Navigation – Plan du site
Les politiques migratoires

L’immigration, enjeu de politique intérieure et de politique étrangère pour l’Italie contemporaine

Jean-Pierre Darnis
p. 203-215

Résumé

L’immigration est un sujet particulièrement sensible pour l’analyse de l’Italie contemporaine. L’importance et le caractère récent des flux d’immigration font de l’Italie un cas particulier dans le contexte européen. L’immigration est devenue un enjeu politique, car elle est synonyme de compétition pour la prise en compte des intérêts des classes défavorisées, directement menacées par ces flux. La gestion de l’immigration en Italie peut apparaître comme une politique en dents-de-scie. Elle présente cependant des paradoxes qui dénotent d’un certain pragmatisme et de la tradition d’accueil de ce pays.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1L’immigration en Italie est un phénomène relativement récent. De 1970 à nos jours, ce pays est passé d’une présence négligeable d’immigrés (quelques centaines) à près de 7 % de la population, avec un ordre de grandeur de 4 millions d’immigrés extra-communautaires. Le cap du million d’immigrés a été franchi entre 1996 et 1997, alors qu’en 2003 les statistiques indiquent plus de 2 millions d’extra-communautaires en Italie1. Nous observons donc une croissance importante de l’immigration au cours des quinze dernières années. Il s’agit d’un phénomène original, alors qu’un pays comme la France a bloqué l’immigration à partir de 1974.

2Lorsque nous réfléchissons à propos de l’immigration, nous avons bien souvent tendance à la considérer comme un phénomène isolé : celui du destin d’individus qui viennent tenter leur chance en Italie pour améliorer leurs conditions de vie. L’immigration représente une réalité plurielle qui peut aussi donner lieu à des analyses différenciées suivant la provenance. Mais il nous faut rappeler que l’Italie a une histoire particulière en matière d’immigration, celle des migrations internes et externes, à savoir les mouvements de population qui ont vu les Italiens quitter le Sud pour migrer au Nord de la péninsule, ou bien quitter leur pays pour aller chercher un futur meilleur aux Amériques, en Australie ou en Europe. La sociologie de l’émigration italienne était plutôt simple : elle provenait des régions les plus pauvres (le Sud ou le Nord-Est par exemple) et des filières se créaient entre une région ou ville italienne et une zone d’immigration où certains avaient ouvert la voie.

3Quelle était la place de cette émigration dans le débat politique ? Il s’agissait d’une place réduite car le système électoral italien se basait sur la participation au vote dans le siège de résidence en Italie et que le droit de vote depuis l’étranger n’était pas reconnu aux émigrés. Selon les estimations actuelles du ministère des affaires étrangères, environ quatre millions de citoyens italiens résident hors du territoire2. Si nous confrontons les données historiques de l’émigration et des retours, nous pouvons estimer que près de 30 millions d’Italiens ont émigré depuis 1870, et qu’environ 10 millions sont rentrés en Italie : une vingtaine de millions d’Italiens seraient restés à l’étranger, ce qui ne signifie pas, bien sûr, le maintien de la nationalité italienne mais permet de décrire l’importance du phénomène au cours du XXe siècle3. L’émigration italienne constituait donc une véritable masse démographique par rapport à la population de l’Italie et, par conséquence, par rapport à son corps électoral.

4Le problème de la représentation des « Italiens de l’étranger » a souvent été posé dans la République italienne, mais les partis de l’arc constitutionnel issu de la Résistance ont toujours eu une position frileuse en la matière : ils craignaient que cette masse potentielle de votants ne déstabilise les équilibres en place en raison de son orientation politique différente par rapport aux rapports de force en Italie. D’après P. Ungari, historien du droit et haut fonctionnaire :

  • 4  Entretien personnel, Rome, juillet 1999.

Le vote des Italiens à l’étranger a toujours constitué un problème [...]. L’absence de mécanisme de vote constituait de fait un suffrage censitaire : les résidents à l’étranger qui pouvaient se payer le billet d’un voyage pour voter pouvaient exercer leur droit de vote, les autres non [...]. Aussi il s’agit d’une solution très peu satisfaisante [...]. Mais la vraie question était celle de l’orientation politique de ces émigrants [...]. Ils avaient souvent un rapport passionnel avec l’Italie, une recherche de valorisation identitaire face à une existence dans laquelle ils subissaient ou avaient longtemps subi le racisme [...]. Aussi, les idées nationalistes sont-elles particulièrement fortes parmi les communautés émigrées, d’autant plus que le Fascisme a été vécu souvent comme un moment de fierté nationale pour les Italiens de l’étranger [...]. Donc ce corps électoral aurait pu faire pencher les résultats des élections vers la droite nationaliste, le MSI, ce qui ne faisait vraiment l’affaire de personne [...] ni de l’opposition de gauche, ni de la majorité qui aurait dû revoir ses équilibres marqués par la recherche de gouvernements centristes.4

5En effet, les communautés d’Italiens émigrés avaient une vision très nationale de la politique italienne et privilégiaient souvent le parti post-fasciste, le Movimento Sociale Italiano (MSI) qui représentait à la fois l’unique parti ouvertement nationaliste mais aussi l’héritier d’une période historique vécue comme une reprise de la fierté nationale par les communautés émigrées. Aussi la thématique des « Italiens de l’étranger » a-t-elle longtemps été portée par le MSI qui s’est ensuite transformé en Alleanza Nazionale. Le responsable politique Mirko Tremaglia a mené cette bataille, en devenant ministre des « Italiens dans le monde » dans le gouvernement Berlusconi entre 2001 et 2006 et en faisant voter une loi qui modifie la Constitution italienne de façon à conférer aux Italiens résidant à l’étranger la possibilité de voter pour quatre circonscriptions en élisant 12 députés et 6 sénateurs. Il s’agit d’un compromis relativement inégal par rapport à l’importance numérique du corps électoral, mais qui assure toutefois une certaine représentation. On notera également que les résultats de ces circonscriptions ont été plutôt équilibrés lors des deux dernières élections législatives, ne faisant donc pencher la balance ni à droite ni à gauche.

6Ainsi, le phénomène des migrations était un enjeu au sein de la politique italienne, mais il s’agissait d’abord du statut de l’émigré italien et de ses droits politiques. Lorsque se posera le problème des immigrants en Italie, une série de continuités pourront être observées.

7L’immigration est devenue un thème important de l’agenda politique à la fin des années 1990 et au début des années 2000, alors que l’on passe rapidement d’un million à plus de deux millions d’immigrés. Il faut noter le décalage de l’Italie par rapport à un pays comme la France où la question de l’immigration a été politisée depuis les années 1980, avec en particulier la forte croissance du Front National à partir des élections de 1986. Ce décalage correspond à une histoire démographique différente, ne serait-ce qu’à cause des effets de la décolonisation en France. Au cours des années 1980, c’est le débat français sur l’immigration qui suscite la curiosité des observateurs italiens, avec en particulier les parallélismes opérés entre les socialistes au pouvoir en France et en Italie.

  • 5  M. Maffai, Quegli stranieri odiati e amati, « la Repubblica », 4 août 1989, p. 23.
  • 6  G. Passalacqua, Bossi promette alla Lega : trionferemo alle elezioni, « la Repubblica », 9 décembr (...)

8En août 1989, la journaliste Myriam Maffai publie dans le quotidien « La Repubblica » un article intitulé Quegli stranieri odiati e amati qui propose deux thèmes essentiels : l’immigration comme ressource pour l’économie italienne et donc comme une opportunité qui doit être encouragée d’une part, et la nécessité de prévoir une intégration des immigrés dans la vie civique d’autre part, en leur conférant, par exemple le vote aux élections locales5. À la fin des années 1980, un parti politique émergent, la Lega Lombarda, va commencer à manifester son opposition à l’immigration, en critiquant non seulement les Méridionaux, mais aussi les immigrés dont la présence serait le fruit d’un jeu du “grand capital” pour obtenir une main-d’œuvre à bas coût6.

9L’adoption de la loi 39/1990 dite loi « Martelli » va mettre en place le premier système coordonné de traitement de l’immigration en Italie en définissant un régime pour les conditions d’entrée, de séjour, d’expulsion et de droit d’asile. Elle détaille le statut des réfugiés et propose la mise en place d’une programmation des flux d’immigration, ainsi qu’une série de peines légères pour punir l’immigration clandestine. Elle sera défendue par les socialistes, la force dynamique des gouvernements de l’époque, mais provoquera une série de controverses au sein de la majorité démocrate-chrétienne.

10Dès l’ouverture des débats relatifs à cette loi, il est possible d’observer des clivages nets entre une aile progressiste, dont font partie les socialistes, qui voudrait mettre en place une politique d’assimilation avec une ouverture partielle des frontières, et une aile conservatrice qui entend fermer les frontières et proposer une vision restrictive du statut de l’immigré en Italie.

11Dès la fin des années 1980, les termes du débat politique sur l’immigration sont donc posés. D’un côté, la gauche insiste sur une vision sociale, sur les droits de l’homme et la protection de l’individu. Cette matrice culturelle est celle qui survivra et se développera au sein de la gauche italienne après la crise et la transformation du Parti Communiste Italien, d’abord en PDS, puis DS et finalement PD (Parti Démocrate), en associant et intégrant l’aile gauche de l’ancienne Démocratie chrétienne (DC). L’association politique est également synonyme de production d’un discours sur les valeurs dans lequel les références marxistes anciennes disparaissent pour laisser place à une série de politiques qui insistent sur les concepts de protection des faibles, et donc des droits mais qui reprennent aussi un volet tiers-mondiste, classique au sein de la gauche communiste, pour l’adapter dans l’accueil et la protection des individus issus du tiers-monde. Ce thème est également en accord avec les valeurs catholiques de gauche.

  • 7  B. Palombelli, È rosso il leghismo nella guerra tra poveri, « la Repubblica », 9 octobre 1991, p.  (...)

12De l’autre côté, on trouve la Lega qui tire à boulets rouges contre l’immigration, au sens propre et au sens figuré. À l’époque, la Lega est perçue comme un mouvement local, qui est souvent considéré comme folklorique et insignifiant par les observateurs. La Lega reprend une vulgate post-marxiste pour critiquer une immigration qui servirait les intérêts du “grand capital”. Il est remarquable de constater que, dès le début des années 1990, les responsables locaux du PDS dans les principales villes du Nord, les anciens bastions ouvriers de la gauche italienne, ont mis en garde la direction nationale contre les transferts de militants ouvriers vers la Lega : ceux-ci seraient sensibles à la vision hostile vis-à-vis de l’immigration perçue comme concurrente au sein du marché du travail et synonyme d’une dégradation des conditions de sécurité dans un contexte urbain7. La gauche italienne a longtemps représenté les classes défavorisées, par exemple celles des ouvriers du Nord de l’Italie qui étaient aussi des migrants internes, en provenance du Sud. Mais la classe ouvrière, ou tout au moins ce qu’il en reste, perçoit de façon négative l’arrivée d’immigrés vus comme autant de concurrents qui cassent le cadre social fruit de luttes et de négociations.

13La croissance ultérieure des flux d’immigration va continuer à solidifier ces positions apparues entre la fin des années 1980 et le début des années 1990. La gauche post-communiste adoptera globalement une vision tiers-mondiste et de protection des droits de l’individu, favorable à l’immigration. Il s’agit d’une représentation qui est cohérente avec le profil culturel de la gauche italienne renouvelée et correspond également aux politiques prônées par l’ensemble des partis politiques progressistes en Europe. Cependant cette vision favorable à la tutelle de l’individu immigré, majoritaire au sein de la gauche, n’est pas la seule. Il faut rappeler l’exemple significatif du maire de Padoue, Flavio Zanonato, qui en 2006 a fait adopter une série de mesures énergiques pour combattre l’insécurité et le trafic de drogue, avec en particulier la construction d’un mur et l’élimination des bancs autour de la gare, des mesures qui touchaient en premier lieu la population immigrée. La position de défense des immigrés prise par la gauche n’est donc pas aisée car la base se montre critique, sans toutefois que l’attribution du droit de vote ne vienne élargir les consensus lors d’élections locales.

14En 1998, la loi « Turco/Napolitano » va mettre en place un texte unique en matière d’immigration, en reprenant la loi « Martelli ». Cette loi sera ensuite amendée par le dispositif prévu par la loi « Bossi/Fini » de 2002 qui réaffirme le principe du contrôle de l’immigration par la programmation de flux, un concept que l’on retrouvait dans les législations précédentes. La programmation de l’immigration s’accompagne d’accords bilatéraux en matière d’immigration clandestine qui doivent permettre de favoriser l’immigration en provenance des pays qui coopèrent avec l’Italie dans la lutte contre l’immigration clandestine. L’obtention d’un permis de séjour est subordonnée à la signature d’un contrat de travail entre le candidat à l’immigration et l’employeur italien. Cette loi a également durci le régime du regroupement familial. Il faut cependant souligner l’écart entre l’effet d’affichage politique de réformes législatives qui annoncent un durcissement des conditions d’immigration et la protection des droits individuels dans l’ordre juridique italien (depuis les aspects législatifs jusqu’à l’application judiciaire) qui émoussent quelque peu la sévérité de ces nouveaux dispositifs.

  • 8  I. Diamanti, Tra il grande Nord e il grande centro, « la Repubblica », 15 septembre 2009, p. 1.

15En juillet 2009, un décret-loi sur la sécurité a été voté. Il comprend une série de mesures restrictives pour l’immigration ; en particulier l’immigration clandestine devient un délit pénal. Il s’agit d’un durcissement supplémentaire de la législation en matière d’immigration. Ce décret-loi a été promu par la Lega représentée par le ministre de l’intérieur Roberto Maroni. La Lega a pu apparaître comme un parti ethno-régionaliste à ses débuts. Elle a rapidement exprimé une série de problématiques nationales : la capacité à enraciner son parti dans le territoire de façon capillaire, ce qui fait de la Lega aujourd’hui le seul parti de masse en Italie ; mais surtout la reprise des thématiques liées à la sécurité ce qui place la Lega en position d’interlocuteur national dans le débat politique8. La promotion des “rondes citoyennes” se situe dans le droit fil de cette volonté d’augmenter la sécurité du territoire, mais aussi de la revendication de la primauté de l’action des citoyens sur base locale et de leur capacité à assurer eux-mêmes les fonctions collectives régaliennes en cas de défaut de la part de l’État. La Lega illustre parfois une version italienne des visions fédéralistes et autonomistes visant à réduire le rôle de l’État à son minimum, en se comparant au courant américain “libertarian”. Les responsables de la Lega jouent sur deux registres : une veine populiste xénophobe pour arpenter les comices du Nord et du centre de l’Italie et une version gouvernementale plus policée. La progression enregistrée par la Lega à l’occasion des élections de 2008 et de 2010 illustre le succès de cette stratégie politique.

16Mais si la Lega dicte l’agenda du gouvernement en matière d’immigration, la majorité ne semble pas pour autant uniforme en la matière. Les déclarations du président de la Chambre des Députés, Gianfranco Fini, le 3 septembre 2009, en faveur de la concession du droit de vote aux élections locales aux immigrés, ont suscité des remous au sein de la majorité. De nombreux analystes ont cherché à mettre en évidence la stratégie personnelle d’un leader de droite qui regarde vers le centre pour se placer comme alternative au leadership d’un Silvio Berlusconi vieillissant. Il faut toutefois rappeler que, malgré son absorption au sein du PDL, G. F. Fini est porteur d’une identité particulière, celle du courant nationaliste, celui du Movimento Sociale Italiano transmis par le biais d’Alleanza Nazionale et qu’il se rattache lui aussi à cette revendication politique nationale qui exprimait la volonté d’améliorer le statut des émigrés italiens. Le père spirituel de la loi sur les « Italiens dans le monde » s’est, lui, dissocié de l’institution d’un délit pénal pour l’immigration clandestine, au nom des souffrances endurées par les émigrés italiens. Il s’agit d’une position isolée mais qui nous permet d’observer des continuités historiques véhiculées par un parti nationaliste qui est aussi un parti de l’étranger, un indice d’une définition collective italienne certainement beaucoup moins nationale que dans d’autres pays.

17Un autre volet de la politique d’immigration concerne la politique étrangère. La politique étrangère italienne se divise suivant trois axes : l’Europe, la relation transatlantique et la Méditerranée. Dans la vision italienne, la Méditerranée est une étendue large, depuis l’Asie jusqu’à l’Atlantique, qui comprend l’ensemble des pays non européens et avec laquelle l’Italie entretient des relations : en résumé la Méditerranée peut nous servir à décrire l’ensemble de la “politique étrangère” italienne en dehors des cadrans d’intégration européenne et transatlantique. La Méditerranée apparaît donc comme ambivalente : d’une part, il s’agit d’un espace souvent présenté comme commun, mais d’autre part il convient de marquer sa distance, de se protéger des migrants en provenance des pays pauvres pour lesquels les frontières ne sont pas ouvertes.

  • 9  Les thématiques du contrôle de la frontière sont développées aussi bien par les autorités italienn (...)

18Face à la pression migratoire en provenance de certains pays, les Balkans d’abord, l’Afrique ensuite, les gouvernements italiens ont toujours cherché à associer leur action interne et externe, en ajoutant un volet “immigration” aux politiques méditerranéennes. Il faut se souvenir de l’action énergique du gouvernement Prodi en 1997 lors du rapatriement forcé des Albanais fraîchement débarqués à Bari, une action que l’on peut comparer aux refoulements d’immigrés en provenance de Libye en 2009. Il existe donc une continuité d’action des gouvernements italiens en la matière, et ce, qu’ils soient de droite ou de gauche. Ces renvois manu militari illustrent bien le concept de protection de la frontière que l’on retrouve dans les différentes expressions de la politique méditerranéenne italienne. La thématique du border control est aujourd’hui l’une des priorités de la sécurité européenne défendue par l’Italie9.

19Les politiques de refoulement déjà citées vont s’accompagner d’un volet de politique étrangère. À la fin des années 1990, le gouvernement italien va lancer une action pour la stabilisation de l’Albanie par le biais de la mission Pélican qui permettait une aide humanitaire ainsi que la mise en place d’une politique de reconstruction. Depuis, l’Italie a toujours mené une politique active dans les Balkans dans le but de stabiliser la zone et d’éviter des flux d’immigration incontrôlée.

20Depuis une dizaine d’années, l’Italie cherche à promouvoir l’association des pays d’origine à la politique de lutte contre l’immigration clandestine. Romano Prodi a pris différentes initiatives en la matière, au niveau national comme au niveau européen, lorsqu’il était président de la Commission Européenne. L’Italie a signé un traité bilatéral avec la Libye en août 2008 qui comprend l’organisation de patrouilles maritimes communes ainsi qu’un traitement mutualisé des immigrés clandestins, et ce dans le respect des conventions internationales. Or, selon certaines interprétations du droit européen, il semblerait impossible pour un pays membre de l’UE de pratiquer un refoulement automatique. Il s’agit d’un point délicat sur lequel la Commission Européenne a demandé des clarifications à l’occasion d’un déni de secours entre Malte et l’Italie.

21Face à cela, l’Italie a toujours demandé des moyens européens pour lutter contre l’immigration et la définition de politiques opérationnelles. Pour cette raison, l’Italie soutient l’action de Frontex, et la création des unités européennes d’intervention aux frontières RABIT10.

22Au travers de sa politique étrangère, l’Italie cherche à promouvoir une gestion intégrée des flux migratoires, qui passe par le biais d’accords avec les pays d’origine comme l’illustre l’accord avec la Libye. Cependant, ce type d’accord pose d’autres problèmes car il ne s’agit pas d’un pays d’origine mais d’un pays de transit, ce qui reporte et bloque les problématiques de l’immigration clandestine plus au Sud. Ce faisant, l’Italie va également concilier des objectifs de politique de développement car elle fait souvent office de première frontière de l’Europe pour l’immigration en provenance de la rive Sud, ce qui crée une pression particulière à ses frontières. La vision italienne est certainement celle de favoriser le développement de la zone méditerranéenne, ce qui passe aussi pour l’Italie par l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne, un aspect largement défendu par l’ensemble de la classe politique italienne.

Conclusion

23L’immigration constitue en Italie un enjeu important dans le débat politique, et donne également lieu à une expression de politique étrangère. Elle nous permet de représenter une Italie plus poreuse que d’autres pays membres de l’Union Européenne. Il s’agit d’une porosité géographique, de par la longueur de côtes difficiles à contrôler, mais aussi d’une porosité de la conception de l’identité italienne. Au nom du passé d’émigration de l’Italie, on retrouve des expressions politiques plutôt ouvertes, comme dans le cas des héritiers du MSI/AN. La gauche a repris à son compte une politique continentale en matière d’immigration : protection des droits de l’individu et gestion des flux. À droite, la Lega est le parti sécuritaire qui s’oppose à l’immigration, en interprétant les humeurs du bas-ventre du pays.

24Souvent, les Italiens ont l’impression de ne pas être soutenus par l’Europe car ils doivent gérer seuls une pression migratoire importante et se sentent démunis. Aussi les accords bilatéraux, comme l’accord avec la Libye, cherchent-ils à explorer de nouvelles pistes dans la gestion de l’immigration, même si les aspects problématiques sont nombreux. Il faut souligner en particulier, que les accords bilatéraux peuvent parfois apparaître comme divergents par rapport à une nécessaire approche régionale ou multilatérale qui devrait permettre de gérer l’immigration à un niveau européen.

25Au-delà de ces visions, il convient de rappeler qu’à la suite des différentes lois sur l’immigration, les gouvernements italiens ont procédé à des campagnes de régularisation d’immigrés en situation irrégulière. Après la loi Martelli de 1990, 215 000 personnes ont été régularisées. En 1995, à la suite du décret Dini, ce sont 244 000 personnes qui sont régularisées. En 1998, la loi Turco-Napolitano donne lieu à une régularisation de 217 000 immigrés. La loi Bossi-Fini de 2002 entraîne la régularisation de 630 000 personnes. Enfin, la régularisation de 2009 a concerné 300 000 personnes11. Depuis le début des années 1990, de 1,5 à 2 millions d’immigrés ont été régularisés en Italie, un chiffre que nous pouvons comparer avec la régularisation des sans-papiers décidée par le gouvernement Jospin en 1997 et qui permettra à environ 80 000 personnes d’obtenir un permis de séjour d’un an.

26Les démocraties occidentales doivent aujourd’hui faire face à l’immigration. Deux paradigmes extrêmes semblent s’opposer. Tout d’abord celui des frontières absolument fermées, de l’interdiction de l’immigration, une politique qui est difficilement praticable au vu de notre bagage démocratique et du nécessaire accueil des réfugiés politiques qui apparaît comme un minimum. D’un autre côté, des frontières complètement ouvertes créeraient un appel d’air en direction des pays pauvres et cette situation serait rapidement ingérable. L’évolution démographique de l’Europe doit évidemment prendre en compte la ressource que constitue l’immigration. Chaque pays essaye de définir des critères, autant d’étiquettes qui pèsent de par leur violence sur les candidats à l’immigration. La réalité italienne est paradoxale. C’est celle d’un pays qui développe une politique contradictoire, entre le durcissement des processus législatifs, fortement voulu par la base électorale, et des régularisations massives qui donnent une souplesse au système. Il s’agit d’un ensemble de politiques bien sûr critiquables au nom de principes fondamentaux comme l’égalité devant la loi. Mais dans ce chemin étroit, l’Italie met en place, cahin-caha, une politique inégale qui n’apparaît pas cependant comme une barrière monolithique, d’autant plus qu’elle cherche à promouvoir une vision intégrée des migrations et du développement en Méditerranée. Ce n’est certainement pas un modèle, mais il ne s’agit pas non plus d’un anti-modèle.

Haut de page

Notes

1  Caritas Italiana, Dossier migrantes 2005, (consulté le 19 septembre 2009), http://www.caritasroma.it/Prima %20pagina/Download/Anticipazioni %20Dossier %202005.pdf.

2  Ministero Affari Esteri, Italiani nel mondo, consulté le 19 septembre 2009, URL = http://www.esteri.it/MAE/IT/Italiani_nel_Mondo/.

3  Tableau synthétique Italiani nel mondo, consulté le 19 septembre 2009 : http://www.concapeligna.it/L %27ITALIAnelMONDO/inITALIA/statistichemigranti/statistiche_emigranti.htm.

4  Entretien personnel, Rome, juillet 1999.

5  M. Maffai, Quegli stranieri odiati e amati, « la Repubblica », 4 août 1989, p. 23.

6  G. Passalacqua, Bossi promette alla Lega : trionferemo alle elezioni, « la Repubblica », 9 décembre 1989, p. 6.

7  B. Palombelli, È rosso il leghismo nella guerra tra poveri, « la Repubblica », 9 octobre 1991, p. 13.

8  I. Diamanti, Tra il grande Nord e il grande centro, « la Repubblica », 15 septembre 2009, p. 1.

9  Les thématiques du contrôle de la frontière sont développées aussi bien par les autorités italiennes que par les entreprises du secteur sécurité et défense. Par exemple, nous pouvons citer la position de pointe de l’Italie en ce qui concerne l’évolution des missions de l’agence européenne Frontex en Méditerranée. D’autre part, l’entreprise Finmeccanica est particulièrement attentive aux programmes européens visant à développer des technologies pour le contrôle des frontières maritimes dans le septième programme cadre de la Commission Européenne.

10 URL :http://europa.eu/legislation_summaries/justice_freedom_security/free_movement_of_persons_asylum_immigration/l14124_fr.htm.

11 URL :http://www.interno.it/mininterno/export/sites/default/it/assets/files/16/0033_Report_Conclusivo_-_Dichiarazione_di_Emersione.pdf, consulté le 13 septembre 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Jean-Pierre Darnis, « L’immigration, enjeu de politique intérieure et de politique étrangère pour l’Italie contemporaine », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3272 ; DOI : 10.4000/italies.3272

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Darnis

Université de Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org