Navigation – Plan du site
Introduction

Le modèle méditerranéen de l’immigration. Contexte, espace, périodisation, caractéristiques, stabilité

Enrico Pugliese
Traduction de Carmela Lettieri
p. 15-32

Résumé

À partir des années 1970, les pays de l’Europe méridionale (Grèce, Italie, Portugal et Espagne) se transforment en pays d’immigration tout en restant des territoires d’émigration. L’article analyse les spécificités du modèle méditerranéen de l’immigration en précisant dans quelle mesure on peut parler de ‘modèle’et quelles en sont les spécificités sur le plan législatif, économique, démographique et culturel. L’auteur analyse également comment le phénomène évolue dans les pays concernés.

Haut de page

Texte intégral

Le contexte

  • 1  F. Calvanese, Migrazioni, in Le identità mediterranee, Naples, Liguori, 2004 ; E. Pugliese, L’Ital (...)
  • 2  G. Ponzini et E. Pugliese, Un sistema di Welfare mediterraneo. Rapporto Irpps-Cnr sullo stato soci (...)

1À partir des années 1970, les pays de l’Europe méridionale (Grèce, Italie, Portugal et Espagne) se transforment en pays d’immigration tout en restant des territoires d’émigration, bien que les flux au départ se réduisent et que leurs communautés nationales à l’étranger demeurent stables1. Une première question vient alors à l’esprit : pourquoi le rôle de ces pays sur la scène internationale des processus migratoires change-t-il en même temps pendant ces années (la décennie 1970). Quels sont les facteurs contextuels – qui touchent à la réalité économique et géopolitique – qui déterminent leur nouveau rôle ? Deuxièmement, on pourrait se demander si ce nouveau contexte est lié à des similarités dans les migrations à partir de et en direction de ces pays. Au cours des années 1970 et encore aujourd’hui, il y a des analogies et des différences dans leurs structures économiques, leurs niveaux et taux de développement ainsi qu’en ce qui concerne leurs systèmes politiques et institutionnels2. En effet, d’un côté tous ces pays ont connu des régimes de type fasciste – ce qui a déterminé des systèmes répressifs ainsi qu’un retard tant du développement économique que de l’évolution des mœurs – et de l’autre côté, ils ont été caractérisés par un État social basé sur le corporatisme. Tous ces pays sont ensuite devenus des démocraties, bien qu’à des moments historiques différents et bien que les situations politiques qu’ils connaissent aujourd’hui ne soient pas comparables, que les orientations de leurs gouvernements soient hétérogènes et que les systèmes d’alternance soient disparates.

2Il y a ensuite un facteur important, lié à l’histoire économique, et notamment au secteur agricole et au système agraire et foncier (du moins pour la plupart de ces pays), qui détermine la demande de travail et le type d’emplois offerts aux immigrés : la forte production maraîchère (de produits dénommés justement “méditerranéens”) qui a pour particularité de présenter des pics de la demande de travail concentrés pendant les périodes de récolte.

3Il y a enfin – last but non least – un aspect très important, typiquement méditerranéen, qui tient au rôle central joué par la famille, et aussi par la rhétorique familialiste et, plus récemment, par la crise de ce rôle traditionnel.

  • 3  M. Ferrera, Il Welfare state in Italia. Sviluppo e crisi in prospettiva comparata, Bologne, Il Mul (...)
  • 4  M. Paci, Pubblico e privato nei moderni sistemi di welfare, Naples, Liguori, 1989.
  • 5  M. Ferrera, op. cit., 1984.
  • 6  G. Ponzini et E. Pugliese, op. cit., 2008.

4Des analogies significatives dans la structure économique, démographique et sociale – et leurs liens respectifs – déterminent les traits de la demande de travail et expliquent la composition des flux d’immigration. À ce propos, il suffit de songer à la baisse de la natalité et au vieillissement de la population, phénomènes qui ont touché de manière analogue et en premier lieu l’Italie et l’Espagne mais qui, dans une moindre mesure, touchent l’ensemble de la région méditerranéenne.
L’un des liens les plus évidents entre tous ces facteurs est l’offre de services publics basée sur un système dit de Welfare mixte (État, marché, famille). À leurs débuts, les services publics des pays méditerranéens sont de type “individuel” (particolaristico) et ce n’est que plus tard qu’ils évoluent vers le principe de l’universalisme3. S’agissant d’un système basé sur l’emploi (lavoristico), les bénéficiaires n’en sont pas tous les citoyens mais seulement les actifs4, avec en plus des différences entre des bénéficiaires “forts” et des bénéficiaires “faibles”5. Enfin, ces systèmes sont caractérisés par le transfert d’argent de l’État vers les familles (ou les individus) et non pas par l’offre de services et d’assistance6. Tout cela a des conséquences importantes sur la situation des immigrés vis-à-vis de l’État social en tant que bénéficiaires ou non de celui-ci et en tant qu’acteurs dans le cadre des politiques sociales. Que l’on pense au rôle fondamental des assistantes familiales (appelées badanti dans le langage commun) dans l’immigration récente.

  • 7  F. Bettio, A. Simonazzi et P. Villa, “Welfare mediterraneo per la cura degli anziani e immigrazion (...)

5Si l’on voulait anticiper une donnée typiquement italienne, mais qui a tendance à toucher de plus en plus les autres pays de l’Europe méridionale (et pas seulement), un des traits du modèle méditerranéen de l’immigration pour ce qui est de l’immigration féminine est la présence grandissante de femmes occupant des emplois domestiques (concrètement elles ont en charge surtout les personnes âgées) dont les services sont achetés sur le marché international de la force de travail par les familles, grâce notamment aux transferts monétaires venant de l’État7.

L’espace

6Lorsque l’on parle de modèle des migrations méditerranéen, il faut avant tout définir le cadre spatial auquel on fait référence. Dans le paragraphe précédent, nous avons utilisé à dessein l’expression “Europe méridionale” et non pas “Europe méditerranéenne” car il ne faut pas oublier que l’un des pays concernés, le Portugal, donne sur l’Atlantique. Néanmoins, parler de modèle “méditerranéen” des migrations internationales signifie prendre en compte l’ensemble des flux qui traversent cette région en provenance tant de l’intérieur de la zone que de l’extérieur. De plus, il faut examiner la région tout entière au sein de laquelle des conflits, des rencontres et des échanges ont eu lieu tout au long de son histoire : le bassin méditerranéen avec son héritage historique plus ou moins ancien fait de rapports coloniaux complexes.

  • 8  F. Braudel, Il Mediterraneo, Milan, Bompiani, 1992.

7Sans doute est-il alors nécessaire de dépasser les limites de l’opposition entre une rive Nord chrétienne et une rive Sud musulmane, et de prendre en compte aussi et surtout les analogies qui existent à l’intérieur de la région et l’unité des processus qui s’y vérifient. « Peut-on encore parler de Méditerranée ? », voici la question volontairement paradoxale que posait Maurice Aymard dans un article publié il y a quelques années dans la revue « La questione agraria ». Il s’agissait d’une question rhétorique qui posait néanmoins le problème toujours irrésolu de la réalité et des phénomènes auxquels on se réfère lorsque l’on parle de la Méditerranée en tant que contexte homogène. À ce propos, il convient de rappeler la vision innovante de F. Braudel8 pour qui, entre autres choses, la Méditerranée n’est pas un simple espace géographique mais une réalité spécifique et autonome, un ensemble de phénomènes et de processus, avec des tensions qui déplacent en continu les frontières et les points gravitationnels, agissant donc au niveau de l’espace, et tout cela dans une continuité qui ne peut être expliquée que sur le long terme. Du point de vue des frontières et du thème des migrations, M. Aymard faisait remarquer qu’il y a à peine quarante ans, il y avait une frontière notable, à l’intérieur de l’Europe, entre le Sud et le Nord. Et ce n’est pas un hasard si cette frontière coupait l’Italie en deux, ou presque. À l’époque il était en effet difficile d’en imaginer une autre. Aujourd’hui, la mer est la nouvelle frontière ; et il s’agit d’une frontière qu’il est dangereux de traverser comme le savent tous ceux qui, en provenance de la rive Sud (ou bien de pays situés encore plus au Sud), essaient de rentrer en Europe pour y travailler.

8À cela s’ajoute un autre fait remarquable, l’existence d’un pays méditerranéen, c’est-à-dire la Turquie, qui avec les pays de l’Europe méridionale a été touché par l’émigration intra-européenne pendant les années de boom de l’Après-guerre vers les pays connus pour leur développement économique de type fordiste. Les ressortissants turcs ont en effet travaillé avec les Espagnols, les Italiens et les Grecs en Allemagne pendant une période longue et surtout cruciale à la fin des années 1960 et jusqu’au début des années 1970, moment où les flux migratoires en provenance de l’Europe du Sud se sont arrêtés. Ce n’est pas un hasard si les Turcs ne sont pas présents dans les mouvements de population qui se dirigent vers l’Europe méridionale. Peut-être peuvent-ils affirmer : « Nous avons trouvé mieux ailleurs ». Il ne s’agit là que d’un aspect secondaire d’une question beaucoup plus large qui concerne la direction des flux et les politiques qui les régulent ainsi que les relations entre les pays.

9Au début de cette nouvelle phase de l’histoire des migrations (lorsque les pays de la rive Nord acquièrent le rôle de pays d’accueil), parmi les flux qui intéressent la Méditerranée, le principal – et celui auquel en Italie on a prêté le plus d’attention – a été justement celui du Sud vers le Nord. Cette vague a touché en premier lieu l’Italie et l’Espagne. Disons en passant que, dès le début, la Grèce a été un pays d’attraction pour des migrants qui se déplaçaient en utilisant des voies et des canaux différents.

  • 9  M. Baldwin-Edwards et J. Arango, Immigrants and the Informal Economy in Southern Europe, Londres, (...)
  • 10  M. Vitiello, « Il modello mediterraneo delle politiche migratorie : le politiche di ingresso e di (...)

10Par ailleurs, la littérature scientifique internationale sur les migrations avait vu dans la Méditerranée un espace migratoire important, entièrement ou presque concerné par des mouvements Sud-Nord. Baldwin Edwards a construit sa lecture de l’immigration méditerranéenne sur ce point et en cela son analyse ne diffère guère de celle produite pour d’autres mouvements migratoires9. Cet auteur fournissait également à cette interprétation une base empirique par le biais des données disponibles à la fin du XXe siècle sur l’importance que l’immigration maghrébine avait dans chaque pays du Sud de l’Europe. Ses observations étaient pertinentes pour l’époque et les données utilisées reflétaient grosso modo la situation telle qu’on pouvait alors la constater. Ce qui lui échappait en revanche était le fait que, comme l’a démontré Mattia Vitiello à partir des mêmes sources seulement cinq ans plus tard, il s’agissait d’une situation destinée à être dépassée au vu de la baisse de la composante maghrébine, baisse qui avait tendance à s’accentuer au fur et à mesure des nouvelles arrivées10. Bref, ce qui échappait à Baldwin Edwards tout comme à d’autres analyses analogues, c’était que la présence de flux intra-méditerranéens, et le fait qu’ils s’intensifiaient, exprimaient une étape d’un processus qu’on ne pouvait pas expliquer sans prendre en compte à la fois la continuité et la discontinuité déterminées par l’amplification et la complexification de l’espace migratoire méditerranéen.

11Plus tard en effet, notamment à partir du début des années 1990, des immigrés en provenance d’une région qui, dans l’Après-guerre, n’avait pas participé aux flux en direction de l’Europe de l’Ouest, font leur apparition sur la scène méditerranéenne. Cette vague de travailleurs immigrés originaires des pays de l’Est – non musulmans (hormis quelques régions au Sud des Balkans) et non méditerranéens – représente alors la composante la plus importante des flux qui se dirigent vers les pays de l’Europe méridionale. C’est ainsi que l’espace migratoire méditerranéen devient plus complexe. Cette hausse récente des départs depuis des pays non méditerranéens – qui s’explique justement par les traits de la demande de travail des pays de la rive Nord – requiert que l’on précise le modèle d’interprétation, en commençant par dire que, si l’on considère les pays de destination, il est peut-être plus opportun de parler de modèle sud-européen des migrations.

12La mer demeure toutefois une zone centrale de transit et les départs depuis les rives de la Méditerranée continuent, bien qu’ils ne soient plus exclusifs. C’est surtout dans le caractère méditerranéen de l’histoire, des institutions et de la culture des pays d’accueil qu’il faut chercher les spécificités du processus d’intégration des immigrés dans ces pays.

Le modèle à l’épreuve du temps

13Dans ce paragraphe, seront précisées un certain nombre de coordonnées générales afin de définir les caractéristiques du modèle méditerranéen des migrations internationales, à partir justement des spécificités qui nous autorisent à parler de véritable modèle.

14Premièrement, on constate certains de ses éléments distinctifs dans tous les contextes examinés ; deuxièmement, ces éléments différencient le phénomène des migrations tel qu’il se présente dans ces pays de ce que l’on peut voir dans d’autres contextes ; troisièmement, ces éléments sont constants, c’est-à-dire que les caractéristiques du modèle ne varient pas dans le temps ou alors elles varient de la même façon dans tous les pays considérés. Parler de modèle méditerranéen en ce qui concerne un phénomène comme celui des migrations signifie donc repérer quelles sont les caractéristiques de ce phénomène dans tous les pays que l’on inclut dans le modèle.

15Les dimensions typiques, qui ont déjà été évoquées en partie et sur lesquelles nous reviendrons, concernent la position sur le marché de l’emploi, la composition sociale et démographique des flux de migrants ainsi qu’un certain nombre de données contextuelles. Si l’on prend par exemple la composition démographique, la spécificité consiste en une présence accrue de la composante féminine. Plus forte que par le passé un peu partout, dans le modèle méditerranéen encore aujourd’hui elle est plus élevée qu’ailleurs. On peut dire la même chose pour l’emploi qui est dans ce modèle surtout de type tertiaire.

16Une dernière dimension, par rapport à laquelle nous pouvons constater cette uniformité entre les pays considérés, concerne cette fois le moment historique : l’immigration méditerranéenne a lieu à une époque de fermeture des frontières et de limitation sur une large échelle de l’immigration légale. Ceci a une incidence significative tant sur la position des immigrés (très souvent en situation d’illégalité) que sur la manière dont les politiques migratoires sont produites et appliquées. La présence d’une part élevée de clandestins, et en général de migrants en situation irrégulière, ainsi que la pratique fréquente de la régularisation (sanatoria), constituent les caractéristiques communes à tous les pays d’immigration qui se trouvent sur la Méditerranée.

17Il n’est pas nécessaire que toutes les variables prises en compte pour définir le modèle soient exclusives, ni qu’elles soient présentes de la même manière dans tous les pays examinés. Ce qui est important est qu’elles soient présentes le plus souvent possible et qu’elles caractérisent le contexte national qui fait partie du modèle de façon plutôt stable.

Les caractéristiques

18Entrons à présent dans les détails des caractéristiques typiques de l’immigration méditerranéenne. Premièrement, on peut souligner encore une fois qu’elle touche en premier lieu des pays dans lesquels, à partir des années 1970, l’immigration a progressivement remplacé l’émigration sans toutefois modifier complètement leur condition simultanée de pays de départ. Ceci est dû à la fois à la présence importante de communautés de ressortissants à l’étranger et au fait que les flux au départ continuent. Si du point de vue quantitatif les départs sont comparables aux entrées, on assiste en tous cas à un turn over de population très important. Prenons le cas de l’émigration italienne en Allemagne. On peut estimer que le nombre total des départs et des retours (du moins ceux recensés de façon officielle) s’élève à environ deux millions à partir de 1973. Ce moment correspond à l’époque de l’Anwerbenstopp (la fin des recrutements de main-d’œuvre étrangère) qui est généralement considéré comme la fin des grandes migrations de masse intra-européennes. Ceci montre comment un pays méditerranéen comme l’Italie continue à jouer le rôle de carrefour des grands déplacements de population faits de départs et d’arrivées.

19Deuxièmement, dans tous les pays méditerranéens, le travail saisonnier agricole constitue un débouché professionnel important pour les immigrés, surtout dans la phase initiale de leur expérience migratoire. Dans les grandes migrations intra-européennes des décennies précédentes, l’agriculture n’avait été intéressée que de façon marginale par le phénomène. L’immigration saisonnière agricole – dont l’issue est souvent le transfert définitif – présente plutôt des analogies avec d’autres vagues migratoires comme celle des Mexicains vers la Californie. Au début, la possibilité d’un emploi saisonnier qui permet des retours fréquents au pays d’origine a été facilitée par un faible contrôle des frontières et en général par des politiques d’admission sur le territoire globalement permissives. Ce phénomène est particulièrement significatif dans des régions comme l’Italie du Sud, où une part importante des hommes immigrés occupe des emplois agricoles, notamment dans la phase de la récolte. Il en est de même pour le bâtiment, qui constitue souvent un secteur d’emploi privilégié pour tous ceux qui n’ayant pas de qualification se trouvent relégués au bas de l’échelle sociale, et où les immigrés trouvent de plus en plus une occupation définitive. Dans ces secteurs, agriculture et bâtiment, c’est le travail dit “informel” (même s’il serait plus judicieux de le qualifier comme partout ailleurs de “travail au noir”) qui domine. Il faut souligner un élément remarquable par rapport aux migrations intra-européennes de l’Après-guerre : le poids beaucoup plus modeste de la demande de travail dans l’industrie. Par le passé, cette demande avait été fondamentale à tel point que l’on peut même affirmer que les migrations internationales de l’époque avaient été engendrées par le développement industriel. Ce développement créait des emplois stables souvent au sein de grandes entreprises, ce qui se produit très rarement en ce qui concerne l’immigration méditerranéenne.

  • 11  E. Reyneri, Sociologia del mercato del lavoro, Bologne, Il Mulino, 2005.

20Troisièmement, dans tous les pays méditerranéens de l’Europe, cette irrégularité de l’emploi, du moins dans la phase initiale, est liée à une condition d’irrégularité souvent contrainte du point de vue du statut juridique. La question du poids important d’immigrés irréguliers dans l’immigration méditerranéenne doit être vue par rapport à l’absence de normes pouvant réguler, au moins au début, l’immigration et ensuite au fait que plus récemment des lois-cadres particulièrement restrictives et limitant les nouvelles entrées ont été mises en place. Il s’agit là d’une équivalence singulière entre les politiques migratoires des pays méditerranéens qui ont tous été concernés par le passage d’une politique (pour être plus précis d’une non-politique) caractérisée par l’ouverture des frontières vers une politique d’adéquation aux orientations dictées par l’Union Européenne. Ceci explique la situation fréquente d’illégalité typique du modèle méditerranéen dans laquelle se trouvent les immigrés, surtout mais non exclusivement, au début de leur parcours migratoire11.

21Quatrièmement, toujours du point de vue de l’emploi, le facteur qui différencie l’immigration méditerranéenne est la concentration des immigrés dans le tertiaire. Comme nous l’avons déjà vu, bien que l’on puisse aujourd’hui constater ce phénomène dans tous les pays, y compris dans les anciens pays d’immigration, dans les régions méditerranéennes il présente une particularité : le taux d’emploi est élevé dans les “services à la personne”, notamment dans les activités d’aide domestique, mais aussi et surtout de prise en charge et de soins à domicile des personnes âgées. Ceci veut dire que les travailleurs immigrés dans les pays méditerranéens ont fini par pallier les carences de l’offre publique de services. Ces travailleurs occupent en effet des emplois destinés à satisfaire des besoins auxquels répondent ailleurs les politiques sociales de l’État, notamment la prise en charge des enfants et de plus en plus toutes les formes d’assistance et d’aide aux personnes âgées. Pour finir, toujours en ce qui concerne le marché de l’emploi, il faut rappeler que l’on constate une forte présence d’immigrés à la fois dans les régions avec un faible taux de chômage et une demande de travail constante, et dans les régions du Sud où le taux de chômage élevé parmi les autochtones est parallèle à une productivité traditionnellement faible de l’économie locale. Il devient alors difficile de comprendre le rôle des immigrés sur le marché de l’emploi si l’on ne dépasse pas tout d’abord la dichotomie traditionnelle entre immigration déterminée par la demande et immigration déterminée par l’offre. En d’autres termes, il faut prendre en compte les processus de segmentation du marché de l’emploi et les différences à l’intérieur même des pays de l’Europe méditerranéenne. La segmentation du marché de l’emploi permet de comprendre un paradoxe apparent : la coexistence de l’immigration et du chômage qui est particulièrement évidente dans les régions agricoles où la main-d’œuvre immigrée a un rôle de plus en plus important.

22Rappelons aussi une spécificité de la composante de genre : la présence accrue, parfois majoritaire, de femmes au sein des principales communautés d’immigrés, notamment dans le secteur de l’emploi domestique et de toutes les activités qui y sont liées. Autrefois, il s’agissait avant tout d’aides aux familles. Aujourd’hui, elle concerne de plus en plus, à tel point qu’on peut parler d’un véritable phénomène de masse, le soin aux personnes âgées. On voit là, à partir de la deuxième moitié des années 1990, l’une des principales évolutions de l’immigration en Italie qui est le reflet de modifications sociales et démographiques remarquables. Dans la Péninsule, mais cela concerne aussi d’autres pays, pendant les premières années il s’agissait d’emplois domestiques stricto sensu. Dans les années 1970-1980, la coutume répandue dans le milieu de la bourgeoisie moyenne d’avoir une femme de ménage ou un domestique, à plein temps ou vivant au sein de la famille, était autant le signe de rapports sociaux traditionnels que l’effet de la carence de services publics. Avec le temps, les choses ont changé : l’immigration féminine, notamment celle en provenance des pays de l’Est est destinée à la prise en charge des personnes âgées. La présence et le développement de ce type d’immigration doivent donc être lus à l’intérieur d’un contexte général de transformation et de crise de la famille méditerranéenne. Toutefois la crise de la famille traditionnelle – qui engendre l’indisponibilité et l’impossibilité de gérer les personnes âgées au sein du foyer – ne signifie absolument pas le dépassement du familialisme. La contradiction est que les personnes âgées qui ont besoin d’aide sont toujours prises en charge par la famille, ou du moins on s’attend à ce qu’elles le soient. Malheureusement, la famille n’est plus capable de s’en charger directement. C’est pourquoi elle a recours au marché si possible avec l’aide financière, totale ou partielle, de l’État : c’est un exemple évident de ce qu’on a défini le Welfare mixte méditerranéen.

23Un dernier aspect, lié par ailleurs à ceux que l’on vient d’examiner, caractérise l’immigration dans les pays méditerranéens : il s’agit de la difficulté d’accès pour les immigrés aux politiques sociales. Ceci est certainement dû à des instruments législatifs inadaptés et dont l’application demeure difficile, mais aussi à la complexité de l’immigration actuelle qui est très instable. Les déficits d’implémentation – très évidents dans le cas de l’Italie – constituent le frein principal à la mise en place de politiques sociales destinées aux immigrés dans le cadre plus général des politiques migratoires. Ces carences d’actuation concernent également les politiques de contrôle des frontières et ont pour résultat les entrées massives de clandestins qui engendrent ensuite des régularisations de masse très fréquentes.

24La question des politiques migratoires n’est pas anodine dans la définition du modèle. Les politiques des pays de l’Europe méridionale ont en commun des éléments qui les différencient des pays d’accueil traditionnels. Comme on le sait, au niveau européen, les grands pays d’immigration (France, Allemagne et Royaume-Uni) ont eu dans le passé des politiques migratoires caractérisées par une plus ou moins grande ouverture des frontières et par des critères différents de stabilisation des immigrés. On va du modèle allemand de rotation basé sur le principe du Gastarbeiter (travailleur invité) à l’intégration et à l’accueil, dans le respect des principes “républicains”, pratiqués par la France jusqu’au modèle multiculturel anglais basé sur différents niveaux d’acquisition de la nationalité. Les politiques migratoires de l’Europe méditerranéenne sont le produit de la prétention à la capacité de dépasser les limites des expériences historiques précédentes. La pratique de l’ouverture (assimilazionismo) était critiquable et critiquée parce qu’elle ne prenait pas en compte l’exigence d’autonomie culturelle et parce qu’elle était considérée comme peu respectueuse des différences qui étaient en revanche fortement mises en valeur par la rhétorique des politiques migratoires de certains pays comme l’Italie. Le modèle “multiculturel” anglais était critiqué à cause des risques de ségrégation ethnique et de communautarisme. Le modèle allemand basé sur le Gastarbeiter n’était pas apprécié par nombre d’analyses sur les migrations internationales et devait être, lui aussi, dépassé. Entre-temps – comme l’avaient mis en évidence, peut-être de façon exagérée, bon nombre d’auteurs – dans tous les anciens pays d’immigration, les droits sociaux et politiques avaient été progressivement octroyés aux immigrés. Cet élargissement des droits devenait encore plus évident et concret dans le cas des immigrés en provenance de l’Europe méridionale, c’est-à-dire de pays qui faisaient partie de la Communauté européenne. Or, le propre du modèle méditerranéen est que, pendant la première phase, cette composante n’est pas du tout présente parmi les immigrés ; ce ne sont pas les Grecs ou les Italiens qui se déplacent vers l’Espagne. Dans les pays de l’Europe méridionale arrivent les travailleurs en provenance du Tiers Monde pour lesquels on utilise, et ce n’est pas un hasard, le terme “extracommunautaire”.

25Un dernier aspect qui caractérise l’immigration vers ces pays est directement lié à cela : le fait qu’elle survienne à une époque de fermeture des frontières vis-à-vis de ceux qui sont définis comme étant non Européens et donc “extracommunautaires”. Force est de constater toutefois que, même si son intensité varie selon le pays, l’immigration ne s’arrête pas. Les entrées ne suivent pas nécessairement la voie légale et très souvent les immigrés sont donc contraints à une condition plus ou moins stable d’illégalité. Il s’en suit une série de régularisations qui améliorent et “assainissent” temporairement la situation, d’où le terme italien de sanatorie. En ce qui concerne le niveau politique et institutionnel, les traits du modèle méditerranéen se résument alors à des politiques de fermeture, du moins en théorie, accompagnées par une perméabilité des frontières et par des politiques sociales plutôt avancées mais qui restent largement inappliquées. À cela s’ajoute un élément nouveau qui risque de compliquer le modèle, c’est-à-dire l’arrivée de nouveaux immigrés, cette fois en situation légale parce que non-extracommunautaires (les Roumains par exemple), qui semblent toutefois difficilement pouvoir bénéficier en pratique de leurs droits.

26Pour conclure au sujet des caractéristiques du modèle méditerranéen, il faut souligner que les facteurs d’attraction sont déterminés par une demande de travail qui est le reflet des caractéristiques tant de l’économie que de la société locale. L’emploi des immigrés dans l’agriculture et dans le bâtiment est un exemple du premier aspect tandis que l’occupation dans le secteur des services à la personne (notamment l’aide aux personnes âgées) est un exemple du deuxième aspect.

27En ce qui concerne les variables d’origine, on retrouve les mêmes facteurs qui déterminent les processus migratoires partout dans le monde. Il y a néanmoins un fait important qui concerne les trajectoires et la direction des flux : l’immigration vers les pays méditerranéens a son point de départ dans d’autres pays de la Méditerranée. Encore aujourd’hui le lien entre la rive Nord et la rive Sud, qui était à l’origine de ces vagues, est très fort. L’importance de la proximité géographique s’accroît lorsque des variables politiques et sociales s’ajoutent aux déterminants économiques, en particulier les conflits armés ou les persécutions dans les pays de départ, comme cela a été le cas par exemple pour l’ex-Yougoslavie.

28Cependant, à partir des années 1990, les mouvements migratoires du Sud vers le Nord ont été remplacés par des vagues en direction Est-Ouest, et les populations des pays méditerranéens de l’Est, comme l’Albanie ou d’autres républiques de l’ex-Yougoslavie, ont eu un rôle de plus en plus important. Ce phénomène a touché l’Italie et surtout la Grèce. Ces dernières années, la région d’origine de ces flux en provenance de l’Europe de l’Est s’est élargie encore plus et comprend outre les Balkans les pays de l’ex Union Soviétique, en particulier l’Ukraine. L’origine de ces populations nous conduit à corriger, du moins en partie, les caractéristiques de notre modèle d’interprétation, même s’il faut noter que la composition des flux, le type d’emplois occupés, les effets des politiques publiques sur ces nouvelles communautés sont les mêmes que celles définies à l’intérieur du modèle.

Conclusion : stabilité de l’immigration ou instabilité du modèle d’interprétation ?

29Dès le début du phénomène, les analystes avaient remarqué l’une des caractéristiques typiques de l’immigration méditerranéenne : la forte précarité des emplois d’une part et, d’autre part, le fait qu’il s’agissait d’emplois occupés presque exclusivement par des hommes dans le cas de certaines communautés et à l’inverse d’activités presque exclusivement féminines dans le cas d’autres communautés. On vérifiait en somme une ségrégation de sexe qui était à son tour le reflet d’une ségrégation ethnique. On voyait dans cet aspect l’une des particularités du modèle : l’importance de la composante féminine était liée à la nationalité d’origine et aux débouchés professionnels et parfois même à la religion. En effet, les femmes employées de maison étaient surtout originaires de pays à dominante catholique ou bien elles appartenaient à des minorités catholiques au sein de pays où dominaient d’autres religions. Les hommes, indépendamment de l’emploi occupé, provenaient pour la plupart de pays musulmans de la rive Sud de la Méditerranée. Du point de vue démographique, il s’agissait d’une immigration de personnes seules et jeunes pour lesquelles les regroupements familiaux ne semblaient pas praticables ou du moins peu probables. Longtemps, la présence d’enfants a été en effet rare. En Italie, pendant au moins deux décennies – lorsque le Ministère de l’Intérieur et la police fournissaient les seules informations disponibles sur la dimension et la composition des flux d’immigrés – les mineurs n’ont pas été comptabilisés. Et en effet il était impossible de le faire puisqu’ils n’étaient pas les titulaires d’un permis de séjour (source des données) mais étaient enregistrés sur le permis des parents.

30Les caractéristiques du modèle méditerranéen de l’immigration étaient donc les suivantes : une ségrégation vis-à-vis de l’emploi sur la base du sexe et de la nationalité ; un pourcentage important de femmes immigrées avec une expérience migratoire autonome ; une position sur le marché du travail postindustrielle et postfordiste avec une part importante d’immigrés occupant des emplois informels et fortement précaires. Les nouvelles tendances de l’économie mondiale (tertiarisation, précarisation, instabilité) sont venues se greffer sur les caractères traditionnels des pays concernés c’est-à-dire les faiblesses de l’État-providence et du marché du travail et le non respect des droits des travailleurs dans certains secteurs comme l’agriculture. Dans ce contexte, le fait que la population immigrée était composée au départ surtout par des personnes seules et par des jeunes adultes apparaissait comme une donnée structurelle destinée à rester inchangée.

31Avec le temps, ces caractéristiques démographiques initiales ont en revanche changé notamment à partir de l’arrivée des Albanais, première communauté présente en masse avec une composition mixte du point de vue du sexe et de l’âge. Avec les Albanais, des hommes et des femmes, sont arrivés aussi les premiers enfants. Ensuite, lorsque le noyau d’origine de l’immigration s’est complètement déplacé vers l’Est, a débuté l’immigration des Roumains qui présentaient des caractéristiques similaires. Aujourd’hui, les mineurs représentent plus d’un quart de la population immigrée en Italie et la tendance dans les autres pays de la Méditerranée est la même. En d’autres termes, on assiste à un processus de stabilisation et donc de sortie de la précarité d’une partie de cette population. Ceci est dû en partie aux politiques d’intégration qui, non sans beaucoup de difficultés, ont été enfin appliquées dans les pays méditerranéens, parmi lesquels l’Italie et l’Espagne constituent des exemples avancés même si la normalisation, pour ainsi dire, des flux constitue une tendance générale. Une production législative intense a malgré tout introduit des normes qui favorisent la stabilisation. De ce point de vue, l’une des caractéristiques du modèle – en l’occurrence le recours aux régularisations – a fini par avoir des effets inattendus par rapport au modèle même, et a déterminé la stabilisation des populations immigrées. Celle-ci ne comporte pas nécessairement des parcours d’intégration réussie, mais certainement un moindre degré de précarité et d’instabilité. Les politiques concernant les regroupements familiaux mises en place par les pays d’accueil, malgré l’existence de nombreuses limitations, ont notamment œuvré dans cette direction. Les familles entières d’immigrés ne sont plus aujourd’hui une exception comme c’était le cas par le passé.

32On peut donc observer que certaines spécificités initiales du modèle méditerranéen ne sont plus pertinentes aujourd’hui ou bien qu’elles demeurent valables seulement dans certaines régions. D’autres particularités en revanche persistent. L’examen de la composition de la population immigrée sur la base du genre est par exemple particulièrement complexe. Ses caractéristiques restent globalement les mêmes avec une augmentation supplémentaire de la part de femmes. La raison de cette augmentation est toutefois double et dépend de deux phénomènes opposés du point de vue de la stabilisation et du modèle. D’un côté, pour certaines communautés, l’augmentation du pourcentage de femmes est l’effet des regroupements familiaux et suit donc une tendance à la normalisation. De l’autre côté, un flux important composé surtout de femmes – immigrées seules à la recherche d’un emploi – provient d’un pays de l’Est, l’Ukraine.

33Que ce soit en provenance des pays de l’Est ou bien de pays catholiques de l’Asie (Philippines) ou de l’Amérique latine, comme au début, cette partie de la population immigrée est typiquement méditerranéenne si l’on considère la situation qu’elle trouve à son arrivée. Elle répond en effet à une demande de travail propre à ces régions et qui en reflète la réalité sociale et même la culture, notamment le rôle de la famille et la crise qu’elle traverse.

Haut de page

Notes

1  F. Calvanese, Migrazioni, in Le identità mediterranee, Naples, Liguori, 2004 ; E. Pugliese, L’Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne, Bologne, Il Mulino, 2006 (première édition 2002).

2  G. Ponzini et E. Pugliese, Un sistema di Welfare mediterraneo. Rapporto Irpps-Cnr sullo stato sociale in Italia 2007-2008, Roma, Donzelli, 2008.

3  M. Ferrera, Il Welfare state in Italia. Sviluppo e crisi in prospettiva comparata, Bologne, Il Mulino, 1984.

4  M. Paci, Pubblico e privato nei moderni sistemi di welfare, Naples, Liguori, 1989.

5  M. Ferrera, op. cit., 1984.

6  G. Ponzini et E. Pugliese, op. cit., 2008.

7  F. Bettio, A. Simonazzi et P. Villa, “Welfare mediterraneo per la cura degli anziani e immigrazione”, in A. Simonazzi (dir. par), Questioni di genere, questioni di politica, Rome, Carocci, 2006, pp. 183-213 et des mêmes auteures : « Change in care regimes and female migration : the “care drain” in the Mediterranean », in « Journal of European Social Policy », vol. 16, n. 3, 2006, pp. 271-286.

8  F. Braudel, Il Mediterraneo, Milan, Bompiani, 1992.

9  M. Baldwin-Edwards et J. Arango, Immigrants and the Informal Economy in Southern Europe, Londres, Frank Cass Publishers, 1999.

10  M. Vitiello, « Il modello mediterraneo delle politiche migratorie : le politiche di ingresso e di stabilizzazione », in E. Pugliese et G. Ponzini, op. cit., 2008.

11  E. Reyneri, Sociologia del mercato del lavoro, Bologne, Il Mulino, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Enrico Pugliese, « Le modèle méditerranéen de l’immigration. Contexte, espace, périodisation, caractéristiques, stabilité », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/3208

Haut de page

Auteur

Enrico Pugliese

Sapienza-Università di Roma e Irpps-Cnr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org