Navigation – Plan du site
Médias, cinéma et migrations

« Metropoli », un exemple de média pour les migrants en Italie

Eugénie Saitta
p. 515-537

Résumé

Les représentations des migrants dans les médias de masse italiens ont été l’objet de nombreuses études qui ont montré que leur image est négative et fondée sur des lieux communs, leur visibilité dans les produits médiatiques est faible et les inégalités structurelles et le racisme quotidien vécu par les migrants sont ignorés. Mais encore peu de travaux portent sur l’émergence et le développement de médias créés par et/ou pour les migrants. « Metropoli. Il giornale dell’italia multietnica »est le supplément hebdomadaire d’un des principaux quotidiens nationaux italiens (Repubblica) destiné aux immigrés résidant en Italie et dont les pages sont en partie produites par des collaborateurs d’origine étrangère. L’article étudie dans quelle mesure « Metropoli » produit un discours en rupture avec celui des médias de masse et, plus généralement, avec le discours et l’ordre social dominants. L’analyse repose sur une douzaine d’entretiens réalisée avec des journalistes et collaborateurs travaillant pour « Metropoli » et sur un corpus d’articles.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette recherche a été menée lors d’un post-doctorat dans le cadre de l’équipe Minoritymedia, équip (...)
  • 2  Il possède, entre autres, le quotidien « la Repubblica », l’hebdomadaire « L’Espresso » ou encore (...)
  • 3  URL : http://temi.repubblica.it/metropoli-online. La publication du supplément « Metropoli » a ces (...)

1« Metropoli. Il giornale dell’Italia multietnica » est un supplément hebdomadaire du quotidien national italien « la Repubblica » paraissant le dimanche et vendu au prix de 10 centimes d’euros1. Publié pour la première fois en janvier 2006, il prend la suite du site Internet le« Passaporto » lancé comme ballon d’essai fin 2004 par le groupe éditorial « L’Espresso »2. « Metropoli » est écrit en italien et s’adresse aux immigrés récemment arrivés ou bien installés de longue date en Italie, aux ‘secondes générations’, mais aussi aux Italiens et aux lecteurs de « la Repubblica », aux institutions et organisations qui opèrent dans le domaine de l’immigration. Il est constitué de six rubriques (« Actualités », « Société », « Sport », « Vivre en Italie », « Dossier », « Courrier des lecteurs ») produites par cinq journalistes salariés et une soixantaine de collaborateurs free lance dont une partie est étrangère. Le supplément papier se double d’un site Internet qui propose notamment un service de consultation juridique gratuite3.

  • 4  Recensement des médias créés par et/ou pour des migrants existant ou ayant existé entre 2000 et 20 (...)
  • 5  Données fournies par le responsable du titre (entretien novembre 2008).
  • 6  Minoritymedia s’intéresse aux médias des minorités ethniques dans une perspective comparative et i (...)

2Parmi la multitude de médias de migrants existant en Italie – environ 3704 – et qui forment un espace très hétérogène, pourquoi s’intéresser en particulier à « Metropoli » ? On pourrait considérer ce choix comme légitimiste puisque l’on demeure dans la sphère des médias dominants en s’intéressant au supplément d’un quotidien national, ou encore, comme un choix par facilité, celle de ne pas s’aventurer en dehors des sentiers battus. Mais l’intérêt d’une étude de cas sur « Metropoli » se justifie de trois manières. Le titre occupe en effet une place à part dans le paysage des médias des migrants en Italie. Tout d’abord, parce qu’il peut être considéré, de par sa périodicité, son volume et sa diffusion, comme un média de migrants ‘de masse’ : « Metropoli » est un hebdomadaire composé de 16 pages et son tirage est d’environ 180 000 exemplaires5. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une expérience inédite en Italie (et en Europe ou, du moins, dans les pays étudiés dans le cadre de Minoritymedia6). Si des initiatives comparables existent dans la presse quotidienne nationale, elles n’ont pas la même ampleur, se limitant souvent à une rubrique ou une page hebdomadaire. Depuis 2000, « TorinoSette », supplément (vendredi) de « La Stampa » consacré aux spectacles, à la culture et au temps libre, publie des articles en langue étrangère (arabe, mandarin, roumain) dans la rubrique « Rendez-Vous » informant sur les événements culturels des différents groupes de migrants ou encore sur la législation italienne en matière d’immigration. Depuis 2005, le « Sole-24 Ore » consacre une page hebdomadaire (lundi) à l’immigration et à ses aspects économiques, sociaux et législatifs intitulée « Économie et entreprises/Immigration » et réalisée en collaboration avec le groupe éditorial Stranieri in Italia. Depuis 2005, le « Giornale », dans son édition milanaise, publie une page hebdomadaire (lundi) intitulée « Milan multiethnique » proposant notamment des récits d’intégration ‘réussie’. D’autres exemples existent dans des publications au tirage limité (presse régionale, presse magazine spécialisée). Depuis 1998, le quotidien plurirégional la « Gazzetta del Mezzogiorno » publie une page hebdomadaire (mercredi) intitulée « Gazette Monde » offrant par exemple des informations sur les pays d’origine des migrants. Depuis 2007, l’hebdomadaire « Vita. Non profit magazine » publie « Yalla Italia », supplément mensuel (vendredi) consacré aux musulmans vivant en Italie, transformé récemment (2009) en site Internet. L’ensemble de ces publications se caractérise en outre par le fait que des migrants ou descendants de migrants prennent part à leur production. Enfin, parce que média minoritaire à l’intérieur d’un média dominant, « Metropoli » apparaît comme un cas particulièrement intéressant pour analyser les tensions entre les médias des migrants et les médias dits mainstream.

3Nous chercherons dans cet article à répondre à une série de questions. Dans quelle mesure la position particulière de « Metropoli » dans le champ journalistique italien lui permet-elle :
– de conférer une plus grande visibilité médiatique à la thématique de l’immigration ;
– de promouvoir un traitement « différent » de l’immigration ;
– d’impliquer plus largement des migrants ou descendants de migrants dans les processus de production de l’information ?

  • 7  Du 27 janvier 2008 au 19 juillet 2008.

4Nous présenterons les premiers résultats d’une enquête de terrain en cours s’appuyant sur des entretiens semi-directifs (10) réalisés entre mars 2008 et juillet 2009 avec des rédacteurs de base, membres de la hiérarchie et collaborateurs freelance (5 étrangers, 1 Italien) de « Metropoli » ; une analyse de corpus d’articles quantitative (2 mois de publication soit 8 numéros) et qualitative (18 mois7). Nous soulignerons les éléments de proximité et de différence entre « Metropoli » et les médias dominants à plusieurs niveaux : celui des producteurs de l’information ; celui des processus de production journalistique ; celui des contenus journalistiques.

La part des collaborateurs étrangers dans la division du travail journalistique

Statuts et effets du recrutement sur les profils

  • 8  L’elenco (liste) des journalistes étrangers concerne les seuls correspondants de la presse étrangè (...)
  • 9  M. Buonanno, L’élite senza sapere. Uomini e donne nel giornalismo italiano, Naples, Liguori editor (...)
  • 10  A. Sanchez, L’evoluzione dei media multiculturali in Italia. Il caso di Metropoli-la Repubblica, m (...)
  • 11  Un journaliste pubblicista n’a pas pour seule activité le journalisme, contrairement à un journali (...)
  • 12  Annelise Sanchez, entretien, mars 2008.

5« Metropoli » se distingue tout d’abord des médias dominants parce qu’il fait appel à des étrangers pour l’élaboration du journal. En effet, s’il existe quelques figures particulièrement connues (Magdi Allam, éditorialiste et directeur adjoint du « Corriere della Sera » jusqu’en 2008 ou Fidel Mbanga-Bauna, présentateur du TGR Lazio de la Rai), la sociographie des journalistes dominants en Italie s’illustre par la quasi absence de migrants ou de descendants de migrants. Malgré l’absence de données statistiques8, on peut faire l’hypothèse que les journalistes issus de l’immigration sont peu nombreux à travailler dans les médias dominants. D’une part, le recrutement des journalistes italiens montre la forte reproduction sociale (au sens de P. Bourdieu) de cette profession : la raccomandazione a joué un rôle central dans l’entrée sur le marché de l’emploi journalistique, d’où une proportion non négligeable de fils de journalistes. M. Buonanno parle de « fils déviés » des classes sociales dirigeantes pour désigner la majorité des nouveaux entrants sur le marché du travail journalistique dans les années 19809. Ils ne possédaient pas le niveau de diplôme auquel leurs origines sociales les prédestinaient et ont trouvé dans le journalisme une profession-refuge atténuant la perception d’un déclassement social. D’autre part, l’accès à la profession journalistique pour une personne de nationalité étrangère est restreint en Italie, en particulier pour qui n’est pas ressortissant de l’Union Européenne. L’exemple de « Metropoli » illustre cette disparité : alors que l’ensemble des rédacteurs italiens (5 dont 2 chefs) possède leur carte de journaliste professionista, seuls 2 collaborateurs étrangers (parmi 17)10 ont une carte de journaliste pubblicista11. Parmi les 27 collaborateurs interrogés lors d’une enquête par questionnaire12, 10 sont italiens et 17 d’origine étrangère (5 d’entre eux ont la double nationalité).

  • 13  Entretien avec une rédactrice italienne (mars 2008).

La différence principale c’est qu’à « Metropoli » de nombreux étrangers écrivent et que ce sont eux qui se racontent.13

  • 14  Ibidem.

6Toutefois, la nationalité reste un critère discriminant quant au statut et à la rémunération. Les 3 rédacteurs de base, le rédacteur en chef et le responsable, qui composent la rédaction et sont embauchés au titre de salarié, sont italiens. Les collaborateurs du journal sont freelance (c’est-à-dire payés à l’article). Cette condition précaire s’ajoutant au faible nombre d’articles publiés (en moyenne 25 en 6 mois) rend nécessaire un autre emploi14.

  • 15  Le praticantato correspond à une période de stage de 18 mois dans une entreprise de presse pour la (...)

7En bref, il n’y a d’étranger ni parmi les journalistes salariés ni parmi les détenteurs des fonctions de décision. Cette absence est souvent justifiée, dans nos entretiens avec les membres italiens de la rédaction, par l’impossibilité pour les étrangers d’obtenir la carte de presse. L’explication apparaît toutefois peu convaincante parce que la possession d’une carte de presse n’est pas une condition nécessaire à l’exercice de l’activité journalistique en Italie et qu’il faut exercer préalablement cette activité (praticantato15) pour pouvoir prétendre à la carte de presse. Une autre explication est avancée par le rédacteur en chef : les journalistes qui sont en relation avec les sources institutionnelles doivent maîtriser parfaitement la langue italienne et les codes sociaux.

  • 16  Entretien avec le rédacteur en chef de « Metropoli » (mars 2008).

Le décret sur les flux, nous devons nécessairement le traiter depuis la rédaction [i.e. par des rédacteurs italiens] parce que ça implique un rapport direct avec des sources super qualifiées, qui exigent des questions écrites, formelles, des coups de téléphone, etc.16

  • 17  Entretien (mars 2008).

8Mais l’argument perd de sa force lorsque l’on s’intéresse aux parcours des collaborateurs. On citera l’exemple de cette femme chilienne, arrivée en Italie à l’âge de 7 ans, qui y a suivi des études universitaires en anthropologie et cumule désormais 10 ans d’expérience dans le journalisme17. En outre, si la maîtrise de la langue italienne n’a pas constitué un critère de recrutement, elle a joué de fait dans la stabilisation des collaborations, de sorte qu’une partie des collaborateurs étrangers est désormais constituée de ‘secondes générations’ ou encore de personnes arrivées enfants ou adolescents en Italie et ayant mené des études secondaires et/ou universitaires en Italie.

  • 18  Entretien (novembre 2008) : collaboratrice vénézuélienne, arrivée en Italie à l’âge de 15 ans, en (...)

Je me souviens que X [rédacteur en chef] me demandait sans cesse des choses écrites d’une certaine façon, ils les corrigeait, me les retournait, en gros c’était un truc assez rigide. […] Je me suis fait enguirlander plein de fois [mi sono preso di quelle sgridate] (rires), j’imagine que tout le monde ne le supporterait pas.18

9Cet extrait d’entretien avec une collaboratrice étrangère fortement dotée en capital culturel (accumulé en Italie) laisse penser que ce n’est pas seulement la maîtrise de la langue italienne qui entre en ligne de compte mais aussi la maîtrise de l’écriture journalistique selon les canons dominants de la profession en Italie. En effet, le ‘professionnalisme’ a opéré une sélection de fait entre les collaborateurs.

  • 19  Entretien avec une rédactrice de Metropoli (mars 2008).

Au cours du temps, les collaborateurs qui sont restées [à « Metropoli »] sont les personnes qui avaient une compétence journalistique. Parce qu’avant, ont écrit pour nous des personnes pour qui le journalisme était un travail totalement différent de leur métier initial.19

  • 20  Spécialisation pour rédacteur multimédia, master journalisme, cours post-universitaire dans un ins (...)
  • 21  A. Sanchez, op.cit.

10En effet, la plupart des collaborateurs ont une expérience consolidée dans le domaine du journalisme, qu’ils aient exercé la profession dans leur pays d’origine ou suivi des formations au journalisme une fois en Italie. 88 % étaient journalistes dans leur pays d’origine. Seuls 2 collaborateurs étrangers possèdent une maîtrise en journalisme ou en communication obtenue en Italie, mais 12 ont suivi des formations professionnelles20 dans ce domaine. La moitié des collaborateurs étrangers interrogés travaille d’ailleurs pour d’autres médias « multiculturels » et ils proviennent pour la plupart (69 %) du « Passaporto »21. On notera ainsi que le recrutement des collaborateurs s’effectue sur la base d’un entretien et de la production d’un article.

11Cette exigence de ‘professionnalisme’ requiert aussi des collaborateurs de se plier aux procédures organisationnelles propres au journalisme dominant : respecter la deadline, accepter l’organisation hiérarchique et le contrôle de la copie, répondre à la ‘commande’. Ces contraintes organisationnelles semblent d’autant plus importantes que le support est celui de la presse écrite, avec un nombre limité de pages et des délais d’impression stricts. On voit ici le poids de la logique journalistique dans l’injonction à la professionnalisation.

  • 22  Entretien (novembre 2008).

À « Metropoli », à part le fait qu’au minimum tu dois savoir écrire, les choses sont rigides. Tu dois rendre ton papier avant une certaine date, tu dois faire ceci ou cela, tu sais les photos… Moi je me souviens que le discours très clair sur… parce que beaucoup voulaient être protagonistes de… donc mettre leur idée… ‘Non, l’article tu dois l’écrire sur ça !’ et ils faisaient tout autre chose qui n’avait rien à voir. […] L’écrémage, à part la langue et savoir écrire italien, et avoir les moyens informatiques, tu dois avoir ces capacités… c’était aussi ça, être malléable par rapport à leurs exigences.22

Division thématique du travail journalistique

  • 23  Du 27 janvier 2008 au 16 mars 2008.

12Des comptages effectués sur deux mois de publication de « Metropoli »23 nous ont permis d’évaluer la part des collaborateurs dans la production journalistique. Comme indiqué dans le graphique 1) ci-dessous, 68 % des articles ont été rédigés par des collaborateurs, soit plus des deux tiers. Toutefois, si l’on rapporte ces chiffres au nombre de producteurs, la tendance s’inverse : un rédacteur publie en moyenne 10 articles sur deux mois (contre 4 par collaborateur), soit environ deux fois plus qu’un collaborateur. En outre, les collaborateurs sont souvent sollicités pour écrire des articles courts, qu’il s’agisse de brèves, de portraits ou de témoignages.

  • 24  Les NSP sont constitués par des articles signés par des initiales. Corpus comprenant 8 numéros de (...)

Graphique 1 : Répartition des articles selon le statut de leur(s) auteur(s) ( %)24

Graphique 1 : Répartition des articles selon le statut de leur(s) auteur(s) ( %)24

13En outre, si les collaborateurs contribuent fortement aux pages de « Metropoli » (68 % des articles signés), cette donnée globale masque une division thématique du travail entre rédacteurs salariés et collaborateurs. Tandis que les premiers s’attèlent à la couverture des informations ‘de service’ (législation en matière d’immigration, travail, économie, santé, école, logement), les seconds se consacrent à l’actualité des différents groupes de migrants. Les collaborateurs étrangers sont perçus comme étant plus à même de traiter ces sujets car ils ont personnellement vécu un parcours migratoire et qu’ils possèdent un réseau de contacts notamment dans les associations de migrants.

  • 25  Entretien avec une collaboratrice et consultante de Metropoli (mars 2008).

– (Q) Selon toi, les journalistes qui travaillent pour « Metropoli » ont-ils des compétences spécifiques ? – (R) : Les collègues de « Metropoli », en particulier les collaborateurs ont construit… Pas tous ! Ce n’est pas parce que tu as des origines étrangères que tu peux être un bon journaliste […]. Il est clair qu’il [un journaliste étranger] peut avoir des compétences en plus parce que surtout il a vécu certaines situations, il connaît le système qui concerne les immigrés en Italie, c’est un truc en plus, pour pouvoir évoluer dans ce système. Un autre truc en plus, c’est aussi le carnet d’adresses des contacts que tu t’es faits, si tu as eu l’intelligence de t’en faire, un carnet d’adresses avec tous les contacts les plus fiables […] Il faut une capacité parfois à se fondre dans la réalité que l’on veut raconter et cette capacité vient du fait que tu as des origines étrangères. Donc de ce je-ne-sais-quoi qui fait comprendre les situations, ce qui est en train de se passer dans une situation donnée. Et ça, ça dérive du fait, outre que tu es très attentif, que tu fais partie d’une réalité d’immigré, de fils d’immigré. Savoir lire le je-ne-sais-quoi, les éléments non-verbaux qui peuvent t’aider à construire un papier. Qui ne sont pas seulement des données numériques ou des déclarations, mais qui sont aussi des détails qui peuvent faire un papier […] Concernant « Metropoli », je pense que sont avantagés ceux qui ont des origines étrangères et en particulier ceux qui ont fait un parcours d’immigration ou dont les parents ont fait un tel parcours, en bref ceux qui l’ont vécu personnellement [vissuto sulle loro spalle]. De ce point de vue, ils partent avantagés. Dans leur malheur, ils en ont aussi tiré des capacités.25

14Cette division du travail thématique est illustrée par nos comptages (voir Tableau 1). Parmi les articles publiés par les rédacteurs italiens, la majorité concerne les guides en matière de logement, travail, santé, école (40 %), ainsi que la législation en matière d’immigration (23 %), soit au total 63 %. La majorité des articles publiés par les collaborateurs concerne les migrants dans leur vie quotidienne en Italie (25 %), la vie des communautés (19 %), les pays d’origine des migrants (15 %), soit au total 59 %. On remarquera que les rédacteurs italiens contribuent fortement à la rubrique « Vivre en Italie » concernant les questions pratiques liées au travail, au logement, à l’école, etc., ils écrivent en effet 32 % des articles (contre 22 % pour les collaborateurs), alors qu’ils sont beaucoup moins nombreux que ces derniers.

15Cette division thématique du travail nous engage à réfléchir sur les dynamiques d’affectation des sujets. Deux logiques semblent jouer dans la distribution des tâches. La première pourrait être qualifiée de logique d’assignation ethnique. On relève dans les discours, aussi bien des collaborateurs étrangers que des rédacteurs italiens interrogés, l’idée implicite ou explicite que les migrants possèdent une meilleure connaissance des ‘communautés’, que les compétences des uns et des autres dépendent en partie de leurs origines nationales. On voit là comment l’ethnicité joue dans les représentations des compétences et incompétences supposées de chacun.

Tableau 1 : Répartition des articles selon le sujet et le statut de l’auteur ( %)

Sujet

Collaborateurs

Extérieurs

Rédacteurs

Ambassade

1

0

0

Conseil

0

47

0

Intégration

17

6

7

Interculturalité

2

0

0

Législation en matière d’immigration

16

0

23

Livres

0

3

0

Médias

0

3

0

Politique

0

3

0

Politique étrangère

0

3

0

Racisme

0

3

0

Terrorisme

0

3

0

GUIDE

5

3

40

Argent

1

0

0

Législation

0

0

7

Logement

1

0

0

Loi

1

0

13

Santé

0

3

10

Travail

2

0

10

MIGRANTS

25

3

20

Argent

2

0

0

École

1

0

3

Élections

1

0

0

Famille

0

0

7

Logement

3

0

0

Musulmans

1

0

0

musulmans, Roms

1

0

0

Statistiques

0

0

3

Travail

16

3

7

Tableau 1 (suite) : Répartition des articles selon le sujet et le statut de l’auteur ( %)

Sujet

Collaborateurs

Extérieurs

Rédacteurs

PAYS D’ORIGINE

15

3

3

Cinéma

1

0

0

Coutumes

8

3

3

Cuisine

5

0

0

Sport

1

0

0

VIE DES COMMUNAUTES

19

12

3

Cinéma

1

3

0

Cuisine

0

0

3

Famille

3

3

0

Festivités

5

0

0

Musique

1

0

0

Religion

1

6

0

Sport

4

0

0

TV

3

0

0

Université

1

0

0

NSP

1

6

3

TOTAL

100

100

100

  • 26  Entretien avec une collaboratrice étrangère de Metropoli (novembre 2008).

Certaines choses, moi je ne les sais pas, je ne peux pas les savoir, même des choses sur les traditions, la culture, moi je ne peux pas les écrire. Puisque je ne les connais pas de l’intérieur [da dentro]. Selon moi, c’est ça la différence, qu’on connaît tous un petit bout de l’intérieur. À partir de notre petite expérience [Nel nostro piccolo]. [Des articles] faits par celui qui connaît. Voilà pourquoi on tend à écrire sur ce qui concerne notre propre communauté parce qu’on la connaît mieux, on est plus sûr de ce que l’on dit.26

16Évidemment, la répartition des sujets ne se fait pas exclusivement de cette manière, chaque collaborateur est amené à traiter de sujets plus ‘institutionnels’ ou ‘de service’. Certains ne couvrent pas spécifiquement leur groupe d’origine, soit parce qu’il y a peu d’informations (minorité peu organisée), soit parce qu’il n’a pas de liens forts avec sa ‘communauté’, ou bien couvrent d’autres groupes avec qui ils ont des liens (une collaboratrice vénézuélienne est par exemple proche des associations africaines).

  • 27  Président du club de football l’Inter de Milan.

17La seconde logique est une logique journalistique ou professionnelle : une collaboratrice étrangère a par exemple été chargée de réaliser une interview de Massimo Moratti27 en Toscane, parce qu’elle était présente sur les lieux. Dans ce cas, l’attribution du travail s’est effectuée sur la base de critères d’efficacité et de couverture complète de l’actualité.

18De même, les collaborations les plus récentes se sont établies avec des personnes qui appartenaient à un groupe de migrants non représenté parmi les collaborateurs de « Metropoli » ou bien qui résidaient dans une région d’Italie jusque-là non couverte. On est face à la fois à une logique d’assignation ethnique : chaque communauté est représentée par un ou plusieurs collaborateurs étrangers issus de ce même groupe ; et à une logique journalistique : le journal doit représenter l’ensemble des groupes de migrants et couvrir l’ensemble du territoire national (critères de représentativité et d’exhaustivité).

Processus décisionnel et élaboration des contenus

  • 28  A. Sanchez, op. cit., p. 122.

19Les collaborateurs de « Metropoli » ont la possibilité de prendre part à l’élaboration du journal. En effet, tous les vendredis se tient une conférence de rédaction réunissant collaborateurs, rédacteurs et hiérarchie, au cours de laquelle se discutent les contenus. Notons que le ‘chemin de fer’ est à ce moment-là déjà constitué puisqu’il a été discuté la veille lors d’une réunion restreinte de la rédaction de « Metropoli », puis validé par le directeur de la « Repubblica ». En outre, la réunion du vendredi accuse une forte baisse de la participation par rapport à l’expérience du « Passaporto » et aux débuts de « Metropoli ». Ainsi, parmi 17 collaborateurs étrangers interrogés, 7 déclarent ne jamais avoir assisté à une réunion de rédaction28.

  • 29  Entretien (mars 2008).

Au début, le journal organisait une fois par semaine, ça existe encore, une réunion à laquelle pouvaient assister tous les collaborateurs, qui était ouverte. Si au début, au « Passaporto », à « Metropoli », cette réunion était bondée, je peux dire personnellement que j’y suis allée dernièrement et qu’il n’y avait pas un collaborateur étranger. Soit ils ont trouvé un autre travail, soit ils n’ont plus eu envie de se déplacer. Donc ça manque un peu, c’est un problème le contact entre la rédaction et surtout les collaborateurs qui vivent dans d’autres régions d’Italie. Les personnes que j’ai interviewées [dans le cadre d’un mémoire de Master] par exemple sont des personnes de Gênes, de Palerme, qui ne sont jamais venues à la rédaction. Et donc il manque cette confrontation entre les responsables du journal et les collaborateurs. Quel type de confrontation il existe entre 6 personnes ? C’est un peu limité, non ? Si elles ne se sont jamais vues, il n’existe pas de contact direct.29

20Un ensemble d’éléments explique la désaffection des collaborateurs à l’égard de la réunion du vendredi : possibilité limitée de voir publiés les articles proposés, démotivation, indisponibilité liée à un ‘deuxième’ emploi, éloignement géographique des collaborateurs dispersés sur le territoire.

21Au final, l’essentiel des contacts entre le rédacteur en chef et les collaborateurs se déroule de façon interindividuelle, préférentiellement par téléphone et email. Au travers de ces échanges, sont formulées des propositions par les collaborateurs et des ‘commandes’ par le rédacteur en chef. Mais une collaboratrice ‘régulière’ du supplément estime que le journal est essentiellement élaboré depuis Rome et que les collaborateurs ont un pouvoir de décision limité.

  • 30  Entretien avec une collaboratrice de Metropoli (mars 2008).

 – (Q) : Selon toi, le journal est construit surtout depuis Rome vers les régions ? – (R) : Oui, certainement. Les autres, ils influent peu je pense. Ces personnes qui sont en dehors de Rome, n’ont jamais fréquenté la rédaction, donc il n’y a pas de confrontation. Si moi je dis par exemple : ‘Faisons un article sur les couples mixtes’ et le rédacteur en chef me répond non parce que ce n’est pas adapté à « Metropoli », moi je ne peux pas interagir avec toi et discuter, cette interaction qui est fondamentale n’existe pas. Donc le pouvoir décisionnel de ces personnes est nul à la fin, ils n’influent pas sur les contenus ni sur la politique éditoriale du journal. « Metropoli » a eu ce mérite, c’est vrai, de faire écrire les personnes migrantes pour un journal important, mais ces personnes sont des opérateurs de l’information, elles écrivent, elles ne décident rien.30

  • 31  Entretien avec une rédactrice de Metropoli (mars 2008).

22Globalement, ce sont les rédacteurs italiens qui effectuent le travail d’encadrement des collaborateurs : ils leur commandent des articles, révisent les papiers reçus, coordonnent les enquêtes. Une collaboratrice étrangère et consultante de « Metropoli » prend cependant part de façon plus active aux choix rédactionnels, puisqu’elle exerce un contrôle sur la version finalisée du journal, « l’idée étant d’avoir un étranger qui regarde les titres par exemple, pour voir ce qui pourrait être gênant »31.

23La réunion de rédaction hebdomadaire constitue, pour les collaborateurs, une occasion routinière et formalisée de faire remonter leurs idées, de proposer des sujets. Le fait qu’elle soit peu fréquentée contribue à renforcer un journalisme ‘de commande’ et une ligne éditoriale imposée. On retrouve à « Metropoli » des mouvements qui caractérisent plus généralement la presse quotidienne nationale italienne : les quotidiens italiens sont historiquement très centralisés, avec un poids important du directeur du journal ; cette centralisation est aussi à mettre en lien avec la rationalisation économique du travail journalistique (depuis les années 1980-90) qui induit un journalisme ‘de commande’ où les journalistes doivent s’adapter aux attentes des publics telles qu’elles sont perçues par les services marketing des journaux.

24Au total, si « Metropoli » se distingue par le fait qu’il emploie des collaborateurs étrangers, ceux-ci souffrent toutefois d’un statut précaire, sont peu sollicités dans la prise de décision sur les contenus et participent faiblement à la production journalistique au regard de leur nombre. En outre, on soulignera les caractéristiques de « Metropoli » qui se rapprochent du journalisme dominant, à savoir le poids du professionnalisme notamment dans le recrutement et les profils de collaborateurs, ainsi que la centralisation décisionnelle relativement forte.

Une ‘autre’ information sur l’immigration ?

  • 32  Comedia Group, The Alternative Press : The Development of Underdevelopment, « Media, Culture & Soc (...)

25Le discours tenu par la hiérarchie de « Metropoli » sur les contenus du journal se situe dans la lignée d’une partie de la littérature sur les médias dits alternatifs qui définit ces derniers comme des reflets inversés des médias conventionnels32. Selon cette approche ‘en négatif’, la couverture de « Metropoli » serait l’exact opposé du traitement opéré par les médias mainstream italiens concernant l’immigration.

  • 33  M. Binotta et V. Martino, Fuori Luogo. L’immigrazione e i media italiani, Rome, Luigi Pellegrini, (...)
  • 34  Entretien avec une rédactrice italienne (mars 2008).

26Les représentations des migrants dans les médias dominants en Italie ont été l’objet de nombreuses études qui ont montré combien, d’un côté, leur image est négative et fondée sur des lieux communs, et de l’autre, leur visibilité dans les produits médiatiques est faible. Plus précisément, les articles les concernant sont publiés majoritairement en rubrique « Cronaca » (« Société ») et notamment « Cronaca nera » (« Faits divers »), ils parlent essentiellement des immigrés en situation irrégulière et se concentrent avant tout sur les aspects extraordinaires ou sensationnels du phénomène (criminalité, etc.). En creux, apparaissent les thématiques qui ne sont jamais couvertes : les pays d’origine des migrants, leur vie au quotidien, leur poids et leur rôle dans l’économie italienne, les informations ‘de service’ utiles aux étrangers (démarches administratives, etc.). En outre, les sources utilisées sont principalement institutionnelles (police, carabiniers, ministère de l’intérieur), les migrants ayant rarement la parole même s’ils sont impliqués dans l’événement relaté. La « Repubblica » n’échappe pas à ces critiques33. Plus généralement, la presse d’information générale et politique italienne se caractérise par son élitisme et l’absence d’un pôle ‘commercial’ ou ‘populaire’ (comparable à celui que forment les tabloïds en Grande-Bretagne). Pendant du caractère élitiste de la presse, l’information ‘de service’ est largement absente des pages des journaux italiens. À visée pédagogique, celle-ci explique les conséquences pratiques des politiques publiques sur la vie quotidienne des gens. « Metropoli » entend notamment proposer un journal à caractère populaire (« un giornale con un taglio popolare »)34.

Thématiques et sujets

  • 35  Ibidem.
  • 36  Ibidem.
  • 37  Ibidem.

27Tout d’abord, une part importante du journal est consacrée à l’information dite ‘de service’. Dans la rubrique « Actualité », des articles expliquent de manière pédagogique la législation en matière d’immigration et ses conséquences pratiques sur la vie des immigrés en Italie. Dans la rubrique « Vivre en Italie », sous forme de guides (prontuario), sont expliquées les différentes procédures en matière de santé, travail, logement, argent, école. Cette information de service s’accompagne d’un travail de surveillance et de dénonciation des pratiques des administrations publiques, de la « mala burocrazia »35. En outre, une partie du site Internet est consacrée aux réponses d’experts aux questions envoyées par les lecteurs. Le site vise ainsi à devenir « une encyclopédie »36 en matière de législation « de façon à ce que quelqu’un, si une administration lui refuse tel droit, puisse venir sur le site, imprimer la circulaire du ministère qui dit qu’il a le droit et retourne voir l’administration »37.

  • 38  Entretien (mars 2008).

28Ensuite, un autre choix éditorial est de ne pas couvrir les faits divers (cronaca nera), mais de « raconter la normalité », de donner « une image plus complète car les immigrés en Italie sont quatre millions, qui travaillent, étudient, ont une famille, etc. »38. Le journal fait ainsi la part belle aux histoires de vie, « le côté humain ». Toutefois il ne s’agit pas de raconter « les histoires d’intégration ordinaire » mais celles qui ont un caractère exceptionnel, à l’instar d’un article sur une danseuse étoile albanaise immigrée en Italie. Le seul fait divers faisant l’objet d’un suivi attentif concerne les accidents de travail.

  • 39  Entretien (mars 2008).

29La volonté de différenciation qui s’exprime à travers ces choix rédactionnels a cependant des limites. Par exemple, « Metropoli » a choisi de ne pas traiter les faits divers au lieu d’en apporter un autre éclairage qui tiendrait compte de la complexité sociale, qui désindividualiserait les responsabilités, en somme au lieu d’effectuer le travail de contextualisation qui fait défaut dans les médias dominants. De même, les thèmes polémiques sont laissés de côté (la traite de personnes, les Roms, la prostitution, les violences contre les femmes…) comme le regrette une collaboratrice étrangère : « « Metropoli » dénonce mais pas plus que ça »,« nous voulons parler d’immigration, mais nous ne voulons pas trop nous mouiller »39. En pointillés se dessine une définition implicite de l’immigration diffuse parmi les journalistes italiens du supplément : ce dernier s’adresse à ceux qui démontrent une volonté d’intégration.

  • 40  Entretien avec le rédacteur en chef de « Metropoli » (mars 2008).
  • 41  Entretien avec une rédactrice italienne de « Metropoli » (mars 2008).

De la cible de départ ont été exclus les marginaux de l’immigration, ceux qui sont en Italie dans des conditions particulières et qui pour le moment n’ont pas pour projet de s’installer en Italie. Le lecteur type c’est l’immigré qui a un projet de vie italien, qui veut s’établir sinon pour toujours du moins pour longtemps, donc qui privilégie des relations sociales et économiques stables. Une personne qui a besoin d’instruments pour rendre ces rapports un peu plus compréhensibles, un peu plus simples.40
Le choix de l’italien a été fait de façon à s’adresser non pas à une communauté, mais à tous, aux personnes qui ont la volonté de s’intégrer, donc d’apprendre l’italien.41

  • 42  B. Rigouste, L’immigré, mais qui a réussi…, « Le Monde Diplomatique », juillet 2005, p. 23.
  • 43  A. Mattelart et E. Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, la Découverte, 2008, p. 103.
  • 44  Entretien (novembre 2008).
  • 45  Ibidem.

30La rubrique « Mariages » est révélatrice de cette définition implicite de l’immigration ‘intégrée’, elle célèbre en effet exclusivement les mariages mixtes entre étrangers et Italiens. Au total, on relève deux discours présents de façon transversale dans les pages du journal : celui des « figures de la réussite », de l’intégration « réussie », du « bon » immigré42, d’une part ; celui du multiculturalisme d’autre part43. Cette ligne éditoriale semble largement partagée par les collaborateurs étrangers interrogés, puisque ceux-ci soulignent leur volonté de couvrir l’immigration non pas uniquement comme un problème à résoudre en focalisant le discours journalistique sur la question des quotas, de la sanatoria… Ils affirment vouloir valoriser plus les histoires d’intégration « réussie », diffuser plus d’informations permettant « de se sentir un peu mieux accueilli en tant qu’immigré »44 (couples mixtes, traditions culturelles…), « rendre le journal plus joyeux »45 en écrivant par exemple sur les proverbes, superstitions, poètes, écrivains, traditions festives…

  • 46  M. Rigouste, op. cit.

31Ces deux discours font partie intégrante de la vision dominante/hégémonique de l’immigration : implicitement, la célébration des figures de la réussite dans l’immigration contribue à pointer du doigt, par contraste, les « mauvais » immigrés46. La lecture proposée par « Metropoli » n’est donc pas subversive et ne contribue pas à forger un lecteur militant, identifiant des problèmes, proposant des solutions, revendiquant des réponses de la part des pouvoirs publics, en somme elle n’encourage pas à la mobilisation. Comment expliquer que les collaborateurs étrangers interrogés cautionnent dans une large mesure ces contenus journalistiques ?

  • 47  S. Cottle, Ethnic minorities and the Media. Changing Cultural Boundaries, Buckingham, Open Univers (...)

32Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Tout d’abord, cela pourrait être un effet de ce que S. Cottle47 désigne comme le ghetto burden, à savoir la volonté de profiter de cet espace rédactionnel exceptionnel (du point de vue de la périodicité, du nombre de pages et de la diffusion) pour défendre et promouvoir les migrants et/ou le groupe d’appartenance, dans une logique de promotion. Ensuite, cela pourrait tenir au profil social et au parcours migratoire et professionnel des collaborateurs interviewés, relativement homogènes (capital culturel élevé, mariages mixtes, ‘secondes générations’…), de sorte qu’ils ne sont représentatifs que d’une infime partie des migrants présents sur le territoire italien. Enfin, cela pourrait tenir à la question de « l’hégémonie » (au sens de A. Gramsci), dans le sens où les collaborateurs seraient dans un rapport d’acquiescement à l’égard du sens commun dominant diffusé par les élites italiennes. Et cela d’autant plus que les collaborateurs sont fortement professionnalisés (maniant parfois un discours de la vocation journalistique) et se trouvent pris dans une tension (double bind au sens de N. Elias) entre une injonction professionnelle (défense corporatiste) et une injonction « ethnique ».

Sélection des sources

33Au-delà des thématiques, ce sont aussi les sources mobilisées qui diffèrent de celles auxquelles ont habituellement recours les médias mainstream, l’objectif étant de « donner la parole aux immigrés ». À titre individuel, des migrants sont sollicités pour raconter leur parcours, sous forme de témoignages, de portraits. Les associations d’immigrés, les représentants siégeant dans les conseils territoriaux pour l’immigration, les représentants syndicaux immigrés, sont régulièrement consultés. Toutefois, les sources institutionnelles (ministère de l’intérieur, police, carabiniers, préfectures, questures) restent incontournables, notamment pour les rédacteurs italiens qui suivent les évolutions de la législation en matière d’immigration. Mais dans ce cas, c’est l’explication technique plus que le point de vue politique qui est recherché, « arriver au technicien et pas simplement au politique ». Les experts tiennent une place importante parmi les sources d’informations, ne serait-ce que parce qu’ils offrent une consultation juridique gratuite aux lecteurs qui les sollicitent par courrier ou email. C’est en partie sur eux que s’appuie l’activité de contrôle exercée sur le fonctionnement des administrations, comme l’explique l’une des rédactrices italiennes qui utilise la newsletter d’un réseau d’avocats afin de repérer « tous les cas problématiques, les procès, les comportements non corrects ».

34Deux éléments de conclusions sur les sources peuvent être tirés. D’une part, on retrouve la division du travail entre collaborateurs et rédacteurs que l’on avait identifiée sur les sujets couverts. Les premiers utilisent principalement des sources ‘alternatives’, tandis que les seconds recourent préférentiellement aux sources institutionnelles. D’autre part, le critère de représentativité/autorité des sources reste latent : on s’adresse en priorité aux associations d’immigrés qui ont une dimension nationale, aux immigrés représentants d’organisations syndicales ou politiques.

  • 48  M. Löfgren-Nilsson, The thoughts and doings of gender. Swedish television news as a case, in B. Da (...)

35En conclusion, les résultats de cette étude de cas posent la question de la possibilité d’un journalisme ‘différent’ à l’intérieur d’une structure mainstream. Cet article entame une réflexion sur – et encourage à prendre au sérieux –le poids des contraintes et des processus de production de l’information. À l’instar des analyses croisant genre et journalisme48, on constate que l’augmentation du nombre de migrants (ou de femmes) parmi les journalistes ne conduit pas mécaniquement à des transformations dans les pratiques et les contenus journalistiques.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche a été menée lors d’un post-doctorat dans le cadre de l’équipe Minoritymedia, équipe d’excellence Marie Curie financée par l’Union Européenne et hébergée par le laboratoire Migrinter (2006-2010).

2  Il possède, entre autres, le quotidien « la Repubblica », l’hebdomadaire « L’Espresso » ou encore le portail « Internet Kataweb ».

3  URL : http://temi.repubblica.it/metropoli-online. La publication du supplément « Metropoli » a cessé en septembre 2009.

4  Recensement des médias créés par et/ou pour des migrants existant ou ayant existé entre 2000 et 2007.

5  Données fournies par le responsable du titre (entretien novembre 2008).

6  Minoritymedia s’intéresse aux médias des minorités ethniques dans une perspective comparative et interdisciplinaire et se déploie sur 8 pays européens : Allemagne, Espagne, France, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et Turquie (www.minoritymedia.eu).

7  Du 27 janvier 2008 au 19 juillet 2008.

8  L’elenco (liste) des journalistes étrangers concerne les seuls correspondants de la presse étrangère (624 inscrits en 2000).

9  M. Buonanno, L’élite senza sapere. Uomini e donne nel giornalismo italiano, Naples, Liguori editore, 1988.

10  A. Sanchez, L’evoluzione dei media multiculturali in Italia. Il caso di Metropoli-la Repubblica, mémoire de maîtrise sous la direction de Roberto Gritti, Université de Rome-La Sapienza, 2008. Données fournies lors d’un entretien (mars 2008).

11  Un journaliste pubblicista n’a pas pour seule activité le journalisme, contrairement à un journaliste professionista.

12  Annelise Sanchez, entretien, mars 2008.

13  Entretien avec une rédactrice italienne (mars 2008).

14  Ibidem.

15  Le praticantato correspond à une période de stage de 18 mois dans une entreprise de presse pour laquelle le directeur de publication effectue une déclaration auprès de l’Ordre des journalistes permettant ainsi l’inscription du candidat au registre des praticanti. Ceux-ci sont ensuite autorisés à se présenter à l’examen d’habilité professionnelle organisé par l’Ordre dont la réussite conditionne leur inscription à l’albo comme journaliste professionista.

16  Entretien avec le rédacteur en chef de « Metropoli » (mars 2008).

17  Entretien (mars 2008).

18  Entretien (novembre 2008) : collaboratrice vénézuélienne, arrivée en Italie à l’âge de 15 ans, en 1995, où elle est entrée au lycée (à partir du quarto liceo) ; elle possède une laurea breve en coopération et développement et réalise actuellement une laurea spécialisée à l’université La Sapienza de Rome.

19  Entretien avec une rédactrice de Metropoli (mars 2008).

20  Spécialisation pour rédacteur multimédia, master journalisme, cours post-universitaire dans un institut de journalisme à Bruxelles, master en communication d’entreprises et en relations publiques, cours de théorie et pratique de la presse, master en communication et coopération internationale.

21  A. Sanchez, op.cit.

22  Entretien (novembre 2008).

23  Du 27 janvier 2008 au 16 mars 2008.

24  Les NSP sont constitués par des articles signés par des initiales. Corpus comprenant 8 numéros de « Metropoli », soit deux mois de publication, du 27 janvier au 16 mars 2008.

25  Entretien avec une collaboratrice et consultante de Metropoli (mars 2008).

26  Entretien avec une collaboratrice étrangère de Metropoli (novembre 2008).

27  Président du club de football l’Inter de Milan.

28  A. Sanchez, op. cit., p. 122.

29  Entretien (mars 2008).

30  Entretien avec une collaboratrice de Metropoli (mars 2008).

31  Entretien avec une rédactrice de Metropoli (mars 2008).

32  Comedia Group, The Alternative Press : The Development of Underdevelopment, « Media, Culture & Society », 1984, n. 6, pp. 95-102.

33  M. Binotta et V. Martino, Fuori Luogo. L’immigrazione e i media italiani, Rome, Luigi Pellegrini, 2004.

34  Entretien avec une rédactrice italienne (mars 2008).

35  Ibidem.

36  Ibidem.

37  Ibidem.

38  Entretien (mars 2008).

39  Entretien (mars 2008).

40  Entretien avec le rédacteur en chef de « Metropoli » (mars 2008).

41  Entretien avec une rédactrice italienne de « Metropoli » (mars 2008).

42  B. Rigouste, L’immigré, mais qui a réussi…, « Le Monde Diplomatique », juillet 2005, p. 23.

43  A. Mattelart et E. Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, la Découverte, 2008, p. 103.

44  Entretien (novembre 2008).

45  Ibidem.

46  M. Rigouste, op. cit.

47  S. Cottle, Ethnic minorities and the Media. Changing Cultural Boundaries, Buckingham, Open University Press, 2000.

48  M. Löfgren-Nilsson, The thoughts and doings of gender. Swedish television news as a case, in B. Damian, C. Frisque et E. Saitta, Le journalisme « au féminin » : assignations, inventions et stratégies, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Répartition des articles selon le statut de leur(s) auteur(s) ( %)24
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/3388/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 14, Les mouvements migratoires entre réalité et représentation

Référence électronique

Eugénie Saitta, « « Metropoli », un exemple de média pour les migrants en Italie », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://italies.revues.org/3388 ; DOI : 10.4000/italies.3388

Haut de page

Auteur

Eugénie Saitta

Université Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org