Navigation – Plan du site
Aspects générationnels

Les jeunes descendants d’immigrés à Milan. Identifications et vie quotidienne

Paola Rebughini
p. 169-184

Résumé

L’article présente deux différentes recherches menées de 2003 à 2008 dans la ville de Milan et qui ont comme protagonistes des jeunes âgés de 15 à 22 ans, primo-migrants ou nés en Italie. L’approche de ces recherches a été “générationnelle” : au-delà de l’évidence des différences liées au temps de permanence en Italie, au sexe, à l’histoire migratoire de la famille, à la provenance nationale, à la position sociale et aux ressources économiques, notre intention a été celle de mettre l’accent à la fois sur le temps historique et sur le contexte quotidien de la vie de ces jeunes. En effet, les deux recherches montrent que si on raisonne en termes d’identifications et non d’identité, si on se concentre sur les pratiques de la vie quotidienne et sur des comportements banals comme ceux de consommation, la pluralité des usages de la différence semble être la norme plutôt que l’exception.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  G. Favaro, Bambini stranieri a scuola, Florence, La Nuova Italia, 1997.
  • 2  M. Ambrosini et S. Molina (dir. par), Seconde Generazioni, Turin, Ed. Fondazione Giovanni Agnelli, (...)

1En Italie, les études sur les jeunes descendants d’immigrés ont débuté à partir des années 1990 quand, pour la première fois, les enfants de migrants sont apparus dans les écoles maternelles et primaires1. Cependant, ce n’est qu’à partir de la décennie suivante que les recherches quantitatives et qualitatives, locales et nationales, se multiplient pendant que la visibilité de ces jeunes se fait plus évidente2.

  • 3  R. Bosisio, E. Colombo, L. Leonini et P. Rebughini, Stranieri & Italiani, Rome, Donzelli, 2005 ; E (...)
  • 4  A. Appadurai, Modernità in polvere, Rome, Meltemi, 2001.

2Depuis quelques années, j’étudie avec d’autres collègues de l’Université de Milan les identifications et la vie quotidienne des jeunes descendant des migrants. À présent, nous disposons notamment des résultats de deux différentes recherches menées entre 2003 et 2008 dans la ville de Milan et qui ont comme protagonistes des jeunes âgés de 15 à 22 ans, primo-migrants ou nés en Italie3. Notre approche dans ces recherches a toujours été “générationnelle” : au-delà de l’évidence des différences liées à la période de permanence en Italie, à leur sexe, à l’histoire migratoire de la famille, à la provenance nationale, à la position sociale et aux ressources économiques, notre intention a été celle de mettre l’accent à la fois sur le temps “historique” et sur le “contexte quotidien” de la vie de ces jeunes. Cette génération, née ou éduquée en Italie, vit dans un contexte qui n’est plus celui de l’époque industrielle et de la souveraineté des États-nations. Cela veut dire que ces jeunes vivent dans un milieu culturel plus cosmopolite et transnational, surtout par rapport aux produits culturels et à la disponibilité des technologies de communication4. Par ailleurs, la plupart d’entre eux envisagent ou rêvent d’un avenir dans une profession libérale et d’une certaine mobilité géographique, plutôt que d’un destin immobile d’employé ou d’ouvrier. Pour cette raison, nos recherches qualitatives se sont concentrées surtout sur les histoires de vie, la reconstruction des dynamiques migratoires familiales, la vie quotidienne dans le contexte italien et les pratiques de la différence culturelle à la recherche de caractéristiques générationnelles communes, plutôt que de distinctions ethniques.

Identité, identifications et différence

3Le but de nos recherches était celui d’étudier les identifications et la relation à la différence des jeunes descendants d’immigrés à partir de la perspective subjective de l’acteur, de ses représentations et interprétations de l’action, ainsi que de ses pratiques dans la vie quotidienne. C’est un choix méthodologique et théorique qui vise à étudier le rapport entre identification et différence et à abandonner la notion d’identité. En effet, ces deux termes, “identité” et “différence”, sont parfois présentés comme antithétiques et dichotomiques. L’identité est par définition quelque chose qui vise à l’invariabilité et à la cohérence : elle constitue une référence ultime, qu’il s’agisse d’une identité narrative en construction perpétuelle ou d’une identité qui fait la synthèse d’un univers culturel dans lequel on se situe. On peut distinguer une définition “diachronique” et plus dynamique de l’identité – tel est le cas de l’identité narrative – d’une définition “synchronique” qui vise à la stabilité, donc à rendre cohérent un ensemble de références parfois contradictoires. On peut dire alors qu’il y a un côté positif et rassurant dans l’identité, mais aussi un côté potentiellement dangereux en tant que forme d’ontologie ou de réification, liée justement à ce besoin de cohérence et d’unité.

  • 5  M. Wieviorka, L’intégration : un concept en difficulté, « Cahiers Internationaux de Sociologie », (...)

4Au contraire, la différence nous rappelle l’idée de la multiplicité et de la variabilité : en philosophie, l’appel à la différence s’est développé d’abord contre l’ontologie du sujet transcendant et son unité ; les philosophies du tournant linguistique et le post-structuralisme ont beaucoup influencé la théorie sociale dans ce sens et en particulier les approches développées au sein des Cultural studies pour l’étude de la différence culturelle. Dans ce cas, la différence est associée aux conséquences des migrations en termes de multi-culturalisme, pluralisme, reconnaissance de l’altérité comme nouveaux défis pour les démocraties contemporaines. Les flux migratoires, le problème des refugiés et des sans-papiers, posent en effet des questions qui nous obligent à mettre en discussion les contenus que nous avons jusqu’ici donnés aux termes d’intégration sociale et d’assimilation culturelle à un État-nation. À l’heure où les migrations apparaissent comme pérennes et la globalisation fait partie du quotidien, la présence de la différence nous rappelle qu’il est devenu urgent de réfléchir à une nouvelle notion d’intégration5.

  • 6  W. R. Brubaker et F. Cooper, Beyond Identity, « Theory and Society », n. 29, 2000, pp. 1-47.

5Par conséquent, la visibilité et la présence “persévérante” de la différence ont mis en difficulté le concept monologique d’identité autant au sens individuel que collectif. Certains sociologues ont alors renoncé à utiliser le terme “identité” car ils le considèrent trop ambigu, polysémique et donc incapable de rendre compte du dynamisme qui caractérise les actions des individus6. Et ceci surtout quand il s’agit d’individus qui sont porteurs d’une pluralité de références comme c’est le cas des immigrés et de leurs descendants.

  • 7  R. Jenkins, Social Identity, Londres, Routledge, 2005.

6Du coup, puisque nous ne pouvons plus utiliser le mot “identité” d’une façon naïve, des concepts alternatifs ont été proposés : le plus approprié, surtout au sein des études sur les migrations, est probablement celui d’“identification”. Ce concept nous rappelle d’abord que les identifications sont toujours “sociales” et qu’elles sont liées à l’interaction et à l’intersubjectivité, plutôt qu’à un fondement unitaire de l’individu ou de sa culture7. En revanche, l’idée d’identité comme Self est souvent conçue comme une unité autonome, intérieure qui s’oppose au social et qu’il faut joindre pour surmonter les masques, les dominations ou les dispositions et vivre dans l’authenticité.

7L’identification peut être plurielle car chacun d’entre nous s’identifie avec plusieurs groupes sociaux, selon l’âge, le sexe, la profession, les goûts, la position sociale. Les identifications sociales se combinent dans un processus dynamique car elles changent avec le temps et le contexte et peuvent être superposées. Par ailleurs, l’identification met l’accent sur le sujet qui s’identifie, plutôt que sur le groupe dans lequel il se sent partie prenante. Cela évite alors de parler d’identité comme fondement, comme authenticité, comme justification et permet de parler plutôt des processus dynamiques d’identifications dans lesquels nous sommes impliqués dans notre vie quotidienne, sans considérer cela comme une manifestation d’un ego partagé ou perdu dans sa pluralité.

  • 8  G. Baumann, Contesting Culture. Discourses of Identity in Multi-Ethnic London, Cambridge, Cambridg (...)

8Voilà pourquoi il est plus intéressant d’utiliser le concept d’identification quand on se concentre sur la vie quotidienne des migrants et de leurs enfants. Parler d’identification permet de mieux saisir les pratiques et les acteurs, “comment”et par “qui” l’expression de la différence est avancée dans les actes de la vie quotidienne comme dans les revendications explicites. Le rapport entre différence et identification n’est pas dichotomique – autant que celui entre différence et identité – car la différence joue dans les identifications : elle peut être à la fois un instrument de revendication et une ressource dans les interactions quotidiennes, mais elle peut être aussi perçue comme un obstacle face à une société qui a du mal à gérer ses diversifications internes et qui demande de l’uniformité et de l’assimilation. La différence se joue donc à partir des nuances différentes dans les identifications, selon le degré d’ouverture et les ressources de l’individu et de la situation dans laquelle il se trouve : dans certains cas, il vaut mieux occulter la différence, dans d’autres elle peut être un atout8.

  • 9  E. Colombo et G. Semi, Multiculturalismo quotidiano, Milan, Francoangeli, 2007 ; E. Colombo, Multi (...)

9Cela ne signifie pas toutefois que l’acteur gère tout à fait librement, d’une façon tactique et stratégique, ses références à la différence culturelle : au contraire, il agit toujours dans une situation qui présente des ouvertures et des contraintes. Les identifications font en effet référence à des constructions de la différence qui se forment à un niveau “macro” de la structure sociale, et qui ensuite sont utilisées, adaptées, transformées, ou subies à un niveau “micro” selon la situation donnée et les ressources des acteurs impliqués. Il y a donc un niveau abstrait de la construction sociale de la différence – qui a lieu dans les médias, dans les discours de sens commun ou dans les communautés – qui risque toujours d’être réifiée et qui s’auto-justifie, mais qui peut aussi être gérée plus tactiquement par l’individu9. Il existe toujours un champ de la médiation des identifications qui peuvent être en même temps revendiquées et imposées. Cela signifie qu’il faut considérer que la capacité et les ressources pour utiliser d’une façon tactique la différence, sont distribuées de façon asymétrique et doivent être évaluées à partir du plan pratique de leur utilisation. Pour cette raison, il faut distinguer entre les “déterminationsstructurelles” (rapports de force, situation économique, degré d’insertion ou de marginalité sociale) et la “contingence” (situation spécifique, interaction face à face). La tactique des identifications ne peut opérer que dans la contingence, alors que l’identité comme donnée figée est plutôt un effet de l’impossibilité de faire face aux déterminations structurelles

Les identifications des jeunes descendants d’immigrés en Italie

10En Italie, comme ailleurs, la différence est en train de devenir un instrument rhétorique donnant lieu à des tensions sociales et politiques et même à des représentations nouvelles de “l’italianité”, dans un pays qui a une identité nationale unitaire récente, faible et toujours menacée par la force des régionalismes. Comparée à la France, à la Grande-Bretagne ou même à l’Espagne, l’Italie n’a pas une histoire coloniale significative. Au contraire, dans l’histoire nationale le souvenir de l’émigration, vers l’Europe ou les États-Unis, ou encore le souvenir des migrations internes (des régions du Sud vers les régions industrialisées du Nord) est bien plus marqué.

11Cependant, ces vingt dernières années, l’Italie s’est trouvée au centre de flux migratoires importants. À présent, on dénombre environ 4 millions d’étrangers, dont 1 million de mineurs, la moitié desquels sont nés en Italie. Il s’agit de 6 % de la population en moyenne, mais avec des concentrations bien plus importantes dans les grandes villes (15 % à Milan). On compte la présence de presque 200 nationalités : aucune d’entre elles ne représente plus de 20 % du total, les nationalités plus nombreuses proviennent de l’Europe de l’Est, Roumanie et Albanie, suivies par le Maroc.

  • 10  E. Pugliese et D. Sabatino Emigrazione, immigrazione, Naples, Guida, 2006.
  • 11  M. Ambrosini, La fatica di integrarsi, Bologne, Il Mulino, 2001.

12Aujourd’hui, l’Italie s’inscrit dans un « modèleméditerranéen » de l’immigration10, caractérisé par des flux migratoires récents et rapides, débutés après les années 1970 avec le déclin de la société industrielle. Ce modèle est caractérisé par une population immigrée qui travaille plus dans les services peu qualifiés que dans les usines ; par un État-providence faible mais inclusif et universaliste (qui pratique cependant des politiques sociales de plus en plus sélectives vis-à-vis des immigrés) ; par une image publique de l’immigration encore caractérisée par la rhétorique de l’émergence (les sans-papiers) ; enfin, par la formation d’une sorte « d’intégrationsubalterne »11 car l’intégration économique des migrants se fait le plus souvent par le bas, avec une mobilité sociale pour l’instant très limitée et des réseaux communautaires plutôt faibles, surtout à cause de la grande hétérogénéité géographique des migrants. Cependant, malgré ces difficultés, la grande diversité des migrants et de leurs histoires migratoires semble favoriser, dans la plupart des cas, une ouverture au dialogue quotidien avec les Italiens, même si la peur des migrants et la méfiance réciproque ont un poids politique de plus en plus important.

  • 12  T. Faist, Transnationalization in International migration : implications for the study of citizens (...)
  • 13  A. Portes (dir. par), The New Second Generation, New York, Russell Sage Foundation, 1996.

13En général on peut dire que le « modèle méditerranéen » de l’immigration dans lequel l’Italie s’inscrit, présente une spécificité qui situe les jeunes descendants de migrants du côté du “trans-nationalisme”12 plutôt que du côté de “l’assimilation segmentée”13. L’idée d’assimilation – normative ou spontanée – à un modèle national ou à un modèle de consommation euro-américain ne semble pas à l’œuvre dans le cas italien. Il n’y a pas un fort modèle national de référence (comme c’est le cas pour la France par exemple), ni de forts réseaux ethniques qui puissent aider les descendants d’immigrés dans leur mobilité sociale et vers une assimilation segmentée, c’est-à-dire vers une assimilation économique, tout en gardant une différence culturelle, comme c’est parfois le cas aux États-Unis ou en Grande-Bretagne. En Italie, nous sommes plutôt face au risque d’une intégration économiquement subalterne de ces jeunes qui se combine à des formes de multiculturalisme quotidien, où les échanges avec les autochtones prévalent sur la tentation de s’enfermer dans des réseaux identitaires clos. La capacité de transiter d’un code culturel à l’autre, ou d’en combiner plusieurs, est en effet très présente chez les descendants d’immigrés, surtout quand ils sont nés en Italie. Ici, la différence culturelle joue comme une ressource de façon tactique et contextuelle : relations, territoires, valeurs, imaginaires, émotions interagissent sur plusieurs dimensions. La différence est dissociée de la référence nationale et elle devient une ressource manipulable selon la situation, ses opportunités, ses contraintes et ses limites.

14Malgré ces tendances communes, des différences d’attitude sont à signaler par rapport au temps de permanence en Italie. Comme nous l’avons déjà signalé, aujourd’hui environ 50 % des descendants de migrants sont nés en Italie, même si le nombre des mineurs primo-migrants arrivés pendant l’enfance ou l’adolescence pour rejoindre leurs parents, reste important. Il s’agit évidemment de deux situations qui présentent des caractéristiques et des problématiques différentes et qui ont une influence sur la construction des identifications. Les mineurs primo-migrants doivent faire face à un processus d’adaptation linguistique et culturelle et sont souvent pénalisés à l’école : on trouve parmi eux notamment beaucoup de jeunes récemment immigrés dans les écoles dites professionnelles, une filière courte d’études qui vise des professions peu qualifiées. En revanche, les jeunes nés en Italie ont plus d’opportunités, ils sont plus présents dans les lycées d’enseignement général et ils sont généralement plus ambitieux et confiants envers leur avenir. Cependant, ils risquent d’être confrontés à une “ethnicisationdes rapports sociaux” qui commence à être visible à l’intérieur de la récente histoire migratoire italienne, en particulier dans les contextes urbains défavorisés. Ces jeunes gens sont par exemple plus sensibles que les primo-migrants aux problèmes des discriminations et du racisme car, dans leur grande majorité, ils envisagent leur avenir en Italie ou dans des pays occidentaux.

15Puisqu’ils vivent deux situations de départ différentes, ces deux catégories de jeunes construisent leur rapport à la différence culturelle avec des stratégies, des ressources et des modèles d’identification qu’il est utile de comparer. En effet, au cours de nos recherches en Italie nous avons repéré des formes d’identifications qui sont plus probables dans l’un ou l’autre cas.

  • 14  A. Portes, op. cit.

161. Chez les jeunes primo-migrants, plus rarement chez les jeunes éduqués en Italie, une première forme d’identification peut être celle qui se vérifie dans l’atmosphère protectrice et rassurante des réseaux ethniques. Cette modalité est parfois associée à une attitude de retrait plus probable quand le jeune a vécu le transfert en Italie comme une obligation pour faire plaisir à ses parents, plutôt que comme une opportunité. Dans ce cas, les amis et les liens sociaux restent ceux du pays d’origine, ils parlent toujours la langue des parents – l’utilisation de la langue italienne reste limitée aux interactions inévitables –, ils regardent les films, écoutent la musique et mangent de préférence les plats du pays. Les références identitaires restent celles de l’enfance “au pays” dont on continue à avoir une image nostalgique et mythifiée. L’identification dans cette construction mythifiée protège et isole, mais le risque est celui de l’acceptation de la marginalité déjà vécue par les parents, selon une trajectoire semblable à celle de la downward assimilation (l’assimilation vers le bas)14.

172. Toujours chez les jeunes primo-migrants, et plus rarement chez la deuxième génération, il peut y avoir une forme d’identification inverse par rapport à la précédente et qui est celle du mimétisme. Dans ce cas, le désir d’intégration sociale s’exprime par l’adoption des styles de consommation, habitudes, langages, présentation de soi-même le plus possible identiques à ceux des Italiens. Il s’agit d’une forme d’identification plus répandue chez les jeunes qui ont un lien affectif faible ou parfois critique avec leurs origines culturelles et qui même physiquement peuvent se présenter en tant qu’Italiens. Parfois, le mimétisme est lié à la peur d’être discriminé et pénalisé, mais le plus souvent il est associé à la volonté d’accélérer un processus d’intégration sociale qui leur semble incompatible avec le maintien des pratiques culturelles de leurs parents.

183. Le troisième type d’identification est mois fréquent chez les primo-migrants que chez les jeunes nés en Italie : il s’agit d’une sorte d’identification “transnationale”. Il s’agit de la capacité à faire jouer l’identification sur le front de la culture italienne aussi bien que sur celui de la culture des parents en utilisant les ressources des deux. Ici, il n’y a plus le choix dichotomique dedans ou dehors, des deux identifications précédentes, mais la volonté de réunir des univers qui, à première vue, peuvent sembler incompatibles. Ici, la différence commence donc à être utilisée comme une véritable ressource. Le fait de parler deux ou plusieurs langues, maîtriser les codes culturels de deux civilisations, pouvoir compter sur deux différents réseaux sociaux, est considéré comme un avantage. Un bon capital culturel et social de la famille est bien évidemment souvent à l’origine de ce type d’attitude qui demande un contexte suffisamment ouvert au sein de la famille, à l’école ou dans les réseaux amicaux.

194. Enfin, un quatrième type d’identification semble au contraire plus fréquent chez les jeunes nés en Italie : celui de l’identification “cosmopolite”. Par rapport au précédent, ce modèle demande une élaboration cognitive plus complexe : en effet, il ne s’agit pas simplement de faire interagir deux mondes culturels mais de regarder au-delà de ces mondes et d’envisager une mobilité géographique et culturelle encore plus riche. C’est une forme d’identification qui fait surmonter les racines, qui refuse les choix définitifs et qui préfère une attitude ironique et détachée, tactique plus que fidèle à des modèles. Les différences peuvent donc être cumulées et choisies selon les opportunités et le contexte. Les jeunes interviewés qui sont scolarisés dans un lycée général, sont plus ambitieux par rapport à leur avenir et ont tendance à présenter la différence culturelle comme une ressource stratégique qui n’a plus de lien avec une notion réifiée de culture.

20On peut dire que les deux premiers modèles sont classiques et qu’ils étaient déjà présents dans les migrations du passé. En revanche, les deux derniers modèles d’identification sont plus caractéristiques de la société contemporaine, où les jeunes ont des références culturelles plus diversifiées, considèrent que leurs racines sont plus symboliques que géographiques et que leur avenir est lié à leurs ressources personnelles plutôt qu’aux décisions d’une communauté. Refuge ou ressource, la différence peut donc jouer dans des formes différentes d’identification qui ne se limitent pas à un choix entre “in” et “out”. Puisque l’Italie contemporaine n’est pas une société structurée par l’industrialisation et le nationalisme, le jeu des identifications peut être plus souple, même s’il reste influencé par les ressources familiales, le milieu social, les choix scolaires. Il est toutefois évident que le chômage et une discrimination ethnique montante, mais peu reconnue, risquent de trahir les attentes de mobilité sociale de beaucoup de descendants de migrants.

Goûts, styles de vie et identifications

21Une partie de nos recherches étaient consacrées à l’étude des modèles et des styles de consommation chez les jeunes descendants d’immigrés. Il s’agit d’un domaine particulièrement intéressant pour étudier les identifications car la consommation représente une expérience banale de la vie quotidienne et un moment où les pratiques et les constructions sociales des identifications à travers les goûts, l’appropriation et l’apprivoisement des objets, se concrétisent.

  • 15  J. Brewer et F. Trentmann (dir. par), Consuming Cultures, Global Perspectives : Historical Traject (...)
  • 16  P. Gilroy, There Ain’t No Black in the Union Jack : The Cultural Politics of Race and Nation, Lond (...)

22Notre référence à la consommation est généralement liée à un imaginaire « blanc, bourgeois et occidental »15. Par conséquent, la construction de la différence culturelle s’est développée aussi à travers la revendication d’une consommation capable de mettre en valeur la différence elle-même16. Nous avons donc d’un côté une littérature qui parle “d’acculturation à la consommation” et qui est liée aux théories de l’assimilation et de la socialisation : les migrants, et surtout leurs enfants, sont destinés à assimiler par socialisation les goûts et les styles de consommation occidentaux, ou au contraire à les refuser en choisissant une fermeture idéologique. De l’autre côté, nous avons une littérature, proche des Cultural Studies, qui souligne au contraire la relation entre ethnicité et consommation car c’est d’abord à travers les pratiques de consommation quotidienne (habillement, alimentation, musique, médias…) que la différence peut être affichée et revendiquée.

  • 17  P. Perry, White means never having to say you’re ethnic : White youth and the construction of ‘cul (...)
  • 18  P. Rebughini, Identificarsi attraverso gli oggetti. Cultura materiale e pratiche di consumo tra i (...)

23Notre recherche montre que les styles de consommation adoptés par les descendants de migrants ne sont jamais le fruit d’une simple imitation passive et automatique. Au contraire, puisque ces jeunes gens sont d’une certaine façon obligés de se situer par rapport à cette culture euro-américaine de consommation17, le fait même de per-cevoir une certaine dissonance entre cette culture et la culture originaire des parents les aide à garder une distance critique ou bien à trouver une voie interprétative personnelle dans le rapport aux objets de consommation18. Les jeunes interviewés ne sont ni enchantés vis-à-vis des biens de consommation, ni moralement scandalisés. Si l’on compare leur attitude à celle des jeunes Italiens de la même couche sociale, nous pouvons remarquer que même quand nous sommes face à des pratiques apparemment conformistes – ou qui apparaissent comme une sorte d’assimilation culturelle à la consommation – les jeunes fils d’immigrés gardent toujours une attitude plus détachée envers les objets de leur consommation. Il y a une sorte de distance réflexive, parfois critique, qui s’appuie justement sur leur perception de la différence culturelle dont ils sont les porteurs :

Depuis que j’ai 14 ans, je travaille et j’étudie et je donne 200 euros par mois à ma mère, je connais la valeur de l’argent, dans mon pays c’est comme ça […] Ici par contre les jeunes sont tous gâtés, ils ne sont jamais contents, n’ont jamais assez de choses, ils veulent tout et tout de suite, la voiture, la moto, etc. Alors je dis : mais bougez-vous ! Il faut commencer par le bas pour comprendre, je n’ai pas besoin d’un pantalon Armani, je vais au marché, je me sens très éloignée de tout cela […] (Lisa, 17 ans, parents dominicains, née à Saint Domingue).

Mes parents m’ont appris à gagner moi-même mon argent de poche, mais ils me donnent de l’argent en plus pour acheter les vêtements quand il faut […] par rapport à mes amis, je me sens un peu étrange, je n’aime pas le shopping, c’est une perte de temps, la discothèque à 12 euros, non merci ! […] Parfois ils me disent que je suis trop adulte, que je ne suis pas capable de m’amuser, mais c’est comme ça que je vois les choses. (Enrique, 19 ans, parents péruviens, né au Pérou).

24La culture matérielle, le rapport aux objets de consommation joue alors un rôle ambivalent dans la construction des identifications. Le rapport entre sujet et objet est “actif” : les jeunes ne semblent pas subir une fascination incontrôlée envers les marques et les objets convoités car ceux-ci sont situés d’une façon souple à l’intérieur de leur parcours biographique et familial, selon le contexte et les identifications en jeu. Celles-ci, on l’a vu, peuvent être mimétiques ou au contraire liées au réseau ethnique, mais aussi le plus souvent transculturelles et cosmopolites. Le fait que les jeunes interviewés ne soient pas isolés dans des ghettos urbains ou ethniques mais qu’ils aient des relations régulières avec les jeunes Italiens ou des jeunes de plusieurs nationalités, peut les aider à gérer la relation entre différence et apprivoisement des objets avec souplesse, utilisant leur patrimoine de différence comme une ressource.

25La différence peut être un signe de distinction et de prestige justement à travers la consommation de musique, de film, de vêtements : les identifications multiples peuvent se montrer à travers un foulard associé aux couleurs des vêtements. L’usage de symboles, tels que certaines marques commerciales, peut être ironique et assumer des significations différentes à l’intérieur de contextes différents.

D’habitude, je ne porte pas le voile, je le porte seulement quand je vais en Inde avec ma famille ou quand je vais à la mosquée […] De toute façon, même s’il s’agit de quelque chose de sacré […] même si c’est un symbole, il préserve mon apparence, cela ne veut pas dire que porter le voile c’est être moche, il y a de très beaux vêtements, ou bien le voile peut avoir la même couleur que tes vêtements, il y a aussi une esthétique, une façon de montrer ta personnalité […] (Giada, parents indiens musulmans, 18 ans, née en Italie).

Dans mon école, nous sommes tous des garçons […] L’apparence est importante : si tu n’as pas certaines marques, un certain style tu risques de ne pas être respecté […] surtout si tu es un immigré on te dit des choses […] pour être respecté il faut un certain style, genre ces pantalons taille basse […] mais, quand je suis chez moi, je ne les porte pas car ce n’est pas pratique du tout […] (Manuel, parents colombiens, 17 ans, né en Colombie).

Conclusion

26Les recherches que nous venons d’exposer montrent que si l’on raisonne en termes d’identification et non d’identité, si l’on se concentre sur les pratiques de la vie quotidienne et sur des comportements banals comme ceux de consommation chez les jeunes issus de l’immigration, la pluralité des usages de la différence semble la norme plutôt que l’exception. Bien évidemment, les situations changent selon le temps de permanence en Italie, l’histoire familiale, le capital culturel et social, les ressources et les contraintes du contexte. Cependant, le système d’intégration économiquement subalterne dans lequel la plupart de ces jeunes vivent, ne se traduit ni dans un effacement de la différence culturelle, ni dans sa revendication idéologique et rancunière.

27Cette génération de jeunes descendants d’immigrés, représente une nouveauté historique pour l’Italie et une avant-garde qui vit de façon plus intense que d’autres jeunes les processus culturels de globalisation et leur concrétisation dans la vie de tous les jours. Néanmoins, l’importance stratégique de cette génération, au-delà des milieux académiques et de recherche (mais aussi du marketing ethnique), ne semble pas avoir été comprise dans toute son ampleur. Du coup, le multiculturalisme est vécu plus au quotidien que dans les débats institutionnels et de façon paradoxale – surtout par rapport à la France – cela a permis une certaine souplesse et une certaine variabilité dans les constructions sociales et médiatiques de la différence que ces jeunes, pour l’instant, s’approprient encore d’une façon relativement libre au niveau “micro” de leur vie de tous les jours. En Italie, nous sommes encore dans une situation de transition. Toutes les enquêtes, également au niveau quantitatif, nous montrent l’image d’une génération de descendants d’immigrés engagés dans un processus d’intégration différencié qui se poursuit malgré les pièges structuraux qui les guettent : le chômage et l’intégration subalterne de leurs parents qui se traduisent parfois par un faible investissement dans les études ou le choix de filières de formation moins qualifiées ; l’instrumentalisation de la peur de l’étranger qui touche de plus en plus la vie de ces jeunes, surtout si leur différence est physiquement visible ; l’inertie de la mobilité sociale dans un système économique qui favorise trop peu le mérite individuel et qui risque de trahir les ambitions de ces jeunes gens.

Haut de page

Notes

1  G. Favaro, Bambini stranieri a scuola, Florence, La Nuova Italia, 1997.

2  M. Ambrosini et S. Molina (dir. par), Seconde Generazioni, Turin, Ed. Fondazione Giovanni Agnelli, 2004.

3  R. Bosisio, E. Colombo, L. Leonini et P. Rebughini, Stranieri & Italiani, Rome, Donzelli, 2005 ; E. Colombo, L. Leonini et P. Rebughini, Different But Not Stranger : Everyday Collective Identification among Adolescent Children of Immigrants in Italy, « Journal of Ethnic and Migration Studies », n. 35, 1, 2009, pp. 37-59 ; L. Leonini et P. Rebughini, Legami di nuova generazione, Bologne, Il Mulino, 2010.

4  A. Appadurai, Modernità in polvere, Rome, Meltemi, 2001.

5  M. Wieviorka, L’intégration : un concept en difficulté, « Cahiers Internationaux de Sociologie », 2008, vol. CXXV, pp. 221-40.

6  W. R. Brubaker et F. Cooper, Beyond Identity, « Theory and Society », n. 29, 2000, pp. 1-47.

7  R. Jenkins, Social Identity, Londres, Routledge, 2005.

8  G. Baumann, Contesting Culture. Discourses of Identity in Multi-Ethnic London, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

9  E. Colombo et G. Semi, Multiculturalismo quotidiano, Milan, Francoangeli, 2007 ; E. Colombo, Multiculturalismo quotidiano. Verso una definizione sociologica della differenza, « Rassegna Italiana di Sociologia », n. 47, 2, 2006, pp. 269-296.

10  E. Pugliese et D. Sabatino Emigrazione, immigrazione, Naples, Guida, 2006.

11  M. Ambrosini, La fatica di integrarsi, Bologne, Il Mulino, 2001.

12  T. Faist, Transnationalization in International migration : implications for the study of citizenship and culture, « Ethnic and Racial Studies », n. 23, 2, 2000, pp. 189-222.

13  A. Portes (dir. par), The New Second Generation, New York, Russell Sage Foundation, 1996.

14  A. Portes, op. cit.

15  J. Brewer et F. Trentmann (dir. par), Consuming Cultures, Global Perspectives : Historical Trajectories, Transnational Exchanges, Oxford et New York, Berg, 2006.

16  P. Gilroy, There Ain’t No Black in the Union Jack : The Cultural Politics of Race and Nation, Londres, Routledge, 1991 ; S. Hall, Critical Dialogues in Cultural Studies, Londres, Routledge, 1996.

17  P. Perry, White means never having to say you’re ethnic : White youth and the construction of ‘cultureless’ identities, « Journal of Contemporary Ethnography », n. 30, 1.

18  P. Rebughini, Identificarsi attraverso gli oggetti. Cultura materiale e pratiche di consumo tra i giovani figli di migranti, in L. Leonini et P. Rebughini (dir. par), Legami di nuova generazione, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Paola Rebughini, « Les jeunes descendants d’immigrés à Milan. Identifications et vie quotidienne », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 20 octobre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3263 ; DOI : 10.4000/italies.3263

Haut de page

Auteur

Paola Rebughini

Università Statale di Milano

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org