Navigation – Plan du site

Le Viaggio in Alamagna de Francesco Vettori

Georges Ulysse
p. 25-44

Résumé

Contemporain de Machiavel (1469-1527) avec lequel il entretint des relations étroites dont témoigne leur correspondance, dense et de qualité, Francesco Vettori (1474-1534) exerça d’importantes fonctions politiques. Cette connaissance de la société de son époque nourrit son Viaggio in Alamagna, fruit d’une longue mission accomplie à la demande du pouvoir florentin. Il y dit son goût pour les voyages, brosse le portrait du voyageur qu’il souhaitait être, énonce les conditions indispensables à un voyage réussi, révèle son don de l’observation, sa perspicacité, et l’intérêt qu’il porte – comme Machiavel – aux rencontres, fructueuses occasions de réunir des informations et d’exercer sa réflexion.
Ces pages ne constituent certes pas un moment littéraire et, sincèrement ou pas, leur auteur ne surestime pas leur valeur. Mais elles méritent qu’on s’y arrête, qu’on les lise en les comparant aux écrits inspirés à Machiavel par ses missions en France et en Allemagne, qu’on y cherche un éclairage sur la réalité sociale du XVIe siècle en Italie et dans un pays voisin, qu’on prenne plaisir à rencontrer un voyageur de la Renaissance ou à découvrir certains aspects des mentalités de l’époque.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Allemagne, France, Florence

Chronologie :

XVIe, XVe
Haut de page

Texte intégral

Perché intra li onesti piaceri che possino pigliare li uomini quello dello andare vedendo il mondo credo sia il maggiore ; né può essere perfettamente prudente chi non ha conosciuto molti uomini e veduto molte città... Ebbi gran contento in questa peregrinazione e sempre me ne ricordo ne ho più satisfazione e volentieri scrivo tutto quello mi occorse.

  • 1  Francesco Vettori, Scritti storici e politici, a cura di Enrico Nicolini, Bari, Laterza, 1972, 512 (...)

1Tout semble concourir à faire du Viaggio in Alamagna de Francesco Vettori1 un récit de voyage exemplaire, le titre, la longueur du texte, la personnalité de l’auteur et la durée du séjour à l’étranger laissant espérer un journal riche en indications sur les conditions et le déroulement du voyage, les pays visités, les populations et les personnes rencontrées, et surtout les réactions du voyageur à l’égard de ce qu’il a vu et retenu, en fonction de ce qu’il était lorsqu’il vivait les faits, et de ce qu’il est devenu au moment où il écrit.

  • 2  Il est ensuite rejoint par Machiavel (E. Niccolini, éd. cit., p. 363).
  • 3  Cf. E. Niccolini, op. cit., (biographie, pp. 362-367). En dehors des écrits d’E. Niccolini, l’étud (...)
  • 4  Cf., ci-après, les passages correspondant aux notes 10 et 11.

2Né en 1474, l’auteur a trente-trois ans au moment où il quitte Florence pour une mission diplomatique de neuf mois auprès de l’Empereur Maximilien (27 juin 1507-15 mars 1508)2 : c’est largement suffisant pour alimenter les souvenirs et la réflexion pendant de nombreuses années. Et cela d’autant plus que ses origines familiales, ses relations, sa culture, les charges qui lui ont été confiées précédemment (il a été membre du Collège des Douze, puis du Conseil des Otto di Guardia e di Balia avant d’être podestat de Castiglion Aretino3) font de Vettori un observateur averti de la réalité sociale, un homme qui sait ce que voyager veut dire, comme il le démontre en énumérant les conditions matérielles propices à cette activité, – ce qui suppose des expériences antérieures – : il faut être riche, en bonne santé et avoir de bons compagnons de voyage4.

  • 5  Viaggio..., p. 13.

3Si l’on connaît assez bien les motifs de sa mission, on ignore les circonstances dans lesquelles il a composé le Viaggio et, ce qui est plus gênant, à quelle date. A l’en croire, il aurait été invité à écrire « tutta la gita d’Alamagna distintamente », et promet de parler de « tutti i luoghi dove [è] stato, e non solo le città e castelli, ma li borghi e minime ville, e quello [gli] sia accaduto e con chi abbi parlato e di che »5. Vaste et alléchant programme...

  • 6  Ibid., p. 66.
  • 7  Ibid., p. 86.

4Le texte commence comme un authentique journal de voyage (« Alli 27 di giugno 1507 partì’ di Firenze con quattro servitori a cavallo »), mais si l’on réussit à retracer l’itinéraire suivi, on découvre vite de nombreuses interruptions sur le plan chronologique. On lit, par exemple : « Stetti a Iberling tutto agosto e poi insino alli 6 di settembre »6 – ce qui est bien long – et ailleurs : « era già l’autunno passato e ne veniva il verno... »7. Il n’est guère disert sur ces périodes de plusieurs mois, mais il est vrai que, en général, Vettori privilégie les moments où il se déplace, s’attardant rarement sur la description de ce qui s’est passé lors de séjours assez longs. Il convient enfin de noter que le récit devient plus succinct à la fin du Diario, sans doute parce que son auteur a l’impression d’avoir dit l’essentiel.

  • 8 Ibid., pp. 60-61.
  • 9  Dans la Vita di Piero Vettori l’antico scritta di Francesco suo figliuolo, on lit : “Volendo io sc (...)

5Les choix qu’il annonce font attendre des descriptions de qualité et des réactions révélant sa personnalité et le regard porté sur la réalité qu’il découvre. N’insiste-t-il pas sur le fait qu’il parlera sans rechercher les effets de style, et sans se soucier de ses destinataires ? « Così voglio dire io che certo sarò biasimato, perché in questi miei scritti non sia altro che giunsi, venni, arrivai, partì’, cavalcai, cenai, desinai, udì’, risposi e simili cose le quali, replicate spesso, a il lettore fanno fastidio. Ma io non ho imparato il parlare toscano se non in questo modo et, avendo a dire queste cose e replicarle spesso, non posso usare altri vocaboli, né altri termini : et ho preso tal materia perché mi è piaciuto. Chi non vorrà leggere li miei scritti gli lasci ; chi se ne infastidisce letti che li ha un poco, gli posi »8. Au moment même où il semble écarter toute ambition littéraire, il n’en proclame pas moins son appartenance à la culture toscane, son désir d’écrire pour des lecteurs, et d’être lu. Le début de la « Vita » de son père « Piero Vettori l’antico » baigne dans la même ambiguïté9.

6Ses activités semblent terre à terre : le voyageur se déplace (« partì, cavalcai, giunsi, venni, arrivai ») et se soucie des conditions d’hébergement (tout en étant plus sensible à la table – « cenai, desinai » – qu’à la couche). Mais, dans la même phrase, et c’est le plus important, il résume en deux verbes (« udì, risposi ») une attitude qui révèle une curiosité, le sens de l’observation et le goût des rencontres qui, nous le verrons, font l’intérêt de ce texte.

  • 10  Viaggio..., cit., p. 123.

7Ce qu’il dit des voyages laisse deviner une riche expérience antérieure : « Perché intra li onesti piaceri che possino pigliare li uomini, quello dello andare vedendo il mondo credo sia il maggiore ; né può essere perfettamente prudente chi non ha conosciuto molti uomini e veduto molte città. Ma a volere che questo succeda bene, bisogna che chi ha a ire a torno, abbi più condizioni : e prima che sia robusto e sano, che sia ricco et abbi compagnia facile e sollazzevole. E, se alcuna di queste qualità manca, il cammino non piacevole ma pieno di dispetto diventa »10. L’emploi du mot « prudente » donne au récit une couleur propre à la Renaissance florentine – et révèle par ailleurs la valeur formatrice que Vettori attribue au voyage, épreuve initiatique obligée puisque, pour être « perfettamente prudenti », il faut suivre son exemple – mais les adeptes du « Grand Tour », les voyageurs de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe, auraient pu établir un lien idéal avec leur lointain prédécesseur du XVIe. Ils ne sont pas plus précis dans l’art de dresser le portrait du parfait voyageur et de prodiguer des conseils utiles. Observons quand même la nostalgie qui s’exprime dans l’emploi de l’imparfait (« io ero sano, con danari ... e allora ne potevo spendere che non mi davano molestia »). Ces temps heureux – et donc la possibilité de voyager dans des conditions optimales ? – semblent donc révolus à l’époque où l’envoyé florentin revit un voyage qui appartient désormais à sa mémoire.

  • 11  Ibid., p. 122-123.

8Pourtant, au moment même où il lui paraît improbable de renouveler cette expérience féconde, il parle des voyages comme s’il était sur le point d’en entreprendre un autre, offrant au lecteur une espèce de vade-mecum du globe-trotter avant la lettre. Il entre dans les détails : « Quello che spesso il duole il capo o lo stomaco o il fianco, o li denti o le gambe, a sé medesimo et a compagni è fastidioso. Quello che ha a pensare donde abbi a trarre e’danari o che li ha con dificultà o che bisogna pensi pel cammino di guadagnare, non può pigliare piacere de’ viaggi perché li duole il soprastare più un giorno in una città, non può, per vederne una altra, allungare il cammino, piglia alterazione nel fare conto con l’oste, guarda se ha speso più un ducato che il compagno. Se la compagnia non è a proposito, similmente chi va pel mondo non può aver diletto ; e chi ha seco tutti servitori non può con loro motteggiare né parlare di cose grave né sollazzare né giucare ; chi ha compagni fantastichi, ritrosi e strani non che abbi consolazione nel cammino, ha dispetto grandissimo. Ed oltre a tutte queste cose, bisogna esser libero, né avere faccenda alcuna e potere stare quindici dì in una città, andar per terra, andar per acqua e non essere ubrigato a niente. Io, nel viaggio scrivo, ero sano, con buona compagnia, con danari perché non sono avaro et allora ne potevo spendere che non mi davano molestia ; ma non avevo questa ultima condizione d’esser libero, et ero necessitato seguire lo Imperatore et andare dove da lui mi era ordinato. Pure ebbi gran contento in questa peregrinazione e sempre me ne ricordo, ne ho più satisfazione e volentieri scrivo tutto quello mi occorse »11. Nous disions plus haut qu’il décrit davantage les déplacements que les séjours, et c’est dommage, car lorsqu’il affirme ici qu’il faut être assez riche et assez libre pour pouvoir « stare quindici dì in una città », on aimerait savoir pourquoi, étant en bonne santé, il déciderait de s’arrêter de la sorte : parce que le lieu lui convient ou qu’il y vit une plaisante aventure ? Et pourquoi (qui le lui conseille ? dispose-t-il de guides ?) envisage-t-il « d’allungare il cammino » pour voir « un’altra città » ?

9L’insistance sur les maux physiques qui peuvent gêner le voyage (rien ne semble oublié : « capo, stomaco, fianco, denti e gambe »...) traduit une des hantises du voyageur : parcourir le monde est toujours physiquement éprouvant (pensons aux souffrances d’un Montaigne lors de son voyage en Italie et glissons sur les propos des voyageurs modernes intarissables sur les effets des décalages horaires qui devraient être moins dévastateurs que des journées en selle...). On ne glosera pas sur les mots employés par Vettori, tellement il est évident qu’ils témoignent d’une sérieuse expérience du voyage : comment voyager et visiter si l’on a mal aux jambes ? le changement d’alimentation n’entraîne-t-il pas souvent des troubles gastriques et intestinaux ? Quel que soit le moyen de transport utilisé, les courbatures viennent un jour ou l’autre ; quant aux maux de dents, ils se déclenchent sans prévenir, et il suffit que le soleil soit trop fort pour que la migraine compromette le plaisir de la découverte... Dans sa simplicité, le style de Vettori est d’une grande efficacité et d’une grande précision. Jugeant inéluctable l’un de ces accidents de santé qu’il redoute, il fait la part des choses : le voyageur ne peut être toujours en pleine possession de ses moyens ; encore faut-il qu’il ne soit pas trop souvent indisposé (« quello che spesso li duole... ».) Ce qui sera jugé pauvre et trivial par un lecteur sensible à la qualité formelle d’une oeuvre littéraire devient un message apprécié d’un voyageur expérimenté, complice ou fraternel. Derrière l’insistance avec laquelle l’auteur parle de la santé, on découvre sans peine une constante qui s’exprime clairement ou implicitement dans les écrits ou les propos des voyageurs : la crainte de l’accident, l’appréhension de la maladie hors de chez soi, la hantise de mourir en terre lointaine. Qu’on l’avoue ou non, tout départ n’est qu’une séparation : combien de voyageurs partent-ils vraiment sans espoir de retour ?

  • 12  « Il più iracundo uomo che io praticassi mai » dit Vettori de ce Borso qui, refusant de payer les (...)
  • 13  Ibid., pp. 58 et 91.
  • 14  Ibid., p. 65.
  • 15  R. Devonshire Jones n’hésite pas à parler de « his lack of physical courage » (op. cit., p. 9).
  • 16  « Rimasi mezzo attonito e subito mi partì’« (Viaggio, cit., p. 52).
  • 17  Ibid., p. 53.
  • 18  Ibid., p. 34, puis 49 et ailleurs.
  • 19  Ibid., p. 123.

10Cet art de vivre en déplacement qu’il définit si bien, Vettori le respecte à la lettre, écartant tout ce qui peut troubler son voyage : il abandonne un compagnon qui lui fait prendre un risque car, trop querelleur, il a provoqué un incident12, il évite les Espagnols, violents, et les Portugais qui, dans leur grande majorité, seraient « leggieri e superbi »13. Il déteste tout ce qui menace une sérénité à laquelle il tient et parle des « incommodi e dificultà come avviene a chi seguita le corte »14. Pusillanime15, il s’enfuie dès qu’il devine des traces de peste16 et évite toute querelle avec un ancien serviteur de Piero de Médicis qui l’agresse : « io iudicando pazzia il risponderli, fingevo non intendere bene »17. Il n’aime pas rester dans des lieux dévastés (« il luogo arso mostrava maninconia »)18, mais ne veut pas ignorer cette réalité et note ponctuellement les dégâts provoqués par la guerre. Ce n’est pas un hôte très exigeant : il s’accommode facilement de ce qu’on lui offre et s’il n’a pas de soucis d’argent, il ne semble pas avoir des goûts de grand luxe (il ne parle jamais, par exemple, de la cour impériale). Il manifeste avant tout le désir de découvrir autant de lieux et d’interlocuteurs différents qu’il le peut, sans insister sur l’appartenance sociale, même s’il distingue entre des compagnons fréquentables, dignes de lui, de sa conversation et de ses divertissements, d’une part, et de l’autre, les domestiques : « chi ha seco tutti servitori non può con loro motteggiare né parlare di cose grave né sollazzarre né giucare »19.

  • 20  Ibid., p. 15.
  • 21  Ibid., pp. 86-87.
  • 22  Ibid., p. 66.
  • 23  Ibid., p. 15.
  • 24  Ibid., p. 61.

11Son voyage est un voyage de découverte. Indéniablement, F. Vettori semble fait pour les rencontres qu’il suscite volontiers, recueillant informations et confidences. Il écrit : « desinai e di poi, per non dormire, mi messi a sedere avanti la porta dell’osteria » ; voyant arriver quelqu’un, « entrando in ragionamento seco gli domandai... »20. L’auberge est toujours le lieu privilégié de la conversation entre des voyageurs qui recherchent et échangent renseignements et idées : « Come accade che chi vuole andare in un luogo volentieri parla e domanda quelli vi sono stati e che di quivi di poco si partono... »21. F. Vettori offre un excellent exemple de ce comportement. On lit, par exemple : « mentre s’ordinava la vivanda, capitò nell’osteria il prete della villa e cominciò a parlare con esso noi una certa gramatica grossa e domandare di molte cose di Italia »22. Le voyageur florentin est curieux de tout et, même après un long parcours, il s’éloigne volontiers de l’auberge pour voir le pays (l’auberge étant « piccola e trista ... andava per la villa a torno »23 ; « In quel luogo non avevo che fare e però me n’andava a sollazzo fuori della terra, vedendo il paese, e poi me ne tornavo allo alloggiamento a parlare con Bartolo »24.

  • 25  Niccolò Machiavelli, Lettere, a cura di Franco Gaeta, Milano, Feltrinelli, 1961, (lettre du 10 déc (...)
  • 26  Viaggio…, cit. p. 53.
  • 27  Ibid., p. 75.
  • 28  Ibid., p. 68.
  • 29  In : Tutte le opere storiche e letterarie di Niccolò Machiavelli a c. di Guido Mazzoni e Mario Cas (...)
  • 30  Viaggio..., cit., p. 61.
  • 31  « Stando sotto una loggia dell’osteria, guardavo che era in molle parte guasta per la guerra, che (...)

12On pense inévitablement à l’attitude de Machiavel à l’Albergaccio, décrite dans la fameuse lettre du 12 décembre 1513 adressée justement à Francesco Vettori25, lorsqu’on lit : « quivi era il dì, come interviene ne’ paesi nostri, che certi scioperati stanno in su l’osteria a parlare con chi va a torno »26. Les interlocuteurs de Vettori sont souvent des Italiens (« trovai in quello castello tanto concorso d’italiani massime lombardi, che a me pareva essere in una delle buone terre d’Italia »27), mais aussi des étrangers qui lui parlent ou lui servent de guides : il est l’hôte de « messer Bastiano, elemosiniere dello Imperatore, uomo allegro, gran ciarlatore e vano che era preposto alla chiesa principale. E, mentre vi stemmo, c’intrattenne e menò a torno vedendo la terra »28 : Vettori n’est pas passif ; il se prête à tous les contacts et trouve les guides appropriés, ce qui montre d’ailleurs que le désir de connaître et de faire connaître ce qui présente un intérêt était commun à beaucoup de personnes : le voyageur veut voir, l’habitant du lieu aime à faire découvrir ce qui caractérise son pays. Durant cette étape de trois jours, Vettori assiste à des jeux remplaçant des exercices d’entraînement militaire, une originalité allemande que Machiavel souligne au début de son Ritratto delle cose della Magna (« in soldati non spendono, perché tengono li uomini loro armati ed esercitati ; e li giorni delle feste, tali uomini, in cambio delli giuochi, chi si esercita collo scoppietto, chi colla picca, e chi con una arme e chi con una altra, giocando tra loro onori et similia, e’ quali tra loro poi si godono. »29). C’est que les temps sont troublés : F. Vettori découvre beaucoup de choses de visu, et notamment la guerre, sujet privilégié de conversation (« in quel luogo non avevo che fare e però me n’andavo a sollazzo fuori della terra, vedendo il paese, e poi me ne tornavo allo alloggiamento a parlare con Bartolo, el quale mi referiva le guerre che erono seguite in Alemagna a suo tempo »)30, et dont il note la présence à travers les dégâts qu’elle a provoqués ou les efforts de reconstruction qui ne lui échappent pas31.

  • 32  Viaggio..., cit., p. 15.
  • 33 Ibid., p. 69 (mais, p. 39, « mangiai male e dormi’ peggio e, non che letto, non vi trovai una tavol (...)
  • 34  Ibid., p. 44.
  • 35  Ibid., p. 48.
  • 36  Ibid., p. 52.
  • 37  Ibid., p. 72.
  • 38  Ibid., p. 53.

13Bref, F. Vettori se trouve, ou se met, en situation de bien voir, de bien entendre et d’enregistrer ce qu’il observe et écoute. Ce que ses yeux ne peuvent découvrir, il l’obtient grâce aux conversations qu’il suscite avec habileté, écartant ce qui pourrait éveiller la méfiance de ses interlocuteurs et se présentant comme un « mercante fiorentino » quand il le juge préférable32. Ce désir de découverte fait qu’il n’attache qu’une importance relative aux conditions du voyage et aux petits incidents le concernant. On ne trouve que quelques mots sur l’auberge, le gîte, et surtout le couvert, avec une mention spéciale pour le vin : il apprécie, que « come è costume de’ tedeschi, quelli monaci ci dettono bere di più sorte vini »33, note que, dans une auberge « nuova e pulita non potemmo avere altro che uova sode ancora che fussi domenica, il vino era assai buono »34, ou encore que « il vino era buono, et i cibi non erano tristi »35. Être privé de vin est une punition : pour prouver qu’un parâtre traite mal ses beaux-fils, Vettori précise que : « li percotava, dava lor mal da mangiare e peggio da bere »36. Il passe presque sous silence les difficultés matérielles – on n’enregistre qu’une seule récrimination à ce sujet : « a noi accadde la mattina mangiar poco e spender assai »37 – et avoue qu’il est parti une fois sans payer car l’auberge a brûlé pendant la nuit38. Vettori n’est pas de ces voyageurs – méritent-ils ce titre ? – qui veulent retrouver à l’extérieur leurs habitudes de vie.

  • 39  Il est « nuntius et mandatarius » (R. Devonshire Jones, op. cit., « The embassy to Maximilian », p (...)
  • 40  R. Devonshire Jones, op. cit., p. 33.
  • 41  Viaggio..., cit., p. 59.
  • 42  « Francesco Vettori was, like Bernardo before him, to be an efficient observer and informant and a (...)

14Le but officiel du voyage n’est pas de décrire l’Allemagne, mais de sonder les intentions de l’Empereur39. De cette mission, apparemment réussie40, il ne dit mot dans son récit (« così con poche faccende e con queste novelle passai il tempo in Constanzia. Et alli dieci d’agosto, sendo qualche dì avanti dissoluta la Dieta, e licenziati e’ principi, parve a Massimiliano partirsi. E perché voleva ire cacciando per luoghi aspri e salvatichi, non volle dalli imbasciadori esser seguito »41). Ce diplomate a la discrétion qui sied à sa fonction. De même, il ne dit presque rien des relations qu’il a avec ceux qui l’accompagnent ou qui suivent l’affaire depuis Florence42. Vettori semble s’interdire de parler de l’Empereur et cache vraisemblablement ce qu’il réservait à son gouvernement. Mais il est vrai qu’il ne s’agit pas vraiment d’un carnet de voyage : il n’y transcrit pas toutes les notes qu’il a pu prendre lors de ses pérégrinations. Plus ou moins longtemps après 1507, les informations à caractère politique ne présentent plus le même intérêt et les jugements portés pendant sa mission risquent d’avoir été démentis par les faits.

  • 43  Viaggio…, cit., p. 56.
  • 44  E. Devonshire Jones, op. cit., p. 33.

15Il est dommage que cette dimension professionnelle du voyage soit absente du récit car Vettori fait en sorte de se renseigner du mieux possible, imitant en cela ses collègues envoyés en ambassade. Arrivé à Constance, il se mêle aux chargés de mission qui se rencontrent chaque jour à l’église pour échanger des informations (« Era in Constanzia molti italiani imbasciadori et altri... e molti usciti lombardi e genovesi. E tutti quasi si trovavono la mattina nella chiesa maggiore e dicevano quello sapevano di nuovo »43). En bon diplomate, il est secret sur sa mission et distingue nettement entre le récit de voyage et des notations officielles qui le firent apprécier des autorités florentines : « Vettori’s almost immediate appointment to the priorate is evidence of the officiai approvai of his work in Germany. Mention of the praise it received is to be found in the unknown recorder of his Azioni. The mission had considerably furthered his public career and had provided him with valuable experience of the empire which proved an advantage in the pratiche of 1512 and in ihis history of contemporary affairs (the Sommario) »44.

  • 45  Viaggio..., cit., p. 56.

16En revanche, pour ce qui est de la libre description d’une expérience vécue en-dehors de ses tâches officielles, il dispose d’atouts majeurs pour connaître et faire connaître à ses destinataires florentins une réalité qui peut les intéresser par les ressemblances ou les différences établies par rapport aux habitudes italiennes. Profitant de ses loisirs, il fréquente un certain Fizio Dornit, ambassadeur du Comte de Traietto di Frigia et l’incite à parler de son pays : « io volentieri m’internavo a parlare con messer Fizio, ricercandolo de’ costumi di Frigia, e del parlar suo pigliavo gran piacere »45.

  • 46  Ibid., p. 76.
  • 47  Ibid., p. 75.
  • 48  Lettre d’Angers, du 27 juillet 1518 : « non vorrei che voi vi foste partito di qua tanto m’era gra (...)

17Il ne l’a pas approché par hasard : c’était « un uomo veramente prudente e nobile, et aveva veduto assai costumi d’uomini e varie città. » L’intention est évidente : F. Vettori est animé du désir d’observer et de comprendre ce qui l’entoure ; ses préoccupations ont un caractère intellectuel et une orientation sociologique, dirions-nous. Mais il admet que d’autres aient des objectifs différents, comme l’homme qui « poco altro nella Magna desiderava che mangiare »46. Il lui jouera un mauvais tour avec la complicité d’autres compagnons de voyage dont le siennois messer Antonio da Venafro (« presi grandissima familiarità seco e perché non eravamo occupati in molte faccende, passavamo il tempo con dare a intendere qualcosa estravagante a un suo cancelliere molto semplice, e col farli qualche piacevole giarda »47), révélant un caractère plaisant qui s’exprime dans la correspondance avec Machiavel et à laquelle Bibbiena rendit hommage plus tard, lorsqu’ils se fréquentèrent en France48.

  • 49  Viaggio..., cit., p. 51, mais aussi pp. 53, 58, 83.
  • 50  Ibid., p. 55.
  • 51  Ibid., p. 83.
  • 52 Ibid., p. 46 et 63 (quand il s’agit d’intervenir en faveur de Borso : « bisognava, perché lui non a (...)
  • 53 Ibid., p. 51 et p. 53 où l’on trouve une précieuse indication : « l’ostessa era presente et intese (...)
  • 54  Ibid., p. 61.
  • 55  Ibid., p. 39.

18Si Vettori aime bien manger, boire et rire, il préfère encore regarder et comprendre. Désireux d’établir des relations aussi étroites que possible avec ses interlocuteurs, il ne peut que se heurter à l’obstacle de la langue, difficulté qu’il rappelle souvent49 mais surtout pour montrer qu’elle peut être surmontée. A une extrêmité, on trouve Fizio qui « era stato in Italia, ma non sapeva parlare italiano, ma benissimo latino e tutte le cose che io volevo sapere da lui, volentieri me le diceva »50 et, à un niveau inférieur, nous avons le cas de personnages plus frustes comme le frère Ulrico et un certain Ciabatella qui « come interviene a chi pratica in un luogo, prese gran familiarità con uno d’essi frati chiamato Ulrico [...], ancora che ser Ciabatella non intendessi tedesco né il frate italiano, parlavano insieme una certa grammatica grossa in modo s’intendevano »51. Enfin, le voyageur peut recourir à des intermédiaires, comme quand l’aubergiste ne parlant ni italien ni latin, F. Vettori trouve dans son entourage quelqu’un qui traduit52. Il tend l’oreille et se montre disposé à faire de grands efforts : « lo intendevo perché alle volte diceva qualche parola latina »53. Mais c’est un témoin circonspect : il se méfie des confidences d’un certain Bartolo qui « diceva senza ordine e con poca verità, come fanno ancora qui li nostri artifici », mais il sait peser le pour et le contre : « Pure, perché era suto in persona alla guerra che aveva fatta Massimiliano al conte Palatino, narrava questa con più verisimili che l’altre »54, et, par exemple, accorde sa confiance aux propos que confirme une expérience concrète : « l’oste mi disse questa novella, et io la credetti perché con la esperienza conobbi nell’osteria non esser cosa alcuna »55. On peut donc voir en lui un excellent observateur et un correspondant digne de foi.

19Bref, comme Vettori le propose, dans le passage que j’ai cité, à ses lecteurs, voyageurs expérimentés ou potentiels, il trouve le moyen de s’amuser (« motteggiare, sollazzare et giucare ») et de parler de « cose grave » sur lequelles il réfléchit. Il est à la recherche d’informations et de sujets de réflexion, et à la découverte de ce qui ressemble à la réalité italienne – qui sert de pierre d’achoppement – ou en diffère.

  • 56 Ibid., p. 20 : « E considerai nel cavalcare che, ancora che il paese monstrassi essere fertile di g (...)
  • 57  Ibid., respectivement pp. 39, 67, 57, 40, 56.
  • 58  Ibid., p. 79.
  • 59  Ibid., p. 18.
  • 60  Ibid., p. 68.
  • 61  Ibid., p. 31. « lasciai la città a man destra, et ebbi per male non la potere vedere, perché intes (...)

20Il aboutit à la description de lieux comme la campagne peinte avec une certaine insistance56, et à la présentation de villes : on apprécie un bon tableau de Trente, d’Ulm, de Constance et de son lac57, et de bons passages sur les salines d’Alia58 ou sur la situation à Bologne59 et un autre, plus court, sur Meming60 et Ispruc-Tyrol où il y a une « fornace che affinono l’argento », etc. Il y a même une longue présentation de la ville de Vérone61 ; il avoue pourtant qu’il ne l’a jamais visitée et ne la visitera pas, ce qui n’est pas sans poser un problème : l’expérience vécue est-elle indispensable à la connaissance et peut-on parler utilement aux autres de ce qu’on n’a pas connu directement ?

  • 62  Ibid., p. 53.
  • 63  Ibid., p. 79.
  • 64  Ibid., p. 47.

21Force est de constater que les observations de F. Vettori signalent surtout les disparités entre ce qu’il découvre et la réalité italienne. Il ne commente pas ces différences mais la forme employée montre que la comparaison est implicite (« Come interviene ne’ paesi nostri... »62, ou, au contraire, « come è costume de’ tedeschi »63). Un passage est éclairant à ce propos : le florentin assiste sur un marché aux tours d’un bateleur (« uno ciurmatore e giucolatore di bagatelle »). Il ne parlera pas de ce qui ne présenterait aucun intérêt pour un destinataire italien : « quello facessi non dico, perché noi altri siamo tanto usi a vedere simil cosa che scriverle saria superfluo ». En revanche, il s’attarde sur ce qui marque une différence avec l’Italie : le bonimenteur est arrêté quand il ramasse de l’argent car rien ne doit sortir du pays. Etonné, F. Vettori se fait expliquer la situation : « tu cavalcherai per Alamagna e troverrra’la piena di danari, il contrario di quello che voi credete in Italia. E questo interviene perché noi Alamanni abbiamo gran considerazione di curare che del paese non eschino danari per conto alcuno »64. L’auteur a donc le sentiment de s’adresser à des Italiens qui ne connaissent pas l’Allemagne et qui pourraient tirer profit de l’expérience narrée dans le Viaggio : F. Vettori offre des points de repère compréhensibles.

  • 65  Ibid., p. 43.
  • 66  Ibid., p. 44.
  • 67  Ibid., p. 54.
  • 68  Ibid., p. 49.
  • 69  Ibid., p. 53.
  • 70  Ibid., p. 49.

22Dans la mesure où il ne souligne pas toujours ce qui rapproche l’Allemagne de l’Italie, il n’apporte guère à son lecteur que des éléments dont il ne trouve pas l’équivalent dans son pays. Il aide sa lecture, par exemple lorsqu’il signale que « quattro miglia sono venti delle nostre »65 et fournit les éléments qui lui paraissent remarquables, comme les pergolas de pommier ( « noi mangiavamo fuori al fresco sotto una pergola di melo, come s’usa in Alamagna »66), ou décrit une espèce de sauna67 et fait des rapprochements avec la réalité italienne : « era a modo nostro una stufa ». Il rappelle plusieurs fois que les maisons sont en bois et les risques d’incendie considérables (« rispetto al fuoco, nelle case d’Alamagna la notte non stanno lumi accesi »68 ; ailleurs il souligne qu’il a échappé à un incendie69). Il y a là matière à réflexion pour le lecteur, tout comme quand, s’adressant à un public de marchands, il insiste sur le bon état des routes qui facilitent le commerce (« in Alamagna le strade sono molto bene assettate e per tutto vanno li carri »70).

  • 71  Ibid., pp. 53-54.
  • 72  Ibid., p. 46.
  • 73  Ibid., p. 53.
  • 74  Ibid., p. 61.

23Les éléments documentaires ne sont donc pas rares. Tout aussi intéressantes sont les indications touchant au domaine politique. On a vu que les choix économiques de l’Allemagne sont différents de ceux de l’Italie puisque l’exportation d’argent est interdite mais, sans qu’il fasse de comparaisons explicites avec Florence ou l’Italie, Vettori est surtout impressionné par le fonctionnement des forces de l’ordre et de la justice. Il constate et loue la sécurité et l’ordre qui règnent dans les pays traversés71 soit que ses amis en pâtissent (ayant fait du tapage, l’un de ses compagnons de voyage, est arrêté72), ou qu’il en tire profit (quand un florentin favorable aux Médicis l’importune, les gardes interviennent aussitôt73). Il apprécie fort que la justice soit respectée : « osservano molto la justitia. E viddi questo che mi parve cosa mirabile : uno essere preso per la vita e stare, la notte et il dì, in sulla piazza senza guardia alcuna, solamente colli piedi ne’ ceppi, né essere uomo che ardissi di toccarlo »74.

  • 75 Ibid., p. 77 : « distendono uno uomo in su uno desco, e poi li legono le gambe e le braccia e tiran (...)
  • 76  Ibid., p. 76. Nous sommes loin des plaisanteries auxquelles l’homosexualité donne lieu dans la cor (...)
  • 77  Ibid., p. 23.
  • 78  Ibid., p. 21. Il s’agit d’« uno fiorentino chiamato Pietro Bernardo che seminava certa nuova relig (...)
  • 79 Ibid., p. 78 « il fanciullo fu arso, ancora che fussi giovane, perché il borgomastro non volle che (...)

24Il ne s’insurge ni contre la torture, facilement employée, et sous des formes propres au pays et qu’il décrit, (« la quale e’ tedeschi danno in questo modo che... »75), ni contre la sévérité avec laquelle est punie la sodomie (« come è noto a ciascuno, in Alamagna de’ soddomiti si fa asperrima iustizia, in modo che si può credere che questo vizio di quella provincia sia quasi del tutto estirpato »76). Et s’il éprouve de la compassion à l’égard d’une femme exécutée pour un crime commis plus par stupidité que par méchanceté (« parvemi il caso orrendo »77), il n’en a pas pour un hérétique condamné au bûcher78, ni pour un enfant exécuté pour calomnie79.

  • 80  Ibid., pp. 68-69.
  • 81  Ibid., p. 67.

25Sur le plan militaire, sujet qui attire particulièrement l’attention de Machiavel dans son Ritratto delle cose della Magna, F. Vettori remarque combien la préparation guerrière a été habilement transformée en jeu80 et enfin, il est sensible à la foi que semblent manifester les habitants d’Ulm où « li uomini sono molto religiosi : e mi fu affermato da un frate da bene (observons ce contrôle de l’information, – mais la formule est galvaudée, comme l’est « uomo degno di fede » pour les chroniqueurs...) che più che la decima parte ogni domenica pigliava la comunione divotamente »81, et cette observation nous éclaire indirectement sur ce devait être la pratique religieuse en Italie où la communion devait être encore plus rare.

26Malgré son intérêt, la moisson semblera pauvre par rapport aux objectifs proclamés, aux conditions favorables dans lesquelles se trouvait Vettori et aux qualités et atouts qu’il possédait. Cela est dû à divers facteurs : d’abord, il ne souligne que ce qui est différent de la réalité toscane, ensuite il ne décrit pas par le menu tout ce qu’il a vu.

  • 82  Ibid., pp. 18, 34, 47, 48, etc.
  • 83  Ibid., contre Rome ou contre les prêtres, pp. 25, 50, 71, 87, etc. A la page 25, on sent l’influen (...)
  • 84  Ibid., p. 18.
  • 85  Ibid., pp. 19 et 50.
  • 86  Ibid., p. 87.
  • 87  Ibid., p. 53.
  • 88  Ibid., pp. 19-20 et on renverra à ses considérations sur « La legge da potere graziare condennati (...)
  • 89  Ibid., p. 33. Par la bouche d’un libraire exilé, il dénonce les abus des grands et l’impunité dont (...)
  • 90  Ibid., p. 21.
  • 91  Ibid., p. 34 (un mari trompé ne tue ni sa femme ni l’amant de celle-ci, mais les désigne à l’oppro (...)

27Mais le récit apporte d’autres précieux éléments d’information et de réflexion car l’observation de la réalité allemande et les rencontres incitent l’envoyé florentin à faire connaître son opinion sur divers sujets. Un processus d’analyse commence dès qu’un voyageur parle de son voyage et, encore mieux, en laisse un compte rendu écrit. L’attention de Vettori porte notamment sur la guerre et ses désastres ainsi que sur les responsabilités des armées82, mais aussi sur l’Eglise et le clergé, qu’il n’épargne pas83. Les sujets abordés et les personnes fréquentées l’incitent à parler longuement des hommes politiques de son temps, et avec une certaine liberté : les Bentivoglio et Bologne84, César Borgia85 et Alexandre VI86, les Médicis87. C’est dans ce domaine qu’il se livre davantage, laissant apparaître sa désapprobation, à l’égard de ceux qui ne respectent ni les lois divines ni humaines « cosa aliena dalla religione et umanità perché, se bene per salvare lo stato è conveniente amazzare li nimici, si debbe fare, massime quando sono presi, per via della iustizia e con quelle cerimonie et ordini che si ricercano »88. F. Vettori est assez sévère envers les grands qui abusent de leurs privilèges89. Les comportements, la confrontation des informations et des interprétations conduit tout voyageur à se définir ou à se découvrir soi-même : observant la violence, Vettori l’approuve tacitement dans certains cas90, ou la réprouve, la plupart du temps91.

28Ce qui est dit dans ce Viaggio nous éclaire sur l’Allemagne (même si le texte parle aussi des régions traversées avant d’entrer sur le territoire impérial), et plus encore sur Vettori, à travers la vision qu’il offre de son expérience vécue et des réactions qu’il décrit.

  • 92  Il y a quelques années, nous avions cru déceler une fructueuse émulation entre Machiavel et Vettor (...)
  • 93  Viaggio cit., p. 63.
  • 94  Ibid., p. 82.
  • 95 Ibid., p. 78 « a un cervo, che avea le corna sì piccole che poco apparivono, trasse in maniera dua (...)
  • 96  Ibid., p. 68.
  • 97  Ibid., p. 72.
  • 98  Ibid., p. 50.
  • 99  Ibid., p. 53. (l’incendie serait dû à l’ivresse d’un prêtre...)
  • 100  Ibid., p. 81.
  • 101  Ibid., p. 48.
  • 102  Ibid., 24-25.
  • 103 Ibid., pp. 30-31.
  • 104 Ibid., pp. 91-92.
  • 105 Ibid., pp. 63-64.
  • 106  Ibid., p. 65-66. L’aventure de ces cavaliers tombés à l’eau au milieu des glaces a l’air bien irré (...)
  • 107  Ibid., p. 82.
  • 108  Ibid., pp. 72-73.
  • 109  Ibid., p. 41.
  • 110  Ibid., p. 86. Il proclame haut et fort que rien ne l’empêchera d’écrire tout comme ses devanciers (...)
  • 111  Ibid., p. 60.
  • 112  Ibid., p. 39.
  • 113  Ibid., p. 40.

29Malgré leur intérêt indéniable, les éléments documentaires contenus dans le récit pourraient être jugés peu nombreux, s’il s’agissait d’un authentique journal de voyage enregistrant par le menu tous les incidents d’un si long périple. Or, ce n’est pas vraiment un journal de voyage parce qu’il a été écrit longtemps ( ?) après le séjour en Allemagne, parce que les dates ne sont pas précisées et qu’il y a de graves zones d’ombre sur le plan chronologique, et surtout parce que Vettori l’a transformé en un écrit composite qui privilégie certains sujets par rapport aux notes prises durant ses déplacements. On ne sait jamais si les épisodes narrés ont été vécus ou inventés ; dans l’ensemble du texte, les invraisemblances abondent car Vettori a voulu laisser une espèce de recueil de nouvelles, le voyage offrant comme un prétexte et sa description un cadre dans lequel viendraient s’enchâsser des nouvelles traduisant chez Vettori un goût pour l’écriture, une ambition littéraire qui ne fut guère reconnue92. Vettori affirme plusieurs fois qu’il a vu ce qu’il décrit : (« accade, nel tempo che ero quivi a un medico cosa da volerla intendere... »93 ; « quello di lei seguissi non so, a punto perché il caso nacque mentre ero a Ispruc ... », etc.94), mais il n’hésite devant aucune invraisemblance, notamment dans les épisodes mettant en scène Maximilien, fameux Nemrod95, ou la femme résuscitée96, la tentative d’enlèvement de son compagnon97, une crue impressionnante98, un incendie99, pour ne pas parler de la nuit des méprises100, de la chute dans un tas de fumier101, du portrait de tricheurs102, d’une vengeance103, de l’accident conduisant un aubergiste à tuer son fils par erreur104, etc. Il aurait été le témoin d’une ténébreuse affaire105, ou d’un dramatique accident sur le fleuve106, d’un fait divers pittoresque107, serait intervenu pour sauver son compagnon108, etc. On distingue difficilement entre réalité vécue et observée, ou inventée selon les schémas de la nouvelle. D’ailleurs, Vettori insiste sur l’intérêt littéraire de son écrit en se rapprochant des autres écrivains et parle de ses « novelle d’amore »109 Même si tout voyage prend, à un moment donné, un air d’aventure, il est difficilement croyable qu’à chaque étape ait pu se produire ce qu’il dit. Le schéma pratiquement intangible des récits les rend quelque peu fastidieux – mais n’avait-il pas averti son lecteur, l’autorisant même à abandonner le récit s’il le jugeait bon ? – : on y trouve quelques mots sur l’étape et l’auberge, puis une rencontre et une discussion ou la description d’un épisode vécu, observé ou référé. Il n’est donc pas sûr que Vettori ait voulu privilégier la partie consacrée au voyage proprement dit : ce voyage lui offre l’occasion, ou le prétexte, de raconter des nouvelles présentées comme des faits divers souvent hautement invraisemblables et qui, donc, n’éclairent pas toujours, au moins directement, la réalité de l’époque. D’ailleurs, la présence d’une comédie qui ne peut être que de lui (ne connaissant pas l’allemand, comment l’aurait-il appréciée au point d’en demander la traduction puisqu’elle se réduit à des dialogues, sans effets de scène ?) montre que tout ce qui est dit ne correspond pas à ce qu’il a vu. Lui qui, au début, feint d’écrire pour le plaisir des autres, se transforme vite en écrivain défendant son oeuvre, pensant à son public110, se lançant dans des considérations générales111, employant le mot « libro » pour désigner ses écrits112, ou défendant ses choix contre ses détracteurs. Il feint d’écrire un compte rendu de voyage mais vise un autre objectif : faire oeuvre de création littéraire. Arrivé à Trente, une pause interrompt son travail d’écriture, (« però fermerò ancora un poco la penna ponendo fine al primo libro ») et, au début du second livre, il recoud le récit comme un bon conteur : « avevo al primo libro di questo mio cammino posto fine e lasciatolo a una nostra villa detta Cepperello, dove trovandomi l’avevo scritto... »113.

30Ces considérations sur la nature du Viaggio, ses caractéristiques formelles et ses objectifs, n’enlèvent rien à ce que nous avons cru pouvoir dire par ailleurs sur la valeur historique de ces pages, mais posent le problème du corpus et du statut du texte et de son rédacteur.

  • 114  Ibid., p. 24.

31Deux dernières observations. D’abord, il y a beaucoup de silences, de pauses, de non-dits. Quand Vettori écrit : « con lui di più cose, ancora che non molto esperto fussi ragionai »114, nous ne saurons jamais rien de cette rencontre. Ce n’est pas la seule fois que nous restons sur notre faim.

  • 115  Ibid., p. 13.

32Ailleurs, F. Vettori oscille entre l’autosatisfaction et la fausse modestie. Il aurait d’abord refusé d’écrire sur sa « gita d’Alamagna » [...] iudicando che non meritassi esser scritta ma che bastassi parlarne quando mancassi ragionamento »115. Voilà un propos qu’on ne doit pas négliger lorsqu’on aborde une narration de voyage. Cette expérience se prêterait-elle davantage à la conversation, à l’échange, qu’au travail de plume ? C’est peut-être lors des rencontres et des discussions, en cours de voyage ou après, que s’affinent les découvertes et que la réflexion conduit à mettre en valeur les facteurs d’identité ou d’altérité. Comptent aussi la nature et le statut du texte : la définition du corpus est essentielle Quel est son degré de sincérité et donc de crédibilité ? Dans le cas de Vettori, la question mérite d’être formulée non seulement en fonction de ce que représente le Viaggio in Alemagna sur le plan de l’écriture, mais aussi en fonction de la conception du monde que son auteur y exprime.

  • 116  Ibid., p. 32.

33Je conclurai sur un passage souvent cité. Le narrateur a une longue discussion avec un habile bonimenteur italien qui lui révèle ses trucs. « Promessili tacere e pensai intra me medesimo con quanti modi, con quante astuzie, con quante varie arte, con quale industria uno uomo s’ingegna ingannare l’altro. (...) Et in effetto tutto il mondo è ciurmeria ; e comincia a’ religiosi, e va discorrendo ne’ iurisconsulti, ne’ medici, nelli astrologi, ne’ principi secolari, in quelli che sono loro a torno, in tutte l’arte et essercizi. » Ce passage est bien connu et interprété comme une dénonciation ou une affirmation cynique et résignée ; mais on oublie parfois de souligner la leçon finale : « e per questa variazione, il mondo si fa più bello : il cervello di questo si fa più acuto a trovare arte nuova per fraudare e quello d’un altro si fa sottile per guardarsene [...] e di giorno in giorno ogni cosa più s’assottiglia et affina ».116Fruit de son expérience et énoncée à l’occasion de ce voyage qui lui aura fait découvrir cette vérité générale, la conclusion de F. Vettori justifierait, à elle-seule, qu’on attache à son Viaggio in Alamagna tout l’intérêt qu’il mérite et cela qu’on le considère comme le récit d’une expérience vécue, ou comme un exercice littéraire qui, de toute façon, n’aurait pas existé sans ce voyage.

Haut de page

Notes

1  Francesco Vettori, Scritti storici e politici, a cura di Enrico Nicolini, Bari, Laterza, 1972, 512 p. (texte, pp. 11-132, notes, pp. 382-396 ; l’itinéraire est décrit pp. 393-396 et on trouve une carte p. 394. Le curateur signale par des points d’interrogation qu’il est parfois difficile de retrouver sur les cartes modernes les lieux cités par Vettori car certains noms ont changé). E. Niccolini, qui n’écarte pas l’idée qu’aient pu exister « due redazioni stese in momenti diversi dallo stesso Vettori » (p. 370), estime que le Viaggio a été « steso in vari momenti per quel che si può dedurre dall’inizio del secondo libro » (p. 363), et établit son texte sur une version autographe dont il ne peut dater la composition (p. 358).

2  Il est ensuite rejoint par Machiavel (E. Niccolini, éd. cit., p. 363).

3  Cf. E. Niccolini, op. cit., (biographie, pp. 362-367). En dehors des écrits d’E. Niccolini, l’étude la plus complète sur F. Vettori reste celle de Rosemary Devonshire Jones, Francesco Vettori Florentine Citizen and Medici Servant, Londres, The Athlone Press, University of London, 1972, VIII-320 p. (sur le Viaggio, chapitre II, « The embassy to Maximilian », pp. 10-33). Les notes des ouvrages de E. Niccolini et M. Devonshire Jones réunissent une fructueuse documentation bibliographique. Non dénuée d’intérêt, l’étude consacrée par Raffaello Fornaciari à « Francesco Vettori e il suo Viaggio in Alemagna » (in : Fra il nuovo e l’antico. Prose letterarie, Milano, Hoepli, 1909, pp. 165-194), ne réserve, en réalité, qu’une partie des pages au voyage proprement dit.

4  Cf., ci-après, les passages correspondant aux notes 10 et 11.

5  Viaggio..., p. 13.

6  Ibid., p. 66.

7  Ibid., p. 86.

8 Ibid., pp. 60-61.

9  Dans la Vita di Piero Vettori l’antico scritta di Francesco suo figliuolo, on lit : “Volendo io scrivere la vita di Piero Vettori mio padre, confesso quella non scrivere perché stimi da altri avere a essere letta et aprovata perché in me non è né stile né eloquenzia che abbino a tirare alcuno quella a leggere ; (...) questa, adunque, scrivo a mia consolazione, a utilità di quegli nasceranno di me o di mia frategli » (éd. cit., p. 249). Dans les deux cas, Vettori affiche la même (fausse ?) modestie mais, en écrivant le Viaggio, il n’exclut pas d’attirer l’attention de lecteurs alors que la Vita serait destinée au cercle de famille. Ailleurs, il prend soin de distinguer entre ce qui appartient à la littérature, et en particulier à la fiction théâtrale (par exemple, cette comédie de « Constanzia da Casale di Monferrato » dont il dit proposer une transcription italienne, – « le cose false sono belle a vederle et udirle, ma scritte non riescono perché mancano le voci e le azioni che sono causa principale di farle piacere ») d’une part, et de l’autre, son récit, ces « vere narrazioni le quali, se non diletteranno chi le leggerà, dilettano me che le scrivo » (p. 122).

10  Viaggio..., cit., p. 123.

11  Ibid., p. 122-123.

12  « Il più iracundo uomo che io praticassi mai » dit Vettori de ce Borso qui, refusant de payer les fers neufs mis à son cheval, est arrêté et passe la nuit au cachot. Vettori interviendra, mollement, en sa faveur. (Ibid., pp. 45-46).

13  Ibid., pp. 58 et 91.

14  Ibid., p. 65.

15  R. Devonshire Jones n’hésite pas à parler de « his lack of physical courage » (op. cit., p. 9).

16  « Rimasi mezzo attonito e subito mi partì’« (Viaggio, cit., p. 52).

17  Ibid., p. 53.

18  Ibid., p. 34, puis 49 et ailleurs.

19  Ibid., p. 123.

20  Ibid., p. 15.

21  Ibid., pp. 86-87.

22  Ibid., p. 66.

23  Ibid., p. 15.

24  Ibid., p. 61.

25  Niccolò Machiavelli, Lettere, a cura di Franco Gaeta, Milano, Feltrinelli, 1961, (lettre du 10 décembre 1513, pp. 301-306).

26  Viaggio…, cit. p. 53.

27  Ibid., p. 75.

28  Ibid., p. 68.

29  In : Tutte le opere storiche e letterarie di Niccolò Machiavelli a c. di Guido Mazzoni e Mario Casella, Firenze, Barbera, 1929, p. 740.

30  Viaggio..., cit., p. 61.

31  « Stando sotto una loggia dell’osteria, guardavo che era in molle parte guasta per la guerra, che l’anno avanti papa Iulio aveva fatto a messer Giovanni Bentivogli con l’aiuto del re Luigi di Francia, duodecimo di quel nome » (p. 18). « Mi fermai la sera a una villa in gran parte ruinata, chiamata Orchen. Lo Imperatore, non molto avanti, aveva avuto guerra co’ Svizzeri, e loro, scesi, avevano guasto circa dua giornate di paese, dove avevo a cavalcare. E tutto si trovava arso e rovinato, pure si cominciava a rassettare. » (p. 47) Puis, p. 48 : « la mattina cavalcai, trovando sempre paese guasto da’ svizzeri... Fu’ forzato, per non trovare altro, stare in una osteria tutta fracassata che aveva solo rassettata e fatto quasi di nuovo la stalla » et p. 34 : « Ti voglio dire la causa perché la casa, come vedi, in gran parte è guasta et le masserizie sono sute tolte et ogni cosa è ito in ruina. Tu debbi sapere che non sono ancora dua mesi che il re di Francia molto gagliardamente espugnò Genova... », etc.

32  Viaggio..., cit., p. 15.

33 Ibid., p. 69 (mais, p. 39, « mangiai male e dormi’ peggio e, non che letto, non vi trovai una tavola da distendermi, ma, essendo gran caldo, passai la notte il meglio potetti »).

34  Ibid., p. 44.

35  Ibid., p. 48.

36  Ibid., p. 52.

37  Ibid., p. 72.

38  Ibid., p. 53.

39  Il est « nuntius et mandatarius » (R. Devonshire Jones, op. cit., « The embassy to Maximilian », pp. 10-33).

40  R. Devonshire Jones, op. cit., p. 33.

41  Viaggio..., cit., p. 59.

42  « Francesco Vettori was, like Bernardo before him, to be an efficient observer and informant and a forerunner of the ambassadors to come » (R. Devonshire Jones, op. cit., p. 18, qui cite F. Guicciardini, et, p. 33, n. 162, indique qu’a été conservé un « raccolto delle Azioni di Francesco e di Pagolo Vettori », a c. di A. von Reumont in « A. S. I. », Appendix vi, 1848, p. 273.)

43  Viaggio…, cit., p. 56.

44  E. Devonshire Jones, op. cit., p. 33.

45  Viaggio..., cit., p. 56.

46  Ibid., p. 76.

47  Ibid., p. 75.

48  Lettre d’Angers, du 27 juillet 1518 : « non vorrei che voi vi foste partito di qua tanto m’era grata la iucondissima vostra conversatione » (in : R. Devonshire Jones, op. cit., p. 108, n. 158).

49  Viaggio..., cit., p. 51, mais aussi pp. 53, 58, 83.

50  Ibid., p. 55.

51  Ibid., p. 83.

52 Ibid., p. 46 et 63 (quand il s’agit d’intervenir en faveur de Borso : « bisognava, perché lui non aveva lingua né italiana né latina, che le dicessi in tedesco e poi mi fussino riferite in italiano »), etc.

53 Ibid., p. 51 et p. 53 où l’on trouve une précieuse indication : « l’ostessa era presente et intese dal mio servitore tedesco quello che il vecchio diceva ». Vettori aurait-il eu la bonne idée de prendre un Allemand parmi les quatre serviteurs qui l’accompagnaient ?

54  Ibid., p. 61.

55  Ibid., p. 39.

56 Ibid., p. 20 : « E considerai nel cavalcare che, ancora che il paese monstrassi essere fertile di grano e vino, aveva grande incommodità d’acqua. E tutto giorno riscontrai carri che ne portavono a’ luoghi dove n’era mancamento, e la traevono del fiume, el quale era tutto pieno d’uomini e donne, chi per lavarsi e chi per trarne acqua e portarla alle loro abitazioni lungi cinque o sei miglia ».

57  Ibid., respectivement pp. 39, 67, 57, 40, 56.

58  Ibid., p. 79.

59  Ibid., p. 18.

60  Ibid., p. 68.

61  Ibid., p. 31. « lasciai la città a man destra, et ebbi per male non la potere vedere, perché intesi quella esser bellissima, abondante di popolo, piena d’arte. Ha il fiume dell’Adice che passa per mezzo d’essa ; ha contado fertile di grano, vino e d’olio che in Lombardia è cosa rara ; ha belle fortezze in poggio et in piano. Guarda’la di fuori il più possetti. »

62  Ibid., p. 53.

63  Ibid., p. 79.

64  Ibid., p. 47.

65  Ibid., p. 43.

66  Ibid., p. 44.

67  Ibid., p. 54.

68  Ibid., p. 49.

69  Ibid., p. 53.

70  Ibid., p. 49.

71  Ibid., pp. 53-54.

72  Ibid., p. 46.

73  Ibid., p. 53.

74  Ibid., p. 61.

75 Ibid., p. 77 : « distendono uno uomo in su uno desco, e poi li legono le gambe e le braccia e tirano a lieva, come si fa a caricare una balestra. Et è questo sì gran tormento, che nessuno vi può reggere ».

76  Ibid., p. 76. Nous sommes loin des plaisanteries auxquelles l’homosexualité donne lieu dans la correspondance avec Machiavel.

77  Ibid., p. 23.

78  Ibid., p. 21. Il s’agit d’« uno fiorentino chiamato Pietro Bernardo che seminava certa nuova religione ».

79 Ibid., p. 78 « il fanciullo fu arso, ancora che fussi giovane, perché il borgomastro non volle che alcuno pigliassi esemplo di calunniare il patrone a torto. »

80  Ibid., pp. 68-69.

81  Ibid., p. 67.

82  Ibid., pp. 18, 34, 47, 48, etc.

83  Ibid., contre Rome ou contre les prêtres, pp. 25, 50, 71, 87, etc. A la page 25, on sent l’influence directe du Décaméron et de la nouvelle du juif Abraham et de son ami Giannotto.

84  Ibid., p. 18.

85  Ibid., pp. 19 et 50.

86  Ibid., p. 87.

87  Ibid., p. 53.

88  Ibid., pp. 19-20 et on renverra à ses considérations sur « La legge da potere graziare condennati e banditi » (éd. cit., p. 325-26).

89  Ibid., p. 33. Par la bouche d’un libraire exilé, il dénonce les abus des grands et l’impunité dont ils jouissent : « vietare a messer Achille l’usare in botega mia, era cercare di perdere la vita e la roba, che cosi usano fare e’ gentiluomini, che di noi altri popolari sono crudeli tiranni ».

90  Ibid., p. 21.

91  Ibid., p. 34 (un mari trompé ne tue ni sa femme ni l’amant de celle-ci, mais les désigne à l’opprobre) ; p. 53 (Vettori apprécie qu’on le débarrasse d’un partisan des Médicis qui voit en lui un adversaire et l’invective, mais il demande qu’on le traite avec compassion car il est « vecchio » et « affezionato a’ discendenti del suo antico patrone »), etc.

92  Il y a quelques années, nous avions cru déceler une fructueuse émulation entre Machiavel et Vettori sur ce plan (cf. « Machiavel conteur inachevé : notes sur la correspondance de Machiavel » in : Actes du colloque franco-italien sur « La correspondance, édition, fonctions, signification », Aix, 1984, pp. 41-75).

93  Viaggio cit., p. 63.

94  Ibid., p. 82.

95 Ibid., p. 78 « a un cervo, che avea le corna sì piccole che poco apparivono, trasse in maniera dua saette, che le fece uscire pel capo a punto che parevono le corna d’esso cervo ».

96  Ibid., p. 68.

97  Ibid., p. 72.

98  Ibid., p. 50.

99  Ibid., p. 53. (l’incendie serait dû à l’ivresse d’un prêtre...)

100  Ibid., p. 81.

101  Ibid., p. 48.

102  Ibid., 24-25.

103 Ibid., pp. 30-31.

104 Ibid., pp. 91-92.

105 Ibid., pp. 63-64.

106  Ibid., p. 65-66. L’aventure de ces cavaliers tombés à l’eau au milieu des glaces a l’air bien irréelle. Elle se termine de la façon suivante : « mentre stettono in sul diaccio non mangiorono altro che un tordo el quale, stracco, tra loro si posò ; e loro così crudo sei divisono e mangiarono ».

107  Ibid., p. 82.

108  Ibid., pp. 72-73.

109  Ibid., p. 41.

110  Ibid., p. 86. Il proclame haut et fort que rien ne l’empêchera d’écrire tout comme ses devanciers (« i passati », il ne précise pas s’il s’agit des Anciens, mais il doit y penser) ) qui ont dû subir des épreuves encore plus graves : « non desisterò dal mio scrivere ».

111  Ibid., p. 60.

112  Ibid., p. 39.

113  Ibid., p. 40.

114  Ibid., p. 24.

115  Ibid., p. 13.

116  Ibid., p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 2, Voyager à la découverte de l’identité et/ou de l’altérité, 1998

Référence électronique

Georges Ulysse, « Le Viaggio in Alamagna de Francesco Vettori », Italies [En ligne], 2 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/3464 ; DOI : 10.4000/italies.3464

Haut de page

Auteur

Georges Ulysse

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org