Navigation – Plan du site

La mission diplomatique de Biagio Buonaccorsi à Pise en 1500, une occasion de découverte et de réflexion

Fabienne Blary-Lour
p. 45-66

Résumé

Auteure d’une solide et utile thèse sur Biagio Buonaccorsi, Fabienne Blary-Lour illustre et analyse ici les pages écrites à l’occasion du séjour que Buonaccorsi fit à Pise, en 1500, en qualité de secrétaire de Giovanni Battista Ridolfi et Luca degli Albizzi envoyés par la République florentine pour coordonner avec les troupes françaises l’assaut (encore une fois infructueux) contre la République rivale. Plus connu pour ses relations avec Machiavel que pour ses propres écrits (Diario de’ successi più importanti seguiti in Italia e particolarmente in Fiorenza dall’anno 1498 sino all’anno 1512), Buonaccorsi possède un sens de l’observation et une intelligence qui justifieraient qu’on cesse de le traiter comme un simple faire valoir de son illustre collègue.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Florence, Pise

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

1Florence 1498. A la mort de Savonarole s’instaure la République qui va durer jusqu’en 1512. Trois mois après l’intégration de Nicolas Machiavel à la Chancellerie, Biagio Buonaccorsi est appelé, lui aussi, au Vieux Palais au service des Dix de Balia.

  • 1  Biagio Buonaccorsi, Florence, Giunti, 1568. Les citations empruntées au Diario seront extraites de (...)

2Pour les spécialistes de l’époque de Machiavel, Biagio Buonaccorsi est connu pour avoir été l’ami le plus proche et le plus fidèle de l’auteur du Prince, mais il est surtout renommé pour ses qualités professionnelles en tant que fonctionnaire de la Chancellerie. Grâce à cette position stratégique qui lui permet un contact permanent avec l’information, Buonaccorsi a laissé un témoignage précieux sur l’Histoire de Florence au début du XVIème siècle, connu sous le titre : Diario de’ successi più importanti seguiti in Italia e particolarmente in Fiorenza dall’anno 1498 in sino all’anno 1512.1

  • 2  Cf. édition de F. L. Polidori, in "Archivio Storico Italiano", Serie1, volume IV, P.II, 1853, p. 3 (...)

3A l’instar de Machiavel, Buonaccorsi effectue lui aussi des missions diplomatiques ; elles sont rares et son rôle se limite bien souvent à la seule fonction de secrétaire des ambassadeurs ou des commissaires. En revanche, elles sont riches d’enseignement grâce au profit qu’il a su en tirer. En effet, Buonaccorsi ne s’est pas contenté d’entretenir une correspondance officielle entre les légats florentins et le gouvernement. Il a également laissé des écrits sur ces expériences et notamment, sur une mission à Pise en 1500, à l’issue de laquelle il a rédigé : Impresa fatta dai signori Fiorentini l’anno 1500, con le genti Francesi, per espugnare la città di Pisa, capitano Monsignor di Belmonte.2

4C’est en exploitant le large éventail que sous-entend le terme de “voyage” que nous nous proposons de présenter cette expérience à Pise du “voyage politique”. Cette perspective, qui exclut par définition la villégiature, place, pour la première fois, Buonaccorsi en contact direct avec une pratique de gouvernement qu’il ignore encore à son poste de fonctionnaire sédentaire. La mission diplomatique devient une forme de “voyage initiatique”, un procédé idéal pour parfaire sa formation de secrétaire à la Chancellerie.

Le contexte historique

  • 3  Florence dominait la ville de Pise depuis 1406. En 1494, lorsque Charle VIII se dirige vers le roy (...)
  • 4  Buonaccorsi, Impresa..., cit., p. 404.

5L’année 1500 marque le sixième anniversaire de la douloureuse guerre que Florence mène contre la ville portuaire afin de la rattacher à son domaine3. Dans ce conflit, le gouvernement florentin compte essentiellement sur la participation active de la France de Louis XII, sa principale alliée. Effectivement, avendo tanto esercito insieme riputato virtuoso4, ce puissant état d’oltralpe pallie l’absence d’une armée homogène, principal handicap de la Città - Stato toscane.

6Ainsi que l’annonce Buonaccorsi dans l’Impresa en exposant le contexte historique, Louis XII vient de s’emparer du duché de Milan. Fort de ce succès, le roi de France envisage de concentrer toutes ses forces pour organiser une marche sur le royaume de Naples. Dans cette perspective, le souverain sollicite la participation financière de Florence. Afin de l’obtenir rapidement, il décide d’honorer les accords passés entre les deux Etats qui stipulaient une participation active de son armée dans la guerre conduite contre Pise.

  • 5  Buonaccorsi, Impresa..., cit., p. 406. Dans le Diario, Buonaccorsi décrit l’état d’esprit de Luca (...)
  • 6  En ce qui concerne la consultation des documents originaux conservés aux Archives d’Etat de Floren (...)

7La République nomme deux commissaires Giovan Battista Ridolfi e Luca degli Albizzi, due de’ primi cittadini, e per nobiltà di sangue e per autorità5 ; Biagio Buonaccorsi sera leur secrétaire. Sa mission diplomatique et militaire se déroule du 10 juin au 13 juillet 1500. Buonaccorsi rédige la quasi totalité des lettres que les commissaires envoient quotidiennement aux Signori della Repubblica : c’est dans ce contexte qu’il écrit l’Impresa6.

  • 7  A tel point qu’ Enrico Niccolini a retrouvé une copie manuscrite du Diario de Buonaccorsi sous le (...)

8L’exposé des différentes étapes de cette guerre de reconquête constitue le principal leitmotiv du Diario7. En l’occurrence, pour un fonctionnaire du gouvernement aussi sensible à la question pisane, la perspective de s’y rendre en mission offre l’occasion extraordinaire de vivre en direct les événements qu’il ne connaît jusque-là qu’au travers des documents officiels qu’il reçoit quotidiennement au Palazzo Vecchio.

9Biagio Buonaccorsi est au coeur des événements. Il assiste aux discussions abordées entre les commissaires de la République, les capitaines d’armes ou les différents personnages qu’ils rencontrent. Aussi, il est en mesure de pouvoir porter un jugement relatif au comportement des assaillants, à la défense du peuple pisan et d’analyser le comportement des commissaires florentins dans l’accomplissement de leur mission.

La rédaction de l’Impresa : la découverte d’une identité politique

10Comme la plupart de ses contemporains, Buonaccorsi offre ses récits en hommage. Ainsi, il introduit fréquemment ses écrits par une lettre dédicatoire dans laquelle il annonce clairement ses intentions ; l’Impresa est adressée à Anton Francesco, fils de Luca degli Albizzi :

  • 8  Buonaccorsi, Impresa..., cit., p. 401. Les dernières pages de l’Impresa sont d’ailleurs consacrées (...)

Ho brevissimamente descritto l’espedizione fatta dal popolo fiorentino contro a’ Pisani con l’arme francesi, l’anno 1500 ; nella quale lui fu dal senato meritamente eletto commissario.8

  • 9  Denis Fachard expose nettement son scepticisme quant à la source primaire du document publié par P (...)

11L’existence de cette lettre de dédicace est essentielle car le document retrouvé n’est ni autographe ni daté9. Malheureusement, le fait que ce récit soit offert en hommage à un contemporain de Buonaccorsi, en principe informé de la constitution et des méthodes des convois militaires du début du XVIème siècle, prive le lecteur d’aujourd’hui de renseignements intéressants à ce sujet.

12En fait, ce n’est pas le “voyage” en lui-même qui intéresse Buonaccorsi. L’auteur de l’Impresa ne mentionne ni les moyens, ni les conditions de transport. L’itinéraire emprunté n’est évoqué que pour signaler un gain ou une perte de temps.

13Buonaccorsi n’a pas rédigé l’Impresa dans l’intention de conserver un mémoire de son voyage politique ou d’enrichir les registres officiels des comptes rendus de batailles. Son intention n’est pas celle de relater une expérience autobiographique. L’auteur de l’Impresa s’exclut complètement de son récit ; il n’évoque jamais son nom et parle de ses supérieurs qu’en employant la troisième personne du pluriel :

  • 10  Impresa..., cit., p. 406. Buonaccorsi ne revient pas non plus sur cette expédition dans ses Ricord (...)

se n’andorno in Lunigiana, (...) si congiunsero coll’esercito...10

14En fait, dans aucun passage du texte de l’Impresa ou de la rédaction ultérieure du Diario, le lecteur ne peut supposer la présence de Buonaccorsi sur les lieux des missions diplomatiques qu’il évoque.

15Cette précaution témoigne a priori d’un souci d’objectivité ainsi que d’une distanciation certaine avec les événements ; d’une sagesse, inhérente aux qualités de l’historien. Pourtant, en dépit de cette circonspection rédactionnelle, Buonaccorsi intervient directement dans son récit en émettant des précisions, absentes des comptes rendus officiels, ou des commentaires personnels. Nous sommes donc invités à penser que, tout en se gardant de se présenter comme un témoin, l’auteur de l’Impresa tient à proposer une forme de “réhabilitation de la vérité” entre le contenu des missives - qu’il rédige sous la dictée de ses supérieurs - et son propre texte.

16Nous voilà donc en présence de deux sources d’information. La première est constituée par les lettres officielles, plus nombreuses que les jours passés au camp, et la seconde est représentée par les pages de l’Impresa, dans laquelle Buonaccorsi semble vouloir maintenir l’équilibre qui convient entre l’objectivité nécessaire à l’historien et son interprétation personnelle.

17C’est donc la comparaison de la rédaction de l’Impresa au contenu de ces missives qui va permettre de déceler les éléments qui, à l’occasion de ce voyage politique, ont retenu l’attention de Biagio Buonaccorsi.

La recherche de l’altérité

18En acceptant de se rendre à Pise, Buonaccorsi veut sortir de la sphère quotidienne liée à sa profession de fonctionnaire sédentaire de la Chancellerie. On ne sent pas se dégager des pages de l’Impresa, une particulière attraction pour le voyage. Pourtant, tout au long de ses années de service, Buonaccorsi sollicite ce genre de missions. Il se rend en France, à Rome.... Il semble ainsi vouloir répondre à un appel vers l’extérieur, à un déplacement qui le projette au coeur des événements. Même si la magie du “changement d’espace” est exclue du récit de l’Impresa, la recherche de l’altérité est certaine. Que ce soit dans le but d’enrichir la véracité des pages du Diario par le bénéfice d’une expérience vécue, ou parce que le Machiavel diplomate, avec lequel Biagio correspond fréquemment lors des légations, a suscité en lui ce désir d’ouverture vers un domaine étranger, Buonaccorsi manifeste une pressante volonté de faire l’apprentissage de cette nouvelle face de la politique.

La connaissance du corps militaire étranger

19A la lecture de l’Impresa, il apparaît de façon évidente que l’élément qui reteint plus particulièrement l’attention de Buonaccorsi lors de cette aventure est sa prise de contact avec l’armée de Louis XII et les troupes suisses que le capitaine français, Beaumont, impose à la République. Pour cette expédition, les troupes se composent de quatre mille soldats suisses et deux mille soldats français. Le salaire mensuel fixé par la République est de trois ducats chacun pour les premiers et deux ducats et demi pour les seconds ; aucune indication supplémentaire n’explique les raisons de cette différence de traitement. Le corps militaire sous commandement français bénéficiait alors d’une grande réputation qu’il devait à son nombre, à sa force et à son armement. Il avait à son actif d’importants succès dont la récente prise du duché de Milan. En conséquence, avant de quitter Florence, Buonaccorsi est prêt à leur accorder un crédit certain.

  • 11  Impresa..., cit.p. 405-406. Le maître de Bologne évite la mise à sac de sa ville en payant quarant (...)
  • 12  Les Français revendiquent le droit de s’emparer des villes de Carrara et de Lavenza possédées par (...)

20Or, la découverte de cette armée s’avère tellement différente de l’idée que s’en faisait l’auteur de l’Impresa qu’elle va être l’objet des premiers commentaires, avant même le début des combats. L’auteur veut dénoncer, ex-abrupto, les premiers désagréments qu’elle cause en racontant qu’elles demeurent un mois durant à Parme avant de se diriger vers Pise. Buonaccorsi explique en effet que, sur ordre de Louis XII, le capitaine Beaumont dirige d’abord les troupes sur Bologne afin de régler un contentieux avec Giovanni Bentivogli, le Seigneur de cette ville, qui était intervenu en faveur de Ludovic Sforza lors de la conquête de Milan. Il est tout à fait concevable que le roi de France profite de la présence de son armée en Lombardie pour mettre un terme à ce litige mais ce que l’auteur de l’Impresa veut démontrer, c’est la façon inadmissible d’utiliser les salaires versés par Florence, évidemment prévus pour la conquête de Pise, à des fins tout à fait personnelles11. A la suite de cet interminable “acheminement vers Pise”, qui a laissé le gouvernement florentin dans une attente affligeante, les troupes s’engagent finalement sur la route de Pontremoli ; trajectoire choisie à leur convenance en dépit des conseils de la République. Les commissaires florentins, qui avaient suivi l’itinéraire ordinaire de Pistoia et de Pescia, rejoignent le corps militaire à Massa où éclatent déjà de sérieuses dissensions à la suite d’une attaque dirigée contre le Marquis de cette ville, confédéré florentin, à l’insu des légats de la République12.

21Le camp s’installe ensuite à Camaiore, sur territoire lucquois où se posent les premiers problèmes de ravitaillement.

22En signalant le prochain bivouac à Campi, luogo fra Cascina e Pisa, l’auteur de l’Impresa informe de l’insalubrité du terrain et des difficultés que cela engendre. Les marécages avaient déjà causé, l’année précédente, le retrait précipité des troupes à la solde de Florence, décimées par une terrible malaria :

  • 13  Polidori précise que le manuscrit donne bisogno qu’il faut, bien entendu, interpréter bisognò, cit (...)
  • 14  Impresa..., cit., p. 407-408.

E perché l’artiglierie non potevano andare per i monti, bisognando13 passare Osoli, (...) e in molti luoghi fa palude, era necessario fare un ponte in su quel fiume per il passo dell’artiglierie e de’ cavalli. A far questo, mandorno i Commissarii Girolamo cavallaro a Cascina, con commissione che il ponte si facesse la notte, (...) ma (...) inviato l’esercito (...) non si trovò fatto il ponte (...) ; d’onde le fanterie solamente passarono, e andorono nell’alloggiamento disegnato ; e i cavalli con l’artiglierie rimasti in su la riva del fiume, per non poter passare, (...) tornorno in su le mura di Lucca.14

23Ce passage est éloquent car il met en relief les déficiences de l’organisation. Buonaccorsi explique que ce facteur négatif, et pourtant primordial, ajouté aux insuffisances du ravitaillement risque fort de provoquer l’échec de l’expédition. Les troupes sont mal logées et souffrent du manque de victuailles. Luca degli Albizzi préconise d’emprunter la voie maritime pour le réapprovisionnement mais cette solution n’est pas retenue.

24Buonaccorsi traduit fidèlement dans l’Impresa la tonalité des lettres officielles rédigées par le capitaine français, Beaumont :

  • 15  ASF : Signori Carteggio Missive 1a Cancelleria, 52, c.17 v.
  • 16  Ibid., c.18 r.

Confortiamo la s.v. ad stare di buona voglia che dal canto nostro non si manchera di provedere atucto quello che fa bisognio per la armata et maxime di vituallie15... volendo noi alcontinus provedere piu abundantemente alle vectuallie per cotesto campo.16

25Rapidement, les missives du représentant de Louis XII se transforment en un avertissement pressant :...

  • 17 Ibid., c.16 r.

perli mali tractamenti che patiscono costì da soldati nostri con essere saccheggiati o non pagati il iusto prezo : donde loro si excusano del non volere portarne ; e assai pare che habbino iusta cagione di querelarsi et di non volere con tanto suo danno pigliare carico di simili cose noi non possiamo provederci : bisognerebbe che la s.v. obviassi a tale disordine. (...) Confortiamo e preghiamo la s.v. ad volere darci qualche ordine et pensasse che sanza buoni tractamenti di costa, elli è impossibile pascere uno tanto exercito.17

26Cet ensemble de circonstances défavorables décourage rapidement Giovambattista Ridolfi : il demande à regagner Florence alors que les hostilités n’ont pas encore débuté. Les termes de la dernière lettre officielle où le commissaire appose sa signature sont sans équivoque quant à l’étendue du désordre :

  • 18  ASF : Signori, Responsive, Originali, 17, c.46 r.
  • 19  Ibid., c.54 r.

Li vostri S.ri. mancano di diligentia et noi di patientia18. (...) trovandoci intanto affanno et miseria et consipoca speranza di salute che noi caminiamo per smarriti et abandonati.19

27En annonçant ce départ inattendu dans son récit, Buonaccorsi met l’accent sur un point fondamental : la difficulté pour les gouverneurs d’évaluer l’ampleur d’un problème à distance. Dans les pages de l’impresa, il montre combien la classe dirigeante se préoccupe, au contraire, d’un ennui capital s’il est référé par une personne qui y a été personnellement confronté :

  • 20  Impresa..., cit., p. 409.

avendo visto i disordini in viso, [Ridolfi] poteva ricordare e sollecitare infinite cose che senza la sua presenza si stracurerebbono.20

  • 21  Les Consulte e Pratiche sont des réunions constituées par de nombreux membres des différentes magi (...)

28C’est donc essentiellement grâce à la sua presenza dans le camp et avendo visto in viso l’étendue du désordre que Ridolfi peut faire connaître la situation à ses supérieurs. L’emploi du verbe stracurerebbono n’est pas innocent. Il ne faut pas oublier qu’avant de vivre cette expédition aux côtés des commissaires, Buonaccorsi assiste aux nombreux débats qui animent les Consulte e Pratiche21:il est apte à juger de l’attention que les politiciens portent aux différentes affaires. Grâce à cet exemple, Buonaccorsi répond à une question essentielle qui s’inscrit dans le thème du “voyage” : l’importance fondamentale accordée à une expérience vécue. Suite à l’intervention de Giovambattista Ridolfi, le gouvernement prend des mesures immédiates : il mandate de nouveaux légats, Ludovico Morelli, Cosimo Sassetti et Pier Antonio Carnesecchi, qui parlent couramment la langue française. Cette dernière précision, fournie par Buonaccorsi, soulève le problème de la compréhension verbale entre français et toscans qui n’avait pas été évoqué jusque-là.

29L’auteur de l’Impresa ne dissimule pas pour autant combien la démission précipitée de Ridolfi avait aggravé la situation au camp :

  • 22 Impresa..., cit., p. 409.

Rimaso Luca Albizzi solo, stette l’esercito diviso (...) tre giorni ; nel qual tempo si attese a provvedere di munizione e vettovaglie. Le quali cose causavano disordini grandissimi nel campo.22

30Effectivement, dans les lettres officielles, le départ du commissaire florentin se traduit par de véhémentes protestations de la part de Luca degli Albizzi à l’égard de son gouvernement :

  • 23  ASF : Signori, Responsive, Originali, 17, c.81 r., in D. Fachard, B. Buonaccorsi, sa vie... , cit. (...)

Desideremmo, quando ci habbiate a tenere in su speranze false, più tosto stare in inferno che havere ad maneggiare queste gente.23

31Il est vrai que Luca parvient de moins en moins à réduire la tension entre le gouvernement qu’il est chargé de représenter et les soldats mécontents. Les problèmes de ravitaillement perdurent et exacerbent les dissensions entre les capitaines. Dans l’Impresa, Buonaccorsi communique les efforts du commissaire pour atténuer la responsabilité des gouverneurs républicains dans ce conflit. Implicitement, l’auteur souligne également combien les revendications des troupes sont inconvenantes et injustifiées puisque celles-ci se trouvent encore éloignées du lieu de l’attaque :

  • 24 Impresa..., cit., p. 410.

Luca rispose che i suoi Signori facevano quello che potevano, ma che gli era impossibile a un campo senza giustizia e senza regola poter provvedere ; e della carestia del vino e del pane, e de’ disordini del campo, ne avevano più causa loro medisimi che i suoi Signori ; ma che, se si andasse alle mura di Pisa con l’esercito, ogni cosa sarebbe più facile.24

Pise et ses habitants

32Aux portes de Pise, les problèmes de ravitaillement et d’organisation n’ont toujours pas trouvé de solutions ; les nouveaux arrivants florentins deviennent la cible des réclamations de Beaumont :

  • 25 Ibid.

gli riempiè di querele per i disordini che si vedevono sorgere ogni dì ; (...) e dubitava che da’ Svizzeri e da’ Guasconi non gli fosse fatta qualche villania in su’ mancamenti de’ viveri.25

33Luca degli Albizzi et ses collègues doivent se défendre des accusations portées contre leur gouvernement alors qu’ils en subissent eux-mêmes les conséquences. Ils se trouvent aux prises avec une armée rebelle, davantage préoccupée par la revendication de nouvelles rétributions que par les véritables raisons de sa présence sur les lieux.

34Cette tension évidente n’échappe pas à la vigilance du peuple pisan qui va alors essayer d’en tirer profit en tentant un rapprochement avec les Français. Buonaccorsi raconte :

  • 26 Ibid, p. 411. Dans le Diario, la proposition des Pisans est davantage explicite : vennono du Ambasc (...)

mandorono ambasciadori a Beumonte, a fargli intendere come loro erano amici del re, e che erano per aprir le porte all’esercito suo ; ma non volevano già esser rimessi sotto il giogo de’Fiorentini.26

35Relativement à cette proposition, le récit de Buonaccorsi se distingue nettement des autres ouvrages qui relatent la guerre de Florence contre Pise. Buonaccorsi s’avère être le seul témoin à signaler que le capitaine français préconise, “pour le bien de Florence”, d’accepter cette solution :

  • 27  Ibid., p. 412. Buonaccorsi est un des rares auteurs qui ait su exprimer la tentative manifeste de (...)

gli disse [a Albizzi] la proposta de’ Pisani, e confortavalo ad accettarla.27

36En introduisant dans son texte l’emploi du style direct, Buonaccorsi réussit à le doter d’un rythme vif et persuasif ; il suggère l’éloquence du capitaine français qui promet implicitement de restituer la ville portuaire aux Seigneurs florentins. Ainsi, en remettant Pise aux mains de la République sans user de la force des armes, Beaumont éviterait les désastres de la guerre ou les risques d’échec de l’intervention française. Afin de convaincre son interlocuteur, le capitaine français allègue le manque d’argent et de ravitaillement d’une part, et son manque d’autorité sur l’armée suisse, d’autre part :

  • 28  Ibid., p. 412-413.

Commissario, l’onore di questo esercito e del re è l’aver Pisa, e il bene de’ vostri Signori è che or l’abbiano (...). Ma se questo partito non si piglia, e le munizioni manchino o danari, o sieno corrotti alcuni di questi capitani suoi Svizzeri, non ci ha a riuscire di pigliarla (...). Non di manco, io sono per seguire la volontà vostra.28

  • 29  Ibid., p. 405. La restitution se fit en 1495.

37Beaumont était un capitaine français estimé des florentins qui lo reputavano amico, avendo restituito le fortezze di Livorno29. Ici, il semble disposé à trahir les Pisans pour servir Florence. Pourtant, sans s’en référer à son gouvernement, Luca degli Albizzi refuse catégoriquement d’adopter cette solution. Selon lui, il en va de l’honneur de la couronne française : Pise doit être capturée et restituée au domaine florentin.

38L’attaque contre la ville portuaire commence deux mois après le départ de l’expédition. Le récit de Buonaccorsi témoigne périodiquement du souci du temps, compte tenu du fait que ce facteur a des répercutions sérieuses sur le coût de l’expédition :

  • 30  Ibid., p. 406.
  • 31  Ibid., p. 409.
  • 32  Ibid., p. 413.

andò tanto tempo, che l’esercito non partì prima più alla volta di toscana, che a dì primo di giugno, che di già era venuto il tempo di dare la seconda paga agli svizzeri30. (...) Questo faceva soprasedere il campo (...) e perdere quel tempo, del quale a Firenze era tenuto conto grandissimo31. (...) Erasi consumato tanto tempo.32

39Pourtant, alors que deux mois se sont déjà écoulés et que Pise n’est pas encore prise d’assaut, le fonctionnaire de la chancellerie, Pellegrino Lorini, part de Florence pour rejoindre le camp en apportant la troisième solde destinée à rétribuer les soldats.

Évolution de la bataille

40Si Buonaccorsi fait l’économie de la description de l’acheminement des troupes jusqu’aux remparts de Pise, l’évolution de la bataille est en revanche minutieusement décrite. L’auteur de l’Impresa semble être particulièrement impressionné par le déploiement de l’armement et la ténacité des combattants :

  • 33  30 juin 1500.
  • 34  Impresa..., cit., p. 413. Dans le Diario, (p.33) Buonaccorsi rectifiera les données en signalant q (...)

essendosi l’esercito condotto a Pisa, e postosi a campo dalla porta Calcesana e porta alle Piagge, (...) con una mirabil celerità piantarono dodici cannoni, e altre artiglierie minute alle mura ; e dalla mattina che cominciarono a trarre, alle ventidue ore del medesimo giorno33, mandorno in terra meglio di cinquanta braccia di muro.34

41Les commentaires de Buonaccorsi indiquent qu’il fut surpris par les opérations de défense déployées par les Pisans pour parer l’assaut. Il remarque la solidité des murs, vante la construction de l’enceinte et loue les moyens mis en œuvre par les habitants pour résister à l’attaque :

  • 35  Impresa..., cit., p. 414. Gino Benvenuti consacre un chapitre à décrire la domination de Florence (...)

le mura di Pisa sono alte assai, e grosse quattro braccia ; fabbricate di buonissime pietre e buona calcina ; sono senza fossi e la terra che hanno d’intorno è ottima a far ripari.35

42Buonaccorsi explique :

  • 36 Impresa..., cit., p. 414.

perchè non vi essendo fossi, la rovina non può essere inghiottita da quelli, ma rimanendo alta viene ad impedire chi vuole entrare, e difendere chi difende l’entrata.36

43A la fin du premier assaut, il attribue essentiellement la défaite des soldats de la République à la solidité des fortifications pisanes :

  • 37 Ibid.

la grossezza del muro, e esser senza fossi, e la terra buona da ripararsi, fu cagione della salute di Pisa.37

44En observant assidûment le comportement des Pisans et celui des troupes à la solde de Florence, Buonaccorsi fournit parallèlement une autre explication à l’échec de la bataille. En effet, le problème du ravitaillement des soldats n’est pas résolu et favorise un rapprochement entre les belligérants. Le commissaire Albizzi et son secrétaire assistent au bouleversement d’une situation qu’ils ne peuvent plus maîtriser :

  • 38 Ibid., p. 415.

molti di quelli signori [guasconi], (...) cominciorono ad intrattenere i Pisani, ricevere da loro vettovaglie, alloggiargli ne’ loro padiglioni ; e, che era peggio, andare e uscire di Pisa ; e per tutto il campo si diceva male de’ Fiorentini, e bene de’ Pisani. Ma quello che al tutto tolse la speranza della vittoria, fu che a un tratto tutti i Guasconi si missero in arme, e stretti insieme si ribellarono dal campo.38

45D’autre part, il faut préciser que les échéances mensuelles prévues pour la rétribution des soldats sont de plus en plus mal acceptées à Florence :

  • 39 Ibid., p. 413.

Fu a Firenze questa cosa molesta, e questo provvedimento difficile ; (...) stavano i Signori e tutta la Città d’una malissima voglia.39

46Pourtant, même les efforts financiers ne parviennent plus à satisfaire l’exigence des soldats :

  • 40 Ibid., p. 415.

La cagione di quest’inconveniente fu che (...) [i guasconi] volevano esser pagati quanto i Svizzeri.40

L’échec de la bataille

47Face à cette débâcle, les troupes françaises décident impulsivement de lever le camp. En apprenant cette nouvelle, Luca degli Albizzi s’insurge et refuse de consentir à cette retraite. C’est à cette occasion que Buonaccorsi indique ce que le gouvernement attend du commissaire florentin :

  • 41 Ibid., p. 416-417.

rispose che i suoi Signori lo avevano mandato quivi, non perché comandassi all’esercito del re o ne disponessi in alcuna parte, ma per provederlo, e parte per esser testimone dell’azioni dell’esercito e de’ capi di quello.41

48Mais les missives que Luca envoie aux “Dix” reflètent la consternation :

  • 42  ASF : Signori, Missive 1a Cancelleria, 52, c.21 r.

Et quello che piu è da pensare che lo ordine inquesto principio è stato sì triste che noi siamo disperati di riordinarci se la gratia di Dio et una extrema diligentia et caldeza delle s.v. non rimediano infacti.42

49De leur coté, les soldats suisses décident de prendre en otage le commissaire florentin pour obtenir un supplément. Les officiers del Monte devront encore payer treize mille ducats - soit plus d’un salaire mensuel - pour le faire libérer.

50Buonaccorsi conclut brièvement le récit de ce lamentable épisode :

  • 43 Impresa..., cit., p. 417.

essendo ridotte le cose in termini da non poter sperare più bene alcuno, si levò il campo da Pisa dopo dodici dì che vi si era posto, e si ritornò a S. Giovanni della Vena ; e di quivi poi, dopo qualche disputa del modo del procedere, se ne tornò per la via di Pontremoli in Lombardia.43

  • 44  Dans le Diario (p. 34), Buonaccorsi dénonce la culpabilité des soldats français et les regrets de (...)

51La tentative de conquête de Pise en juin 1500 se révèle donc désastreuse. Cet événement va sérieusement compromettre les relations entre Florence et la France et provoquer la délicate ambassade de Nicolas Machiavel et Francesco della Casa à la cour de Louis XII44.

Buonaccorsi, observateur attentif de ses supérieurs

52Au-delà du récit circonstancié de la bataille contre Pise, il est intéressant d’étudier les nombreuses réflexions que suscitent la rédaction de l’Impresa grâce à la participation personnelle de son auteur aux événements.

53Si comme l’annonce Buonaccorsi, Luca degli Albizzi est mandaté par son gouvernement per esser testimone dell’azioni dell’esercito e de’ capi di quello, le voyage effectué à Pise offre également à l’auteur de l’Impresa l’opportunité d’observer le comportement des commissaires dans l’accomplissement de la mission qui leur a été confiée. Tout en exploitant les missives qu’il rédige depuis le camp, le secrétaire s’offre, dans son récit, la liberté de porter un jugement sur ses supérieurs qu’il justifie avec des exemples probants : il observe ceux qui sont chargés d’observer.

54Au lendemain des premiers désordres survenus au sein des troupes à la solde de la République, le commissaire florentin Ridolfi, nous l’avons vu, sollicite son congé. Dans les lettres officielles, il évoque une douleur à l’épaule :

  • 45  ASF : Sigg. Resp., 17, c.76 v., in Fachard, Biagio Buonaccorsi..., cit., p. 83.

credo a omni modo sarò forzato ad tornarmene, perché la doglia della spalla non cessa et sarei perduto ad starci sanza profitto o comodo della città ; pregovi mi diate buona licentia.45

55Dans l’Impresa, Buonaccorsi dévoile la véritable raison de ce départ :

  • 46  Impresa..., cit., p. 409.

avendo visto Giovan Batista Ridolfi tanti disordini, e giudicando che quell’impresa dovesse aver quel fine che lui aveva preveduto, deliberò tornarsene a Firenze per non esser testimonio di quella ruina ; e facilissimamente persuase a Luca degli Albizzi, suo collega, come la partita sua non noceva all’impresa, anzi la favoriva.46

56L’auteur de l’Impresa souligne la dissimulation du commissaire en insistant sur le subterfuge :

  • 47  Ibid. Les "douleurs à l’épaule" sont devenues des "maux de têtes". Cette confusion est significati (...)

Andatosene, dunque, Giovan Batista a Firenze (...) sotto scusadi aver certi dolori di capo.47

57Au début de son récit, Buonaccorsi avait déjà évoqué les réticences de Ridolfi à rejoindre une armée en laquelle il n’avait pas confiance

  • 48  Il s’agit de prendre la décision d’engager ou non l’armée française, disponible aux frontières de (...)
  • 49  Impresa..., cit., p. 404.

Ma Giovam Batista di Luigi Ridolfi solo, uomo savio, e di grande autorità nella Città, consigliava che si negasse al tutto tale partito48, come quello sotto il quale la Città poteva rovinare.49

58Buonaccorsi reste attentif à ne pas entacher la réputation de Ridolfi pour autant et fait preuve d’un degré certain d’objectivité par rapport à la conduite ultérieure du commissaire. L’auteur de l’Impresa note l’utilité du compte rendu que Giovambattista soumet aux autorités lorsqu’il a regagné Florence et souligne sa volonté de contribuer, certes à distance, au déroulement des opérations :

  • 50  Ibid., p. 410.

Arrivato Giovan Batista Ridolfi a Firenze, e esposto le difficultà dell’impresa e il difetto de’ viveri, si fece forza grandissima di spignere vettovaglie in campo.50

  • 51  De façon générale, les historiens qui se sont intéressés à cette expédition passent sous silence l (...)

59Néanmoins, le clivage existant entre les lettres officielles et le récit du secrétaire qui a personnellement assisté à cette scène se distingue nettement. Il est évident que la présence de Buonaccorsi auprès du commissaire lui permet une connaissance exacte des faits tels qu’ils se déroulent. Ultérieurement, la rédaction de l’Impresa lui offre la possibilité de rétablir la vérité et de porter un jugement sur les actes de son supérieur : le prétexte invoqué par le commissaire pour justifier son départ est quelconque ; il dissimule le découragement, une certaine faiblesse51.

60Luca degli Albizzi bénéficie d’un portrait beaucoup plus élogieux. Certes, le lecteur qui a connaissance de la lettre dédicatoire n’est pas surpris de cette différence de traitement sachant que le manuscrit est destiné au fils du commissaire florentin.

  • 52  Impresa..., cit., p. 409.
  • 53  Ibid., p. 411.
  • 54  Ibid., p. 415.

61D’après Buonaccorsi, le commissaire fait acte de vaillance ; il semble vouloir tirer profit de la retraite précipitée et inattendue de son collègue pour mettre en relief l’onore de sa fonction ; per aver caro di rimanere solo nei pericoli e negli onori. Conobbesi (...) quanto un uomo si affatichi più quando la gloria torna in lui solo, che quando e’ la debbe partecipare con gli altri52. Son sens du devoir est résolument mis en avant : disse come i suoi Signori l’avevano mandato quivi perché così conosceva essere il bisogno della Città e l’ufizio suo ; e da questo nè paura, nè minacce, nè pericoli, nè disagi, nè alcun male, ancor che gravissimo, lo poteva ritirare53. Par la suite, une énergie tenace dissimule les craintes consécutives aux premiers échecs : Luca, dopo quell’assalto, ancorchè cominciassi a dubitare dell’impresa, nondimeno non se n’era ancora sbigottito54.

62Toutefois, une nouvelle contradiction apparaît entre la teneur des missives officielles et le contenu de l’Impresa. En décrivant le comportement du commissaire Albizzi, Buonaccorsi met en exergue la notion d’amore della città. Le florentin en mission semble être profondément animé par l’instinct patriotique ; il se veut plus que jamais concerné par son état de cittadino et l’emploi de onore-fede scande périodiquement le texte. Or, dans les lettres officielles, lorsque le commissaire annonce la défaite, sa déception se traduit par des invectives sévères contre les citoyens florentins dont il se dissocie complètement :

  • 55  ASF : Sigg. Resp. 17, c.52 v.

io, in ogni tucto, spero essere recomandato alle Signorie vostre per obedire, le quali mi truovo in stato che la morte reputerei felicità, non dico tanto per la mia proprietà quanto per vedere farsi la sepultura di cotesta città, essendo abandonata da’ suoi cittadini.55

63Les dernières pages de l’Impresa abandonnent le thème prédominant de la bataille conduite contre Pise en 1500 pour se consacrer à une brève apologie de Luca degli Albizzi. Buonaccorsi brosse le portrait d’un vaillant commissaire et habile politicien. Le secrétaire consciencieux n’omet pas de mentionner l’ambassade suivante d’Albizzi qui se déroula en France, de septembre 1501 à juillet 1502, en compagnie de Francesco Soderini, évêque de Volterra. Encore une fois, Buonaccorsi évoque cette ambassade en s’excluant complètement du récit alors qu’il fut pourtant, à nouveau, le secrétaire attitré des deux légats florentins. Cette promiscuité constante avec Luca degli Albizzi lui permet de cautionner, à juste titre, son action politique :

  • 56  A ce moment-là, Florence se trouvait isolée, sans armée, et César Borgia menaçait d’envahir la Tos (...)
  • 57  Relativement à la question pisane et à l’épisode de 1500.

si deliberò di riguadagnarsi il re di Francia56 : e perché questa era pratica importante, dove vi bisognava prudenza e fede, vi fu eletto Luca, e mandato oratore a quel re, insieme con messer Francesco Soderini, vescovo di Volterra. E benché la pratica fosse difficile per molti sdegni che aveva conceputi quella maestà contro la Città57, non di manco la condusse Luca onorevolmente ; nè si fece accordo alcuno che alla Città fosse tanto utile quanto questo.

  • 58 Impresa..., cit., p. 418-421.

64Buonaccorsi conclut son récit par quelques renseignements biographiques58. A ce propos, il est intéressant de mentionner les circonstances de la mort d’Albizzi, survenue en 1502, puisqu’elles dévoilent l’un des méfaits dramatiques du voyage :

  • 59 Ibid., p. 421.

E seguitando la commissione, si ammalò in Castiglione Aretino di disenteria, causàtagli dall’agitazione delle poste e frequenza del calvacare, in quelli tempi massime, ne’ quali l’estate era nell’augmento suo59.

Naissance d’une identité politique à travers la découverte de l’altérité

65Pendant les deux années qui précèdent la mission à Pise, Buonaccorsi a l’avantage de pouvoir assister à grand nombre de réunions et débats politiques. Généralement, les Consulte e Pratiche, sont occasionnées à la suite d’un événement notable ou, plus fréquemment, pour examiner la correspondance envoyées dans les derniers jours, soit par les ambassadeurs florentins en mission, soit par les chefs d’états étrangers. Au même titre que ses collègues ou ses supérieurs, Buonaccorsi bénéficie d’un contact permanent avec l’information mais celle-ci se limite à la correspondance. Dans le cas des comptes rendus des ambassadeurs florentins, par exemple, ces écritures subissent déjà l’influence ou l’interprétation de la personne qui les a dictées ou rédigées.

66En assistant personnellement à l’événement de Pise, le fonctionnaire de la Chancellerie fait l’économie d’une étape dans l’acheminement de l’information, celle qui va des événements eux-mêmes à leur compte rendu écrit. Buonaccorsi devient un témoin ; il se pose en observateur attentif. Son rapport avec l’information est transformé : il n’écoute plus la lecture des rapports ; il assiste en personne à l’affaire. Dans le camp à Pise, Buonaccorsi vit la politique. C’est sa participation directe au coeur de l’action qui devient alors le support des textes historiques. A juste titre, Polidori précise dans l’avant-propos qui précède l’édition de l’Impresa :

  • 60  F. L. Polidori, Avvertimento a l’Impresa... cit., p. 387.

si trovano, rispetto al tema proposto, come a colui che ivi porgesi quasi protagonista di quel fatto, particolarità sì minute e riposte, che invano si cercherebbero in ogni altro istorico della fiorentina Repubblica60.

  • 61  Giovanni Portoveneri, cit., p. 353.

67Buonaccorsi met à profit ses expériences vécues sur le terrain pour enrichir ses récits d’une interprétation autonome et personnelle, imperoché coll’ochio si vede meglio che da lunghi61.

68Le voyage à Pise offre au secrétaire de la Chancellerie une conception différente et nouvelle de ce qu’il connaissait avant cet épisode. Grâce à cette expédition, Buonaccorsi est sorti de son champ d’action habituel ; il s’est situé dans une autre perspective. Son expérience sur le terrain est un enseignement qui bouleverse ses impressions antérieures et donne une nouvelle dimension à l’idée qu’il avait du peuple pisan, du corps militaire français ou suisse, de ses supérieurs....

  • 62  Impresa..., cit., p. 404.

69A l’issue de son voyage, Buonaccorsi appréhende les gens qui ont eu un rapport direct avec cette expérience, sous un regard nouveau, plus avisé, plus averti. Il sait que Giovambattista Ridolfi ne répond pas aux critères qui caractérisent un “homme de terrain”, mais il avoue également, a contrario, qu’avant d’entreprendre l’expédition, les citoyens florentins ont sans doute eu tort de ne prêter davantage d’attention aux recommandations du même personnage, alors qualifié d’uomo savio62.D’autre part, Buonaccorsi entretient désormais une relation privilégiée avec une grande figure de son époque, Luca degli Albizzi, et lui attribue des qualités incontestables. L’expérience à Pise lui permet donc une meilleure approche des ambassadeurs ; dans le Diario, on le verra même s’identifier à certains d’entre eux pour décrire les batailles qui ensanglantent la péninsule au début du XVIème siècle.

70Sur un point de vue militaire, l’auteur de l’impresa sait désormais que l’armée française n’est pas digne de la réputation honorable dont elle jouit à Florence. Cette réflexion trouvera, elle aussi, un écho dans les pages de son ouvrage majeur. Buonaccorsi émettra alors des commentaires personnels sur le comportement des français dans le camp lors de la campagne napolitaine :

  • 63  Ibid., p. 85.

El disordine de Franzesi fu dal mancamento de fanti, e mali pagamenti che facevano i Thesaurieri del Re, e dello stare alloggiati sparsi in parecchi miglia di paese, (...) ciascuno (...) volendo sopportare manco sinistro, e disagio de quali i Franzesi sono impazienti, (...) stanno mal volentieri facendo infiniti disordini.63

71A l’inverse, l’auteur de l’Impresa ne peut plus ignorer les vertus du peuple pisan dans son action défensive ; que ce soit sur le plan matériel, grâce à la solidité de leur forteresse, ou dans une perspective politique, par rapport à leur tentative de conciliation avec les assaillants français.

72En conclusion, pour un Buonaccorsi accoutumé à un travail sédentaire, le voyage à Pise est une occasion de découvertes : l’initiation à une face inconnue du système politique ; l’invitation à mieux connaître la personnalité des commissaires dans l’accomplissement de leur mission ; l’incitation à réfléchir sur les problèmes militaires. Cette mission diplomatique offre à Buonaccorsi un précieux contact avec une autre réalité, une vision précise et concrète des événements, une conception différente de notions précédemment acquises à l’intérieur des murs du Vieux Palais. C’est ainsi que le voyage à Pise constitue en lui-même la découverte de l’altérité.

73Cette expérience, qui inaugure d’autres missions non moins fructueuses, est une implication sur le Diario. Faisant appel à ses expériences vécues, Buonaccorsi peut agrémenter ses récits de débats concrets. Dans les rédactions de l’Impresa ou du Diario, Buonaccorsi est libéré de la dictée de ses supérieurs ; il fait preuve d’un esprit critique et apporte à ses textes historiques une sensibilité particulière. Il évoque les événements en pouvant puiser des arguments dans un registre personnel, issu de ses différentes expériences sur le terrain. Il peut commenter, juger, interpréter. Il laisse ainsi se dessiner une prise de position dans laquelle va se profiler une véritable pensée politique.

  • 64  Nous avons choisi de nous pencher sur la mission diplomatique de Pise en 1500 parce qu’elle montre (...)

74La rédaction de l’Impresa constitue alors le message authentique et substantiel de celui qui vit l’action, l’observe et l’analyse. Elle dissipe le caractère énigmatique d’un événement qui se déroule à l’extérieur du champ de vision du gouvernement. Le récit met en relief les rouages d’une politique devenue défectueuse à cause de son manque d’organisation, en l’occurrence, celui du ravitaillement. Il souligne les faiblesses d’un gouvernement hésitant, obligé de se soumettre à l’autorité d’une puissance étrangère pour palier ses déficiences militaires. En fait, il dévoile les problèmes fondamentaux qui, quelques années plus tard, contribueront directement à la remise en cause du régime établi64.

Haut de page

Notes

1  Biagio Buonaccorsi, Florence, Giunti, 1568. Les citations empruntées au Diario seront extraites de cette édition. Nous signalons par ailleurs la prochaine parution d’une édition critique du Diario établie par Enrico Niccolini. Denis Fachard est l’auteur d’une monographie sur Biagio Buonaccorsi : Biagio Buonaccorsi, sa vie, son temps, son oeuvre, Boni, Bologne, 1976.

2  Cf. édition de F. L. Polidori, in "Archivio Storico Italiano", Serie1, volume IV, P.II, 1853, p. 385-421. Le récit est précédé d’un avvertimento de l’éditeur qui présente une biographie de Buonaccorsi.

3  Florence dominait la ville de Pise depuis 1406. En 1494, lorsque Charle VIII se dirige vers le royaume de Naples, il reçoit de Pierre de Médicis les places fortes les plus importantes du territoire florentin : Sarzana, Sarzanello, Pietrasanta, Libbrafatta, Livourne et surtout Pise. Immédiatement, Pise se soulève et obtient sa liberté. Cet événement est une véritable catastrophe pour Florence. Grâce à sa position géographique qui procure à la ville marchande une ouverture sur la mer, Pise est un élément essentiel de l’économie florentine en même temps qu’une pièce prestigieuse de son territoire. Au lendemain de la destitution de Pierre de Médicis, le nouveau gouvernement tente de récupérer la stratégique ville portuaire. En 1498, la guerre contre Pise est le principal objectif du gouvernement républicain. Parmi les ouvrages relatifs à la guerre entre Florence et Pise, et plus particulièrement à la bataille de 1500, signalons : Gentile Michele Lupo, La Repubblica di Pisa nel 1500 e le sue relazioni con Luigi XII, "Bollettino Storico Pisano", XIX, 1950, p. 125-146 ; Benvenuti Gino,Storia dell’ assedio di Pisa (1494-1509), Pisa, Giardini, 1969 ; Portoveneri Giovanni, Mémoriale, "Archivio Storico Italiano" Tom.VI, Par.II, Sez.II, p. 283-360, Vita di Antonio Giacomini Tebalducci scritta da Iacopo Pitti in "Archivio Storico Italiano", Tom.IV, Serie I, Par.II, Florence, 1853, p. 103-270...etc.

4  Buonaccorsi, Impresa..., cit., p. 404.

5  Buonaccorsi, Impresa..., cit., p. 406. Dans le Diario, Buonaccorsi décrit l’état d’esprit de Luca degli Albizzi : promettendoper parte della Signoriatutto quello che fussi possibile per espugnare quella città. Buonaccorsi, Diario..., cit., p. 33.

6  En ce qui concerne la consultation des documents originaux conservés aux Archives d’Etat de Florence (signalés désormais sous l’abréviation ASF), nous avons préféré extraire des passages issus du registre Signori, Responsive, Originali (filza 17) : à l’exception de quelques post-scriptum de la main de Albizzi, nous avons identifié la graphie de Buonaccorsi sur l’ensemble du Cartaceo : quelques lettres écrites pendant la période de l’expédition sont éparses dans les filze 16 et 18 mais l’importante liasse de documents contenus dans la filza 17 témoigne de l’intensité de la correspondance entretenue avec le gouvernement de Florence, et par conséquent de la richesse des informations : 82 lettres au total (représentant plus de 140 feuillets rédigés recto et verso), dont 54 sont signées Albizzi et 20 sont signées Ridolfi et Albizzi. Le registre Archivi della Repubblica, Signori, Carteggio missive Ia e IIa Cancelleria regroupe les mêmes documents mais ils sont sans doute destinés à "l’Archivage" puisqu’ils sont en majorité recopiés à une date ultérieure.

7  A tel point qu’ Enrico Niccolini a retrouvé une copie manuscrite du Diario de Buonaccorsi sous le titre de : Ricordi di Pisa (Bibliothèque Nationale Centrale de Florence (signalée désormais sous l’abréviation : BNCF), "Landau Finaly 168").

8  Buonaccorsi, Impresa..., cit., p. 401. Les dernières pages de l’Impresa sont d’ailleurs consacrées à un portrait élogieux du commissaire Albizzi, et sont enrichies de quelques données biographiques.

9  Denis Fachard expose nettement son scepticisme quant à la source primaire du document publié par Polidori : La question de la source utilisée reste obscure et nous ne sommes pas parvenu à retrouver le document auquel Polidori fait allusion dans son "Avvertimento", (D. Fachard, Biagio Buonaccorsi..., cit.,p. 79).

10  Impresa..., cit., p. 406. Buonaccorsi ne revient pas non plus sur cette expédition dans ses Ricordi, (BNCF, ms. "Panciatichiano 101", in D. Fachard, Biagio Buonaccorsi, sa vie... cit., p. 171-223) alors qu’il y signale ses missions diplomatiques en France, de septembre 1501 à juillet 1502, et à Rome, de novembre 1505 à Juin 1506.

11  Impresa..., cit.p. 405-406. Le maître de Bologne évite la mise à sac de sa ville en payant quarante mille ducats au capitaine français.

12  Les Français revendiquent le droit de s’emparer des villes de Carrara et de Lavenza possédées par la Marquis de Massa. Buonaccorsi évoque la stupeur des commissaires florentins, indignés de constater que la prima lancia che quell’esercito avesse rotta (...) avesse offeso gli amici de’ loro Signori, Impresa..., cit., p. 406.

13  Polidori précise que le manuscrit donne bisogno qu’il faut, bien entendu, interpréter bisognò, cit., p. 407, note 2.

14  Impresa..., cit., p. 407-408.

15  ASF : Signori Carteggio Missive 1a Cancelleria, 52, c.17 v.

16  Ibid., c.18 r.

17 Ibid., c.16 r.

18  ASF : Signori, Responsive, Originali, 17, c.46 r.

19  Ibid., c.54 r.

20  Impresa..., cit., p. 409.

21  Les Consulte e Pratiche sont des réunions constituées par de nombreux membres des différentes magistratures de la République et par certains citoyens dits "éminents" afin qu’ils se "consultent" sur les questions d’actualité. A cette époque, les Consulte e Pratiche représentent une étape nécessaire dans l’organigramme du pouvoir législatif.Cf. Fachard Denis, Consulte e Pratiche della repubblica fiorentina, vol. I : 1505-1512, Genève, Droz, 1988, p. XLVIII-382 ; vol. II :1498-1505, prefazione di Gennaro Sasso, Genève, Droz, 1993, p. XV-526 ; vol. III :1498-1505, prefazione di Gennaro Sasso, Genève, Droz, 1993, p. 531-1069.

22 Impresa..., cit., p. 409.

23  ASF : Signori, Responsive, Originali, 17, c.81 r., in D. Fachard, B. Buonaccorsi, sa vie... , cit., p. 82.

24 Impresa..., cit., p. 410.

25 Ibid.

26 Ibid, p. 411. Dans le Diario, la proposition des Pisans est davantage explicite : vennono du Ambasciatori Pisani a fare intendere per parte di quella comunità a Monsignore di Beumonte di volergli dare quella città con conditione non la dessi a Fiorentini. B. Buonaccorsi, Diario..., cit., p. 32.

27  Ibid., p. 412. Buonaccorsi est un des rares auteurs qui ait su exprimer la tentative manifeste de Beaumont pour convaincre le commissaire florentin d’accepter cette proposition. Les auteurs des ouvrages relatifs à la guerre contre Pise passent généralement sous silence cette prise de position : Il Beaumont non volle acconsentire, dicendo che voleva prima incondizionatamente la città in suo potere, affinchè il Re ne facesse poi quello che avrebbe voluto. in : Michele Lupo Gentile, cit., p. 141. ou encore : detto Capitano [Beaumont] non volendo schiarire tal patto, e’ Pisani non li vuolse lassare intrare in Pisa, dicendo piuttosto volere tutti morire che tornare in mano de’ Fiorentini, in Giovanni Portoveneri, cit., p. 351.

28  Ibid., p. 412-413.

29  Ibid., p. 405. La restitution se fit en 1495.

30  Ibid., p. 406.

31  Ibid., p. 409.

32  Ibid., p. 413.

33  30 juin 1500.

34  Impresa..., cit., p. 413. Dans le Diario, (p.33) Buonaccorsi rectifiera les données en signalant quaranta braccia. Polidori précise (note 2, p. 413) que les historiens s’entendent généralement sur quaranta braccia. Ce détail ne revêt guère d’importance mais nous constatons qu’il est effectivement variable selon les ouvrages : Guichardin donne circa sessanta braccia (F.Guichardin, Storia d’Italia, vol. I : livre V, chap. I, p. 487), Cerretani indique : braccia 50 di mura (Cerretani Bartolomeo, Storia Fiorentina, a cura di Giuliana Berti, Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento, Florence, Olschki, 1994, p. 269).

35  Impresa..., cit., p. 414. Gino Benvenuti consacre un chapitre à décrire la domination de Florence sur Pise durant le XVe siècle. Les florentins avaient ordonné la réalisation de gigantesques travaux pour fortifier l’enceinte murale de la ville afin de mieux la protéger des assauts étrangers. En 1440, ces travaux furent particulièrement conséquents à la hauteur de la porta alle Piagge. (G. Benvenuti, Storia... cit., p. 23). Il semble donc que les florentins n’aient jamais envisagé de se trouver un jour dans la position des assaillants !

36 Impresa..., cit., p. 414.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 415.

39 Ibid., p. 413.

40 Ibid., p. 415.

41 Ibid., p. 416-417.

42  ASF : Signori, Missive 1a Cancelleria, 52, c.21 r.

43 Impresa..., cit., p. 417.

44  Dans le Diario (p. 34), Buonaccorsi dénonce la culpabilité des soldats français et les regrets de Louis XII : Mandovisi Francesco della Casa, et Niccolò Machiavelli (...) furono veduti da sua Maestà benignamente, et rispose loro che dimostrerebbe che tale errore gli fussi dispiaciuto. Les historiens qui se sont intéressés à cet épisode reconnaissent à l’unanimité la responsabilité française dans cet échec : Quella che si combatté nell’estate del 1500 intorno a Pisa fu una strana guerra (...) I Francesi (...) combattevano fiaccamente (...) Le difficoltà incontrate e la malavoglia dei Francesi posero presto termine all’assedio, (Gino Benvenuti, cit., p. 83). Per la qual cosa fatta la ’mpresa in sul favore di Franccia et riuscenddo sì disonoratamente... (Cerretani, Storia... cit., p. 270). Turbò questo successo delle cose di Pisa più che non sarebbe credibile l’animo del re, conoscendo quanto ne rimanesse diminuita la riputazione del suo esercito (Guichardin, Storia... livre V, Ch. 1, p. 489)...

45  ASF : Sigg. Resp., 17, c.76 v., in Fachard, Biagio Buonaccorsi..., cit., p. 83.

46  Impresa..., cit., p. 409.

47  Ibid. Les "douleurs à l’épaule" sont devenues des "maux de têtes". Cette confusion est significative : elle souligne le manque d’intérêt accordé à la cause évoquée par Ridolfi pour regagner Florence.

48  Il s’agit de prendre la décision d’engager ou non l’armée française, disponible aux frontières de la Lombardie, pour organiser la bataille contre Pise. Polidori précise : Di questa opposizione del Ridolfi (...) non parla verun altro tra gli storici fiorentini (p. 404, note 1).

49  Impresa..., cit., p. 404.

50  Ibid., p. 410.

51  De façon générale, les historiens qui se sont intéressés à cette expédition passent sous silence la subite retraite du commissaire ; paradoxalement, Giovambattista Ridolfi n’est mentionné dans les ouvrages d’histoire qu’à l’occasion de sa participation au sein de l’opposition. Par exemple, dans un article intitulé : Machiavelli e la politica estera fiorentina, Sergio Bertelli signale sa présence au coeur d’un groupe de l’oligarchie florentine qui tentait "un remaniement interne de tendance "anti-populaire"". Dans sa Storia d’Italia, (Vol II : livres VII-XIII, Milan, Garzanti, 1988, p. 1188) Guichardin signale l’élection du nouveau gonfalonier au lendemain de la chute de la République en septembre 1512 : fu eletto per il primo anno [1512] gonfaloniere Giovambatista Ridolfi, cittadino nobile e riputato molto prudente, (...) con l’autorità grande che aveva nella città, massimamente appresso alla nobiltà, e con la virtù propria, potesse fermare lo stato tremante della republica... L’objet de ces remarques est d’attirer l’attention sur l’intérêt des informations occultées dans les missives officielles mais mises en lumière par Buonaccorsi.

52  Impresa..., cit., p. 409.

53  Ibid., p. 411.

54  Ibid., p. 415.

55  ASF : Sigg. Resp. 17, c.52 v.

56  A ce moment-là, Florence se trouvait isolée, sans armée, et César Borgia menaçait d’envahir la Toscane.

57  Relativement à la question pisane et à l’épisode de 1500.

58 Impresa..., cit., p. 418-421.

59 Ibid., p. 421.

60  F. L. Polidori, Avvertimento a l’Impresa... cit., p. 387.

61  Giovanni Portoveneri, cit., p. 353.

62  Impresa..., cit., p. 404.

63  Ibid., p. 85.

64  Nous avons choisi de nous pencher sur la mission diplomatique de Pise en 1500 parce qu’elle montre, à notre avis, l’empreinte d’une expérience vécue sur les écrits historiques du fonctionnaire de la Chancellerie, mais B. Buonaccorsi effectue d’autres missions diplomatiques non moins dignes d’intérêt qui contribuent également à la formation et à l’expression de sa pensée politique. Un exposé de ces missions se trouve dans l’ouvrage de D. Fachard, Biagio Buonaccorsi..., cit., p. 70-110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 2, Voyager à la découverte de l’identité et/ou de l’altérité, 1998

Référence électronique

Fabienne Blary-Lour, « La mission diplomatique de Biagio Buonaccorsi à Pise en 1500, une occasion de découverte et de réflexion », Italies [En ligne], 2 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/3450 ; DOI : 10.4000/italies.3450

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org