fois semble suggérer que c’est toute une culture de la violence qui est exaltée. Car le mythe, on le sait, est « un système de communication, c’est un message. [...] c’est un mode de signification, c’est une forme »21. À travers l’analyse critique de cette forme, Fois condamne la culture propre à la société dont est issu Stocchino, qui tend, au bout du compte, à valoriser le héros mythique négatif – le héros qui tue.

  • 22  « Nel riquadro seguente Samuele affonda un coltello al centro del petto del possidente ? ». Marcel (...)
  • 23  « La bestia di Libia sembra ora un’ombra pallida del seduttore che è stato nel deserto. È diventat (...)

19Plus loin, l’inclination à tuer de Samuele Stocchino est mise au service d’une guerre personnelle qu’il mène dans la vie ordinaire contre les riches propriétaires de son village. La narration prend appui sur un tableau qui représente l’une des gestes du personnage, qui, nous dit Fois : « frappe le propriétaire d’un coup de couteau en plein cœur »22. L’expédient narratif n’est pas sans évoquer le théâtre populaire où chaque acte était introduit par un panneau qui représentait l’événement central de la scène suivante. Ici, la description anticipe, d’un côté la pratique de la vendetta et le rôle de bandit qui allaient devenir caractéristiques du personnage ; de l’autre un déplacement de perspective : du mythe du héros qui se bat hardiment pour sa nation à l’histoire d’un homme violent qui se met progressivement au ban de la société. Dans l’évolution du récit : « La bête de Libye semble désormais une ombre pâle du séducteur qu’il a été dans le désert. Il est devenu un corps pour la mort, absent de lui-même, prêt à tuer et à mourir. Indifféremment »23. Le héros légendaire a disparu et son aura a changé de nature, désormais c’est le portrait d’un homme brutal que le narrateur construit par petites touches successives.

  • 24  « “caporalino” [che] diventa una specie di figura mitica, ma in una mitologia di gente che non sa, (...)
  • 25  Philippe Hamon, Texte et idéologie, Paris, PUF, 1984, pp. 47-48.
  • 26  Ceux-ci ont pris la décision de licencier d’abord son père, puis son frère qui étaient employés en (...)

20Ainsi, lorsqu’en 1915 Stocchino part de nouveau à la guerre, sur le front du Karst, son ancien statut de combattant héroïque cède la place à une image d’anti-héros, celle d’un « “petit caporal” [qui] devient une sorte de figure mythique, mais dans une mythologie de gens qui ne savent pas, qui n’imaginent même pas combien Stocchino se trouve loin de l’héroïsme »24. Dépouillé de toute exemplarité, Stocchino n’est plus représenté comme un personnage digne d’admiration parce que ce qui le pousse à affronter le danger lui vient, en réalité, d’un emportement irrationnel et violent qui se traduit par un comportement très agressif, voire bestial. Il est représenté comme étant dépourvu des qualités morales et intellectuelles d’un héros qui incarnerait « les valeurs idéologiques “positives” d’une société à un moment donné de l’histoire »25, comme c’est le cas de Bustianu, le protagoniste des autres romans historiques que Marcello Fois a consacrés à l’Italie post-unitaire. En effet, ce dernier était porteur d’une identité positive, ouverte et évolutive, il agissait en médiateur interculturel entre les Sardes et les représentants du pouvoir national. Stocchino est habité en revanche par une colère incontrôlable qui se manifeste par des accès de violence, tout particulièrement quand il estime être victime d’injustices. C’est notamment le cas lorsque, se trouvant sur le front, il apprend que sa famille subit des abus perpétrés par les propriétaires fonciers les plus riches et puissants du village26.

Les conflits socio-économiques anti-unitaires

  • 27  Le mot sarde balente signifie “vaillant”, “courageux”, avec une évidente connotation d’héroïsme. L (...)
  • 28  Il s’agit du premier article des principes généraux du « codice barbaricino » : « L’offesa deve es (...)
  • 29  « Era un eroe pericoloso e ora è diventato un assassino latitante ». Marcello Fois, Memoria del vu (...)

21Stocchino est désormais en lutte sur un autre terrain de guerre : celui d’un combat privé contre la bourgeoisie foncière. La dimension réelle du récit est ainsi mise en relation avec le phénomène du banditisme et plus généralement avec la “question méridionale”. La fracture sociale qui voit d’un côté les paysans et de l’autre les propriétaires terriens alliés objectifs du pouvoir central, ou encore le rapport d’exploitation que le gouvernement national entretient avec la Sardaigne, sont les éléments du déséquilibre économique et social auxquels est confronté le protagoniste. Le phénomène du banditisme s’inscrit dans ce contexte d’inégalités, mais Fois n’en fait pas l’apologie, au contraire, il condamne sans appel ceux qui se font justice eux-mêmes en avançant des justifications liées à des questions d’honneur, ceux qui, pour résoudre des conflits, ont recours à la violence. L’auteur condamne ainsi le “héros” qui tue par nécessité ou par honneur, comme c’est le cas pour Stocchino qui, balente27, ne se plie pas aux abus des riches et puissants propriétaires et suit le principe selon lequel « l’offense doit être vengée »28. C’est pourquoi le narrateur affirme qu’avant « c’était un héros dangereux et [qu’]il est devenu maintenant un assassin en fuite »29.

  • 30  Il s’agit des thèses “scientifiques” de l’école positiviste de droit pénal de Cesare Lombroso (183 (...)
  • 31  « il 14 marzo 1923 due carabinieri mettono i ferri ai polsi di Antioca Leporeddu [la madre di Samu (...)

22La condition de hors-la-loi attribuée à Stocchino permet à l’auteur de mettre en relation le problème du banditisme avec celui de l’administration de la justice par le gouvernement national. Il montre que les comportements subversifs auxquels il est confronté se situent dans le contexte d’une problématique plus générale qui est celle d’un État-nation trop souvent incapable de faire face aux spécificités politico-culturelles locales. Fois approfondit l’observation des rapports conflictuels entre le problème du banditisme et la lecture “culturelle” qu’en fait le gouvernement national, en rappelant que ce dernier considère ce phénomène comme une anomalie endogène : les Sardes auraient, en effet, une inclination naturelle à la délinquance due à des caractères psychosomatiques et à des facteurs géographiques et environnementaux30. Les mesures juridiques adoptées dans les années 1920 pour éradiquer le banditisme suivent l’orientation de la “législation spéciale” approuvée par les gouvernements libéraux précédents. Le narrateur de Memoria del vuoto raconte qu’en application de ces mesures, « le 4 mars 1923 Antioca Leporeddu [la mère de Samuele Stocchino] est arrêtée pour complicité avec son fils »31. Malgré la mise en œuvre de ces moyens coercitifs, le bandit ne se rend pas à la justice et poursuit sa cavale. Cet épisode est significatif de l’échec des mesures mises en œuvre pour venir à bout du banditisme. Loin d’éradiquer le phénomène, en effet, ces mesures ne font que l’amplifier créant ainsi le statu quo et le maintien d’une stagnation économique et sociale qui alimente la déception des espoirs dont pouvait être porteur l’idéal d’intégration nationale.

  • 32  « Per Roma, Stocchino era esattamente come il Nobel alla Deledda per il maresciallo Palmas : meno (...)

23La situation du banditisme semble évoluer en 1927, quand la ville de Nuoro est déclarée chef-lieu de province et préfecture par le gouvernement fasciste. La bourgeoisie agraire sarde soutient le régime et Mussolini pense pouvoir mettre fin au phénomène du banditisme en Sardaigne. Le Duce compte accompagner ce projet politique par une action d’éclat symboliquement forte : la capture de Stocchino. Celle-ci deviendrait, en effet, le symbole de la défaite du brigandage méridional et le signe de l’accomplissementde l’unité nationale. En réalité, comme le dit le narrateur, « pour Rome, Stocchino était exactement comme le Nobel de Grazia Deledda pour le maréchal Palmas : moins que rien. Mais il devenait quelque chose s’il devenait un symbole »32.

  • 33  « Il prestigio del Governo innanzitutto, e l’interesse del Partito ». Ibidem, p. 193.
  • 34  « Una vittoria “mai prima raggiunta” del primo governo fascista ». Franco Fresi, Banditi di Sardeg (...)

24Ce symbole se construit autour de la mort de Stocchino. Le gouvernement organise une opération militaire en envoyant depuis la capitale italienne un militaire fasciste chargé de régler l’affaire en collaboration avec les représentants politiques sardes (le préfet), les forces de l’ordre (les carabinieri) et les fascistes locaux (les propriétaires fonciers). Le mot d’ordre du gouvernement national, que le militaire continental rapporte au préfet de Nuoro, est alors le suivant : « Le prestige du Gouvernement avant tout, et l’intérêt du Parti […] »33. Ce souhait est réalisé par la mise en scène de la mort de Stocchino. En effet, pendant leurs recherches, les forces de l’ordre trouvent le refuge du bandit et découvrent qu’il est déjà mort. Pour satisfaire les exigences de Mussolini, décidé à instrumentaliser le décès du bandit pour des raisons de propagande politique, ils sortent le corps de la caverne, le traînent jusqu’à un buisson, puis lui tirent dessus. Le gouvernement s’attribue ainsi le mérite d’avoir tué le très dangereux bandit dans un guet-apens. Grâce à cet événement, Mussolini pouvait exhiber aux yeux de la nation « une victoire jamais atteinte auparavant par le premier gouvernement fasciste »34 contre le brigandage.

25La théâtralisation de la mise à mort de Stocchino, qui n’en fut pas réellement une, acquiert alors valeur de symbole. C’est le symbole du mensonge sur lequel l’Italie fasciste a édifié le mythe de sa victoire contre le brigandage.

Conclusion

26Avec Memoria del vuoto, il apparaît que pour Marcello Fois la nation est une réalité historique qui résulte du rapport instable et insaisissable entre histoire et mythe, entre vérité et mensonge. Et c’est le personnage ambigu de Samuele Stocchino qui incarne le dualisme entre ces deux pôles antinomiques. Héros et bandit tout à la fois, il est le reflet d’un pays déchiré par ses contradictions. Toute nation est une création culturelle et la formation du sentiment d’appartenance à celle-ci est confiée à des actions d’ordre symbolique qui dérivent parfois d’une distorsion de la vérité historique. Memoria del vuoto met en évidence tout cela en soulignant tout particulièrement les processus de falsification que le pouvoir fait subir à l’histoire. Les faits historiques sont repris, déconstruits et reconstruits pour montrer la faiblesse d’un sentiment national bâti sur les sables mouvants d’une histoire qui n’était qu’en partie commune. S’acquittant ainsi d’un devoir de mémoire critique, Marcello Fois met en avant la nécessité de faire apparaître ce qu’une historiographie sélective a, plus ou moins sciemment, pu refouler. Déconstruisant le mythe, il a contribué à remplir les vides de la mémoire.

Haut de page

Notes

1  Marcello Fois, Memoria del vuoto, Torino, Einaudi, 2006. Le roman est traduit en français par Jean-Paul Manganaro, Mémoire du vide, Paris, Éditions du Seuil, 2008. Toutes les citations seront données dans cette traduction.

2  Samuele Stochino (1895-1934) était considéré comme l’une des figures principales du banditisme sarde des premières décennies du XXe siècle. Il était originaire d’Arzana, petit village de la région de l’Ogliastra, située à l’est de l’île, tristement célèbre comme “zona delinquente” à la suite d’une enquête sur le phénomène de la délinquance en Sardaigne, menée par le criminologue et anthropologue positiviste Niceforo qui attribuait les causes du banditisme à des tares psychiques et physiques héréditaires. Cf. Alfredo Niceforo, La delinquenza in Sardegna, 1897 et L’Italia barbara contemporanea, 1898.

3  Entretien de Fois accordé à Mikaël Demets, 2008, disponibleen ligne sur www.evene.fr [réf. du 4 mai 2010].

4  Ibidem.

5  Cette expression fut utilisée pour la première fois par Giovanni Battista Tuveri (1815-1887) qui, en 1867, souleva la “questione sarda” en dénonçant l’absence de réformes économiques et fiscales dans l’île et en plaidant en faveur d’une politique autonomiste de la Sardaigne contre la politique d’un État centralisateur et oppressant.

6  Selon la définition donnée par Dominique Schnapper, dans La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris, Gallimard, 1994. Pour Schnapper, le concept de “communauté des citoyens”, qu’elle emploie pour indiquer l’ensemble des citoyens constitués en communauté politique, renvoie non pas à un ensemble de personnes physiques, mais à des “sujets de droit”, c’est-à-dire, d’une part à des citoyens disposant de droits civils, juridiques et politiques et ayant le devoir de respecter les lois ; d’autre part à une nation et à une institution étatiques dans lesquelles cette “communauté de citoyens” se reconnaîtrait.

7  « alla domanda sul perché voglia entrare come volontario nel Regio Esercito risponde di voler servire la sua patria. Alla domanda su quale sia la patria che vuole servire, dopo un’incertezza vistosa scandisce : l’Italia ». Marcello Fois, Memoria del vuoto, cit., p. 56.

8  « i padroni diventano padroni proprio perché hanno le regole, se le fanno addirittura ». Ibidem, p. 72.

9  « Ma a noi – insiste Puddu – ch’eravamo diventati italiani chi cazzo ce l’ha detto, eh ? Bella cosa, – conferma Mariani di Orune – fare i cani da guardia in terra anzenat dopo che si è ceduta la propria terra ». Ibidem, p. 71.

10  Luciano Marrocu, Manlio Brigaglia, La perdita del regno. Intellettuali e costruzione dell’identità sarda tra Ottocento e Novecento, Roma, Editori Riuniti, 1995, p. 117.

11  L’année 1847 indique en effet la date de la fusione perfetta, cette définition indiquant un projet politique d’intégration nationale dont les défenseurs se font l’écho, au niveau insulaire, des idées qui sont en train de se diffuser à la même époque dans l’Italie continentale. Cf. ibidem, pp. 117-118.

12  « sarebbe stata [...] necessaria una legittimazione democratica in grado di porre su un piano di eguaglianza non solo giuridica ma anche politica la cittadinanza ». Massimo L. Salvadori, Italia divisa. La coscienza tormentata di una nazione, Roma, Donzelli Editore, 2007, p. 22.

13  « per lui le cose sono le cose : uno pensa di poterci mettere le mani, pensa di poterle determinare, e invece no. Questa è una saggezza che non ha età : fa parte di quello che uno sa senza sapere perché lo sa ». Marcello Fois, Memoria del vuoto…, cit., pp. 71-72.

14  « A lui, a Samuele, uccidere è piaciuto più che scopare ». Ibidem, p. 64.

15  « pregando la sorte perché la sua prima spedizione lo conducesse verso la gloria splendente delle armi ». Ibidem, p. 56.

16  Pierre Nora, « Mémoire collective », dans Jacques Le Goff, Roger Chartier, Jacques Revel, La nouvelle histoire, Paris, Retz, 1978, p. 398.

17  « a letto, come un ex voto ». Marcello Fois, Memoria del vuoto, cit., p. 83.

18  « La storia cambia perché il miracolo avviene e Samuele si riprende : nessuno ci credeva, tutti l’avevano dato per morto, e invece… ». Marcello Fois, Memoria del vuoto, cit., p. 83.

19  « Samuele è un eroe, terrore degli infedeli, tigre feroce, soldato decorato ». Ibidem.

20  Ibidem, p. 84.

21  Roland Barthes, « Le mythe, aujourd’hui », in Œuvres complètes I. Livres, textes, entretiens 1942-1961, Paris, Éditions du Seuil, 1993 et 2002, p. 23.

22  « Nel riquadro seguente Samuele affonda un coltello al centro del petto del possidente ? ». Marcello Fois, Memoria del vuoto, cit., p. 84.

23  « La bestia di Libia sembra ora un’ombra pallida del seduttore che è stato nel deserto. È diventato un corpo per la guerra, assente a se stesso, pronto a uccidere e a morire. Indifferentemente ». Ibidem, p. 120.

24  « “caporalino” [che] diventa una specie di figura mitica, ma in una mitologia di gente che non sa, [che] non immagina nemmeno, quanto lontano sia Stocchino dall’eroismo ». Ibidem.

25  Philippe Hamon, Texte et idéologie, Paris, PUF, 1984, pp. 47-48.

26  Ceux-ci ont pris la décision de licencier d’abord son père, puis son frère qui étaient employés en tant que journaliers et valets-bergers (servi-pastori). La famille de Stocchino est ainsi réduite à la misère. Cet épisode renvoie au phénomène de la criminalité rurale présent en Sardaigne pendant les années du premier après-guerre, puisque la structure sociale sarde est composée en grande partie d’agriculteurs, de petits et moyens propriétaires de troupeaux qui font travailler les valets-bergers et quelques journaliers. Dans le contexte d’une agriculture à moitié abandonnée par le départ en guerre de la main d’œuvre masculine et une économie de survie, la satisfaction des besoins primaires des familles paysannes est à la merci des propriétaires fonciers et de leurs offres d’emploi. Cette situation a comme conséquence d’une part le creusement d’un clivage social de plus en plus profond et l’affirmation de rapports de force de plus en plus grands entre propriétaires et paysans ; d’autre part, elle a comme effet le constat de l’inefficacité des normes juridiques, l’Édit des clôtures (Editto delle chiudende), introduites par la Maison de Savoie en 1820 dans le but de moderniser le pays, ce qui, dans un contexte d’unification nationale, apparaît de plus en plus évident et discriminateur, surtout lorsque les réactions ressemblent à celle manifestée par Samuele Stocchino.

27  Le mot sarde balente signifie “vaillant”, “courageux”, avec une évidente connotation d’héroïsme. Le juriste Pigliaru explique que : « su balente è l’uomo che sa comportarsi secondo che le circostanze esigano, l’uomo che sa farsi valere con la sua propria virtù e la sua forza in tutte le circostanze della vita, […] è l’uomo che vale, che sa farsi valere e vale anche se […] la fortuna non gli arride ; anche se la sua balentìa (il suo valore) non risulterà all’atto pratico coronato da un adeguato successo » [« su balente » [le vaillant] est l’homme qui sait se comporter selon les exigences des circonstances, l’homme qui sait se faire valoir avec son propre courage et sa force dans toutes les circonstances de la vie […]. C’est l’homme qui vaut et qui sait se faire valoir même si la chance ne lui est pas favorable ; même si sa balentìa (sa valeur) ne se révélera pas concrètement couronnée par un succès adéquat »]. Antonio Pigliaru, Il banditismo in Sardegna. La vendetta barbaricina come ordinamento giuridico, Nuoro, Il Maestrale, « I Menhir », 2000 (première édition : Milano, Giuffrè, 1959), p. 218.

28  Il s’agit du premier article des principes généraux du « codice barbaricino » : « L’offesa deve essere vendicata » [« L’offense doit être vengée »]. Ibidem, p. 139. Considérée comme un devoir juridique, la vendetta constitue le phénomène principal du banditisme sarde. Sur cet aspect de la question, Ibidem, pp. 243-255.

29  « Era un eroe pericoloso e ora è diventato un assassino latitante ». Marcello Fois, Memoria del vuoto, cit., p. 134.

30  Il s’agit des thèses “scientifiques” de l’école positiviste de droit pénal de Cesare Lombroso (1835-1909). Elles se fondent sur la théorie du “criminel atavique” selon laquelle le comportement criminel est provoqué par une anomalie héréditaire.

31  « il 14 marzo 1923 due carabinieri mettono i ferri ai polsi di Antioca Leporeddu [la madre di Samuele Stocchino] ». Marcello Fois, Memoria del vuoto, cit., p. 149.

32  « Per Roma, Stocchino era esattamente come il Nobel alla Deledda per il maresciallo Palmas : meno di niente. Ma diventava qualcosa se diventava simbolo ». Ibidem, p. 185.

33  « Il prestigio del Governo innanzitutto, e l’interesse del Partito ». Ibidem, p. 193.

34  « Una vittoria “mai prima raggiunta” del primo governo fascista ». Franco Fresi, Banditi di Sardegna. Storie di assassini, predoni e primule rosse, Cagliari, Edizioni Newton e Compton - Edizioni della Torre, 1998, p. 293.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 15, L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, 2011

Référence électronique

Giuliana Pias, « Le concept de Nation dans Memoria del vuoto de Marcello Fois », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3120 ; DOI : 10.4000/italies.3120

Haut de page

Auteur

Giuliana Pias

Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org