Navigation – Plan du site
Les cadres d'interprétation

Naples-piazza Garibaldi. Les images, les couleurs et les histoires de la mixité

Annamaria Zaccaria
p. 67-92

Résumé

Cette contribution présente une partie des résultats d’une exploration ethnographique de la Piazza Garibaldi à Naples, un espace qui a été redéfini à la suite des migrations contemporaines et qui montre les traces les plus évidentes de mixité. Le but principal est d’observer de l’intérieur la présence étrangère à Naples, en saisissant les dynamiques de l’accès à la ville et d’appropriation des espaces, les activités qui y prennent forme, mais surtout les personnes avec leurs histoires, leurs projets, leur perception de la ville. Des entretiens en profondeur ont été menés, de type biographique, avec des femmes immigrées de l’Europe de l’Est. L’application de l’analyse des réseaux pour la lecture de ces biographies a permis de mettre en évidence le rôle joué par les réseaux personnels dans l’orientation de la trajectoire des migrants.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

immigration, mixité, réseau, ville

Géographique :

Naples

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Piazza Garibaldi et sa gare, dans le cœur de Naples, sont généralement perçues comme des lieux de transition, caractérisés par un désordre chaotique : la circulation, les travaux sans fin, beaucoup de monde qui va et vient. Piazza Garibaldi est le lieu symbolique pour les commerces, la contamination et les transformations. Un espace qui plus que tout autre en ville a été redéfini à la suite des migrations contemporaines. Les différents groupes qui, dans les dernières décennies, s’y sont installés ont produit d’importants changements dans le paysage urbain et dans l’utilisation des espaces ; ils ont changé le sens de la proximité et de la distance dans l’utilisation de la ville ; ils ont redéfini des frontières et créé de nouveaux centres. Piazza Garibaldi est la synthèse efficace de ces changements. Niches d’économie ethnique, entreprises fixes et itinérantes, autobus qui chargent et déchargent paquets et personnes des pays de l’Europe de l’Est ; intermédiaires qui font le commerce sur le marché du travail : tout cela fait partie du paysage urbain. Permanence et mobilité sont intimement liées ; les liens et la ségrégation, les limites et l’agrégation accompagnent la redéfinition des espaces et leur utilisation.

2Les immigrants sont porteurs de pratiques sociales nouvelles et de symboles dans les lieux de la ville ; ils les empruntent, les renomment, les insèrent dans la mémoire collective. Les frontières symboliques entre les migrants et les autochtones, entre les différents groupes de migrants et entre les femmes et les hommes, indépendamment de leur nationalité, sont sans cesse régénérées. Dans le même temps, les complexes et diverses dynamiques d’adaptation qui émergent des histoires et des récits des individus, semblent concilier les différences socioculturelles en produisant le visage contemporain de Naples.

  • 1  La première exploration a été menée entre le printemps et l’été 2006 à l’occasion d’un projet de l (...)

3Cette contribution présente une partie des résultats de l’exploration ethnographique du quartier de Naples qui montre les traces les plus évidentes de mixité. La zone comprend la gare de la Piazza Garibaldi, mais aussi les rues qui en partent pour aller jusqu’au quartier chinois de La Maddalena (Centre-ville), la zone autour de la mosquée musulmane (banlieue Est-Corso Lucci), la zone située derrière la Gare (via Gianturco-autoroute des villes du Vésuve) envahie par le Chinamarket, et la zone où le marché historique de Naples (le Vasto) essaye de résister à l’expansion du marché extracommunautaire. L’exploration a été menée entre 2006 et 2009, par des observations sur le terrain réitérées en différents jours de la semaine et à différents moments, même la nuit1. Le but principal était de pénétrer dans les différentes déclinaisons de la présence étrangère à Naples, en saisissant les dynamiques de l’accès à la ville et d’appropriation des espaces, et de détecter les changements dans le paysage urbain dans leur vie quotidienne. La source principale des données présentées ici est composée de conversations libres avec des immigrants de différentes nationalités et employés dans des activités diverses (vendeurs, commerçants de rue, chefs d’entreprise ainsi que des personnes en attente aux arrêts de bus etc.), mais aussi avec des Napolitains qui exercent leurs activités (commerce principalement) dans ces quartiers. En outre, des entretiens en profondeur, de type biographique, ont été menés avec des femmes immigrantes de l’Europe de l’Est qui ont exprimé leur volonté de nous rencontrer à plusieurs reprises. L’application de l’analyse des réseaux (network analysis) pour la lecture de ces biographies a permis de mettre en évidence le rôle joué par les réseaux personnels dans l’orientation du parcours de migration.

4Les protagonistes des pages qui suivent sont donc les espaces, les activités qui y prennent forme, mais surtout les personnes avec leurs histoires, leurs projets, leur perception de la ville.

Un lieu, plusieurs lieux

  • 2  Une classification des espaces publics reconstruite sur la base de leurs fonctions se trouve dans (...)

5À Naples, Piazza Garibaldi et sa gare ne forment presque qu’une seule et même chose. Comme espaces publics, par définition, elles ont des caractéristiques uniques de transparence et d’accessibilité. Les limites de la place et de la gare non seulement se mélangent, mais elles s’étendent sans mesure aux grandes surfaces adjacentes, à travers des quartiers et des tissus sociaux différents. Aussi les fonctions se multiplient : la gare n’est pas seulement un espace de transition, ni Piazza Garibaldi seulement un espace d’agrégation. Les utilisations multiples compliquent et tissent des fonctions disparates2. Le passage se mêle à la circulation des biens et des personnes sur les trottoirs et les rues ; le stationnement, l’attente et la suspension sont mélangés dans les cafés, dans les restaurants chinois et dans l’odeur de kebab, ainsi que dans les salles d’attente de la gare, les arrêts des autobus et des colis et des travailleuses de l’Europe de l’Est qu’ils transportent chaque semaine. Les mêmes endroits qui pendant le jour sont occupés par les marchés ethniques et les supermarchés multiethniques, les bureaux de poste et les banques, les courriers et les agences de voyage, deviennent la nuit des zones d’exclusion sociale où s’installe tout ce qu’on ne veut pas voir : déchets, cartons et bouteilles vides, alcooliques étourdis, parias sans abri, immigrants sans patrie. Un lieu de stockage hybride, où à côté des voitures sont garés les clochards et les marchandises déchargées des conteneurs chinois.

6Les utilisations de l’espace, donc, ont bien contaminé leurs fonctions originales, jusqu’à rendre légitimes des pratiques classées comme “impropres” et occasionnelles. L’exception devient la règle, l’occasion est la coutume, l’événement est le quotidien. Un quotidien dans lequel les trafics de contrebande contrôlés par la Camorra napolitaine conservent leur place. Et tout a sa place dans les plans mentaux de la ville de ceux qui la vivent.

7Piazza Garibaldi, objet à travers son histoire de transformations permanentes dans la morphologie sociale et humaine, est l’expression d’une modernité sans interruption. Zone de transit et de commerce, mais aussi de logement final, dortoir et hôtel de la déviance et de la marginalité, mais aussi lieu d’opportunité dans lequel on peut imaginer des parcours vertueux. La place est aussi

  • 3  F. Amato, La tela dietro i colori, in Voci e volti dei nuovi napoletani, op. cit., p. 89.

un centre d’internationalisation pauvre. Des fils invisibles déterminent des réseaux et des relations avec les pays d’origine à travers l’information, les communications, les messages, les envois d’argent, mais aussi par le commerce des hifi et des appareils fabriqués à Naples, voire des contrefaçons de vêtements et accessoires.3

  • 4  Voir « la Repubblica », édition de Naples, 27 janvier 2010.

8À Naples ce n’est que dans les trente dernières années que les immigrants sont devenus des acteurs-clé de processus complexes de territorialisation qui réécrivent les espaces. Les données sur les immigrants donnent seulement une mesure vague, et partielle, de ce potentiel de transformation. Juste pour en citer quelques-unes : en janvier 2010, il y a eu 24 362 demandes de régularisation déposées à la préfecture de Naples. Parmi les demandeurs, seulement 968 ont obtenu le permis de séjour, 1 171 ont été convoqués pour un entretien et 2 248 ont eu un avis favorable de la police pour la poursuite du processus4. Bien évidemment ces données ne prennent pas en compte l’immigration clandestine ou illégale. Les zones d’origine des immigrants sont maintenant des plus disparates, et les nouvelles immigrations se sont de temps en temps substituées aux précédentes ; certaines communautés se sont réduites, d’autres étendues, d’autres se sont renforcées mutuellement grâce aux mariages mixtes ou grâce aux alliances commerciales. Les communautés du Sri Lanka et de l’Ukraine représentent la majorité, avec respectivement plus de 4 000 demandes pour la première, et plus de 3 000 pour la seconde (données de 2005, Bureau d’enregistrement). Les chiffres de la deuxième génération avancent progressivement : en 2005 il y a eu environ 2 000 enfants enregistrés aux bureaux de la Mairie contre 20 en 1986.

  • 5  Cette répartition est conforme à celle établie en 2007 par Caritas Immigration relativement à la r (...)

9En simplifiant, les immigrés qui remplissent quotidiennement Piazza Garibaldi proviennent de trois grandes zones : l’Europe de l’Est (Pologne, Ukraine, Moldavie, Russie, Bulgarie, Roumanie, Albanie), où la présence des femmes est clairement dominante ; l’Afrique (Maghreb, Sénégal, Somalie), l’Orient (Chine, Sri Lanka, Inde)5. En termes de logement, il y a des concentrations de communautés particulières : les Albanais, les Marocains, les Ukrainiens sont répartis sur le territoire comme d’autres nationalités avec une présence mineure. La tendance est à la préférence pour le centre ville (Quartieri Spagnoli, Forcella, Sanità), où les loyers sont bon marché. Dans les rues qui convergent radialement sur la Piazza Garibaldi, il est maintenant évident que la reconfiguration du contexte urbain a suivi l’arrivée progressive des immigrés. À côté des nombreux centres d’appels téléphoniques, ces dernières années ont vu l’émergence de nouveaux “hôtels” destinés aux flux des migrants qui occupent des étages entiers de vieux bâtiments ou des appartements rénovés pour cet usage. De l’autre côté, de vieux hôtels ont été réorganisés pour répondre à la rotation constante des commerçants, des marchands ambulants, des hommes d’affaires qui font de cette région le cœur de l’entreprise intermédiaire. Dans ce contexte de partenariats multiples et fluides, les Chinois représentent une exception. Suite à un parcours migratoire bien planifié, ils sont concentrés dans les villes autour du Vésuve (San Giuseppe, Ottaviano, Terzigno, Poggiomarino) ; quand ils ont décidé de pénétrer dans la ville, ils ont colonisé la zone du vieux marché Maddalena, derrière la statue de Garibaldi. Ils y ont installé, comme nous le verrons plus tard, non seulement leurs logements mais aussi leurs activités, leurs dépôts, leurs cercles sociaux.

10En ce qui concerne l’emploi, il est difficile de trouver des niches occupationnelles exclusives, à l’exception des activités d’aide familiale pour enfants et pour personnes âgées, presqu’entièrement monopolisées par les femmes de l’Europe de l’Est. Toutefois, pour les Ukrainiennes, les Russes, et plus récemment les Bulgares, les Roumaines et les Moldaves, Piazza Garibaldi n’est pas un lieu de travail. Pour elles, la place est la première plage sur laquelle elles débarquent après avoir fait de longs voyages, le lieu à partir duquel débutent leurs itinéraires de migration à l’intérieur ou en dehors de la ville ; le lieu où elles contactent les médiateurs et où elles reviennent régulièrement pour envoyer et/ou recevoir des colis des pays d’origine. Et la Piazza est leur point de référence lorsque, chaque dimanche, elles se réunissent en petits groupes pour partager leur temps libre et se raconter leurs histoires.

11Pour le reste, c’est le commerce de rue qui domine clairement le paysage, qui n’a désormais ni race, ni sexe, ni âge. Si les premiers vendeurs non autorisés, dits vu cumprà (“voulez-vous acheter ?”), étaient des hommes noirs, maintenant les trottoirs qui entourent la Piazza Garibaldi sont le théâtre d’un mouvement constant de commerçants maghrébins, sénégalais, chinois, indiens, albanais, tunisiens, et les femmes y apparaissent en conquérant leurs espaces avec de moins en moins d’efforts. Pour beaucoup de monde, d’ailleurs, le commerce de rue est un outil essentiel pour l’accès initial au marché du travail temporaire, mais il peut aussi être un choix de vie permanent, surtout quand la perspective est le retour, temporaire ou saisonnier, au pays d’origine. Si l’on suit les odeurs fortes d’épices, on peut trouver, nichés dans les cours des bâtiments les plus anciens ou sur les trottoirs en face, les vendeurs de kebab, les restaurants arabes, pakistanais, chinois.

  • 6  Gâteau typique napolitain, composé de pâte feuilletée et de fromage.

12Dessiner une carte des lieux qui sont configurés dans l’espace de Piazza Garibaldi est donc une entreprise complexe. Si les coordonnées géographiques sont bien définies, les éléments sociaux et symboliques ne le sont pas du tout. La sensation est que, plus on s’éloigne de l’espace autour de la gare, plus on va vers des lieux où la stabilité l’emporte sur les flux, alors que la mixité ethnique et commerciale devient plus nuancée. Mais il s’agit d’une sensation qui peut ne pas correspondre à la réalité. La traite des personnes et des biens, licite et illicite, traverse en permanence tous les lieux de la Piazza, tout comme les odeurs d’épices indiennes se mélangent aux odeurs des sfogliatelle6. Les gens et les relations ont un point de convergence dans la mosquée dirigée par l’imam, surgie il y a quelques années sur la route qui va de la gare au port, ou sur le marché ukrainien qui a lieu chaque dimanche matin, derrière la Gare, ou dans un Chinamarket qui l’année prochaine fêtera son dixième anniversaire, là où la ville s’étend vers la zone abandonnée de l’ancienne banlieue industrielle. Pourtant, derrière ce chaos, la répartition des tâches est précise en ce qui concerne l’attribution des espaces pour le commerce de vie, la gestion du marché du logement ainsi que la circulation des marchandises et la médiation des prix. L’imbrication d’activités et de populations est trop complexe pour penser qu’elle n’ait pas de régulation, parce qu’il y a trop de langues et de cultures différentes pour permettre un gouvernement auto-organisé et pacifique des espaces. Bien sûr, Piazza Garibaldi présente un scénario qui stimule de nombreuses questions. Certaines réponses peuvent être trouvées dans les histoires des personnes qui y vivent.

Chinois

  • 7  Voir Caritas Migrantes, Dossier Immigrazione 2007, p. 405.
  • 8  Le lien chinois avec le port de Naples a été considérablement renforcé ces dernières années, grâce (...)
  • 9  G. Orientale Caputo (dir.), Gli immigrati in Campania, Milan, FrancoAngeli, 2007.

13En 2007 les Chinois représentaient 6,4 % des étrangers résidant à Naples7. La fabrication de tissus, très répandue mais encore largement clandestine, et la présence du port de Naples, qui, avec celui de Salerne, est désormais la destination privilégiée pour l’arrivée en Italie des marchandises chinoises, sont les principaux facteurs de la croissance continue de la présence chinoise dans la ville8. D’abord actifs dans la restauration, les Chinois ont de plus en plus envahi le domaine de la fabrication textile, travaillant à la fois à leur compte et au nom d’entrepreneurs italiens, et se concentrant dans la région du Vésuve9. Ils représentent la population d’immigrés qui, en Campanie, est plus rapidement passée du commerce de rue aux magasins. Il n’est pas exclu qu’il y ait un circuit intérieur à la communauté elle-même pour transférer des biens fabriqués par les usines chinoises à leurs magasins dans la ville. L’effervescence de la capacité chinoise de production d’entreprise est basée sur des horaires de travail aux limites de l’endurance humaine. Il est bien connu que pour les salariés chinois utilisés dans le textile, la maison coïncide avec l’usine, passant par l’engagement de tous les membres de la famille et créant une production permanente entre le jour et la nuit. Même répertoire dans le domaine commercial : boutiques et maisons sont situées dans le même espace ou dans des espaces adjacents.

14L’organisation des habitations et du commerce chinois dans le quartier Maddalena est particulièrement emblématique de cette combinaison efficace, où l’économie des espaces est unie à l’économie du temps, en termes de déplacements de la maison au magasin, avec des résultats à la fois économiques et sociaux importants. En effet, la dimension du quartier, de plus en plus floue à cause de la modernisation qui a touché Naples, récupère du sens au sein de la communauté chinoise, en configurant des réseaux denses de soutien économique et affectif. Aujourd’hui, dans la rue Maddalena (qui relie la gare au centre ville) il y a 13 magasins chinois d’un coté de la rue et 15 de l’autre coté : tous en l’espace de quelques mètres. Les lanternes rouges et les enseignes montées à l’envers marquent le territoire : une lanterne pour chaque magasin, avec différents produits (vêtements, bijoux, souvenirs, ventilateurs, alimentaires) et des clients de toute nationalité, y compris les Napolitains. Dans la plupart des cas, les magasins, appartenant à des Napolitains, ont conservé leur structure d’origine, avec les arrière-boutiques qui fonctionnent à la fois comme lieux de stockage de marchandises et comme logements. Certains magasins sont également partagés entre Chinois et Napolitains, bizarre cohabitation dans une économie pauvre et informelle, ce qui n’exclut pas les conflits et ne vainc pas les stéréotypes. Un boucher du quartier a déclaré :

Il vaut mieux ne pas traiter avec les Chinois. Ils sont ici depuis quelques années et ont envahi tout le quartier ! Ils veulent juste vendre, mais ils n’achètent rien des Italiens. Ils sont bizarres ! Ils travaillent toute la journée sans interruption, puis à vingt heures on ne peut plus les voir : ils vont tous se réfugier chez eux.

15La présence généralisée sur le territoire ne semble pas devenir une ressourcepour l’intégration. Le point de vue de Wang, jeune Chinois qui supervise l’entrée d’une des boutiques de la rue Maddalena, est symétrique à celui du boucher. En Chine, Wang a étudié la chimie à l’Université ; il y a trois ans, il est venu en Italie pour gagner de l’argent et continuer ses études. Son frère est émigré à Naples avec sa compagne quelques années avant lui et ils vivent désormais ensemble dans le même appartement loué pour 700 euros par mois. Wang travaille dans l’entreprise familiale et passe son temps libre à la maison : les difficultés relationnelles avec ses pairs napolitains sont nombreuses et la perception du risque est très répandue dans une ville où, comme Wang a déclaré « il est difficile de garder des choses dans sa poche sans être volé ». Les dynamiques qui prennent vie dans les rues de la Maddalena marquent des différences culturelles qui semblent insurmontables et qui se traduisent en des perceptions ambivalentes. Emblématiques les mots d’un commerçant de Naples, juste à côté d’une boutique chinoise qui sert également de centre d’appel et de bureau de transfert d’argent :

Les Chinois sont comme un clan : ils ne nous disent que ce qu’ils veulent et rien de leur vie privée. Par rapport à d’autres populations, cependant, ils sont les meilleurs parce qu’ils ne commettent pas de crimes et ils travaillent beaucoup. Beaucoup d’Italiens devraient apprendre d’eux.

16Si l’organisation des logements et des commerces chinois est limitée à un endroit spécifique de la Piazza Garibaldi, les points de stockage, d’arrivée et de départ des marchandises vont au-delà. Les marchandises arrivent des jours différents, dans les autobus qui s’arrêtent à côté de la station en attendant les Chinois qui vont les retirer pour les transférer aux dépôts. La plupart des marchandises du port de Naples sont transportées dans des conteneurs géants et déchargées dans les rues du marché Vasto. Ici, les Chinois partagent l’espace commercial maghrébin. Le long des trottoirs qui vont vers la gare il y a une alternance de magasins avec des lanternes et de magasins où les Maghrébins et les Sénégalais vendent des outils ou des plats parfumés aux épices. Aucune trace, toutefois, des vieilles boutiques napolitaines de ceintures ou de tissus.

17Ainsi, à la suite de leurs marchandises, les Chinois affectent.

  • 10 E. Goffman, La vita quotidiana come rappresentazione, Bologne, il Mulino, 1969.

18 la ville, ses espaces et son mode d’expression, dans un processus d’intégration lente qui reste invisible pour la plupart des gens, mais qui commence, timidement, à sortir des coulisses et à entrer en scène10.

19Ceci arrive à neuf heures du matin, un samedi très chaud de juin. Trois, quatre cents Chinois sont réunis sous la statue de Garibaldi, sur la pelouse. Cette fois, il ne s’agit pas des habituels chômeurs napolitains. Il s’agit de véritables Chinois : des hommes et des femmes, jeunes, vieux et enfants qui se tiennent par la main. Exceptionnellement, ils ont fermé leurs magasins et sont sortis des rues autour de la Gare, en appelant même ceux qui vivent dans les banlieues. Ils ont décidé de protester ensemble contre la violence de la ville et contre les jeux de pouvoir à l’intérieur de leur propre communauté, où les plus faibles, les plus récemment arrivés et les sans-papier, sont irrémédiablement des victimes. Et ils ont décidé de faire comme les Napolitains, dans une démonstration qui commence par une grande banderole blanche avec des mots en rouge : « La Grande Muraille est une route ». C’est du pain béni pour les photographes de presse et un spectacle étonnant pour les passants intrigués ! Une situation inattendue pour les policiers, qui accompagnent le cortège à distance. Dans ce mode de protestation pour eux inhabituelle, les Chinois adoptent un répertoire habituel pour la ville : la fermeture des commerces, la coordination sous la statue de Garibaldi, la manifestation le long de la voie réservée aux bus et la destination : la place de la Mairie, l’Hôtel de Ville. Le jeu de la contamination et de l’hybridation semble faire tout son possible :

Les Chinois sont, par nature, soumis – dit le père Amedeo, un prêtre napolitain qui participe à la manifestation – et ils ne connaissent pas de protestation, et encore moins collective ! Et maintenant ils sont là en grève, beaucoup d’entre eux. C’est un mode d’expression qu’ils ont appris de nous et ils essayent de voir si cela fonctionne. Ce n’est pas par hasard que cela était très difficile à organiser.

  • 11  D. Della Porta, La politica locale, Bologne, Il Mulino, 1996.

20Identifier les objectifs collectifs, diffuser des informations, coordonner les espaces et le temps sont des moyens pratiques consolidés dans notre pays à partir des années soixante11, mais qui n’ont pas d’histoire dans la pratique chinoise. Ainsi, pour la première fois de leur expérience migratoire, les Chinois napolitains protestent et s’expriment dans l’espace public. Un signal fort d’un parcours d’intégration, cependant, qui semble destiné à rester inachevé. ChiLa, une jeune fille chinoise de vingt ans, qui a été à l’école à Naples et maintenant étudie à l’Université, participe à la manifestation et dit :

Mes amis ? Italiens, mais pas tous. Je suis et je me sens Chinoise. Mais je vais rester ici pour vivre, ici !

Africains

21La plupart des immigrants qui circulent et font du commerce en ville sont des Maghrébins. Leur présence a deux caractéristiques principales : il s’agit surtout d’hommes et la territorialisation s’effectue par étapes. La première caractéristique est confirmée par les données régionales : pour l’année 2007, 85,4 % des Algériens sont des hommes, ainsi que 74,7 % des Marocains, 72,6 % des Tunisiens et surtout 90,8 % des Sénégalais. Les Sénégalais offrent l’exemple le plus emblématique d’appropriation progressive des espaces urbains. Parmi les premiers Africains à arriver en ville, ils l’ont traversée de diverses manières. Prenant la zone de la Gare comme espace principal de stockage des marchandises, voire de logement, ils ont longtemps peuplé les trottoirs avec leurs commerces de rue. Leur présence dans la ville a connu une croissance exponentielle, tout comme celle des immigrants des autres régions africaines. Parallèlement, le sol s’est rempli de leurs marchandises. Lorsque le territoire de la ville devenait trop étroit et la concurrence désavantageuse, les immigrants et leurs marchandises se déplaçaient quotidiennement vers des zones plus éloignées, en remplissant plus les trains que les coins de la ville ainsi que les plages et les petites villes jusque dans le Latium et dans les Pouilles. Mais cela fait quelques années que la ville de Naples a régularisé leurs activités commerciales et a donné aux Sénégalais un espace pour le marché, dans la rue Bologna (perpendiculaire à Piazza Garibaldi). Les marchands sont sans exception des hommes, les acheteurs sont de toutes les nationalités, jeunes et femmes ; beaucoup de Napolitains et de touristes curieux achètent des souvenirs de Naples sur le marché africain ! Le marché sénégalais de la rue Bologna marque officiellement et spatialement la composante territoriale de l’immigration africaine : la rue Milano et la rue Torino, parallèles à la rue Bologna, délimitent la zone africaine de la ville, face à la Chinatown du quartier Maddalena. Dans ce domaine se concentrent centres d’appels, boutiques maghrébines, hôtels et logements adaptés à l’hétérogénéité de cette composante (permanents, saisonniers, commerçants de rue, etc.) ; on y trouve aussi les sièges des consulats du Ghana et de la République du Cap-Vert.
Il s’agit du quartier de la permanence, de ceux qui sont venus les premiers et qui sont maintenant intégrés efficacement dans la vie économique et sociale de la ville :

Ici, tout le monde est noir et ils sont là depuis de nombreuses d’années. Je peux le dire, moi, qui ai un kiosque dans cette rue, dit le vendeur de boissons au coin des rues Firenze et Bologna. Ils habitent ici, ce sont presque tous des hommes et ils sont tranquilles, ils ne nous créent pas de problèmes.

22Kemal a 48 ans et il est arrivé à Naples il y a vingt ans, tout seul, d’un village du Sénégal où il vendait du poisson sur les marchés. Il pensait continuer la même activité en Italie, mais il a été obligé de passer au commerce de rue ; il y a trois ans, il a ouvert sur la rue Firenze une boutique d’artisanat ethnique qui a une clientèle à 80 % napolitaine. Kemal espère rentrer bientôt au Sénégal, où se trouvent sa femme et ses enfants, nés en Italie mais rentrés au Sénégal pour terminer leurs études.

23Il suffit de quitter cet endroit et de jeter un œil sur le trottoir qui le sépare de la Piazza Garibaldi pour entrer dans un espace complètement différent. Un espace ouvert, où tout semble plus fluide et plus désordonné. Pourtant cette zone a ses règles elle aussi. Elle est gouvernée par une sorte de code tacitement partagé qui en organise la répartition et l’utilisation : l’emplacement des stands, les places permanentes et mobiles, le remplacement des ambulants. Les positions les plus stables sont détenues principalement par les Nord-Africains pendant toute la journée et durant toute la semaine, tandis que les Chinois et les Indiens s’alternent entre le matin et l’après-midi ou d’un jour sur l’autre. Solemàn est du Mali. Sa première destination italienne a été Rome, ensuite les Pouilles où, sans papiers, il n’a pu travailler que dans les champs et au noir. Mais à 25 euros par jour pour huit heures de travail, il ne restait que très peu à envoyer au pays, à part le poids d’une condition de vie très dure et qui se conciliait mal avec son sourire solaire. C’est pour cette raison qu’il vient à Naples, et presque immédiatement il trouve un endroit stable pour son étal de produits électroniques, directement sur le trottoir à la sortie de la rue Bologna, en face d’un vieux bâtiment. Il a obtenu le permis par le “propriétaire” de l’édifice, bien évidemment un des distributeurs qui vendent les espaces de la place en échange du versement d’une somme d’argent. Le réseau complexe d’intermédiaires est basé sur la pratique généralisée de l’usage privé des espaces publics qui, en ville, trouve des modes de régulation les plus diversifiés et différemment éloignés de la limite de la légalité : des mini-boutiques devant les bassi,aux parkings, aux magasins plus ou moins mobiles. Il est également raisonnable de supposer que, dans le fond de la toile complexe du commerce qui traverse l’espace, la Camorra a toujours contrôlé les marchés de la ville. Solemàn vit maintenant dans cette zone, avec sa jeune amie napolitaine, il paye 280 euros par mois et réussit même à mettre quelque chose de côté. Sa position d’immigrant sans-papiers est une question qu’il peut contourner à Naples :

Quand la police passe et voit que je n’ai pas de papiers, ils me disent de m’en aller. Je ferme mon stand et je me cache derrière les chantiers du métro. J’attends. Si la police part, je reviens à ma place. Sinon, je reviens le lendemain. Tout le monde le fait. Naples estsolidaire, dit Solemàn souriant.

24Et si l’on traverse la Piazza Garibaldi et que l’on passe de l’autre côté de la gare, on se trouve dans une zone de transition continue : les points de vente des immigrés semblent plus précaires, souvent improvisés sur de grands cartons ou sur le sol. Il n’y a pas seulement des Africains mais aussi des Orientaux et des Orientales, des Albanais et quelques Indiens ; un seul Napolitain résiste avec la vente de livres d’occasion. Ici, l’espace est étroit. Le trottoir est grignoté d’un côté par les tables des restaurants et des cafés, et de l’autre côté par l’épave des chantiers du métro. Dans le couloir de circulation passent les touristes, les usagers de la villeet les Napolitains, qui jettent un regard distrait sur les marchandises exposées. Et les vendeurs changent. Une première tranche reste du matin jusqu’à environ 15 heures, la seconde tient sa place jusqu’à 19 heures. Il n’y a pas de conflit, ni de concurrence : on partage une expérience, chacun à l’intérieur de son espace. Quand vient le soir, les deux côtés de la place changent de nouveau, pour accueillir les gens, silencieux, de la nuit.

Femmes de l’Est

25En 2007, les immigrants originaires de l’Europe représent 53,7 % des étrangers résidant en Campanie. Cette communauté se caractérise par une forte connotation féminine ; les femmes représentent 84 % des immigrants en provenance de Russie, 80,9 % des Polonais, 79,4 % des Ukrainiens. La catastrophe de Tchernobyl et la fermeture des usines ; le long et difficile processus d’émancipation du régime soviétique et les distorsions de l’économie communiste ; l’émergence de la corruption qui semble envahir tous les domaines, sont les principaux facteurs d’émigration. Les chemins ouverts par les femmes polonaises, la circulation des informations sur la disponibilité du travail en Italie, le coût relativement réduit des voyages en autocar, sont les facteurs d’attraction les plus évidents. Enfin, un rôle important est joué par les chaînes migratoires.

26Pour les femmes de l’Europe Orientale la zone de la Gare, comme on l’a vu, est un lieu de passage, où se configurent les réseaux de l’intermédiation, où commencent les parcours de la migration. Leur marché est ailleurs : dans d’autres quartiers de la ville, de la province ou de la région. L’arrêt de bus est en face de la gare ; toutefois depuis quelques années les arrivées et les départs de colis et de personnes occupent aussi, le samedi et le dimanche, un espace ouvert à côté de la gare, qui pendant la semaine est un parking. Il ne s’agit pas d’arrêt de cars avec des plaques d’immatriculation étrangères, mais de voitures immatriculées en Italie conduites par des Bulgares, des Ukrainiens ou des Roumains qui sont devenus des transporteurs. Ils font des voyages réguliers chaque semaine entre l’Italie et les pays de l’Europe orientale. Naples est l’une des principales destinations pour eux. Certains possèdent plusieurs voitures ; la taille de la voiture utilisée dépend des passagers qui chaque fois réservent le voyage : d’un minimum de trois à un maximum de sept. Certes, on est un peu plus mal à l’aise que dans un bus, mais le voyage coûte moins cher et offre le confort de la familiarité. D’habitude, entre les passagers et entre eux et le conducteur, des liens d’amitié préexistent. Alors, quand on arrive à Piazza Garibaldi, surtout la nuit, le choc est moindre. Pour Nina, l’arrivée sur Piazza Garibaldi à été une véritable libération. Nina est une clandestine en provenance d’un petit village au pied de l’Oural. Son voyage vers l’Italie a duré huit jours et sept nuits, avec de nombreux arrêts et de longues heures d’attente. À chaque étape un changement : d’un bus à une fourgonnette qui transporte des marchandises et encore à un vieux car. Et puis les frontières ! La plus terrible a été celle entre la Pologne et l’Allemagne :

Sur la fourgonnette, cachées parmi de grands cartons. Gardes ouvert, regardé mais ne pas nous voir. Nous sans souffle, sans bruit, sans vie !

27Quelques mots entre le garde-frontière et le conducteur de la fourgonnette, et c’est fait ! Tout cela est organisé par un médiateur ukrainien qui a demandé à Nina trois mille euros pour rejoindre Milan. Puis le train pour Naples, et ici, sur la Piazza Garibaldi, la libération et les bras affectueux de son amie Valentina. Nina a un emploi qui l’attend, trouvé par Valentina : elle devra s’occuper jour et nuit d’une grand-mère souffrant de démence. Si le travail n’est pas prêt à l’arrivée, les premiers contacts se font à la billetterie de la gare, à côté du McDonald’s ou dans sa salle intérieure. Et le dimanche matin ou le jeudi après-midi, le rendez-vous est toujours au même endroit, Piazza Garibaldi, pour y passer son temps libre.

28Si l’immigration polonaise a ouvert aux femmes de l’Est la voie vers l’Italie, maintenant c’est la population ukrainienne qui est la plus présente. L’immigration polonaise a occupé de vastes zones du marché du travail, principalement dans le secteur des services à la personne. L’arrivée successive des Ukrainiennes ne les a pas expulsées de leur position sur ce marché. Au contraire, l’offre remarquable de femmes immigrées dans le secteur des services, et des services de soin plus particulièrement, a donné lieu à une expansion de la demande en créant un circuit vertueux de la solidarité qui traverse les frontières traditionnelles. Les femmes de l’Est permettent aux Italiennes de quitter le travail de soin dans leurs familles, et en même temps elles laissent dans leurs pays d’origine d’autres femmes (mères, filles, sœurs) pour le soin de leurs familles. La présence des femmes de l’Europe orientale – qui a augmenté régulièrement au cours des deux dernières décennies – propose un répertoire de plus en plus riche d’histoires, qui concernent désormais la deuxième génération. Dorina est une jeune Ukrainienne, à Naples depuis cinq ans. Elle est venue avec sa grand-mère pour rejoindre ses parents. Le premier à les suivre a été son frère aîné, qui a maintenant une fille née à Naples. Dorina travaille dans une épicerie, appartenant à un Ukrainien ; elle est scolarisée dans un collège à Naples et a un fiancé ukrainien, avec lequel elle partage un réseau d’amitiés qui comprend aussi des jeunes Napolitains.

29De belles et de moins belles histoires se croisent dans les récits de ces femmes. La différence réside principalement dans la ‘’qualité’’ des réseaux des migrantes, où ce qui compte est la nature de la relation d’intermédiation et des liens affectifs.

30Le domaine de la médiation – pour la recherche de l’emploi et du logement – est configuré comme un espace social où des figures différentes se déplacent en activant des circuits différents. La base de relations de confiance est un élément essentiel de différenciation dans les trajectoires migratoires. Les liens qui sont progressivement construits révèlent une remarquable complexité et un grand dynamisme. Il s’agit de relations de confiance faibles, ce qui laisse beaucoup de place à la fraude. Mais surtout, c’est un domaine qui insiste sur des espaces territoriaux délimités et sur des milieux sociaux aplatis. Les réseaux des médiateurs sont géographiquement limités et constituent une sorte de plan de contrôle territorial, à partir de certains points de contact avec l’offre d’emploi (Piazza Garibaldi, Mergellina, Piazza Cavour dans le centre ville ainsi que des places de banlieue) et accueillent la demande dans des secteurs spécifiques. La composition sociale de la demande considérée est homogène. Ainsi, la “destination” sociale et géographique de nombreuses immigrantes peut être fortement influencée par le médiateur contacté et, en particulier dans les premières années de l’immigration, il y a peu de possibilités de mobilité résidentielle ou professionnelle. La situation est plus flexible dans les cas – peu nombreux – où l’intermédiation de contact est représentée par un parent ou un ami.

  • 12  A. Portes et R. Rumbaut, Legacies. The Story of The Immigrant Second Generation, California Univer (...)

31La situation affective des femmes migrantes joue aussi un rôle important. La condition la plus favorable pour l’intégration des femmes est celle des immigrantes qui ont construit ou reconstruit en Italie des réseaux affectifs ; au contraire, la condition la plus défavorable est celle des femmes dont le point d’ancrage affectif est placé à mi-chemin, surtout si elles vivent l’inconfort d’une « maternité transnationale »12.

32Dans la pratique, un réseau plus ou moins étendu (c’est-à-dire riche de nœuds) ne comporte pas de grandes différences par rapport à la réussite de l’expérience de la migration et/ou de l’intégration ; si un réseau “quantitativement” plus vaste offre une plus grande disponibilité de ressources relationnelles, ces ressources ne sont pas nécessairement efficaces. En effet il s’agit d’une question d’“adéquation du réseau”. Par exemple, les réseaux amicaux, souvent très endogames par rapport au sexe et à la nationalité, jouent un rôle de soutien affectif important, mais ils deviennent une ressource majeure s’ils ouvrent la voie à des amitiés avec des femmes italiennes.

33Considérons deux histoires particulièrement emblématiques et opposées : celle d’Agata et celle de Mascia. Agata est à Naples depuis neuf ans. En Pologne, elle était coiffeuse. L’idée de migrer lui vient d’une compatriote – probablement médiatrice semi-professionnelle – qui vit entre la Pologne et l’Italie. Cette femme offre à Agata un faux emploi en Italie pour 220 dollars. Ainsi elle décide de partir, avec la perspective de travailler pendant un certain temps, revenir ensuite dans son pays, épouser son fiancé gendarme et ouvrir un salon de coiffure. Mais à Naples, l’emploi se révèle une promesse sans fondement. Frêle et désorientée, Agata entre en contact avec deux autres Polonais, une femme et un homme, sans scrupules et enclins à la fraude, qui lui donnent un travail à domicile dans la province de Caserta, où elle est exploitée, isolée, et traverse une grande solitude. Elle parvient à s’échapper et connaît Pasquale, une rencontre essentielle pour elle. 32 ans, Napolitain, chômeur, Pasquale habite avec une tante handicapée et vit de la pension de cette dernière. Agata finira par vivre avec Pasquale, son employeur, et ils auront deux enfants, dont le deuxième est le résultat d’un viol. Le risque de perdre ses enfants l’empêche à la fois de retourner en Pologne et de quitter Pasquale et la vie sordide dans laquelle elle est tombée. Le lien avec Pasquale paralyse Agata dans un réseau relationnel fermé sur lui-même.

34Dans le réseau d’Agata, ce sont les liens faibles qui prévalent. Les médiateurs sont tous des compatriotes peu scrupuleux ; les systèmes relationnels sont séparés : entre l’espace de travail et celui de la famille, le seul lien est représenté par la médiatrice qui entre en contact avec Pasquale. Les amitiés, polonaises et féminines, ont peu d’utilité. L’ancrage affectif est particulièrement contraignant : d’un coté, la crainte de perdre ses enfants ; de l’autre, le fait d’être la mère des enfants de son employeur qui, en tant que tel, ne lui donne aucun salaire, empêchant à Agata toute possibilité de fuite.

35Mascia a une expérience complètement différente. Polonaise, après dix ans de migration en Italie elle trouve un emploi auprès d’une association du Tiers secteur et de l’économie solidaire. Elle habite maintenant dans une maison louée par son mari polonais (connu en Italie), avec deux enfants nés en Pologne d’une union précédente et un petit qu’elle a eu avec son mari actuel. Mascia a une sœur qui est arrivée à Naples avant elle et qui lui a ouvert la route. En comptant sur l’aide de ses parents et de son homme pour s’occuper de ses enfants, elle apprend l’italien en l’espace de deux semaines et elle part. Son premier emploi est dans le même restaurant où travaille sa sœur. Le deuxième est dans le pub de Raffaele, un Napolitain ami de sa sœur. Pour Mascia, Raffaele devient un ami important, qui est également témoin à son mariage. Le troisième emploi (lorsque le pub de Raffaele ferme) est un autre café local. Dans le parcours de Mascia, la médiation externe décisive est représentée par Anna, opératrice dans une coopérative sociale. La rencontre entre les deux femmes est accidentelle et se produit dans le bar où travaille Mascia. Anna lui parle de la coopérative, et l’invite à collaborer à un projet d’assistance aux jeunes filles prostituées. De là commence la “nouvelle vie” de Mascia. Le processus d’intégration prend de plus en plus forme, et sa conviction devient claire : « Je me sens un peu italienne... C’est aussi un peu ma terre».

36Ainsi, le réseau de Mascia est très différent de celui d’Agata. Ici prévalent les liens doubles dans lesquels les relations de travail sont aussi amicales ; le seul lien faible, celui avec Anna, se traduit en une ressource stratégique. Il est également clair que les systèmes relationnels sont moins distincts : le travail, l’amitié, la connaissance sont reliés entre eux, ce qui donne force et cohérence au réseau. Le point d’ancrage émotionnel est la “frontière” entre l’Italie et son pays d’origine ; il est défini lorsque Mascia se fait rejoindre par ses enfants. Et surtout, le domaine de la médiation est tout à fait personnel : Mascia trouve son emploi sans avoir eu recours à un médiateur extérieur à son réseau.

37Agata et Mascia sont deux cas extrêmes d’un continuum sur lequel se situent plusieurs centaines d’histoires de femmes qui essaient de changer le cours de leur vie en quittant leur pays d’origine. Ces femmes ont entretenu, à partir de Piazza Garibaldi et jusqu’à couvrir toute la région, le marché des soins personnels, en compensant les graves lacunes de l’État-sociallocal. La dynamique qui a pris forme dans cet espace du marché est presque incontrôlable ; même les canaux de recrutement des employeurs et des soignantes sont structurés sur des réseaux différents. Les employeurs cherchent les aides familiales immigrées grâce à des amis et des parents, dans des réseaux de liens forts basés sur la confiance. Les femmes de l’Est cherchent les employeurs à travers des liens faibles, à confiance basse, de médiateurs et compatriotes. Les services publics et les institutions sont pratiquement exclus de la partie.

38Toutefois, pendant ces dernières années, des signes de changement sont apparus. La sédimentation des expériences, l’apprentissage de la langue, des normes et des pratiques « d’évitement », conduisent à une articulation importante des réseaux personnels des femmes de l’Est. Beaucoup d’entre elles connaissent la langue italienne ; lorsqu’elles ont un contrat régulier, elles accèdent aux services de santé et de prévoyance sociale et aux prestations financières pour le travail pendant les périodes d’emploi illégal, avec la complicité des employeurs qui ne peuvent pas se passer d’elles. Nourris par des liens plus forts et basés sur la confiance, leurs réseaux ont acquis une connotation plus ouverte, en nouant des relations soit avec les femmes des autres communautés à l’est de l’Europe, soit avec des femmes italiennes, soit avec des services de médiation qui commencent timidement à apparaître sur le territoire à l’initiative des autorités locales ou des syndicats. Tout cela réoriente le contrôle du marché du travail domestique, de plus en plus prérogative des réseaux des femmes de l’Est. Les réseaux de recrutement des employeurs se croisent avec ceux des travailleuses. La répartition de l’offre de travail suit le bouche à oreille. Les Ukrainiennes trouvent des emplois pour les Bulgares ou les Roumaines, et vice-versa. Le téléphone est le principal instrument d’information : un nombre croissant de numéros s’insèrent dans leurs répertoires, de gens de toute langue et de tout genre. Quels sont les premiers effets visibles de cette dynamisation du marché ? Tout d’abord, un plus grand choix d’emplois, de lieux et de salaires. Les femmes de l’Est peuvent choisir de plus en plus les grands centres urbains au lieu des petites villes, où l’isolement social pèse davantage et où il est difficile de reconstituer, au moins dans le temps libre, un réseau d’amitiés. De plus en plus, elles peuvent se permettre de refuser le lourd travail d’aide familiale, qui les engage jour et nuit, en faveur des emplois à temps partiel qui permettent de gagner davantage et d’avoir du temps libre. Elles négocient directement leurs rétributions, mais aussi les horaires et les modalités d’exécution du travail.

Quelques réflexions en guise de conclusion

39Sur la Piazza Garibaldi, encore et toujours lieu de mixité, la migration des vingt dernières années a redéfini l’utilisation des espaces, produit de nouvelles significations, de nouveaux symboles et de nouvelles pratiques sociales. Dans l’image qui en ressort, les différences internes sont difficiles à saisir.

  • 13  A. Miranda, Piazza Garibaldi e il gioco delle visibilità. Le donne migranti, in Voci e volti dei n (...)

L’appaesamento (‘appropriation’) rassemble les différentes composantes socioculturelles et produit le visage contemporain de Naples où persistent et se recréent des frontières symboliques entre migrants et autochtones, parmi les différents groupes de migrants et entre les femmes et les hommes, indépendamment de leur nationalité.13

40Mais voilà le chercheur en sciences sociales qui sort son attirail. En utilisant l’échelle analytique locale, il pénètre les espaces, les parcourt et les lit, jour et nuit. Il saisit les significations qui, de temps en temps, les traversent, en touchant de la main les usages qu’en font les Napolitains, puis les noirs, maintenant les Cinghalais ou les Chinois. Il compte, photographie et prend note de la scène pour mettre à feu les coulisses. Il met à l’épreuve l’approche analytique de l’analyse des réseaux (network analysis) pour reconstruire le tissu de liens imbriqués dans les ethnies, où les marchés se matérialisent, où personnes et marchandises se poursuivent, l’offre et la demande se rencontrent. Et puis, il se met à la suite des réseaux qui s’étendent de Piazza Garibaldi vers le reste de la ville, les banlieues ou d’autres endroits dans la région et s’approprient de nouveaux espaces, de nouveaux métiers, de nouveaux trafics et de nouvelles relations. Ce point de vue rend compte de la fluidité des dynamiques, de ce qui reste dans le temps et de ce qui change complètement, les destins différents qui jaillissent des différentes formes que prennent les réseaux personnels.

41Lorsqu’il pense avoir collecté et enregistré suffisamment de données, il s’engage à réunir les connaissances, les cadres théoriques et les photographies afin de reconstruire un modèle interprétatif. Mais cette activité est particulièrement difficile. Comment inclure dans un seul modèle d’interprétation, même élégant, tant de diversité, de richesse de formes et de lignes ? Un habit trop serré qui pourrait fausser les caractéristiques de la réalité qui se trouverait déformée ici et là, dans les manches ou les épaules ou le bassin ! Il vaut mieux tout confectionner soigneusement dans un dessin où les ombres peuvent être combinées avec des couleurs bien définies, un dessin qui puisse représenter le contexte d’une situation, en en soulignant les tendances, en révélant le rôle joué par les acteurs multiples qui animent l’espace intérieur du cadre. Une solution qui pourrait mieux donner compte des contraintes et des ressources exprimées par la mixité et qui pourrait peut-être inspirer des actions, publiques et privées, adéquates. Oui, peut- être. Mais il nous reste la conscience que le cadre devra être ajusté de temps en temps, sans jamais trouver une définition, puisque tous les éléments du cadre sont sujets à des changements continuels, bien qu’à des rythmes différents.

42La seule chose qui reste immobile, au milieu de la Piazza, est Giuseppe Garibaldi, le héros des deux mondes, qui reste là, du haut de sa statue usée par la pollution et les intempéries, impassible, dominant la place des mille mondes.

Haut de page

Notes

1  La première exploration a été menée entre le printemps et l’été 2006 à l’occasion d’un projet de la Fondazione Premio Napoli, qui avait pour objectif l’étude des “Nouveaux Napolitains”. À cette occasion, j’ai partagé l’expérience avec Fabio Amato, géographe à l’Université de Naples L’Orientale, et Adele Miranda, anthropologue, ma collègue à la Faculté de Sociologie, Université de Naples Federico II. Les principaux résultats de cette expérience ont été publiés par Fandango avec le titre Voci e volti dei nuovi napoletani en 2006. Par la suite, je suis systématiquement retournée sur le terrain avec mes étudiants du séminaire « Planification territoriale et développement durable » au cours des années universitaires 2007/08 et 2008/09. Une partie des résultats que je présente dans cet article sont donc aussi issus de l’observation et des réflexions développées avec des groupes d’étudiants.

2  Une classification des espaces publics reconstruite sur la base de leurs fonctions se trouve dans A. Mela, C. Belloni et L. Davico, Sociologia e progettazione del territorio, Milan, Carocci, 2000, p. 190.

3  F. Amato, La tela dietro i colori, in Voci e volti dei nuovi napoletani, op. cit., p. 89.

4  Voir « la Repubblica », édition de Naples, 27 janvier 2010.

5  Cette répartition est conforme à celle établie en 2007 par Caritas Immigration relativement à la région Campanie. En fait, selon les données de Caritas, la répartition par nationalité des résidents étrangers (ISTAT) présente à la première place les immigrants de l’Europe orientale (53,7 %, dont 71,2 % sont des femmes) ; à la deuxième place nous trouvons les Africains (23,2 % dont seulement 30,2 % femmes), surtout des maghrébins (15,9 %). Suivent les Asiatiques (15,8 % dont 46 % de femmes) et parmi eux surtout les Chinois (6 %), Cingalais (3,7 %), Philippins (2,2 %) et Indiens (1,3 %). Cf. Caritas Migrantes, Dossier Immigrazione 2007.

6  Gâteau typique napolitain, composé de pâte feuilletée et de fromage.

7  Voir Caritas Migrantes, Dossier Immigrazione 2007, p. 405.

8  Le lien chinois avec le port de Naples a été considérablement renforcé ces dernières années, grâce à la présence, selon certains encombrante, selon d’autres particulièrement précieuse dans l’économie chancelante du Port, de la société COSCO. Puissante société commerciale chinoise, COSCO semble avoir relancé le trafic portuaire en le rendant compétitif avec ceux de Gênes et d’autres endroits stratégiques de la Méditerranée, bien qu’elle soit soupçonnée d’être aussi un véhicule pour le commerce illicite. Le phénomène est actuellement étudié par le groupe dirigé par S. De Maio, professeure à l’Université de Naples L’Orientale.

9  G. Orientale Caputo (dir.), Gli immigrati in Campania, Milan, FrancoAngeli, 2007.

10 E. Goffman, La vita quotidiana come rappresentazione, Bologne, il Mulino, 1969.

11  D. Della Porta, La politica locale, Bologne, Il Mulino, 1996.

12  A. Portes et R. Rumbaut, Legacies. The Story of The Immigrant Second Generation, California University Press, 2001 ; M. Ambrosini, La fatica di integrarsi. Immigrati e lavoro in Italia, Bologne, il Mulino, 2001.

13  A. Miranda, Piazza Garibaldi e il gioco delle visibilità. Le donne migranti, in Voci e volti dei nuovi napoletani, op. cit., p. 109.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le réseau d’Agata
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Le réseau de Mascia
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Annamaria Zaccaria, « Naples-piazza Garibaldi. Les images, les couleurs et les histoires de la mixité », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/3233 ; DOI : 10.4000/italies.3233

Haut de page

Auteur

Annamaria Zaccaria

Università Federico II de Naples

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org