Navigation – Plan du site
Médias, cinéma et migrations

Admirer l’Italie fasciste, stigmatiser son immigration. Le cas des enquêtes en Italie de la presse française pendant le Ventennio

Nicolas Violle
p. 471-484

Résumé

L’article vise à comprendre la part prise par les articles sur l’immigration italienne dans ces enquêtes où l’on décrit surtout le fascisme. L’auteur évalue ce regard d’Italie pour la représentation de cette immigration et il se demande si cela concourt à changer, en France, l’image des Italiens ayant émigré. Pour ce faire, il évoque le contenu de ces enquêtes afin de restituer à sa juste place la part des articles sur l’immigration italienne et examiner ensuite leurs contenus afin de comprendre la représentation et l’image des Italiens immigrés en France.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Fascisme, immigration, presse

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On verra, par exemple les travaux de Circé, sous la direction de Jean-Charles Vegliante, in Gli It (...)

1En termes de représentations, l’interaction entre un groupe d’immigrés et les sociétés d’accueil et de départ est incontestable. La représentation d’un phénomène fait partie du phénomène et participe de la construction symbolique de la réalité. Or, si de nombreuses études se penchent sur les représentations de certaines populations immigrées dans leurs pays d’accueil1, celles-ci sont plus rarement observées depuis leurs pays de départ par des observateurs venus du pays d’accueil. C’est pourquoi il nous a semblé pertinent de conduire une recherche sur la représentation de l’immigration italienne en France à partir du regard que les journalistes hexagonaux portent sur l’Italie fasciste. On conjugue ainsi avec originalité le regard que les Français portent doublement sur les Italiens selon qu’ils sont restés en Italie ou qu’ils ont émigré et celui des Italiens sur leur propre émigration. Ce double phénomène de réception, la découverte de l’Italie et des Italiens puis celle des Italiens en France par ce premier prisme, va s’avérer particulièrement opératoire. L’attention portée à l’immigration italienne en France est ainsi plongée dans un contexte plus large, sensible aux représentations italiennes. Ces enquêtes permettent d’évaluer la part des représentations françaises et italiennes dans la constitution de l’image de l’immigration italienne en France. Elles représentent un matériau tout indiqué pour observer la complexité de ce phénomène.

  • 2  « Le Petit Parisien », « Le Journal », « Le Matin », « Le Petit journal », « Paris-Soir ».
  • 3  Pour une première approche de cette réflexion nous renvoyons à Nicolas Violle, L’image de l’Italie (...)

2Elles sont issues des cinq plus grands tirages de la presse française pendant l’entre-deux-guerres2, de l’établissement de la dictature fasciste à l’entrée dans la deuxième guerre mondiale3. De janvier 1926 à septembre 1939, les 5 principaux quotidiens français publient 24 enquêtes sur l’Italie fasciste. La finalité idéologique de ces reportages n’est pas la même pour chaque quotidien selon qu’ils sont philofascistes, italophiles ou réservés à l’endroit du fascisme.

3Ces reportages représentent autant de photographies instantanées de l’Italie. Ils se fondent sur la plupart des aspects de la société italienne et sont riches de mille détails. Ils portent à la connaissance du lectorat français les faits principaux et les grandes évolutions de la vie en Italie sous le fascisme. En outre ils permettent aux quotidiens qui les publient de multiplier les angles de représentation de l’Italie fasciste et des Italiens. Ces enquêtes comprennent plusieurs articles ou occurrences récurrents sur l’immigration italienne en France. Soulignons qu’il est inattendu que ces portraits de l’Italie fasciste accordent une place, même réduite, à l’émigration italienne. Cela confirme à la fois la part importante que cette émigration occupe à cette époque dans les relations entre la France et l’Italie dans le regard que les Français portent à l’Italie, ainsi que la part intégrante prise par l’émigration italienne, déjà à cette époque, dans les multiples aspects de la civilisation italienne. Remarquons que les articles les plus intéressants de notre point de vue sont publiés au tournant des années 1920 et 1930 (du Pacte du Latran aux accords franco-italiens de janvier 1935).

4On ne saurait en recueillir toute la pertinence sans avoir dressé un tableau, ne serait-ce que succinct, des thèmes abordés par ces enquêtes et de leur variation au cours de la période retenue.

L’image d’une Italie fascistisée imprègne le lecteur

L’exploration d’un fascisme parfait

  • 4  Cf. « Le Journal », 4 décembre 1926, p. 1.
  • 5  Cf. « Le Petit Parisien », 10 septembre 1929, p. 1.

5Dès 1926 les journalistes français décrivent le fascisme comme un « profond mouvement d’orgueil national » qui se traduit par « un violent appétit de respectabilité »4. Il apparaît comme un mouvement politique novateur. Certains vont même jusqu’à évoquer une « révolution », important en France la terminologie fasciste elle-même5.

6Il apparaît aussi comme une réaction aux errements de l’Italie libérale qui ne peut que renvoyer, elle, à une appréhension négative des exilés politiques italiens dont la presse explique par ailleurs qu’ils ont appartenu à la direction de “l’ancien régime”. Leur perception est alors d’autant plus connotée qu’ils constituent la partie la plus bruyante de l’immigration italienne en France, décriée par le fascisme là-bas, vilipendés par la droite ici, défendue par les partis de gauche ici encore sans que le lecteur moyen ne réussisse à détacher son jugement et sa considération de celle qu’il destine à leur pays d’origine.

  • 6  Cf. « Le Petit Parisien », 7 septembre 1929, p. 1.
  • 7  Cf. « Le Journal », 23 mars 1927, p. 1.

7Vers 1930 les descriptions de l’Italie fasciste se fondent sur deux axes principaux : les membres du parti fasciste et l’intérêt porté par le fascisme à la jeunesse. Cela permet d’illustrer le caractère militariste du régime et le fort encadrement de la population. Les journalistes sont frappés par la « beauté » offerte par ce peuple jeune6. Ils notent que le fascisme offre aux jeunes gens entreprenants, quelle que soit leur origine et pourvu qu’ils embrassent sa cause, l’occasion d’une réussite sociale7. Cette réception très ouvertement favorable au fascisme complique celle de l’immigration italienne. Cette évocation de la beauté d’un peuple jeune entérine, dans un premier temps au moins, le terme d’une nette opposition avec l’émigration (notamment politique) faite d’adultes mûrs ou d’un âge déjà avancé. Ces derniers incarnent de toute évidence une Italie dépassée à l’ère du fascisme. Et alors que cela est claironné par la propagande fasciste en Italie, nous le retrouvons ici clairement insinué.

8On peut d’emblée se demander comment cette émigration anti-fasciste peut apparaître autrement que négativement dans une presse globalement aussi favorable au fascisme. Il faut attendre 1932 pour que le regard évolue. L’impression que le pays est entièrement sous contrôle apparaît progressivement comme une menace. Et le culte de la jeunesse, dix années après l’arrivée des fascistes au pouvoir, ne fait plus illusion.

  • 8  Cf. les enquêtes d’Henri Béraud, d’Edouard Hesley ou de Jérôme et Jean Tharaud.

9Pour le grand public français, le fascisme s’identifie à quelques thèmes ou mots d’ordre diffusés par la propagande fasciste et livrés au lectorat français sans grand filtre, consciemment ou non. Ces mots d’ordre (culte du chef, culte de la jeunesse, de l’action et de l’ardeur, l’enrégimentement de l’Italie)8 apparaissent à partir de 1929 comme le substrat idéologique du fascisme.

  • 9  Cf. respectivement « Le Journal », 24 février 1928, p. 1 et « Le Matin », 3 septembre 1937, pp. 1 (...)
  • 10  Cf. « Paris-Soir », 2 février 1936, p. 5.
  • 11  Cf. « Le Petit Parisien », 1er et 4 février 1933, pp. 1 et 3.

10Les articles insistent également sur les grands travaux et les « batailles » du fascisme, les trains à l’heure, l’anéantissement de la mafia9, puis après le début des années Trente sur le système corporatif10 et sur la force armée fasciste11. Par ces thèmes, ils mettent en avant le caractère constructeur et modernisateur du fascisme.

  • 12  Cf. « Le Matin », 20 avril 1933, p. 1.
  • 13  Cf. « Le Matin », 13 septembre 1929, p. 1.
  • 14  Cf. « Le Matin », 31 août 1929, pp. 1 et 2.
  • 15  Cf. « Le Petit Journal », 6 mars 1928, p. 1.
  • 16  Cf. « Le Petit Parisien », 3 septembre 1929, p. 1.
  • 17  Cf. « Le Petit Parisien », 21 septembre 1929, p. 1.
  • 18  Cf. « Le Journal », 17 mars 1927, p. 1.
  • 19  Cf. « Le Petit Parisien », 15 septembre 1929, p. 1.

11Notons que les journalistes reprennent le type de communication du fascisme qui veut que « chaque réforme s’accompagne d’une sentence, d’une phrase claironnante faite pour frapper la foule »12. Eux-mêmes concluent leurs articles sur une note presque systématiquement positive pour le régime mussolinien et se félicitent de la reprise en main de l’Italie13. Le changement est patent : le pays qui était réputé pour l’insouciance et la joie de vivre de ses habitants est désormais silencieux, grave, soucieux14 et bourgeois15. La population est assombrie. Cela amène une première fissure dans le portrait de l’Italie, les journalistes constatant à la fin des années Vingt le silence assourdissant des Italiens sur leur propre régime. Ils l’expliquent par la peur, « qui n’est guère compatible avec [l]es sentiments de fierté et de dignité »16. S’ils s’accordent sur l’idée que l’Italie fasciste a évolué en réhabilitant le labeur, l’ordre, le progrès, l’instruction, l’hygiène, etc.17, ils n’omettent quand même pas de signaler que l’opinion publique est muselée en Italie18 et que les opposants sont « traqués, menacés, voués aux représailles, n’ayant d’alternative que la prison ou l’exil »19. Tout cela éclaire d’un jour nouveau les raisons de la présence d’Italiens en France si ce n’est de tous au moins de certains d’entre eux mais les reporters ne poussent pas plus loin leur analyse et s’en tiennent à ce froid constat.

L’exaltation du passé, cause principale du « renouveau moral »

  • 20  Cf. Nicolas Violle et Marie-Laure Chérel, Les précurseurs culturels du fascisme et leur réception (...)

12L’un des tours de force de cette représentation nouvelle est, à l’instar de ce qu’explique la propagande fasciste, d’inscrire le fascisme dans la continuité de l’histoire italienne, notamment des grandes heures de sa civilisation. Et la valorisation de cette origine culturelle, la Rome latine puis celle de la Renaissance, permet de diffuser l’idée, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, de « révolution fasciste » et de ses corollaires : « l’Italie nouvelle » et « la Troisième Rome ». À partir de 1928, on retrouve d’ailleurs ces termes dans la plupart des enquêtes. Et l’idée que certains précurseurs culturels ont préparé la voie au fascisme en devient rapidement un autre topos20. Face à cette image, les immigrés apparaissent comme autant de figures immuables d’une Italie ancienne, achevée, dépassée.

L’imbrication des permanences et des nouveaux traits des Italiens complète le tableau

  • 21  Cf. note 25.
  • 22  Quelques fois d’ailleurs colportés par les Italiens eux-mêmes, on sera attentif aux lignes de Luig (...)
  • 23  Nous pouvons néanmoins noter que cette image est inspirée des Italiens eux-mêmes sans que ces repo (...)
  • 24  Cf. « Le journal », 29 décembre 1928, p. 1.
  • 25  Cf. « Le Petit Journal », 19 octobre 1927, pp. 1 et 2.
  • 26  Cf. « Le Petit Journal », 19 octobre 1927, p. 1.

13Malgré la découverte du prétendu renouveau incarné par le fascisme, ces enquêtes présentent également une certaine permanence italienne. Elle s’incarne dans Naples et les Napolitains en qui les journalistes voient une résistance « naturelle »21 au fascisme. « Naturelle » parce qu’elle découle de la difficulté italienne à réduire sa natalité. On trouve là une trace de la réception traditionnelle que les Français se font des Italiens22, ce qui ne peut manquer de les réconforter face au bouleversement incarné par le fascisme, car si le fascisme ne parvient pas à ébranler la passivité napolitaine c’est qu’il ne doit pas être redouté23. Ils voient les Napolitains comme étant toujours « tous dans la rue, à la queue leu leu, l’œil curieux, l’oreille tendue, le nez au vent, en quête d’un spectacle gratuit », souriant jusqu’à la contagion « à en devenir optimistes »24. À Naples, les reporters français trouvent « le grouillement célèbre », « une puissante odeur de misère et de fièvre », un peuple d’enfants à demi-nus », « des musiciens ambulants […] »25. Ce sont précisément les douces mélopées des musiciens de rue qui font dire à ces reporters qu’« ici le fascisme n’a rien changé »26.

  • 27  Cf. « Le Journal », 24 février 1928, p. 1.

14L’autre aspect de cette permanence italienne est la capacité que les Italiens ont à bâtir. Les journalistes y voient un héritage de la Rome antique et les Italiens demeurent sous leur plume « les plus prodigieux des maçons »27. Cela n’est pas pour étonner les Français pour qui la figure du maçon italien, immigré, est familière.

  • 28  Cf. « Le Matin », 31 août 1929, p. 1.
  • 29  On perçoit à travers cela une reprise et une évolution intéressantes du stéréotype souligné par Ra (...)

15Ces figures s’opposent alors à celle de l’Italien “nouveau”, « calme, froid, réfléchi »28 qui émerge de l’Italie fasciste et alimente le mythe d’un fascisme qui serait une résurgence de la grandeur italienne29.

L’invitation à mieux se connaître agit comme le prétexte de ces reportages

  • 30  Cf. « Le Journal », 3 décembre 1926, p. 1.

16Les journalistes développent l’idée que l’amélioration des relations franco-italiennes est nécessaire aux deux pays, et plus largement à la stabilité de l’Europe. La méconnaissance des Italiens et de l’Italie est d’ailleurs présentée jusqu’en 1935 comme l’un des facteurs principaux des mauvaises relations entre les deux pays. C’est, au début des années Trente, le principal argument qui préside à la réalisation et à la publication de ces enquêtes. L’entrée de l’Italie en campagne coloniale d’Ethiopie à l’été 1935 balaiera l’élan favorable à une meilleure connaissance mutuelle qu’avaient matérialisé les accords de Rome en janvier 1935.
Singulièrement ces mauvaises relations avaient été perçues comme le signe d’une continuité de l’Italie libérale, curieusement inchangée par le fascisme. Pour les expliquer on en revenait à la sempiternelle « réciproque ignorance »30.
Et c’est sous ce prétexte qu’au cours de ces années les journalistes arpentent l’Italie. Ils vont de la sorte transmettre à leurs lecteurs les thèses officielles et les mots d’ordre du fascisme, consciemment ou non. Le vocabulaire fasciste est traduit sans précaution et les affirmations des autorités rapportées sans vérification.
La découverte de l’Italie fasciste occupe la quasi-totalité des enquêtes. Aussi, consacrer tout ou certains des articles de ces enquêtes à l’émigration italienne en France, produit soudainement un regard à double détente.

L’émigration italienne en France apparaît comme le talon d’Achille du rapprochement auguré

17Une des raisons des mauvaises relations franco-italiennes est la question récurrente de l’émigration italienne. Celle-ci revient régulièrement à travers ces enquêtes avant que, sous l’effet des accords du Latran, les journalistes français n’aient tendance à l’estomper sans jamais l’éluder complètement.

18L’intérêt porté à l’émigration italienne s’inscrit sous un triple jour : une nécessité économique, la permanence de la représentation traditionnelle de l’Italie et la stigmatisation des antifascistes.

  • 31  Cf. « Le Petit Parisien », 15 septembre 1929, p. 2.
  • 32  Notamment la révision du protectorat français en Tunisie.
  • 33  Cf. Jules Sauerwein dans « Le Matin », 18 avril 1926, p. 1 : « Nos frontières sont libéralement ou (...)
  • 34  Ce à quoi de son côté, dès 1927, le fascisme tente d’apporter une réponse en supprimant le Commiss (...)

19La nécessité économique est celle d’un pays dont la population « surpeuple un territoire assez réduit, dont la “stature économique” n’est pas gigantesque »31. Il faut que l’Italie trouve des débouchés pour son trop plein de population tout en maintenant un lien avec ses immigrés étant donné la manne économique qu’ils représentent, tant en ce qui concerne le retour des devises que les débouchés pour les marchandises italiennes. Mais les revendications territoriales fascistes32 compliquent les relations entre les deux pays. Les faiseurs d’opinion se saisissent immédiatement des revendications territoriales fascistes. Pour ces journaux, cette question devient le « problème italien ». Leurs sentiments nationalistes s’en trouvent irrités et aux revendications italiennes les reporters promettent une réponse à la hauteur du défi, quitte à menacer d’en venir aux armes33. À ce point, l’aspect territorial prend le pas sur l’aspect humain et l’immigré devient partie intégrante de la communauté nationale34.

20Curieusement, la nécessité politique se double de la récupération de la représentation traditionnelle des Italiens dont nous avons déjà vu qu’elle constituait une partie récurrente de ces enquêtes. Toutes deux s’enrichissent mutuellement et de manière contradictoire pour s’appliquer à une partie de la population qui est détachée du groupe autochtone et qui constitue la plus grande partie des allogènes. Si la composante traditionnelle de la représentation des Italiens conforte les Français dans l’appréhension des Italiens en France, jamais il n’est fait mention que ces caractéristiques traditionnelles concernent une population aux origines communes en Italie et hors d’Italie. Si la permanence italienne tranquillise les Français dans leur perception du fascisme, nous l’avons vu, elle intervient comme élément de stigmatisation de l’immigration italienne, renforçant de vieux poncifs.

  • 35  Cf. « Le Petit Parisien », 23 septembre 1929, pp. 1 et 2.
  • 36  Cf. « Le Petit Parisien », 10 octobre 1929, pp. 1 et 2.

21Ce qui en Italie tenait du folklore devient, appliqué à la réalité de la société française, une menace : à la représentation éculée d’une société peuplée d’une « extraordinaire, [d’une] incroyable nuée d’enfants, souvent miséreux et demi-nus »35, succède l’immigration italienne comme étant le fait d’« invincibles reproducteurs », prêts à « bouleverser l’économie de l’univers à la seule fin de caser [leur] progéniture »36. Mais, nous l’avons vu, sous le coup des revendications territoriales fascistes cette inquiétude disparaîtra également.

  • 37  « Le Matin » par exemple écrit le 26 avril 1926 que « Ceux qui veulent attaquer le régime sont par (...)

22À travers ces enquêtes, néanmoins, la représentation de l’immigration économique italienne en France n’intervient qu’après celle de l’immigration politique, des antifascistes37. Ces derniers demeurent longtemps un sujet de discorde entre l’Italie fasciste et la France.

  • 38  Cf. « Le Journal », 24 décembre 1926, p. 1.
  • 39  Ibidem.
  • 40  Cf. A. Kaspi et A. Marès, Le Paris des étrangers, Paris, Imprimerie Nationale, 1989, p. 55.
  • 41  Cf. « Le Matin », 15 avril 1926, p. 1.
  • 42  Cette représentation aura la vie longue, cf. p. ex. Il Conformista d’Alberto Moravia et notre inte (...)

23L’image de l’émigration politique à travers ces enquêtes est de rassembler, parmi les Italiens, ceux « qui répugnent vraiment au mussolinisme »38. Cette description négative les oppose à la masse d’Italiens restés en Italie, une masse « compacte, cohérente, volontairement disciplinée »39. Autant d’adjectifs dont les contraires retombent implicitement sur les antifascistes émigrés. Nous constatons à quel point les journalistes français utilisent le vocabulaire de la propagande fasciste pour désigner cette émigration. Lorsqu’ils la décrivent comme étant composée des éléments les plus politisés et les plus farouchement hostiles au régime mussolinien, ils la vilipendent autant que les autorités fascistes le font. Devant un Paris devenu la capitale de l’antifascisme en exil40, et forts des récriminations fascistes, les reporters se montrent sensibles, au moins dans un premier temps, aux campagnes de presse italiennes. Ils insistent sur le fait que « ceux qui veulent attaquer le régime s’en vont à l’étranger »41. Et, donnant à leurs hôtes fascistes un signe de bonne volonté, ils stigmatisent régulièrement cette immigration venue en France pour trouver un asile, au sens littéral du terme. Relayant les vilénies répandues sur le compte des antifascistes par le régime, ils établissent les contours d’une représentation négative dont les matrices puisent aux sources du bourgeois privé de ses privilèges ou du politicien corrompu42. Ces journalistes exercent trop rarement le rôle de filtre qu’ils devraient représenter pour donner à comprendre ce phénomène.

  • 43  Elles ont un double aspect, colonialiste-impérialiste et économique puisqu’il s’agit aussi de donn (...)

24La complexité de cette représentation est que longtemps l’image de ces antifascistes, en tant qu’Italiens, reste tributaire des relations italo-françaises et notamment des difficultés qui surgissent entre les deux nations lorsque l’Italie fasciste revendique des colonies avant de réclamer ouvertement la Tunisie et la Corse43. À ce contentieux diplomatique s’ajoute la prise de conscience de la puissance économique que représente l’émigration italienne, jusque dans sa composante politique. Tous ces Italiens travaillent pour subvenir à leurs besoins. Il en découle la volonté de voir cette force de travail enrichir le pays d’accueil plutôt que celui d’origine.

  • 44  Et le faire dire à un représentant du fascisme montre toute l’habileté de certains reporters. Cf. (...)

25C’est la prise de conscience de la vitalité de l’émigration italienne qui va inverser sa réception en France. Elle fait alors de l’immigration économique, loin des questions de politique et d’opposition au fascisme, la question principale. En marge des mots d’ordre de la propagande du régime et loin de la représentation de l’Italien nouveau, quelques journalistes commencent à expliquer que les émigrants italiens sont parmi les Italiens « les plus vigoureux, les plus entreprenants et les travailleurs ayant déjà quelques économies »44. La figure de l’émigré italien pauvre, crasseux, moribond, voleur, est disloquée par ce type d’argument qui lui donne une image soudainement dynamique et positive, éloignée en tout point de celle du misérable apatride.

  • 45  Cf. Nicolas Violle, L’Image de l’Italie et des Italiens en France, op. cit. On se reportera pour c (...)

26Il est à noter d’ailleurs que, parallèlement à ces enquêtes, la représentation de l’Italien dans la presse durant cette période se différencie. Là-bas il est de plus en plus assimilé au fascisme, quand ici on tend à se l’approprier en le qualifiant d’Italien “de” France45. Et plus on avance dans les années Trente, plus l’immigré italien, quelle que soit la raison de sa venue, est perçu positivement. Les Français prennent conscience de la part prise par cette immigration dans l’économie française.

  • 46  Cf. « Le Journal », 14 mars 1928, p. 1.

27Dès la fin des années Vingt, sous cet angle-là, même les journaux habituellement les plus favorables au fascisme remarquent que la présence de « peut-être un million d’Italiens en France » est un des aspects du « complexe problème posé des deux côtés des Alpes – mais plutôt de l’autre côté, [poursuit le journaliste] car, enfin, ce ne sont pas des Français qui se plaignent et réclament »46. Fortes de ce constat, les prétentions fascistes quant à leurs prétendus droits sur les émigrés italiens et les fruits de leur travail renforcent du côté français le discours nationaliste agressif que nous avons déjà rencontré. Il est à relever de la part de journaux italophiles, voire favorables au fascisme, et suffit à montrer toute la complexité, en termes de représentation, que ces articles sur l’immigration ouvrent au milieu d’enquêtes sur l’Italie fasciste.

28Finalement, le plus surprenant est que s’il y a stigmatisation de l’immigration italienne à travers ces enquêtes, elle est plus le fait du fascisme et de l’importation de ses campagnes de propagandes que d’un sentiment français inhérent à cette immigration. Lorsque la chose est considérée sous l’angle franco-français, en effet, la représentation rémanente de cette émigration est globalement favorable – les intérêts de la politique étrangère de la France étant prégnants en la matière. Finalement cela profite à une nette distinction entre la représentation des Italiens d’Italie et ceux de France. Leur figure d’étrangers n’est pas ici un frein à leur ancrage dans l’espace national.

29Pour conclure, nous pouvons nous étonner de la facilité avec laquelle les thèses fascistes sur les opposants au régime sont répercutées à travers ces articles. Il faut relever le manque d’esprit critique de ces journalistes, qui pour être largement italophiles ne sont pas tous philofascistes. La représentation des émigrés antifascistes livrée au lectorat français prend une coloration interne à l’Italie qui n’est pas entièrement comprise en France et qui explique l’apparition des articles sur le versant économique de cette émigration.

30Malgré des craintes inspirées par une représentation traditionnelle, on relève la bonne image de l’immigration économique des Italiens en France, qui colore et englobe tous les Italiens de France. Après les campagnes de presse anti-italiennes des années Vingt et Trente cela mérite d’être remarqué avec attention.

  • 47  Ces deux concepts appartiennent à Jean-Charles Vegliante, Contribution à l’étude de l’intégration (...)

31La représentation mise en évidence à partir de ce corpus est donc assez originale : observée à partir du regard sur l’Italie, loin des réalités hexagonales, cette population immigrée ne semble être ni « transparente » ni « presque-même », pour utiliser deux concepts développés par Jean-Charles Vegliante47, mais déjà constituée en sujet allogène autonome, et différencié selon sa motivation économique ou politique, au sein du groupe national dont l’extranéité est acceptée parce qu’elle sert la cause nationale. On voit alors que cette représentation particulière, déconnectée de son substrat, s’écarte assez largement de ce qui la fonde pour s’établir sur des lignes qui semblent plus directement dictées par un intérêt et une vision française à court terme.

Haut de page

Notes

1  On verra, par exemple les travaux de Circé, sous la direction de Jean-Charles Vegliante, in Gli Italiani all’estero, vol. 1, 2, 3 et 4, Paris, PSN, de 1986 à 1996 ainsi que, toujours sous la direction de Jean-Charles Vegliante, La traduction-migration, Paris, L’Harmatttan, 2000 ; on verra aussi les travaux du Cedei, p. ex. in « La Trace », ou les divers ouvrages sur l’émigration italienne en France, coordonnés par Pierre Milza, Antonio Becchelloni ou encore Marie-Claude Blanc-Chaléard.

2  « Le Petit Parisien », « Le Journal », « Le Matin », « Le Petit journal », « Paris-Soir ».

3  Pour une première approche de cette réflexion nous renvoyons à Nicolas Violle, L’image de l’Italie et des Italiens dans la presse populaire parisienne, thèse de doctorat sous la direction de Jean-Charles Vegliante, Paris, Sorbonne Nouvelle, 1997.

4  Cf. « Le Journal », 4 décembre 1926, p. 1.

5  Cf. « Le Petit Parisien », 10 septembre 1929, p. 1.

6  Cf. « Le Petit Parisien », 7 septembre 1929, p. 1.

7  Cf. « Le Journal », 23 mars 1927, p. 1.

8  Cf. les enquêtes d’Henri Béraud, d’Edouard Hesley ou de Jérôme et Jean Tharaud.

9  Cf. respectivement « Le Journal », 24 février 1928, p. 1 et « Le Matin », 3 septembre 1937, pp. 1 et 2 ; « Le Petit Journal », 14 octobre 1927, p. 1 ; « Le Petit Parisien », 25 janvier 1933, pp. 1 et 4.

10  Cf. « Paris-Soir », 2 février 1936, p. 5.

11  Cf. « Le Petit Parisien », 1er et 4 février 1933, pp. 1 et 3.

12  Cf. « Le Matin », 20 avril 1933, p. 1.

13  Cf. « Le Matin », 13 septembre 1929, p. 1.

14  Cf. « Le Matin », 31 août 1929, pp. 1 et 2.

15  Cf. « Le Petit Journal », 6 mars 1928, p. 1.

16  Cf. « Le Petit Parisien », 3 septembre 1929, p. 1.

17  Cf. « Le Petit Parisien », 21 septembre 1929, p. 1.

18  Cf. « Le Journal », 17 mars 1927, p. 1.

19  Cf. « Le Petit Parisien », 15 septembre 1929, p. 1.

20  Cf. Nicolas Violle et Marie-Laure Chérel, Les précurseurs culturels du fascisme et leur réception en France dans l’entre-deux-guerres, in Jean-Charles Vegliante, La traduction-migration. Déplacements et transferts culturels Italie-France XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2000, pp. 165-209.

21  Cf. note 25.

22  Quelques fois d’ailleurs colportés par les Italiens eux-mêmes, on sera attentif aux lignes de Luigi Campolonghi sur la différence entre Piémontais et Napolitains à Marseille, citées par Isabelle Felici in Marseille et l’Invasion vue par Louis Bertrand. Ribattiamo il chiodo”, Toulon, « Babel », n. 1, 1996, pp. 103-131, note 65.

23  Nous pouvons néanmoins noter que cette image est inspirée des Italiens eux-mêmes sans que ces reporters réussissent à comprendre la part d’autodénigrement qui préside à cette représentation ni le fait qu’elle puisse provenir d’un regard des Italiens du Nord sur ceux du Sud.

24  Cf. « Le journal », 29 décembre 1928, p. 1.

25  Cf. « Le Petit Journal », 19 octobre 1927, pp. 1 et 2.

26  Cf. « Le Petit Journal », 19 octobre 1927, p. 1.

27  Cf. « Le Journal », 24 février 1928, p. 1.

28  Cf. « Le Matin », 31 août 1929, p. 1.

29  On perçoit à travers cela une reprise et une évolution intéressantes du stéréotype souligné par Ralph Schor in L’image de l’Italien dans la France de l’entre deux guerres, in Pierre Milza, Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, Ecole française de Rome, 1986, pp. 89-109.

30  Cf. « Le Journal », 3 décembre 1926, p. 1.

31  Cf. « Le Petit Parisien », 15 septembre 1929, p. 2.

32  Notamment la révision du protectorat français en Tunisie.

33  Cf. Jules Sauerwein dans « Le Matin », 18 avril 1926, p. 1 : « Nos frontières sont libéralement ouvertes. Nous n’avons jamais songé à faire des lois restreignant l’immigration, ni même à doser la proportion des divers nationaux qui s’établissent sur notre sol. Si sous prétexte que sa natalité est supérieure à la nôtre, elle revendique des colonies que nous avons conquises et que nous protégeons encore par de dures et de sanglantes campagnes, aucune conversation n’est possible. Elles sont sacrées. Si quelqu’un veut les prendre, il trouvera la France en arme pour les défendre ».

34  Ce à quoi de son côté, dès 1927, le fascisme tente d’apporter une réponse en supprimant le Commissariat à l’émigration et en instituant une Direction Générale des Italiens à l’étranger.

35  Cf. « Le Petit Parisien », 23 septembre 1929, pp. 1 et 2.

36  Cf. « Le Petit Parisien », 10 octobre 1929, pp. 1 et 2.

37  « Le Matin » par exemple écrit le 26 avril 1926 que « Ceux qui veulent attaquer le régime sont partis à l’étranger », p. 1.

38  Cf. « Le Journal », 24 décembre 1926, p. 1.

39  Ibidem.

40  Cf. A. Kaspi et A. Marès, Le Paris des étrangers, Paris, Imprimerie Nationale, 1989, p. 55.

41  Cf. « Le Matin », 15 avril 1926, p. 1.

42  Cette représentation aura la vie longue, cf. p. ex. Il Conformista d’Alberto Moravia et notre intervention La représentation de l’affaire Rosselli à travers Moravia et Bertolucci, Colloque international Carlo et Nello Rosselli de part et d’autre des Alpes, 9-10 juin 2009, Paris, Maison d’Italie.

43  Elles ont un double aspect, colonialiste-impérialiste et économique puisqu’il s’agit aussi de donner un débouché au trop plein de population italienne. À cette date la situation est d’autant plus criante que les États-Unis ont depuis le début des années Vingt fermé leurs frontières.

44  Et le faire dire à un représentant du fascisme montre toute l’habileté de certains reporters. Cf. « Le Matin », 12 septembre 1929, p. 2.

45  Cf. Nicolas Violle, L’Image de l’Italie et des Italiens en France, op. cit. On se reportera pour cet aspect au chapitre 4 du III : « Regards sur l’Italien parmi les étrangers en France : de l’objet “étranger” au sujet “italien” », p. 425 sqq.

46  Cf. « Le Journal », 14 mars 1928, p. 1.

47  Ces deux concepts appartiennent à Jean-Charles Vegliante, Contribution à l’étude de l’intégration des secondes et troisièmes générations d’origine italienne en région parisienne, in « Gli Italiani all’estero », n. 2, Passage des Italiens, Paris, PSN, 1989, pp. 92-100 ; et, surtout, Notes de Caen sur le presque-même, in « Ailleurs d’Ailleurs. Gli Italiani all’estero », n. 4, Paris, PSN, 1996, pp. 9-29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Nicolas Violle, « Admirer l’Italie fasciste, stigmatiser son immigration. Le cas des enquêtes en Italie de la presse française pendant le Ventennio », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3371 ; DOI : 10.4000/italies.3371

Haut de page

Auteur

Nicolas Violle

Université Blaise Pascal - Clermont II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org