Navigation – Plan du site
Mouvements politiques

La femme qu’on surnommait Quarantotto, ou le Risorgimento au féminin d’Erminia Fuà Fusinato

Elsa Chaarani Lesourd
p. 393-414

Résumé

Cet article se propose d’examiner le parcours biographique d’une femme de la seconde génération du Risorgimento, née autour de 1830, Erminia Fuà Fusinato. Il s’agit d’une femme qui mena une vie à la fois exemplaire et exceptionnelle. Sa destinée est à certains égards exceptionnelle, d’abord parce que, de confession juive, elle décida de se convertir au catholiscisme pour épouser celui qu’elle aimait, ensuite parce que, poétesse elle-même, elle fut la seconde épouse du poète de Vénétie Arnaldo Fusinato et connut bien des hommes célèbres du Risorgimento, parmi lesquels Nievo, dont elle fut une grande amie ; enfin parce qu’elle joua un rôle politique occulte avant l’unification et un rôle d’éducatrice des jeunes générations quand elle devint inspectrice et enseignants pour les jeunes filles de la nouvelle Italie. Mais sa vie fut aussi exemplaire car elle apparaît comme assez représentative des destinées féminines des femmes cultivées du XIXe siècle italien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour ces deux citations, voir les notes 14 et 25 du présent travail. Les écrits d’Erminia Fuà Fusin (...)

En un seul quart de siècle, nous avons vu s’accomplir des faits d’une si grande importance qu’ils changent les conditions d’une grande partie du monde civil. Nous avons vu naître un nouvel ordre d’idées et de choses, si différent de celui de nos ancêtres, que parfois nous avons l’impression qu’un abîme ou presque nous sépare d’eux.
[…] la femme est le seul juge compétent de sa propre condition, et c’est à elle qu’il revient d’identifier et de faire connaître les moyens de l’améliorer […]
Erminia Fuà Fusinato1

1Erminia Fuà Fusinato apparaît, au pire, comme une figurante, au mieux, comme un personnage secondaire des biographies des hommes célèbres qu’elle a connus. Deux d’entre eux furent vraiment très proches d’elle : le premier était son mari, le poète Arnaldo Fusinato, et le second était leur grand ami, l’écrivain garibaldien Ippolito Nievo. Mais elle connut aussi Niccolò Tommaseo, Gino Capponi, Cesare Correnti, Francesco Dall’Ongaro, le jeune Edmondo De Amicis et d’autres encore. On s’appliquera à faire en sorte que ces célébrités soient ici les personnages secondaires de la biographie d’Erminia. L’envers du Risorgimento consistera donc à renverser la perspective habituelle, pour montrer un Risorgimento au féminin. Les écrits d’Erminia Fuà ne présentent qu’un intérêt littéraire très limité, aussi seront-ils étudiés ici plutôt dans une perspective biographique et idéologique. En effet, la trajectoire biographique et idéologique d’Erminia Fuà est intéressante parce qu’elle fut, à bien des égards, représentative des destinées féminines pendant le Risorgimento. On évoquera, en quatre points, les différentes étapes de cette biographie féminine en tentant de montrer ce qu’elle peut avoir d’emblématique de cette époque.

Portrait d’Erminia Fuà Fusinato

avec l’aimable autorisation des éditions Anicia (in Maria Cristina Leuzzi, Erminia Fuà Fusinato, una vita in altro modo, Roma, Anicia, 2008).

Les jeunes années d’Erminia (1834-1850)

  • 2 En 1845, Geltrude Sullam Bianchi, épouse Fuà, figure parmi les propriétaires de Rovigo, où elle pos (...)
  • 3 L’oncle Benedetto Fuà se souvient qu’après l’installation des Fuà à Padoue, la petite Erminia était (...)
  • 4 L’oncle Tommaso est cité par Maria Cristina Leuzzi, Una vita in altro modo, Roma, Anicia, 2008, p.  (...)
  • 5 « La famiglia, i fiori, i libri e lo studio erano tutto il mondo per quella cara creatura, e la cas (...)

2Erminia Fuà est née le 5 octobre 1834 à Rovigo, dans une famille juive, de Marco Fuà et de Geltrude Sullam Bianchi. Son père était médecin et sa mère, propriétaire de biens à Rovigo, était la fille d’un commerçant, Saule Bianchi2. L’année suivante, les parents d’Erminia s’installent à Padoue, où vivent les grands-parents paternels d’Erminia3 ainsi que ses oncles Benedetto et Tommaso4, dans une maison pleine « de livres et de fleurs »5, un détail qui a son importance.

  • 6 Ce personnage est cité par Clotilde Fattori, biographe qui a pu interroger Guido Fusinato, fils d’E (...)

3Erminia a deux précepteurs : le rabbin Leone Osimo6, ami de son père, qui instruit aussi ses frères et sœurs, et son oncle paternel Benedetto Fuà, ingénieur des chemins de fer. Benedetto, dans un premier temps, lui apprend à lire et à écrire, lui donnant le goût de la lecture et de la poésie, puis lui inculque les rudiments d’une instruction scientifique. Pour cela, il s’inspire de la méthode pédagogique, fondée sur l’observation, du Suisse Johann Heinrich Pestalozzi, dont il est un disciple fervent. Enfin, Marco Fuà, botaniste à ses heures perdues, communique à sa fille sa passion pour les fleurs. Pourtant, l’éducation de la jeune fille n’est pas seulement intellectuelle et comporte aussi l’apprentissage des tâches que la tradition réserve aux femmes : tâches domestiques, fabrication du pain, couture, broderie.

4Deux éléments sont frappants, dans l’éducation de cette jeune fille du XIXe siècle. Le premier est l’originalité de la démarche pédagogique de l’oncle Benedetto, le second est la présence de figures masculines plutôt que de modèles féminins ; car si Erminia évoque avec affection et reconnaissance son oncle Benedetto et son père, ainsi que le rabbin Osimo, elle garde un silence quasiment total sur sa mère. On peut penser que ces modèles masculins furent à l’origine de l’indépendance et de l’esprit de décision dont Erminia n’allait pas tarder à faire preuve.

  • 7 Il n’est pas facile de trouver des informations très précises sur Marco Fuà et sa famille, et le bi (...)
  • 8 Gaetano Ghivizzani, La vita e gli scritti di Erminia Fuà Fusinato, in Erminia Fuà Fusinato, Scritti (...)

5Quoi qu’il en soit, les circonstances historiques et familiales feront bientôt sortir Erminia de l’insouciance de l’enfance. La maison de Marco Fuà est fréquentée par des libéraux cultivés, et les conversations scientifiques alternent avec les discussions sur la politique et la liberté de la patrie. Erminia lit les poésies de Berchet, de Poerio, de Prati, d’Aleardi et de Fusinato, et elle supporte difficilement l’arrogance des soldats autrichiens. Sans doute, dans une telle famille, la déception de 1849 dut être à la mesure des espoirs soulevés en 1848. Erminia, adolescente de quatorze à quinze ans à ce moment historique, se passionne pour les événements qui animent l’Italie, et on peut dire que son éducation l’a préparée à en comprendre toute la portée. Deux autres événements familiaux lui donnent certainement une maturité précoce et ce caractère résolu qui est une caractéristique constante de sa personnalité. Vers cette époque, une de ses sœurs meurt à treize ans de tuberculose7 et, à partir de 1850, une grave maladie dont sa mère est atteinte l’oblige à prendre des responsabilités de femme. En tant qu’aînée des filles, elle est chargée de l’organisation des affaires domestiques et sert de mère à ses frères et sœurs, qui sont au moins quatre : Enrico, Elisa, Elvira, et Eugenio. Il subsiste un doute sur la position d’Erminia dans la fratrie : Maria Cristina Leuzzi la situe comme l’aînée des enfants, mais Gaetano Ghivizzani déclare que son frère Enrico est mort à trente-six ans en 1866, ce qui fait de lui, si l’information est exacte, l’aîné des enfants de Marco Fuà et Geltrude Bianchi8.

Le mariage d’Erminia avec Arnaldo Fusinato (1850-1856)

6Erminia aimait les poésies d’Arnaldo Fusinato et, en 1852, elle qui, à ses heures de loisir, écrit des poésies, exprime à plusieurs reprises le désir de le rencontrer à un ami commun. On peut facilement imaginer qu’elle s’enthousiasma à la lecture de poésies très patriotiques telles que A Venezia. Cette poésie évoque le siège de Venise en 1849 et le courage des Vénitiens qui furent, comme chacun sait, les derniers à se rendre à la réaction autrichienne en août 1849 :

Passa una gondola della città.
“Ehi, dalla gondola, qual novità ?”
“Il morbo infuria, il pan ci manca,
sul ponte sventola bandiera bianca !”

  • 9 Voici la première strophe du Canto degli insorti : « Suonata è la squilla : già il grido di guerra (...)

7Arnaldo est à cette époque un homme de trente-cinq ans qui connaît déjà une certaine notoriété pour ses poésies. C’est un libéral, convaincu de la nécessité pour les Italiens d’obtenir leur indépendance ; il fréquente le célèbre Café Pedrocchi, et ses poésies paraissent dans un périodique du même nom. En mars 1848, il a écrit Canto degli insorti9 et, en 1849, le célèbre poème A Venezia. Pourtant, Erminia n’est pas la première jeune fille qui éprouve pour lui un amour passionné. En 1836, il a rencontré, à Castelfranco Veneto, Anna Colonna, fille de la comtesse Teresa Coletti Colonna, et trop noble pour lui. Les deux jeunes gens sont tombés amoureux, mais la comtesse et le tuteur de la jeune fille se sont opposés à cette mésalliance. Cependant, en 1849, lorsque le bruit s’est répandu qu’Arnaldo était blessé à Venise, Anna s’est enfuie de chez sa mère pour le retrouver et l’épouser. Il faut dire qu’Arnaldo réunissait beaucoup de qualités aptes à enthousiasmer une jeune fille de cette époque romantique : beau garçon, de caractère joyeux, il était non seulement un poète apte à exprimer sous une forme esthétique des sentiments patriotiques alors très consensuels dans les milieux aisés, mais encore un patriote prêt à risquer sa vie pour libérer l’Italie. Ainsi, comme pour beaucoup de jeunes couples de l’époque, pour Arnaldo et pour Anna, amour et passion politique se mêlent au point de devenir indissociables. Ce sera également le cas avec Erminia, car Anna Colonna, atteinte de tuberculose pulmonaire, meurt le 15 février 1852.

8À cette date, on comprend qu’Arnaldo ne se sente pas prêt à rencontrer cette jeune Erminia de dix-huit ans qui veut lui lire ses poésies : d’abord, il vient de perdre une femme sincèrement aimée et, de plus, il a en horreur les femmes qui se piquent d’écrire et les féministes, qu’il raille dans ses poésies. Il refuse donc plusieurs fois de la rencontrer, avant de se laisser finalement convaincre, par un vendredi pluvieux où il n’a rien de mieux à faire. Mais la douceur et la candeur bien traditionnellement féminines d’Erminia le surprennent et battent en brèche ses préjugés un tantinet misogynes sur les femmes savantes. Il devient alors son maître en poésie, elle écrit pour lui un sonnet, ils se revoient, ils se fréquentent et, au fil des mois, ils comprennent assez vite que bien des choses les réunissent et, plus particulièrement, leurs convictions politiques et leurs intérêts littéraires.

  • 10 « Fieri contrasti furono sollevati dai genitori di lei per tale unione, gravi ostacoli s’opponevano (...)

9La biographie d’Arnaldo semble alors bégayer : la famille d’Erminia n’accepte pas cette union. C’est surtout la différence de religion qui arrête Marco Fuà, lequel s’oppose catégoriquement à ce mariage. Une biographe fiable10 dit que la famille invoque les différences de caractère et d’âge, mais cela sonne comme un prétexte : bien des filles de l’époque étaient mariées par leur parents sans qu’on se préoccupe de l’écart des âges ou des caractères.

  • 11 C’est Elisa, cette sœur d’Erminia qui épousa, selon le désir de ses parents, un ingénieur juif. À l (...)

10Cependant, Erminia n’est pas moins obstinée que son père, car elle continue de fréquenter Arnaldo en secret et, vers 1855, la passion de cette fille qui va sur ses vingt et un ans ne peut plus être considérée comme le caprice fugitif d’une adolescente. C’est alors que la famille arrange les fiançailles d’Elisa, la petite sœur d’Erminia, qui a dix-huit ans, avec un ingénieur de vingt-huit ans, israélite11. On peut supposer que l’obéissance d’Elisa est utilisée pour vaincre les résistances d’Erminia, car celle-ci en parle avec amertume dans une lettre à son amie Anna Mander :

  • 12 « J’envie les jeunes filles qui possèdent la vertu de satisfaire sur ce point le désir de leurs par (...)

Invidio le ragazze che possiedono la virtù di appagare anche in questo il desiderio dei genitori, ma duolmi sentire che non potrei mai dare la mia fede ad uno che non avesse anche il mio cuore.12

  • 13 « Cara nipote, rispondo tosto alla tua quest’oggi ricevuta dalla quale intesi la tua ferma ed irrev (...)

11L’amertume est perceptible, mais ne modifie en rien la détermination d’Erminia, qui décide de se convertir au catholicisme pour pouvoir épouser Arnaldo. Le 25 avril 1856, son oncle Nicola de Venise lui écrit qu’il a compris « sa décision ferme et irrévocable d’embrasser la foi catholique » et que sa maison lui sera toujours ouverte13. Le 6 mai 1856, Erminia réitère son propos d’épouser Arnaldo et essuie un nouveau refus de ses parents. Elle quitte alors la maison de son père, s’enfuit à Venise chez son oncle, se convertit au catholicisme et se marie dans l’intimité à l’église San Salvador le 6 août 1856, avec pour témoin Andrea Maffei. Tous les biographes racontent que, moins d’un mois plus tard, les portes de la maison paternelle se rouvrent pour Erminia. Mais personne n’en a jamais dit la vraie raison, qui se trouve dans les archives de Rovigo : le 6 septembre 1856, sa sœur Elisa Fuà se marie avec l’ingénieur Emanuele Praga. Cela explique la mansuétude des parents, et aussi la date du mariage d’Erminia : il fallait que le mariage d’Erminia et Arnaldo eût lieu avant celui d’Elisa, pour que les parents accordent leur pardon.

12Le choix d’Erminia s’explique certainement par des raisons privées. Cette jeune fille très aimée dans son enfance, qui avait bénéficié d’une éducation intellectuelle fondée sur la réflexion et sur la liberté, ne comprenait pas que ses parents s’opposent à une décision que lui dictait son libre arbitre. Bien plus, dans les années précédant sa rencontre avec Arnaldo, elle avait dû s’habituer à gérer la maison de son père et à veiller sur ses frères et sœurs, ce qui l’avait projetée malgré elle dans un monde d’adultes et de décisions. Comment pouvait-elle comprendre que les vieux réflexes de la coercition masculine reprennent le dessus au moment où elle assumait un choix qui conditionnait sa vie entière ?

13Mais, incontestablement, son choix possède aussi une valeur collective d’émancipation. On lui avait enseigné l’amour de la poésie civile et le refus de la coercition politique : toute son éducation la conduisait naturellement à éprouver de la sympathie pour Arnaldo, cet écrivain patriote dont les poésies étaient admirées dans la maison de son père. En outre, comment sa famille pouvait-elle désirer en même temps l’indépendance des Italiens et la soumission d’une fille qui ne leur avait jamais donné aucun motif de se plaindre ? Enfin, les hommes et les femmes qui vivaient cette décennie en Italie avaient certainement conscience de vivre un moment historique exceptionnel, tout projeté dans le futur. On le sent dans certaines phrases d’Erminia :

  • 14 « En un seul quart de siècle, nous avons vu s’accomplir des faits d’une si grande importance qu’ils (...)

In un solo quarto di secolo noi abbiamo veduto compiersi fatti di sì grande importanza da mutare le condizioni di gran parte del mondo civile. Abbiamo visto iniziarsi un nuovo ordine d’idee e di cose talmente diverso da quello degli avi che talvolta ci pare esista quasi un abisso tra noi e loro.14

14C’est ce que montre aussi, du reste, l’atmosphère enfiévrée du célèbre roman d’un ami intime d’Erminia, Ippolito Nievo, qui heureusement n’eut jamais le temps de corriger son manuscrit, ce qui nous donne à lire un témoignage particulièrement intéressant sur le plan historique. En somme, à des circonstances historiques exceptionnelles correspondaient des choix privés exceptionnels, dictés par l’urgence d’une situation historique très particulière.

15Du point de vue du Risorgimento au féminin, en décidant envers et contre tout d’épouser Arnaldo, Erminia choisit donc deux fois la liberté : elle décide de son émancipation personnelle de femme, et s’oriente vers l’indépendance politique de son pays. Nous allons voir qu’elle saura montrer, non sans espièglerie, dans sa vie de femme mariée, que les femmes sont parfaitement capables de prendre des responsabilités politiques. Rappelons seulement que le mariage d’Erminia, célébré par Ippolito Nievo dans une poésie, s’effectue avant que ce dernier n’écrive les Confessioni d’un Italiano. Or, dans ce roman, la liberté des femmes dans le choix de leur mari est considérée comme la condition sine qua non de la réussite de l’éducation des enfants, pierre angulaire, pour Nievo, de la construction de la future société italienne. On peut donc penser qu’Erminia servit de modèle à certains personnages féminins des Confessioni, en particulier à celui d’Aglaura.

L’activisme politique occulte d’une inoffensive mère de famille, ou le Risorgimento entre quatre murs (1856-1864)

16Peu après leur mariage, Arnaldo et Erminia s’installent dans la maison de Castelfranco Veneto, avec la comtesse Teresa Coletti Colonna, première belle-mère (suocera) d’Arnaldo, âgée de soixante-dix ans, qui se prend d’une grande affection pour Erminia. Cette dernière la lui rend bien, et la considère comme une seconde mère, au point de donner à sa fille unique le nom de Teresita. Dès le 4 juin 1857, Erminia met au monde son premier enfant, Gino ; le second, Guido, naît le 15 février 1860, tandis que la troisième, Teresita, voit le jour le 14 juillet 1863.

  • 15 « Quando il governo austriaco impose ai comuni del Veneto la nomina dei deputati da spedirsi al Rei (...)
  • 16 Ibidem, pp. 39-41.
  • 17 « La fama di patriota ardente e coraggiosa era tale in paese che le popolane la chiamavano, per ant (...)
  • 18 « Era infatti a Castelfranco che si stampavano i proclami rivoluzionari, era da Castelfranco che, c (...)
  • 19 « Il primo pensiero dei congiurati veneti [dopo Villafranca] fu quello di fondere in un’azione comm (...)

17Les biographies d’Erminia Fuà sont diaprées d’anecdotes patriotiques piquantes15. On n’en retiendra que quelques-unes, qui paraissent particulièrement significatives. Après Villafranca (juillet 1859), les comités s’organisent en Vénétie. Un jour, alors que la maison Fusinato est pleine de conspirateurs et la table couverte de tracts des plus compromettants, un violent coup de sonnette met les esprits en ébullition : c’est la police autrichienne. Erminia entrouvre la porte, prend sa voix la plus douce et supplie à voix basse la police de ne pas réveiller son enfant malade. Le gendarme se confond en excuses, fait le salut militaire et déclare chercher, au nom du Delegato provinciale, un membre du Conseil municipal. Erminia répond qu’elle ne l’a pas vu depuis deux jours, et le policier s’en va non sans s’être de nouveau répandu en excuses pour le dérangement !16 Il a bien tort et il connaît bien mal cette douce et blonde mère de famille : au village, les femmes ne s’y sont pas trompées, qui l’ont surnommée Quarantotto17. Mais une jeune mère préoccupée de son enfant n’a-t-elle pas toutes les apparences de la respectabilité ? D’ailleurs, c’est à ce moment historique que, tandis qu’Arnaldo prend soin de se faire remarquer dans les cafés et les lieux publics pour détourner la surveillance de la police, Erminia, entre ses quatre murs, pendant le sommeil des enfants, rédige des lettres, confie des paquets interdits et des missions secrètes à des amis sûrs, et administre l’argent des conspirateurs18. De même, les voyages du couple à Udine, Belluno, Vicence, Vérone, Mantoue et Trente, prennent des allures d’innocente villégiature familiale, alors qu’il s’agit en réalité de coordonner les comités patriotiques de ces villes19.

18En d’autres termes, Erminia utilise, non sans malice, les préjugés masculins sur la douceur et l’innocence, pour ne pas dire sur la sottise féminine, pour manipuler la police en servant l’indépendance de l’Italie. C’est si vrai qu’en 1864, les Autrichiens pensent à condamner Arnaldo, mais pas Erminia, qui reste libre de ses mouvements.

19En 1864, Erminia s’empresse d’avertir Arnaldo, parti en Toscane et dont le frère Clemente est compromis dans un procès, qu’il ne peut plus revenir en Vénétie sous peine d’être arrêté. Elle décide alors, non sans douleur, de le suivre à Florence et de quitter sa chère maison de Castelfranco.

Erminia éducatrice dans la nouvelle Italie ou comment éduquer les filles sans en faire des « bas-bleus » (1865-1876)

20Après avoir passé huit ans à Castelfranco Veneto, la famille Fusinato s’installe à Florence, via Borgo Allegri, en novembre 1864, et Erminia y restera cinq ans. À Florence, les Fusinato fréquentent le salon d’Emilia Toscanelli Peruzzi, où ils rencontrent divers représentants des milieux cultivés moderati de Toscane, comme Giambattista Giorgini, Marco Tabarrini, Gino Capponi, mais aussi le jeune Edmondo De Amicis, et Erminia parvient à faire publier le roman de leur ami Ippolito Nievo. Mais à Florence, contre l’avis d’Erminia, Arnaldo a investi son argent dans des affaires immobilières qui le ruinent, et c’est ce qui conduit Erminia à accepter l’offre de Cesare Correnti, alors Ministre de la Pubblica Istruzione, qui lui propose de devenir inspectrice des lycées de Naples et de la provincia, qu’elle visite pendant le printemps 1871 ; puis, en juin, elle inspecte ceux de la région de Pérouse. En août 1871, entre trois choix professionnels possibles, elle accepte de devenir inspectrice des écoles pour filles de Rome et de sa provincia, non seulement parce que ce choix est le plus avantageux économiquement, mais encore parce qu’il lui permet d’enseigner à des élèves institutrices de l’École normale. En 1873, toujours à Rome, elle est choisie pour assurer la direction d’un lycée public pour jeunes filles, et elle exercera cette fonction jusqu’à sa mort, survenue en septembre 1876, à la veille d’une nouvelle année scolaire.

21Erminia est donc dans l’obligation de se séparer de sa famille : les deux garçons commencent des études secondaires, l’un à Venise et l’autre chez un cousin à Mantoue, tandis que la petite Teresita demeure avec son père, contraint de rester à Florence pour y veiller à ce que ses affaires ne tournent pas au plus mal. Arnaldo, qui se sent coupable de n’avoir pas suivi les conseils d’Erminia, a bien cherché à la dissuader de prendre cette décision, mais c’était compter sans sa détermination, car elle est bien décidée à gagner l’argent de la famille. C’est un changement complet des habitudes d’Erminia qui menait jusqu’alors la vie d’une casalinga cultivée. À présent, elle doit voyager, affronter des élèves, des collègues, et se situer idéologiquement dans le débat naissant sur l’émancipation des femmes qui commence à traverser la nouvelle Italie.

22Erminia Fuà, poétesse médiocre, publia, en plus de ses poésies, un certain nombre de textes en rapport avec cette activité d’enseignante et de directrice de lycée, rassemblés sous le titre Scritti educativi. On y trouve des Lezioni di morale destinées à des élèves de lycées, des cours pour les élèves institutrices de la Scuola Normale, un journal et des lettres écrits alors qu’elle faisait cette expérience professionnelle. L’analyse de ces textes nous procure un certain nombre de données sur ce qu’une femme appartenant aux milieux cultivés de la nouvelle Italie pouvait penser sur l’éducation, sur l’émancipation féminine, et sur la construction de cette nouvelle société.

23Sur le plan idéologique, le discours d’Erminia Fuà peut paraître, pour un esprit d’aujourd’hui, hérissé de contradictions surprenantes à première vue, car il contient à la fois des idées très avancées sur certaines questions touchant à l’éducation et un conservatisme marqué sur le plan social.

  • 20 « Voi non avete d’uopo di esempî nè di esortazioni per essere ligie al dovere e disposte sempre all (...)
  • 21 Id., Dei premî e dei gastighi, delle delazioni e delle menzogne, in Lezioni pedagogiche alle alliev (...)

24L’éducation proposée par Erminia Fuà est fondée sur l’idée du libre arbitre, et mise sur la confiance que l’enseignant doit faire aux élèves, capables de se comporter librement selon des règles morales. C’est la raison pour laquelle Erminia refuse les punitions et les avertissements, comme elle l’explique à ses élèves dans ses Lezioni di morale, au point qu’elle a insisté pour que punitions et avertissements ne soient même pas prévus par le règlement de son école, cas unique dans toute les écoles d’Italie, souligne-t-elle20. Elle s’arrête plus longuement encore sur le sujet dans les cours pour les élèves institutrices de l’Ecole normale21. Voici les principes, particulièrement modernes, qu’on déduit de son énoncé :

  • 22 « Io credo non solamente che si abbia ad essere parchi nel gastigare, ma che si debba ancora studia (...)
  • 23 « Alcune maestre usano gastigare le bambine ritenendole nella scuola oltre l’ora prestabilita ; ma (...)

25– éviter au maximum le recours à la punition : la suppression de la récompense suffit
– éviter de placer les élèves dans une situation où le risque de désobéir est trop grand (par exemple en obligeant des enfants trop jeunes à ne pas bouger, car il est important de tenir compte des besoins physiques des jeunes enfants)22
– ne pas donner de punition qui dévalue l’école, comme garder un enfant en retenue, car cela le conduit à voir l’école comme une sorte de prison, alors qu’il doit toujours la considérer comme une chance23

26En outre, dans son journal, au cours de sa dernière année scolaire (à la date du 10 janvier 1875), elle évoque la distribution des prix, regrettant les sentiments négatifs d’envie ou d’orgueil que celle-ci éveille parmi les élèves, et décide de la supprimer.

  • 24 « Un’insigne educatrice disse : “La più parte delle miserie che affliggono una famiglia nasce dal v (...)

27Toutefois, à lire ses propos sur l’éducation, on comprend qu’on ait pu la comparer au De Amicis de Cuore, d’abord parce que ses cours sont émaillés d’exemples édifiants d’enfants se comportant de façon héroïque, ensuite parce qu’elle insiste sur une instruction de l’esprit qui doit aller de pair avec une éducation du « cœur »24, et enfin parce que le jeune De Amicis fréquenta assidûment, comme elle, le salon d’Emilia Peruzzi à Florence. Car ces idées étonnamment modernes sur la punition sont véritablement la pointe la plus avancée de son idéologie éducative. Pour le reste, il s’agit d’une éducation fondée sur la responsabilité morale de l’individu, assez semblable à celle de Cuore : il n’est donc pas impossible que le roman de De Amicis doive certains aspects de son idéologie aux idées qu’Erminia Fuà avait sur l’éducation et qu’elle exprimait, dans les lointaines années 1860, dans le salon d’Emilia.

  • 25 « Per me, e le inconsulte impazienze di chi vorrebbe la donna dotta in ogni scienza ed arbitra dei (...)

28La question de l’émancipation féminine est, plus encore, hérissée de contradictions. À plusieurs reprises, aussi bien dans les Lezioni di morale que dans les cours pour les élèves institutrices et dans les Lettere sull’educazione della donna, elle défend une position qui se veut médiane, opposée aux conservateurs qui voudraient laisser les femmes dans l’ignorance, mais également opposée aux émancipatrices qui voudraient l’égalité totale avec les hommes25 :

  • 26 « C’est pourquoi la femme est le seul juge compétent de sa propre condition, et c’est à elle qu’il (...)

Perciò la donna è il solo giudice competente della propria condizione, e a lei spetta riconoscere e significare il modo di migliorarla per poter rispondere alla civiltà dei tempi novelli. […] parlando di noi donne rispetto appunto ai fatti solenni della nazione, vediamo taluni che ci vieterebbero volentieri perfino di aprire il cuore al sacro amore della patria, quasichè temano non si possa essere buone cittadine senza divenir donne politiche […]. Ma se taluno ci contenderebbe questo affetto, altri vorrebbe invece che la donna, dimenticando la modesta riserva impostale dalla propria indole e dai casalinghi costumi, si slanciasse tra le fila di certe scapigliate emancipatrici, le cui dottrine non saprei definire. Per me la vera, la sola emancipazione possibile, è quella dell’ignoranza, fonte perenne d’ogni materiale e morale miseria.26

  • 27 Id., Lettere sull’educazione della donna, in Scritti educativi, cit., pp. 285-288.

29Ainsi, les femmes, pour être utiles à leur famille et pour exercer leur fonction, considérée comme naturelle, d’éducatrices, doivent pouvoir étudier et exercer une profession pour pouvoir subvenir à leurs besoins au cas où elles se retrouveraient, par exemple, veuves.27

  • 28 « Usciti or ora da un lungo periodo di politici e civili rivolgimenti, gl’Italiani discutono troppo (...)
  • 29 « Fra i più importanti argomenti della educazione giovanile, singolarmente delle fanciulle, vi ha s (...)

30La limite de ce discours, qu’on peut qualifier de féministe puisqu’il propose une réelle modification du statut des femmes, réside dans son essentialisme, sensible au détour de nombreuses phrases où Erminia emploie l’article défini singulier. Par « essentialisme » je veux dire qu’Erminia évoque constamment « la » femme, c’est à dire une sorte d’éternel féminin toujours implicite, qui évidemment la conduit à l’expression de préjugés sur la condition féminine liés au désir de ne pas bouleverser l’ordre établi. Ainsi, celle qui quitta à vingt et un ans le domicile de ses parents pour pouvoir épouser Fusinato peut écrire sans sourciller que « ce sont les jeunes filles qui doivent donner l’exemple de la docilité et de la soumission qui convient particulièrement à leur sexe et à leur âge »28. De même, la religion est un sujet « particulièrement important » pour « l’éducation des jeunes filles », et « la science a moins de valeur que la bonté, particulièrement chez la femme », et ainsi de suite29.

  • 30 « La madre farà considerare alla sua figlioletta, come lo stringere amicizia con una fanciulla di f (...)

31L’émancipation des femmes est donc possible tant qu’elle ne bouleverse pas l’organisation sociale et n’atteint pas l’intégrité de la famille et de la patrie. Il y a là un conservatisme que l’on retrouve indéniablement dans les propos qu’Erminia tient sur les classes sociales. L’éducation des filles est possible et souhaitable, mais elle ne doit en aucun cas conduire à vouloir changer de condition sociale, ce qui est souligné très fréquemment.30

Conclusion

  • 31 Giuseppe Mazzini, Dei doveri dell’uomo, (capitolo VI, Dei doveri verso la famiglia), Milano, Mursia (...)

32La biographie d’Erminia est donc exemplaire, en premier lieu parce que l’éducation intellectuelle des jeunes filles, en ce moment historique, commence à devenir une priorité. Selon les préceptes de Mazzini, en effet, l’instruction des femmes était indispensable parce que la maternité en faisait les éducatrices des futurs citoyens31. Cela peut paraître aujourd’hui rétrograde, mais à cette époque, favoriser un bon niveau d’instruction pour les filles représentait un réel progrès, qui permit à beaucoup de femmes d’accéder à une certaine indépendance, ce qui fut le cas, notamment, d’Anna Maria Mozzoni, une des toutes premières féministes italiennes, élevée dans une famille mazzinienne.

  • 32 Franco Della Peruta, Gli ebrei nel Risorgimento fra interdizioni ed emancipazione, in Storia d’Ital (...)

33En second lieu, la famille d’Erminia est représentative de cette communauté juive éclairée qui fournit de nombreux patriotes à l’Italie, pour lesquels le patriotisme représenta un réel facteur d’intégration. Pour Erminia, épouser un patriote était devenu plus important qu’épouser un homme de sa religion d’origine, ce qui est révélateur de la place accordée au patriotisme et des progrès de l’intégration des Juifs dans cette deuxième génération risorgimentale32.

  • 33 Voir à ce sujet plusieurs chapitres de Il Risorgimento, Storia d’Italia, Annali 22, Torino, Einaudi (...)

34En outre, l’éducation à l’indépendance de la patrie conduisit bien des jeunes filles et jeunes femmes de sa génération à refuser, non seulement l’autoritarisme des Autrichiens ou des Bourbons, mais encore la coercition de leurs parents dans le choix de leur mari. Pour nombre des jeunes gens et des jeunes filles parvenus au seuil de l’âge adulte dans les années les plus mouvementées du Risorgimento, la découverte de la passion amoureuse coïncida avec celle du sentiment patriotique, et cette fusion est liée au Romantisme compris en tant que modification profonde des mentalités. Il suffit de penser aux destinées amoureuses de couples de patriotes plus ou moins célèbres, tels qu’Enrichetta Di Lorenzo et Carlo Pisacane, Achille Sacchi et Elena Casati, Alberto Mario et Jessie White, et d’autres encore33.

35Quatrièmement, le rôle joué ensuite par Erminia dans les activités politiques qui furent aussi celles d’Arnaldo correspond certainement à une réalité partagée par de nombreuses femmes de l’époque, réalité que les historiens ont commencé à étudier de façon systématique. Il révèle que, dans ces couples qui partagèrent un même choix politique, l’activité des femmes fut certaine, bien que souvent oubliée.

36Enfin, l’évolution d’Erminia après 1870 est certainement révélatrice de la chape de plomb qui retomba sur les épaules des femmes après les années les plus ferventes du Risorgimento. En 1865, malgré les propositions d’Anna Maria Mozzoni, le code de la famille maintient les femmes dans une position de sujétion par rapport à leur mari ou à leur père. Juridiquement, elles continuent d’être considérées comme des mineures perpétuelles. Ainsi, la biographie d’Erminia semble refléter, grâce à ce révélateur qu’est la condition des femmes, les limites mêmes du Risorgimento : même si les progrès étaient réels, en 1871, une fois que l’Italie était faite, il ne fallait surtout pas défaire les Italiennes.

Haut de page

Notes

1 Pour ces deux citations, voir les notes 14 et 25 du présent travail. Les écrits d’Erminia Fuà Fusinato sont rassemblés en trois volumes : Versi, Milano, Carrara, 1879, Scritti educativi, Milano, Carrara, 1880 et Scritti letterari, Milano, Carrara, 1883. La contribution de Maria Cristina Leuzzi, citée plus loin, est à ce jour la monographie la plus importante écrite sur Erminia. Ajoutons les études suivantes : Carmen Sari, « Il mio abito di donna m’impaccia anche in questo caso », Alcune lettere di Erminia Fuà Fusinato a Paolo Lioy, in « Quaderni veneti », XXII, 41, 2006 ; Emilia Sordina, La donna che lavora : E. Fuà Fusinato, in AA. VV., Il bambino e la sua cultura nella Padova dell’Ottocento, Padova, Comune di Padova, 1981 ; Fabio Finotti, Erminia Fuà Fusinato, in AA. VV. Le stanze ritrovate. Antologia di scrittrici venete dal Quattrocento al Novecento, Milano-Venezia, Eidos, 1991 ; Laura Billi, Manuela Bruni, Le giardiniere del cuore. Una lettura di scritti femminili nella seconda metà dell’Ottocento, Ferrara, Tufani, 1999 ; Marta Savini, « Come il geranio notturno ». Lirica, poetica, pedagogia di Erminia Fuà Fusinato (1834-1876), in Presenze femminili tra Ottocento e Novecento : abilità e saperi, Napoli, Liguori, 2002 ; Patrizia Zambon, Il filo del racconto. Studi di letteratura in prosa dell’Otto/Novecento, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004 ; Rossana Melis, La presenza di Nievo nella cultura fiorentina attraverso i carteggi di Emilia Peruzzi (1865-1875), in AA. VV., Ippolito Nievo, Padova, Esedra, 2006 ; Carmen Sari, Erminia Fuà Fusinato all’Ateneo Veneto (1872-1876). Modelli e immagini del femminile, in « Ateneo Veneto », CXCIII, 5/1, 2006.

2 En 1845, Geltrude Sullam Bianchi, épouse Fuà, figure parmi les propriétaires de Rovigo, où elle possédait une maison. Elle possédait aussi deux autres maisons dans un village voisin, Saguedo, qui étaient occupées par des locataires (Registro dei proprietari di Rovigo, Archivio di Stato di Rovigo). À Rovigo, vivaient les grands-parents maternels d’Erminia, Saule Bianchi (né en 1758) et Enrica Usigli, avec deux de leurs filles nées en 1813, Anna et Adelaide, et Arone Bianchi, né en 1780 (probablement un frère de Saule). Deux autres enfants de Saule et Enrica, une tante et un oncle d’Erminia, étaient mariés et habitaient ailleurs à Rovigo : Vittoria Bianchi, née en 1804, et un oncle maternel, Arone Bianchi, né en 1806 à Venise. Les Bianchi étaient venus de Venise en 1823. Ces informations proviennent des registres de la communauté israélite de Rovigo : Registro Università israelitica di Rovigo, 1° novembre 1836, p. 18 et p. 49, Archivio di Stato di Rovigo.

3 L’oncle Benedetto Fuà se souvient qu’après l’installation des Fuà à Padoue, la petite Erminia était très souvent chez ses grands-parents. Comme les grands-parents maternels d’Erminia, les Bianchi, résidaient à Rovigo, il faut en déduire que les grands-parents paternels habitaient à Padoue, où l’oncle Benedetto vivait encore à leur domicile. (« […] i nonni la volevano sempre con sè ; la recavano seco la mattina e la riportavano a casa la sera. Era la gioia e la luce della nostra vecchia casa. » Ricordi di Benedetto Fuà, cité par Pompeo Molmenti, Erminia Fuà-Fusinato e i suoi ricordi, Milano, Treves, 1878, p. 2.).

4 L’oncle Tommaso est cité par Maria Cristina Leuzzi, Una vita in altro modo, Roma, Anicia, 2008, p. 25. Marco et Benedetto étaient les fils d’Isacco Fuà et de Ricca (Enrichetta) Conigliano.

5 « La famiglia, i fiori, i libri e lo studio erano tutto il mondo per quella cara creatura, e la casa era ricca di libri e di fiori », Ibidem, p. 7.

6 Ce personnage est cité par Clotilde Fattori, biographe qui a pu interroger Guido Fusinato, fils d’Erminia. Clotilde Fattori, Erminia Fuà Fusinato, Padova, Gallina, 1907, p. 9.

7 Il n’est pas facile de trouver des informations très précises sur Marco Fuà et sa famille, et le biographe qui évoque la mort de cette jeune sœur n’en précise pas la date ; quoi qu’il en soit, par déduction, cette mort se situe approximativement entre la fin de 1849, date à laquelle Erminia avait quinze ans, et 1856, quand elle quitte la maison paternelle. (Cf. Dizionario biografico degli italiani, Roma, Istituto della biografia italiana, 1960). Il s’agit très probablement de sa sœur Emma dont elle évoque le souvenir dans le journal qu’elle tient dans les années 1870, à la date du 27 juillet 1874 : « Nella mia vecchia casa paterna manca la domestica che vide morire mia madre, l’Emma, il mio povero Enrico », P. G. Molmenti, op. cit., p. 98.

8 Gaetano Ghivizzani, La vita e gli scritti di Erminia Fuà Fusinato, in Erminia Fuà Fusinato, Scritti letterari, Milano, Carrara, 1883, p. XLII.

9 Voici la première strophe du Canto degli insorti : « Suonata è la squilla : già il grido di guerra / Terribile echeggia per l’itala terra / Suonata è la squilla : su presto, fratelli. / Su presto corriamo la patria a salvar./ Brandite i fucili, le picche, i coltelli, / Fratelli, fratelli, corriamo a pugnar ».

10 « Fieri contrasti furono sollevati dai genitori di lei per tale unione, gravi ostacoli s’opponevano ai desideri del cuore : distanza d’età, differenza di religione, antagonismo di carattere, riflessivo e fermo in lei, in Arnaldo mobile ed impetuoso. », Clotilde Fattori, op. cit., pp. 16-17.

11 C’est Elisa, cette sœur d’Erminia qui épousa, selon le désir de ses parents, un ingénieur juif. À la date du 1er mai 1857, on trouve, dans le registre de la communauté juive de Rovigo, une jeune femme du nom d’Elisa Fuà, fille de Marco Fuà et de Geltrude Sullam, née à Padoue le 1er juillet 1837, récemment mariée avec Emanuele Praga, ingénieur né à Trieste le 27 septembre 1829. Gaetano Ghivizzani l’appelle Eloisa et Maria Cristina Leuzzi l’identifie avec une sœur, Luisa, dont il est question dans le journal d’Erminia à la date du 14 septembre 1874. Eloisa, Luisa et Elisa sont probablement une seule et même personne. Elvira est citée par Erminia avec Luisa le 14 septembre 1876. (Registro Università israelitica, Rovigo, Archivio di Stato di Rovigo, 1° maggio 1857 ; Gaetano Ghivizzani, La vita e gli scritti di Erminia Fuà Fusinato, op. cit., p. XXI ; Maria Cristina Leuzzi, Erminia Fuà Fusinato. Una vita in altro modo, op. cit., p. 69).

12 « J’envie les jeunes filles qui possèdent la vertu de satisfaire sur ce point le désir de leurs parents, mais en ce qui me concerne, j’ai le regret de sentir que je ne pourrais jurer fidélité à un homme qui n’aurait pas aussi conquis mon cœur », cité par Gaetano Ghivizzani, op. cit., pp. XXI-XXII.

13 « Cara nipote, rispondo tosto alla tua quest’oggi ricevuta dalla quale intesi la tua ferma ed irrevocabile determinazione di abbracciare la Cattolica Religione e sentendo dalla stessa che devi necessariamente allontanarti dalla famiglia onde esser istruita io non posso che ripeterti quello che dissi al tuo genitore ed anche a tuo fratello cioè, che in luogo di doverti recare in casa di estranee persone, la mia è sempre aperta per te a qualunque ora e a qualunque momento tu sia per giungervi, siane certa che tanto io quanto mia moglie ti accoglieremo con tutto il cuore e sarai trattata e riguardata come nostra figlia. Amami e credimi sempre tuo aff. zio Nicola », cité par Clotilde Fattori, op. cit., p. 18.

14 « En un seul quart de siècle, nous avons vu s’accomplir des faits d’une si grande importance qu’ils changent les conditions d’une grande partie du monde civil. Nous avons vu naître un nouvel ordre d’idées et de choses si différent de celui de nos ancêtres que parfois nous avons l’impression qu’un abîme ou presque nous sépare d’eux », Erminia Fuà Fusinato, Lezioni di morale, in Scritti educativi, Milano, Carrara, 1880, p. 82.

15 « Quando il governo austriaco impose ai comuni del Veneto la nomina dei deputati da spedirsi al Reichsrath a Vienna, fra i sette comuni del distretto di Castelfranco quello solo di Vedelago eleggeva il suo rappresentante, e la notte stessa tutte le case di quel villaggio erano segnate con larghe croci giallo-nere, sotto le quali a grosse lettere di stampa si leggeva : Morte a Vedelago. [In casa dei Fusinato] un contadino tutto sgomento narrò i casi della notte, aggiungendo che in un fossato poco lontano dal villaggio i gendarmi avevano scoperto un cartellone che aveva servito di (sic) stampino alla terribile iscrizione : Morte a Vedelago. Gino, il vispo bambino dei Fusinato, a queste parole diè un balzo e battendo allegramente le mani si pose a gridare : – To’, to’, mamma, il cartone che hai intagliato ieri mattina colle forbici in compagnia del babbo », P. G. Molmenti, op. cit., pp. 41-42. « In una festa da ballo giunse un ufficiale della marina austriaca. La Fusinato con mille pretesti ricusò sempre di ballare con lui, ma al cotillon, non potendo in altra guisa rifiutare la mano dell’ufficiale, finse di sdrucciolare e si lasciò cadere. Alcune sue amiche un po’ maliziose, che avevano capito il pretesto, osservarono ch’essa aveva bensì evitato di dar la mano ad un nemico d’Italia, ma lo aveva evitato cadendo. – Sì, care, rispose la Erminia, ma io cadendo sono rimasta più ritta di tutte voi », Ibidem, p. 43.

16 Ibidem, pp. 39-41.

17 « La fama di patriota ardente e coraggiosa era tale in paese che le popolane la chiamavano, per antonomasia, il quarantotto », Ibidem, p. 43.

18 « Era infatti a Castelfranco che si stampavano i proclami rivoluzionari, era da Castelfranco che, col mezzo di appositi messi, si comunicavano alle circostanti provincie le istruzioni e gli ordini del Comitato centrale ; e mentre Arnaldo, sapendosi sorvegliato, si lasciava vedere tutto il giorno al caffè e al passeggio, la Erminia rinchiusa nella sua stanza, scriveva le occulte corrispondenze, suggellava i pacchi, dava ai fidi agenti i gelosi incarichi, ed amministrava le modeste rendite della patriotica azienda », Ibidem, p. 39.

19 « Il primo pensiero dei congiurati veneti [dopo Villafranca] fu quello di fondere in un’azione commune i comitati dei vari paesi, e l’incarico venne assunto da Arnaldo Fusinato, che nel lungo giro, a cui si doveva dar l’apparenza d’una gita di piacere, ebbe a compagna instancabile e intelligente l’Erminia, senza il concorso della quale sarebbe forse tornata vana l’opera sua. Erminia ed Arnaldo visitarono successivamente Udine, Belluno, Vicenza, Verona, Mantova e Trento, unendo così le fila di quella vasta rete di cospirazione che metteva capo a Venezia e a Padova e aveva per centro di corrispondenza Castelfranco », Ibidem, p. 39.

20 « Voi non avete d’uopo di esempî nè di esortazioni per essere ligie al dovere e disposte sempre alla gentilezza, alla pietà, alla riconoscenza. E di questo fui per così dire presaga allorché, prima ancora di conoscervi, compilando negli Ufficî della pubblica istruzione gli ordinamenti interni di questa scuola, venuti al capitolo delle ammonizioni e delle pene, pregai vivamente che fosse levato via come cosa inutile, ben sapendo che in anime gentili il sentimento del dovere e la virtù dell’affetto valgono assai più e meglio di qualsivoglia diverso costringimento. […] Voi dunque ora sapete che questa è forse l’unica scuola del regno per le cui alunne non siasi voluto supporre nemmeno il caso di un’ammonizione non che di un castigo », Erminia Fuà Fusinato, Lezioni di morale, in Scritti educativi, cit, pp. 44-45.

21 Id., Dei premî e dei gastighi, delle delazioni e delle menzogne, in Lezioni pedagogiche alle allieve maestre, in Scritti educativi, cit., pp. 179-185.

22 « Io credo non solamente che si abbia ad essere parchi nel gastigare, ma che si debba ancora studiare continuamente di evitare la necessità del gastigo. Obbligando le bambine a rimanere troppo a lungo immobili e silenziose, è certo che aumenteremo le probabilità di doverle punire per difetto di disciplina. È d’uopo studiare e comprendere i bisogni della loro età per non esigere mai da questa più di quanto può dare », Ibidem, p. 181.

23 « Alcune maestre usano gastigare le bambine ritenendole nella scuola oltre l’ora prestabilita ; ma neppure questa punizione mi par conveniente ; essa fa della scuola un luogo odioso, una specie di prigione per la fanciulletta, la quale deve invece persuadersi che la più grande fortuna che ella si possa avere, sia di potervisi recare per istruirsi », Ibidem, p. 182.

24 « Un’insigne educatrice disse : “La più parte delle miserie che affliggono una famiglia nasce dal voler porre il fondamento dell’educazione nell’intelligenza piuttosto che nel cuore”. Accorta e giusta sentenza è questa », Id., Lezioni di morale, in Scritti educativi, cit., p. 76.

25 « Per me, e le inconsulte impazienze di chi vorrebbe la donna dotta in ogni scienza ed arbitra dei destini del mondo, e le inutili recriminazioni di chi la desidera ignorante d’ogni cosa e contenta di esserlo, tornano vane del pari. » Id., L’educazione della donna, in Scritti educativi, cit., p. 317. « Oggi le passioni portano anche [a proposito degli obblighi della donna verso la Patria], le menti meno sane a sentenze opposte, ed ugualmente strane e dannose. E mentre alcuni vorrebbero che la donna neppure conoscesse i diritti e i doveri di cittadina, altri la vorrebbero ammessa nei consigli di stato, nei tribunali e nei parlamenti, e forse, chi sa ? fino nella milizia ! Schivando gli estremi seguiamo sempre le norme del giusto e del vero, se vogliamo giovare alla patria e a noi. Ogni sesso ha natura propria sì fisica che intellettuale ; entrambi possono e devono esercitare speciali virtù, né sarebbe agevole dire quali di queste virtù sieno più necessarie al bene comune. […] Noi che amiamo per tanto una donna istruita operosa consapevole di ciò che deve a Dio, confesseremo peraltro che non ci auguriamo punto una donna dotta nelle arti della guerra e della ragion di Stato », Id., Lezioni di morale, in Scritti educativi, cit., pp. 112-113.

26 « C’est pourquoi la femme est le seul juge compétent de sa propre condition, et c’est à elle qu’il revient d’identifier et de faire connaître les moyens de l’améliorer pour pouvoir répondre à la civilisation des temps nouveaux. […] en parlant de nous, les femmes, par rapport aux faits solennels de la nation, nous en voyons certains qui iraient volontiers jusqu’à nous interdire d’ouvrir notre cœur à l’amour sacré de la patrie, comme s’ils craignaient que l’on ne puisse être de bonnes citoyennes sans devenir des femmes politiques. […] Mais alors que d’aucuns nous disputeraient cet amour, d’autres voudraient au contraire que la femme, oubliant la modeste réserve que lui imposent sa propre nature et les coutumes qui l’attachent à son foyer, se lance dans les rangs de certaines émancipatrices échevelées dont je ne saurais qualifier les doctrines. Pour moi, la vraie, la seule émancipation possible, est celle de l’ignorance, source éternelle de toute misère matérielle et morale », Id., Lezioni pedagogiche alle allieve maestre, in Scritti educativi, cit., pp. 152-153.

27 Id., Lettere sull’educazione della donna, in Scritti educativi, cit., pp. 285-288.

28 « Usciti or ora da un lungo periodo di politici e civili rivolgimenti, gl’Italiani discutono troppo e troppo poco ubbidiscono ; occorre cominciare dalle panche della scuola a correggerci di questo difetto e sono le giovanette che devono dare per le prime l’esempio della docilità e della sommissione che si conviene specialmente al loro sesso e alla loro età », Id., Lezioni di morale, in Scritti educativi, cit., p. 36.

29 « Fra i più importanti argomenti della educazione giovanile, singolarmente delle fanciulle, vi ha senza dubbio quello della religione », Ibidem, p. 48. « In tutti, ma singolarmente nella donna, la scienza vale meno della bontà », Ibidem, p. 58.

30 « La madre farà considerare alla sua figlioletta, come lo stringere amicizia con una fanciulla di famiglia più ricca della propria, la porrebbe nello spiacevole caso di tenere in dispregio la condizione in cui la Provvidenza l’ha posta e di desiderare stato migliore », Ibidem, p. 94.

31 Giuseppe Mazzini, Dei doveri dell’uomo, (capitolo VI, Dei doveri verso la famiglia), Milano, Mursia, 1965-1984, pp. 66-71.

32 Franco Della Peruta, Gli ebrei nel Risorgimento fra interdizioni ed emancipazione, in Storia d’Italia, Annali 11, Torino, Einaudi, 1997.

33 Voir à ce sujet plusieurs chapitres de Il Risorgimento, Storia d’Italia, Annali 22, Torino, Einaudi, 2007, en particulier les contributions de Paul Ginsborg, Roberto Bizzocchi, Ilaria Porciani, Simonetta Soldani et Laura Guidi.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portrait d’Erminia Fuà Fusinato
Crédits avec l’aimable autorisation des éditions Anicia (in Maria Cristina Leuzzi, Erminia Fuà Fusinato, una vita in altro modo, Roma, Anicia, 2008).
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3191/img-1.png
Fichier image/png, 4,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 15, L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, 2011

Référence électronique

Elsa Chaarani Lesourd, « La femme qu’on surnommait Quarantotto, ou le Risorgimento au féminin d’Erminia Fuà Fusinato », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/3191 ; DOI : 10.4000/italies.3191

Haut de page

Auteur

Elsa Chaarani Lesourd

Université de Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org