Navigation – Plan du site
Introduction

Présentation

Carmela Lettieri
p. 5-13

Texte intégral

1Ce quatorzième numéro de la revue « Italies » réunit les actes du colloque international Les mouvements migratoires entre réalité et représentation (Italie XIXe-XXIe siècles) qui s’est tenu à l’Université de Provence les 22 et 23 septembre 2009 et était organisé dans le cadre des activités du Caer (Centre aixois d’études romanes,EA 854). Il s’agissait de la deuxième rencontre de l’Observatoire sur l’Italie contemporaine, réseau informel d’échanges interdisciplinaires réunissant des chercheurs dont les intérêts convergent vers le monde contemporain.

2Ce volume offre donc aux lecteurs une série de travaux portant sur le thème des mouvements migratoires envisagés tant sous l’angle de leur réalité que de leurs représentations. L’ambition de cette rencontre était de décrire, d’interpréter et d’expliquer les multiples facettes de ce phénomène en Italie ainsi que d’en répertorier les conséquences aux niveaux socio-économique, politique et culturel. Le choix de cette thématique a été déterminé par les nombreuses propositions reçues de la part de collègues travaillant sur ce thème en Italie et en France et par le constat qu’il s’agit de l’un des sujets privilégiés des thèses en cours. Au vu de la quantité de recherches dispersées, un bilan sur ces questions s’imposait. Ce numéro de la revue « Italies » constitue donc une synthèse des recherches les plus actuelles en privilégiant les travaux basés sur des matériaux empiriques (archives, entretiens, terrains d’observation) ou sur des corpus originaux.

  • 1  Celui-ci a publié entre autres : Immigrati e rifugiati in Italia, Rome-Bari, Laterza 2003 (avec M. (...)
  • 2  Nous remercions Giuseppe Piazza dont l’une des photos figure sur la couverture de ce numéro. Cf : (...)

3Le colloque a été l’occasion d’étudier ces phénomènes selon diverses perspectives (sociologique, politique, économique, littéraire, linguistique), l’objectif étant le croisement des approches et des points de vue. Deux manifestations parallèles se sont déroulées à l’Institut culturel italien de Marseille. Ce cadre a accueilli le 21 septembre 2009 une conférence du sociologue Enrico Pugliese de l’Université La Sapienza de Rome (L’Italie, carrefour de migrations) et une exposition du photographe sicilien Giuseppe Piazza (Verso Nord). Le premier est l’auteur de nombreuses publications sur le thème des migrations et il a également été membre du comité consultatif du Cnel (Consiglio Nazionale per l’economia e il lavoro) sur les questions liées à l’immigration1. Il a ouvert les travaux du colloque le lendemain par une communication sur Le modèle méditerranéen des migrations qui introduit ce numéro. Le second a réalisé des reportages sur l’immigration en direction de Lampedusa tout en poursuivant son témoignage sur la reprise des départs de Siciliens depuis leur île natale vers l’Allemagne2.

4Un public nombreux constitué de chercheurs et d’étudiants de l’Université de Provence, d’enseignants du secondaire et des membres d’associations culturelles de la région, a suivi les deux journées du colloque. Celles-ci étaient organisées autour de quatre axes principaux : La réalité socio-économique, Les politiques migratoires, La littérature, Les représentations médiatiques.

5La manifestation a réuni 30 intervenants en provenance de nombreuses universités. En Italie, ils travaillent notamment au sein des centres suivants : Irpps-Cnr, Universités de Rome La Sapienza, de Naples Federico II et l’Orientale, de Trieste, de Palerme, de Milan Bicocca et Statale, de Bologne, de Salerne, de la Calabre. Depuis la France, différents aspects ont été traités par des chercheurs de l’Ehess, de Paris III, de Clermont-Ferrand, de Montpellier, de Paris X, de Nice, de Poitiers. D’autres pays européens étaient représentés parmi lesquels la Belgique (Bruxelles), le Royaume-Uni (Oxford), et la Suisse (Lausanne).

Problématique et objectifs

6Ancien pays d’émigration transformé en pays d’accueil, l’Italie représente un cas de figure exemplaire. Les migrations actuelles à destination de la Péninsule italienne, qui ont débuté au milieu des années 1970, s’inscrivent dans l’histoire d’un pays dont le territoire a connu par le passé d’importantes hémorragies de population. L’histoire de ces mouvements migratoires va depuis la grande émigration vers le continent américain à la fin du XIXe siècle, en passant par les migrations internes et intraeuropéennes de l’Après-guerre, jusqu’à l’arrivée massive sur le territoire italien d’immigrés en provenance d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, puis de l’Europe de l’Est. Bien que discontinus, ces flux ont façonné la démographie, la structure sociale et l’identité culturelle du pays. De plus, la transformation en territoire d’accueil ou de transit constitue l’un des aspects les plus évidents et les plus lourds de conséquences du contexte italien contemporain dans lequel cette question délicate représente un enjeu politique et culturel important.

7Diachronie et synchronie : Sans vouloir homogénéiser des contextes fort éloignés, on peut toutefois s’interroger sur les caractéristiques communes de ces différentes vagues. L’analyse de la situation actuelle ne peut pas se passer en effet de la prise en compte de l’histoire de l’émigration italienne vers l’étranger, puis des mouvements de population d’une région à l’autre. Prendre en compte ces deux dimensions, historique et contextuelle, signifie également mettre en exergue à la fois la continuité et l’originalité des vagues collectives ainsi que l’inscription temporelle des parcours individuels : les mécanismes qui président aux départs, les modalités qui permettent ou empêchent l’intégration, les phases de rupture, l’existence de différentes générations dans les migrations.

8Départs et arrivées : Les flux au départ ou en direction de la Péninsule italienne permettent de voir que l’immigration et l’émigration sont deux points de vue d’un même phénomène. Analyser les migrations veut dire toujours étudier le rapport entre deux sociétés. Ce sont les variables d’origine (facteurs qui incitent au départ) et les variables d’aboutissement (caractéristiques du pays d’accueil), qui définissent le type de migration : migrations de travail ou de contrainte (cas des réfugiés) qui se transforment en migrations de peuplement, migrations pendulaires ou de rotation, migrations de retour. Le regard croisé permet d’élargir la réflexion à d’autres cas nationaux – notamment les pays d’Amérique latine – et d’examiner l’évolution des rapports et la portée des échanges qu’ils ont entretenus ou qu’ils entretiennent avec l’Italie.

  • 3  Voir notamment A. Sayad, L’immigration, ou les paradoxes de l’altérité, Paris, De Boeck Université (...)
  • 4  A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, (...)

9Individuel et collectif : Il ne s’agit pas d’opposer ces deux niveaux mais de concevoir l’émigré-immigré comme « fait social total », selon l’expression d’Abdelmalek Sayad3. En effet, à travers les trajectoires individuelles, il est possible d’apporter un regard nuancé sur des faits sociaux, qui intéressent des groupes sinon des sociétés entières. Ce type de regard permet aussi de mieux étudier les effets du déracinement, la redéfinition des pratiques culturelles des migrants (dont l’acculturation), les réseaux de sociabilité (intégration, marginalisation). La définition du déracinement individuel comme « double absence »4 traduit par exemple au niveau individuel les difficultés d’intégration et les transformations des identités collectives.

10Réalité et représentation : Les mouvements migratoires et leurs protagonistes ont été abondamment décrits par une certaine imagerie : littérature, cinéma, chansons, folklore, médias. L’objectif est de dépasser la dichotomie entre réalité et représentation afin d’éviter de séparer de façon artificielle ces points de vue complémentaires, considérant que les représentations d’un phénomène font partie à plein titre de ce même phénomène. Certains clichés sur les émigrés italiens à l’étranger, les images des immigrés véhiculées par les médias, la littérature ou le cinéma contribuent à la construction symbolique de la réalité. En façonnant les perceptions, ces images sociales n’ont pas moins d’effets concrets sur les comportements et orientent même parfois les décisions politiques. En parallèle, en exprimant des points de vue singuliers, les récits de fiction peuvent aussi contribuer à une meilleure compréhension de la réalité.

Axes

11Afin d’orienter les propositions de communication et de fournir des lignes directrices aux contributeurs du colloque, la problématique avait été appréhendée autour d’axes thématiques prédéfinis. Nous avions invité les collègues à proposer des interventions s’inscrivant dans l’un ou l’autre de ces axes, ou bien à suggérer des passerelles entre eux. Ils ont non seulement répondu aux attentes du comité scientifique, mais ils ont aussi très souvent proposé des perspectives originales.

12La réalité socio-économique : nous avions proposé de réfléchir autour de la composition des flux migratoires ; des aspects démographiques ; des rôles sociaux et de la féminisation ; des migrations comme facteur de développement ; des effets sur le marché de l’emploi ; des chaînes migratoires et de la spécialisation ethnique. Un niveau de réflexion préalable à ces questionnements concerne les modèles d’interprétation en cours parmi les chercheurs en sciences sociales. C’est ainsi que la contribution d’Enrico Pugliese autour du « modèle méditerranéen » des migrations ouvre le volume. Elle nous permet d’envisager le contexte italien à la fois dans le cadre plus général des migrations contemporaines et de l’histoire de ces flux en Europe. Raffaele Rauty, quant à lui, nous propose de voir comment la sociologie a analysé l’émigration italienne vers les États-Unis au début du XXe siècle, alors qu’en même temps elle se constitue en tant que véritable discipline. Deux approches originales et innovantes sont enfin présentées par Sonia Floriani et Annamaria Zaccaria. La première étudie l’émigration des années 1950-1960, depuis la Calabre vers le Canada, par une méthode de type biographique. La deuxième nous présente les résultats d’une enquête sur l’immigration contemporaine dans la ville de Naples basée sur l’analyse des réseaux.

13La réalité socio-économique de l’immigration actuelle vers l’Italie est appréhendée par Federica Dolente du point de vue des différentes formes d’exploitation auxquelles les immigrés sont soumis sur le marché du travail dans le Latium tandis que Mara Tognetti Bordogna et Annalisa Ornaghi dressent un portrait plus qu’exhaustif de la place des femmes immigrées employées au sein des familles italiennes comme auxiliaires de vie (badanti). Lorenzo Ferrante nous propose une réflexion plus large sur le processus de construction d’une société multiculturelle à partir de l’exemple de Mazara del Vallo, en Sicile.

14La transformation de l’Italie en pays d’accueil étant relativement récente, les études sur les deuxièmes générations commencent aujourd’hui à se développer. Grazia Tatarella, Paola Rebughini et Simone Maddanu nous présentent les modalités d’intégration concrètes vécues par des enfants d’immigrés. Ces trois auteurs remettent en cause et précisent les notions communément admises d’identité et d’identification, d’acculturation et d’assimilation.

15Les politiques migratoires : celles-ci constituent un champ très vaste qui touche plusieurs aspects, depuis les anciennes politiques d’aide à l’émigration (émigration assistée, accords bilatéraux) jusqu’aux réformes successives de la législation sur l’entrée et le séjour. Jean-Pierre Darnis évoque le débat sur les migrations qui doit être vu dans le cadre plus général de la définition de la politique étrangère italienne. Il met aussi en évidence l’opposition entre, d’un côté, les droits des émigrés italiens et de leurs descendants à l’étranger et, de l’autre côté, ceux des immigrés arrivant aujourd’hui sur le territoire. Un conflit émerge également entre une approche de type solidaire et une approche plus sécuritaire.

16Le retard supposé de la législation par rapport à l’émergence du phénomène est un des éléments qui ont conduit à parler de l’appartenance de l’Italie (avec le Portugal, l’Espagne et la Grèce) au modèle de régulation « méditerranéen » analysé par E. Pugliese. Mattia Vitiello prolonge cette interprétation et l’applique aux politiques d’entrée en Europe jusqu’à envisager leur contribution à la redéfinition de la frontière méditerranéenne. L’influence de la construction européenne sur la législation nationale et le lien entre la liberté de circulation et la tutelle de l’ordre public sont étudiés par Giovanni Bonato. Caroline Savi parcourt l’évolution du droit en matière de regroupement familial.

17L’un des points les plus épineux qui ont trait à l’application des politiques migratoires concerne la définition de ces politiques au niveau national et la gestion des flux par les collectivités territoriales. Ce paradoxe est au centre de la contribution de Fabio Corbisiero portant sur les politiques appliquées au niveau régional depuis la loi de 1998. Rosalia Donnici, quant à elle, propose une réflexion autour du rôle et de la définition juridique d’une figure professionnelle émergeant dans les contextes locaux : le médiateur culturel.

18La fiction littéraire, le cinéma et les médias : il convenait de s’interroger sur les modalités selon lesquelles la fiction – qu’elle soit littéraire, cinématographique ou autre – a représenté ou exprimé ces phénomènes. Dans la deuxième partie de ce numéro, sont tout d’abord présentées trois contributions qui analysent l’émigration italienne à l’étranger à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. À partir des exemples de deux auteurs, Enrico Corradini et Luigi Capuana, Michela Toppano interroge la manière dont l’émigration italienne est représentée à l’époque de l’éclosion du nationalisme et à l’aube d’une des plus importantes vagues d’émigration que le pays ait jamais connues. Adriana Coelho-Florent nous donne un aperçu de l’accueil réservé aux Italiens dans la société brésilienne à cette même époque tandis qu’Isabelle Felici dresse un portrait du journaliste anarchiste Gigi Damiani, entre exil et émigration.

19On peut aussi se demander quels types de récits sont privilégiés dans la littérature actuelle sur les migrations. Daniele Comberiati, Chiara Mengozzi, Lucia Quaquarelli, Emma Bond et Anna Proto Pisani analysent tous, à partir d’auteurs spécifiques ou par des corpus élargis, le rapport entre la fiction et le documentaire, entre le roman, le témoignage et l’(auto)biographie dans l’évocation de cette réalité socio-historique. Ils apportent des contributions fondamentales à l’étude de l’émergence d’une littérature de migrants dans l’Italie d’aujourd’hui. Le compte rendu d’une expérience de traduction fait par Paola Checcoli nous éclaire également sur les reflets que la langue utilisée peut avoir sur la représentation littéraire de ce phénomène historique.

20Les formes artistiques, notamment les plus populaires comme le cinéma, ont-elles plutôt contribué à la diffusion de stéréotypes sur les migrants ou bien ont-elles aidé la compréhension des implications au niveau individuel et favorisé le dialogue inter-culturel ? De ce point de vue, les contributions réunies dans la dernière partie apportent des réponses nuancées, à l’instar de celles proposées par Nicolas Violle et Domenico Guzzo qui analysent des supports différents (presse écrite et cinéma), à des époques éloignées (les années 1930 et les années 1970), dans des contextes distincts (la France et l’Italie fasciste, la Suisse).

21Par ailleurs, l’inflation des discours médiatiques sur l’intégration et sur les discriminations, ont placé aujourd’hui l’immigration au cœur des controverses politiques. Marcello Maneri analyse comment les médias de masse (presse écrite et télévision) contribuent à l’émergence de l’immigration en tant qu’enjeu de débat, quel est leur rôle dans la transformation de ce thème en véritable problème public, comment ils sont utilisés par les entrepreneurs politiques, quelle est leur incidence dans la définition des politiques publiques en la matière. Eugénie Saitta évalue à travers une enquête de terrain autour du supplément « Metropoli » publié par l’un des quotidiens les plus importants de la Péninsule, « la Repubblica », les effets des flux migratoires sur le champ de la presse. Son analyse s’insère dans le cadre des recherches qui soulignent le nombre de plus en plus important de suppléments, d’hebdomadaires, de quotidiens, de magazines, à l’intention d’un public de migrants ou qui sont l’expression de minorités ethniques. Pour finir, Gianluca Gatta nous livre les résultats d’un enquête ethnographique sur l’île de Lampedusa. Ses réflexions portent autour des différentes représentations des débarquements et de leur contribution à la production de l’image du “clandestin”.

22Les lecteurs intéressés aux phénomènes migratoires, et en général tous ceux qui s’interrogent sur l’Italie contemporaine, trouveront certainement dans cette livraison de la revue « Italies » autant de points de vue originaux et indispensables pour la compréhension des nouveaux enjeux de société. Nous tenons à remercier chacun des participants qui ont contribué à faire de cette rencontre un moment d’échanges fructueux.

Haut de page

Notes

1  Celui-ci a publié entre autres : Immigrati e rifugiati in Italia, Rome-Bari, Laterza 2003 (avec M. I. Macioti) ; L’Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne, Bologne, Il Mulino, 2002 ; Diario dell’immigrazione, Rome, Edizioni associate, 1997 ; Gli immigrati stranieri in Italia (avec M. I. Macioti), Rome-Bari, Laterza, 1991 ; La presenza straniera in Italia. Il caso della Campania (avec F. Calvanese), Milan, Angeli, 1990.

2  Nous remercions Giuseppe Piazza dont l’une des photos figure sur la couverture de ce numéro. Cf : http://www.giuseppepiazza.net.

3  Voir notamment A. Sayad, L’immigration, ou les paradoxes de l’altérité, Paris, De Boeck Université, 1992. Cet ouvrage a été republié en deux volumes : L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. 1. L’illusion du provisoire et 2. Les enfants illégitimes, Paris, Éditions Raisons d’agir, 2006.

4  A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Carmela Lettieri, « Présentation », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/3207

Haut de page

Auteur

Carmela Lettieri

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org