Navigation – Plan du site

Luigi Malerba, il viaggiatore sedentario

Judith Obert
p. 183-196

Résumé

Dans Il viaggiatore sedentario, Luigi Malerba rapporte ses impressions de voyages dans de nombreux pays. Il s’agira pour nous d’analyser la notion de voyage dans cet ouvrage et de montrer que Malerba tout en traversant les contrées éloignées et en y séjournant un certain temps, semble ne pas réussir pleinement à se défaire des images qu’il a emportées avec lui et donne l’impression de se glisser dans la peau d’un historien plutôt que dans celle d’un voyageur en quête d’un Ailleurs concret.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Orient

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Les voyages imaginaires, scripturaux et temporels de Luigi Malerba

1Quand on connaît l’oeuvre de Luigi Malerba, on peut se demander à juste titre quelle place il peut tenir dans un colloque sur le voyage. En effet sa production est essentiellement fantastique. Il crée des univers bien particuliers où la réalité est transfigurée, où l’imagination est reine, seule capable à ses yeux de s’opposer aux puissances de destruction de nos civilisations en créant des contre-feux.

2Dans ses romans ou nouvelles il s’attaque à notre monde pour en souligner tous les défauts, les vices sous le couvert du fantastique et pour réveiller l’attention de son lecteur.

3Cependant cette mise en garde n’est jamais tragique, dramatique ; le comique, la dérision et l’ironie sont toujours de mise.

  • 1  L. MALERBA, La scoperta dell’alfabeto, Milano, Mondadori, 1990.

4Parallèlement à cette volonté de soulever le voile sur les apparences trompeuses de notre réalité, L. Malerba qui a appartenu au Gruppo 63, a comme ambition de “démolir” les valeurs traditionnelles de l’écriture. Il veut aller au-delà des conventions pour redécouvrir le langage, pour en faire un des personnages de ses narrations. Son écriture participe largement à sa vision fantastique du monde et projette protagonistes et lecteur hors de la réalité quotidienne. Dès “l’origine”, il s’est penché sur le problème de l’écriture, du langage, comme en témoigne, d’une façon voilée, son premier recueil de nouvelles La scoperta dell’alfabeto1.

5Avec L. Malerba nous sommes donc systématiquement ailleurs, certes nous “voyageons”, mais dans des univers parallèles où écriture et fantaisie dominent, des mondes qui ont peu à voir avec le nôtre. De plus il fournit rarement des indications géographiques et lorsqu’il le fait, lorsque l’on peut situer sur une carte les lieux dont il parle, on comprend bien que leur fonction est tout autre.

6Il se place d’emblée hors d’un cadre naturaliste et les détails géographiques, extérieurs restent très flous et n’occupent pas le devant de la scène.

  • 2  id., Le rose imperiali, Milano, Bompiani, 1974.
  • 3  id., Il Pataffio, Torino, Einaudi, 1985.
  • 4  id., Il fuoco greco, Milano, Mondadori, 1990.
  • 5  id., Le maschere, Milano, Mondadori, 1994.

7A côté de ses voyages imaginaires et scripturaux, L. Malerba effectue parfois dans ses oeuvres des voyages temporels. Il choisit des époques bien précises pour s’y plonger et revivre à sa façon des épisodes de l’Histoire. C’est le cas avec Le Rose Imperiali2 en 1974, Il Pataffio3 en 1985, Il Fuoco Greco4 en 1990 et Le Maschere5 en 1994. Deux de ces romans, Le Rose Imperiali et Il Fuoco Greco sont situés non pas en Italie, mais dans la Chine du IVème siècle avant Jésus Christ pour le premier et la Byzance de l’an de grâce 957 pour le second ; ils ne sont cependant en rien des récits de voyage, l’action se déroule certes dans des pays lointains, mais aucun périple n’y est raconté.

Les voyages absents chez Luigi Malerba ?

8Quelle est donc la place des voyages réels, géographiques chez L. Malerba ? A première vue aucune. Ses personnages sans être immobiles, ne voyagent pas ou très peu et ne donnent à leurs déplacements aucun sens précis, ne les considèrent en rien comme une quête.

  • 6  id., Le pietre volanti, Milano, Rizzoli, 1992.

9Seul un roman déroge à cette règle, Le Pietre Volanti6 où le protagoniste se confronte à l’Egypte et au Canada pour retrouver les traces d’un père disparu mais qui n’est peut-être pas mort. Dans ce livre, le personnage part à la fois à la découverte de son identité, pour retrouver en son père une part de lui-même, et à la découverte de l’altérité en rencontrant des individus étranges qui lui ouvrent de nouveaux horizons.

10Le Pietre Volanti ne sont cependant pas un récit de voyage en bonne et due forme, les trajets effectués n’ont pas comme but l’immersion dans d’autres pays pour en découvrir les mystères ; dans un sens ils ne sont que le prétexte pour une autre quête, plus intérieure, plus intime. Ce n’est qu’une fois sur place, que le protagoniste prend conscience de la réalité qui l’entoure et la sonde, mais cette fouille est toujours teintée de recherche personnelle, pour mieux se découvrir et comprendre qui il est.

11Bien qu’il ait peu de propension à écrire des récits de voyages, L. Malerba est un voyageur chevronné ; il a parcouru les deux faces du globe, l’Occident et l’Orient, en a tiré de nombreux enseignements sans pour autant ressentir le besoin de faire part de ses “découvertes” en les travestissant en récits de voyages romancés. Bien sûr dans ses oeuvres il se sert de ce qu’il a vu et appris, mais comme il le ferait avec n’importe quel autre moment de sa vie.

Deux exceptions

  • 7  id., Cina, Cina, Lecce, Piero Manni, 1985.
  • 8  id., Il viaggiatore sedentario, Milano, Rizzoli, 1993.

12Ainsi la production de L. Malerba de part son caractère fantasque et fantastique ne semble être en rien propice à une étude sur le voyage. Cependant deux livres sortent du lot, Cina Cina7 en 1985 et Il Viaggiatore Sedentario8 en 1993 que nous nous proposons d’examiner.

13Le premier fut écrit de retour d’un voyage en Chine en 1980, il s’agit de notes de voyages parues d’abord sur le Corriere della Sera, dont la substance est la critique de la Révolution Culturelle chinoise. Le second ouvrage est un recueil de textes que L. Malerba écrivit au cours de différents voyages, on y retrouve d’ailleurs intégralement en première partie Cina Cina.

Il viaggiatore sedentario, fruit de réels voyages ?

14Il Viaggiatore Sedentario est un livre très particulier, qui “choque” quand on connaît le Malerba expérimentateur, maître es fantaisie. En effet l’imagination et le plaisir de l’écriture qui le caractérisent si fortement, qui règnent en seigneurs dans ses oeuvres, sont quasiment absents de ce volume. Son écriture est nette et précise, ne laissant aucune place aux divagations.

Récits historiques

15Ce qui marque par dessus tout, c’est l’impression générale que ces écrits ne sont pas le fruit de voyages ; on croit bien souvent lire les pages d’une encyclopédie, ou d’un ouvrage d’histoire.

16Tout y est très réaliste, bien exposé, sans faille, les commentaires personnels sont peu nombreux. On a rarement l’impression que Luigi Malerba raconte ses voyages, on pense plutôt qu’il s’est intéressé à telles ou telles caractéristiques d’un pays et qu’il les rapporte.

17On croit ainsi mieux comprendre le titre, Il Viaggiatore Sedentario, un voyageur qui se serait contenté de voyager à travers des livres, qui aurait une connaissance livresque des contrées “visitées”. On a l’impression qu’il voyage à travers son savoir, seul, immobile, et on pense bien sûr immédiatement au Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre. Mais L. Malerba donne un autre sens à son “voyageur sédentaire” et lui a bel et bien effectué les périples qu’il relate.

Le voyageur Malerba absent de ses pages

18Comme nous le disions, à la lecture de ses pages, on a plutôt l’impression que L. Malerba se penche sur des points bien précis, sur des spécificités propres à un pays sans pour autant les avoir vécues car il parle rarement de lui-même, de la façon dont il a reçu les événements.

19Le lecteur est confronté plus à une énumération de caractéristiques locales et de faits historiques qu’à des descriptions personnelles.

20Cependant ce n’est qu’une impression générale, car certains paragraphes mettent directement au contact du voyageur L. Malerba, on croit vraiment marcher à ses côtés, traverser des contrées lointaines et inconnues.

21Afin de mieux comprendre cet étrange livre, nous n’allons pas en faire une étude “linéaire” : nous réservons l’analyse de la préface qui a une place prépondérante, qui fait réellement partie de l’ouvrage, pour la fin. Ceci peut paraître illogique, mais nous verrons que cette préface agit comme un révélateur, qu’elle éclaire les différents chapitres, qu’elle est le moment clé des différents récits.

Les huit voyages en Orient

22Dans ce livre L. Malerba réunit les notes de huit voyages, des notes qu’il a parfois enrichies, complétées à son retour. Ces huit voyages se sont déroulés sur onze ans, de 1980 à 1991, et ont eu comme destination la Chine, par deux fois, Samarkand en Ouzbékistan, la Bulgarie, l’Arménie, le Japon, Hong Kong, Macao, et la Thaïlande.

23Le “récit” qu’il fait de chacun d’entre eux suit plus ou moins le même “canevas”, on y retrouve toujours de nombreux passages sur l’histoire, sur des caractéristiques culturelles qui s’enracinent dans le passé, sur les villes.

24Les chapitres consacrés à l’Arménie, à l’Ouzbékistan, à Hong Kong, Macao et à la Thaïlande semblent plus être le fruit de réels voyages que ceux sur la Chine, le Japon qui sont plus des récits historiques ou sociologiques.

La Chine

25Les deux voyages en Chine se complètent, le second étant le prolongement du premier qui lui-même avait été la suite d’un voyage “littéraire” en 1974 avec Le Rose Imperiali.

26Ces deux voyages ont eu lieu à des périodes cruciales de l’Histoire du pays : le premier en 1980 avait comme fond le procès de la Bande des Quatre et le second en 1989 s’est déroulé pendant les événements de la place Tienanmen ; ceci explique peut-être pourquoi l’approche de L. Malerba est si “historique”.

27Avant de partir, L. Malerba avait une idée bien particulière de la Chine, il la voyait comme un Ailleurs Littéraire, un pays étrange qui stimulait son imagination et ses inventions romanesques.

28Ainsi l’idée d’un voyage dans ce lieu de fantaisie était-elle difficile à concevoir car l’attachement à SON idée de la Chine était très fort et peut-être craignait-il de se confronter à la réa lité d’où les légendes se seraient envolées. Mais comme L. Ma lerba le précise, il décide de mettre entre parenthèses sa vision des choses pour s’immerger complètement, à la façon d’un Montaigne, s’approprier les données réelles et historiques du pays. Il admet que sa Chine était celle d’il y a deux mille ans et qu’ainsi sa découverte du pays a été d’autant plus importante.

29Ce qui le frappe en premier lieu, c’est le poids de quatre mille ans d’Histoire malgré les nombreuses tentatives de s’en libérer ; le passé semble effectivement se répéter inlassablement même s’il prend différents visages, notamment au niveau politique et cette impression est très nette dans les écrits de L. Malerba qui lui-même revient sans cesse soit sur la période impériale soit sur la période maoïste pour montrer combien elles ont marqué la vie du pays et combien elles ont contribué à forger les mentalités.

30D’ailleurs lorsque l’on lit les pages de L. Malerba, même quand il parle de la Chine actuelle, on a l’impression d’être plongés dans une autre époque, absolument pas contemporaine, ce qui souligne l’ambiguïté du présent dans ce pays.

31A côté des nombreuses réflexions politiques, historiques, qui auraient très bien pu être faites sans avoir été sur place, on trouve de longs passages non pas sur la vie quotidienne des Chinois mais sur leur caractère si étrange pour un Occidental, si retenu, si énigmatique, sur certaines de leurs traditions et surtout sur leur art, leur littérature si longtemps réprimés, brimés.

32L’impression générale de L. Malerba est que la Chine est un pays refermé sur lui-même, qui ne cherche pas spécialement à communiquer, qui reste mystérieux ; mais c’est justement en ceci que réside son charme car de nombreux points échappent au voyageur qui se retrouve face à des énigmes qu’il tente de résoudre tant bien que mal, qui est pris par un léger vertige qui ne le quitte jamais vraiment.

33Cette difficulté à saisir la “dimension Chine” est accrue par le rapport entre le pays et les touristes. Il y a de la part des autorités la volonté de montrer une façade reluisante aux étrangers, de leur imposer un parcours tout prêt, pour passer sous silence les côtés les plus obscurs, ce qui rend les découvertes plus ardues. L. Malerba est choqué par ce système proche de la Russie de Brejnev qui occulte la réalité.

34Cependant à la fin de ses deux voyages L. Malerba sera encore plus amoureux de cette Chine à laquelle il s’est confronté. Mais c’est surtout des Chinois dont il s’est épris même si dans ses écrits il n’y a pas trace de ses rapports avec eux.

Hong Kong et Macao

Le récit de ses voyages à Macao et Hong Kong, en 1990, est plus descriptif, il nous présente ces deux villes sous tous leurs aspects, ce qui les oppose et les rapproche. Mais ici aussi on note le poids de l’Histoire, la cohabitation du passé et de la modernité.

35Lors de la “description” de Macao, L. Malerba s’attache beaucoup plus à la ville en elle-même qu’à ses habitants, ses coutumes ; il parle longuement de sa pauvreté, des résidus du colonialisme portugais et surtout du fait que seul le tourisme, les casinos font vivre cette soeur misérable de l’élégante Hong Kong.

36Dans ces pages, le lecteur est réellement plongé au coeur de ces deux cités.

37Ici aussi L. Malerba insiste sur la nécessité de sauvegarder les richesses du passé, sur le danger que représentent la modernité et le progrès poussés à l’excès.

La Thailande

38Dans son “taccuino thailandese”, datant de 1991, L. Malerba se penche plus sur la Thaïlande d’aujourd’hui que sur son passé contrairement à ce qu’il avait fait pour la Chine et dans une moindre mesure pour Macao et Hong Kong.

39Il nous présente la réalité du pays avec ses coups d’état, son industrie du péché qui a subi une grosse crise faisant chuter le tourisme et donc les entrées d’argent, son industrie de la drogue avec son Triangle d’Or, sa capitale qui s’est développée chaotiquement donnant l’image d’une ville à deux visages, avec ses vieux taudis côtoyant des gratte-ciel flambant neufs, une ville qui n’a pas complètement assimilé la modernité mais qui a perdu son passé et donc sa vraie richesse.

40Ici aussi, comme pour Macao et Hong Kong, on a l’impression d’être en Thaïlande, de vivre à son rythme, même si L. Malerba ne s’étend pas sur ses propres sensations.

Samarkand

41Son voyage à Samarkand en 1981 est l’un des passages les plus intéressants du livre car il nous présente tous les aspects du pays : sa riche histoire, sa géographie aride et déroutante, ses habitants fiers et beaux, sa culture, sa mentalité à la fois passéiste et orgueilleuse de la modernité de ses villes.

42Bien que le récit de L. Malerba se base sur des éléments de la vie de tous les jours, actuels, son impression générale est d’être plongé dans le passé, dans un film en costumes d’où ressortent quelques traces de modernité. D’ailleurs il parle de “Samarkand”, l’ancien nom de Tashkent, ce qui montre sa volonté de vivre au rythme du passé.

43Ce pays semble être celui qui l’a le plus dérouté, dépaysé, celui qui a présenté le plus de contradictions, celui qu’il a le plus sondé en tant que voyageur.

L’Arménie

44Dans sa présentation de l’Arménie, où il s’est rendu en 1987, L. Malerba, comme il l’a fait pour Samarkand ne parle pas spécialement de l’Histoire du pays. Ici aussi il s’intéresse plus à la réalité du moment et surtout au caractère des habitants, des habitants nobles, orgueilleux, très patriotes, fiers de leur identité, qui refusent la toute puissance de l’URSS. Un peuple nomade qui a su s’adapter, qui a su s’imposer comme le peuple juif dans différents domaines malgré les répressions.

45Ces Arméniens ont séduit L. Malerba par leur dignité, il s’est senti proche d’eux malgré leur langue, leur alphabet qui sont un sérieux obstacle à la communication et qui les isolent culturellement.

La Bulgarie

46Les notes de son voyage en Bulgarie en 1989 sont les plus légères et ne nous mettent pas vraiment au contact du pays, de sa vie et de ses habitants.

47L. Malerba ne fait pas d’allusions directes à l’Histoire de cette nation, il insiste sur le fait qu’il ne faut pas considérer comme périphériques des cultures qui nous sont inconnues mais qu’il faut au contraire leur accorder une grande attention.

48Dans ces pages on retrouve le Malerba amoureux des signes et de l’écriture lorsqu’il s’attarde sur la naissance de l’alphabet cyrillique, sur sa complexité et les troubles qu’il engendre.

Le Japon

49Les écrits sur son voyage au Japon en 1990 sont également dignes d’intérêt et ont un caractère spécial car ce qu’il a appris de ce pays, il ne l’a pas entendu de la bouche des Japonais qui en bons Asiatiques ne sont pas très prolixes, mais de celle “d’observateurs” occidentaux.

50Dans la première partie de ses notes, L. Malerba est confiné dans un hôtel et discute avec des Italiens, des Américains qui lui confient leur vision du Japon, un Japon insaisissable pour les étrangers.

51Mises à part les quelques visites “obligatoires” de Tokyo, de ses environs et de quelques autres villes, L. Malerba ne semble pas avoir parcouru le pays, il paraît s’être fixé uniquement sur sa réussite industrielle et technologique phénoménale, sur le fameux “Secret japonais”, sans essayer toutefois de le sonder au travers des habitants.

52Le Japon lui apparaît comme un monde fermé à la manière de la Chine mais à un autre niveau, un monde où la discipline règne, où l’individu perd son identité au profit de la collectivité, où les hommes deviennent des robots, des machines.

53Il fait une critique ouverte de l’excès de technologie, de progrès, de modernisation qui entraînent la capitulation de l’homme, qui lui font perdre ses traditions même si les deux âmes du Japon cohabitent encore, mais pour combien de temps et à quel prix ?

Points communs entre les huit voyages

54Ce qui relie ces huit “récits de voyages”, c’est la constatation de la part de L. Malerba que tous ces pays manquent de “liberté”, les uns à cause de leur passé lourd à assumer, de leur politique, les autres à cause de la drogue, de l’empire du jeu et du tourisme de masse, d’autres encore à cause d’une technologie trop avancée et d’autres enfin à cause de leur propre isolement qu’ils cultivent.

55On constate également les différentes approches de L. Malerba selon le pays visité : parfois il rentre dans la peau d’un vrai voyageur en quête de “révélations”, et ce sont les passages où il s’intéresse plus spécialement aux habitants et moins à l’Histoire, et à d’autres moments il se fait plus historien et de cette façon se détache du pays, ne le vit pas sur le “vif” ce qui fait naître une certaine frustration chez le lecteur qui s’attend à “plus”, qui surtout veut voir le Malerba voyageur et qui d’une certaine manière se demande pourquoi il a écrit ce livre.

56Ainsi malgré toutes les indications fournies dans ce volume, malgré les portraits tracés des différentes civilisations, le lecteur n’a pas l’impression de lire un récit de voyages, comme nous l’avons dit, mais plutôt un traité sociologique, historique et ethnologique.

La préface comme source principale d’informations

Vraie réflexion sur le Voyage

57Pour mieux comprendre ce recueil qui laisse le lecteur quelque peu sur sa fin, qui le déroute, la préface est essentielle et révèle le vrai but, la vraie ambition de Malerba voyageur qui explique sa position face aux voyages, la conception qu’il en a et l’objectif qu’il s’est fixé en publiant ces pages.

58Sa préface est la vraie réflexion sur le voyage que nous attendions plutôt dans le corps des textes ; c’est à ce moment-là qu’il se pose en tant que “commentateur”, non pas tant de ses propres trajets mais de la notion même de voyage, ce qu’elle signifie aujourd’hui. On voit donc deux étapes bien marquées dans cet ouvrage, la première étant advenue une fois les voyages finis ce qui fait de la préface une postface.

À la recherche du Paradis Terrestre ?

59Dans un premier temps, pour bien souligner sa démarche personnelle, L. Malerba parle des Anciens voyageurs qui par la force des choses étaient des explorateurs partant à la découverte de mondes inconnus espérant trouver le Paradis Terrestre dans des contrées hautement étranges et fantastiques. Les voyageurs les plus précis étaient les commerçants et les missionnaires qui racontaient leur stupeur devant la nouveauté, leur parcours en décrivant les hommes rencontrés, les coutumes, les modes de vie, la végétation des lieux. L. Malerba semble non pas nostalgique de cette époque, mais paraît regretter que ces récits de voyages soient en voie d’extinction, de par la connaissance quasi totale du monde.

60Ainsi dans sa préface L. Malerba prévient son lecteur que ses récits seront d’un ordre différent, qu’il ne se mettra pas dans la peau d’un explorateur.

61Cependant il fait un rapprochement entre ces voyageurs d’un autre temps et lui-même. Lui aussi a principalement voyagé en Orient mais pour de toutes autres raisons. En premier lieu avant de partir il avait une certaine connaissance du pays, notamment de la Chine et du Japon, qui l’ont toujours attiré. Il a donc voulu confronter sa vision de l’extérieur à celle qu’il aurait sur place.

62D’autre part contrairement aux explorateurs d’antan il n’est pas parti pour découvrir le Paradis Terrestre mais pour découvrir cet Ailleurs, cette deuxième partie du monde qui s’est développée sans aucun contact, ou peu, avec notre Occident, cet Ailleurs dont nous ignorons presque tout et dont nous avons une image toute faite, caricaturale. Or L. Malerba, même s’il nous dévoile certaines caractéristiques que nous ignorions, tombe parfois dans les stéréotypes, notamment en ce qui concerne la Chine et le Japon, ou du moins met-il en avant certains points connus de tous et qui qualifient universellement ces deux pays.

63L. Malerba dans sa quête d’un Ailleurs, se montre donc plus attiré par l’âme du pays, par sa culture que par le cadre géographique.

Voyager pour prévoir le futur. Actualité / Histoire

64Cependant il souligne qu’à ses yeux voyager dans ces pays quelque peu “légendaires” ne signifie pas forcément se plonger dans leur passé, lire une page de leur Histoire, mais voyager doit permettre d’imaginer le futur, de s’y projeter à partir des faits réels, présents.

65Ce point de vue est digne d’intérêt car ses écrits, comme nous l’avons vu, sont très souvent “historiques” : il raconte très fréquemment des événements du passé, certes pour faire des rapprochements avec le présent et l’expliquer mais cette façon de faire participe à l’impression qu’il n’a pas voyagé réellement, qu’il veut nous faire découvrir un pays par son Histoire et non par son actualité.

  • 9  id., op. cit., p. 9 : “dalla aggressione edilizia, dalla furia della modernizzazione”

66De plus il insiste sur le fait qu’il a écrit ce livre pour inviter son lecteur à connaître l’Orient tel qu’il est, avant qu’il ne soit homogénéisé “par l’agression immobilière, par la furie de la modernisation”9. Il semble donc y avoir contradiction, car d’un côté il nous immerge constamment dans le passé, ne nous montrant que rarement le visage actuel des pays visités, mais de l’autre il veut faire le portrait de ces mêmes pays, le fixer pour l’éternité avant qu’ils ne soient standardisés et perdent leurs spécificités.

67On a donc à l’arrivée l’impression que ces pays ne sont caractérisés que par leur passé, qu’ils n’ont pas spécialement évolué et c’est ceci que semble vouloir L. Malerba. Il voudrait que la Chine, l’Arménie, la Thaïlande et les autres ne subissent pas la modernité, symbole de perte d’identité.

68On a donc l’impression que L. Malerba part à la découverte du Passé tout en n’ignorant pas complètement le Présent.

69L. Malerba insiste largement sur cette perte qu’entraîne l’idéologie du neuf, du nouveau ; certes quelques monuments resteront mais l’âme du pays disparaîtra par ignorance, par négligence ce qui entraînera la disparition d’une tranche d’Histoire. Ces pensées insistantes sont une des “preuves” qui font que ce livre est plus un ouvrage d’Histoire que de voyages. Toutefois la notion de voyage et celle d’Histoire ne sont pas incompatibles car un des buts de tout voyage est de découvrir la vraie nature d’un pays et donc son passé. Cependant chez L. Malerba, cette volonté de retrouver les traces d’un temps d’autrefois semble prendre le dessus.

Méthode pour voyager selon Luigi Malerba

70Quand L. Malerba parle de sa façon de voyager, on est également quelque peu surpris. Il écrit à juste raison, qu’aujourd’hui on peut voyager librement, en choisissant son parcours, que l’on peut partir d’une certaine façon à l’aventure comme les anciens voyageurs, ce qui est la meilleure manière de découvrir les trésors d’un pays.

71Or tous les voyages dont il est question dans ce livre ont été “programmés”, ont été entrepris dans des circonstances particulières : tous ont été effectués dans le cadre de Congrès d’écrivains, d’échanges culturels, ils ne sont donc pas vraiment le résultat d’un choix, d’une décision personnelle. Toutefois, on peut bien imaginer que dans tous les cas il serait parti, se serait jeté dans son aventure, que ces Congrès ont été entre autre une occasion de voyager.

72Ce qui est spécialement intéressant dans sa façon de concevoir les voyages, c’est qu’il estime que pour qu’un voyage soit digne d’intérêt et tienne ses promesses, il doit être “dévié”, ne doit pas suivre un itinéraire tout tracé ; le voyageur doit se laisser entraîner, doit faire des digressions, toujours comme Montaigne.

  • 10  id., op. cit., p. 8 : “Lo spiritello dello zig zag ci dice che non sempre la linea più breve fra d (...)

73Comme L. Malerba le souligne “l’esprit du zigzag nous dit que la ligne la plus courte entre deux points n’est pas toujours la ligne droite et que le temps d’un court voyage n’est pas non plus rectiligne”10. Ce qui rend captivant un voyage, ce sont les sorties de route, les déviations qui vous entraînent vers des lieux ou des tribus qui ne se trouvent pas sur les guides touristiques. On peut penser que les “digressions” historiques de L. Malerba sont ses sorties de route, que c’est grâce à elles qu’il dévie son voyage, car sinon on ne le voit pas spécialement “dévier”.

Qu’est devenu le voyage au XXe siècle ?

74Après avoir insisté sur la nécessité de voyager en restant libre de ses choix pour pouvoir emprunter des chemins de traverse, L. Malerba s’interroge sur ce que signifie voyager en cette fin de XXème siècle.

75Une fois de plus il établit un parallèle avec les voyages d’antan pour montrer qu’autrefois le voyage avait une valeur en lui-même, que le point de chute avait une importance relative, qu’il était souvent ignoré. Les voyages étaient vraiment conçus comme une expérience hors du commun, une découverte de tous les instants, on partait pour “voyager” et non pour “arriver” comme c’est le cas aujourd’hui.

76Effectivement de nos jours les voyages ont perdu de leur charme car entre le départ et l’arrivée il y a le vide, on quitte son pays pour atterrir dans un autre sans s’en rendre compte, on y est projeté directement et de nombreuses étapes du voyage sont ainsi effacées.

77Ce temps passé dans un avion, un bateau, ces kilomètres parcourus, L. Malerba les appelle les “kilomètres aveugles, des kilomètres dont nous ne conservons aucun souvenir.

78Cette nouvelle façon de voyager a donc profondément modifier la notion de voyage qui désormais ne consiste plus en un parcours, mais en un départ et une arrivée, ce qui fait des hommes non plus des “explorateurs”, de vrais voyageurs quelque peu baroudeurs, mais des voyageurs sédentaires, des voyageurs pour qui les déplacements n’ont plus vraiment d’importance, dont le seul but est d’arriver à bon port. L. Malerba ne s’insurge pas spécialement contre cet état de fait, il le constate simplement et se met dans cette catégorie de voyageurs.

79Cette réflexion est intéressante car dans ses textes L. Malerba ne parle jamais de voyage en tant que trajet (une seule fois nous le rencontrons dans un avion), il occulte complètement cette phase, on le retrouve directement au coeur du pays, on ne sait pas comment il y est arrivé, quelle a été sa première sensation, son premier contact.

Absence de descriptions

80Après avoir expliqué ce qui l’avait poussé à publier ses écrits, L. Malerba confie à son lecteur, pourquoi il a été si peu descriptif, pourquoi il n’a pas fait un portrait “géographique” des pays visités.

81Tout d’abord car son désir était de comprendre, d’englober la réalité d’une nation et non pas de décrire ce qu’il avait vu sans aucun commentaire. On comprend vraiment que dans un premier temps il l’a écrit pour lui seul. Cette absence de description était également une nécessité, celle de ne pas entrer en compétition avec les moyens audiovisuels qui offrent des images merveilleuses, parfaites du monde entier. Cette “nécessité” ne nous satisfait pas entièrement, car écriture et image sont complémentaires, ne s’excluent pas l’une l’autre, les informations fournies n’étant pas forcément les mêmes et n’ayant pas le même but.

Témoignage

82L. Malerba conclut sa préface en insistant de nouveau sur le fait que son livre a comme ambition d’être un témoignage vivant de cultures et de modes de vie sur le point de disparaître.

83Il a recueilli toutes ces informations pour nous les transmettre et nous les faire découvrir.

84On a donc l’impression que, en fin de compte, il a plus fait ses voyages en tant que “conservateur” que pour lui-même. Il s’est voulu le relais entre l’Occident et l’Orient, il est parti à la découverte de l’altérité, de son fameux Ailleurs, pour nous le faire partager.

85Ce livre-témoignage surprend donc dans la production de L. Malerba. Par moment, le lecteur, même s’il est intéressé par ce qui lui est rapporté, se demande pourquoi L. Malerba a publié cet ouvrage de “données” où les commentaires, les réflexions sont assez rares et où la vision des choses est assez “chaotique”.

86En réalité L. Malerba en étant peu explicite, en se dévoilant le moins possible, en taisant ses sensations, en rapprochant des sujets relativement opposés, a voulu certes présenter sa vision des pays visités mais a surtout voulu donner envie à ses lecteurs de se pencher à leur tour sur cette face cachée du monde afin de faire leurs propres découvertes.

87Il est parti à la recherche de l’Altérité, de cet Ailleurs mythique et personnel, afin de le conserver tout en y apportant les rectifications qui lui semblaient nécessaires, de se confronter à cette réalité autre qu’il voyait à travers le filtre des légendes et de la caricature. Il a voulu toucher du doigt “l’autre”, le différent pour s’enrichir lui-même et par la suite enrichir ses lecteurs.

88Pour bien assimiler la portée de cet ouvrage, le lecteur ne doit pas le lire d’un trait comme un roman, mais s’en imbiber et le consulter, y revenir, pour peut-être partir à son tour et découvrir l’Ailleurs.

Haut de page

Notes

1  L. MALERBA, La scoperta dell’alfabeto, Milano, Mondadori, 1990.

2  id., Le rose imperiali, Milano, Bompiani, 1974.

3  id., Il Pataffio, Torino, Einaudi, 1985.

4  id., Il fuoco greco, Milano, Mondadori, 1990.

5  id., Le maschere, Milano, Mondadori, 1994.

6  id., Le pietre volanti, Milano, Rizzoli, 1992.

7  id., Cina, Cina, Lecce, Piero Manni, 1985.

8  id., Il viaggiatore sedentario, Milano, Rizzoli, 1993.

9  id., op. cit., p. 9 : “dalla aggressione edilizia, dalla furia della modernizzazione”

10  id., op. cit., p. 8 : “Lo spiritello dello zig zag ci dice che non sempre la linea più breve fra due punti è la retta e che nemmeno il tempo di un breve viaggio è rettilineo”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 1, Voyager à la découverte de… XVIIIe-XXe siècles, 1997

Référence électronique

Judith Obert, « Luigi Malerba, il viaggiatore sedentario », Italies [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3432 ; DOI : 10.4000/italies.3432

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org