Navigation – Plan du site
Aspects socio-économiques

Le phénomène des badanti en Italie. Caractéristiques et spécificités

Annalisa Ornaghi et Mara Tognetti Bordogna
p. 111-130

Résumé

Cet article analyse le phénomène des auxiliaires de vie (appelées badanti dans le langage commun) dans le contexte italien, en soulignant sa complexité et ses spécificités. En particulier, il prend en compte les facteurs qui sont à l’origine d’une telle présence, les changements et les impacts que cette figure détermine sur l’État-providence italien, sur les dynamiques familiales et sur la demande d’assistance. Sur la base des données d’une recherche empirique, l’attention est portée sur les effets positifs et négatifs que la présence des auxiliaires de vie produit sur l’offre de services et sur leur rôle positif, au sein du système de Welfare.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette étude est le fruit d’un travail commun, elle doit être attribuée aux deux auteurs à parts ég (...)
  • 2  Les migrations internationales, selon la théorie néo-classique, sont déterminées par les différent (...)
  • 3  I. Wallerstein, Il capitalismo storico. Economia politica e cultura di un sistema-mondo, Turin, Ei (...)
  • 4 B. Ehrenreichet A. R. Hochschild (dir. par), Global Woman : Nannies, Maids and Sex Workers in the N (...)

1Le thème des migrations féminines occupe ces dernières années une place centrale dans les recherches sociologiques italiennes et étrangères, bien qu’en Italie l’immigration soit un phénomène très important depuis au moins trente ans1. Dans cet article, nous utiliserons l’approche structuraliste pour l’étude des migrations féminines qui nous aidera à comprendre l’importance des différences et des rôles de genre dans les processus migratoires2. Nous porterons une attention particulière aux aspects macrostructuraux, surtout à ceux qui sont liés à l’organisation et à la globalisation du marché du travail3. En effet, la théorie structuraliste établit un lien entre l’augmentation constante du nombre d’immigrées, la division internationale et la globalisation du travail domestique. Dans ce contexte, l’augmentation progressive de la demande d’assistance se traduit par des fonctions à coût réduit, le plus souvent attribuées aux femmes étrangères4.

  • 5 D. Massey, Theories of International Migration : a Review and Appraisal, « Population and Developme (...)
  • 6  G. Favaroet M. Tognetti Bordogna, Donne dal mondo. Strategie migratorie al femminile, Milan, Gueri (...)

2Nous essaierons, cependant, de comprendre et de décrire également les dynamiques individuelles des migrations suivant la nouvelle sociologie de l’immigration5. Ainsi, analyser le phénomène des badanti (auxiliaires de vie) en Italie signifie, avant tout, observer la migration féminine qui représente l’une des caractéristiques de l’immigration vers ce pays. Pour mieux contextualiser le travail de soin de ces femmes, il faut avant tout mettre en évidence leur rôle de protagonistes dans les processus migratoires6.

3Le but de cet article est donc d’analyser une tranche de la réalité migratoire italienne, et la visée, sous-entendue, de cette recherche, est de comprendre les raisons qui sont à l’origine d’une telle présence en Italie. Ensuite nous verrons si des relations se structurent entre l’État-providence italien et les auxiliaires de vie et enfin nous analyserons la nature de ces relations et la manière dont elles se tissent.

  • 7  J. Andall, Gender, Migration and Domestic Service. The Politics of Black Women in Italy, Aldershot (...)

4Ces femmes jouent, en effet, de multiples rôles7. Elles présentent également des particularités qui leur sont propres par rapport aux aires géo-culturelles de provenance, aux motivations qui animent leur projet migratoire (court, moyen ou long terme) et au type d’insertion professionnelle (à l’heure ou en co-résidence ; régularisée ou non).

5Le processus migratoire représente un phénomène social global, avec des caractéristiques historiques, démographiques, sociales et anthropologiques différentes, ce qui active des changements à des niveaux multiples. C’est à l’intérieur de ces dynamiques que se situe le travail d’assistance principalement effectué par les auxiliaires de vie.

  • 8  F. Carchedi, G. Mottura et E. Pugliese (dir. par), Il lavoro servile, Milan, FrancoAngeli, 2003.

6Par le terme badante (que l’on peut traduire en français par auxiliaire de vie), on entend « les femmes de la migration qui effectuent un certain travail d’assistance : prendre soin de personnes âgées seules et non autonomes ou de personnes porteuses d’un handicap »8. Les dispositions législatives parlent de « personnel d’origine extracommunautaire affecté à des activités d’assistance envers des membres de la famille touchés par une pathologie ou un handicap qui en limitent l’autonomie ». D’autres sources parlent d’« assistante familiale ». Ces définitions permettent de comprendre aussi bien la précarité de ce rôle que le fait que cette figure n’est absolument pas superposable à celle de l’employée de maison.

  • 9  M. Ambrosini et C. Cominelli (dir. par), Educare al futuro. Il contributo dei luoghi educativi ext (...)

7De nombreuses recherches ont permis de mettre en évidence, sur la base des différentes stratégies et aspirations individuelles, certains types d’auxiliaires de vie9 :

8a) “instrumentaliste–utilitariste” : femmes adultes qui ne sont plus très jeunes. Dans un but économique, leur emploi prévoit la cohabitation avec l’assisté. Elles n’aspirent pas à rejoindre leur famille, mais elles restent en contact avec leur pays ;

9b) “familialiste”: il s’agit de femmes qui quittent leur pays d’origine pour élever leurs enfants. Elles visent l’insertion sociale dans le pays d’accueil et proviennent pour la plupart de pays lointains (Pérou, Équateur etc.), elles sont donc limitées dans leur migration alternante. Ceci peut les pousser à développer des relations affectives dans le nouveau contexte. Elles suivent des cours de formation dans le but d’une mobilité sociale ;

10 c) “promotrice” : des femmes adultes, jeunes, cultivées, avec un bagage professionnel qualifié, elles effectuent leur travail avec résignation. Elles essayent de sortir de ce secteur dès que possible.

  • 10 E. Pavolini, Il mercato privato dell’assistenza nelle Marche : caratteristiche e ruolo regolativo d (...)

11D’autres auteurs identifient des profils d’auxiliaires de vie supplémentaires qui, sur la base du temps migratoire, s’ajoutent aux précédents10 :

12a) “projet indéfini” : des femmes qui restent en Italie en continuant d’être auxiliaires de vie dans l’attente de définir leur projet migratoire ;

13b) “à long terme” : des femmes avec un projet à long terme qui continuent l’activité d’auxiliaire de vie même si cela ne les intéresse pas ;

14c) “à court terme” : un projet de quelques années ou de quelques mois, en souhaitant toutefois se repositionner sur le marché du travail.

  • 11 G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.
  • 12  C. Facchini(dir. par), Anziani e sistemi di Welfare. Lombardia, Italia, Europa, Milan, FrancoAngel (...)
  • 13 F. Bettio, A. Simonazzi et P. Villa, The care drain in the Mediterranean : Notes on the Italianexpe (...)

15Ces typologies mettent en évidence une réalité complexe. En Italie, ce phénomène acquiert une valeur particulière car il est déterminé par de nombreux facteurs aussi bien de type socio-démographiques que relevant de la structure familiale ou de la demande d’assistance et du type d’État-providence. Parmi ces facteurs, rappelons le vieillissement de la population, la diminution des naissances et l’augmentation correspondante du nombre de personnes âgées seules11. En Italie, les personnes âgées de plus de quatre-vingts ans sont passées de 1,3 % de la population en 1960, à 3,9 % en 2000, atteignant 5,5 % en 200812. Le vieillissement s’accompagne d’une chronicité des maladies avec une augmentation de la demande de soins sanitaires et d’assistance sociale. D’autres études montrent que les personnes âgées qui nécessitent des soins continus (Long Term Care) sont assistées dans 83,1 % des cas par les membres de leur famille ou par leur conjoint, dans 9,7 % par des services privés, dans 2,1 % par des membres de la famille et des services privés et dans 5,1 % à la fois par les services publics et le privé13.

  • 14 J. Andall, op. cit., 2000 ; E. Reyneri, Sociologia del mercato del lavoro. Il mercato del lavoro tr (...)

16Un autre élément qui a une influence sur le phénomène des auxiliaires de vie est celui de l’augmentation du nombre de femmes présentes sur le marché du travail productif et des familles à double carrière14. Une tendance qui n’est pas accompagnée d’une division du travail d’assistance entre les genres. Certaines femmes sortent du travail domestique (les autochtones) et d’autres y entrent (les immigrées). Nous ne sommes cependant pas face à un simple remplacement car un tel passage active et marque des changements culturels dans les modèles d’assistance et dans les politiques sociales.

  • 15  M.Tognetti Bordogna, Fra le mura domestiche : sfruttamento e crisi del Welfare nel lavoro di cura (...)
  • 16 B. Da Roit et C. Castegnaro, Chi cura gli anziani non autosufficienti ? Famiglia, assistenza privat (...)

17Un troisième élément, particulièrement marqué en Italie, compte tenu de l’offre de services et du phénomène du familialisme, est défini par l’enracinement culturel selon lequel la personne âgée doit être soignée par la famille15. Il faut aussi rappeler la rigidité du système de Welfare (État-providence) italien qui répond aux besoins manifestes et non aux différentes exigences des personnes âgées et de leurs familles qui sont appelées à jouer un rôle clé puisque c’est sur elles que ce système base son fonctionnement16. Les éléments que nous venons d’évoquer augmentent la demande de travail d’assistance et par conséquent la force de travail immigrée. Comme nous l’avons souligné, ce sont les grands changements sociaux (vieillissement de la population, augmentation des personnes âgées seules, insertion des femmes sur le marché du travail, soins à long terme, etc.) qui justifient la présence des auxiliaires de vie.

18Nous assistons également à l’émergence d’“auxiliaires de vie officialisées” soutenues par le service public territorial qui, dans la tentative de réguler et de qualifier un phénomène considéré comme spontané de développement d’un marché privé de prestations d’assistance, met en place des cours de formation et un ordre professionnel pour les badanti.

  • 17 G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.
  • 18  R. S. Parreñas, Servantes of globalization. Women, migration and domestic work, Stanford, Stanford (...)

19Aux facteurs évoqués ci-dessus, il faut ajouter les causes identifiables dans le pays de provenance des femmes : le bouleversement de l’économie nationale, particulièrement visible dans les pays d’Europe de l’Est17 et l’offre de main-d’œuvre à bas coût, ainsi que le développement de la chaîne globale du travail d’assistance18. De nombreux autres facteurs influencent ce phénomène, mais ceux indiqués précédemment peuvent être considérés comme les plus importants.

Les auxiliaires de vie en Italie : qui sont-elles et combien sont-elles ?

  • 19  E. Pugliese (dir. par), Rapporto immigrazione. Lavoro, sindacato, società, Rome, Ediesse, 2000 ; M (...)
  • 20  M. Tognetti Bordogna, Lavoro e immigrazione femminile una realtà in movimento, in M. Delle Donne e (...)
  • 21 G. Favaro, M. Tognetti Bordogna,op. cit.,etG. Vicarelli, op. cit.

20Comme une ample littérature scientifique l’a démontré, les flux migratoires sont influencés par le contexte de provenance et de destination, mais aussi par la phase historique dans laquelle ils s’activent19. Il est possible d’identifier deux phases distinctes20 correspondant à deux modalités d’absorption des femmes migrant vers l’Italie dans l’environnement du travail domestique21.

  • 22 G. Campani, op. cit.,2000 ;M. Tognetti Bordogna, op. cit., 2003.

21Dans la première phase, qui s’étend des années 1970 aux années 1990, on voit l’activation et la croissance des premiers flux féminins vers l’Italie. Il s’agit de femmes en provenance des Philippines, de l’Érythrée, de l’Équateur, poussées à partir surtout par des raisons économiques. Des femmes qui s’insèrent dans le travail domestique à temps plein, sans projet migratoire défini. Leur canal d’entrée privilégié était souvent celui de l’Église. Il s’agit des employées de maison appelées autrefois colf (collaboratrici familiari)22.

22La deuxième phase, qui atteint son apogée à la fin des années 1990, se compose de femmes, les badanti, en provenance principalement des pays de l’Europe de l’Est. Contrairement aux employées de maison, les auxiliaires de vie se distinguent principalement par un projet migratoire de type économique à court et moyen terme. Elles conservent un lien fort avec le pays d’origine grâce au téléphone mobile et aussi par l’envoi de biens, de marchandises et d’argent à leurs familles.

23Lors de la naissance du phénomène, elles se différencient par de fortes irrégularités : arrivées en Italie avec un visa touristique qui crée une forte instabilité lorsqu’il expire, elles migrent d’un travail à l’autre.

24Les auxiliaires de vie choisissent de rejoindre l’Italie parce qu’elles connaissent déjà quelqu’un qui vit dans ce pays ou bien parce qu’elles ont reçu des informations concernant la possibilité de trouver du travail. Elles sont conscientes du fait qu’elles n’ont pas d’autre alternative à ce travail même si, dans certain cas, elles peuvent s’émanciper professionnellement, comme « opératrices dans les résidences pour personnes âgées » ou bien dans des activités d’assistance, mais payées à l’heure.

  • 23  G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.

25Ce phénomène a vu le jour à la fin des années 1990 et a explosé dans le nouveau millénaire. C’est une migration de type solitaire, une « nouvelle immigration » comme la définit la littérature sociologique en matière de migrations internationales23.

26Elle se compose principalement de femmes qui se déplacent seules et, d’après une étude de l’association Caritas en 2007, 57 % d’entre elles proviennent de l’Europe Orientale (surtout d’Ukraine, de Roumanie et de Moldavie), donc de zones en forte crise postcommuniste ou en « forte crise de conversion du système ». Comme le fait remarquer G. Mottura, c’est l’effondrement de l’économie des pays d’Europe de l’Est, principalement la crise économique, monétaire et financière russe de la fin des années 1990 qui a touché non seulement la Russie mais aussi une grande partie des pays limitrophes, qui détermine leur migration. Surtout dans la phase initiale de ce phénomène, les femmes jouent le rôle de breadwinner en étant chargées de subvenir aux besoins de leur famille.

  • 24  Caritas-Migrantes, Immigrazione. Dossier Statistico 2008, Rome, Anterem, 2008.

27On estime qu’il y a entre 713 000 et 1 136 000 auxiliaires de vie en Italie, avec une forte présence de femmes non régularisées. 6,6 % des personnes de plus de soixante-cinq ans font appel à une auxiliaire de vie (1 sur 15), pour un coût total de 10 milliards d’euros annuels, ce qui équivaut à environ 10 % de la dépense sanitaire soutenue par les Conseils régionaux24.

  • 25  Pour cette étude, nous utiliserons des données aussi bien quantitatives que qualitatives, issues d (...)

28Sur la base de nos données, ces femmes rentrent principalement dans la tranche d’âge 45-54 ans (37,1 %), suivies par les 35-44 ans (25,5 %) et les 25-34 ans (20,3 %)25. Dans la plupart des cas, elles sont déjà mariées dans leur pays d’origine (mariées : 44 % ; séparées/divorcées : 21,2 % ; veuves : 10,5 % ; célibataires : 24,3 %), avec un niveau d’études élevé (18 % sont diplômées et 40 % ont fait des études supérieures). Souvent elles sont hautement qualifiées (20,8 % pour les professions intellectuelles ; 13,2 % pour le secteur technique ; 23,3 % pour le tertiaire ; 10,4 % sont des employées ; 11,6 % dans le secteur ouvrier non qualifié ; 6,4 % au chômage) bien que leur niveau ne soit pas reconnu en Italie. De plus, nombre d’entre elles, surtout en provenance des pays de l’Est, ont vécu une période de chômage avant de partir ou ont quitté un travail mal rétribué. Elles sont présentes sur tout le territoire italien et la distribution dans les différents secteurs, varie également en fonction de la région comme le montre la figure 1.

Fig.1 : Estimation du nombre de badanti étrangères par répartition géographique (Italie 2008)

Fig.1 : Estimation du nombre de badanti étrangères par répartition géographique (Italie 2008)

Source : notre élaboration sur les estimations Istat (2008)

  • 26 E. Pavolini, op. cit.,2003.
  • 27 M. Ambrosini, La fatica di integrarsi, Bologne, Il Mulino, 2001 ; G. Mottura, Necessari ma non gara (...)

29Bien que touchant tout le territoire national, ce phénomène assume une importance différente selon le niveau local. D’après des recherches récentes, dans les Marches par exemple, entre 13.000 et 14.200 employées d’origine étrangère effectuent un travail d’assistance à domicile tandis que 41,8 % des auxiliaires de vie ont un permis de séjour. La plupart des badanti interrogées (91,4 %) déclarent dépendre directement de la personne âgée assistée ou de la famille de cette dernière. Elles n’ont pas un contrat de travail régulier dans 61,4 % des cas 26. En moyenne, l’horaire de travail journalier est de 11,3 heures, tandis que la moyenne hebdomadaire est d’environ 68 heures. Elles déclarent (22 %) travailler également le samedi et/ou le dimanche. Une femme sur quatre doit assister la personne âgée vingt-deux jours par mois et toutes les nuits. Pour plus de 65 % des badanti, le travail a dépassé les cent heures. En Emilie Romagne, on estime le nombre d’auxiliaires de vie entre 14.000 et 19.000, tandis qu’en Lombardie 13,4 % des femmes immigrées effectuent un travail d’auxiliaire de vie, contre 33,1 % d’employées de maison ou de baby-sitters. Les différentes provenances géographiques sont liées à des diversités de capital social qui portent, comme l’ont remarqué certains auteurs, à des stratégies d’emploi hétérogènes27.

Le travail des badanti : entre ressource et utilisation de l’État-providence

30Après avoir décrit le contexte et les caractéristiques liées aux pays de provenance des auxiliaires de vie, dans cette partie nous nous intéresserons à la relation qu’une telle figure entretient avec l’État-providence, aussi bien pour l’assisté que pour elle-même, ainsi qu’aux implications et aux effets qui en découlent. Le problème que nous nous posons est de savoir si des relations entre les auxiliaires de vie et l’offre de services sociaux et sanitaires se structurent et de quelle manière.

31À cause des conditions temporelles totalisantes (24 heures sur 24), l’activité d’auxiliaire de vie est très ségrégative et ne facilite pas les échanges culturels ou l’accès aux services. En effet, de nombreuses femmes qui exercent cette activité vivent dans des conditions d’exploitation et d’isolement qui les rendent donc extrêmement fragiles. Elles peuvent également présenter de faibles compétences linguistiques.

  • 28  M. Tognetti Bordogna, Il lavoro di cura tra produzione e consumo di welfare : il ruolo del network (...)

32Concernant l’utilisation des services et ces compétences, nos données mettent en évidence le fait que les femmes qui ont une bonne, voire une excellente compétence linguistique (compréhension et langue parlée) font plus facilement appel aux services (57,1 %) par rapport à celles qui ont des capacités inférieures ou nulles (33,3 %)28. Celles qui ont une compréhension et une capacité d’expression faibles font appel aux services dans 9,6 % des cas. Elles sont conscientes du fait que ce manque représente un obstacle important dans la relation thérapeutique avec le médecin.

– N’avez-vous jamais parlé de la santé de votre employeur avec un médecin ? – Pas encore parce qu’il y a des mots que je comprends pas encore. Je peux pas parler avec son médecin. C’est le problème. (N., Sri Lanka, homme, 27 ans, en Italie depuis 2004).

  • 29 M. Tognetti Bordogna (dir. par), I colori del Welfare, Milan, Franco Angeli, 2004c.

33Le fait d’avoir des compétences linguistiques s’avère stratégique pour l’inclusion dans le système de Welfare italien puisque ce système présente des caractéristiques de communication basses ou nulles vers l’extérieur29.

34En général, compte tenu de leur âge et du type de travail très fatigant du point de vue psychologique et physique, les auxiliaires de vie auraient besoin d’interagir avec les services sociaux plus souvent qu’elles ne le font : 61,2 % les utilisent contre 36,8 % qui n’en bénéficient pas ; uniquement 2 % d’entre elles utilisent des services adéquats. En revanche, elles s’adressent au système public principalement pour l’assisté et non pour elles-mêmes.

  • 30 J. W. Lynch, Income inequality and mortality : importance to health of individual income, psychosoc (...)
  • 31 S. Arber et J. Gim, Gender differences in informal caring, Bukingham, Open University Press, 1995 ; (...)

35Une information confirmée également par d’autres enquêtes : en effet, l’accès à l’offre de services est un indicateur d’inclusion pour les immigrés et un processus qui structure la vie des personnes30. Dans le cas des auxiliaires de vie, cela peut être différent, car le type de travail qu’elles effectuent limite leur capacité de choix autonome des ressources de l’État-providence. Les recherches réalisées jusqu’ici ont en effet montré que l’assistance à une personne âgée réduit les possibilités de contact et augmente l’isolement31.

– Vous n’avez jamais eu de problèmes de santé importants ? – J’en ai eu beaucoup, et eux, ils m’ont aidé avec leur médecin de famille. L’an dernier, je suis allée à l’hôpital parce que rester tout le temps à la maison c’est difficile. Tout le monde ne le comprend pas... Tout le monde dit qu’il n’y a rien à faire, mais du point de vue psychologique, c’est très dur. Toujours rester à la maison, c’est incroyablement lourd... et l’ennui de rester avec des personnes âgées... Quand la grand-mère était malade, je me levais la nuit, je ne dormais pas et le jour je faisais ce que j’avais à faire. C’est très lourd. (N., Roumanie, femme, 28 ans, en Italie depuis 2004).

36L’auxiliaire de vie gère la maladie et les problèmes de santé de l’assisté sans avoir de compétences ni de connaissances en la matière et sans aucun support dans le milieu sanitaire. Elle assume ainsi la responsabilité de le soigner correctement. Toujours sur la base de la recherche citée plus haut, les personnes interrogées s’adressent à un médecin pour l’assisté. Elles se déplacent avec et pour l’assisté au sein du système de Welfare de façon compétente. Elles s’adressent au médecin soignant, en décrivant également de façon détaillée l’état de santé de l’assisté, en mettant en évidence les changements et les humeurs pendant la journée. Elles s’occupent également de son soutien psychologique et savent choisir le bon moment pour appeler le médecin.

37Si nous analysons maintenant la “production de Welfare” de cette figure, il ressort de nos analyses qu’il s’agit d’une profession qui ne se met pas en réseau avec les autres ressources d’assistance de la personne âgée et qui ne s’appuie pas sur des services de santé pour intégrer sa fonction, en particulier sa fonction sanitaire. Une situation réductrice pour une fonction qu’on a voulu voir, dans l’élaboration des politiques sociales locales, comme partie intégrante du service public en Italie.

38Un autre aspect mis en évidence par notre recherche est le fait que, lorsque le contexte rend obligatoire la mise en relation avec les services sanitaires (hospitalisation ou admission en maison de retraite médicalisée) et donc l’alternance des fonctions ou le développement de fonctions distinctes par rapport à des opérateurs professionnels, on hospitalise également l’auxiliaire de vie. De nouvelles figures prennent naissance, les “auxiliaires de vie complémentaires”, qui prennent soin de la personne âgée ou lui tiennent compagnie lorsque celle-ci ne peut plus être suivie à domicile et est hospitalisée. La présence de l’auxiliaire de vie complémentaire ne devrait pas être nécessaire puisque les structures hospitalières sont équipées pour répondre aux différentes exigences du patient, mais c’est une solution qui rassure les membres de la famille. Il peut parfois y avoir une demande explicite d’auxiliaires de vie complémentaires de la part de la structure lorsque la personne âgée a une maladie chronique et n’est pas autonome. Ainsi ces femmes remplacent les membres de la famille dans l’assistance des personnes âgées au sein des structures hospitalières : ce sont de véritables “donneuses de relation”.

Je me sentais mal parce que moi, avec ma personne âgée, j’étais à l’hôpital et eux ils me demandaient de faire 24 heures sur 24 à l’hôpital, et moi j’ai commencé à me plaindre et je leur ai dit non, je ne peux pas rester à l’hôpital 24 heures sur 24. Vous devez me laisser du temps libre, si tu fais 24 heures sur 24 tu perds la tête. (Z., Moldavie, femme, 42 ans, en Italie depuis 1998)

39En affrontant maintenant l’aspect concernant l’utilisation des services sociaux et sanitaires, l’analyse empirique met en évidence le fait que les badanti utilisent presque exclusivement les services sanitaires, en particulier le médecin traitant, le service des Urgences et l’hôpital. Parmi les nombreux services que l’État-providence italien offre à l’intérieur de son modèle, théoriquement, universaliste, pour leur propre santé, les auxiliaires de vie s’adressent surtout aux Urgences, mais uniquement en cas d’accident ou d’urgence. Elles accèdent également aux dispensaires, aux centres de diagnostics, à l’Autorité Sanitaire Locale (ASL-Azienda sanitaria locale), même avec quelques hésitations, mais uniquement si elles ont des symptômes évidents de maladie. Elles sont généralement satisfaites du traitement reçu.

– Quand vous êtes allée à l’hôpital pour la colique, avez-vous rencontré des problèmes ? Comment vous êtes-vous senti ? – Je me suis senti bien, ils ont fait tout ce qu’ils devaient me faire, sans prétention ni rien... (M., Moldavie, femme, 40 ans, en Italie depuis 2000)
– Vous avez eu des problèmes à l’hôpital ? – Non, ils m’ont bien traitée, ils m’ont même expliqué tout ce que je devais faire. (A., Moldavie, femme, 26 ans, en Italie depuis 2004).

  • 32  A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, (...)

40Il en ressort donc un cadre de personnes qui s’adressent aux structures spécialisées et d’urgences, si nécessaire, et à des services dont la missionest très claire et définissable. Elles ne font pas de prévention car ces comportements sont conditionnés par le coût élevé des prestations, surtout en ce qui concerne les soins dentaires. Toujours pour les problèmes dentaires, elles se font soigner dans leur pays d’origine car cela coûte moins cher, mais aussi parce qu’elles en profitent pour rendre visite à leur famille, activant ainsi une double migration alternante, bien mise en évidence par A. Sayad32. Ce qu’elles gagnent sert également pour pourvoir au manque ou à l’absence de services dans leur pays d’origine.

– Vous me parliez aussi des frais médicaux... ça coûte cher... – Disons qu’on passe les médicaments à la mutuelle, moi je prends tout sur mon compte et j’envoie. – Vous envoyez les médicaments ? – Oui, j’envoie les médicaments parce que ma mère en a toujours besoin, pour la tension, mais moi j’envoie, mais je prends quand même, mais moi la moitié, moitié des comprimés, par contre... Donc, chaque mois je mets de côté une boîte pour envoyer. (V., Philippines, femme, 51 ans, en Italie depuis 1996).

41De plus, dans certains cas, ce sont les familles des assistés qui répondent à tous les besoins en suivant également la maladie de leur collaboratrice ; dans d’autres cas, elles comprennent l’importance de la prévention et essayent de la mettre en œuvre.

– En Italie, avez-vous eu des problèmes d’accès au système sanitaire ou à ce type de services ? – L’an dernier j’ai eu petit problème, pas très grave, de détergent pour la lessive, une allergie. Prendre en pharmacie sans ordonnance des préparations antihistaminiques. Mesurer la tension, je fais toute seule, mais normal. Même quand C. [médecin de l’assisté] vient, toujours demander “tu as besoin de quelque chose ?”. Mais moi saine. (V., Ukraine, femme, 46 ans, en Italie depuis 2003).

– Parce qu’au Pérou, ce sont des médecins non conventionnés qui me l’ont fait, pas de l’hôpital, et ici j’aurais dû payer un médecin non conventionné. Dix millions de lires, ils me demandaient. Alors les gens de mon pays pensent : avec ces dix millions de lires, j’économise beaucoup, je m’en vais dans mon pays, je visite ma famille, mes amis, ils me font les prothèses chez le mejor dentiste de ste mundu et j’économise aussi. Compris ? Ici aussi la santé, surtout les dents, c’est trop cher. (A., Pérou, femme, 61 ans, en Italie depuis 2003).

– Quand je rentre chez moi, je vais chez le médecin et je fais les analyses là-bas, et lui il me donne tous les médicaments qui me servent et moi j’achète en Ukraine et je porte ici et j’utilise s’ils me servent. Quand je vais là-bas, je me fais tout et le médecin me prescrit. Je vais chez les médecins d’ici quand je peux plus. – Pouvez-vous m’expliquer pourquoi ? – D’abord pour les dents, je ne veux pas aller ici parce que ça coûte trop cher, très cher, même les médecins privés coûtent très cher et même les médicaments. Maintenant je vais souvent et je préfère tout faire là-bas. (L., Ukraine, femme, 46 ans, en Italie depuis 2002).

42Concernant les autres ressources de l’État-providence, leur connaissance et leur utilisation est étroitement liée aux nécessités de l’assisté et à leurs amies. Les badanti assument ainsi un rôle important de négociation, car ce sont elles qui négocient les ressources sanitaires pour leur assisté. Nos données nous permettent donc de déduire que ces femmes de la migration utilisent peu les services pour elles-mêmes, plus fréquemment pour la personne âgée. Elles ont un médecin traitant, si elles sont régularisées, mais elles consultent plus souvent celui de l’assisté ; elles utilisent aussi l’argent envoyé dans leur pays d’origine pour y acheter des médicaments.

43En résumé, lorsque les auxiliaires de vie s’adressent aux services, elles adoptent des comportements spécifiques, tandis qu’elles ne se sentent pas et ne se comportent pas comme si elles étaient une partie de ce système, même si la rhétorique politique et certains choix des gouvernements locaux les voudraient comme telles.

Auxiliaires de vie et État-providence : effets et implications

  • 33 F. Carchedi, G. Mottura et E. Pugliese, op. cit., 2003 ; M. Tognetti Bordogna, op. cit., 2003.
  • 34  E. Mingione, Sociologia della vita economica, Rome, Carocci, 1997.

44La présence de ces femmes, même dans des conditions difficiles, contribue toutefois à modifier le système de Welfare italien, en particulier l’ensemble des politiques qui s’adressent à la population âgée, avec des implications spécifiques33 :
a) la réduction des prestations publiques d’assistance à domicile, à l’exception des cas dans lesquels l’état de la personne âgée nécessite aussi des prestations d’infirmerie et/ou sanitaires ;
b) la réduction des admissions en maison de retraite médicalisée et la diminution correspondante des listes d’attente ;
c) l’augmentation des admissions dans les maisons de retraite réservées aux personnes âgées se trouvant dans un état très grave, transformant ainsi ces structures en de véritables hôpitaux réservés aux malades atteints d’affections chroniques ;
d) la modification de la relation avec le système des services ;
e) le nouveau rôle des décideurs dans la négociation entre l’auxiliaire de vie et la famille ;
f) les changements liés au manque d’assistance à domicile, aux coûts élevés que la famille devrait supporter si elle accédait au marché privé des services.
Les auxiliaires de vie dynamisent donc aussi bien le marché du soin que les politiques d’assistance sociale et sanitaires puisqu’une relation exclusive et isolante, se crée aussi bien du contexte que des services.
Ainsi se génère un système public qui utilise la présence migratoire de façon instrumentale, qui renforce le circuit ségrégatif du travail de soin. Celui-ci à besoin, pour continuer d’exister, d’un travail sous-payé et plus flexible, d’une baisse de la qualification, touchant principalement ce que certains auteurs définissent comme le « nouveau prolétariat des services » constitué de travailleurs précaires et peu ou pas du tout protégés34.

  • 35 G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.

45Le système social italien de type monétaire porte souvent à l’utilisation des ressources financières du marché social. Il est désormais d’usage commun que les indemnités d’entretien (assegni di cura) octroyées par les Conseils régionaux soient utilisées pour payer les auxiliaires, même de façon non explicite et transparente35. Malgré tout, la présence de ces figures sur tout le territoire italien contribue à la valorisation des services locaux car le décideur public ne peut plus les ignorer.

  • 36 M. Tognetti Bordogna, op. cit., 2004c.

46L’insertion des auxiliaires de vie dans le réseau des services à la personne est utile et importante, non seulement pour développer ces services, mais aussi pour activer un processus de décentralisation des opérateurs et un développement de politiques transculturelles qui peuvent porter à la comparaison avec l’altérité et la diversité36.

47On met donc en évidence la façon dont cette présence contribue à produire mais aussi à transformer le service public italien. Ainsi, d’un côté, les auxiliaires de vie allègent le travail d’assistance et de l’autre, en rendant la gestion de ce dernier plus complexe, elles favorisent le maintien à domicile en permettant le respect des préférences individuelles. En plus de modifier le système des services, leur présence attribue aussi aux familles une fonction d’employeur, chose à laquelle la plupart d’entre elles ne sont pas habituées.

48C’est la famille qui doit construire son système de soins. La présence des auxiliaires de vie fait émerger la capacité de disposer de ressources directement auto-produites, en transformant au fur et à mesure le rôle des familles de petits consommateurs à décideurs. Sur le plan public, cela pose des problèmes concernant le soutien à donner à cette nouvelle figure : comment la régulariser, la qualifier et la mettre en réseau, en obligeant donc le système public à une plus grande flexibilité ?

Conclusion

49Nous pouvons affirmer, sur la base de nos données, que la présence des auxiliaires de vie est une réalité qui change l’État-providence italien dans son ensemble, avec des effets aussi bien négatifs que positifs. Cette présence interroge aussi les politiques sociales, sanitaires et de l’emploi, et la gestion des charges de travail de la famille et de ses membres. Elle ne doit par conséquent pas être considérée par les décideurscomme une difficulté interne à la famille et qui ne concerne que les politiques migratoires.

50Ces données dressent le portrait d’auxiliaires de vie compétentes dans l’utilisation des services, principalement pour l’assisté, tandis que pour elles-mêmes elles n’activent que des ressources essentielles et en cas d’urgence. Des ressources qui peuvent fournir une réponse immédiate et qui ne sont pas perçues comme une partie d’un réseau de services plus complexe.

51Ces femmes produisent un nouvel État-providence. Elles rendent manifeste le travail d’assistance aux personnes âgées en le conservant au sein de la famille. Elles contribuent à définir de nouvelles charges décisionnelles et de soin, dessinant ainsi un État-providencequi, d’un côté, économise en comprimant les coûts à la charge de la famille, et d’un autre côté n’est pas capable d’adapter les prestations en fonction du changement de la demande et des formes de réponses que les familles, au contraire, créent de façon autonome. En plus de mettre en évidence les limites du Welfare, la présence des auxiliaires de vie contraint les décideurs publics à le repenser de façon plus moderne.

Haut de page

Notes

1  Cette étude est le fruit d’un travail commun, elle doit être attribuée aux deux auteurs à parts égales.

2  Les migrations internationales, selon la théorie néo-classique, sont déterminées par les différents niveaux de demande et d’offre de travail. Pour cette raison, les diversités salariales poussent les travailleurs des pays ayant un bas niveau de salaire à se déplacer vers les pays avec un niveau plus élevé. On considère donc que la cause des migrations internationales de travailleurs est à rechercher dans les différences des taux salariaux. Les théories marxistes, qui mettent en évidence l’opposition entre la rationalité du calcul utilitariste individuel et celle du capital, focalisent l’attention sur le rôle du rapport de production et des structures macro-économiques, en incluant aussi bien la division du travail domestique que celle de la richesse internationale du travail et de la production. Les immigrés, en se plaçant dans les segments les plus bas du marché du travail, deviennent un élément structural du processus d’expansion capitaliste. Pour un développement plus large de ces différentes approches, nous renvoyons à M. Ambrosini, Sociologia delle migrazioni, Bologne, Il Mulino, 2005 et à L. Zanfrini, Sociologia delle migrazioni, Bari, Laterza, 2004.

3  I. Wallerstein, Il capitalismo storico. Economia politica e cultura di un sistema-mondo, Turin, Einaudi, 1985. S. Sassen (dir. par), Global networks, linked cities, New York, Routledge, 2002.

4 B. Ehrenreichet A. R. Hochschild (dir. par), Global Woman : Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, Londres, Macmillan, 2003.

5 D. Massey, Theories of International Migration : a Review and Appraisal, « Population and Development Review », n. 3, 1993.

6  G. Favaroet M. Tognetti Bordogna, Donne dal mondo. Strategie migratorie al femminile, Milan, Guerini e A., 1991 ; G. Vicarelli (dir. par), Le mani invisibili. La vita, il lavoro delle donne immigrate, Bari, Dedalo, 1994.

7  J. Andall, Gender, Migration and Domestic Service. The Politics of Black Women in Italy, Aldershot, Ashgate, 2000 ; G. Campani, Genere, etnia e classe. Migrazioni al femminile tra esclusione e identità, Pise, ETS, 2000 ; M. Ambrosini, op. cit., 2005 ; G. Mottura et E. Pugliese, « Presenza straniera e società in Italia : il caso delle badanti », in L. Di Comite, V. Rodríguez et S. Girone (dir. par), Sviluppo demografico e mobilità territoriale delle popolazioni nell’area del mediterraneo : Italia e Spagna, due paesi a confronto, Bari, Caccuci Editore, 2006.

8  F. Carchedi, G. Mottura et E. Pugliese (dir. par), Il lavoro servile, Milan, FrancoAngeli, 2003.

9  M. Ambrosini et C. Cominelli (dir. par), Educare al futuro. Il contributo dei luoghi educativi extrascolastici nel territorio lombardo, Milan, Ismu, 2004.

10 E. Pavolini, Il mercato privato dell’assistenza nelle Marche : caratteristiche e ruolo regolativo dell’attore pubblico, Agenzia Regionale Marche Lavoro, décembre 2005.

11 G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.

12  C. Facchini(dir. par), Anziani e sistemi di Welfare. Lombardia, Italia, Europa, Milan, FrancoAngeli, 2005 ; M.Tognetti Bordogna (dir. par), I grandi anziani tra definizione sociale e salute, Milan, FrancoAngeli, 2007.

13 F. Bettio, A. Simonazzi et P. Villa, The care drain in the Mediterranean : Notes on the Italianexperience, « Journal of European Social Policy », vol. 16. n. 3, 2006, pp. 271-285.

14 J. Andall, op. cit., 2000 ; E. Reyneri, Sociologia del mercato del lavoro. Il mercato del lavoro tra famiglia e Welfare, Bologne, Il Mulino, 2005.

15  M.Tognetti Bordogna, Fra le mura domestiche : sfruttamento e crisi del Welfare nel lavoro di cura delle badanti, in M. A. Bernardotti et G. Mottura (dir. par), Immigrazione e sindacato. Lavori, discriminazione, rappresentanza, Rome, Ediesse, 2003.

16 B. Da Roit et C. Castegnaro, Chi cura gli anziani non autosufficienti ? Famiglia, assistenza privata e rete dei servizi per anziani in Emilia-Romagna, Milan, FrancoAngeli, 2004.

17 G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.

18  R. S. Parreñas, Servantes of globalization. Women, migration and domestic work, Stanford, Stanford University Press, 2001 ; S. Sassen, A Sociology of Globalization, New York, W. W. Norton&Company, 2007.

19  E. Pugliese (dir. par), Rapporto immigrazione. Lavoro, sindacato, società, Rome, Ediesse, 2000 ; M. Tognetti Bordogna, Fasi e flussi : le donne come protagoniste, « La Rivista delle Politiche Sociali », n. 3, 2004a, pp. 195-216 ; L. Zanfrini, op. cit., 2004.

20  M. Tognetti Bordogna, Lavoro e immigrazione femminile una realtà in movimento, in M. Delle Donne et U. Melotti (dir. par), Immigrazioni in Europa. Strategie di inclusione-esclusione,Rome, Ediesse, 2004b, pp. 147-176.

21 G. Favaro, M. Tognetti Bordogna,op. cit.,etG. Vicarelli, op. cit.

22 G. Campani, op. cit.,2000 ;M. Tognetti Bordogna, op. cit., 2003.

23  G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.

24  Caritas-Migrantes, Immigrazione. Dossier Statistico 2008, Rome, Anterem, 2008.

25  Pour cette étude, nous utiliserons des données aussi bien quantitatives que qualitatives, issues de la Recherche Prin 2005 Nationalité, genre et classe dans le nouveau travail domestique. Changements dans la famille italienne et évolution des systèmes migratoires. Cf. M. Tognetti Bordogna, Il lavoro di cura tra produzione e consumo di Welfare : il ruolo del network di cura, in R. Catanzaro (dir. par), Badanti & Co.Il lavoro domestico straniero in Italia, Bologne, Il Mulino, 2009.

Ces analyses ont été menées à partir des informations recueillies auprès de 682 personnes interrogées, dont 596 femmes (87,4 %) et 86 hommes (12,6 %). Sur ces 682 personnes, 43,4 % sont auxiliaires de vie, 42,3 % sont employées de maison, 6,1 % ont d’autres fonctions dans le secteur domestique et 8,2 % de chômeurs.

26 E. Pavolini, op. cit.,2003.

27 M. Ambrosini, La fatica di integrarsi, Bologne, Il Mulino, 2001 ; G. Mottura, Necessari ma non garantiti. I fattori di vulnerabilità socio-economica presenti nella condizione di immigrati, in F. Carchedi, G. Mottura et E. Pugliese (dir. par), Il lavoro servile, Milan, FrancoAngeli, 2003, pp. 61-82 ; M. Tognetti Bordogna, op. cit., 2003.

28  M. Tognetti Bordogna, Il lavoro di cura tra produzione e consumo di welfare : il ruolo del network di cura, in R. Catanzaro, op. cit., 2009.

29 M. Tognetti Bordogna (dir. par), I colori del Welfare, Milan, Franco Angeli, 2004c.

30 J. W. Lynch, Income inequality and mortality : importance to health of individual income, psychosocial environment or material conditions, « British Medical Journal M. J. », n. 320, 2000, pp. 1200-1204.

31 S. Arber et J. Gim, Gender differences in informal caring, Bukingham, Open University Press, 1995 ; G. Dallay, Ideologies of caring : rethinking community and collectivism, Basingstoke, Macmillan, 1996.

32  A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999 (édition italienne : La doppia assenza. Dalle illusioni dell’emigrato alle sofferenze dell’immigrato, Milan, Raffaello Cortina Ed., 2002).

33 F. Carchedi, G. Mottura et E. Pugliese, op. cit., 2003 ; M. Tognetti Bordogna, op. cit., 2003.

34  E. Mingione, Sociologia della vita economica, Rome, Carocci, 1997.

35 G. Mottura et E. Pugliese, op. cit.,2006.

36 M. Tognetti Bordogna, op. cit., 2004c.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 : Estimation du nombre de badanti étrangères par répartition géographique (Italie 2008)
Légende Source : notre élaboration sur les estimations Istat (2008)
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3242/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Annalisa Ornaghi et Mara Tognetti Bordogna, « Le phénomène des badanti en Italie. Caractéristiques et spécificités », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://italies.revues.org/3242 ; DOI : 10.4000/italies.3242

Haut de page

Auteurs

Annalisa Ornaghi

Université de Milan Bicocca

Mara Tognetti Bordogna

Université de Trente

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org