Navigation – Plan du site

Luigi Alamanni et la France

Théa Picquet
p. 87-112

Résumé

Luigi Alamanni (Florence 1495-Amboise 1556) est un témoin privilégié de la crise politique de la cité du lys. Son voyage en France est un voyage d’exil. Aussi, après avoir rappelé le contexte historique et défini les grands traits de la vie de Luigi, notre propos s’attache à étudier l’état d’esprit du poète : tout d’abord le rejet del’altérité, puis la recherche de ses semblables et enfin l’intégration dans le pays d’accueil et l’éloge de ses généreux hôtes. En fait, notre Républicain semble avoir eu deux vies : une vie italienne et civique et une vie française et courtisane, par laquelle il a contribué à établir l’influence italienne sur les Lettres françaises. Nous fondons notre étude sur les Versi e prose, les Satire, L’Avarchide et sur Girone il Cortese.

Haut de page

Texte intégral

1« François par la grâce de Dieu roy de France, conte de Prouvence, Forcalquier et terres adjacentes, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Comme nostre plaisir a esté et soyt fere don à notre chier et bien aimé Messire Loys Alamanni, à sa vie durant, du jardin à nous appartenant, assis pres les murs de nostre ville d’Aix, tant pour plusieurs services par luy à nous faictz et esquelz il y persiste par chescun jour et sperons qu’il fera si apres, que pour certaines autres causes a ce nous mouvans... savoir faysons que pour considérations desdictz grans, louables, vertueux et agréables services à nous faictz par ledict Messire Loys Alamanni en plusieurs manières... donnons et octroyons par ces présentes, à sa vie durant, notre dict jardin d’Aix, avec toutes et chescunes ses appartenances, ensemble les maysons, moulins, ediffices, pres, vinhes ... pour en jouyr par ledict Alamanni et en prendre et percevoir les fruictz et revenuz et esmolumens sa dicte vie durant... »

  • 1 Don du Jardin du roi, sis près d’Aix ; 11 juillet 1531. Archives départementales Bouches du Rhône, (...)

2Cette lettre patente datée du 11 juillet 15311 atteste combien Luigi Alamanni était apprécié par François premier.

3Cependant, il s’agit d’un étranger, d’un florentin séjournant en France. En réalité, le voyage de notre homme est un voyage d’exil. Aussi, après avoir rappelé le contexte historique et défini les grands traits de la vie de Luigi, notre propos s’attachera à étudier l’état d’esprit du poète : tout d’abord le rejet de l’altérité, puis la recherche de ses semblables et enfin l’intégration dans le pays d’accueil et l’éloge des généreux hôtes.

4Né à Florence en 1495, Luigi Alamanni est un témoin privilégié de la crise politique de la ville qui voit deux fois la chute de la République et deux fois le retour des Médicis.

5En effet, en 1494, Pierre II, le fils de Laurent le Magnifique, est chassé par les citoyens mécontents de la situation guère brillante dans laquelle se trouve la cité du lys. Toutefois, la ruine des Médicis n’est totale ni sur le plan politique ni sur le plan économique et la population est divisée en trois parties : les partisans des Médicis, qui cherchent à assurer le retour de Pierre, leurs adversaires irréductibles, les “Enragés”, qui soutiennent le régime oligarchique, et la masse des gens de toutes catégories, bouleversée par les prédications du dominicain Jérôme Savonarole, qui appelle sur la ville le châtiment purificateur et ébranle les bases intellectuelles et morales établies précédemment. Le moine, qui voit en Charles VIII le pacificateur de l’Italie et l’homme capable de restaurer la dignité de l’Eglise, réussit à créer un courant de sympathie pour le monarque et se sert de son propre prestige pour donner à la ville une constitution à la vénitienne et promouvoir avec le bas clergé une réforme des mœurs corrompues. Dans les années 1494- 1498, son but est de faire de Florence une ville chrétienne par excellence.

6Mais à cette action s’oppose le pape Alexandre VI Borgia, qui excommunie le dominicain, et les membres de l’aristocratie et de la riche bourgeoisie naturellement hostiles au gouvernement populaire instauré par Savonarole. La retraite de Charles VIII, à qui le moine a maintenu son soutien, fait exploser la lutte entre les factions. Savonarole perd l’appui du gouvernement et, en 1498, il est exécuté. Il reste cependant l’homme qui, bien qu’en s’inspirant d’une religiosité médiévale et d’idéaux irréalisables, a eu l’intuition de l’importance d’une large participation populaire à la vie politique.

7Après la chute de Savonarole, la situation de Florence ne s’améliore pas. Aussi, pour pallier les difficultés dues à la guerre contre Pise, à l’expédition de Louis XII et aux ambitions de César Borgia, les Enragés, au pouvoir depuis 1498, recherchent une nouvelle stabilité en donnant à Florence, en 1502, à la place d’un gonfalonier qui changeait tous les six mois, un gonfalonier à vie, en la personne de Piero Soderini. La République aristocratique affirme ensuite sa fidélité à la liberté en faisant sculpter par Michelange, en 1504, le célèbre David, qui est placé à la porte du palais de la Seigneurie, et en faisant peindre par Léonard de Vinci et par Michelange, dans la grande salle du Palais, les deux batailles où Florence avait su préserver sa liberté, à Anghiari et à Cascina.

8Cependant, le départ de Louis XII, après la bataille de Ravenne, laisse Florence en proie à ses ennemis, le pape et le roi d’Aragon. La milice florentine, organisée par Machiavel, ne peut résister aux troupes espagnoles. Florence capitule en 1512 et le pape Jules II lui impose le retour des Médicis, souhaité d’ailleurs par une grande partie de la riche bourgeoisie.

  • 2  Laurent le Magnifique eut trois fils : Pierre (1472-1503), Jean (1475-1521), futur pape Léon X, et (...)
  • 3  Jules (1478-1534) est le fils illégitime de Julien, frère du Magnifique. Futur pape Clément VII.
  • 4  Alexandre (1512-1537) serait le fils d’une domestique qui était au service des Médicis à Rome et d (...)

9Les institutions créées par Laurent le Magnifique sont rétablies et le cardinal Jean constitue une commission exceptionnelle qui gouverne avec des pouvoirs dictatoriaux et nomme tous les fonctionnaires. Paradoxalement, c’est en obtenant le chapeau de cardinal pour l’un de ses fils que Laurent avait assuré la domination de sa famille sur Florence. En effet, Jean de Médicis avait infléchi la politique pontificale dans le sens de la restauration de sa famille et il était déjà seigneur de Florence lorsqu’il fut élu pape en 1513, sous le nom de Léon X. À Florence, le pouvoir est alors exercé par son neveu, Laurent duc d’Urbin2. À la mort de celui-ci, le gouvernement passe dans les mains de Jules, son cousin3 cardinal, il devient pape à son tour, en 1523, sous le nom de Clément VII et gouverne alors Florence par l’intermédiaire du cardinal Passerini da Cortona, au nom des deux enfants bâtards, Alexandre et Hippolyte, les derniers descendants de Laurent4.

  • 5  J. R. Hale, Firenze e i Medici. Storia di una città e di una famiglia. Milano, Mursia, 1980, p. 14 (...)

10Mais, Clément VII entraîne Florence dans sa politique hostile à Charles Quint et, en 1527, au lendemain du Sac de Rome par les troupes impériales, la cité du lys se soulève au nom de la liberté, chasse les Médicis5 et rétablit un régime inspiré de celui de Savonarole. Niccolò Capponi, élu gonfalonier pour un an, fait proclamer Jésus-Christ roi de Florence. Toutefois, ce régime ne peut survivre à la réconciliation du pape et de l’Empereur au Congrès de Bologne en 1529, qui a pour conséquence le rétablissement des Médicis à Florence au profit d’Alexandre, fils incertain du duc d’Urbin. La république résiste onze mois au siège des armées impériales et pontificales réunies, avant de capituler le 12 août 1530. Les ennemis des Médicis sont exilés et un "Parlement", réuni sur la Place de la Seigneurie, décide par acclamation la restauration de la vieille famille, qui établira cette fois son pouvoir sur la base monarchique.

  • 6  Côme Premier (1518-1574) est le fils de Jean des Bandes Noires, issu d’une branche cadette des Méd (...)

11Alexandre de Médicis fait donc son entrée dans la ville comme chef de l’Etat florentin, et se fiance à Marguerite d’Autriche, la fille naturelle de Charles Quint. La nouvelle constitution de 1532 donne les pleins pouvoirs au duc. Il préside les Conseils et l’initiative ainsi que l’application des lois sont soumises à son autorité. L’assassinat du duc Alexandre par Lorenzino, le Lorenzaccio de Musset, n’aboutit qu’à la disparition d’une personne et non à celle d’une dynastie. En effet, son successeur, Côme Premier6, exerce son pouvoir en s’appuyant sur l’Espagne (par son mariage avec la fille du Vice-roi de Naples, il resserre en effet les liens avec la famille espagnole) et se comporte en vassal de l’Empire. Progressivement, son pouvoir se renforce et le duc devient le maître de l’Etat toscan. Enfin, en 1559, il prend le titre de Grand-duc de Toscane, officialisant ainsi l’évolution du régime vers le pouvoir absolu.

  • 7  Voir La Vita di Luigi Alamanni scritta dal Conte Giammaria Mazzuchelli, in La Coltivazione di Luig (...)

12Ces bouleversements de Florence, Luigi Alamanni les vit au premier degré, comme le témoigne l’étude de sa biographie7.

  • 8  Mazzuchelli indique la date du 28 octobre, ce que conteste Hauvette en s’appuyant sur le Libro d’e (...)

13Luigi voit le jour à Florence le 3 octobre 14958. Il est le fils de Piero di Francesco Alamanni, alors âgé de soixante et un ans et de sa quatrième épouse, Ginevra di Jacopo di Bernardo Paganelli. Aux XVe et XVIe siècles, la famille habite Via de’ Bardi. Son père, fidèle au parti des Médicis, remplit de nombreuses fonctions publiques : il est podestat de Pistoie et de San Gimignano, capitaine du peuple à Pise ; Laurent le Magnifique lui confie les ambassades de Milan, de Rome et de Naples. Il est également gonfalonier pendant les mois de juillet et d’août 1490, puis en mars et avril 1512.

  • 9  Giammaria Mazzuchelli, La Vita di Luigi Alamanni , édition citée, p. 7 : "... applicossi Luigi sin (...)
  • 1 0 Cf. Von Albertini, Rudolf, Firenze dalla Repubblica al Principato. Storia e coscienza politica, T (...)
  • 1 1 Édition citée ci-dessus, p. 18.

14Nous avons peu de renseignements sur l’enfance de Luigi, si ce n’est l’allusion de Mazzuchelli aux talents précoces de notre auteur9. Par contre, il est certifié que Luigi jouit de l’éducation humaniste de la jeunesse dorée de Florence : il fréquente le “Studio”, c’est-à-dire l’Université, où il suit les cours de Francesco Cattani da Diacceto, platonicien célèbre, tout comme les jardins Rucellai, les fameux “Orti Oricellari”, lieu de rencontre des esprits les plus cultivés de l’époque. On trouve en effet aux côtés de Francesco Cattani da Diacceto les fils de l’aristocratie, réunis autour de Cosimino : Luigi Alamanni, Zanobi Buondelmonti, Battista della Palla, Alessandro de’ Pazzi et Filippo de’ Nerli. Antonio Brucioli, Donato Giannotti, Jacopo Nardi et surtout Machiavel, mais aussi Filippo et Lorenzo Srozzi proviennent au contraire de la bourgeoisie10. Les sujets des entretiens sont très variés et passent de la philosophie à la littérature et à la politique. Henri Hauvette insiste sur la modernité des participants, affirmant que11 :

La génération nouvelle se sentait très italienne, et à sa façon, très moderne : il ne lui déplaisait pas d’opposer même aux plus grands écrivains de l’Antiquité certains auteurs, comme Pétrarque et Boccace, dont elle entretenait jalousement le culte ; elle demandait aux Anciens des enseignements d’un caractère essentiellement pratique et d’une application immédiate, pour corriger et perfectionner ce qu’elle apercevait d’incomplet et de défectueux dans les idées, dans la langue et dans l’art de son temps.

15Et il ajoute :

16« Pendant que Machiavel inaugurait la science toute moderne de la politique en méditant sur l’histoire de Rome, les poètes s’adressaient aux Grecs et aux Latins pour recevoir des leçons de poésie italienne ».

  • 1 2 Henri Hauvette, Édition citée, p. 24, emprunte ce renseignement aux sentences prononcées contre L (...)

17Cependant, pour assurer le quotidien, Luigi entre dans l’industrie de la laine12. Puis, en 1516, à l’âge de 21 ans, il épouse Alessandra Serristori, qui ne suivra pas son mari en exil.

  • 1 3 Édition citée p. 9 à 13 : "Scrive l’Ammirato (dans les Istorie fiorentine , par. II, p. 345), ch’ (...)

18Cela dit, il nous semble difficile de comprendre comment les “Orti Oricellari” deviennent un foyer de conspirateurs contre le gouvernement et plus particulièrement contre le cardinal Jules de Médicis. En effet, Bernardo Rucellai n’était autre que le beau-frère de Laurent le Magnifique et c’est sous la protection des Médicis que l’Académie platonicienne revivait dans les Jardins Rucellai. Pour quelle raison des jeunes gens ayant reçu des faveurs des oppresseurs conspirent-ils contre eux pour la liberté de leur patrie ? La réponse donnée par Giammaria Mazzuchelli13 paraît invraisemblable : il affirme en effet que Luigi Alamanni se serait vengé d’une amende qu’il devait payer pour avoir porté des armes, désobéissant ainsi aux ordres du cardinal . Quoi qu’il en soit, le complot prévoit l’assassinat de ce dernier et c’est tout à fait par hasard si un courrier au service des conspirateurs, Francesco d’Asti, est arrêté à Florence. À la suite de quoi, le 22 mai 1522, Jacopo da Diacceto est arrêté ; soumis à la torture, il avoue le but du complot et donne tous les renseignements voulus. La répression est sanglante : Jacopo da Diacceto et Luigi di Tommaso Alamanni, le cousin de Luigi, sont décapités le 7 juin 1522, alors qu’Antonio Brucioli, Zanobi Buondelmonti et notre Luigi ont à peine le temps de s’enfuir, mais sont déclarés rebelles, leurs biens confisqués et leur tête mise à prix.

  • 1 4 Cf. sa lettre écrite de Toulon le 18 mai à Zanobi Buondelmonti : Henri Hauvette, Édition citée, A (...)
  • 1 5 Cf. sa lettre, datée du 15 août 1525 : Henri Hauvette, Édition citée, Appendice II, n° 34, pp. 48 (...)

19Vient alors l’exil, d’abord à Venise, refuge de tous les opposants politiques, puis en France, où de nombreux compatriotes florentins avaient trouvé fortune et honneurs auprès de François Ier et où les conspirateurs pouvaient compter sur Battista della Palla, qui avait les faveurs de la cour pour les œuvres d’art qu’il y avait introduites, et sur Piero Soderini, nommé évêque de Saintes. Durant ce premier séjour en France, Alamanni partage son temps entre la Provence, Lyon et la cour qu’il suit dans ses déplacements. Mais il espère surtout délivrer Florence avec l’aide du roi qui multiplie ses promesses de conquête de l’Italie. Cependant, déçus par la vanité de celles-ci, ainsi que par leur situation économique de plus en plus incertaine, les proscrits voient l’effondrement de tous leurs espoirs lorsque l’armée française se retire. C’est en Provence qu’ils apprennent l’élection du cardinal de Médicis à la papauté, c’est encore en Provence qu’ils connaissent l’amertume d’un exil accentué par les embarras financiers. De cette période très obscure de la vie d’Alamanni, nous savons seulement qu’il n’a reçu aucune mission déterminée de François Ier et que son état d’esprit est des plus pessimistes. Cela dit, en mai 1525, on le trouve à Toulon, prêt à s’embarquer pour délivrer le roi de France qui devait être conduit en Espagne ou à Naples14, mais trois mois plus tard il est toujours à Toulon, où il doit prendre la mer en compagnie de Marguerite15, la soeur du roi, qui partit effectivement d’Aigues-Mortes le 27 Août pour aller rencontrer son frère et traiter avec Charles Quint. D’autres expéditions en mer suivent, qu’Henri Hauvette justifie par les relations qu’entretient alors Alamanni avec le célèbre amiral génois, Andrea Doria. La dernière année d’exil, notre poète la passe selon toute vraisemblance en Provence, auprès du trésorier Buonaccorsi et de Batina Larcara Spinola, et à Lyon, auprès de ses amis les marchands florentins.

20Malgré le manque de renseignements existants, le bilan de ce premier séjour, de 1522 à 1527, permet de souligner la déception de notre poète, car, lorsqu’il quitte la France il y laisse toutes les illusions des Florentins qui comptaient sur François premier pour libérer leur cité du joug des Médicis.

  • 1 6 Varchi, Benedetto, Storia Fiorentina, Firenze, Successori Le Monnier, 1888, Tome I, Livre V, chap (...)
  • 1 7 Varchi, Benedetto, Édition citée, Tome I, Livre VIII, chapitre 8, pp. 383, 384 : "L’ Alamanni tra (...)
  • 1 8 Hauvette, Édition citée, Appendice II, n° 40, p. 494.
  • 1 9 Hauvette, Édition citée, Appendice III, n° 17, Lettre des "Dieci di libertà" à Luigi Alamanni, à (...)

21Quoi qu’il en soit, en 1527, Florence chasse les Médicis pour la seconde fois et le Grand Conseil est rétabli. Les condamnés politiques bénéficient d’une amnistie générale et Alamanni est l’un des premiers proscrits à rentrer au pays. Il se met tout de suite au service de la cité et lorsque la question se pose, Luigi n’hésite pas à déconseiller l’alliance française16, rappelant les échecs successifs du roi de France et l’intérêt très limité que le monarque porte à Florence. Cette attitude clairvoyante de notre écrivain est très mal perçue par ses compatriotes qui s’obstinent à voir en François Ier un secours providentiel et vont jusqu’à soupçonner Alamanni de travailler pour les Médicis. Nouvelle source de contrariété qui s’ajoute à la douleur de voir sa ville ravagée par les épidémies de peste, qui le privent de son ami de toujours, Zanobi Buondelmonti. En 1528, Alamanni participe cependant à la mise en place de la milice, chère à Machiavel : il est l’un des orateurs désignés et prononce son “Oratione al popolo fiorentino”17 dans l’église Santa Croce ; mais son succès est médiocre, car la voix de Luigi n’est pas assez forte pour se faire entendre et Varchi précise que son discours fut publié aussitôt. Par contre, il réussit davantage grâce à ses qualités diplomatiques puisqu’il devient “orateur florentin” à Gênes. Il accompagne d’ailleurs Andrea Doria à Barcelone, où il apprend que le pape négocie avec l’Empereur le retour des Médicis à Florence18. Plus tard, le gouvernement florentin lui confie la mission de représenter la République auprès de Charles Quint, mais cette démarche n’aboutit pas : l’empereur répond en effet qu’il remet le sort de la cité du lys entre les mains du pape. Pendant le siège de Florence, l’aide qu’Alamanni offre à sa patrie est du même ordre : il est envoyé en ambassade auprès de François Ier, avec l’espoir qu’il rapportera des “faits et non des propos en l’air”19. C’est encore notre écrivain qui fait savoir à Florence que les marchands florentins de Lyon peuvent être des bailleurs de fonds. Ainsi, dans toutes ces négociations, Alamanni apparaît comme un intermédiaire indispensable.

  • 2 0 Hauvette, Édition citée, Appendice III, n° 25, Lettre des "Dieci di Libertà" à Alamanni, 25 juill (...)
  • 2 1 Varchi, Benedetto, Storia Fiorentina, Firenze, Successori Le Monnier, 1888, Livre XII, chapitre X (...)

22C’est pourquoi, lorsque sa ville est assiégée, Luigi se trouve en France où il plaide la cause de Florence auprès du roi, à Angoulême20. Mais il est certainement en Provence quand un nouveau bannissement le frappe, de trois ans cette fois, assorti d’une condamnation à mort s’il ne se soumet pas à la sentence. Le séjour qui lui est assigné est justement la Provence21, peut-être parce que Luigi y était à ce moment-là. Pour la seconde fois, il est donc chassé de son pays et dans des conditions pires que les précédentes, puisque ses amis ne l’accompagnent pas : Zanobi Buondelmonti a succombé à la peste, Battista della Palla est emprisonné à Pise et Antonio Brucioli exilé à Venise. Pour notre auteur, c’est l’exil définitif et, à Florence, les libraires qui vendent ses œuvres s’exposent à des poursuites.

  • 2 2 Mazzacurati, Giancarlo, 1528-1532 : Luigi Alamanni, tra la piazza e la corte, dans L’écrivain fac (...)
  • 2 3 Cellini, Benvenuto, Vita , Florence, M. O. Bacci, 1901, p. 92.

23La vie de Luigi Alamanni connaît alors un tournant d’importance, puisqu’il passe de “la piazza” à la “corte”, comme le déclare à juste titre Giancarlo Mazzacurati22. Luigi choisit donc la seule voie possible, la voie courtisane, et s’emploie à entrer en grâce auprès de François Ier. Il commence par lui offrir une médaille représentant Atlas, que Benvenuto Cellini avait créée pour Francesco Ginori, accompagnée de poésies écrites en son honneur23.

  • 2 4 Hauvette, édition citée, Appendice III, n° 26, p. 538-539. Lettre patente en date du 21 juin 1531 (...)
  • 2 5 Hauvette, Édition citée, pp. 101 -102.
  • 2 6Idem, p. 102.
  • 2 7Idem, p. 101.

24Notre poète semble très apprécié par le monarque qui lui octroie ses largesses : ainsi, outre les revenus du “Jardin du roi” à Aix, Luigi jouit de la “Chatellenie, terre et seigneurie de Tullins”, dans le Dauphiné24, que François Ier met à sa disposition pour le récompenser d’avoir “tenu son parti” et en compensation des services rendus, avec le souhait de “l’aider à vivre honnêtement”. Le roi lui verse également de l’argent à plusieurs reprises. Ainsi, le 30 novembre 1531, quinze cents livres lui sont accordées pour “envoyer quérir à Venise des fers pour imprimer aucuns livres italiens et pour les frais d’icelle impression”25. Le 17 novembre 1532, une somme égale lui est versée en dédommagement des frais engagés pour imprimer à Lyon “ses œuvres et compositions toscanes”26. Deux jours plus tard, il reçoit un cadeau de mille écus “en récompense de services rendus au roi”27.

  • 2 8Idem, p. 506. Appendice II, n° 62. Il s’agit d’une lettre de Luigi Alamanni à Francesco degli Albi (...)
  • 2 9 Lettre de Giovan Tommaso Manfredi au duc Alphonse premier d’Este, datée de Paris le 26 juin 1531, (...)

25En bref, notre poète trouve en France un accueil dont tout artiste pouvait rêver. Sa vie se partage entre la Provence où il passe l’hiver et la cour qu’il rejoint au printemps et qu’il suit dans ses déplacements, visitant ainsi différentes régions de France. Il passe d’ailleurs pour jouir d’une certaine autorité à la cour et on sollicite ses faveurs, tel ce compatriote, Francesco degli Albizzi, résidant à Lyon, qui lui demande d’intervenir auprès du roi28. Le témoignage de Giovan Tommaso Manfredi29 montre combien notre poète était apprécié. Il rapporte en effet les paroles de François Ier à un ambassadeur du pape Clément VII :

Votre maître se plaint, dit-il, que je prenne sous ma protection un rebelle, un conspirateur, qui a quitté la résidence dont une condamnation récente lui avait enjoint de ne pas s’éloigner ? C’est bien plutôt à moi de me plaindre, si le pape, en assignant à Alamanni le séjour en Provence, a pré­tendu faire de mon royaume une prison. Ai-je à lui rendre compte de mes actes ? Je suis libre d’accorder ma protection à qui bon me semble, et de récompenser à ma guise ceux qui le méritent.

  • 3 0 Hauvette, Édition citée, Appendice III, n° 28, p. 540- 541. Lettre patente.

26Luigi est d’ailleurs très libre de ses mouvements, puisqu’on le retrouve en Italie, à la suite du cardinal Hippolyte d’Este, “le cardinal de Ferrare”, assidu à la cour de France. À Rome, Naples, Ferrare et Padoue, notre florentin entre en contact avec les intellectuels de l’époque, plus particulièrement avec l’Aretin, Benedetto Varchi, Pietro Bembo, Vittoria Colonna et Annibal Caro. À son retour, le roi lui octroie la seigneurie de Castellane, le 26 février 154130.

  • 3 1Vita di Luigi Alamanni , édition citée, chapitre XVI, pp. 34 à 37.

27Au cours de ces années 1539-1544, Alamanni accomplit de nombreuses missions diplomatiques au service de son pays d’accueil : ambassades à Venise, à Gênes et même auprès de Charles Quint. Il convient à ce propos de rappeler l’anecdote selon laquelle l’Empereur aurait récité par cœur deux vers d’Alamanni le concernant. Giammaria Mazzuchelli31 raconte en effet que

  • 3 3 On lit en effet dans l’Eglogue XIII de Luigi Alamanni : "...l’uccel di Giove/ Che per più divorar (...)

Avendo (l’Alamanni) dunque una mattina udienza in presenza di molti gran personaggi, nel progresso del ragionamento entrò nelle lodi di quel Monarca, incominciando dalla parola Aquila alcuni periodi. Lo ascoltò Cesare con somma attenzione, mirandolo di continuo fissamente ; poi vedendo, ch’egli era già in fine di quella ripetizione, con volto, e guardo sereno soggiunse : L’Aquila grifagna, / Che per più divorar due becchi porta.33

28Tout autre que notre poète aurait pu être troublé d’un tel rappel, mais Luigi ne perd pas son sang-froid et répond :

Io allora, Magnanimo Principe, scrissi come poeta, al quale è proprio, non che lecito, il favoleggiare, ed il fingere ; ora io ragiono come Ambasciatore, ai quali si disconviene per tutti i modi il mentire.

29Puis il ajoute :

Allora scrissi come giovane, ora parlo come vecchio.

  • 3 4 Certains historiens lui attribuent le prénom de Maddalena.
  • 3 5 Lettre du 21 novembre 1547 adressée par l’évêque de Cortone à Côme premier, Archives de Florence, (...)

30Sa situation se stabilise lorsqu’au printemps 1543 il épouse en secondes noces Elena Bonaiuti34, “dame d’atours” de la dauphine Catherine de Médicis. En effet, ce mariage augmente le crédit de notre poète à la cour et l’année suivante il obtient la charge de maître d’hôtel de ladite dauphine. Sa fortune est assurée pour lui et pour ses fils qui bénéficient de faveurs équivalentes : Battista, qui avait choisi la voie ecclésiastique, obtient en 1545 l’abbaye de Belleville, dans la région lyonnaise, et, en 1555, Niccolò reçoit de Catherine de Médicis le commandement de deux galères envoyées au secours de Gênes, devient vice-amiral et ensuite maître du palais royal. En outre, lorsque Catherine de Médicis devient reine, elle s’entoure d’exilés florentins mécontents de la politique de Côme et l’influence de notre poète devient de plus en plus importante, à tel point que Ricasoli, l’ambassadeur florentin à la cour, se plaint de l’ascendant néfaste de ceux-ci qui présentent toujours les actions du gouvernement florentin sous un jour défavorable35.

31Ainsi, c’est à la cour, à Amboise, que Luigi Alamanni s’éteint le 18 avril 1556, comme l’écrit Mazzuchelli :

  • 3 6 Mazzuchelli, édition citée, p. 40.

... ritrovandosi egli nel 1556 in Amboise, ov’era la Corte del Re Cristianissimo, morì quivi de dissenteria a’ 18 d’Aprile di detto anno, essendo in età di 60 anni, cinque mesi, e 21 giorni ; ed ebbe sepoltura a Parigi nella chiesa de’ Cordiglieri...36

32Benedetto Varchi compose son épitaphe et divers écrivains lui rendent hommage, Antonio Allegretti lui dédie un sonnet qui commence en ces termes :

  • 3 7Idem, p. 42.

Dunque è vero ? oimè ! dunque è partita
Del mondo al maggior uopo alma sì bella,
Ch’era in quest’alta orribile procella
Polo a’ Toschi nocchieri, e calamita ?37

33Bref, la vie de Luigi Alamanni peut se diviser en deux périodes : la période italienne, où il est au service des institutions florentines républicaines, et la période française où il embrasse la carrière du courtisan. Cependant, au cours de ses séjours en France, son état d’esprit passe du rejet de l’altérité à la recherche des siens et finalement à l’intégration dans le pays d’accueil.

  • 3 8 Voir Versi e Prose di Luigi Alamanni , édition citée, pp. 238 à 291, mais aussi Sette libri di sa (...)

34Le rejet de l’altérité est surtout manifeste dans les Satire38, écrites pendant son premier séjour en Provence et où l’amertume de l’exilé est particulièrement forte.

  • 3 9Satira decima, Versi e prose, édition citée p. 277 à 281. Cette même satire porte le numéro 8 dans (...)

35Alamanni manifeste tout d’abord son mépris des provençales, qui selon lui ne sont pas sensibles aux qualités des hommes, mais à leurs richesses39 :

Ma quel che andar mi fa pien d’ira e sdegno,
E’ ’l trovar fra le donne un tal costume
Torto nel tutto dal diritto segno.
Io mancherò di dir come ogni lume
Di valor, di virtù, di gentilezza
Fugga da lor, come dall’alpi il fiume.
Qui tra i servi d’amor s’annulla e sprezza
Nobiltà d’alma, lealtade e fede,
Quanto gemme e tesor si onora e prezza.

36Il ajoute que pour les séduire, il suffit qu’elles vous croient riches :

Qui non bisogna ordir sottil lavoro,
Per adempir le sue bramose voglie,
Che ricchezze mostrar basta con loro.

37Il cite d’ailleurs son cas personnel et se plaint de l’attitude de ces femmes qui imaginent qu’il cache sa fortune et l’importunent alors davantage :

E bench’io il giuri, allor pensa ella ch’io
Saggio più d’altri le ricchezze asconda,
E più le vien d’incendermi desio...

38En fait, tout le choque en elles, et plus particulièrement leur abus du baiser :

  • 4 0 Satire X.

Et di dolci baciar gli accesi amori
Pascon sovente, che in men pregio gli hanno,
Che non ha il porco i più soavi odori40

  • 4 1 Satire XII, Versi e Prose , édition citée, tome I, p. 286 : "Non sono in Francia, ove habbia scor (...)

39et la sévère comparaison de notre florentin ne nous paraît pas innocente, d’autant plus qu’il regrette les femmes de son pays. Il dénonce également les défauts des Français en général, leur légèreté, leur amour des plaisirs41, l’abandon des amis :

L’amico lusinghier doppio e fallace
Dir non saprei gentil, nè aperto e vero...

  • 4 2Idem

40écrit-il42

41François Ier lui-même est mis devant ses responsabilités :

Parlo a voi sol de’ Regal Gigli erede

  • 4 3Versi e Prose, édition citée, p. 244.

42clame-t-il dans la Satire II43.

  • 4 4 Satire I et V.
  • 4 5 Satire VI, p. 259, dont le titre est éloquent par lui-même : "Contro le donne" et que Sansovino ( (...)
  • 4 6Versi e Prose di Luigi Alamanni, édition citée, tome I, p. 143 et suivantes.

43En réalité, le mécontentement du proscrit n’épargne personne, ni les autres pays, ni la nature humaine dans son ensemble, puisqu’il dénonce aussi bien les erreurs et l’ignorance des hommes44 que l’immoralité de toutes les femmes45. Ce dénigrement systématique s’explique certainement par les vicissitudes de l’exil qui est tout d’abord solitude, comme l’exprime le chœur dans la traduction libre que Luigi fait de L’Antigone de Sophocle46 :

Costui vede ad ogni hora
Non sol sè posto in doglia,
Ma i chari figli suoi,
La pia consorte, e poi,
Lasso, de i fidi amici ancor si spoglia !

  • 4 7 Eglogue III, Versi e Prose, p. 60-64, et plus particulièrement ces vers de la page 64 : "Ecco che (...)
  • 4 8 Satire XI, édition citée, tome I, p. 281 : "Beato quel che in solitarie rive, / Lunge dal rozzo (...)
  • 4 9 Satire VIII, Versi e Prose, tome I, p. 272, dédiée à son épouse, Alessandra Serristori et résumée (...)
  • 5 0 Eglogue III, Versi e Prose, tome I, p. 60, où les deux amis sont évoqués sous les pseudonymes de (...)
  • 5 1 Satire XIII, Versi e Prose , tome I, p. 287 : "A Madonna Batista Larcara Spinola, per la morte di (...)
  • 5 2Selve VII, Versi e Prose p. 336 : "Poichè nuovo dolor quaggiù m’invola / Dal ragionar con voi, gra (...)

44Mais il est aussi éloignement et impuissance devant les maux de la patrie, selon les vers des Eglogues III et IV 47. Quoi qu’il en soit, le dénigrement du présent s’accompagne de la recherche d’une existence paisible à la campagne, "au milieu des ignorants, mais loin des perfides"48, du mépris d’un monde qui mesure l’estime à la richesse et de l’éloge de la pauvreté vertueuse, qui peut rappeler les sympathies savonaroliennes de Luigi49. Notre poète trouve également refuge dans le mysticisme, lorsqu’il pleure le supplice des deux conjurés50, Jacopo da Diacceto et Luigi di Tommaso Alamanni, son cousin, la disparition de son frère Lodovico51, la mort de Zanobi Buondelmonti52, de Machiavel ou de Filippo Strozzi. Il pense aussi au salut de son âme et compose sept Salmi penitenziali, un par péché capital, (qui sont d’ailleurs interdits par le Saint Office), et cinq Elégies sacrées.

45Ainsi, compte tenu de toutes les difficultés rencontrées, le premier voyage d’Alamanni en France se conclut par le rejet de l’altérité.

46Parallèlement, il recherche les siens en terre d’exil.

  • 5 3 Ainsi, la Satire IX, édition citée, p. 275, est dédiée à Giuliano Buonaccorsi, "tesauriere di Pro (...)
  • 5 4 Henri Hauvette, edition citée, pp. 484 à 488 : Lettres d’Alamanni et de Buondelmonti à Battista d (...)

47Il est tout d’abord en contact régulier avec les Florentins installés en France, et particulièrement les marchands de Lyon, auxquels il dédie certaines de ses œuvres, mais aussi avec Giuliano Buonaccorsi, leur “trésorier”53. En outre, il est accompagné dans tous ses déplacements par Zanobi Buondelmonti, à tel point qu’ils écrivent leurs lettres ensemble54.

  • 5 5Versi e Prose , tome I, p. 92 , Madrigal : Intra bianche rugiade e verdi fronde .
  • 5 6 Henri Hauvette remarque à juste titre que l’adjectif "chiara" accompagne très fréquemment le nom (...)
  • 5 7Stanze : In onore di Chiara Fermi , Versi e Prose, tome I, pp. 102 et suivantes.
  • 5 8 Elégies : Amor mi scorge, e con lui Cintia e Flora , Versi e Prose, tome I, p. 2 ; Ecco Cintia da (...)
  • 5 9 Elégie : Ben venga il leggiadro e verde maggio , tome I, p. 129 et suivantes et plus particulière (...)
  • 6 0 Hymnes IV et V, Versi e Prose, tome II, p. 94 et p. 98.
  • 6 1Versi e Prose, tome I, pp. 382 à 389, plus particulièrement.
  • 6 2 Henri Hauvette, Édition citée, p. 168.

48S’il recherche l’amitié de ses compatriotes, Luigi fait de même pour l’amour. Ainsi, toutes les femmes aimées, sauf une (il s’agit de “la vermiglia rosa”, une Parisienne rencontrée au bord de la Seine et qui ne comprenait pas l’Italien55), sont Italiennes. La première qu’il chante dans ses poésies, Flora, se serait appelée Chiara56 Fermo ou Fermi. Elle fait naître une passion très vive dans le cœur du poète, d’autant plus qu’il souffre à l’idée qu’elle est mariée57, mais l’exil met fin à cette liaison et, peu à peu, Flora s’identifie avec Florence, la patrie lointaine. Il s’éprend ensuite de Cynthia58, rencontrée en Provence, probablement en 1523. Luigi chante alors la Durance et la Sorgue59, sur les traces de Pétrarque et Cynthia devient sa Laure qui le console sur la terre d’exil, mais elle reste insensible à son amour, comme d’ailleurs à celui de Francesco Guidetti, ami de notre poète. Mais Cynthia quitte la Provence pour rentrer en Toscane, en 1525, ce qui permet de supposer que sous son nom se cache l’épouse d’un Florentin établi en Avignon. Cependant, Cynthia ne supplante pas Flora, mais souvent les deux noms sont associés dans le souvenir du poète. Alamanni finit par aimer la Provence grâce à une autre femme, Batina Larcara Spinola, “la Ligura Pianta”, comme il l’appelle. C’était une Gênoise qui demeurait aux environs d’Aix, à Pourrières ou à Saint-Maximin. Amie sûre dès 1526, elle est sa consolatrice et sa bienfaitrice. Notre poète célèbre les ancêtres de la dame60, la console du deuil d’une de ses soeurs et, lorsqu’il rentre à Florence, en 1527, il trouve le loisir de composer en son honneur des poésies, des sonnets61 et des “Selve” ; il lui avoue d’ailleurs qu’il a laissé une partie de son coeur en Provence. C’est donc à elle qu’il dédie la majeure partie de ses poésies amoureuses. Cependant, une vingtaine de sonnets pétrarquistes sont consacrés à une dame très en vue à la cour de Ferrare, où il l’a rencontrée dans les années 1539-1540 : il s’agit de Beatrice Pia, l’épouse de Gaspare degli Obizzi, à laquelle il fait une cour respectueuse. La liste des femmes aimées par notre poète trouve d’ailleurs sa place dans un poème de Varchi62, qui n’omet que "la vermiglia rosa", mais inclut la seconde épouse du poète, Elena Bonaiuti, cette jeune fille dont Alamanni tombe amoureux en 1540. Luigi avait d’ailleurs confié sa passion tardive à son ami et rendu grâce à Dieu qu’elle fût florentine.

49Bref, notre poète a cherché l’amour auprès des Italiennes. Il reste en fait très attaché à sa patrie, dans la nostalgie de ses paysages comme dans la douleur éprouvée devant la situation politique de la cité du lys.

  • 6 3 Sonnets : Il bel paese il loco ov’io già nacqui, Versi e Prose, tome I, p. 31 ; Quante io truovo (...)
  • 6 4 Sonnets : Superbo mar, che l’onorato seno , tome I, p. 54 et Rimanti oggi con Dio sacrato mare, t (...)
  • 6 5 Egloga, p. 60 et suivantes, "Anniversario della morte di Cosimo Rucellai" ; Egloga p. 64 et suiva (...)
  • 6 6 Sonnet Quanta invidia ti porto amica Sena.
  • 6 7 Sonnet : Quando io veggio il villan con larga speme , tome II, p. 122.

50Ainsi, les paysages traversés au cours de ses déplacements en France lui rappellent l’Italie63, la Méditerranée ramène son esprit à la mer Tyrrhénienne64, et la vallée du Rhône lui fait regretter celle qui lui est chère65 tout comme le cours de la Seine fait remonter à sa mémoire celui de l’Arno66. De la même façon, lorsqu’il voit le laboureur français paisible, il pense à la Toscane terrorisée67 et il souffre d’être loin d’elle :

Con gli occhi dolenti e ’l viso basso
Sospiro e inchino il mio natìo terreno,
Di dolor, di timor, di rabbia pieno,
Di speranza, di gioia ignudo e casso...

  • 6 8 Sonnet : Io pur la Dio mercé rivolgo il passo .

51écrit-il68.

  • 6 9Coltivazione, Versi e Prose, tome II, p. 185 et suivantes, vv. 435-438.
  • 7 0Idem, vv. 393-415.
  • 7 1Idem, vv. 415-432.

52Et, dans sa Coltivazione, de nombreuses digressions font allusion à la situation politique de la péninsule : il oppose par exemple la prospérité de la France et les tristes conditions de l’Italie69, rappelle le sort de ses populations70 et exprime sa propre douleur71. Aussi, dans ses oeuvres, sa patrie est recréée grâce à l’illusion poétique : l’action de sa comédie Flora se situe ainsi à Florence et notre écrivain nomme Santa Maria del Fiore, Le Pont Santa Trinita, Borgo SS. Apostoli, Fiesole..., il cite les humanistes qui font la gloire de la cité au XVIe siècle et les valets s’expriment en florentin populaire. L’Avarchide évoquerait les batailles d’Italie et le poète pourrait se cacher derrière le héros, Florio, noble chevalier toscan, qui s’est opposé à la fureur des Goths et préfère s’exiler plutôt que de rester dans sa ville opprimée ; avec bon nombre de ses compatriotes, il rejoint les guerriers que commande le roi Arthur. L’allusion à la prise de Florence et au départ des bannis à la cour de François Ier peut se deviner sans peine.

53En bref, au cours de son exil en terre étrangère, Luigi Alamanni essaie de retrouver les paysages familiers grâce au souvenir et se lie d’amour ou d’amitié avec ses compatriotes. Cependant, l’évolution des événements le conduit vers l’intégration dans le pays d’accueil, comme en témoignent les nombreux éloges contenus dans ses œuvres.

  • 7 2Avarchide, I, II, stances 148-149.
  • 7 3 Sonnet : Quanto felice sei, tranquilla Senna, dans Versi e Prose, volume II, p. 25.
  • 7 4 Sonnet : Deh come abietta e vil ti veggio fuore, dans Versi e Prose, Volume II, p. 122.
  • 7 5 Sonnets : Quante io trovo compagne, piagge e monti, Versi e Prose, Volume II, p. 17. Come dolce s (...)
  • 7 6Sonnet : Quand’io veggio il villan con larga speme, Versi e Prose, Volume II, p. 122.

54Notre Florentin admire tout d’abord les paysages de la France qui lui a donné l’hospitalité. Ainsi, il situe l’action de L’Avarchide en terre d’asile, puisque “Avarco” est en fait “Avaricum”, l’ancien nom de Bourges. Il rappelle les environs immédiats72 de la ville, l’Allier, la Loire et le Cher. En outre, dans plusieurs sonnets, Luigi chante la Seine : il loue sa tranquillité73, l’appelle “amica Senna”74, il apprécie également la beauté des campagnes françaises75, où il peut mener une vie paisible76. Mais c’est surtout dans sa Coltivazione qu’il célèbre la France et déclare que pour elle il marche sur les traces d’Hésiode et de Virgile :

  • 7 7Coltivazione , Livre I, vv. 1132-1137, Versi e Prose, Volume II, p. 214.

Vivi o sacro terren, vivi in eterno,
D’ogni lode e di ben fido ricetto ;
A te drizzo il mio stil...77.

55Il y brosse un tableau idéal de l’activité agricole :

Qui vedrà le campagne aperte e liete...

  • 7 8Idem, v. 1047 et suivants.
  • 7 9Coltivazione, Livre V, vv 788-791.
  • 8 0Coltivazione, Livre II, vv. 180-181.
  • 8 1 Livre III, v. 450.
  • 8 2 Livre III, vv. 201-204.
  • 8 3 Livre IV, vv. 598-609.

56écrit-il78, s’étonne devant les cultures des artichauts79, compare les différentes façons de moissonner80, de faire sécher les figues81 ou de préparer le vin82. Il en vient à idéaliser la vie des paysans, leurs travaux et leurs demeures83. Bref, avec sa Coltivazione, Luigi Alamanni fait l’éloge non seulement de la vie rustique, mais aussi celui de la France qui l’a accueilli.

57Cela dit, notre poète est encore plus reconnaissant au souverain qu’au pays en général.

  • 8 4Versi e Prose, Volume II, p. 112.
  • 8 5Idem, p. 112.

58Ainsi, dans son sonnet : Come dolce sent’io per queste valli"84, Alamanni affirme que la vue du roi le réjouit encore plus que celle des beautés de la campagne ; dans Già piansi ahi lasso ! de trovarmi privo85, il déclare que la seule vue du roi le console de sa tristesse d’exilé.

59En fait, de rebelle à la tyrannie, notre écrivain devient courtisan.

60Il écrit ainsi des poésies de circonstances : huit poèmes sur la maladie et la mort de Louise de Savoie, trois sonnets sur les fils du roi, d’autres sur la mort du dauphin François. La rencontre de François Ier et de Clément VII, à l’occasion du mariage du duc d’Orléans avec Catherine de Médicis est le thème de la “Canzone” :

  • 8 6Versi e Prose, Volume II, p. 145

Cari Signor, che per voler divino
Dopo sì lunghi passi
Fuor del credere uman qui siete insieme...86

  • 8 7 Henri Hauvette, Édition citée, pp. 483 et suivantes, Appendices II, n° 35, 63, 64, 77, 78, 79.
  • 8 8Versi e Prose, Volume I, pp. 302 et suivantes.
  • 8 9Idem, Volume II, pp. 124 et suivantes.
  • 9 0 La cinquième, la douzième et la treizième.
  • 9 1 Il faut noter cependant que si les premiers vers sont adressés à François premier, dans la derniè (...)

61Ses œuvres sont dédiées à la famille royale : à François Ier, à Henri II, à Catherine de Médicis et à Marguerite de France87, parfois les dédicaces ont été ajoutées en un second temps et les poèmes remaniés en conséquence. C’est le cas des Selve88, par exemple. La première Selva est des plus significatives : Luigi y exalte les vertus de François Ier, de sa sœur Marguerite, du dauphin François, puis ces éloges s’étendent à tous les personnages de la cour et la liste, bien longue, comprend outre les cardinaux français Montmorency et De Tournon, Jean du Bellay, des érudits, tels que Lascaris ou Guillaume Budé, mais aussi des Italiens entrés au service de la France, Stefano Colonna ou Soderini, l’évêque de Saintes. Dans ses épigrammes89, il célèbre la famille royale de la même façon. Mais c’est plus particulièrement François Ier que chante Luigi : trois églogues sont écrites en son honneur90 et dès les premiers vers de la Coltivazione, il s’adresse à lui91.

  • 9 2Versi e Prose, Volume II, pp. 56 et suivantes.
  • 9 3Idem, pp. 64 et suivantes.

62Mais c’est surtout dans les poèmes mythologiques que l’exaltation du monarque est significative. En effet, dans sa Favola d’Atlante 92, les quarante premiers vers (sur trois cent cinquante deux) constituent l’éloge du roi, et dans la Favola di Phetonte93 empruntée à Ovide comme la précédente, la Charente, nymphe de Diane et fille de Jupiter, métamorphosée en fleuve pour échapper à Mars, se voit mourir et supplie son père de lui laisser rencontrer François Ier :

  • 9 4 Vv. 743 et suivants.

Come potrò veder, s’or corro a morte
Quel gran Gallico Re, quel pio Francesco
Che nascer dee sopra l’erbose rive
Del bello albergo mio ?...94

  • 9 5Versi e Prose, Volume II, pp. 38 et suivantes.

63Et le Diluvio Romano95 présente le souverain français comme le sauveur de l’Italie, comme le seul prince capable de libérer les villes opprimées par le joug impérial, seul capable aussi de défendre la chrétienté contre la menace turque.

  • 9 6 Nous avons pu consulter le manuscrit à la Bibliothèque Nationale de Paris : n° 1071 du fonds ital (...)

64Par ailleurs, L’Avarchide, (que Luigi recommande de dédier à Madame Marguerite, duchesse de Savoie et de Berry), cette Toscana “Iliade”, comme la qualifie à juste titre Battista Alamanni, son fils, présente Lancelot, le “fero Gallo” comme un ancêtre des rois de France, et on y trouve l’annonce que la ville d’Avarco aura une destinée brillante sous les règnes de François Ier et de Henri II. De même, dans Gyron le Courtois 96, notre poète prend prétexte du personnage de Pharamond, fondateur de la monarchie française, pour introduire dans son récit la louange des rois de France. Il faut dire que ce poème chevaleresque, publié en 1548 et dédié à Henri II, lui a été commandé par François Ier en Avril 1546, soit un an avant sa mort, qui souhaitait qu’Alamanni rende “leur éclat aux noms, jadis si célèbres en Italie, des chevaliers errants” et qu’il raconte “une partie des exploits et des aventures de Gyron le Courtois”.

65Bref, le second séjour de notre Florentin en France fait de lui un poète courtisan.

66En conclusion, Luigi Alamanni semble avoir eu deux vies : une vie italienne et civique, une vie française et courtisane, par laquelle il a contribué cependant à établir l’influence italienne sur les lettres françaises, que nous pouvons reconnaître chez Ronsard, Du Bellay et chez les écrivains de La Pléiade.

  • 9 7 Mazzacurati, Giancarlo, L’Alamanni tra la Piazza e la Corte, dans L’écrivain face à son public en (...)

67Ainsi, pour notre poète, le voyage d’exil aboutit à l’intégration dans le pays d’accueil, mais aussi à la renonciation aux idéaux les plus chers. Et si Giancarlo Mazzacurati97 affirme que notre poète évolue “dalla Piazza alla Corte attraverso la Tipografia”, Christian Bec va encore plus loin lorsqu’il déclare :

  • 9 8 Bec, Christian, De Dante à Alamanni : exil et écriture en Itlalie, dans Exil et Civilisation en I (...)

Du politique engagé à l’homme de lettres : c’est bien là le chemin de l’exil !98

Haut de page

Notes

1 Don du Jardin du roi, sis près d’Aix ; 11 juillet 1531. Archives départementales Bouches du Rhône, B. 29 (Sagitt.), fol. 344. Cette lettre se termine ainsi : "En tesmoing de ce nous avons faict mectre nostre scel à ces dictes presentes. Donné a Fontainebleau, le XIe jour de Juillet, l’an de grace mil cinq cens trente ung, et de nostre regne le dix-septiesme. Françoys. Par le Roy conte de Prouvence. Breton."

2  Laurent le Magnifique eut trois fils : Pierre (1472-1503), Jean (1475-1521), futur pape Léon X, et Julien duc de Nemours (1478-1516). Laurent duc d’Urbin (1492-1519) est le fils de Pierre.

3  Jules (1478-1534) est le fils illégitime de Julien, frère du Magnifique. Futur pape Clément VII.

4  Alexandre (1512-1537) serait le fils d’une domestique qui était au service des Médicis à Rome et de Laurent duc d’Urbin ou, plus probablement, de Jules de Médicis. Hippolyte (1511- 1535), celui de Julien duc de Nemours.

5  J. R. Hale, Firenze e i Medici. Storia di una città e di una famiglia. Milano, Mursia, 1980, p. 144, où est racontée cette nouvelle expulsion des Médicis : "Venne notificato a Passerini, in termini fermi ma cortesi, che l’umore della città era tale che la cosa migliore era che egli si allontanasse, prendendo la sua guardia con sè. L’impotenza di Clemente lo costrinse ad accettare, e con una scorta fornita stavolta dalla Signoria, egli, Ippolito e Alessandro, passando attraverso una folla piena di tensione che però restò immobile, si avviarono verso un altro soggiorno mediceo nell’isolamento politico".

6  Côme Premier (1518-1574) est le fils de Jean des Bandes Noires, issu d’une branche cadette des Médicis. Voir de Roberto Cantagalli, Cosimo de’ Medici granduca di Toscana, Milano, Mursia, 1985

7  Voir La Vita di Luigi Alamanni scritta dal Conte Giammaria Mazzuchelli, in La Coltivazione di Luigi Alamanni e Le Api di Giovanni Rucellai, Milano, Dalla Società Tipografica de’ Classici italiani, contradi di S. Margherita, n° 1118, Anno 1884, pp. 1 à 46. Voir aussi et surtout : Hauvette Henri, Un Exilé florentin à la cour de France au XVIe siècle, Luigi Alamanni (1495-1556). Sa vie et son oeuvre, Paris, Hachette, 1903, pp. 1 à 147.

8  Mazzuchelli indique la date du 28 octobre, ce que conteste Hauvette en s’appuyant sur le Libro d’età conservé aux Archives de Florence et sur l’acte de baptême d’Alamanni : édition citée, p. 1, note 1.

9  Giammaria Mazzuchelli, La Vita di Luigi Alamanni , édition citée, p. 7 : "... applicossi Luigi sin da’ primi suoi anni con gran fervore agli studj, e il profitto, ch’egli ne trasse, fu di gran lunga superiore all’età sua, onde in breve tempo lasciò addietro tutti i suoi condiscepoli."

1 0 Cf. Von Albertini, Rudolf, Firenze dalla Repubblica al Principato. Storia e coscienza politica, Torino, Einaudi, 1970, p. 69 : "Accanto a Francesco da Diacceto, che avrebbe continuato anche in seguito a rappresentare la filosofia, troviamo soprattutto i giovani figli dell’aristocrazia riuniti attorno a Cosimino. Ricordiamo Luigi Alamanni, Zanobi Buondelmonti, Battista della Palla, Alessandro de’ Pazzi e Filippo de’ Nerli, il futuro storico. Della media borghesia invece provenivano Antonio Brucioli, Donato Giannotti, Jacopo Nardi e soprattutto Niccolò Machiavelli. Nello stesso gruppo possono essere compresi anche Filippo e Lorenzo Strozzi."

1 1 Édition citée ci-dessus, p. 18.

1 2 Henri Hauvette, Édition citée, p. 24, emprunte ce renseignement aux sentences prononcées contre Luigi Alamanni et ses complices, en 1522, par les "Otto di Guardia" et rappelle que la maison qu’il dirigeait avait pour raison sociale : "Luigi di Messer Piero Alamanni e comp. lanaiuoli in Garbo."

1 3 Édition citée p. 9 à 13 : "Scrive l’Ammirato (dans les Istorie fiorentine , par. II, p. 345), ch’era stata per ordine del cardinale posta una pena da pagarsi da chi fosse preso coll’armi. Non andò molto, che con queste fu trovato, e preso LUIGI in tempo di notte, onde convennegli pagare la detta pena. Parve a lui che e per lo favore, ch’egli godeva presso al Cardinale, e per le altre sue qualità non dovesse essere sotto la legge compreso ; onde talmente questa cosa ad onta recossi, che tutto fremendo di rabbia, opportunità di vendicarsi aspettava..."

1 4 Cf. sa lettre écrite de Toulon le 18 mai à Zanobi Buondelmonti : Henri Hauvette, Édition citée, Appendice II, n° 33, pp. 488, 489 : "Hoggi sono venute novelle de’ quattordici di Genova come il Re debbe essere per tutto il XXV di questo imbarcato a Rapalle, chi dice per Napoli, chi per Hispagna : ma di certo debbe essere tramutato di là donde si truova. Questa armata andrà fuori presto per questa cagione..."

1 5 Cf. sa lettre, datée du 15 août 1525 : Henri Hauvette, Édition citée, Appendice II, n° 34, pp. 489, 490.

1 6 Varchi, Benedetto, Storia Fiorentina, Firenze, Successori Le Monnier, 1888, Tome I, Livre V, chapitre IV, pp. 237 à 241 et plus particulièrement p. 239 : "... per conchiudere brevemente tutto quello ch’io dintorno a questa bisogna più volte da me disaminata conosco e sento, che sia più utile partito per questa città e per la libertà nostra, il far nuova lega coll’imperadore, che il mantenere la fatta col Cristianissimo. Le ragioni, che a ciò mi muovono, sono molte, e per mio giudizio gagliardissime, ma non già necessarie a essere raccontate tutte..."

1 7 Varchi, Benedetto, Édition citée, Tome I, Livre VIII, chapitre 8, pp. 383, 384 : "L’ Alamanni tra per lo aver egli piccola voce, e che la chiesa di Santa Croce è grande, fu poco udito, e perciò l’orazion sua si fece subitamente stampare, la quale fu (come può vedere ciascuno che vuole) tutta modesta e piena di religione, lodando sommissamente la povertà come cagione d’infiniti beni ; intantoché non mancarono di quelli, i quali, ancoraché amicissimi gli fossero, gli ebbero a dire, ch’ella più colle prediche de’ frati moderni si confaceva, che colle orazioni de’ soldati antichi."

1 8 Hauvette, Édition citée, Appendice II, n° 40, p. 494.

1 9 Hauvette, Édition citée, Appendice III, n° 17, Lettre des "Dieci di libertà" à Luigi Alamanni, à Gênes ; 4 avril 1530 ; p. 527 à 529, et plus particulièrement p. 528 : "Ma desiderremmo tornassi con qualche conclusione, e fossero fatti e non disegni..."

2 0 Hauvette, Édition citée, Appendice III, n° 25, Lettre des "Dieci di Libertà" à Alamanni, 25 juillet 1530, p. 537 : "... Bisogna adunque sollecitare con ogni importunità quello di bene che debbe venire di costà, perché tutte le cose nostre sono ridotte a termine che poco possono aspettare. E se alcuno si debbe affaticare al presente per la patria, ad te conviene più che alcun altro, per potere riportare il frutto delle opere tue fatte in beneficio della patria ; la quale perdendosi renderebbe tutte le tue fatiche vane ; che è quanto ci occorre per la presente."

2 1 Varchi, Benedetto, Storia Fiorentina, Firenze, Successori Le Monnier, 1888, Livre XII, chapitre XXIV, Tome III, p. 407 : "Questi che seguitano, furono confinati per giuste cagioni in diversi luoghi, tutti per tre anni sotto pena del capo, nè poteva ritornare o essere rimesso alcuno, se non col partito delle otto fave". Suit la liste des bannis et leur lieu d’assignation. Alamanni est nommé p. 409 : "Luigi di messer Paolo Alamanni in Provenza.", avec une erreur concernant le nom de son père.

2 2 Mazzacurati, Giancarlo, 1528-1532 : Luigi Alamanni, tra la piazza e la corte, dans L’écrivain face à son public en France et en Italie à la Renaissance , Actes du Colloque International de Tours (4-6 Décembre 1986), Etudes réunies et présentées par Charles Adelin Fiorato et Jean-Claude Margolin, Librairie Philosophique Vrin. Voir aussi l’ouvrage de Richard Cooper qui n’était pas encore publié au moment où j’ai rédigé cet article : Litterae in Tempore Belli, Genève, Droz, 1997, pp. 171- 232.

2 3 Cellini, Benvenuto, Vita , Florence, M. O. Bacci, 1901, p. 92.

2 4 Hauvette, édition citée, Appendice III, n° 26, p. 538-539. Lettre patente en date du 21 juin 1531, qui commence ainsi : "François par la grâce de dieu Roy de France, daulphin de Viennois, conte de Valentinois et de Diois, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Savoir faisons que nous, aians regard et considéracion aux bons, singuliers, agréables et recommandables services que nostre tres cher et bien amé messire Loys Alamany, florentin, nous a par cy devant faitz en plusieurs et mainctes manières, pour lesquelz et pour avoir tenu nostre party il a esté chassé et expulsé de ses maisons et biens qu’il avoit par dela, et esté contrainct de soy retirer hors du dit pais de Fleurance, volans parer, recognoistre lesdits services et luy despartir des biens et revenus de nostre royaulme et pais, et pour lui aider à vivre et honnestement soy entretenir, audit Messire Loys Allamany pour ces causes et aultres à ce movans avons donné et octroyé, donnons et octroyons par ces presentes nostre chastellenie, terre et seigneurie de Thullins, situee et assise en nostre pais de Daulphiné, avec toutes et chacune ses appartenances et deppendances..."

2 5 Hauvette, Édition citée, pp. 101 -102.

2 6 Idem, p. 102.

2 7 Idem, p. 101.

2 8 Idem, p. 506. Appendice II, n° 62. Il s’agit d’une lettre de Luigi Alamanni à Francesco degli Albizzi, datée du 22 juin 1532, et conservée aux Archives de Florence, Mediceo innanzi il Principato, filza CXIX, dernier feuillet.

2 9 Lettre de Giovan Tommaso Manfredi au duc Alphonse premier d’Este, datée de Paris le 26 juin 1531, publiée par G. Campori, Luigi Alamanni e gli Estensi , rappelée par Henri Hauvette, Édition citée, p. 105.

3 0 Hauvette, Édition citée, Appendice III, n° 28, p. 540- 541. Lettre patente.

3 1Vita di Luigi Alamanni , édition citée, chapitre XVI, pp. 34 à 37.

3 3 On lit en effet dans l’Eglogue XIII de Luigi Alamanni : "...l’uccel di Giove/ Che per più divorar due bocche porta." Voir Versi e Prose di Luigi Alamanni, per cura di Pietro Raffaelli, Firenze, Felice Le Monnier, 1859, tome II, p. 9

3 4 Certains historiens lui attribuent le prénom de Maddalena.

3 5 Lettre du 21 novembre 1547 adressée par l’évêque de Cortone à Côme premier, Archives de Florence, Mediceo, filza 4592 : "La sinagoga si congrega in camera dell’Alamanno, et Maddalena, sua moglie, bene informata, va mettendo di questi ed altri scrupoli in testa alla regina, alla quale con questa occasione, che sarà però la terza volta, voglio supplicar che, sendole da le persone che ella conosce appassionate parlato delle cose di Fiorenza sinistramente, che vada adagio col creder et si giustifichi ; e così facendo sarà pur forzata finalmente (perché la troverrà questi tali sempre in bugia) a tenerli per maligni et disprezzatori dell’honor." Puis dans sa lettre du 23 novembre 1547, (mêmes références) il raconte qu’il a parlé à la reine de la "malignità d’alcuni, chiamandoli per nome acciò la m’intendesse meglio, che divolgavano per la Corte così fatte novellaccie, havendo ardir metter la bocca in cose di sua Maestà et seminar zizzanie così sfacciatamente..."

3 6 Mazzuchelli, édition citée, p. 40.

3 7 Idem, p. 42.

3 8 Voir Versi e Prose di Luigi Alamanni , édition citée, pp. 238 à 291, mais aussi Sette libri di satire , Venezia, Appresso Fabio e Agostin Zopini Fratelli, 1583, où les Satire de Luigi Alamanni occupent le livre III et sont précédées, comme les autres, d’une préface écrite par Francesco Sansovino. Notons à propos des Satire de Luigi Alamanni cette réflexion de Franceso Bianchini (Della satira italiana, Florence, Manni, 1729, p. 20) qui leur reproche d’être trop sérieuses : "Merita altresì tra i Satirici luogo distinto Luigi Alamanni, celebre e gentil Poeta ; ma quantunque le sue Satire laudabili sieno per la bellezza degli argomenti, e per la nobiltà de’ pensieri, io le giudico troppo sostenute, e di stile troppo sublime ; perciocché la Satira, benché secondo la mia divisione, di carattere serio, non ha da muovere i suoi passi alla soglia dell’Epica, della Tragica, e della Lirica, come sembra, che nello stile facciano, se non in tutto, almeno in buona parte, le Satire dell’Alamanni ; ma ha da avere una certa seria sostenutezza, che mescolata sia altresì colla Comica giocondità."

3 9 Satira decima, Versi e prose, édition citée p. 277 à 281. Cette même satire porte le numéro 8 dans l’édition Zopini.

4 0 Satire X.

4 1 Satire XII, Versi e Prose , édition citée, tome I, p. 286 : "Non sono in Francia, ove habbia scorno e danno / S’io non conosco i vin, s’io non so bene / Qual vivanda è miglior di tutto l’anno..."

4 2 Idem

4 3 Versi e Prose, édition citée, p. 244.

4 4 Satire I et V.

4 5 Satire VI, p. 259, dont le titre est éloquent par lui-même : "Contro le donne" et que Sansovino (Édition Zopini p. 58 , où cette satire a le numéro 4) résume de la sorte : "Dice che l’Amor feminile è cosa da fuggire : percioche gli uomini che son nati a cose grandi, attendendo alle cure amorose perdono assai della lor perfettione. Et che finalmente la vita de gli amanti non è altro ch’un tormentoso infermo, il qual ne tribola in questo mondo."

4 6 Versi e Prose di Luigi Alamanni, édition citée, tome I, p. 143 et suivantes.

4 7 Eglogue III, Versi e Prose, p. 60-64, et plus particulièrement ces vers de la page 64 : "Ecco che Apollo ad altra gente il volto / Mostra partendo, e già nella spelonca / Dentro ci chiama il Barbaro empio e fero / Che dal nostro cammin ne trasse a forza, / E ne ritenne in questa valle oscura / Valle spietata, da deserti monti / Cinta dintorno...", qui font allusion à l’exil de notre poète dans le Vaucluse. Eglogue IV, p. 64-65, où Melibeo se plaint d’être "in barbaro paese" Sonnet : Ben puoi di noi goder cieca fortuna , édition citée, tome I, p. 34

4 8 Satire XI, édition citée, tome I, p. 281 : "Beato quel che in solitarie rive, / Lunge dal rozzo vulgo, al nudo cielo / Fuor dell’ampie città contento vive..."

4 9 Satire VIII, Versi e Prose, tome I, p. 272, dédiée à son épouse, Alessandra Serristori et résumée ainsi par Sansovino (numéro VI dans l’édition Zopini, p. 65) : "Dice che è molto più soave la povertà congiunta con la virtù, che la ricchezza laqual sia accompagnata dal vitio".

5 0 Eglogue III, Versi e Prose, tome I, p. 60, où les deux amis sont évoqués sous les pseudonymes de "Menalca" et "Mopso".

5 1 Satire XIII, Versi e Prose , tome I, p. 287 : "A Madonna Batista Larcara Spinola, per la morte di Lodovico Alamanni".

5 2Selve VII, Versi e Prose p. 336 : "Poichè nuovo dolor quaggiù m’invola / Dal ragionar con voi, gran re de’ Franchi, / In così dolce stil, com’io soleva, / Non vi sia, prego, il perdonarmi a sdegno, / E l’ascoltar quanto profonda piaga / Sostenni il dì che fui per morte privo/ Del più caro tesor ch’arno e Mugnone/ Chiudesse intorno alle sue verdi rive.", mais aussi Selve VIII à XI.

5 3 Ainsi, la Satire IX, édition citée, p. 275, est dédiée à Giuliano Buonaccorsi, "tesauriere di Provenza" .

5 4 Henri Hauvette, edition citée, pp. 484 à 488 : Lettres d’Alamanni et de Buondelmonti à Battista della Palla et à Marguerite, duchesse d’Alençon .

5 5Versi e Prose , tome I, p. 92 , Madrigal : Intra bianche rugiade e verdi fronde .

5 6 Henri Hauvette remarque à juste titre que l’adjectif "chiara" accompagne très fréquemment le nom de Flora dans les poésies amoureuses de Luigi Alamanni. Édition citée, p. 156.

5 7Stanze : In onore di Chiara Fermi , Versi e Prose, tome I, pp. 102 et suivantes.

5 8 Elégies : Amor mi scorge, e con lui Cintia e Flora , Versi e Prose, tome I, p. 2 ; Ecco Cintia da te chiamata tanto , p. 331 ; Prendi da Cintia tua, santa Giunone, p. 39 ;.Scendi ratto dal ciel, ché Cintia bella , p. 126.

5 9 Elégie : Ben venga il leggiadro e verde maggio , tome I, p. 129 et suivantes et plus particulièrement p. 130 : "Vanne all’albergo che superbo siede / Lungo Durenza e Sorga ; ivi vedrai / L’alma luna gentil, cui Febo cede. "

6 0 Hymnes IV et V, Versi e Prose, tome II, p. 94 et p. 98.

6 1 Versi e Prose, tome I, pp. 382 à 389, plus particulièrement.

6 2 Henri Hauvette, Édition citée, p. 168.

6 3 Sonnets : Il bel paese il loco ov’io già nacqui, Versi e Prose, tome I, p. 31 ; Quante io truovo campagne piaggie e monti, tome II, p. 17.

6 4 Sonnets : Superbo mar, che l’onorato seno , tome I, p. 54 et Rimanti oggi con Dio sacrato mare, tome I, p. 33.

6 5 Egloga, p. 60 et suivantes, "Anniversario della morte di Cosimo Rucellai" ; Egloga p. 64 et suivantes : "Gli è conforto nell’esilio il pensare di non essere presente ai mali della patria"

6 6 Sonnet Quanta invidia ti porto amica Sena.

6 7 Sonnet : Quando io veggio il villan con larga speme , tome II, p. 122.

6 8 Sonnet : Io pur la Dio mercé rivolgo il passo .

6 9 Coltivazione, Versi e Prose, tome II, p. 185 et suivantes, vv. 435-438.

7 0 Idem, vv. 393-415.

7 1 Idem, vv. 415-432.

7 2 Avarchide, I, II, stances 148-149.

7 3 Sonnet : Quanto felice sei, tranquilla Senna, dans Versi e Prose, volume II, p. 25.

7 4 Sonnet : Deh come abietta e vil ti veggio fuore, dans Versi e Prose, Volume II, p. 122.

7 5 Sonnets : Quante io trovo compagne, piagge e monti, Versi e Prose, Volume II, p. 17. Come dolce sent’io per queste valli, Versi e Prose, Volume II , p. 112.

7 6Sonnet : Quand’io veggio il villan con larga speme, Versi e Prose, Volume II, p. 122.

7 7Coltivazione , Livre I, vv. 1132-1137, Versi e Prose, Volume II, p. 214.

7 8 Idem, v. 1047 et suivants.

7 9 Coltivazione, Livre V, vv 788-791.

8 0 Coltivazione, Livre II, vv. 180-181.

8 1 Livre III, v. 450.

8 2 Livre III, vv. 201-204.

8 3 Livre IV, vv. 598-609.

8 4 Versi e Prose, Volume II, p. 112.

8 5 Idem, p. 112.

8 6Versi e Prose, Volume II, p. 145

8 7 Henri Hauvette, Édition citée, pp. 483 et suivantes, Appendices II, n° 35, 63, 64, 77, 78, 79.

8 8 Versi e Prose, Volume I, pp. 302 et suivantes.

8 9 Idem, Volume II, pp. 124 et suivantes.

9 0 La cinquième, la douzième et la treizième.

9 1 Il faut noter cependant que si les premiers vers sont adressés à François premier, dans la dernière partie le nom du roi n’apparaît plus et que, lorsqu’en 1544, Alamanni devient maître d’hôtel de la dauphine Catherine de Médicis, il modifie la dédicace : offre son oeuvre à cette dernière pour qu’elle la présente au roi.

9 2 Versi e Prose, Volume II, pp. 56 et suivantes.

9 3 Idem, pp. 64 et suivantes.

9 4 Vv. 743 et suivants.

9 5 Versi e Prose, Volume II, pp. 38 et suivantes.

9 6 Nous avons pu consulter le manuscrit à la Bibliothèque Nationale de Paris : n° 1071 du fonds italien. Le premier folio comporte le sceau de la Bibliothèque Royale et la dédicace : "Il primo libro di Gyrone il Cortese Di Luigi Alamanni Al Christianissimo Re Francesco Primo". La strophe trois (folio 1 recto) exalte tout particulièrement la famille royale : Perché l’alto Francesco, il figlio Henrico, / La real Caterina, et Margherita / Con benignia udienza, et core amico / Con dolci sproni à ragionar m’invita / Qui, dove lieta stampa il lito aprico / La chiara Sena, et fa così fiorita / La riva intorno, che farebbe il cielo / Lasciar à Phebo non pur Delpho, et Delo.

9 7 Mazzacurati, Giancarlo, L’Alamanni tra la Piazza e la Corte, dans L’écrivain face à son public en France et en Italie à la Renaissance. Actes du Colloque International de Tours, (4-6 Décembre 1986) , p. 67.

9 8 Bec, Christian, De Dante à Alamanni : exil et écriture en Itlalie, dans Exil et Civilisation en Italie (XIIe-XVIe siècles), Etudes réunies par Jacques Heers et Christian Bec, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 2, Voyager à la découverte de l’identité et/ou de l’altérité, 1998

Référence électronique

Théa Picquet, « Luigi Alamanni et la France », Italies [En ligne], 2 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/3449 ; DOI : 10.4000/italies.3449

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org