Navigation – Plan du site
Médias, cinéma et migrations

Les médias dans le racisme consensuel

Marcello Maneri
Traduction de Carmela Lettieri
p. 503-514

Résumé

L’inflation des discours médiatiques sur l’intégration et sur les discriminations, ont placé aujourd’hui l’immigration au cœur des controverses politiques. L’article analyse comment les médias de masse (presse écrite et télévision) contribuent à l’émergence de l’immigration en tant qu’enjeu de débat en Italie, quel est leur rôle dans la transformation de ce thème en véritable problème public, comment ils sont utilisés par les entrepreneurs politiques, quelle est leur incidence dans la définition des politiques publiques en la matière.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1En Italie, l’information sur l’immigration présente des caractéristiques similaires à celles que l’on constate dans d’autres pays européens mais aussi des spécificités qui, sous certains aspects, en font un cas extrême dans le paysage européen. Parallèlement à ce qui se passe ailleurs, l’immigration est vue surtout comme un problème, à tel point que l’expression qui la désigne est très souvent une phrase nominale qui essentialise cette perception : « le problème de l’immigration », alors que celle-ci devrait être vue plutôt comme une solution ou bien comme la conséquence d’autres problèmes.

  • 1  Cf. J. Ter Wal, The reproduction of ethnic prejudice and racism through policy and news discourse. (...)

2Toutefois, à la différence de ce que l’on constate dans d’autres pays, le thème de la criminalité occupe en Italie une place prépondérante si on le compare à d’autres sujets : les arrivées, le conflit interculturel, le racisme, les difficultés de logement, l’intégration. Ceci est dû d’une part, au nombre plus important d’informations qui traitent de cet aspect. Suivant les études menées, les médias examinés et les définitions que l’on adopte, elles atteignent un pourcentage qui se situe entre 40 % et 60 % de l’ensemble des informations sur l’immigration1. Ensuite parce que, au-delà des informations sur les crimes, le cadrage en termes d’illégalité, qu’il traite du contrôle d’une infraction ou d’un abus, de la nécessité du maintien de l’ordre ou d’un conflit entre des intérêts légitimes et illégitimes, sert souvent de cadre d’interprétation pour les informations qui portent sur les arrivées, sur les problèmes de logement et même sur l’intégration et sur le conflit interculturel. Le “cadrage thématique” qui prédomine et qui résume à lui seul ce discours est celui de la “sécurité”, façon indirecte de désigner la criminalité des immigrés. Ce cadrage peut inclure n’importe quel sujet, qu’il comporte des crimes ou pas : des viols aux sans abris, des meurtres à la prostitution, de la drogue au commerce de rue.

3Cette insistance thématique s’est, pour ainsi dire, “sédimentée” sous la forme de simplifications récurrentes, c’est-à-dire sous des catégories stéréotypées qui condensent les traits de la représentation et constituent ainsi un noyau dur à la fois ample et diversifié de types sociaux : le « vu cumprà », le « nettoyeur de vitres », « l’extra-communautaire », le « clandestin », le « musulman fondamentaliste », les « gitans du camp », le « baby gang ».

  • 2  Cette différence dépend en partie de l’absence en Italie de la distinction entre broadsheet et tab (...)

4Dans les autres pays européens, on observe habituellement ce phénomène dans la presse populaire à vocation populiste, qui repère des ennemis publics et les qualifie par des épithètes les opposant sur le plan rhétorique au prototype consolidé du « citoyen respectable ». En Italie, bien que selon des modalités différentes, ces stéréotypes stigmatisants font régulièrement leur apparition dans les journaux télévisés et dans les pages locales de la presse grand public. Ils paraissent dans les pages nationales et font la Une, ou bien ouvrent le JT à l’occasion d’événements récurrents qui provoquent la panique, ou alors lorsque le débat politique donne un coup de projecteur sur ce thème2. Puisque les médias se limitent souvent à rapporter les déclarations et à reproduire l’agenda et le langage des hommes politiques qui parviennent ainsi à mieux les contrôler, les rubriques où l’on parle de l’immigration sont exclusivement celles de la politique intérieure et surtout des faits divers, notamment la cronaca nera. Par conséquent, les journalistes qui traitent ce sujet sont souvent les cronisti, c’est-à-dire les rubricards des informations générales (fait-diversiers) ou les chroniqueurs judiciaires.

  • 3  Selon les résultats d’une enquête que nous avons menée, déjà en 1993 les immigrés impliqués dans d (...)
  • 4  Elles sont incohérentes parce qu’il s’agit de catégories collectives utilisées pour des faits indi (...)

5Les icônes négatives du mythe populaire évoquées ci-dessus sont élaborées à travers un processus de thématisation qui, par des stratégies de montée en généralité, “ethnicisent” tout ce qui pose problème, est négatif ou représente une menace. L’auteur d’un crime est presque toujours nommé, même dans les titres, à travers l’appellatif de nationalité ou alors par une définition qui explicite sa condition d’étranger. Cette procédure, outre le fait qu’elle est proscrite par tous les codes de déontologie consacrés à l’information sur les minorités, est employée beaucoup plus rarement lorsque l’étranger se trouve dans la position de victime3. Parfois, la généralisation devient encore plus explicite : « i soliti romeni » (« comme d’habitude, ce sont des Roumains »), « encore une fois », etc. Dans tous les cas, il s’agit de catégories collectives imprécises sans aucune cohérence descriptive qui, en revanche, sont chargées de connotations et de significations implicites4. Elles constituent la matière première du discours sur l’immigration : en plus des « clandestins », « gitans », « extra-communautaires » et « musulmans », il y a les « Albanais », les « Roumains » et les « Slaves ».

6Dans le discours public, ces types sociaux sont toujours liés à des phénomènes perçus comme problématiques ou comme une déviance sociale. Par la série de connotations qu’ils activent, ils constituent des exemples parfaits de déviance “putative”. Lorsque par exemple l’homme politique ou le discours journalistique nomment une catégorie, ils évoquent automatiquement par connotation un univers de comportements criminels. Souvent, ils l’associent à d’autres catégories similaires, ce qui a pour conséquence de renforcer l’effet tautologique.

  • 5  Ces reconduites à la frontière peuvent être comparées à de véritables déportations : elles sont fo (...)

7Il devient alors tout à fait naturel d’exiger le contrôle et les reconduites à la frontière des « nomades », parce qu’après tout, comme plusieurs leaders politiques nous le rappellent, ce sont des « nomades »5. De la même façon, il convient d’exiger aussi la lutte contre les « clandestins » et leur enfermement dans les Centres d’identification et d’expulsion (CIE, anciennement Centres de permanence temporaire ouCPT). L’expression « mondo degli extracomunitari » (milieu des extracommunautaires) indique, tout comme « mondo della malavita » (milieu mafieux), un contexte criminel. Ainsi, les « musulmans » sont tous des « fondamentalistes », et donc très probablement des « terroristes ».

  • 6  A. Sayad, La doppia assenza, Cortina, Milano, 2002 (éd. originale : La double absence. Des illusio (...)
  • 7  Je paraphrase ici le « racisme sans races » évoqué par E. Balibar, Esiste un neorazzismo ? in Razz (...)

8Les immigrés sont donc l’objet de généralisations et “essentialisés” puisque les catégories qui les décrivent en prescrivent en même temps le comportement. Ils sont aussi “stigmatisés” et “déshumanisés” puisque, dans les médias, ils sont sans voix et ne possèdent ni le vocabulaire des sentiments ni implicitement celui de la raison, justement parce qu’ils sont “essentialisés”. En définitive, ils n’ont pas le statut d’ “individus”6. De ce fait, ils semblent appartenir à une nouvelle « race sans race »7, des êtres qui en vertu des caractéristiques qui leur sont attribuées sont tout “naturellement” différents, de façon rigide et permanente. On retrouve ici, sous les traits d’un déterminisme souvent culturel, parfois biologique, le bagage du racisme colonial et de classe du XIXe siècle.

  • 8  Ces données sont le résultat d’une recherche par mots clés dans les archives en ligne du quotidien (...)

9Ce que nous venons de décrire constitue la base des modalités routinières de traitement de l’information sur l’immigration. Toutefois, depuis une quinzaine d’années, ce qui a produit les conséquences les plus néfastes, en termes de véritable criminalisation de l’immigration, est une modalité particulière de représentation médiatique qui assume le ton de l’exceptionnel, de l’urgence et de l’alarme. Le système médiatique fonctionne par cycles : l’attention accordée à un phénomène est habituellement déclenchée par des faits divers qui impliquent (et seulement si c’est le cas) des étrangers. Si l’on prend l’exemple de deux faits divers récents qui ont fait couler beaucoup d’encre, advenus l’un dans le parc de la Caffarella à Rome le 23 janvier et l’autre dans la ville de Guidonia le 14 février 2009, rien que le quotidien « la Repubblica » y a consacré 82 articles dans la semaine qui a suivi les faits et 176 sur l’ensemble du mois suivant8.

  • 9  Sans aucune exception, bien qu’avec des degrés variables dans l’emphase et la fréquence.
  • 10  Dans d’autres contextes et à d’autres époques, on a pu sélectionner par exemple les caractéristiqu (...)
  • 11  L’expression « panique morale » désigne une réaction démesurée de certains milieux face à des mœur (...)
  • 12  S. Palidda, Polizia postmoderna. Etnografia del nuovo controllo sociale, Milan, Feltrinelli, 2000.
  • 13  Dans les six mois qui ont suivi le vote de la loi n. 125/2008 élargissant le pouvoir des maires en (...)
  • 14  La loi-cadre sur l’immigration prévoit des dispositifs spéciaux de détention et de contrôle. En pl (...)

10L’insistance toute particulière avec laquelle les médias de masse9sélectionnent et mettent l’accent sur la nationalité de l’agresseur en la choisissant parmi les nombreux détails qui pourraient être mis en avant pour décrire un fait divers10, déclenche des processus de thématisation qui revêtent les caractéristiques de la « panique morale »11. La simple reprise de ce détail par les médias concurrents, considérée comme un moyen efficace pour donner du sens à l’information sur la base de croyances professionnelles et d’un répertoire thématique partagé par la communauté des journalistes, produit un effet boule de neige. Cela conduit à insister sur cet événement, à en chercher d’autres pouvant être associés au même thème et à les interpréter selon la même clé de lecture, en exagérant l’importance de ce premier fait divers. En même temps, les leaders politiques s’aperçoivent “qu’il s’est passé quelque chose de grave” et interviennent pour formuler un diagnostic, pour rassurer, pour préconiser des solutions. Ils bénéficient ainsi d’une visibilité médiatique en même temps qu’ils confirment, augmentent et certifient l’importance de la menace. Ces épisodes de « panique morale » ont ponctué l’actualité des dix, quinze dernières années et ont eu des conséquences pratiques très importantes, sur le plan de la criminalisation de l’étranger : le renforcement des enquêtes de police et des activités visant à contrôler le territoire12, l’augmentation de la production administrative13 et le lancement de lois d’exception14, qui constituent des réponses symboliques et immédiates aux urgences, tout autant symboliques et immédiates, du jour précédent.

11Certes, les médias d’information, en raison de leur caractère de masse, déploient des stéréotypes et ont tendance à mettre en scène une comédie morale dans laquelle les rôles de la victime et de l’agresseur doivent être clairement identifiables et où l’étranger – considéré comme un intrus puisqu’il n’appartient pas à la communauté et, donc,présumé coupable –, incarne la menace par excellence. En outre, et peut-être surtout, les journaux et la télévision pensent que leurs ventes augmenteront et que leurs informations seront reprises s’ils mettent l’emphase sur la déviance et la menace et utilisent le cadre interprétatif (frame) de l’urgence.

12Toutefois, on ne peut pas saisir l’importance de ce processus si l’on ne tient pas compte de certaines synergies. Tout d’abord, les discours médiatiques, qui incarnent la voix de chaque titre de presse, se résument sous certains aspects à la transcription bien que pas toujours littérale d’autres énonciations. Du point de vue de la production de leur discours, les médias dépendent de sources officielles (la police, les milieux des décideurs et des acteurs politiques) et ils accueillent volontiers ou s’approprient le discours de ces dernières ainsi que celui des “experts”. Ce qui paraît dans les journaux, ou bien à la télévision, est conforme au regard des institutions et en même temps leur suggère une certaine manière de s’exprimer, en traduisant en langage quotidien leur point de vue. Plus ces énoncés sont conformes au sens commun du moment et peuvent être interprétés comme une confirmation de l’urgence et de l’alarme du moment, plus ils gagnent en visibilité.

  • 15  Les probabilités pour un étranger d’être incarcéré dans l’attente du jugement sont infiniment plus (...)

13À ce propos, un exemple éclairant nous est donné par l’utilisation des savoirs spécialisés et scientifiques dans leur objectivation la plus courante, c’est-à-dire les statistiques. Parmi toutes les statistiques que l’on pourrait citer pour réfléchir à la question de la criminalité en Italie, on ne cite d’habitude que celles relatives à la délinquance ordinaire et qui deviennent centrales dans les épisodes de « panique morale ». Parmi toutes les variables que l’on pourrait utiliser pour interpréter ces statistiques, on privilégie toujours celle de la nationalité et même celle que l’on pourrait définir de l’“abus migratoire”, c’est-à-dire la distinction entre “clandestins” et “réguliers”. Parmi les données disponibles, celles que l’on utilise le plus souvent concernent la population carcérale formée en grande partie par des étrangers. Cela tient néanmoins à des raisons qui ne sont dues qu’en partie à une prétendue tendance à la délinquance de la population immigrée15.

14Nous pouvons faire d’autres remarques sur l’utilisation contextuelle des statistiques pour commenter des faits-divers ou des déclarations politiques. Dans ce cas, leur utilisation basée sur des interprétations déformées voire complètement fausses, renforce un discours déjà énoncé auparavant. De la même façon, les sondages d’opinion sur le sentiment d’insécurité des Italiens, diffusés à intervalles réguliers par les médias – voire dans certains cas directement commandités par ces derniers – privilégient le thème de la criminalité, surtout de la criminalité des étrangers, et ce dès l’élaboration du questionnaire utilisé pour l’enquête statistique. De ce fait, ces sondages sont utilisés pour renforcer l’idée d’une « urgence sécuritaire » (par les médias, le milieu politique et les instituts de sondages eux-mêmes), bien au-delà de ce que les résultats de ces enquêtes peuvent réellement démontrer.

15Un autre aspect, peut-être le plus important, de cette synergie entre les médias et les énonciateurs qui y ont plus facilement accès, met en cause le rôle des leaders politiques. Un nombre considérable d’entrepreneurs politiques du racisme ont fait leur carrière, à partir du début des années 1990, en tirant profit du thème de la criminalité de l’immigration. Ils ont réussi à faire de ce thème, présenté comme un véritable problème public (issue), une arme très efficace dans la compétition électorale. Les médias ont presque toujours eu un rôle incontournable dans le fait de tirer la sonnette d’alarme, mais ce sont d’autres acteurs, souvent institutionnels et presque toujours politiques, désireux de repérer une menace symbolique afin de préconiser des solutions tout autant symboliques, qui confirment et renforcent l’urgence, en la redirigeant parfois vers les cibles les plus perméables à ce type de discours. En l’absence de cette légitimation politique, de ces analyses et des solutions proposées – c’est-à-dire de déclarations et d’interventions qui alimentent elles-mêmes l’alarme – l’intérêt médiatique retomberait très vite.

  • 16  Le contrôle direct ou indirect des chaînes de télévision et d’une partie importante de la presse q (...)
  • 17  Dès le milieu des années 1990 il était possible de voir dans les médias les déclarations de leader (...)
  • 18  Nous empruntons cette expression à S. Palidda, Polizia postmoderna, op. cit., et à G. Faso, Lessic (...)

16La volatilité propre aux épisodes de panique s’accompagne de la mise en place d’une stratégie constante et planifiée16 basée sur la volonté de provoquer et d’accentuer une réaction sociale à la “dégradation urbaine” (marchés illégaux et vente à la sauvette, installations illégales, lieux où se concentre la population immigrée) qui a servi à construire de nouvelles alliances entre groupes politiques. Des leaders politiques en campagne électorale se sont alors rendus sur les marchés en protestant contre les vendeurs ambulants et les dealers d’origine étrangère et aussi contre les centres d’appels téléphoniques et les magasins “ethniques”. Des mobilisations de riverains contre les camps de Roms ont été organisées par les entrepreneurs de la peur qui proposent à intervalles réguliers des “rondes” de citoyens. Ils promettent à travers les médias et comme réponse à la forme de représentation esquissée par ces derniers, une nouvelle identification politique à laquelle peuvent correspondre les besoins, les intérêts et les préoccupations de la population autochtone, en particulier des couches populaires. Ils fournissent ainsi, en montrant du doigt cette population qui n’a pas droit à la citoyenneté, un ennemi symbolique et politique qui incarne tous les maux de la société. Cette stratégie, constamment et explicitement poursuivie par la Ligue du Nord, a convaincu de plus en plus au cours du temps tout l’échiquier politique, de droite à gauche, et a marginalisé les autres partis qui, incapables d’élaborer un discours alternatif ont été tentés de se présenter eux aussi comme les défenseurs attitrés de la sécurité. Cela a été d’autant plus vrai à partir de l’affaire Reggiani17. C’est ce phénomène que désormais plusieurs auteurs définissent sans hésitation comme le “racisme démocratique”18.

Haut de page

Notes

1  Cf. J. Ter Wal, The reproduction of ethnic prejudice and racism through policy and news discourse. The Italian case (1988-1992), Florence, Thèse de doctorat, 1997 ; du même auteur Italy, in European Monitory Centre on Racism and Xenophobia(dir. par), Racism and Cultural Diversity in the Mass Media. An Overview of Research and Examples of Good Practice in the EU Member States, 1995-2000, Vienne, 2002, pp. 239-272 ; M. Maneri, Stampa quotidiana e senso comune nella costruzione sociale dell’immigrato, Trente, Thèse de doctorat, 1995 ; M. Binotto et V. Martino (dir. par), Fuori luogo. L’immigrazione e i media italiani, Cosenza- Rome, Pellegrini Eri-Rai, 2005.

2  Cette différence dépend en partie de l’absence en Italie de la distinction entre broadsheet et tabloïd, entre presse de qualité et presse populaire. Dans ce pays, on a plutôt des journaux hybrides qui ont à la fois, suivant les rubriques et les occasions, les caractéristiques des deux. Cette hybridation touche de la même façon la télévision.

3  Selon les résultats d’une enquête que nous avons menée, déjà en 1993 les immigrés impliqués dans des faits divers étaient nommés à travers une appellation ‘ethnique’ dans 99 % des cas où ils étaient les responsables des crimes et dans 72 % des cas où ils en étaient les victimes. Cf. M. Maneri, Les journaux italiens à la chasse à l’“étranger”, « Confluences Méditerranée », n. 24, Hiver 1997-1998, pp. 91-94.

4  Elles sont incohérentes parce qu’il s’agit de catégories collectives utilisées pour des faits individuels et parce qu’elles ne sont presque jamais pertinentes pour comprendre l’information. Elles sont aussi imprécises parce que trop hétérogènes pour avoir une quelconque utilité descriptive.

5  Ces reconduites à la frontière peuvent être comparées à de véritables déportations : elles sont forcées, souvent en l’absence de solutions alternatives ou bien en direction de camps-prisons où l’entrée n’est pas autorisée. Bien qu’étant définis comme “provisoires”, ces camps deviennent assez vite “définitivement temporaires”, si l’on paraphrase le titre de l’ouvrage de F. Rahola, Zone definitivamente temporanee, Vérone, Ombrecorte, 2003.

6  A. Sayad, La doppia assenza, Cortina, Milano, 2002 (éd. originale : La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999) ; A. Dal Lago, Non-persone. L’esclusione dei migranti in una società globale, Milan, Feltrinelli, 1999.

7  Je paraphrase ici le « racisme sans races » évoqué par E. Balibar, Esiste un neorazzismo ? in Razza nazione classe. Le identità ambigue, Rome, Edizioni Associate, 1990, et dans d’autres termes avant lui par M. Barker, The new racism. Conservatives and the ideology of the tribe, Londres, Junction Books, 1981 ainsi que par P. A. Taguieff, La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, Editions La Découverte, 1987.

8  Ces données sont le résultat d’une recherche par mots clés dans les archives en ligne du quotidien. Ces chiffres ne tiennent pas compte des articles qui ne comportent pas le nom des lieux dans le texte.

9  Sans aucune exception, bien qu’avec des degrés variables dans l’emphase et la fréquence.

10  Dans d’autres contextes et à d’autres époques, on a pu sélectionner par exemple les caractéristiques du lieu, les modalités du crime, l’âge ou la profession des protagonistes, la nationalité de la victime etc., en fournissant ainsi des clés d’interprétation différentes. Pour une comparaison entre les modalités de thématisation utilisées dans des actes de violence commis par des Italiens ou par des étrangers cf. M. Maneri, Il panico morale come dispositivo di trasformazione dell’insicurezza, « Rassegna Italiana di Sociologia », n. 1, 2001, pp. 5-40.

11  L’expression « panique morale » désigne une réaction démesurée de certains milieux face à des mœurs culturelles et individuelles considérées comme dangereuses et déviantes pour la société. Cette « panique morale » est souvent intensifiée par la large couverture médiatique qui en est faite. Cela peut ainsi engendrer une hystérie collective (Ndt). S. Cohen, Folk Devils and Moral Panics, Londres, MacGibbon and Kee, 1972.

12  S. Palidda, Polizia postmoderna. Etnografia del nuovo controllo sociale, Milan, Feltrinelli, 2000.

13  Dans les six mois qui ont suivi le vote de la loi n. 125/2008 élargissant le pouvoir des maires en matière de sécurité urbaine, au moins 150 ordonnances ont été signées à grand renfort de publicité médiatique visant en particulier la population d’origine étrangère. Cf. Cittalia-Fondazione Anci, Oltre le ordinanze. I sindaci e la sicurezza urbana, rapport de recherche, 2009.

14  La loi-cadre sur l’immigration prévoit des dispositifs spéciaux de détention et de contrôle. En plus de cela, la production législative de ces deux dernières années en matière de sécurité, qui a été en partie engendrée par les campagnes médiatiques que nous venons d’évoquer, est gravement discriminatoire vis-à-vis des étrangers. Il suffit de citer les circonstances aggravantes insérées dans l’Art. 61 du code pénal qui augmentent la peine d’un tiers dans le cas où l’auteur du crime est un étranger. Ces dernières années, de nombreux organismes internationaux ont condamné les politiques sur l’immigration comme l’ont fait récemment l’Agence pour l’emploi des Nations Unies ainsi que le Conseil de l’Europe. Voir URL : http://www.cittadinolex.kataweb.it/Note.jsp ?id =88197&idCat =26#1) et URL :http://www.ilo.org/global/What_we_do/Officialmeetings/ilc/ILCSessions/98thSession/ReportssubmittedtotheConference/lang--en/docName--WCMS_103484/index.htm). En avril 2009, le rapport Hammarberg pour l’Europe a fait de même.

15  Les probabilités pour un étranger d’être incarcéré dans l’attente du jugement sont infiniment plus élevées, à parité de délit ou de crime, que pour un Italien. Souvent on considère par exemple qu’un étranger ne dispose pas d’un domicile légal pour pouvoir bénéficier des arrêts domiciliaires ou alors, en suivant le sens commun, on pense que la condition requise de la non témibilité ou de l’incapacité criminelle ne subsiste pas. Cf. F. Quassoli, Immigrazione uguale criminalità. Rappresentazioni di senso comune e pratiche organizzative degli operatori del diritto, « Rassegna Italiana di Sociologia », n. 1, 1999. Par ailleurs, on a recours beaucoup moins souvent aux mesures alternatives à l’incarcération au bénéfice d’étrangers. Dans tous les cas, l’emprisonnement n’est que la dernière étape d’un parcours pénal tout au long duquel les étrangers, et les sujets faibles en général, sont défavorisés. Ceci est vrai à partir de l’activité de la police qui précède l’investigation, où les chances augmentent pour un étranger de faire l’objet de plaintes. Il en est de même en ce qui concerne l’impossibilité pour les immigrés sans permis de séjour de se prévaloir d’une assistance légale gratuite et le manque de connaissances sur les procédures, qui facilitent la condamnation et l’attribution d’une peine plus lourde. Cela augmente pour eux la probabilité de rester plus longtemps en prison. Cf. S. Anastasia e P. Gonnella (dir. par), Inchiesta sulle carceri italiane, Rome, Carocci, 2002. En général, les statistiques judiciaires et celles fournies par la police ne peuvent pas être considérées comme un indicateur fiable de la criminalité, mais elles sont plutôt, et au sens propre, des indicateurs de l’activité des institutions judiciaires et policières.

16  Le contrôle direct ou indirect des chaînes de télévision et d’une partie importante de la presse quotidienne et périodique permet aux partis de la coalition de centre-droit, qui se sont autoproclamés comme les entrepreneurs politiques de la sécurité, de dicter l’agenda public, de définir la ligne éditoriale de plusieurs journaux et même le contenu des rubriques des journaux télévisés. Dans les JT, les faits divers criminels sont beaucoup plus présents, surtout lorsque, à l’approche des élections, de véritables campagnes médiatiques sur la sécurité ont été lancées. Cf. les études de l’Osservatorio di Pavia consultables sur le site internet de ce centre de recherche, URL : http://www.osservatorio.it/download/criminalita.pdf.

17  Dès le milieu des années 1990 il était possible de voir dans les médias les déclarations de leaders politiques, tous partis confondus, qui utilisaient le schéma nous/eux en parlant de “dégradation urbaine”, micro-criminalité, sécurité. Une campagne a également été lancée par le quotidien « la Repubblica » le 7 mai 2007 par la publication de la lettre d’un citoyen “ordinaire” qui avait pour titre « Aiuto, sono di sinistra ma sto diventando razzista » (« Au secours, je suis de gauche, mais je deviens raciste ») suivie par une lettre ouverte signée par le premier secrétaire du PD (Partito Democratico) à peine fondé, Walter Veltroni qui allait dans le même sens. À l’automne 2007, au lendemain de l’homicide Reggiani perpétré par un individu de nationalité roumaine, le Conseil des ministres du gouvernement de centre-gauche dirigé par R. Prodi a voté un décret-loi visant à faciliter les expulsions des Roumains bien que celles-ci demeuraient illégales selon la loi européenne. Tous ces exemples montrent la stratégie de cette nouvelle formation qu’est le Partito Democratico et que l’on peut résumer par la formule : « la sécurité n’est ni de droite ni de gauche ».

18  Nous empruntons cette expression à S. Palidda, Polizia postmoderna, op. cit., et à G. Faso, Lessico del razzismo democratico. Le parole che escludono, Rome, DeriveApprodi, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Marcello Maneri, « Les médias dans le racisme consensuel », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://italies.revues.org/3383 ; DOI : 10.4000/italies.3383

Haut de page

Auteur

Marcello Maneri

Université de Milan Bicocca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org