Navigation – Plan du site

Quêtes, enquêtes et conquêtes : Les voyages des Paralipomeni della Batracomiomachia de Leopardi

Perle Abbrugiati
p. 27-45

Résumé

La communication, présentée à un colloque sue le voyage, se détourne du contenu politique des Paralipomeni (que nous avons ailleurs envisagé) pour privilégier une lecture symbolique du poème. Les différents voyages du héros Leccafondi, à travers quatre éléments (terre, eau, vol aérien, profondeurs souterraines), lient métaphoriquement progression dans l’espace et progrès de la conscience. L’analyse de ces parcours offre donc un accès au sens métaphysique de cette parodie qui affleure dans le fantastique. L’axe du colloque (le rapport identité/altérité) se révèle opératoire pour cette analyse : Leccafondi en quête d’une identité politique traverse des espaces hostiles et c’est au pays de l’autre (successivement l’ennemi, l’étranger, le défunt) qu’il fait la conquête d’un savoir désespérant à l’opposé du but de ses voyages : l’initiation au Néant par la traversée de l’angoisse. Les voyages décevants de Leccafondi apparaissent donc comme une fantasmagorie de la désillusion.

Haut de page

Texte intégral

1Il ne s’agira pas ici de littérature de voyage mais d’un voyage littéraire, celui que nous proposent les Paralipomeni della Batracomiomachia. Ce texte peu connu ou méconnu de Giacomo Leopardi a un titre surprenant et un contenu déroutant, composite, à la fois réjouissant et torturé : l’un et l’autre méritent donc d’être explicités avant tout voyage à travers ses strophes.

2Bien qu’il soit apparemment farfelu, le titre est on ne peut plus clair étymologiquement. “Paralipomeni” signifie “la suite”, “ce qui vient après” : le texte se veut en effet la suite d’un poème ancien. La Batracomiomachia est un texte antique parodiant l’Iliade par le récit de la guerre (machia) des grenouilles (batra) et des rats (comio). Dans ce court poème, les grenouilles finissaient par battre les rats en faisant appel à la terrible armée des crabes. Cette parodie a fasciné Leopardi au point qu’il en a fait plusieurs traductions en vers.

  • 1  La première édition des Paralipomeni sortit chez l’éditeur parisien Baudry en 1842.

3Non content de la traduire, Leopardi lui a imaginé une suite, à laquelle il a travaillé pendant les dernières années de sa vie. Les Paralipomeni furent rédigés à partir de 1830 et publiés à titre posthume en 1842 par Ranieri qui jugea prudent de les faire paraître à Paris1. La trame héroïco-grotesque avait en effet été chargée d’un sens politique par Leopardi : les rats campent les libéraux italiens désireux d’indépendance et de démocratie, les crabes les Autrichiens absolutistes, les grenouilles, dans lesquelles on reconnaît les papalini, sont devenues des personnages secondaires.

4Du texte antique, Leopardi conserve l’humour et le registre, entre fable ésopique et parodie d’épopée - mais plus que la parodie d’un genre, le texte léopardien est la satire d’une société, et plus précisément de deux idéologies que Leopardi renvoie dos à dos. Les crabes absolutistes sont des brutes bornées ; les rats progressistes de sympathiques utopistes sans crédibilité.

5Le poème se compose de huit chants d’une cinquantaine d’octaves. Dans le premier, les rats en déroute désignent un ambassadeur, le comte Leccafondi qui doit se rendre dans le camp des crabes. Le comte se voit exposer au chant II la théorie du pouvoir absolu arbitre des nations par le général des crabes qui dicte ses conditions aux vaincus. Dans le troisième chant, les rats se donnent un nouveau roi et une constitution, ce qui déchaîne la colère des crabes au chant IV et provoque une nouvelle guerre au chant V, où les rats sont mis en fuite pour le deuxième fois. Le chant VI montre l’invasion de Topaia, la patrie des rats, par l’ennemi, ainsi que les folles conjurations de jeunes rats en veine de complot. Leccafondi, le héros, est exilé et une tempête le conduit à demander du secours à un homme, Dédale, qui l’accueille chaleureusement. Les deux derniers chants prennent alors une tout autre tournure : le savant Dédale, qui a découvert l’au-delà des animaux, propose à Leccafondi d’aller consulter ses ancêtres défunts sur l’avenir de Topaia. Le chant VIII est constitué de la descente aux enfers du comte, qui ne voit les morts sortir de leur indifférence que pour rire à ses dépens et lui donner le conseil de s’en remettre à un rat retiré du monde, Assaggiatore. De retour à Topaia, le comte ne parvient pas à décider ce personnage à l’action. Au moment où Assaggiatore est sur le point de prendre la parole, le récit tourne court : Leopardi se prétend à court d’archives et clôt sur une pirouette son texte prétendument inachevé.

6La parodie devient donc aporie, le burlesque ayant laissé place au fantastique, qui n’est lui-même qu’une allégorie du Néant après laquelle toute narration devient vaine.

  • 2  Perle Abbrugiati, Leopardi entre unité et uniformité, in « Dialogue », Montpellier, à paraître.
  • 3  C’est la lecture qu’ont le plus souvent privilégiée les lecteurs des Paralipomeni ; cf. Walter Bin (...)

7Dans un précédent travail2, je me suis intéressée à la portée politique de ce texte - le seul où Leopardi affronte directement les problèmes historiques de son temps. J’aboutissais à la conclusion que l’inachèvement du récit reflétait l’écartèlement de Leopardi entre conscience politique et conscience philosophique. Le texte n’est que faussement inachevé : ce n’est pas la diégèse qui est sans solution mais l’Histoire car elle est le lieu où s’opposent conscience philosophique et engagement politique. Cette conclusion s’imposait d’une lecture du texte comme développement d’un propos sur les politiques du XIXème siècle3 puis sur la politique en tant que telle : la possibilité même de l’action politique ne résiste pas à l’examen métaphysique de la condition humaine (dans le poème : le passage en enfer).

8Je ne reviendrai pas sur les passages politiques car je me propose ici un autre angle de lecture : le texte, en effet, peut également être lu comme le parcours d’un personnage. Cette anti-épopée a son anti-héros – c’est le rat de bonne volonté en quête de l’identité et de l’indépendance de Topaia.

9Le protagoniste Leccafondi est tour à tour ambassadeur, ministre puis proscrit de sa patrie. Il est le type même de l’intellectuel romantique à la tête d’un cabinet de lecture, nourri de théories idéalistes et de poésie allemande, nourrissant une indéfectible foi en l’homme (ou plutôt : dans le rat...), confiant dans l’avenir démocratique de sa patrie mais le faisant reposer sur une culture superficielle, faite de journaux, de romans historiques et de philosophie a priori. Un rat intelligent et bon mais naïf, une sorte de petit Mickey, ayant à la fois la drôlerie du dessin animé et le tragique d’une allégorie, que son civisme conduit à faire de périlleux et infructueux voyages.

10Beaucoup de déplacements ponctuent en effet les Paralipomeni, dont les péripéties se traduisent souvent en évolutions dans l’espace : marche des armées, fuites de la foule des rats, invasion des crabes à la conquête de Topaia. Mais surtout, le sens du texte se cristallise dans les différents voyages du protagoniste Leccafondi, sa progression dans l’espace définissant les étapes d’un progrès de la conscience (il faut préciser : progrès pour le lecteur, la prise de conscience n’étant jamais le fait du personnage qui, comme tout bon personnage de dessin animé reste immuablement égal à lui-même et conserve donc jusqu’au bout sa naïveté). Sa quête d’une solution politique permettant d’affirmer l’identité de sa patrie devient insensiblement pour le lecteur une recherche de sens sur la valeur de l’action humaine, qui sera bien sûr frustrée comme toute quête de sens chez Leopardi.

11Comme on le verra, Leccafondi va être amené à voyager à travers quatre éléments : aux voyages terrestres succèderont la traversée d’une étendue d’eau à la nage, le survol aérien de la terre et la visite des profondeurs sous-terraines. A chaque élément correspond une démarche différente et une modalité du voyage.

12Le premier voyage entrepris par Leccafondi est celui qu’il effectue après la première défaite des rats face aux crabes, en qualité d’ambassadeur. Ses compatriotes l’ayant désigné comme messager, il ne refuse pas, malgré les dangers, d’aller demander aux crabes le motif de leur intervention militaire :

  • 4  L’édition de référence pour les citations est : Giacomo Leopardi, I Paralipomeni della Batracomiom (...)

Né ricusò l’uffizio, ancor ch’astretto
Quindi a gran rischio : in campo ostil, mendico
D’ogni difesa, andar fra sconoscenti
D’ogni modo e ragion dell’altre genti (I, 46)4.

13Leccafondi ne voyage pas seul mais avec quelques serviteurs. Il voyage de nuit, à pied, traverse une nature fort belle (c’est une nuit de mai) mais inquiétante, parce qu’elle est pleine de bruits d’animaux et que la lune éclaire la scène, trahissant l’incognito des rats :

Pur, come ai topi il lume è poco accetto,
Di lei non molto rallegrossi il conte (II, 8).

14On peut interpréter cela, sachant que la lune est souvent chez Leopardi l’emblème d’une vérité impénétrable : Leccafondi qui craint la lune, craint peut-être confusément les lumières de la vérité qui l’attend.

15Leccafondi, attentif aux circonstances du parcours, balance entre la peur et les bons présages. La présence du coucou le réconforte :

Sperò certo, e mestier gliene facea
Per sollevare il cor dalla paura,
Che il cuculo, che i topi han per divino,
Nunzio venisse di non reo destino (II, 6).

16A l’inverse, il est impressionné et ému de devoir traverser le champ de bataille où tant de rats viennent d’être massacrés (II, 9), ce qui le conduit à méditer sur un avenir plus heureux qu’il lie comiquement à la vulgarisation journalistique :

Così, muto, volgendo entro la testa
Profondi filosofici pensieri,
E chiamando e sperando alla funesta
Discordia delle stirpi e degl’imperi
Medicina efficace intera e presta
Dai giornalisti d’ambo gli emisferi (II, 10).

17Finalement, on se demande si Leccafondi ne jouit pas autant voire davantage de cet espoir que de sa possible concrétisation, de même qu’il voyage vers un but tout en n’ayant pas envie de l’atteindre :

Quando da un poggio il topo rimirando
Non molto avanti in giù nella pianura,
Vide quel che sebbene iva cercando,
Voluto avria che fosse ancor futura
La vista sua, ch’or tutto l’altro in bando
Parve porre dal cor che la paura,
Non sol per se, ma parte e maggiormente
Perché pria del creduto era presente.
Vide il campo de’ granchi... (II, 12, 13)

18Leccafondi arrive donc au camp des crabes en tremblant de peur :

Tremava il conte, e già voltato il dosso
Aveano i servi alla terribil vista,
E muro non avria, non vallo o fosso
Tenuto quella gente ignava et trista ;
Ma il conte sempre all’onor proprio mosso,
Come fortezza per pudor s’acquista,
Fatto core egli pria, sopra si spinse
Gridando ai servi, ed a tornar gli strinse (II, 14).

19Surmontant sa frayeur, Leccafondi arrive, un rameau d’olivier entre les dents, fragile et ridicule, devant l’ennemi. Celui-ci ferait passer un mauvais quart d’heure au comte, si ce dernier n’était sauvé par sa connaissance des langues étrangères qui le fait parler crabe couramment, et par ses lunettes qui rassurent la garnison sur sa non-agressivité. Le contact avec l’ennemi n’en est pas moins traumatisant puisque Leccafondi et ses serviteurs sont enchaînés, leur représentativité contestée. Leur première expérience est donc la prison : le premier contact avec l’autre camp se solde par une négation de leur identité.

20Puis, les crabes acceptant enfin de négocier avec le comte, le voyage dans le camp ennemi prend l’aspect d’une enquête sur la mentalité de l’autre. Le général des crabes, Brancaforte, explique en effet les principes de la politique extérieure de son roi Senzacapo, au cours d’une sorte d’interview où Leccafondi pose des questions et où le général répond par de longs exposés. Brancaforte justifie l’ingérence et l’interventionnisme au nom d’une théorie de l’équilibre international qui cache mal la revendication du pouvoir arbitraire du plus fort. Leccafondi reçoit donc une leçon de realpolitik. Parti pour chercher des raisons, il revient avec des conditions, de dures conditions imposées aux vaincus.

21Pendant son absence, les rats se sont dotés d’une monarchie parlementaire, d’un nouveau roi qui n’est plus “re di Topaia” mais “re de’ topi”. Le retour de Leccafondi advient pendant les festivités qui suivent cet événement politique et son arrivée jette un froid, comme si le messager revenu avec une connaissance de l’autre camp était lui-même devenu étranger :

Non era il festeggiar finito ancora
Quando giunse dal campo il messaggero,
Non aspettato omai, che la dimora
Sua lunga aveane sgombro ogni pensiero,
Né desiato più, che insino allora
Soleano i sogni più gradir che il vero.
Sogni eran gli ozi brevi e l’allegria,
Ver ciò che il conte a rapportar venia (IV, 31).

22La vérité que Leccafondi est allé chercher ailleurs à la demande de ses compatriotes n’est plus souhaitée :

Immantinente poi che divulgato
Fu per fama in Topaia il suo ritorno,
Interrotto il concorso ed acchetato
Il giulivo romor fu d’ogni intorno.
Tristo annunzio parea quel che bramato
E sospirato avean pur l’altro giorno,
Perché già per obblio fatte sicure
Destava l’alme ai dubbi ed alle cure (IV, 32).

23Néanmoins, les conditions sont acceptées, Leccafondi retourne chez les crabes conclure un traité et à son retour le roi Rodipane le nomme ministre - comme si finalement ses voyages avaient augmenté sa compétence et son prestige.

24Leccafondi au pouvoir va mener une politique éclairée d’alphabétisation, de grands travaux et de libre-échange, jusqu’à ce qu’il se heurte à nouveau à l’ingérence des crabes qui ne peuvent supporter ni la démocratisation des institutions, ni les jeunes militants diffusant des idées subversives qui voudraient faire de Leccafondi, à son corps défendant, le héros d’une possible révolution.

25L’intervention de l’ambassadeur crabe Boccaferrata, venu décrire à Rodipane le bon fonctionnement du pouvoir absolu et lui dicter une nouvelle conduite, déclenche une nouvelle guerre, que les rats perdent à nouveau, avec pour conséquence la prise de pouvoir du crabe Camminatorto dans Topaia envahie. Ce dernier a pour premier souci d’exiler le prestigieux Leccafondi qui se retrouve sur les chemins.

26Le deuxième voyage de Leccafondi est donc l’itinéraire d’un exil involontaire et forcé, itinéraire aléatoire le menant d’une cour à l’autre, pendant lequel il s’efforce de plaider la cause de sa patrie pour lui trouver des soutiens. A l’enquête menée lors du premier voyage succède l’infatigable série des requêtes :

Peregrin per la terra il chiaro topo
Vide popoli assai, stati e costumi ;
A quante bestie narrò poscia Esopo
Si condusse varcando or mari or fiumi,
Con gli occhi intenti sempre ad uno scopo
D’augumentar come si dice i lumi
Alle sue genti, e se gli fosse dato
Trovar soccorso al lor dolente stato (VI, 22).

27Son errance doublée de persévérance dans l’espoir et l’aveuglement ont quelque chose d’émouvant et de comique. Partout il prend pour des victoires ce qui n’est qu’illusoires promesses. Croyant faire avancer sa cause, il ne fait qu’éparpiller ses pas et ses paroles :

Più d’un ministro e re largo conforto
Gli porse di promesse, ed ei contento
Il cammin proseguia con questo vento (VI, 23).

28Le rat en quête de secours et de reconnaissance se leurre, le long d’un parcours où son identité est sans cesse niée.

29C’est alors que survient un événement catastrophique, non pas au sens où il aurait des conséquences négatives, mais au sens où il précipite le récit vers une autre dimension. Il s’agit d’un orage, orage terrible qui semble fait pour détourner Leccafondi de l’impasse qu’est devenu son voyage erratique et (barrière naturelle ou surnaturelle ?) le conduire sur une voie différente :

Una notte d’autunno, andando ei molto
Di notte, come i topi han per costume,
Un temporal sopra il suo capo accolto
Oscurò delle stelle ogni barlume,
Gelato un nembo in turbine convolto
Colmò le piagge d’arenose spume,
Ed ai campi adeguò così la via,
Che seguirla impossibil divenia (VI, 24).

30L’orage est décrit comme ayant une violence inouïe, transformant la campagne en étendue liquide, épargnant peu d’animaux, bref un déluge qui fait basculer le destin de Leccafondi du plan politique au plan métaphysique et le récit du burlesque au fantastique.

Il vento con furor precipitando
Schiantava i rami e gli arbori svellea,
E tratto tratto il fulmine piombando
Vicine rupi e querce scoscendea
Con altissimo suon, cui rimbombando
Ogni giogo, ogni valle rispondea,
E con tale un fulgor che tutto il loco
Parea subitamente empier di foco.
Non valse al conte aver la vista acuta,
E nel buio veder le cose appunto,
Che la strada assai presto ebbe perduta,
E dai seguaci si trovò disgiunto (VI, 25, 26).

31Leccafondi, désormais seul et désorienté, a perdu tous ses repères, comme le texte le répète à l’envi, sa peur augmentant avec son sentiment d’égarement :

Il vento ad or ad or mutando lato
Più volte indietro e innanzi il risospinse,
Talora il capovolse e nel gelato
Umor la coda e il dorso e il crin gli tinse,
E più volte a dir ver quell’apparato
Di tremende minacce il cor gli strinse,
Che di rado il timor, ma lo spavento
Vince spesso de’ saggi il sentimento (VI, 27).
Ma sommerse le valli e le pianure
Erano intorno e come navicella
Vota fra l’onde, senz’alcuna via
Il topo or qua or là notando gia (VI, 29).
E in suo cor sottentrata allo spavento
Era l’angoscia del presente stato.
Senza de’ lochi aver conoscimento,
Solo e già stanco, e tutto era bagnato (VI, 30).

32Après l’errance ayant duré des mois, après le ballottement des flots qui traduit métaphoriquement le désarroi moral de Leccafondi, le comte recherche un point fixe :

... sentiva egli in effetto
Che innanzi l’alba lascerebbe il pelo.
Ciò pensando, e mutando ognor cammino,
Vide molto di lungi un lumicino,
Che tra le siepi e gli arbori stillanti
Or gli appariva ed or parea fuggito.
Ma s’accorse egli ben passando avanti
Che immobile era quello e stabilito,
E di propor quel segno ai passi erranti,
O piuttosto al notar, prese partito :
E così fatto più d’un miglio a guazzo,
Si ritrovò dinanzi ad un palazzo (VI, 31, 32).

33Leccafondi échappe donc à la mort mais c’est pour y être mieux confronté en quelque sorte. En effet, la rencontre surréaliste qui va suivre est celle de Leccafondi avec Dédale, un Dédale que le narrateur pense pouvoir être différent de celui du mythe, mais qui aura bel et bien pour fonction de faire sortir Leccafondi du labyrinthe de son errance et de son désarroi. L’homme est le premier à accorder à Leccafondi une véritable écoute et une reconnaissance de sa dignité, de sa spécificité, le premier aussi à lui proposer une aide réelle. Celle-ci consistera à faire voler Leccafondi jusqu’au royaume des morts qu’il a découvert et où le comte pourrait trouver la solution de son problème.

34Le troisième voyage de Leccafondi est donc le voyage fantastique par lequel il va d’abord survoler la terre grâce aux ailes façonnées par Dédale, puis s’enfoncer dans les profondeurs infernales à la recherche d’un oracle sur sa patrie. Ce voyage à travers les espaces vierges du ciel et du sous-sol sont aussi un voyage dans le temps : Leccafondi va vers les défunts, les ancêtres, les rats du passé, dans l’espoir de trouver une réponse qui permettrait la conquête de l’avenir :

Dunque menarlo all’immortal soggiorno
De’ topi estinti offerse al peregrino
Dedalo, acciò che consultarli intorno
A Topaia potesse ed al destino :
Perché sappiam che chiusi gli occhi al giorno
Diventa ogni mortal quasi indovino,
E qual che fosse pria, dotto e prudente
Si rende sì che avanza ogni vivente (VII, 19).

35L’idée de ce voyage effraie Leccafondi :

Strana questa in principio e fera impresa
Al conte e piena di terror parea (VII, 20).

36Mais Dédale se montre persuasif :

Dedalo l’ammonì che denno i forti
Poco temere i vivi e nulla i morti (VII, 20).

37Le voyage débute par un trajet aérien qui est l’occasion d’une merveilleuse vision de la terre vue d’en haut :

  • 5  On voit bien que la rédaction des Paralipomeni est à peu près contemporaine de celle de La Ginestr (...)

Volàr per tratto immenso ed infiniti
Vider gioghi dall’alto e mari e liti.
Vider città di cui non pur l’aspetto,
Ma la memoria ancor copron le zolle,
E vider campo o fitta selva o letto
D’acque palustri limaccioso e molle
Ove ad altre città fu luogo eletto
Di poi, ch’anco fioriro, anco atterrolle
Il tempo, ed or del loro stato avanza
Peritura del par la rinomanza (VII, 24, 25).5

38C’est un moment très poétique que cet assez long survol, Leopardi laissant un répit à sa plume satirique pour se livrer à une évocation des paysages traversés, mais il a aussi une importante fonction. Leccafondi et Dédale survolent une terre très peu marquée par la présence humaine. La plupart des villes connues ne sont pas encore construites : les deux personnages passent au-dessus des sites déserts de Troie, Argos, Mycène, Sparte, Athènes, Carthage, Rome, qui n’existent pas encore :

Sovra i colli ove Roma oggi dimora
Solitario pascea qualche destriero,
Errando al Sol tersissimo che indora
Quel loco al mondo sopra tutti altero (VII, 32).

39Si les voyageurs aperçoivent les pagodes de la Chine et des populations le long du Gange, en revanche ils ne voient de l’Italie que des sites géologiques encore en mutation : les Appenins sont des volcans furieux, les lacs n’existent pas encore, la Sicile est encore solidaire de la Calabre. Des villes, ils en voient mais si ce ne sont pas des lieux disparus de la mémoire humaine ce sont des lieux mythiques : la Tour de Babel, l’Atlantide. Ailleurs, ce sont des étendues infinies, parcourues par des dinosaures.

40Le voyage aérien, par ces indices, semble donc situer le récit en des temps reculés. En fait, plus que de situer l’aventure du rat en un temps préhistorique, le voyage dans les airs a surtout pour fonction de projeter Leccafondi hors du temps historique. Après que l’orage et la traversée à la nage ont fait passer le récit sur un plan fantastique, la traversée des airs assure la coupure entre l’Histoire, tissu des premiers chants, et la métaphysique, terrain du chant VIII.

41Voilà donc Leccafondi, dont le nom prend soudain un sens plus profond qu’on n’aurait pu le présager, au seuil des profondeurs infernales, puis y pénétrant, toujours à la recherche du moyen de reconquérir Topaia et d’affirmer son identité nationale.

42On pourrait penser qu’il s’agit d’une parodie dans la parodie : ici, bien sûr, parodie du poème de Dante plus encore que de la tradition ancienne de la descente aux enfers (Hésiode, Virgile). Certes, Leopardi multiplie les allusions à la Divine Comédie, à commencer par la façon dont Leccafondi perd son chemin. Che la strada assai presto ebbe perduta (VI, 26) rappelle bien sûr le vers dantesque Che la diritta via ebbe smarrita, jusque dans sa construction syntaxique.

  • 6  Cf. VIII, 50, 51.

43Et pourtant l’enfer leopardien n’a rien de dantesque. Il se définit au contraire négativement par rapport à ce référent implicite. C’est une île montagneuse faite de métal lisse, percée d’entrées de différentes grandeurs pour chaque catégorie d’animaux (y compris, probablement, l’homme6), il est entouré de brouillard mais n’est pas gardé : là, précise l’auteur, pas de Cerbère, pas de fouets ; ni reptiles furieux, ni barques, ni marais, ni esprits gisants dans l’herbe (VIII, 7) ; pas de gardien (VIII, 8), pas de désir de s’échapper pour les morts (VIII, 9), pas de récompense ni de châtiment (VIII, 10).

44L’enfer est une salle d’attente, faite d’une infinité de rangées de sièges inaltérables, où les morts sont assis, les mains appuyées sur un bâton, dans l’ordre où ils meurent. Inexpressifs, ils ne se regardent pas, ne se parlent pas, ne regrettent ni ne désirent rien, ne se distinguent pas les uns des autres :

Son laggiù nel profondo immense file
Di seggi ove non può lima o scarpello,
Seggono i morti in ciaschedun sedile
Con le mani appoggiate a un bastoncello,
Confusi insiem l’ignobile e il gentile
Come di mano in man gli ebbe l’avello.
Poi ch’una fila è piena, immantinente
Da più novi occupata è la seguente.
Nessun guarda il vicino o gli fa motto (VIII 16-17).

45Il y a quelque chose de très moderne dans cette description d’un enfer qui n’a rien d’infernal au regard de l’iconographie, de l’enfer comme attente sans fin (sans terme et sans but). Leopardi nous annonce Kafka, Camus... L’enfer n’est qu’un séjour concentrationnaire, un lieu sans espace, habité par des ombres sans identité, tellement indifférencié qu’on n’y voyage pas. Contrairement à celui de Dante, rien à découvrir, rien à visiter, dans l’enfer de Leopardi, la seule découverte étant l’absence de quoi que ce soit à découvrir. Absurde voyage que celui de Leccafondi, un voyage qui n’est que parcours vers rien.

46Dans l’érèbe leopardien, les défunts s’ennuient... comme des rats morts... et c’est la meilleure illustration de la Noia existentielle, image du Néant dans la pensée de Leopardi. Dans un lieu parfaitement uniforme, les morts, tous “tra lor conformi” (VIII, 21), se caractérisent par leur indifférence totale, par leur désintérêt complet envers les tribulations du monde historique :

... che alla gente morta
Questa vita di qua niente importa (VIII, 22).

47Aussi ne se sont-ils pas renseignés sur les événements survenus depuis leur mort et le comte Leccafondi, pour obtenir un conseil, doit-il tout raconter à ses anciens compatriotes. A sa question pourtant (Topaia trouvera-t-elle un salut grâce aux alliés trouvés par Leccafondi ?) les morts sortent de leur torpeur : le rire leur est interdit et ils ne riront pas ; mais tous ressentent le besoin d’extérioriser la dérision qu’appelle la naïveté du vivant :

Non è l’estinto un animal risivo,
Anzi negata gli è per legge eterna
La virtù per la quale è dato al vivo
Che una sciocchezza insolita discerna,
Sfogar con un sonoro e convulsivo
Atto un prurito della parte interna.
Però, del conte la dimanda udita,
Non risero i passati all’altra vita.
Ma primamente allor su per la notte
Perpetua si diffuse un suon giocondo,
Che di secolo in secolo alle grotte
Più remote pervenne insino al fondo.
I destini tremàr non forse rotte
Fosser le leggi imposte all’altro mondo,
E non potente l’accigliato Eliso,
Udito il conte, a ritenere il riso (VIII, 24, 25).

48Séjour uniforme du non-être, l’au-delà est le lieu de l’indifférence et de l’indifférenciation. Leopardi met en scène le non-être en une représentation impossible, dans ce lieu où l’on descend sans descendre, où l’on rit sans rire, où l’on parle sans parler. L’initiation de Leccafondi est une initiation au non-être, alors qu’il était descendu aux enfers pour trouver un moyen d’être-en-politique. Une initiation à l’uniformité universelle, alors qu’il était en quête d’un moyen d’affirmer une identité.

49Aussi le retour à Topaia ne peut-il déboucher sur rien, et la rupture abrupte de la narration est-elle tout ce qu’il y a de plus logique. De même que le dernier voyage de Leccafondi est un voyage vers rien, de même le récit conduit vers l’absence de récit – tout cela signifiant métaphoriquement que l’Histoire n’a pas de but et que la vie va vers le Néant.

50Après avoir refait le parcours du voyageur Leccafondi, on peut en guise de dernière étape dégager un itinéraire de réflexion définissant à la fois l’absurdité et la nécessité du voyage leopardien et du parcours mental dont il est l’allégorie.

51Il est certain que le voyage dans l’espace est la métaphore d’une quête (ici la quête de l’identité nationale) – ce qui n’est pas très nouveau. Ce n’est au fond que la reprise du thème favori des romans chevaleresques, de ces épopées que les Paralipomeni parodient (jusque dans leur mètre) comme la Batracomiomachia parodiait l’Iliade.

52Il apparaît qu’œuvrer pour sa nation et pour son identité passe pour Leccafondi par la traversée d’un espace hostile, par un voyage symbolique au pays de l’autre – l’ennemi, l’étranger, le défunt : trois modalités successives de l’altérité.

53Ces différents voyages se déroulent selon deux phases : le parcours, le voyage-déplacement, moment de la poésie qui traduit littérairement l’éloignement du connu, puis le séjour, le voyage-dépaysement, moment de l’enseignement qui, encore une fois, vient de l’autre – Brancaforte, Dédale, les ombres - et prend toujours la forme d’une désillusion.

54Si le voyage, avancée vers l’inconnu fantasmé, est l’action d’aller au-devant de son illusion pour lui donner forme, le voyage des Paralipomeni aboutit au contraire à sa dissipation, le savoir trouvé par le voyage n’étant jamais un acquis mais toujours une perte – conformément d’ailleurs au postulat épistémologique de Leopardi :

  • 7  Cette définition négative du savoir rappelle celle qu’on trouve dans le poème de Leopardi Ad Angel (...)

Ed imparar cred’io che le più volte
Altro non sia, se ben vi si guardasse,
Che un avvedersi di credenze stolte
Che per lungo portar l’alma contrasse,
E del fanciullo racquistar con molte
Cure il saper ch’a noi l’età sottrasse ;
Il qual già più di noi non sa né vede,
Ma di veder né di saper non crede (IV, 19).7

55Apprendre, c’est perdre un faux savoir. Voyager a pour but ultime de perdre l’idée d’un but au voyage.

56Ici, le fruit du voyage est contraire à ce qui était recherché : Leccafondi voulait obtenir la voix au chapitre, la reconnaissance, l’identité du rat – et ses découvertes sont au contraire la loi du plus fort, l’indifférence, le Néant.

57Mais le voyage du rat n’en est pas pour autant un voyage raté... Pour être amer, le fruit du voyage n’en est pas moins une conquête et, cette conquête, on ne peut la recueillir qu’en traversant la peur. On peut d’abord penser que la lâcheté des rats n’est qu’un élément de comique ou un point de satire pour dénoncer l’idéalisme incapable de passer à l’action. A la lumière d’une lecture plus psychologique, il se pourrait que la peur ait davantage une fonction initiatique ou tout simplement qu’elle soit le véritable espace du voyage.

58Le voyage symbolique des Paralipomeni est un voyage à travers l’angoisse pour découvrir une vérité incompatible avec l’affirmation de son identité.

59Quant aux différents types de déplacements qu’adopte le voyage, on a vu qu’ils vont non seulement vers les profondeurs mais vers l’approfondissement de la désillusion.

60Les voyages terrestres sont liés au monde “humain” (c’est-à-dire “topesco”) et ont pour modalité la fuite, l’errance, l’aller-retour – qu’on associe facilement à l’inconscience, à l’erreur, à l’absurde. La traversée de l’eau représente la coupure par rapport au monde social ; le voyage aérien la prise de recul qui est éloignement des vicissitudes historiques et du temps tout court. Enfin le voyage sous-terrain est une enquête dans les profondeurs du monde métaphysique que l’on découvre immobile. Les “voyages” des hommes ou des rats apparaissent alors comme une vaine agitation, leur quête une quête sans but, ce que comprennent les morts et le sage Assaggiatore.

  • 8  Une impasse qui n’est pas seulement celle d’un moment historique, et qui n’est pas seulement celle (...)

61Les Paralipomeni commencent par une fuite et finissent par une impasse. Entre les deux apparaît le contraste entre l’idéaliste qui bouge (Leccafondi) et le sage immobile (Assaggiatore, imitateur des morts). La conquête de la sagesse est le voyage métaphorique de la fuite à l’impasse8, le mouvement qui tend vers l’immobilité.

62Voyager est synonyme de rechercher une identité, mais encore une vérité, un sens (ici : vérité sur son destin, sens de l’action). Or les voyages de Leccafondi sont des allers-retours, des retours à la case départ, avec une conquête qui frustre la quête car la vérité trouvée est l’absence de sens qui fait regretter le voyage.

63Le voyage leopardien pourrait alors n’être que le parcours inutile vers le regret d’une illusion perdue (l’illusion qu’était le point de départ), si ce n’est que le voyage oblige à surmonter l’angoisse et à comprendre le sens de l’immobilité. Si l’on n’a pas fait la conquête de soi en trouvant son identité, on a au moins fait une conquête sur soi : peut-être l’acceptation de l’inévitable échec et le souvenir d’un espace poétique traversé.

Haut de page

Notes

1  La première édition des Paralipomeni sortit chez l’éditeur parisien Baudry en 1842.

2  Perle Abbrugiati, Leopardi entre unité et uniformité, in « Dialogue », Montpellier, à paraître.

3  C’est la lecture qu’ont le plus souvent privilégiée les lecteurs des Paralipomeni ; cf. Walter Binni, auteur d’un essai intitulé Il “libro terribile”, in La nuova poetica leopardiana, Firenze, Sansoni, 1947, p. 133-161 de l’édition de 1962.

4  L’édition de référence pour les citations est : Giacomo Leopardi, I Paralipomeni della Batracomiomachia, a cura di Giorgio Cavallini, Genova, Congedo editore, 1987. Une édition plus ancienne est parue à Turin, chez Loescher, en 1970 (a cura di Eugenio Boldini). Le texte intégral des Paralipomeni figure également dans Giacomo Leopardi, Poesie e prose, a cura di Rolando Damiani e Mario Andrea Rigoni, Milano, Mondadori, « I Meridiani », 1987 ; ainsi que dans Giacomo Leopardi, Tutte le opere, a cura di Walter Binni con la collaborazione di Enrico Ghidetti, Firenze, Sansoni, 1969.

5  On voit bien que la rédaction des Paralipomeni est à peu près contemporaine de celle de La Ginestra. Le rapprochement s’impose entre ce passage et les vers 226-230 de la strophe 5 du célèbre poème des Canti où les ravages du Vésuve provoquent la disparition et la superposition des civilisations :

(...) onde su quelle or pasce
La capra, e città nove
Sorgon dall’altra banda, a cui sgabello
Son le sepolte, e le prostrate mura
L’arduo monte al suo pié quasi calpesta.

6  Cf. VIII, 50, 51.

7  Cette définition négative du savoir rappelle celle qu’on trouve dans le poème de Leopardi Ad Angelo Mai :

Ahi, ahi, ma conosciuto il mondo
Non cresce, anzi si scema, e assai più vasto
L’etra sonante e l’alma terra e il mare
Al fanciullin, che non al saggio, appare [...]
Ecco tutto è simile e discoprendo,
Solo il Nulla s’accresce (vers 87-90 ; 99-100).

8  Une impasse qui n’est pas seulement celle d’un moment historique, et qui n’est pas seulement celle de l’Histoire en tant que telle (cf. mon précédent article, cité note 2 : Leopardi, comme Foscolo trente ans avant lui dans les Ultime Lettere di Jacopo Ortis, traduit dans les Paralipomeni le sentiment d’une impasse politique qui paralyse les Italiens libéraux ; et, bien au-delà de la conjoncture, les Paralipomeni suggèrent que l’Histoire tout entière est le terrain de l’échec humain) ; mais une impasse qui est de nature ontologique, puisque toute solution politique ou individuelle est à chercher dans un espace métaphysique qui n’est que Néant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 1, Voyager à la découverte de… XVIIIe-XXe siècles, 1997

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Quêtes, enquêtes et conquêtes : Les voyages des Paralipomeni della Batracomiomachia de Leopardi », Italies [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3437 ; DOI : 10.4000/italies.3437

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org