Navigation – Plan du site
Mouvements politiques

Formes de résistance à la prolétarisation en Vénétie au XIXe siècle

Massimo Tramonte
p. 415-434

Résumé

Cette communication veut rappeler que beaucoup de passages de l’histoire de la Vénétie du XIXe siècle qu’aujourd’hui on voudrait valoriser d’un point de vue “ethnique” sont des moments dans la lutte de classe qui a opposé et oppose les classes “subalternes” vénètes aux nantis vénètes ou d’ailleurs. Une “Société vénète” qui serait “homogène”et sans lutte de classe, en opposition à une “société nationale”, n’existe pas et n’est même pas un mythe, mais une pure et simple imposture.

Haut de page

Texte intégral

Pour Federico Bozzini (1944-1999),
grand “constructeur” d’histoires

« ...il faudrait être capable de construire des histoires. »
Wu Ming

Gh’era ’n’arieta fina che passava...
Le rose le spandea ‘l so bon odore
e mi sognava e l’anima sognava.
Ma mentre un cao storsiva a’na visela,
sento... come una sciopetada al core
te le rece sonar la campanela.
Te l’anima un brusore
m’è vegnu, e o sigà coi pugni streti :
Maledeta la fabrica che fuma,
malediti i telari e le navete,
da vint’ani la vita me consuma
ste machine, ste mostre maledete !

  • 1  Saco Tessaro (Giovanni Santa Catterina, 1875-1940, ouvrier dans l’usine “Lanerossi” de Schio qui e (...)

Il y avait un petit air frais qui passait...
Les roses répandaient leur parfum
et moi je rêvais et mon âme aussi rêvait.
Mais tandis que les fils couraient sur le métier,
j’entends... comme un coup de fusil en plein cœur
retentir la cloche.
Une brûlure à l’âme
m’est venue, et j’ai hurlé les poings fermés :
Maudite soit l’usine qui fume,
maudits soient les métiers à tisser et les navettes,
depuis vingt ans elles consument ma vie
ces machines, ces monstres maudits !1

1Il faut être capable de construire des mythes. Il faut aussi ne permettre à personne d’en détourner le sens. Cette étude veut rappeler que beaucoup de passages de l’histoire de la Vénétie, qu’aujourd’hui on veut valoriser d’un point de vue ethnique, sont des moments dans la lutte de classes qui ont opposé et opposent les “classes subalternes” vénètes aux nantis de Vénétie ou d’ailleurs. Une “société vénète” qui serait “homogène” et sans luttes de classes, en opposition à une “société nationale”, n’existe pas et n’est même pas un mythe, mais une pure et simple imposture. On continue de présenter la Vénétie comme une région depuis toujours “apaisée”, sans conflits, liée à l’Église catholique et à ses curés et c’est là une imposture. Beaucoup d’historiens nous ont donné, à partir de 1968, une vision radicalement nouvelle de l’intensité de l’affrontement de classe et des mouvements populaires en Vénétie avant et après l’Unité.

2Leurs références étaient les travaux de Gianni Bosio et de Danilo Montaldi, de l’Institut Ernesto De Martino, de Edward P. Thompson, de Nuto Revelli, de Vittorio Foa et, à l’époque, de quelques autres qui se posaient le problème de la recherche d’une possibilité de reconstruire une histoire différente qui marque le rythme auquel se manifestent les différents stades du comportement individuel et collectif des petites gens, leurs formes de résistance et d’opposition, la naissance et la consolidation d’une conscience de classe antagoniste, l’émergence de valeurs différentes et alternatives qui consistent souvent en une conservation acharnée de modes de vie traditionnels.

3Le problème était de chercher à comprendre comment “l’économie morale” dont parle E.P. Thompson avait bien pu s’opposer et s’oppose à l’économie de marché et à ses lois. De comprendre comment la mémoire d’une culture paysanne, proto-ouvrière et artisanale, est repérable encore aujourd’hui dans la prolongation d’une “mémoire longue” et d’un ensemble de comportements qui visent à ne pas laisser au patron, au système, le contrôle total du temps de travail (et aussi du temps libre) et qui révèlent la tendance fortement ancrée dans cette mémoire à refuser de considérer son propre travail comme “travail social abstrait”.

4C’est pourquoi, au début des années 70, d’abord inconsciemment, ensuite par choix, tout un groupe d’historiens de profession – ou non – commence à privilégier les moments de rupture qui ont changé les équilibres entre les classes et qui ont transformé les cadres institutionnels au travers de processus venus d’en bas. De plus, il est important de le remarquer, pour la plupart d’entre eux, ces historiens sont conscients que la grande histoire ne doit pas être méprisée mais qu’elle doit être comprise ; il faut apprendre à connaître le lien étroit qui la relie aux formes de pouvoir, aux mécanismes de contrôle social de l’organisation du consensus. Ils sont conscients que l’un des principaux problèmes de l’“autre histoire” est de comprendre les conditionnements que la grande histoire exerce sur l’histoire des petites gens, qui sont, en définitive, les conditionnements du pouvoir sur les classes subalternes (et de la façon de concevoir le monde et la vie des classes dominantes). C’est pourquoi il est apparu si important à la plupart de ces historiens d’étudier comment, à l’aube de la révolution industrielle italienne, les masses populaires ont réagi à l’industrialisation, à la destruction de l’“économie morale” ; c’est-à-dire d’étudier l’ensemble des formes du dispositif de résistance que la communauté paysanne a opposé à une transformation capitaliste qui voulait la détruire. Cela, toujours dans le dessein de comprendre comment se forme ou se maintient la conscience de classe, en ayant toutefois bien présent à l’esprit, comme le rappelle Thompson, que :

  • 2  Cité in La formation de la classe ouvrière anglaise, E.P.Thompson présenté par P.Fridenson, in « L (...)

au contraire de l’expérience de classe, la conscience de classe ne se présente pas comme le produit d’une détermination. On peut discerner une “logique” dans les réactions de groupes socio-professionnels voisins à des expériences voisines, mais nous sommes incapables d’en prévoir les lois. La conscience de classe naît de la même façon en des lieux et à des époques différentes, mais jamais tout à fait de la même façon.2

5En ce qui concerne la Vénétie, cela voulait dire expliquer comment les paysans, les classes populaires de la région, ont interagi avec le modèle de développement capitaliste et les différents moments de transition qui feront de la Vénétie, bien avant qu’on ne le pensait il y a encore quelque temps, une grande région industrielle.

6Peu à peu, malgré les contradictions et les passages à vide, les différentes recherches montrent le visage réel de la résistance à la prolétarisation des classes populaires vénètes. En particulier, il est évident désormais qu’en Vénétie, comme ailleurs, cette résistance – défense à outrance de la communauté paysanne – a été âpre et féroce ; qu’elle s’est exprimée sous des formes contradictoires, mais de façon continue jusqu’à trouver de nouveaux équilibres, des “accomodements” plus ou moins stables, mais acceptés, connus ; que la résistance à la pénétration de l’industrialisation et à l’exploitation capitaliste a pris des formes qui vont du maraudage (dont on retrouve l’héritage dans la “fauche”, la “bricole”, etc.), à la manifestation de rue, au brigandage. Ensuite viendra l’émigration de masse qui restera toujours l’ultime recours.

7La période-clé pour la compréhension de laquelle on a fait les pas en avant les plus remarquables, grâce à toutes les explications apportées par les études de Silvio Lanaro et d’autres encore en ce qui concerne la compréhension du modèle vénète de développement, est la seconde moitié du XIXe siècle. C’est l’époque de la première grande transformation de la région qui s’accompagne du choix politique fait par la bourgeoisie vénète en faveur de l’Unification et du rattachement au Royaume d’Italie (1866). En 1857 est publié un recueil en trois volumes de proverbes vénètes qui contient cette comptine, résumé politico-alimentaire de l’évolution des soixante-dix dernières années :

  • 3  Federico Bozzini, L’Arciprete e il cavaliere. Un paese veneto nel Risorgimento italiano, Roma, Ed. (...)

Co Venessia comandava se disnava e se senava / coi francesi, buona gente, se disnava solamente / co la casa de Lorena no se disna e no se sena
(Quand Venise dominait on déjeunait et on dînait / avec les Français, de braves gens, on dînait seulement / avec la Maison de Lorraine – les Autrichiens – on ne déjeune ni ne dîne).3

8Comme l’écrit Bozzini : « Ensuite arriveront les Italiens et cette comptine ne sera pas reprise ». Elle avait épuisé sa capacité d’expansion logique. Cependant apparaît un mot qui sonne comme un hurlement : « Viva i Savoia ! Che i n’a portà na fame roja ! » (Vivent les Savoie ! qui nous ont apporté une faim de loup !). Pour la bourgeoisie vénète la destruction ou l’aliénation des biens communaux sont essentielles au nouvel ordre requis par la nécessité du développement économique capitaliste. Comprendre cette résistance, qui n’était pas une résistance au “progrès” opposée au nom de valeurs obscurantistes comme l’affirmèrent les libéraux de l’époque, mais qui relevait d’un juste désir de défendre un équilibre péniblement obtenu au prix de sacrifices énormes et du sang versé, voulait dire surtout partir en quête des luttes spontanées et des révoltes des paysans, qui constituaient la très grande majorité des classes populaires de la région. Il s’agissait pour les historiens de rechercher, pour reprendre un concept de Carlo Ginsburg, tous ces “indices” d’une volonté de résistance qui ne se manifeste pas directement ni immédiatement en antagonisme de classe et qui est cachée dans des documents alternatifs, des sources inaccessibles, souvent savamment occultées par la culture et l’histoire officielles, dans la tradition orale, dans la vision des vaincus transmise à travers les générations sous des formes directes et indirectes. Piero Brunello, dans la présentation qu’il fait de l’un de ses livres sur le banditisme et sur la tendance à la rébellion des classes populaires dans la Vénétie pré-unitaire, nous donne une indication sur la façon de procéder de ces historiens.

9La longue citation qui va suivre est justifiée par le fait qu’il s’agit de la présentation d’une série d’idées et d’indications de travail largement partagées par ceux qui étaient au début des années 70 les historiens de la Vénétie contemporaine :

  • 4  Piero Brunello, Ribelli, questuanti e banditi. Proteste contadine in Veneto e in Friuli (1814-1866 (...)

Ne sachant pas au début quels phénomènes j’allais rencontrer ni sur quels phénomènes j’allais fixer mon attention, j’ai choisi comme critère de recueillir des informations sur tous les épisodes qui n’était pas absorbés par les systèmes normaux de contrôle social et qui, en conséquence, exigeaient l’intervention des corps de répression de l’État. Les phénomènes regroupés de cette façon sont de plus en plus hétérogènes [...]. Comme il n’était pas possible, ni utile pour ce qui est de l’objet de cette recherche, de traiter tous ces phénomènes, mon choix s’est porté sur quelques types de comportements collectif apparaissant avec une certaine consistance et qui peuvent être comparés à des phénomènes analogues dans d’autres régions européennes : les émeutes en défense des biens communaux, les soulèvements contre les impôts, la mendicité de groupe “musclée” et le banditisme. À travers ces comportements j’ai cherché à définir l’attitude mentale paysanne, surtout à l’égard de la classe dominante et des institutions du pouvoir. Les protagonistes des histoires reconstituées dans ce livre sont des orateurs de bistrot, des courtiers et des intermédiaires qui connaissent les lois et les anciens décrets, des journaliers qui passent de maison en maison avec un sac sur l’épaule pour exiger l’aumône, des brigands, des femmes à la répartie facile et à la main leste pour lancer des pierres au marché, des hommes et des femmes prêts à occuper la mairie, à y danser et à y jouer à la mourre après avoir chassé les représentants municipaux. Il est pénible de demander des informations sur leur compte aux rapports de fonctionnaires d’État et de police, mais il n’y a pas beaucoup d’autres alternatives. Quand cela m’a été possible – dans de rares occasions à vrai dire, parce que c’est seulement récemment que les archives judiciaires du dix-neuvième siècle ont été ouvertes à la consultation – j’ai examiné les déclarations faites par les paysans au cours des procès à leur charge, mais ces dépositions aussi sont faites devant un juge ou un accusateur. Les épisodes considérés sont devenus significatifs exclusivement parce qu’ils ont été criminalisés et ils peuvent être compris seulement dans ce contexte précis. Mais, de cette façon, les normes du code pénal risquent de devenir l’étalon de mesure de l’historien. Le travail du chercheur – difficile à réaliser – consiste alors à se libérer de l’interprétation du juge ou du fonctionnaire d’État et à saisir – au contraire – dans les événements le point de vue des protagonistes.4

10L’étude de Brunello, a montré toute l’hypocrisie du stéréotype du vénète “paysan”, bon chrétien, patient, vivant dans la crainte de Dieu et des puissants, résigné et rossé.

11Des tentatives avaient déjà été faites pour rompre le silence – y compris le silence de l’historiographie marxiste – ou en finir avec la vision idyllique que l’historiographie catholique donnait de l’histoire de la Vénétie, même quand elle utilise les méthodologies les plus raffinées en provenance de France. On en a un exemple avec les indications de Marino Berengo qui, dans une étude aujourd’hui encore très pertinente sur la société vénète à la fin du dix-huitième siècle, parle d’une « tranquillité fictive » des campagnes et rappelle comment cette tranquillité était brisée « par moments par les insurrections paysannes, par des tumultes imprévus qui sont les symptômes explicites d’un profond malaise ».

  • 5  Renzo Derosas, Strutture di classe e lotte sociali nel Polesine pre-unitario, in « Studi storici » (...)

12Les indications de Berengo avaient été utilisées par Renzo Derosas dans l’un de ses essais sur la Polesine (Vénétie méridionale) pré-unitaire approfondi enseuite par Brunello. Dans la Polesine et, en général, dans toute la Vénétie méridionale il y a eu, aussi bien avant qu’après l’Unité, un important “banditisme social” dont on commence aujourd’hui seulement à découvrir l’étendue et l’enracinement5.

13Derosas parle d’un « banditisme anonyme, qui ne se nourrit pas de rêves de révolte à la Robin des Bois, qui n’a pas son origine dans des préjudices subis, mais qui est le fruit de la misère dans laquelle vit une grande partie de la population ». Bien qu’il situe le phénomène du “banditisme” dans une vaste zone de la Vénétie méridionale qui, outre la Polésine proprement dite, comprenait aussi les parties méridionales de la région de Padoue et de Venise, Derosas lui-même semble le caractériser en tant que phénomène prépolitique. En effet, l’une des sources utilisées par Derosas, c’est-à-dire précisément l’essai de Carlo Bullo (publié en 1899) sur l’insurrection antifrançaise de 1809, peut permettre d’expliquer comment même le banditisme vénète prenait parfois l’aspect d’une révolte paysanne qui se servait de mots d’ordre légitimistes mais pour la défense des intérêts matériels des paysans.

14Une lecture attentive de cet essai, mais aussi des nombreuses archives et de la presse de l’époque, montre que l’on ne peut pas écarter l’hypothèse selon laquelle il se serait agi d’une guerre des pauvres contre les riches. C’est une guerre au cœur de laquelle il y a, comme nous le rappelle Piero Brunello, la tendance des “possédants”, des grands propriétaires terriens, à usurper les biens communaux. À partir de la période napoléonienne, « au premier rang pour soutenir la privatisation de l’agriculture il y avait les propriétaires qui passent habituellement pour des personnes éclairées ». Ce sont ceux qui plus tard, dans les années 40, intervenaient « aux congrès des savants et divulguaient les écrits des Cavour, Ricasoli, Minghetti, Ridolfi, d’Azeglio, Bastogi et Pasquale Stanislao Mancini ; qui participaient, en définitive, au processus d’agrégation de la future classe dirigeante de l’Italie unie ».

15Par exemple, dans la zone dont nous avons déjà parlé, les mêmes propriétaires terriens et les mêmes “bourgeois” qui avaient été parmi les représentants de la révolution de 1848 sont au premier rang pour réclamer et approuver la répression de la commission militaire autrichienne qui s’installe à Este en 1850 et qui est chargée de traduire en justice les personnes “suspectes” de rapines et de vols. Et pourtant, comme l’a bien démontré, dans une série d’études, Tiziano Merlin, historien “sauvage” très désireux de préserver la mémoire de brigands et d’anarchistes de la Vénétie méridionale, c’est dans le cadre de ce brigandage social qu’« il faut rechercher les racines du mouvement anarchiste dans la basse Vénétie » ; il montre aussi que de nombreux brigands furent républicains en 1848-49 et, comme tels, fusillés ou emprisonnés. Mais, bien évidemment, ce n’est pas avec eux que s’allient les patriotes libéraux qui, au contraire, appellent justement à l’aide les Autrichiens.

  • 6  Tiziano Merlin, Le radici storiche del socialismo nella Bassa padovana, in « Schema », 9-10, 1982, (...)

16En effet, en 1809 et plus encore dans les années 40-50, les brigands étaient le fruit de la transformation des campagnes qui était en train de détruire les droits coutumiers et d’exclure du processus de production toute une série de travaux faisant partie d’un équilibre que la bourgeoisie (qui accède à la possession de la terre pendant cette période et deviendra ensuite “unitaire” et libérale) voulait détruire. Le tribunal militaire qui s’installe à Este est composé d’officiers autrichiens, mais le juge instructeur qui mènera l’enquête est un notable vénète, Giuseppe Chimelli, appartenant à la Députation communale qui avait “garanti l’ordre” au moment où les Autrichiens s’étaient retirés dans le “quadrilatère” (1848). Chimelli était l’un des principaux responsables de la garde civique, c’est-à-dire le bras armé qui garantissait, difficilement, l’ordre chez les possédants. Pour ceux-ci le fait que parmi les “malfaiteurs” il y avait des mazziniens et des garibaldiens, ne faisait qu’ajouter au danger. « Plus que les Autrichiens, donc, les possédants qui constituaient les députations communales craignaient l’“Anarchie”, c’est-à-dire la rébellion des paysans », écrit Merlin et il cite un historien contemporain des événements, Nino Biscaccia : « Nos principaux ennemis sont les paysans [...]. Sans une poigne de fer ils implanteraient le communisme »6.

17En l’espace de quatre ans (1850-1854) et sur un territoire limité (le sud de la province de Padoue et la province de Rovigo) qui fut mis en état de siège, 2500 “brigands” sont jugés et 430 d’entre eux mis à mort. Très peu seront acquittés et pour les autres les peines d’emprisonnement seront très lourdes.

18Seule une répression très dure rendit possibles l’arrestation et la condamnation des “brigands” :

  • 7  P. Brunello, op. cit., p. 212.

[...] aucun bandit ne fut condamné avant l’institution de la commission militaire d’Este. Et même après, ce fut seulement grâce à des aveux extorqués à grands coups de bâton ou à la suite de promesses de réductions de peines qu’ils furent découverts. Le juge enquêteur de la Commission militaire a laissé un témoignage sans équivoque sur les méthodes expéditives qu’il a employées pendant les interrogatoires...7

19En 1887, Chimelli, qui devait continuer sa carrière même après l’Unification, reconnaîtra que les preuves seraient apparues bien minces à un Tribunal ordinaire. Mais, dira-t-il, la situation n’apparaissait en rien ordinaire aux possédants qui étaient terrorisés par les actes subversifs en milieu rural et, donc, à maux extrêmes remèdes extrêmes. Ce n’est certainement pas un hasard si cet épisode de répression peu connu et tellement « en contradiction avec les stéréotypes complémentaires des sujets dévoués et des gouvernements paternels », frappe les mêmes figures sociales et les lieux qui prendront, vingt ans plus tard, la couleur politique de l’anarchie et où se développera cette grande vague de luttes menées par des paysans et des journaliers que l’on appellera “La boje” ! Il suffit de lire ce que le bandit Pipon (Pippone = Giuseppe) dit au juge Chimelli, qui le fera pendre haut et court :

  • 8  Ibidem, p. 213.

C’est une opinion courante que les gens aisés se sont enrichis en usurpant, et ceux qui naissent sur cette terre doivent bien y venir avec le droit d’y avoir leur part. Il n’est pas juste que les uns engraissent parce que les autres languissent.8

20Chimelli essaiera plusieurs fois, en employant la torture, de lui faire avouer les noms de ses prosélytes, mais en vain. Comme le dit Brunello :

  • 9  Ibidem.

S’il est vrai que dans les sociétés précapitalistes tout hors-la-loi est considéré par la population comme quelqu’un qui vole aux riches pour donner aux pauvres et qui ne tue jamais si ce n’est en état de légitime défense ou par juste vengeance, il est tout aussi vrai que certains bandits assument consciemment ce modèle de comportement.9

21Dans les fiers propos de Pipon, il y avaitl’antagonisme absolu entre l’économie morale et l’économie du profit, c’est-à-dire celle des possédants.

22Même si c’est surtout dans la Vénétie méridionale que se répand le “banditisme social”, on rencontre ce phénomène, avec une ampleur plus ou moins grande, dans toute la Vénétie (qui comprenait aussi, à l’époque autrichienne, Udine et le Frioul) pendant une période très longue qui va jusqu’aux années de l’hémorragie des campagnes et de l’émigration de masse (à partir de 1886) et dans certains cas bien après. La mémoire de ces épisodes de banditisme ne s’est pas encore éteinte et, bien plus, elle a créé une sorte de légende qui va des “brigands” de la Vénétie autrichienne, jusqu’aux “bandits” d’époques qui nous sont beaucoup plus proches. Il s’agit d’un banditisme qui n’en vient que rarement à la rapine et à l’homicide, mais qui est fait, en général, de “quêtes” collectives – qui sont l’œuvre de bandes d’affamés, de chômeurs sans métier et d’actions « qui pourraient, toutes proportions gardées, rappeler des formes d’“expropriation prolétarienne” qui nous sont plus proches ». C’est probablement parce que toutes ces formes de lutte lui apparaissaient secondaires et marginales par rapport à la problématique des liens et des rapports évolutifs entre démocratie risorgimentale, radicalisme et début du mouvement ouvrier en Italie, problématique qui motiva pendant de nombreuses années les recherches de tant d’historiens, que l’historiographie marxiste a produit très peu d’études sur la Vénétie paysanne.

23Comme l’écrit polémiquement Federico Bozzini :

  • 10  Federico Bozzini, Veneto è bello, in « Ombre bianche », pp. 15-37, p. 35.

Quand il s’engage dans la Sérénissime, l’historiographe de passage qui vient de Modène ou de Milan ne change pas seulement de région, mais presque, semble-t-il, de planète. Tandis qu’en Émilie et en Lombardie resplendit dans le ciel de l’histoire l’étoile polaire structurale et qu’ont valeur d’orientation et de guide les chevaux vapeur, les contrats agraires et les heures de grève, en Vénétie tout ce firmament économique mesurable et vérifiable se voile et c’est au contraire la Croix du sud structurale qui prend une incroyable consistance.10

24La Vénétie catholique est donc, par définition, légitimiste, pro-autrichienne et pacifiée, avec la collusion entre historiens marxistes et historiens catholiques qui a, pendant longtemps, interdit toute possibilité d’une interprétation différente. Surtout on passe sous silence le fait qu’au moment historique le plus important du XIXe siècle, c’est-à-dire la conquête piémontaise qui bouleverse toutes les habitudes séculaires de la société vénète – de même que pendant la précédente révolution de 1848-49 – l’absence d’apport des paysans est due justement au fait que la bourgeoisie patriote représente, précisément dans les personnes physiques de ses composantes, les ennemis des paysans, les “paroni” (patrons). Bien plus, précisément dans le programme politique du Risorgimento se vérifie une première et substantielle osmose des classes dirigeantes vénètes. Briguglio écrit :

  • 11  Letterio Briguglio, Correnti politiche nel Veneto dopo Villafranca, Roma, 1965, p. 99.

Dans un parti modéré, conservateur et interclassiste comme le parti vénète dont le programme se limitait à l’obtention de l’indépendance par rapport aux étrangers au moyen d’une guerre régulière [...] il y avait place pour les libéraux de toutes les nuances et de toutes les classes sociales. Pour tous, excepté pour la classe paysanne...11

25Aux yeux de la bourgeoisie vénitienne et de la bourgeoisie vénète qui commencent à s’affirmer au moment de l’entreprise napoléonienne et du patriciat en trainde se moderniser, les “culs-terreux” apparaissaient comme quelque chose que l’on méprisait et craignait à la fois. Des paysans on méprisait l’ignorance, réelle ou supposée, la grossièreté, le langage qui n’était pas le vénitien très doux des salons mais le dur “pavano” que nous retrouvons dans les œuvres de Ruzante ; on craignait qu’ils ne se révoltent, car la bourgeoisie se rendait bien compte que si le tournant imposé par la Révolution française et son arrivée en Vénétie sur la pointe des baïonnettes de Napoléon avait consolidé les positions des classes bourgeoises montantes au détriment du patriciat traditionnel, ce même tournant avait aussi libéré des énergies immenses et jeté sur la scène de l’histoire de grandes masses humaines. Le mépris, mêlé de peur, de la bourgeoisie envers les paysans, reprend le mépris traditionnel du patriciat vénète qui n’avait jamais essayé de comprendre les paysans et leur mentalité. L’“altérité” du paysan fait de lui un objet de satire ou d’idylle champêtre ; le messianisme social et le souffle magique du monde paysan sont durement étouffés par l’Église qui sort du Concile de Trente ; pour les auteurs romantiques et laïques du dix-neuvième siècle ils deviennent folklore. Il n’y a aucune tentative pour reconstruire ou comprendre un fait humain et social dont les rites et les chants parlaient de luttes quotidiennes pour survivre, de liens du sang et de clan, d’héritages païens et archaïques, de récits irrévérencieux et blasphématoires. Plus tard, au mythe d’une “civilisation paysanne” autonome et immobile dans le temps, intégrée dans les valeurs et dans l’ordre moral du passé, respectueuse des hiérarchies et sans déchirements intérieurs, mythe qui était propre aux romantiques et aux catholiques, la culture positiviste opposera le mythe parallèle d’un monde paysan superstitieux et arriéré, enfermé dans une religiosité traditionnelle et dogmatique qu’il fallait absolument émanciper en lui apportant le progrès de la ville.

26De toute façon, pour la bourgeoisie vénète du dix-neuvième siècle, le paysan était beaucoup plus qu’un ennemi : l’autre absolu, presque une autre race. En 1841, l’Istituto veneziano di scienze, lettere e arti avait fait préparer une série de rapports sur la pauvreté en Vénétie : la plupart ont comme leitmotiv l’immoralité, le vice et la corruption du paysan vénète ! Dans les campagnes, les différences de culture et de style de vie entre paysans et bourgeoisie rurale apparaissaient tellement énormes aux yeux des observateurs qu’ils en arrivaient à penser que c’étaient deux races différentes.

27Il est évident, avec de telles prémisses, que la participation des paysans au Risorgimento ne pouvait être que limitée, et cela même pendant la révolution de 1848 qui, au moins à Venise, fut effectivement démocratique, populaire et autonomiste. Cependant, les paysans n’avaient pas de raisons particulières d’être pro-autrichiens et, en fait, ils ne le furent pas, mais ils se refusèrent toujours à défendre une révolution qu’ils “ne sentaient pas”. Les historiens de la révolution de 1848, Della Peruta pour la Lombardie et Ginsborg pour la Vénétie, ont souligné le fait que, dans un premier temps, les paysans étaient bien disposés à combattre contre les Autrichiens mais qu’au fur et à mesure que l’insensibilité des nouvelles autorités pour leurs problèmes apparaissait évidente, leur disponibilité diminuait. Paul Ginsborg écrit :

  • 12  Paul Ginsborg, Venezia, l’Italia e l’Europa nel 1848-49, in P. Ginsborg, A. Bernardello, P. Brunel (...)

Parmi les membres de la Chambre de Commerce de Venise qui fournissaient alors à la République une aide financière considérable il y avait de nombreux propriétaires terriens aisés. Il était donc tout à fait improbable de les voir donner leur appui à une stratégie militaire (armer les paysans) qui pouvait mettre en danger la stabilité sociale des campagnes. Un appel à l’aide lancé aux monarchistes leur semblait un recours moins risqué. De plus, les chefs de la République de Venise faisaient partie de la bourgeoisie urbaine et ils ignoraient presque tout des conditions de vie dans les campagnes12.

28Les différents gouvernements de 1848-49, y compris celui de Venise qui, par bien des aspects, était plus avancé que les autres, ne pouvaient que refuser les revendications des paysans et défendre les droits des propriétaires mis en crise par les révoltes. Par exemple, pour des hommes comme le comte Gherardo Fieschi, qui était le plus compétent et le plus résolu des “révolutionnaires” du Frioul et en même temps le plus déterminé – depuis des année – à demander la privatisation des biens communaux, organiser une armée de masse paysanne signifiait donner des armes à l’ennemi. Dans une page très belle, à la fin de son livre, Paul Ginsborg brosse un tableau exact de la tragédie que cet échec a impliquée pour la Vénétie :

  • 13  Paul Ginsborg, Daniele Manin e la Rivoluzione veneziana del 1858-49,Milano, Feltrinelli, 1978, p.  (...)

[...] L’extraordinaire alliance de forces de classe qui avait eu lieu au début de 1848 ne se représenterait plus. Quand Venise et la Vénétie entrèrent finalement dans le royaume d’Italie, en 1866, ce résultat ne fut pas la conséquence d’un soulèvement populaire, mais plutôt des bons offices de Napoléon III et de la puissance de l’armée prussienne [...]. Et le nouveau royaume n’offrait pas de perspectives pour améliorer la situation des pauvres, des villes et des campagnes. En 1868, le Parlement décida d’introduire en Vénétie l’impôt abhorré sur les farines. Dans de nombreuses régions des tumultes éclatèrent aux cris de “A morte i siori ! Viva Pio X ! Viva la religione !” Pour les classes inférieures de la Vénétie l’unification de l’Italie (se présentant sous l’aspect d’un mouvement monarchique anti-religieux qui ne leur offrait rien et qui refusait leur participation politique) avait impliqué une augmentation des charges fiscales. De cette façon, l’échec de la révolution de 1848-49 continuait à projeter son ombre sur la vie du nouvel État national.13

29En fait, au moment de l’annexion, les “culs-terreux” vénètes étaient déjà quelque chose de plus et de différent. La composition des revenus des familles était très variée et le travail des champs en constituait seulement une partie. Dans la région, on disposait déjà d’une « main-d’oeuvre aux cent métiers », mais cette réserve de main-d’oeuvre, il fallait la vérifier ; les équilibres auxquels on était parvenu, il fallait les détruire ; les paysans accrochés aux droits coutumiers et aux biens communaux, il fallait les battre. Après l’annexion, en Vénétie comme dans le reste de l’Italie, les conditions de vie des paysans continuent de s’aggraver, comme en témoigne l’Enquête Jacini.

30Il y a aussi « un changement dans l’attitude de la propriété foncière à l’égard de ses obligations sociales. Sous le gouvernement autrichien elle était co-responsabilisée » politiquement, pour ce qui était de la gestion de l’ordre public, et moralement obligée d’intervenir pour atténuer les causes, par exemple le chômage hivernal, qui pouvaient conduire les paysans au désespoir et à la révolte. Avec le nouveau régime, au contraire, on prend de plus en plus conscience que la propriété foncière a le droit de veiller radicalement à ses propres intérêts par le biais d’une gestion de l’agriculture sage et impitoyable ; tandis que c’est à l’État de s’occuper des conséquences sociales du progrès du nouveau mode de production dans les campagnes. C’est pourquoi la colère des propriétaires contre la persistance du maraudage augmente en même temps qu’augmentent les demandes pour qu’interviennent les carabiniers et l’armée.

31Bozzini et Franzina ont bien montré l’importance du maraudage comme résistance paysanne à l’avancée de la bourgeoisie qui capitalisait les campagnes et, par conséquent, l’importance pour cette même bourgeoisie de criminaliser à tout prix ce type de comportement. Pendant les années qui vont de la répression évidente des tumultes contre les impôts sur les farines, répression qui sanctionne le “droit à gouverner” du Royaume d’Italie, aux années 1884-87, quand l’émigration devient un “exode de masse”, « des dizaines de milliers de paysans, que l’accumulation capitaliste réduisait progressivement et inexorablement à l’état de “surpopulation relative”, restent attachés à leurs bourgs, à leurs terres ». Pour ce faire « ils élaborent une stratégie d’auto-défense élémentaire et cherchent une réponse à l’aggravation du lien de sujétion dans les campagnes en développant avant tout la vieille pratique du maraudage ».

  • 14  Federico Bozzini, Il furto campestre. Una forma di lotta di massa,Bari, De Donato, 1977, pp. 15-27

32Comme l’écrit à son ministre le préfet de Padoue en 1883 : « Dans l’esprit fruste des paysans l’idée est établie que le fait de prendre certains produits de la terre constitue l’exercice d’un droit ancien ». Les paysans vénètes sont frustes et, de surcroît, comme l’écrivent dans leurs rapports ces « avant-postes de la bourgeoisie laïco-scientifique dans le monde sauvage des campagnes » que sont les médecins municipaux, ils sont immoraux et alcooliques. Pas à cause du vin, bien sûr, étant donné que jusqu’en 1900 ils sont trop pauvres pour se le permettre, mais à cause d’une exécrable eau-de-vie. Alcooliques et pellagreux, car la pellagre, cette « gloire capitaliste » comme l’appelle Roberto Finzi, resta une maladie endémique jusqu’au lendemain de la première guerre mondiale14.

  • 15  Roberto Finzi, La pellagra : una gloria capitalistica, in « Classe », 15, juin 1978, pp. 137-164.

33Les journaliers vénètes chantaient « polenta de fromenton / aqua de fosso / lavora ti paron / che mi no posso… ». (Polenta de maïs /eau du fossé / travaille, toi, patron / car moi, je ne peux pas...). Ce n’est pas que les paysans ne comprenaient pas les défauts d’une alimentation pareille, mais, à tout prendre, plutôt que de mourir de faim ils préféraient le maïs. La pellagre sévissait sur toute une série de figures prolétaires des campagnes vénètes, depuis le journalier jusqu’au petit fermier, qui semblent différentes l’une de l’autre, mais qui ont en commun ou des ressources pécuniaires ou des salaires très bas, la mainmise du patron sur toute la production noble, l’introduction de cultures industrielles et le fait qu’à la fin, il ne leur restait pour toute nourriture que le maïs. Roberto Finzi écrit que « la préférence accordée au maïs par le paysan provient du fait qu’avec le temps il devient la seule ressource alimentaire “sûre” de larges couches des masses rurales italiennes, à cause de l’aggravation des conditions imposées dans les contrats au cours de la phase de choc (dévastateur) de nos campagnes avec le processus, séculaire, de transformation capitaliste de l’économie »15.

34À la fin, ces « canailles de culs-terreux » ont les reins cassés, mais il faut du temps et le déploiement de tout l’appareil “didactique” du nouvel État : lois répressives, nouveaux impôts inconnus jusque là, la vente aux riches des biens communaux et tout l’usage “légal” de la force dont il était capable. Pour venir à bout de cette résistance sourde et tenace il faudra vingt ans ; très exactement, de 1866, année de l’annexion, à 1886, année qui marque l’échec définitif des grèves de La boje !

35C’est le début de l’exode, l’émigration en masse : les paysans vénétes votent avec les pieds. Ils s’enfuient sciemment et souvent ils s’en vont en chantant presque en guise d’avertissement pour ceux qui restent et d’encouragement pour ceux qui partent : « Andaremo in Merica / in tel bel Brasil / e quà i nostri siori/ lavorarà la tera col badil » (Nous irons en Amérique / dans le beau Brésil / et ici nos Messieurs / travailleront la terre avec la bêche). Ainsi chantent les paysans du Montello (Trévise) quand l’État unitaire s’approprie et ensuite vend à des personnes privés – les “galantuomini” du Risorgimento – les bois du Montello, 6000 hectares de forêt où pendant des siècles ils avaient fait du bois et cueilli des fruits. Il faut l’intervention de l’Armée pour les “convaincre” ; ensuite, après avoir pratiquement détruit le bois, ils s’en vont en masse, curés et maires en tête. Comme le dit Berto Barbarani dans sa poésie “I va in Merica”, les paysans, qui n’en peuvent plus partent enhurlant « ...porca Italia ! i bastiema, ’ndemo via... » (...maudite soit l’Italie / partons....).

36En 1985, José Gava, dont la famille avait émigré de Vittorio Veneto (Trévise) au Brésil, dans une conversation avec une mission de la Région Vénétie, racontait pourquoi son grand-père avait décidé de venir au Brésil :

  • 16  Daniele Perco, Colonia “Nuova Venezia” : origine e sviluppo di un insediamento italo-veneto nel su (...)

El nonno l’é vegnesto solo con la famiglia, con tre figli e i é scapadi, quasi, quasi obrigati, perchè i doveva lavorare col paron, capito.... e là erano tenaci, erano crudeli i paroni i diseva lori ; el ghe portava via quasi tuto, el paron. Alora i a pensà de scapar in Merica, i à dito andiamo, andiamo a venturare ! (Mon grand-père est venu tout seul avec sa famille, trois enfants et ils se sont barrés, presque... presque obligés, parce qu’ ils devaient travailler avec le patron, vous comprenez... et là ils étaient durs, ils étaient cruels les patrons. Alors ils ont pensé à se barrer en Amérique, ils se sont dit : partons, partons à l’aventure !)16

Haut de page

Bibliographie

– Berto Barbarani, Due canzonieri, Milano,1954 (1896).
– Marino Berengo, La società veneta alla fine del ‘700, Firenze, 1956.
– Nino Biscaccia, Cronache di Rovigo dal 1846 al 1864, Padova 1865.
– Federico Bozzini, “Veneto è bello”, in Ombre bianche, 0, 1979.
Id., L’arciprete e il cavaliere. Un paese veneto nel Risorgimento italiano, Roma ,1985.
Id., Il furto campestre, una forma di lotta di massa, Bari, 1977.
Id., Veneto è ricco, Verona, 1995.
Id., Tre dialoghi intorno al Campanile di San Marco. Vittorio Foa e I veneti, Roma, 1997.
– Letterio Briguglio, Correnti politiche nel Veneto dopo Villafranca, Roma, 1965.
– Piero Brunello, Ribelli, questuanti, banditi. Proteste contadine inVeneto e in Friuli (1814-1866), Venezia, 1981.
Id., “Lenin a Susegana. Sulla storia delle classi subalterne”, in Ombre rosse, 31/1980.
Id., “Identità a nord-est”, in A, 273/2001.
– Carlo Bullo, Dei moti insurrezionali del veneto sotto il dominio napoleonico e specialmente del brigantaggio politico del 1809, Venezia, 1899.
– Giuseppe Chimelli, Storia del grande processo di Este contro i ladroni, Este, 1887.
– Renzo Derosas, “Strutture di classe e lotte sociali nel Polesine pre-unitario”, in Studi storici, 1/1977.
– Roberto Finzi, “La pellagra : una gloria capitalistica”, in Classe 15/1978.
– Emilio Franzina, La Grande emigrazione. L’esodo dei rurali dal Veneto durante il secolo XIXo, Venezia,1976.
– Paul Ginsborg, Daniele Manin e la rivoluzione veneziana del 1848-49, Milano, 1978.
– Silvio Lanaro, Società e ideologie nel Veneto rurale, Roma, 1976.
Id. (sous la direction de), Storia d’Italia : le regioni dall’Unità a oggi : il Veneto, Torino, 1984.
– Giovanni Meo Zilio, L’America degli emigranti. Dal Veneto ai “Nuovi mondi” latinoamericani (1876-1924), 2 vol. , Venezia, 1987.
– Tiziano Merlin, “Le radici storiche del socialismo nella Bassa padovana”, in Schema, 9-10/1982.
Id., “L’osteria, gli anarchici e la boje ! nel Basso Veneto”, in Annali Cervi, V, 1984.
– Saco Tessaro, Tochiti de cor de un tessaro, Schio, 1968 [1906].
– Edward P. Thompson, The moral economy of the english crowd in the XVIIIth century, in Past and Present, 50/1971.

Haut de page

Notes

1  Saco Tessaro (Giovanni Santa Catterina, 1875-1940, ouvrier dans l’usine “Lanerossi” de Schio qui en 1900 était la plus grande usine d’Italie), Te l’orto, in Tochiti de cor de un tessaro, Schio, 1906 [éd. 1968].

2  Cité in La formation de la classe ouvrière anglaise, E.P.Thompson présenté par P.Fridenson, in « Le Débat » 3/1980, pp. 175-192, p. 180.

3  Federico Bozzini, L’Arciprete e il cavaliere. Un paese veneto nel Risorgimento italiano, Roma, Ed. Lavoro,1985, voir pp. 143-148.

4  Piero Brunello, Ribelli, questuanti e banditi. Proteste contadine in Veneto e in Friuli (1814-1866),Venezia, Marsilio, pp. 1 et 2.

5  Renzo Derosas, Strutture di classe e lotte sociali nel Polesine pre-unitario, in « Studi storici », XVIII (1977), 1, pp. 61-90, p. 75.

6  Tiziano Merlin, Le radici storiche del socialismo nella Bassa padovana, in « Schema », 9-10, 1982, V, pp. 137-152, p. 138.

7  P. Brunello, op. cit., p. 212.

8  Ibidem, p. 213.

9  Ibidem.

10  Federico Bozzini, Veneto è bello, in « Ombre bianche », pp. 15-37, p. 35.

11  Letterio Briguglio, Correnti politiche nel Veneto dopo Villafranca, Roma, 1965, p. 99.

12  Paul Ginsborg, Venezia, l’Italia e l’Europa nel 1848-49, in P. Ginsborg, A. Bernardello, P. Brunello, Venezia, la Rivoluzione e la difesa, Venezia, Comune di Venezia, pp. 7-42, p. 24.

13  Paul Ginsborg, Daniele Manin e la Rivoluzione veneziana del 1858-49,Milano, Feltrinelli, 1978, p. 392.

14  Federico Bozzini, Il furto campestre. Una forma di lotta di massa,Bari, De Donato, 1977, pp. 15-27.

15  Roberto Finzi, La pellagra : una gloria capitalistica, in « Classe », 15, juin 1978, pp. 137-164.

16  Daniele Perco, Colonia “Nuova Venezia” : origine e sviluppo di un insediamento italo-veneto nel sud dello stato di Santa Caterina (Brésil), Giovanni Meo Zilio,America latina, Venezia, Giunta Regionale del Veneto, 1988, pp. 435-472, p. 442.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 15, L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, 2011

Référence électronique

Massimo Tramonte, « Formes de résistance à la prolétarisation en Vénétie au XIXe siècle », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3194 ; DOI : 10.4000/italies.3194

Haut de page

Auteur

Massimo Tramonte

Université Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org