Navigation – Plan du site
Figures de migrants à l'époque de la grande migration

“A sociedade” d’Antônio de Alcântara Machado. Une idylle futuriste entre immigrés italiens et fondateurs de la ville de São Paulo

Adriana Coelho Florent
p. 321-335

Résumé

Le mouvement moderniste né au début du vingtième siècle dans la ville de São Paulo, dont Antônio de Alcântara Machado (1901-1935) fut l’un des protagonistes, subit sans aucun doute l’influence du Manifeste futuriste de Filippo Tommaso Marinetti, paru en 1909 et diffusé au Brésil dès 1912. La nouvelle « A sociedade » révèle en particulier une grande maîtrise des principaux traits du style moderniste. La mise en perspective à la fois littéraire, historique et sociologique de ce texte peut nous fournir des pistes pour comprendre une attirance paradoxale : celle qu’une ancienne ville provinciale en pleine mutation capitaliste, moderne et cosmopolite, éprouve envers une communauté d’immigrés fuyant leur pauvreté et leurs origines rurales ; celle-ci en deviendra, en l’espace d’une décennie, l’une des composantes les plus marquantes de l’identité même de São Paulo.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Brésil

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Carcamano pé-de-chumbo,/Calcanhar de frigideira,/Quem te deu a confiança/Pra casar com brasileir (...)

Rital aux pieds gros et lourds,
Rital aux grandes godasses.
Toi, marié à une Brésilienne ?
Qui t’a donné cette audace ?1
(vers populaires de São Paulo)

  • 2  Dans ses mémoires, Oswald de Andrade, s’étant rapproché du communisme à partir des années trente, (...)

1António de Alcântara Machado (1901-1935) fut l’un des adeptes les plus convaincus du Mouvement Moderniste lancé au Brésil dans les années Vingt, sous l’influence des avant-gardes européennes. Né à São Paulo, petite ville provinciale en passe de devenir l’une des plus grandes métropoles d’Amérique Latine grâce à l’essor fulgurant de l’agriculture caféière, le Modernisme fut créé par de jeunes artistes et écrivains formés en Europe, mais décidés à “redécouvrir” le Brésil en cherchant à définir son identité. Cette quête se cristallise justement autour de l’effervescence des nouveaux courants artistiques venus d’Europe, et en particulier du Futurisme de Filippo Tommaso Marinetti. En effet, Oswald de Andrade, l’un des écrivains protagonistes du mouvement, aux côtés de Mário de Andrade et de Menotti del Picchia, prit connaissance à Paris du mouvement fondé par Marinetti dont il ramena les écrits dans ses bagages dès son retour au Brésil, en 19122. Les diverses manifestations artistiques qui culminèrent avec la Semaine d’Art Moderne, organisée en 1922 au Théâtre de la Ville de São Paulo pour les commémorations du centenaire de l’indépendance du pays, portent d’ailleurs la marque de cette influence, non seulement sur le plan littéraire, mais aussi sur celui de la peinture et de la sculpture.

  • 3  Interrogé à propos de son attachement à l’histoire de São Paulo, l’historien José de Alcântara Mac (...)
  • 4  Nous pouvons citer ainsi les romans Canaã de Graça Aranha, Marco Zero d’Oswald de Andrade, Amar, v (...)

2Par sa famille, auquel il était très attaché, António de Alcântara Machado, ne semblait pas prédisposé aux attitudes iconoclastes affichées par les Modernistes. En effet, l’expression consacrée « paulista de quatre-cents ans », qui désigne, à cette époque, les habitants de São Paulo héritiers des bandeirantes, premiers explorateurs venus du Portugal, par opposition aux immigrants arrivés en masse dès la fin du XIXe siècle, avait été créée par son père3. Or, ce membre d’une des familles les plus illustres de São Paulo, doit sa célébrité au tableau qu’il dresse de l’immigration italienne de la première moitié du XXe siècle dans la métropole paulista, à laquelle il dédie la presque totalité de son œuvre. La thématique de l’immigration, présente d’ailleurs chez bon nombre de Modernistes4, participe en effet de l’image véhiculée par le mouvement d’une ville cosmopolite et moderne, au même titre que l’électricité ou les moyens de transport, en particulier l’automobile chère aux futuristes de tous les pays.

  • 5  À propos des quartiers italiens de São Paulo et de leurs rapports avec l’œuvre d’Alcântara Machado (...)
  • 6  Source des données statistiques : Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, (http://www.ibg (...)

3Le recueil le plus connu de l’auteur, Brás, Bexiga e Barrafunda, renvoie aux noms des quartiers du centre de la ville occupés par la population italienne, à partir du moment où l’abolition de l’esclavage (1888) et l’expansion de l’économie caféière dans les premières décennies du XXe siècle attire dans la région la main d’œuvre venue du monde entier, de l’ancienne métropole au Japon, en passant par l’Espagne, l’Allemagne, la Syrie, le Liban, et bien d’autres. Toutefois, exception faite des Portugais, qui n’ont pas cessé leur mouvement migratoire depuis la découverte du pays, la communauté formée par les Italiens dépasse toutes les autres, au point de constituer l’un des principaux fondements de l’étonnante croissance de la population paulista pendant le cycle du café5. En 1897, on compte un Brésilien pour deux Italiens de première ou deuxième génération dans la ville de São Paulo. De 1884 à 1940, 1 412 263 immigrants venus aussi bien de Vénétie que de Naples ou de Calabre s’installent au Brésil, dont environ 60 % dans le seul état de São Paulo6.

  • 7  Voir à ce sujet L. Biondi, Anarquistas italianos em São Paulo : o grupo do jornal anarquista « La (...)
  • 8  Abax’o Piques, littéralement « au-dessous du Piquet », se réfère à la désignation populaire des qu (...)
  • 9  Alexandre Ribeiro Marcondes Machado (1892–1933), ingénieur, architecte, poète, journaliste et paul (...)

4L’une des traces les plus intéressantes de la présence italienne à São Paulo est sans doute la presse produite par les différentes communautés d’immigrants. Entre 1882 et 1914, par exemple, 140 différents titres en langue italienne ont été publiés dans la seule métropole paulista, parmi lesquels « Il Fanfulla » fondé en 1893, « La Battaglia », journal anarchiste fondé par Oreste Ristori en 19047, ou bien « Il Moscone », revue profasciste fondée en 1925 par Vicente Ragognetti. Tenant une place un peu à part dans la presse paulista, l’extraordinaire « Diario do Abax’o Piques »8, hebdomadaire en dialecte “italo-brésilien”, fondé vers 1911 par Alexandre Marcondes Machado, plus connu sous son pseudonyme de Juó Bananere, a de fortes influences sur Alcântara Machado9.

5

  • 10  A. de Alcântara Machado, Artigo de fundo, op. cit., p. 8.

6De façon plus générale, l’auteur de Brás, Bexiga e Barrafunda, qui fut un ami proche de Marcondes, tire son inspiration de la presse, pour laquelle il a souvent écrit. Ainsi, dans la préface de son recueil, désignée d’ailleurs sous le nom d’éditorial (artigo de fundo), l’écrivain justifie le sous-titre, notícias de São Paulo, en déclarant : « Ce livre n’est pas né en tant que livre : il est né en tant que journal »10. Les onze nouvelles, très courtes, sont toutes tirées des différentes formes journalistiques : du fait divers, comme dans Gaetaninho ou dans De l’amour et du sang ; de l’information sportive, comme dans Corinthians (2) X Palestra (1) ; des annonces publicitaires comme dans Armazém Progresso de São Paulo ; enfin des faire-part, funèbres comme dans Le monstre à quatre roues, ou festifs comme dans le cas de A sociedade.

  • 11  « O conselheiro José Bonifácio/de Matos e Amaral/e/senhora/têm a honra de participar/a V. Exa e Ex(...)

7Tel est en effet le point de départ de la nouvelle la plus emblématique du recueil : l’annonce des fiançailles entre Teresa Rita de Matos e Amaral, fille de “l’aristocratie” huppée mais décadente des paulistas de vielle souche, et Adriano Melli, représentant de la deuxième génération d’immigrés italiens, née à São Paulo. Reproduite à l’avant-dernier paragraphe de la nouvelle sous l’aspect typographique d’un faire-part publié dans la presse, l’annonce paraît correspondre au happy end de la classique histoire d’amour contrariée entre deux êtres que tout oppose, à commencer par leurs quartiers11.

  • 12  Voir P. de Brito Mota, A cidade de São Paulo de 1870 à 1930-café, imigrantes, ferrovia, indústria, (...)

8En effet, la famille Matos e Amaral loge rue de la Liberté, dans la partie historique de la ville, où demeurent, pour une décennie encore, les anciens “barons du café”, avant que ne vienne s’y installer dans la décennie suivante la communauté des immigrants japonais. La famille Melli, quant à elle, habite au cœur de la Barrafunda, là où se trouvait la gare du chemin de fer qui relie le port de Santos à la ville de São Paulo et à la zone caféière12. Ainsi, jusque dans les années Vingt, grands propriétaires ruraux et pauvres paysans arrivés d’outre-mer se côtoient sans se mélanger, dans le nouveau milieu urbain demeuré encore très provincial.

Le Conseiller José Bonifácio de Matos e Amaral

et

son épouse

ont l’honneur de vous faire part

du contrat de mariage de leur fille

Teresa Rita et de Monsieur

Adriano Melli

259–C, Rue Liberdade

S. Paulo, le 19 février 1927

Le Cav. Uff. Salvatore Melli

et

son épouse

ont l’honneur de vous faire part

du contrat de mariage de leur fils

Adriano et de Mademoiselle

Teresa Rita de Matos e Amaral

427, Rue Barra Funda

S. Paulo, le 19 février 1927

Quartier du Brás, 1925

Quartier du Brás, 1925

Avenida Paulista, 1928

Avenida Paulista, 1928

9La nouvelle commence par un cri d’indignation xénophobe, poussé par la mère de Teresa Rita, qui défend avec vigueur la pureté du sang hérité des pionniers portugais :

  • 13  «  Filha minha não casa com carcamano !/A esposa do Conselheiro José Bonifácio de Matos e Amaral (...)

– Ma fille, mariée à un rital ? Jamais !
L’épouse du Conseiller José Bonifácio de Matos e Amaral fit sa déclaration et s’en alla marchander les légumes de l’Italien aux patates. Teresa Rita mêla larmes et plaintes et s’enferma dans sa chambre en claquant la porte. Le Conseiller José Bonifácio se nettoya les ongles avec son cure-dents, poussa un soupir et quitta la maison en boutonnant sa veste.13

10Un doute saisit le lecteur : Teresa Rita, la fille du conseiller José Bonifácio de Matos e Amaral en personne, aurait-elle un penchant pour la prosaïque figure de « l’Italien aux patates » ? Le paragraphe suivant dissipe toute crainte : le père d’Adriano Melli est certes un « rital », ou plus précisément un ancien carcamano, c’est-à-dire l’un de ces marchands ambulants qui appuyait discrètement sur la balance (carcar serait une déformation du verbe calcar) avec la main (mano en italien) au moment de peser les légumes aux clients, afin d’en tirer un meilleur prix. Mais la situation économique et sociale de la famille Melli a bien évolué depuis leur arrivée au Brésil, comme laisse entrevoir l’auteur, lors d’une “scène du balcon” remise au goût du jour :

  • 14  « O esperado grito do cláxon fechou o livro de Henri Ardel e trouxe Teresa Rita do escritório para (...)

Le cri tant attendu du klaxon ferma le livre d’Henri Ardel et poussa Teresa Rita du bureau vers le balcon.
La Lancia passa mine de rien, au ralenti. La main gantée fit un signe du Borsalino. Ouïïïïïa – ouïïïïïa ! Adriano Melli appuya sur le champignon. Au coin de la rue, il fit demi-tour et revint. Encore deux cents mètres. Nouveau demi-tour. Toujours dans la même rue. Il l’aimait bien. C’était la rue de la Liberté. Juste avant le n. 259-c, le manège habituel : ouïïïïïa – ouïïïïïa !
– Mais qu’est-ce que tu fais au balcon, jeune fille ?
– Quoi, je ne peux même plus prendre un peu d’air ?
La Lancia Lambda, toute rouge, resplendissante, qui passe dans la rue. La robe de chez Camilo, de couleur verte, bien près du corps, qui ondoie sur le balcon.
– Ou bien tu rentres tout de suite, ou alors je dis tout à ton père quand il arrive !
– Ah mon Dieu, mon Dieu, quelle vie, mon Dieu !14

11Par le jeu des métonymies qui s’accumulent, les jeunes amoureux de Machado se trouvent littéralement substitués par les objets emblématiques de leur époque : le chapeau Borsalino et le bolide rouge de fabrication italienne pour lui, le roman sentimental et l’élégante robe verte taillé par le meilleur couturier de São Paulo pour elle. Les couleurs, qui reprennent à la fois celles du drapeau italien et du drapeau portugais, associées au mouvement incessant des personnages, contribuent à donner à la nouvelle le ton d’un scénario de court-métrage.

  • 15  Remarquons au passage que le ton journalistique conféré au texte est accentué à travers l’allusion (...)

12La scène suivante, placée sans transition après les lamentations de Teresa Rita, se passe dans un des clubs à la mode où l’on pouvait venir en fin d’après-midi danser sur les nouveaux rythmes à la mode au son d’un orchestre noir. Les dialogues des danseurs apparaissent entrecoupés par le premier couplet de la maxixe, en vogue cette année là – Cristo nasceu na Bahia, (le Christ est né à Bahia), écrit par Sebastião Cirino et Duque15.

La maxixe par Kalixto (1877 – 1957) dans une caricature de 1907

La maxixe par Kalixto (1877 – 1957) dans une caricature de 1907
  • 16  La maxixe apparaît d’ailleurs souvent dans les représentations de la jeune fille moderne chez les (...)

13La maxixe, danse née à Rio au début du siècle, provoqua le scandale par son rythme rapide, syncopé et sensuel ; elle est tout à fait en phase avec le rythme du récit, et ne pouvait être absente dans une idylle moderne16. Elle sert également à évoquer une autre des composantes du grand métissage paulista, celle des descendants d’esclaves africains qui, contrairement aux Européens nouvellement débarqués, ne connaissent pas d’ascension sociale en dépit de l’abolition : seuls les musiciens noirs ont droit de cité dans les bals fréquentés par l’élite.

14Quoi qu’il en soit, l’issue favorable à cette idylle italo-brésilien paraît encore bien compromise : si en véritable jeune fille délurée des années Vingt, Teresa Rita se trouve au bal toute seule en compagnie de son amoureux – l’apparition inespérée d’un « furoncle » sur le cou de José Bonifácio oblige le conseiller et son épouse à rester chez eux –, Adriano, quant à lui, se montre excédé par le mépris où le tient la mère de son amie, allant jusqu’à détourner la tête lorsqu’il lui arrive de croiser le jeune homme dans la rue.

15Mais à la scène suivante, surgit un coup de théâtre : tel un véritable deus ex machina, le capital fait son irruption dans le récit sous les traits caricaturaux du Cavaliere Ufficiale Salvatore Melli et son savoureux langage italo-brésilien. Auparavant, la mère de Teresa avait prévenu son mari : si jamais Salvatore osait venir demander la main de la jeune fille, le conseiller était prié de lui montrer la porte.

  • 17  « Mas era cousa muito diversa./O Cav. Uff.Salvatore Melli alinhou algarismos torcendo a bigodeira. (...)

Mais il s’agissait de tout autre chose.
Le Cav. Uff. Salvatore Melli aligna les chiffres en se tortillant les moustaches. Il parla en homme d’affaires avisé. La démonstration des avantages économiques de son projet était irréfutable. […]
– C’est vrai. J’y avais déjà pensé. Mais sans le capital nécessaire, vous comprenez bien, ce n’est pas viable…
– Per Bacco, monsieur ! Mais io, j’ai le capital. Le capital sono io. Vous mettez juste vos terrains dans l’affaire, c’est tout. Et les profits seront partagés moitié-moitié.
Le capital alluma un cigare. Le conseiller, maîtrisant son émoi, se gratta les genoux. La domestique noire, une broche sur son tablier, servit le café.17

16De quelle affaire s’agit-il ? Devenu le propriétaire d’une fabrique de textiles, comme beaucoup de ses compatriotes massivement investis dans l’industrie naissante de São Paulo, soit en tant que patrons soit en tant qu’ouvriers, l’ancien carcamano cherche à diversifier ses activités afin d’en récolter le profit maximum. Il propose ainsi au père de Teresa Rita de fonder une sorte de société immobilière : le conseiller lui cède les terrains qu’il possède près de la fabrique, et Salvatore se charge de les faire aménager pour les revendre à ses ouvriers, naturellement enclins à s’installer près de leur lieu de travail. En véritable homme d’affaires, Salvatore Melli est prêt à risquer son capital sur une spéculation dont les gains lui paraissent garantis. Le conseiller semble séduit ; le Cav. Uff. suggère alors insidieusement une autre sorte d’association :

  • 18  « Ia dimenticando de dizer. O meu filho fará o gerente da sociedade... Sob a minha direção, si cap (...)

Ah, j’allais dimenticare. Mon fils va faire le directeur de la société... Sous mes ordres, si capisce.
– Je vois, je vois... Votre fils ?
– Oui. Adriano. Vous ... mi pare... mi pare que vous le connaissez ?
Le silence du Conseiller fit dévier le regard du Cav. Uff. vers la porte.
– Je répète un’altra fois : réfléchissez bien.
L’Isotta Fraschini l’attendait tout illuminée.18

17Attiré par la perspective de profits aussi éblouissants que la luxueuse automobile de son futur associé, le conseiller accepte l’offre de l’industriel : même son épouse ne trouve rien à y redire. L’autre association, celle des liens du sang, rejetée catégoriquement au début du récit, en découle alors tout naturellement, aboutissant au faire-part final qui annonce l’union tant espérée entre la belle Brésilienne et le jeune Italien. Plus que le pouvoir de l’amour, l’appât du gain se révèle ainsi capable de surmonter les préjugés les plus enracinés. L’auteur y ajoute cependant une dernière phrase qui consacre de façon définitive l’irrésistible triomphe des carcamanos à São Paulo :

  • 19  « No chá do noivado o Cav. Uff. Melli na frente de toda a gente recordou à mãe de sua futura nora (...)

Lors du thé du jour des fiançailles, le Cav. Uff. Melli rappela devant tout le monde à la mère de sa future belle-fille le bon vieux temps, quand il lui vendait des oignons, des patates, de l’Olio di Lucca et de la morue du Portugal presque toujours à crédit et même sans note écrite.19

  • 20  A. de Alcântara Machado, Artigo de fundo, op. cit., p. 8.
  • 21  J. B. Monteiro Lobato, « O fisco » in Negrinha, São Paulo, Brasiliense, p. 64.
  • 22  J. A. Gobineau, Question de l’esclavage au Brésil, M. Carelli, Brésil épopée métisse, Paris, Décou (...)

18Dès sa préface, Alcântara Machado avait prévenu le lecteur : « Brás, Bexiga e BarraFunda n’est pas une satire »20. Tout comme dans les dix autres nouvelles du recueil, l’écrivain paulista a su représenter à travers A sociedade toute l’ambiguïté d’une ville moderne et archaïque, ouverte aux étrangers mais excluant les pauvres, où les anciens habitants, tout aussi nostalgiques de leurs traditions que les nouveaux venus, se trouvent finalement confrontés aux mêmes difficultés qu’entraînent les transformations brutales imposées par l’après-guerre. S’associer financièrement, et devenir par ce biais membre de la “bonne société”, n’est plus un rêve inaccessible aux étrangers qui ont réussi à faire fortune. Alcântara Machado, comme d’autres auteurs contemporains, paulistas de vieille souche comme lui, se laisse bien volontiers entraîner par cette « avalanche italienne » dont parle Monteiro Lobato21. Tout se passe comme si le dynamisme démographique des nouveaux venus procédait à une inversion des valeurs. Est-ce l’influence futuriste qui crée l’association entre l’Italie et l’élan vers l’avenir et la modernité auquel aspire alors l’élite lettrée du pays ? Est-ce encore la trace du jugement sans appel lancé par le comte de Gobineau, condamnant la population brésilienne « toute mulâtre, viciée dans le sang, viciée dans l’esprit, laide à faire peur » à une proche disparition ?22 Le fait est que la vague des immigrants, plus qu’une menace, représente le salut pour ceux-là même qu’elle paraît engloutir. Ainsi, l’élite du Nouveau Monde se voit-elle comme une classe prématurément vieillie, incapable d’endiguer sa décadence historique, socio-économique, et même “biologique” d’après les théories raciales de Gobineau. Les enfants de l’Ancien Monde, quant à eux, se voient investis d’une mission, celle de fonder la « nouvelle race brésilienne », fruit d’un métissage qui acquiert dès lors une connotation positive.

19Quoiqu’il en soit, si comme le rappelle Rubens Ricupero dans sa préface, le vécu des immigrants italiens à São Paulo ne fut pas aussi idyllique que dans A sociedade, du point de vue des représentations construites par la société brésilienne, il s’agit bien d’une immigration réussie. Tout en conservant des traits caricaturaux, la figure de l’immigrant, et particulièrement celle de l’immigrant italien, bénéficie toujours d’une sympathie et d’un pouvoir d’attraction irrésistibles aux yeux des Brésiliens.

20De nos jours, les Italiens et leurs descendants installés au Brésil représentent environ vingt-cinq millions de personnes, dont six millions habitent dans l’État de São Paulo. Plus de la moitié des paulistas ont au moins un ascendant italien. Et ceux qui sont nés dans la grande métropole brésilienne paraissent aujourd’hui plus fiers de se dire carcamanos que de se proclamer bandeirantes.

Haut de page

Notes

1  « Carcamano pé-de-chumbo,/Calcanhar de frigideira,/Quem te deu a confiança/Pra casar com brasileira ? ». Ces vers populaires sont cités par Alcântara Machado dans la préface de Brás, Bexiga e Barrafunda (A. de Alcântara Machado, Artigo de fundo, « Novelas Paulistanas », Rio de Janeiro, José Olympio, 1956, p. 8).

2  Dans ses mémoires, Oswald de Andrade, s’étant rapproché du communisme à partir des années trente, déclare de façon provocatrice : « Des deux manifestes qui annonçaient les transformations du monde, j’ai pris connaissance à Paris du moins important des deux, celui du futuriste Marinetti » (Oswald de Andrade, Um homem sem profissão, São Paulo, Globo, 1990, p. 124). L’autre manifeste auquel fait allusion Oswald est évidemment le Manifeste du Parti Communiste de Karl Marx et Friedrich Engels, publié en France en 1895. Rappelons par ailleurs que si le premier Manifeste du Futurisme parut dans le journal « Le Figaro » en 1909, le premier recueil des textes théoriques du Futurisme est publié par Filippo Tommaso Marinetti, à Paris, précisément en 1912 (voir Gilberto Mendonça Teles, Vanguarda européia e Modernismo brasileiro, Rio de Janeiro, Record, 1987, p. 87). L’auteur italien ayant eu recours à la langue française, lue couramment par toute la classe lettrée du Brésil jusque dans les années 1960, la diffusion de ses textes put se faire immédiatement. La traduction du Manifeste en portugais n’a été faite par l’écrivain João Alphonsus qu’en 1926, à l’occasion de la visite de l’écrivain italien au Brésil, sans doute comme une sorte d’hommage.

3  Interrogé à propos de son attachement à l’histoire de São Paulo, l’historien José de Alcântara Machado, père de l’écrivain et membre de l’Académie Brésilienne de Lettres répondit avec hauteur : « Paulista sou, e há quatrocentos anos » (« Je suis paulista, et ce depuis quatre cents ans »). Cf. L. Toledo de Machado, António de Alcântara Machado e o Modernismo, Rio de Janeiro, José Olympio, 1970, pp. 39-40). En effet, la ville a été fondée par les jésuites en 1554.

4  Nous pouvons citer ainsi les romans Canaã de Graça Aranha, Marco Zero d’Oswald de Andrade, Amar, verbo intransitivo de Mário de Andrade ; les nouvelles de Monteiro Lobato (O fisco, As fitas da vida), les tableaux de Tarsila do Amaral (Ouvriers de 1933), ceux de Cândido Portinari (Nonna de Jardinópolis de 1941), ceux de Lasar Segall (Mes grands–parents de 1921) et bien d’autres. Soulignons plus particulièrement certains poèmes publiés en 1922 par Mário de Andrade, auteur très proche d’Alcântara Machado, dans lesquels la langue italienne apparaît imbriquée dans les vers en portugais (voir notamment Noturno ou Paisagem n. 2 dans M. de Andrade, Paulicéia Desvairada, São Paulo, Landmark, 2003).

5  À propos des quartiers italiens de São Paulo et de leurs rapports avec l’œuvre d’Alcântara Machado, voir la préface de son édition italienne écrite par Rubens Ricupero, et publiée dans sa version en portugais par la revue Estudos Avançados (R. Ricupero, Alcântara Machado : testemunha da imigração, « Revista de Estudos Avançados da USP », São Paulo, mai/août 1993, vol. 7, n. 18).

6  Source des données statistiques : Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, (http://www.ibge.gov.br), et Memorial do Imigrante (http://www.memorialdoimigrante.org.br.). On peut également consulter Lúcia Lippi Oliveira, Nós e eles, relações culturais entre brasileiros e imigrantes, São Paulo, FGV, 2006, pp. 44–45.

7  Voir à ce sujet L. Biondi, Anarquistas italianos em São Paulo : o grupo do jornal anarquista « La Battaglia » e a sua visão da sociedade brasileira : o embate entre imaginários, libertários e etnocêntrico, « Cadernos AEL », Campinas, 1998, n. 8/9, pp. 124-147.

8  Abax’o Piques, littéralement « au-dessous du Piquet », se réfère à la désignation populaire des quartiers situés au sud du Largo do Piques (Place du Piquet), l’actuelle Praça das Bandeiras. Il s’agissait d’une des premières places de la ville de São Paulo, où se tenaient les ventes aux enchères des esclaves.

9  Alexandre Ribeiro Marcondes Machado (1892–1933), ingénieur, architecte, poète, journaliste et paulista de vieille souche, comme Alcântara Machado, devint célèbre grâce à la création de Juó Bananere (littéralement Jean vendeur de bananes), personnage d’immigrant italien de São Paulo. Dans son journal « Diario do do Abax’o Piques, puis dans le recueil de 1915 intitulé La Divina Increnca (La Divine Confusion, en hommage à Dante), l’auteur cherche en effet à reproduire le rythme et la prononciation du portugais tel qu’il était parlé par les Italiens de São Paulo. Le succès du personnage tint aussi à son illustration par le célèbre caricaturiste Voltolino (pseudonyme de Lemmo Lemi), à qui d’ailleurs l’auteur de Brás, Bexiga et Barrafunda dédia son œuvre.

10  A. de Alcântara Machado, Artigo de fundo, op. cit., p. 8.

11  « O conselheiro José Bonifácio/de Matos e Amaral/e/senhora/têm a honra de participar/a V. Exa e Exma família o/contrato de casamento de sua/filha Teresa Rita/com o Sr./Adriano Melli./Rua da Liberdade, n° 259-C/O Cav. Uff. Salvatore Melli/e/senhora/têm a honra de participar/a V. Exa e Exma família o/contrato de casamento de seu/filho Adriano com a Senhorinha/Teresa Rita de Matos e Amaral./Rua da Barra Funda, n° 427./São Paulo, 19 de fevereiro de 1927. » (A. de Alcântara Machado, A sociedade, op. cit., p. 28).

12  Voir P. de Brito Mota, A cidade de São Paulo de 1870 à 1930-café, imigrantes, ferrovia, indústria, Campinas, PUC, 2007 (dissertation de mestrado, URL : http://www.bibliotecadigital.puc–campinas.edu.br).

13  «  Filha minha não casa com carcamano !/A esposa do Conselheiro José Bonifácio de Matos e Amaral disse isso e foi brigar com o italiano das batatas. Teresa Rita misturou lágimas com gemidos e entrou no seu quarto batendo a porta. O Conselheiro José Bonifácio limpou as unhas com o palito, suspirou e saiu de casa abotoando o fraque. » (A. de Alcântara Machado, op. cit., p. 25).

14  « O esperado grito do cláxon fechou o livro de Henri Ardel e trouxe Teresa Rita do escritório para o terraço./O Lancia passou como quem não quer. Quase parando. A mão enluvada cumprimentou com o chapéu Borsalino. Uiiiiia – uiiiiia ! Adriano Melli calcou o acelerador. Na primeira esquina fez a curva. Veio voltando. Passou de novo. Continuou. Mais duzentos metros. Outra curva. Sempre na mesma rua. Gostava dela. Era a Rua da Liberdade. Pouco antes do número 259-C já sabe : uiiiiia–uiiiiia !/– O que você está fazendo aí no terraço, menina ?/– Então nem tomar um pouco de ar eu posso mais ? / Lancia Lambda, vermelhinho, resplendente, pompeando na rua. Vestido do Camilo, verde, grudado à pele, serpejando no terraço./– Entre já para dentro ou eu falo com seu pai quando ele chegar !/– Ah meu Deus, meu Deus, que vida, meu Deus ! » (A. de Alcântara Machado, op. cit., p. 25). Henri Ardel, pseudonyme adopté par Berthe Abraham (1863–1938), fut l’un des premiers auteurs de best-sellers à l’eau de rose, diffusés dans les années Trente dans la plupart des pays d’Europe et d’Amérique. On suppose que Teresa Rita était capable de lire son auteur préféré en version originale.

15  Remarquons au passage que le ton journalistique conféré au texte est accentué à travers l’allusion constante au présent immédiat de l’écriture. En effet, enregistrée en 1927 par Duque et son orchestre de Batutas (les Meilleurs), la chanson citée par l’auteur avait été le grand succès du carnaval 1926, c’est-à-dire l’année même où l’écrivain compose sa nouvelle. Les paroles jouent sur la toponymie brésilienne : « On dit que le Christ est né à Belém (nom portugais de Bethlehem, mais aussi nom de la capitale de l’État du Pará)/ Mais l’histoire s’est trompée/ Le Christ est né à Bahia, ma chère/ Et le bahianais l’a élevé » (A. de Alcântara Machado, op. cit., p. 2). On voit ici apparaître l’un des leitmotivs du nationalisme populaire du pays, à savoir que Dieu est brésilien…

16  La maxixe apparaît d’ailleurs souvent dans les représentations de la jeune fille moderne chez les caricaturistes de l’époque (voir l’illustration de 1907 faite par Kalixto pour la revue « Fon-Fon »).

17  « Mas era cousa muito diversa./O Cav. Uff.Salvatore Melli alinhou algarismos torcendo a bigodeira. Falou como homem de negócios que enxerga longe. Demonstrou cabalmente as vantagens econômicas de sua proposta. [...]/– É. Eu já pensei nisso. Mas sem o capital o senhor compreende é impossível.../– Per Bacco, doutor ! Mas io tenho o capital. O capital sono io. O doutor entra com o terreno, mais nada. E o lucro se divide no meio./O capital acendeu um charuto. O conselheiro coçou os joelhos disfarçando a emoção. A negra de broche serviu o café. » (A. de Alcântara Machado, op. cit., pp. 26-27).

18  « Ia dimenticando de dizer. O meu filho fará o gerente da sociedade... Sob a minha direção, si capisce./Sei, sei... O seu filho ?/– Si. O Adriano. O doutor... mi pare... mi pare que conhece ele ?/O silêncio do conselheiro desviou os olhos do Cav. Uff. na direção da porta./ – Repito un’altra vez : o doutor pense bem./O Isotta Fraschini esperava–o todo iluminado. » (An. de Alcântara Machado, op. cit., p. 27).

19  « No chá do noivado o Cav. Uff. Melli na frente de toda a gente recordou à mãe de sua futura nora os bons tempinhos em que lhe vendia cebolas e batatas, Olio di Lucca e bacalhau português, quase sempre fiado e até sem caderneta » (A. de Alcântara Machado, op. cit., p. 28).

20  A. de Alcântara Machado, Artigo de fundo, op. cit., p. 8.

21  J. B. Monteiro Lobato, « O fisco » in Negrinha, São Paulo, Brasiliense, p. 64.

22  J. A. Gobineau, Question de l’esclavage au Brésil, M. Carelli, Brésil épopée métisse, Paris, Découvertes Gallimard, 1987, p. 107.Le comte Gobineau, auteur de l’Essai sur l’inégalité des races humaines, fut envoyé en 1869 par le ministère des Affaires étrangères pour représenter la France auprès de l’Empereur Don Pedro II, sur lequel il exerça une forte influence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Juo Bananere, personnage dessiné par Voltolino (Lemmo Lemmi)
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Quartier du Brás, 1925
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Avenida Paulista, 1928
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre La maxixe par Kalixto (1877 – 1957) dans une caricature de 1907
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Adriana Coelho Florent, « “A sociedade” d’Antônio de Alcântara Machado. Une idylle futuriste entre immigrés italiens et fondateurs de la ville de São Paulo », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/3324 ; DOI : 10.4000/italies.3324

Haut de page

Auteur

Adriana Coelho Florent

Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org