Navigation – Plan du site

Le voyage déportation du Cardinal Pacca (1809-1814). Éléments pour une politique de la tutela

Jean-Claude Bousquet
p. 75-95

Résumé

Le nom du Cardinal Pacca est lié à un édit pour la sauvegarde du patrimoine promulgué en 1820, vraie « machine de guerre contre la dispersion ». L’article démontre que le voyage-déportation effectué par Pacca en 1809-1814 – quand il quitte Rome pour accompagner le pape Pie VII dans son exil, puis s’en trouve séparé et en butte aux sautes d’humeur de Napoléon – avec les différents lieux qu’il parcourut, eut une incidence sur l’élaboration du texte de loi. Cette loi, en effet, élargit la protection des biens à leur intérêt historique, alors que les précédentes règles s’en tenaient à la valeur esthétique. Avec l’Edit Pacca, la protection du patrimoine devint une composante du cadre institutionnel.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le cardinale camerlengo dì Santa Romana Chiesa est le conseiller du pape pour les questions admini (...)
  • 2  B. Pacca, Memorie Storiche del Ministero dei due viaggi in Francia e della prigionia nel Forte di (...)

1Le cardinal-camerlingue Bartolomeo Pacca a donné son nom à un Édit sur la sauvegarde du patrimoine qui restera une référence pour toutes les législations successives aussi bien dans la péninsule qu’à l’étranger. Ces normes, promulguées en 1820, font partie d’un train de mesures qui a pour objectif la réorganisation de l’État pontifical. Les instruments mis en place à cette occasion pour la défense du patrimoine romain sont considérées comme exemplaires car leur rigueur est la conséquence directe du grave péril de dispersion couru par les “monuments”. Le “voyage-déportation” dont sont victimes à la fois le pape et un certain nombre de cardinaux de la Curie fait partie des expériences dramatiques vécues à l’occasion de l’occupation française. Le cardinal Pacca, en tant que camerlingue et signataire de la bulle qui excommunie Napoléon1, est une des principales victimes de l’ire de l’Empereur. On peut se poser la question de savoir si ces vicissitudes ont conditionné le cardinal dans son action de législateur. Nous essaierons de trouver des éléments de réponse dans le récit de sa déportation que Pacca fait paraître en 18302.

  • 3  E. Mattaliano, “Il movimento legislativo per la tutela delle cose di interesse artistico e storico (...)

2L’Édit Pacca va devenir un lieu de conflit politique et social durant plusieurs décennies dans les États préunitaires issus de la Restauration mais aussi et surtout dans l’Italie postrisorgimentale où il va déclencher les passions au cours des innombrables débats parlementaires auxquels sa prorogation donna lieu. Les normes qu’il impose sont considérées comme une entrave insupportable au droit de propriété. Pour donner une idée du climat qui régnait autour de ce problème nous nous contenterons d’une anecdote. En 1888, lors d’un débat parlementaire, le sénateur Luigi Ferraris déclara, pour justifier la suppression de toute mesure de contrôle, que la propriété d’un Raphaël valait celle d’une paire de boeufs et qu’elles étaient toute deux sacrées3. Ce même Parlement croit avoir trouvé une voie médiane en 1902 lors du vote de la première loi unitaire sur la protection du patrimoine. C’est une loi de conciliation qui s’avère vite tragique pour les monumenti. On pare au plus pressé en promulguant la loi Rosadi de 1909, qui réintroduit l’esprit de l’Édit pontifical dans une Italie qui se veut libérale.

3Que se passe-t’il ensuite ? Un fasciste intelligent, G. Bottai, est ravi de trouver dans la législation de l’Italie libérale des normes qui établissent l’emprise de l’état sur un secteur sensible. Il intègre donc cette panoplie de contraintes – éternel transformisme italique – dans sa politica delle arti dont la loi sur la protection sur les cose di interesse artistico, qui date de 1939, est un des fleurons. Elle est toujours en vigueur aujour-d’hui.

4Donc le “voyage” du cardinal Pacca a bien lieu de 1809 à 1814 mais l’Édit qui porte son nom – et je vais essayer de démontrer que l’expérience humaine du camerlingue est une contribution à l’établissement de cet instrument juridique –conditionne les choix culturels de l’Italie d’aujourd’hui.

5Franchissons encore quelques décennies pour arriver en 1990 alors que – je le répète – les mécanismes de protection du premier patrimoine au monde sont toujours régis par une loi fasciste elle même héritière d’une loi qui est l’expression d’un système absolutiste. Les milieux parlementaires s’aperçoivent que le marché unique européen est aux portes, que la libre circulation des personnes et des marchandises risque de s’avérer catastrophique pour ce même patrimoine, surtout en l’absence d’un mécanisme, l’inventaire, prévu par l’Édit Pacca et qui n’a été réalisé qu’en toute petite partie. On vote donc, dans l’urgence, une loi pour débloquer des fonds en faveur du catalogage des biens culturels.

6Mais tout texte juridique sur la tutela ayant en Italie une forte connotation culturelle, le législateur glisse dans la loi deux considérations qui ne feront pas les titres des journaux mais qui vont avoir une grande importance dans le positionnement de l’Italie sur l’échiquier européen. D’abord une définition du bien culturel et ensuite celle de son rôle social et politique.

7Pour le législateur de 1990 est bene culturale tout témoignage matériel de l’histoire de la civilisation, donc, en fait, tout clou rouillé qui soutient une planche à demi calcinée sur la devanture d’une boutique de Pompeï peut-être considéré comme un bien culturel et son rôle est de garantir l’identité culturelle de la nation. Il ne peut être assimilé à une marchandise, donc il est inamovible. Deux constatations : ce texte est bien fidèle à l’esprit de l’Édit Pacca ; c’est un brûlot jeté au sein des institutions européennes car il installe une fracture grave entre la réglementation italienne et celle de ses principaux partenaires.

8Je vais donc vous parler rapidement de trois choses : qu’est-ce que l’Édit Pacca, qui est le cardinal dont il porte le nom et quels sont les éléments de son voyage-déportation qui peuvent aider à une meilleure compréhension de cette politique – qui est aussi une culture – de la tutela.

9Le cardinal Pacca a légué son nom à un édit pontifical qui, dès sa parution, a été considéré comme une charte de la conservation. En fait il s’agissait de décréter que certains biens représentaient des “valeurs” par rapport à une organisation sociale et de prendre des mesures pour leur protection. Ce train de mesures (l’Édit Pacca paraît en 1820, il est complété par son Règlement paru un an après) est à la fois l’aboutissement d’une tradition séculaire et une accélération donnée à ces pratiques par des événements graves qui ont mis en péril non seulement l’existence du patrimoine mais celle de l’État pontifical lui-même. Elles correspondent à une stratégie de légitimation qui s’appuie sur la création de catégories de biens placées hors des circuits économiques et rendues indisponibles pour leurs propriétaires. L’ampleur des biens protégés par le texte de 1820 est sans commune mesure avec les lois précédentes de même que la sophistication des instruments et des mécanismes de contrôle. Historiquement, dans la péninsule, la sauvegarde monumentale ne fait pas partie du seul domaine culturel car les critères esthétiques s’effacent souvent devant une volonté politique. Cette dernière, dans le cas qui nous intéresse, a été trempée par les événements exceptionnels que le cardinal Pacca a vécus. Ballotté pendant cinq ans aux quatre coins de l’Empire il est l’objet de multiples mesures vexatoires et soumis à des humiliations successives. Est-ce que sans ces vicissitudes les normes qui portent son nom seraient cette parfaite machine de guerre contre la dispersion ?

10Il y a dans la péninsule pérennisation d’un système tutélaire dont l’existence n’est pas remise en cause par les transformations politiques et institutionnelles. Cette législation qui naît avec les stygmates de l’absolutisme puisqu’elle est l’oeuvre d’un camerlingue membre d’un petit groupe de cardinaux neri qui ramènent dans leurs bagages, en 1814, l’Index, l’Inquisition et les Jésuites, est la seule loi qui ait franchi les barrages idéologiques tendus par l’Italie libérale devant ce qui pouvait rappeler de près ou de loin les institutions pontificales. Il convient de se demander s’il existe dans la personnalité du cardinal, dans son parcours intellectuel, dans son aventure humaine et en particulier dans les conditions de son voyage-déportation des éléments qui permettent d’éclairer la genèse d’un texte qui conditionne encore aujourd’hui les choix culturels et économiques ?

Qui est le cardinal Pacca ?

  • 4  B. Pacca, Da Montecavallo alle Tuileries, cit. p. 61

11Le cardinal Pacca, fils d’un marquis de Bénévent, élève des Jésuites, devient archevèque en 1785 à l’âge de vingt-neuf ans. A trente ans il est nonce apostolique en Westphalie et, neuf ans plus tard, à Lisbonne d’où il revient en 1806 après avoir été nommé cardinal en 1801. Il devient pro-secrétaire d’état de Pie VII en juin 1808 en pleine occupation française. Il le restera jusqu’en juin 1809 au moment de l’annexion des États pontificaux au Royaume d’Italie. Le six juillet 1909 Pie VII est fait prisonnier et “déplacé” à Savone. Pacca quittera volontairement Rome pour accompagner le pape dans son exil. C’est une relégation qui va durer cinq ans. Elle débutera, selon les paroles de Pacca, all’ apostolica, c’est-à dire senza nemmeno una camicia da mutarsi et con soli trentacinque baiocchi4. Séparé très rapidement du pape il va subir le sautes d’humeur de Napoléon qui fait de l’assignation à résidence et de l’internement du pape et des cardinaux du Sacré Collège une arme dans sa politique d’inféodation de l’Eglise. Toutefois, le cas de Bartolomeo Pacca présente des particularités qu’il nous semble intéressant de signaler. Sa période d’internement sera particulièrement longue et pénible car l’Empereur, lors de la seule entrevue qu’ils auront aux Tuileries, le vingt-deux février 1813 lui reprochera d’avoir rédigé et fait promulguer la Bulle d’ex-communication qui le frappait. Parmi les cardinaux dits neri qui entourent le Pape il est l’un des plus inflexibles devant les mesures intimidatoires de l’Empereur.

12Nous savons d’autre part qu’il a une expérience cosmopolite, puisque Pacca a séjourné longuement à Cologne, puis à la cour de Frédéric-Guillaume II de Prusse et enfin au Portugal. Dans ses Memorie Storiche del Ministero, dei due viaggi in Francia e della prigionia nel forte di San Carlo in Fenestrelle, toutefois, rares seront les allusions à ces deux expériences auxquelles il a consacré des ouvrages particuliers.

  • 5 Ibid. p. 130
  • 6 Ibid. p. 3

13C’est donc un cardinal qui a voyagé mais c’est aussi un cardinal qui a écrit, le seul parmi le petit groupe qui a accompagné le Pape à avoir fait une relation sur sa déportation, sur les tribulations auxquelles il a été soumis, le seul, en fait, qui ait rendu compte de son action. Ses mémoires nous informent aussi sur ce qu’il n’est pas. Il se défend d’être comme les cardinaux de Retz et Alberoni di testa torbida e sediziosa5. Il n’a pas du tout la passion des “grandes choses”. C’est parce qu’il est nommé pro-secrétaire d’état in orribili circostanze6 qu’il accepte une charge qu’il avait décidé depuis longtemps de refuser dans des circonstances normales.

Les conditions matérielles de la déportation

  • 7 Ibid. p. 174

14Les pérégrinations qu’on lui impose vont avoir lieu dans des conditions matérielles le plus souvent très difficiles. Sa déportation durera presque cinq ans puisqu’il partira de Rome le six juillet 1809 pour y revenir le vingt-quatre mai 1814. Les déplacements proprement dits encadreront une longue incarcération du six août 1809 au cinq février 1813 dans une des huit prisons d’état, la forteresse de Fenestrelle en Piémont, alors territoire français. Lorsque Napoléon met fin à sa détention, il lui intime l’ordre de rejoindre le château de Fontainebleau où réside le pape à qui l’Empereur croit avoir extorqué un nouveau Concordat. Il arrive à destination le dix-huit février dans ce qu’il considère quasi una prigione di Stato7. Il va y vivre au contact du pape en compagnie de dix-sept autres cardinaux. Du vingt au vingt-sept février 1813 il se rendra à Paris où il sera reçu par Napoléon et par l’Impératrice. Il partira de Fontainebleau le vingt-sept janvier 1814 pour rejoindre, sous escorte, la résidence qu’on lui a assignée, Uzès, qu’il atteindra le dix février après un long périple dans le Sud-Ouest. Il restera soixante-dix jours dans le duché languedocien. A l’abdication de Napoléon il prendra la destination de Rome où il arrivera le vingt-quatre mai 1814.

15Lorsqu’il est déporté de Rome à Fenestrelle ou de Fontainebleau à Uzès il est accompagné d’un militaire qui organise matériellement le déplacement en programmant les étapes et en choisissant les auberges ou les maisons particulières où les voyageurs descendent. Par contre, il est libre lorsqu’il quitte sa prison et rejoint le pape à Fontainebleau ; c’est l’occasion de rencontres avec des représentants des milieux restés fidèles à Rome. Le cardinal voyage la plupart du temps en la seule compagnie de son valet de chambre, parfois de son secrétaire et d’un neveu ecclésiastique. Il emprunte uniquement des voitures de poste.

16Les auberges où le petit groupe descend sont presque toujours définies comme meschine, soit parce que le territoire n’offre rien de mieux, soit par choix délibéré de l’accompagnateur comme entre Fontainebleau et Uzès où le voyage doit être incognito car les autorités ont peur que le cardinal ne soit reconnu et l’objet de manifestations de sympathie. La prudence conseille de choisir un gîte modeste pour ne pas éveiller la curiosité de la population.

  • 8 Ibid. p. 72

17Le voyage peut aussi se dérouler dans des conditions d’insécurité. En 1809, par exemple, entre Bologne et Modène les campagnes sont rendues peu sûres par la révolte de paysans armés qui s’opposent à la levée d’un impôt exceptionnel. L’équipage du cardinal est à cette occasion composé de cinq gendarmes armés qui se répartissent sur le siège avant et à l’arrière de la voiture elle-même escortée d’un gendarme à cheval8.

18Selon les saisons, les conditions climatiques défavorables accentuent la pénibilité du voyage. Le départ de Rome a lieu durant le mois de juillet 1809 sous une chaleur torride. Pacca écrit :

  • 9 Ibid. p. 71

Molto si ebbe a soffrire in quel viaggio (..) chiusi e ristretti in angusto carrozzino, camminando per molte ore del giorno ne’massimi calori del luglio con un polverone contro il quale non potevamo difenderci con alzar i cristalli, per non esser soffocati per mancanza d’aria. A questi incomodi fisici si aggiunse la noia di vedersi fatti spettacolo dovunque si passava.9

  • 10  B. Pacca, Memorie storiche..cit., tome 2, p. 155

19Quelques jours plus tard, le quatre août 1909, la voiture du cardinal est prise dans une tempête de neige dans l’ascension du Mont Cenis. Traverser les Alpes entre Sospel et Limone à cette époque là – il s’agit cette fois du voyage retour en 1814 – relevait de l’alpinisme. Le voyage se fait à pied, les voitures sont démontées et transportées à dos d’âne. C’est une voie qui est restée orrida e alpestre (...) sempre tra i ghiacci e le nevi10.

  • 11  B. Pacca, Da Montecavallo..cit., p. 105
  • 12 Ibid. p. 150

20Quant à la forteresse de Fenestrelle c’est un paese dove non si vede né cielo né terra, tra aquile et valanghe11 et où les nuits durent seize heures durant l’hiver. A la rigidité du climat s’ajoute la longueur de la détention, les conditions d’isolement rigoureuses, la saleté des cellules, l’absence de mobilier, les humiliations subies puisqu’il est, dit-il, à la même enseigne qu’un servitore di livrea12.

Quelle vision Pacca nous donne-t’il des territoires traversés et de leur population ?

21A quelle forme de récit de voyage peut-on assimiler les Memorie Storiche du cardinal de Bénévent. Il ne s’agîts’agit ni du diario ne de l’l’itinerario canoniques : on ne peut trouver chez Pacca la masse d’informations politiques, sociales ou économiques que l’on trouve chez le voyageur qui décide de se se mettre en route pour son plaisir, pour affaires ou parce que ses fonctions l’exigent. Il ne s’agit pas non plus d’un compte rendu domestique. L’esprit est plutôt celui d’une relazione à la vénitienne mais sans un destinataire particulier. Le récit des événements est filtré, décanté par la mémoire car la rédaction est postérieure aux événements. La nature du récit est conditionnée par le fait que c’est un voyageur que l’on empêche parfois de voir, au sens physique du mot : au départ de Rome l’équipage voyage rideaux baissés, portes fermées à clef de l’extérieur. Le cardinal accorde le plus grand soin à la description des circonstances matérielles et des conditions psychologiques dans lesquelles ont lieu le voyage ; elle s’accompagne de réflexions sur les personnes rencontrées et d’observations sur les territoires traversés. Quel type de portrait brosse-t’il des habitants et d’un pays qu’on le contraint, non pas de visiter, mais de parcourir ? En quoi le vécu a t’il pu conditionner son action future ? Ce qu’il voit et subit le conforte-t’il dans ses convictions ou est-ce l’occasion d’une prise de conscience nouvelle ?

  • 13 Ibid. p. 143
  • 14 Ibid. p. 145

22Le fil conducteur des Memorie Storiche est la constatation que, partout où la “fureur philosophique“a cru les anéantir, les sentiments religieux perdurent et sont prêts à se manifester avec plus de vigueur. Partout le cardinal voit les signes qui le confortent dans ses convictions : Versato fino dalla giovinezza nella lettura della storia dei primi secoli del Cristianesimo il sait que plus l’Eglise est opprimée, plus elle se régénère13. Le spectacle de l’Eglise victime de la filosofica persecuzione rallume nel cuor dei fedeli l’antica venerazione e l’antico affetto14. L’Eglise avait besoin d’une catharsis pour retrouver l’estime et l’affection des fidèles. Partout il reçoit des marques di stima e venerazione (Lyon), on accourt sur son passage, on assiste aux quelques messes qu’on lui laisse célébrer en public. Ces manifestations inquiètent toujours et irritent souvent les fonctionnaires qui l’accompagnent au point nous l’avons vu, de le contraindre à l’incognito. Elles sont toutefois l’occasion de réflexions sur les vices et les vertus du peuple français et sur ses conditions de vie. En fait, il nous restitue une image flatteuse du peuple français parce qu’il en a besoin dans un but institutionnel. Toutes les manifestations de déférence, réelles ou inventées, ne s’adressent pas à sa personne mais à l’idée qu’il incarne, à l’institution qui à travers sa personne est déplacée et humiliée.

  • 15  B. Pacca, Memorie Storiche..cit., p. 127
  • 16 Ibid. p. 128
  • 17 Ibid. p. 127
  • 18 Ibid. p. 88
  • 19  Ibid. p. 143
  • 20  B. Pacca, Da Montecavallo..cit., p. 191
  • 21 Ibid. p. 188
  • 22 Ibid. p. 188
  • 23  B. Pacca, Memorie Storiche..cit., p. 136
  • 24 Ibid. p. 118

23Il se dit conquis par les Français. Plus les mois passent plus les éloges deviennent nombreux pour donner lieu, au moment où il quitte définitivement la France en avril 1814, à l’expression de sa gratitude et de son attachement. Ses sentiments francophiles se sont forgés au cours de la déportation car il dit avoir eu durant son adolescence une prévention contre la nation française dont il n’indique pas la raison. Mais il ajoute qu’il a toujours eu une grande estime pour le clergé français avendo fatti quasi tutti gli studi su i libri di ecclesiastici francesi e su i metodi di autori parimente ecclesiastici di quella nazione15 Ses contacts se limitent à quelques membres de la noblesse, à un certain nombre de représentants du clergé fidèles à Rome, à quelques militaires et surtout à des femmes de toute classe sociale qui sollicitent ses conseils. Les gens d’Eglise français sont supérieurs aux autres pour leur bonne éducation, leur instruction, leur culture et l’art de la prédication16. Chez les femmes il rencontre partout l’esprit de charité, la sollicitude pour les persécutés et il constate qu’il est possible d’avoir des conversations che ben di rado possono farsi con donne di altre nazioni17. Les Français sont en toute circonstance hospitaliers ; quand il descend chez l’habitant il est toujours – dit-il – magnifiquement traité. Partout les bonnes manières sont la règle, même les habitants de Fontainebleau, qu’il ne porte pourtant pas dans son coeur à cause de leur impiété, sont à ses yeux non rozzi18. Il note la finesse et l’urbanité anche della più bassa e minuta plebe19 ; c’est un peuple qui, à ses yeux, sait cultiver l’art de la plaisanterie20. D’autre part la conversation avec les parisiens et les provinciaux qui résident dans la capitale est graziosa, amabile e istruttiva21 Partout il note una non mediocre cultura22. Mais Pacca constate qu’en dépit de leur savoir-vivre les Français sont toujours des Gaulois et la France quella bellicosa nazione, che quando è riunita è invincibile23. Malgré le joug que fait peser sur eux un état permanent de guerre, les victoires de Napoléon flattent l’orgoglio e la vanità di una nazione amante della gloria e sempre ambiziosa non solo di primeggiare, ma di sopraffare tutte le altre24. Au moment où il quitte la France il déclare :

  • 25 Ibid. p. 154

Ho ivi trovato generalmente migliore educazione e maggior cultura, che in tutti gli altri paesi dove ho soggiornato qualche tempo, e sia detto anche con pace anche della nostra Italia, fino all’ultima classe del volgo non vi ho scorta quella rusticità spiacevole che fa parere la plebe in molti luoghi dello stato de’ selvaggi uscita appena.25

24La fréquentation des auberges lui permet de faire des comparaisons tout à l’avantage de la France. Dès son départ de Rome en compagnie du Pape il prend son premier déjeuner

  • 26  B. Pacca, Da Montecavallo..cit., p. 63

alla casa della posta in un luogo quasi deserto sulla montagna di Viterbo. Là in una sudicia stanza, dove si trovo’ appena una sdruscita e vecchia sedia, ch’era l’unica forse in tutta la casa, si sedé il Papa, e ad una tavola coperta di una sporca e schifosissima tovaglia mangio’ un uovo ed una fetta di prosciutto.26

  • 27 Ibid. p. 64

25Le soir, les voyageurs sont à Radicofani, in paese straniero. Una meschina locanda (...) una cena molto frugale (...) un cattivo e duro letto27. Le contraste est grand avec l’accueil dans les auberges françaises. Même si l’officier qui l’accompagne choisit systématiquement l’auberge la plus modeste (il y a donc le choix), les chambres sont toujours très propres et la nourriture “simple mais bien assaisonnée”. C’est le cas à Orléans, ce qui inspire au cardinal cette réflexion :

  • 28  B. Pacca, Memorie Storiche.. cit. p. 114

Feci allora in mia mente paragone di quella taverna con varie locande di alcuni paesi d’Italia dove i mobili delle camere, la biancheria sulle tavole e nei letti, i cibi che vi presentano e le persone che vi servono tutto da nausea e fa subito desiderare di esserne presto fuori.28

26Une constatation s’impose, paradoxale seulement en apparence : Pacca s’intéresse plus aux conditions matérielles dans lesquelles vivent les Français et à leur manière de concevoir les événements qu’à leur cadre de vie et aux témoignages du passé. Il est surtout très attaché à vérifier une thèse d’ordre social et politique : l’Eglise avait besoin d’une régénération dans sa politique non seulement religieuse mais aussi institutionnelle et la Providence lui a envoyé les persécutions à cet usage. Il enregistre tous les signes qui peuvent le conforter dans cette idée.

  • 29  B. Pacca, Da Montecavallo..cit. p. 169

27La place accordée dans les Memorie au monumentum en tant que tel est, par contre, relativement modeste. Il a, nous le savons, l’occasion de visiter ou de traverser les régions de France qui possèdent la plus grande densité de ceux que l’on appelerait aujourd’hui les beni culturali e ambientali : Lyon, la Bourgogne, l’Ile de France, les pays de Loire, Toulouse, le Languedoc et la Provence. Paris, qu’il visite durant plusieurs jours à l’occasion de sa rencontre aux Tuileries avec Napoléon, est un cas à part comme nous aurons l’occasion de le voir. Il donne plus d’importance à la description de l’environnement urbain qu’à celui du monument historique isolé. A Lyon il fait le tour de la ville en voiture et note quelques jolis ponts et des quais agréables. Il avoue ne donner qu’une passeggiera occhiata29 mais il trouve la ville plus belle et plus régulièrement construite que Paris. Il séjournera un an à Fontainebleau mais ni la ville, trista, essendo priva di un bello e spazioso orizzonte et encore moins le château,

  • 30  B. Pacca, Memorie Storiche..cit. p. 87

aggregati di edifizii fatti costruire in diversi tempi da più re (...) si presenta sotto un aspetto ridicolo e mostruoso, perché riunisce al gusto semibarbaro dei secoli XII e XIII le idee più esatte di disegno e di architettura dei secoli posteriori.30

28ne trouvent grâce à ses yeux.

  • 31 Ibid. p. 114

29Lors de la marche forcée qui le conduit de Fontainebleau à Uzès en passant par l’Ouest du pays il notera à Orléans, uniquement un bello e magnifico ponte sulla Loira31. À Toulouse il admire aussi un joli pont sur la Garonne, mais constate que le Capitole ne mérite pas un aussi grand nom. Car, en fait, tout ce qu’il voit ne soutient pas la comparaison non seulement avec Rome mais aussi avec l’Italie en général. Il a une échelle des valeurs avec au sommet Rome et ensuite Naples pour ce qui est de l’environnement urbain et la Terra di Lavoro pour ce qui est du paysage. Le parangon, c’est l’Italie ! Le Languedoc trouve grâce à ses yeux parce que

  • 32 Ibid. p. l19

per la dolcezza del clima e per la frequenza delle città a poco distanza l’una dall’altra, alla nostra Italia molto si rassomiglia.32

  • 33 Ibid. p. 125
  • 34 Ibid. p. 147

30Pas un mot sur Montpellier ; Aix-en-Provence pour lui c’est le souvenir d’une messe à Saint-Jean de Malte (dont il ne se rappelle pas bien le nom !). À Uzès il est surpris par l’étroitesse et l’obscurité des rues, par le caractère irrégulier et la laideur des maisons. Comment peut-on lui attribuer le qualificatif de ville ! Il ajoute : Noi italiani le attribueremo appena il nome di grossa terra o di borgo33. Parmi les rarità (la formule est éloquente !) de Nîmes, quella illustre città, les arènes ne méritent qu’une allusion réticente : ha (l’anfiteatro) due soli archi e l’esteriore n’é ben conservato34.

31Quant à la notion de paesaggio telle que la culture de la conservation la forgera par la suite elle ne semble exister pour notre cardinal que dans la péninsule. Il s’extasie lors de son retour vers Fenestrelle :

  • 35  B. Pacca, Da Montecavallo..cit. p. 98

nello scendere il Moncenisio si presenta subito alla vista una bella prospettiva nella valle di Susa molto ben coltivata, nel corso serpeggiante della Dora e nella declinazione e decrescenza de’monti, che lasciano in fine uno spazio, pel quale, come un fondo di teatro, si veggono in lontananza le bellissime campagne del Piemonte.35

32Des campagnes théâtralisées et anthropisées, un bene ambientale ante litteram, qu’il ne peut comparer qu’à d’autres campagnes italiennes, par exemple

l’entrata in Italia dalla parte del Tirolo, dove parimenti le Alpi vanno a poco a poco abbassandosi fino ai colli veronesi e tra essi in lontananza si scoprono i fertilissimi campi della Lombardia Veneta

  • 36 Ibid. p. 98
  • 37 Ibid. p. 160

33qu’il a connus en 1794 lors de son retour d’Allemagne36. Plus tard, lorsqu’il peut quitter Fenestrelle pour se rendre à Fontainebleau il traverse le deliziose campagne di Pinerolo che quasi non invidiano quelle di Terra di Lavoro37.

  • 38 Ibid. p. 185
  • 39 Ibid. p. 181
  • 40 Ibid. p. 185
  • 41 Ibid. p. 186
  • 42  Ibid. p. 187
  • 43  Ibid. p. 185
  • 44  Ibid. p. l85

34Lorsqu’il aborde Paris des sentiments contradictoires l’animent : dès sa prime jeunesse, il a entendu elogi ampollosi et eloquenti descrizion38 sur cette ville. Mais, parallèlement, il éprouve une répulsion intellectuelle pour “cette moderne Babylone” et “cette forge infernale”d’où sont sorties des oeuvres qui “ont infecté l’Europe”39. Est-ce ses a priori idéologiques qui faussent son jugement ou est-ce vraiment une réputation usurpée, ou est-ce encore son concept de la place et du rôle du monument dans la cité, Pacca ne trouve rien qui corresponde à l’idée qu’il s’est faite de la ville. Dans les descriptions qu’il donne des différents lieux représentatifs de la capitale on se rend compte que l’important à ses yeux c’est le rôle politique du monument plus que sa valeur culturelle. La première réaction d’un voyageur c’est de comparer : or, manifestement, Paris ne soutient la comparaison ni avec Naples ni encore moins avec Rome. Des mois ne suffisent pas pour connaître Rome, quelques jours permettent de voir à Paris tout ce qui peut retenir l’attention d’un non indolente viaggiatore40. Il sauve de belles enfilades le long de la Seine y compris quelques ponts décrits simplement comme di buona architettura41, la place Vendôme mais l’obélisque qui se trouve en son centre n’est qu’une imitation de la colonne Trajane, les Invalides che farebbero buona comparsa anche in Roma42, la façade du Louvre, les fresques de Rubens sur la vie de Marie de Médicis dans le palais du Luxembourg. Quant au reste, il ne cache pas sa déception et son amertume. Le Panthéon, l’ancienne église Sainte Geneviève, destiné à accueillir les restes de ceux che si sono distinti con maggiori eccessi di fanatismo in que’ tempi di generale vertigine e delirio43 ne mérite qu’un coup d’oeil à la dérobée, juste le temps de constater qualche irregolarità nell’architettura de ce lieu qui est une véritable anticamera dell’inferno44. Autre déception à Notre-Dame dont il note le peu d’ampleur.

35Il a enfin l’occasion de visiter le Musée Napoléon provisoirement plein des “trophées glorieux” transportés d’Italie. Il constate que tout est présenté “pêle-mêle” et que les statues, heureusement, sont en nombre réduit. C’est évidemment l’amertume qui domine surtout à la vue des manuscrits “rapatriés” de la Bibliothèque Vaticane et qu’il sait destinés à ne plus quitter Paris.

Quel type de voyage ?

36On peut tirer de ces Mémoires Historiques un certain nombre d’indications qui permettent de mieux comprendre la vraie nature de l’Édit de 1820 et les raisons qui en font la référence de toute politique de conservation.

37Ce voyage-déportation n’est pas un voyage de découverte, un voyage à la recherche de l’autre mais c’est une expérience formative dans la mesure où le vécu conditionnera l’action et les choix de l’homme politique lors de la réorganisation des États de l’Eglise. C’est un voyage qui lui permet de vérifier certaines hypothèses sur la nature du pouvoir pontifical, sur ses forces et ses faiblesses, de le confirmer dans des convictions qui, jusqu’alors, étaient uniquement d’ordre culturel et qui vont être vérifiées dans les faits. On s’aperçoit qu’il y a une communauté d’esprit entre les Memorie et les normes de l’Édit : il y a un éclairage mutuel qui nous fournit certaines clefs pour une meilleure compréhension des conditions dans lesquelles s’élabore la politique tutélaire sous le pontificat de Pie VII. Car si les humiliations subies durant la déportation et l’internement auront une répercussion sur la nature des normes juridiques, ces dernières, en dépit de leur sécheresse, nous éclairent sur l’esprit dans lequel Pacca voyage.

38Son expérience de déporté confirme à Pacca que l’État pontifical jouit d’une estime, voire d’une vénération que les mortifications imposées ne font que renforcer mais aussi que la notion d’hégémonie morale et intellectuelle sur laquelle repose l’État pontifical doit être consolidée. Il constate la pauvreté du patrimoine culturel des territoires qu’il traverse, le désir d’accaparement du patrimoine italien et donc la nécessité de renforcer les mesures de protection et d’élargir le spectre des biens sous tutelle.

39A la lecture des Memorie une évidence s’impose : le cardinal a peu d’intérêt pour l’histoire de l’art, ses connaissances semblent très limitées dans ce domaine, le monument n’a pas d’intérêt pour sa valeur esthétique. Son récit jette une lumière intéressante sur ses intérêts culturels : ses lectures sont essentiellement religieuses, entrecoupées de la lecture de Cicéron ; il dit sa vénération pour Pétrarque et Fénelon. Malgré le temps dont il dispose durant les longues périodes d’internement ou de semi-internement il ne fait jamais allusion aux oeuvres de Winckelman, de Lanzi, de Quatremère de Quincy qui constituent pourtant la base théorique du chirographe de Pie VII promulgué en 1802 qui pose la première pierre de la politique tutélaire pontificale et sur lequel il greffera ses propres mesures. Un peu plus inquiétante peut-être cette réponse faite au ministre des Cultes de Napoléon qui déplorait l’état d’oisiveté et d’hébétude dans lequel se trouvait le pape durant son séjour à Fontainebleau :

  • 45  B. Pacca, Memorie Storiche..cit. p. 91

Per un uomo religioso e pio, un Crocifisso ed un’immagine della Beatissima Vergine sono una ben grande biblioteca da impiegarci per anni tutte le ore della notte e del giorno.45

  • 46  Ibid. p. 139
  • 47  Ibid. p. 140
  • 48  K.Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallima (...)

40Deux épisodes nous semblent révélateurs de la nature du rôle qu’accorde Pacca au monumentum : la place qu’occupe la visite de Nîmes et du Pont du Gard dans les Mémoires et la réaction de Pacca devant Notre-Dame de Paris. Il reste soixante-dix jours assigné à résidence à Uzès mais ne manifeste de la curiosité pour le Pont du Gard, un bell’avanzo di un grandioso monumento antico46, que quatre jours avant son départ. Et encore ! la visite est surtout l’occasion de rencontrer le cardinal Litta, assigné lui-même à résidence à Avignon. Mais est-ce vraiment une surprise de découvrir qu’au lieu de nous donner ses impressions sur le monument, il se contente de transcrire une lettre de 1733, en français, de Scipione Maffei qui décrit avec une très grande précision le pont à la marquise de Caumont ? Pacca conclut en affirmant qu’il n’a rien à ajouter al lavoro di quella mano maestra47. Il s’agit d’un texte très technique écrit par un spécialiste, auteur en 1728 du recueil Degli anfiteatri, connu pour être un tenant de la théorie selon laquelle les monuments sont des “preuves de l’histoire” et non des “expressions du goût”48. Maffei parle de la somptuosité du monument mais Pacca expédie la chose de la manière suivante :

  • 49  B. Pacca, Memorie Storiche..cit. p. 142

Osservato con vero piacere il resto di un si bel monumento, che fu per noi come foriero di quello che alcune settimane dopo avremmo provato nell’arrivo in Roma.49

41Il utilisera le même procédé quelques jours après, à Nîmes, pour décrire la Maison Carrée. Dans ce cas-là aussi prévaut l’intérêt technique : il est question essentiellement de l’énigme sur la nature de l’inscription qui se trouvait sur la frise et qui a disparu. Insérer des extraits de guide est un topoi des récits de voyage que Pacca utilise comme bien d’autres avant lui mais le procédé est tout de même révélateur du rôle que le camerlingue assigne à la sauvegarde.

  • 50  A. Emiliani, Leggi, bandi e provvedimenti per la tutela dei beni artistici e culturali negli antic (...)

42On peut faire à cet égard deux constatations. D’abord, il n’existe qu’un seul suolo sacro alle Arti, comme il est dit dans le texte de l’Édit de 182050, c’est celui de Rome. Ensuite il est évident que Pacca est un politique de la tutela et non un spécialiste de l’histoire de l’art. Il s’appuie donc, même dans ses Mémoires, sur l’avis de spécialistes comme il installera en tant que camerlingue des Commissions des Beaux-Arts qui donneront un avis technique sur les problèmes de tutela.

43Le deuxième épisode significatif de l’esprit dans lequel Pacca conçoit le rôle du monumentum est celui de la visite à Notre-Dame de Paris. La réticence qu’il exprime devant la cathédrale ne repose absolument pas sur des critères esthétiques mais sur l’inadéquation entre l’image de la capitale et un bien-symbole, sur l’insuffisance de la plus value que le bien devrait apporter à cette image :

  • 51  B. Pacca, Da Montecavallo..cit. p. 186

Per grande che sia (Notre-Dame), non mi é parsa tuttavia proporzionata alla vastità di quella capitale.51

  • 52 Ibid. p. 186

44Au cours de son voyage les paramètres utilisés pour définir ce qui mérite d’être vu sont les mêmes que ceux qui sont indiqués pour justifier la promulgation de mesures juridiques. A Paris peu de jours suffisent pour se faire une idée de ce qui suscite l’admiration des visiteurs et peut devenir la materia et l’oggetto degli studi de’ professori ed alunni delle Belle Arti52. Ces deux thèmes traditionnels dans la législation romaine sont présents dans le préambule de l’Édit : la tutela contribue à attirer les étrangers et pousse

  • 53  A. Emiliani, Leggi, bandi..cit. p. 131

la erudita curiosità degli Antiquari ad istituirne dotti confronti ed infiammano la nobile emulazione di tanti Artisti, che d’ogni parte d’Europa quivi concorrono per farle scopo e modello de’ loro studi.53

45Dans les deux cas le monument a une valeur d’exemple d’abord à des fins économiques et ensuite dans un but pédagogique et éducatif sans que l’économique soit totalement absent.

  • 54  Ibid. p. 147

46La nature des normes qu’imposent l’Édit Pacca et son Règlement dépend directement des menaces qui ont pesé sur l’existence même de l’État pontifical et dont rendent compte les Memorie du camerlingue. Ce qui va devenir une charte de la tutela naît comme un instrument de légitimation et de renforcement d’un pouvoir menacé de disparition. Si on compare ces normes à celles des textes précédents et en particulier au chirographe de Pie VII dont elles sont le complément et l’évolution, on constate qu’elles marquent un brutal élargissement des biens protégés et un caractère opérationnel beaucoup plus poussé, de telle sorte que le chirographe apparaît comme un document où sont énoncés les grands principes de la patrimonialisation alors que l’Édit de 1820 et surtout son Règlement donnent des normes de conduite pour éviter l’hémorragie de ceux que les lois désignent comme des sémiophores. La protection s’étend à tous les biens utiles à l’identification du territoire, même mediocri, à tous les documents qui peuvent simplement richiamare alla mente qualche punto d’istoria patria54. La notion-clef devient celle d’utilité institutionnelle et non de valeur esthétique. C’est la patrimonialisation d’une intégrité historique globale.

47À partir de l’Édit Pacca une chose aussi fondamentale que la légitimation des institutions par le patrimoine ne peut être laissée entre les mains des historiens de l’art qui instaurent une sélectivité, une échelle des valeurs qui se fait au détriment de certains biens. Ce fut le cas à Rome sous le pontificat du premier protecteur de Pacca, Pie VI, lorsque Winckelman, Commissaire aux Antiquités à partir de 1763, signait les autorisations d’exporter avec la mention Boni ma non singolari. La force du système instauré par Pacca réside dans le fait que la conservation devient une composante du cadre institutionnel. Sa principale limite se situe dans son caractère subsidiaire par rapport à des objectifs plus largement politiques, diplomatiques, ou simplement financiers qui justifieront de nombreuses formes de permissivité.

Haut de page

Notes

1  Le cardinale camerlengo dì Santa Romana Chiesa est le conseiller du pape pour les questions administratives et financières. À partir du XVe siècle ses compétences s’étendent au domaine judiciaire.

2  B. Pacca, Memorie Storiche del Ministero dei due viaggi in Francia e della prigionia nel Forte di Fenestrelle, Tomo 1, 239 p ; Tomo 2, 212 p ; Roma, 1830, Francesco Bourlié editore. En 1944 paraît une édition incomplète des Memorie Storiche dont le titre est : B. Pacca, Da Monte Cavallo alle Tuileries con la prigionia nel forte di Fenestrelle a cura di A. Baldini, Colombo, Roma, 1944, 238 p.

3  E. Mattaliano, “Il movimento legislativo per la tutela delle cose di interesse artistico e storico dal 1861 al 1939”, pp. 2-26, in Ricerca sui beni culturali, Roma, Camera dei Deputati, 1975, 430 p., p. 14

4  B. Pacca, Da Montecavallo alle Tuileries, cit. p. 61

5 Ibid. p. 130

6 Ibid. p. 3

7 Ibid. p. 174

8 Ibid. p. 72

9 Ibid. p. 71

10  B. Pacca, Memorie storiche..cit., tome 2, p. 155

11  B. Pacca, Da Montecavallo..cit., p. 105

12 Ibid. p. 150

13 Ibid. p. 143

14 Ibid. p. 145

15  B. Pacca, Memorie Storiche..cit., p. 127

16 Ibid. p. 128

17 Ibid. p. 127

18 Ibid. p. 88

19  Ibid. p. 143

20  B. Pacca, Da Montecavallo..cit., p. 191

21 Ibid. p. 188

22 Ibid. p. 188

23  B. Pacca, Memorie Storiche..cit., p. 136

24 Ibid. p. 118

25 Ibid. p. 154

26  B. Pacca, Da Montecavallo..cit., p. 63

27 Ibid. p. 64

28  B. Pacca, Memorie Storiche.. cit. p. 114

29  B. Pacca, Da Montecavallo..cit. p. 169

30  B. Pacca, Memorie Storiche..cit. p. 87

31 Ibid. p. 114

32 Ibid. p. l19

33 Ibid. p. 125

34 Ibid. p. 147

35  B. Pacca, Da Montecavallo..cit. p. 98

36 Ibid. p. 98

37 Ibid. p. 160

38 Ibid. p. 185

39 Ibid. p. 181

40 Ibid. p. 185

41 Ibid. p. 186

42  Ibid. p. 187

43  Ibid. p. 185

44  Ibid. p. l85

45  B. Pacca, Memorie Storiche..cit. p. 91

46  Ibid. p. 139

47  Ibid. p. 140

48  K.Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1987, 366p, p. 202

49  B. Pacca, Memorie Storiche..cit. p. 142

50  A. Emiliani, Leggi, bandi e provvedimenti per la tutela dei beni artistici e culturali negli antichi stati italiani 1571-1860, Bologna, Alfa Editoriale, 1978, 334 p., p. 139

51  B. Pacca, Da Montecavallo..cit. p. 186

52 Ibid. p. 186

53  A. Emiliani, Leggi, bandi..cit. p. 131

54  Ibid. p. 147

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 1, Voyager à la découverte de… XVIIIe-XXe siècles, 1997

Référence électronique

Jean-Claude Bousquet, « Le voyage déportation du Cardinal Pacca (1809-1814). Éléments pour une politique de la tutela », Italies [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/3416 ; DOI : 10.4000/italies.3416

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org