Navigation – Plan du site

La double quête du Vénitien Alvise Ca’ da Mosto. Pionnier de l’aventure africaine au Quattrocento 1455-1456

Jean Lacroix
p. 113-134

Résumé

Découvrir un continent, après (ou en dehors de) l’Orient asiatique et les Amériques, c’est ce que fait au XVe siècle le Vénitien Alvise Ca’ da Mosto, avec (ou en même temps que) d’autres. Découvrir très au sud, vers l’Équateur, un continent aussi contrasté que l’Afrique (l’Afrique noire plus particulièrement), c’est, aux yeux de cet Européen habitué, par ses racines et son mode de vie, aux échanges, “découvrir” des nouveautés absolues : la nudité à l’état de nature, ou une autre couleur de peau, et par-dessus tout, l’or, ce “fabuleux métal”, objet de troc et de convoitises. C’est donc ce qu’inscrit dans sa relation de voyage ce ressortissant familier d’habitudes de vie, de penser, de sentir, de mœurs, etc., mais aussi de langages et de gestuelles très différents de ceux et de celles des indigènes de la côte d’Afrique ou de l’intérieur. C’est d’un œil étonamment décapé et d’un regard souvent décapant, et mû par une curiosité de vrai découvreur d’“autres mondes” qu’Alvise Ca’ da Mosto livre à ses lointains contemporains les “secrets” de ses découvertes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Afrique

Chronologie :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Alvise Ca’ da Mosto, Voyages en Afrique Noire (1455 et 1456), relation traduite et présentée par F (...)

1Avant ses deux périples effectués au sein du continent noir en 1455 et en 14561, Alvise Ca’ da Mosto, jeune patricien vénitien n’en est pas à ses premiers essais puisque (Frédérique Verrier le rappelle dans son introduction), en bon Vénitien qu’il est, pas loin d’une décennie auparavant (il n’a alors que trente ans), il a déjà opéré des incursions dans différentes zones du Bassin Méditerranée, tant en Barbarie qu’à Candie pour le compte d’un agent commercial, un certain Andrea Barbarigo qui n’est autre que son cousin.

2Autre trait caractéristique de la formation du jeune aristocrate – et par là-même facteur décisif de l’orientation initiale donnée à ses voyages africains : une situation économique familiale plutôt précaire. « Faire fortune » est donc à l’origine son principal souci, sa hantise même.

3Pour hostile que se présente traditionnellement un continent jugé par beaucoup impénétrable et fortement risqué, cette Afrique « des Empires » comme la nomme Senghor dans un de ses poèmes, celle des années cinquante du Quattrocento le tente avec ses mirages au nombre desquels, puissant leurre ou convoitise fondée, celui de l’Or.

4Moment-clé que ces années-là, vers le milieu du Quattrocento où deux dates quasi simultanément symbolisent hautement pour l’Italie d’abord, mais en sens contraire, les revirements de Fortune d’une politique commerciale, politique et culturelle capricieuse :
– d’une part le choc que représente pour un Vénitien tout particulièrement la chute de Constantinople en 1453 ;
– d’autre part et a contrario, le fol espoir né de la signature de la Paix de Lodi l’année suivante qui instaure de facto, pour environ un demi-siècle, un équilibre entre les différents états de la péninsule.

5Duplicité ou dualité de l’Histoire qui pourrait fort bien être mise en parallèle avec la double personnalité d’un authentique génie de la découverte comme Ca’ da Mosto, “homme d’argent” certes, mais aussi “homme de culture”, et qui s’affiche comme tel avec cette double vocation. L’histoire et les hommes qui tentent de l’infléchir et de la gérer ne sont jamais aussi simples qu’on aimerait le croire. Le propre et... double récit qu’Alvise nous a laissé de ses deux “navigations” successives nous le rappelle plus d’une fois, nous allons pouvoir le constater.

Le mythe de l’Or africain selon Alvise Ca’ da Mosto

6« Tout ce qui brille n’est par or », pourrait être à la fois l’exergue et la conclusion de cette première phase de notre étude relative à la quête alvisienne des années 1455-1456.

  • 2  Ibidem, p. 9. Benedetto Dei, La Cronica, Firenze, R. Barducci, 1985. Antonio Malfante, The letter. (...)

7Alvise Ca’ da Mosto n’est à vrai dire pas le premier (italien du moins) à répondre à l’appel des sirènes, au chatoiement et au prestige du “fabuleux métal”. Génois, comme Antonio Malfante (en 1447), ou Florentin, comme Benedetto Dei, ils sont quelques-uns en effet à l’avoir précédé dans cette direction qui est celle désormais des voyageurs – chroniqueurs ou voyageurs épistoliers comme on a pris l’habitude de les baptiser2.

8Mais à coup sûr, il est celui qui prend le premier conscience que désirer “faire fortune” surtout lorsqu’on appartient à une famille désargentée n’empêche pas de “voir le monde” par la même occasion d’un regard neuf.

9Son terrain africain de prédilection sera, dès 1455 (de mars à décembre, son premier voyage), l’embouchure du fleuve Sénégal au nord du Cap Vert, puis l’embouchure de la Gambie, royaume au nom magique à cette époque en raison de gigantesques gisements aurifères. Au cours de ce premier périple le long des côtes occidentales du continent africain, il partage en réalité ses impressions de Vénitien avec le représentant d’une autre république maritime (génoise), Antoniotto Usodimare au patronyme prédestiné..., à la vocation maritime de découvreur.

  • 3  Ca’ da Mosto, op. cit., p. 17.

10Un an après cette première expédition, en vérité peu fructueuse au plan du profit, limitée à des trocs de chevaux contre des esclaves mais sans découverte de réserves d’or promises... plus à l’imaginaire que dans la réalité des faits, Alvise Ca’ da Mosto entreprend en mars 1456, soit un an exactement après la première tentative, un second voyage en direction du Cap Blanc et toujours dans les parages du Cap Vert, où un archipel est découvert et deux îles baptisées par les découvreurs (Boavista la bien-nommée et Santiago du nom du patron de l’Espagne). Mais les fièvres, souligne encore Frédérique Verrier dans son introduction3, sans compter les grosses difficultés qu’entraîne la barrière linguistique, conduisent les navigateurs à renoncer à poursuivre plus avant.

11Avec ces deux voyages successifs, s’achèvera le rêve africain d’Alvise-le-Vénitien et de ses compagnons de route. Rentré en 1463 à Venise, il mourra vingt ans après, en 1483. Voilà pour l’essentiel des aventures africaines de celui qui, à l’imitation de son compatriote Marco Polo parti tôt pour la Chine (à quinze ans) au XIIIe siècle, a tout juste une vingtaine d’années lorsqu’il se décide, sous pavillon portugais, à faire le “saut” dans l’Inconnu sur la côte occidentale de l’Afrique Noire.

  • 4  Sur la curiosité : ibidem, 1er voyage, chap. V, p. 43 (épisode du chrétien canare et des douze ora (...)

12Que l’or figure d’abord dans les pages des récits alvisiens, qu’il fascine d’entrée le gentilhomme vénitien dans sa quête africaine, limitée il est vrai à sa frange côtière occidentale, relève du simple constat ; mais pas au point d’occulter ou de faire oublier l’aiguillon de curiosité qui guide aussi, parallèlement, la recherche passionnée du contact fécond avec l’Autre4 si énigmatique au départ avec son autre couleur de peau, ses mœurs autres, ses rites propres, son autre sensibilité et sa manière de voir le monde environnant, et de l’appréhender.

  • 5  Sur l’honneur et le profit : ibidem, chap. XII. Cf. aussi Gomes Eanes de Zurara, Chroniques de Gui (...)
  • 6  Ibidem, introduction, p. 7-17.
  • 7  Jean Lacroix, Entre moyen âge et Renaissance : réalités et magie de la nouveauté. Mundus Novus d’A (...)

13Honneur et profit5, telle est la formule saisissante que n’a de cesse de ressasser le voyageur immobile qu’est le Portugais Gomes Eanes Zurara dans le silence de son cabinet d’historiographe de chroniqueur et de compilateur des entreprises maritimes de ses compatriotes, et ce juste avant les deux voyages d’Alvise, en 14536. Mais à vrai dire, on lit mal dans ses Chroniques de Guinée le lien de coordination “et” entre ces deux volets d’un programme où la seconde note (la dernière nommée qui devient la mieux mémorisable !) prime indubitablement au point de rejeter nettement au second plan la première, demeurée chez le panégyriste de Henri le Navigateur toute formelle quoi qu’il en soit dit. Très différemment de ce qui se passe “sous la plume” d’Alvise, l’écriture post res gestas de Zurara, en réalité au service d’une œuvre de glorification voulue par le roi Alfonso V est infiniment plus ouverte à vocation politico-commerciale que d’essence humaniste comme chez Alvise, au service aussi d’un savoir désintéressé : acte juridique bien avant d’être un quelconque acte de foi tourné vers la connaissance gratuite de mondes nouveaux7, et en dépit d’affirmations péremptoires du genre de celle-ci :

il éprouva le désir de voir des choses nouvelles et de donner des preuves de sa vaillance (chap. XXXI, p. 107).

14En réalité et en définitive, l’écriture du “chroniqueur” Zurara se révèle être d’un bout à l’autre une écriture idolâtre, constitutive d’un panégyrique systématique fondateur d’une mémoire colonialiste.

15Alvise Ca’ da Mosto, juste après Zurara, ne tombe nullement dans ce péché d’écriture : à titre indicatif, le cheminement narratologique de sa première comme de sa deuxième “navigations” ne s’achève-t-il pas dans les deux cas de la même façon ? D’une part sur des données cognitives tournées vers l’approfondissement des réalités africaines (coutumes, habillement, économie, météorologie des chapitres XXXIV, XXXVII et XXXVIII) avec, pour finir, l’aveu non déguisé d’une limite à ce type de connaissance constituée par la barrière linguistique (chap. XXXV et XXXVI) ; et, d’autre part, dans le cas de la navigation de l’année suivante (1456) où, plus brièvement certes que dans le récit de la navigation de l’année précédente (huit chapitres seulement en tout), Alvise s’attarde sur des considérations orographiques (chap. VII) ou météorologiques cycliques (mouvement des marées) voire pédologiques et morphologiques (constitution insulaire).

16Combien différente est la fin chez Alvise et chez Zurara, son devancier de peu ! Sacramentelle et liturgique à finalisation monarchique chez le dernier nommé, coiffée par un très érudit rappel symbolico-astral de la “situation ternaire”, très médiévale de conception, face à la simple évocation “de par la volonté de Dieu”, de la chance qui permet à Alvise de revenir “à bon port” dans la péninsule ibérique d’où il était parti sur sa caravelle portugaise.

17A cet égard, il ne serait point trop exagéré d’affirmer que l’or d’Alvise n’a point le même lustre malgré tout que celui de Gomes Eanes Zurara, et que la fascination n’est point identique chez le découvreur vénitien et chez le chroniqueur et panégyriste portugais chez qui il est encore présent jusque dans le titre de l’un de ses tout derniers chapitres (« A travers le Rio de Ouro », chap. LXXXIX).

18Mais quel or en vérité ? et comment et où intervient-il dans la stricte économie du récit alvisien, au fort tropisme aurifère ?

19« Faire fortune », on l’a dit, est le slogan qui tôt apparaît sous la plume d’Alvise Ca’ da Mosto, soit dès le chapitre préliminaire où le Vénitien pour le compte du souverain portugais précise le but et les enjeux de sa première expédition. « Faire fortune » figure encore à côté de l’envie non dissimulée de « gagner quelque argent » dans le premier chapitre cette fois du récit de la première navigation, celle de 1455 (p. 29), expression répétée encore tout à la fin du même chapitre inaugural.

20Quant à l’or à proprement parler, s’il ne surgit comme terme prononcé qu’à la fin du chapitre IV (p. 37), il est très symptomatiquement d’entrée, le sésame de cette course africaine au trésor en quelque sorte, le mirage qui ceint d’une aura fabuleuse l’île des Bois qu’est étymologiquement Madère devenue de facto une véritable “île au Trésor”, autre île fortunée à l’image canarienne. Madère se métamorphose en Eldorado (voir à ce sujet le célèbre sonnet des Trophées de Hérédia Les Conquérants). Voici ce qu’écrit Alvise littéralement sous le charme de ce Paradis terrestre :

Beaucoup de ses habitants sont riches à l’image du pays puisque l’île semble un jardin où pousserait de l’or. (p. 37).

21L’or ainsi confondu avec une plante miraculeuse jaillie d’un sol béni des Dieux s’apparente à s’y méprendre à celui du Jardin des Hespérides. Signe à l’évidence de l’efficience d’un puissant phantasme.

22De surcroît, il est non moins significatif qu’une autre métaphore... précieuse visant cette fois non plus le métal jaune mais le diamant, soit un peu plus loin (p. 39) usitée, dans le chapitre qui suit celui de l’apparition de l’or (chap. V) pour désigner la masse triangulaire voire losangée du Pic de Teide, point culminant volcanique de Tenerife dont la hauteur impressionnante devenue légendaire dans toute la Méditerranée (3.707 m) frappait déjà tous les navigateurs et qui, imaginaire aidant, s’exhaussait bien davantage encore :

car au milieu de l’île s’élève une pointe en forme de diamant qui brûle continuellement. (Premier voyage, p. 39)

23Voilà bien planté le décor prestigieux des dorures du récit alvisien qui, à n’en pas douter, fascine et enchante le gentilhomme vénitien dès le début de son premier périple africain. La porte est désormais grande ouverte par où l’or, apparemment à foison, va pouvoir s’engouffrer.

24Aussitôt après, mais au chapitre IX tout de même, l’Or enrichit la narration alvi sienne, comme objet de troc des caravanes « en pays noir » en même temps que d’autres « marchandises » (... esclaves compris !) comme cette « malaguette » (ou poivre de Guinée, appelée aussi, « graine de Paradis », p. 47) ; encore une dénomination puissamment mythico-légendaire. Au chapitre suivant (chap. X, p. 48), l’or apparaît cette fois sous sa forme de « poudre » (or de tibar) bientôt progressivement remplacé parce que plus aisé à transporter, par l’or en lingots.

25Mais ce qui frappe par-dessus tout, c’est qu’Alvise Ca’ da Mosto ne l’isole jamais en tant qu’objet de fixation exorbitant : sa façon de le coupler avec les esclaves (X, 49), puis avec le sel, denrée précieuse et vitale tout aussi recherchée (chap. XII, p. 55), peut être interprétée de plusieurs façons ; mais nous insisterons pour notre part sur la nature d’échanges polyvalents au sein desquels l’or, matière “première” certes d’incomparable référence pour la notion-clé de profit jamais totalement perdue de vue, est en même temps ramené à de justes proportions : pas de caverne d’Ali Baba en l’occurrence, ou de fabuleuse et éblouissante Golconde ; il est écrit fort lucidement et fort prudemment par ce même Alvise que la « récolte » du métal jaune peut fort bien se révéler déficitaire, et sa quête décevante, liée par exemple aux aléas du commerce du sel avec lequel on l’échange couramment dans le circuit des caravanes de l’intérieur (chap. XIII, p. 56).

26Monnaie d’échange, certes prestigieuse mais jamais fin en soi : en effet, les chapitres qui suivent le chapitre XIII délaissent, dix chapitres durant, cet objectif et se réfèrent au départ obsédants pour se consacrer aux autres « richesses » (ou mieux potentialités) de l’univers des Noirs ; la curiosité de ce fait prend très nettement le dessus (conclusion du chap. XXI, p. 72) jointe au vif désir jamais inassouvi, jamais occulté par le premier rêve « doré », d’observer « le mode de vie de ces gens » (chap. XXII, p. 73). Ainsi font suite immédiatement par exemple l’éloge et l’admiration concernant les qualités innées athlétiques et nautiques des Noirs de la côte et des berges des fleuves :

[…] ces Noirs qui habitaient sur la côte étaient de grands nageurs, les plus grands nageurs du monde, (conci, chap. XXII, p. 74)

ou leur royale prestance de cette race de seigneurs, ce dernier terme à entendre dans son sens moral et non point politique :

assurément ces hommes ne sont pas seigneurs au sens où ils seraient riches et posséderaient des trésors ou de l’argent car ils n’en sont point et ne battent pas monnaie (Chap. XXIII, p. 75).

27Certes, Alvise confesse par ailleurs leur naïveté et leur cruauté (ils vont assassiner l’interprète portugais, (chap. XXXV, p. 97) ; mais dans le même temps, il ne peut s’empêcher de louer sans équivoque leur authentique curiosité (XXIX, p. 88 ; XXXI, 90 ; XXXVII, 101), leur aptitude constante à s’émerveiller.

28Toutefois, ce qui domine à la fin de ce premier récit de voyage c’est le besoin de se présenter jusqu’au bout, lui et les siens, comme « gens de commerce » (XXXVII, p. 102) animés d’intentions « pacifiques » ( !) en même temps que le souci de ne point se leurrer quant aux ressources aurifères de ces contrées surfaites par un imaginaire dont il mesure sur place les effets néfastes et les trompeuses facettes ; « se renseigner sur l’or » (mission jamais abolie) n’abuse en réalité nullement ceux qui, en contrepartie, se défient du mythe fallacieux de l’Eldorado :

Nous nous figurions qu’à proximité d’un aussi beau fleuve, les terres ne peuvent qu’être bonnes et riches, regorger d’or, d’épices et d’autre choses précieuses (chap. XXXVI, p. 98).

29Mythe de la corne d’abondance que l’histoire va se charger de corriger et de démentir au point que deux formulations proches parentes par leur souci de jumeler profit et curiosité, à trois pages de distance, démentent par leur structure inversée que précisément le mythe de l’or soit primordial :

– Première affirmation en conclusion du chapitre XXIX, p. 88 :

J’allais à ces marchés pour y voir quelque nouveauté, mais aussi pour y acheter de l’or, s’il s’en trouvait. Mais, comme je l’ai dit, le marché était fort modeste.

– Seconde affirmation, celle du chapitre XXXII, à la page 92 où, cette fois, la curiosité prédomine et relègue à l’arrière-plan le sort de l’or :

Aussi, mû par le désir de trouver cet or et aussi par la curiosité de voir du nouveau, je pris congé de Budomel, et retournais à ma caravelle.

  • 8  Sur le cycle des marées : cf. Ca’ da Mosto, op. cit., 2e voyage, fin chap. VII, p. 131 ; cf. égale (...)

30Mêmes schémas de phrases et de pensée dans le second texte (voyage de 1456), sauf que l’or cette fois fait partie intégrante d’objets travaillés (de bijoux tels ces anneaux du chapitre III et du chapitre VII, respectivement à la page 117 et 131) : or affiné, parure de la coquetterie féminine, ornement qui est signe de luxe mais qui, au demeurant, n’éclipse point, tant s’en faut, le vif désir de curiosité de parvenir à comprendre ce pays des Noirs jusque dans le cycle de ses marées8, observation naturaliste qui replonge tout à coup Alvise dans son cadre familier, vénitien.

31Incontestablement, l’or constitue toujours un appât pour les découvreurs : mais plus qu’un appât, un leurre. Les deux “voyages” successifs rédigés par Alvise Ca’ da Mosto traduisent et trahissent bel et bien le double appel que la conclusion, à l’occasion, d’un chapitre rappelle conjointement :

ce ne fut pas moins la curiosité de voir et connaître quelque nouveauté que le désir d’être payé qui m’incitèrent à poursuivre, (chap. XXI, p. 72)

32Les conclusions de l’un et de l’autre récits de 1455 et de 1456 délaissent complètement toute allusion à ce qui reste finalement un somptueux mais redoutable mirage, pour au contraire mettre l’accent sur la splendeur stellaire des cieux des tropiques et sur l’inexplicable précocité solaire sous ces latitudes enchantées, d’aurores synonymes de récoltes prospères et d’inépuisable fécondité sur la terre nourricière :

C’est en cette saison très pluvieuse que les Noirs commencent à semer comme le font ceux du royaume de Sénégal, et comme eux, il se nourrissent de miel, légumes, viande et lait... J’ajoute avoir entendu dire qu’à cause de la grande chaleur de l’air, l’eau qui tombe du ciel est chaude. (Premier voyage, fin, p. 105 )

33On croirait entendre, en ces années du XVe siècle, d’autres voix “noires” de poètes qui, à notre époque, célèbrent de semblables vertus, telle celle d’un Leopold Sedar Senghor, poète de Chants d’ombre, d’Hosties noires ou encore de Nocturne qui, du fond de son “exil” parisien, évoque “son” Afrique en se rappelant ses racines portugaises :

J’écoute au fond de moi le chant à voix d’ombre des saudades. Est-ce la voix ancienne, la goutte de sang portugais qui remonte du fond des âges ? (à Humberto Luis Barahons de Lemos, Elégie des saudades, in Nocturne)

  • 9  Leopold Sedar Senghor, Nocturnes, Paris, Seuil, 1961, p. 30 : « je rêve le soir d’un pays perdu où (...)

34Voix de « la soif des savanes », des « couleurs de l’Afrique », des « visages de l’aube du monde » demandant à être lavée de toutes les « contagions de civilisé » au profit des « richesses authentiques, non plus l’or ni l’ambre ni l’ivoire... »9

  • 10  Niccolò Manucci, Un Vénitien chez les Moghols, texte en français de Françoise de Valence et de Rob (...)

35La “leçon” très vénitienne d’humaniste éclairé qui sous-tend la quête du profit chez Alvise Ca’da Moste n’est pas près d’être oubliée si l’on veut bien songer à l’attitude d’un autre Vénitien, Niccolò Manucci10, à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle dont la profession de foi, dès l’ouverture du chapitre I, rappelle curieusement dans sa formulation celle de son compatriote du XVe siècle :

Moi, Alvise Ca’ da Mosto, suis le premier de notre illustre ville de Venise à avoir navigué sur l’océan vers le Sud et les terres de Noirs de la Basse Ethiopie, hors du détroit de Gibraltar.... Chose jamais faite de mémoire d’homme, ni mentionnée dans les livres.

  • 11  Ibidem, note de l’éditeur, p. 10 ; chap. II, p. 63 : « le jeune homme dévoré de curiosité que j’ét (...)

36Tout un programme auquel le fils de marchand à la recherche des épices11 va rester étonnamment fidèle depuis son âge précoce de passager clandestin parti découvrir Raguse, Smyrne, Ispahan, Shiraz et les cités de l’Inde jusqu’au soir de sa vie où, sexagénaire en 1698, il se met à dicter son livre de “mémoires”, à.... une dizaine d’amanuensi en plusieurs langues (italien, français, portugais)... après avoir été décoré par le roi très chrétien du Portugal !

  • 12  Ibidem, chap. VI (Auprès de Jai Singh) : « le voyage est un grand maître : qui se promène sans rie (...)
  • 13  Ibidem, chap. XIII, p. 270 : « ô lecteur ... si tu souhaites te promener de par le monde, sache ce (...)

37Pourquoi voyager, c’est là en effet, la question de fond d’après Alvise Ca’ da Mosto ; il répond en affirmant que c’est « vouloir apprendre encore »12 et inlassablement ; mais c’est aussi perfectionner sa connaissance de l’Autre ne fût-ce que pour savoir se protéger13.

38Ce lecteur à la fois témoin et confident, chez Manucci comme chez Alvise, est à l’image de l’oreille vénitienne, attentive si activement présente dans l’histoire de la culture et des rapports sociaux complexes de la Cité cosmopolite des Doges (songeons à l’oreille de la “délation” instituée par les Autorités du régime ducal !).

39A la vérité, l’Or n’est qu’un des pôles de la quête à double sens d’Alvise Ca’ da Mosto lorsqu’il entreprend son double voyage en 1455 et en 1456 ; l’Autre représente tout autant... l’autre pôle de cette entreprise qui pourrait écrire, à l’image de ce vers du même poète noir précédemment cité, L.S. Senghor : « Mais dans quel livre trouver la ferveur de ta réverbération ? » (Chants d’Ombre) – et qui préfère s’en tenir à l’expérience vécue passionnante et difficile de l’approche du Noir conduite par un regard de “pionnier” soucieux de ne pas en dire plus que ce qu’il voit de ses propres yeux.

Un regard de “pionnier” vénitien sur l’Autre

Car je préfère dire moins que trop.
(Premier voyage, p. 25, chap. I)

  • 14  Michel Mollat de Jourdin, Les explorateurs du XIIIe au XVIe siècle. Premiers regards sur des monde (...)
  • 15  Mollat du Jourdin, op. cit., Bibliographie, p. 205.

40Réduire l’émiettement narratif des cinquante petites unités (brefs chapitres) des deux récits des années 1455-56 au seul fantasme obsédant de l’or, serait commettre à n’en pas douter un contresens sur le sens de ces deux voyages dans le Continent noir africain accompli par un Vénitien. Ce serait vouloir méconnaître le prix attaché à la découverte de l’Autre et l’importance de ce qu’un historien il y a un peu plus de dix ans, Mollat du Jourdin14, a dénommé « les premiers regards sur des mondes nouveaux ». Premiers regards décapants pourrait-on ajouter à l’actif des métamorphoses opérées à la « question de l’Autre » pour reprendre cette fois le titre de la belle étude et mise au point de Tzvetan Todorov, légèrement antérieure. En bref, un Alvise Ca’ da Mosto légitimement qualifié15 d’« esprit moderne et démystificateur ».

41La fin du premier chapitre de la première relation (1455) ne laisse planer aucun doute sur le double but clairement affiché par l’explorateur : profit et curiosité, deux termes forcément incompatibles, aussi fortement revendiqués l’un que l’autre et qui ne peuvent ni ne doivent se nuire l’un l’autre et s’exclure. A cet égard, l’aveu d’impuissance sincère dans l’humilité de sa confession contenue dans les toutes dernières lignes du huitième et dernier chapitre de la seconde relation (1456) donne toute la mesure de l’authenticité du message d’Alvise butant sur l’incompréhension engendrée par la barrière de la langue :

là encore, ne pûmes nous entretenir avec les indigènes parce que nous ne les entendions pas plus qu’ils ne nous entendaient (p. 132).

  • 16  Jean Lacroix, L’écriture de la découverte : réalité nouvelles et hyberbole (C. Colomb, Vespucci, P (...)

42Fort peu de navigateurs après Alvise Ca’ da Mosto – pour ne pas dire aucun – oseront achever leur témoignage écrit de quelque nature qu’il soit, sur une note d’incomplétude s’interdisant de conclure ou sur tout autre glose superflue dans le champ poussé le plus loin possible de la connaissance de l’Autre. Quelle différence avec les déclarations présomptueuses des relations colombiennes allant jusqu’à décrypter, sans l’ombre d’une hésitation16, sans le moindre soupçon d’un légitime scrupule, la vraie (sic) signification d’une gestuelle qui, en réalité, requerrait la plus élémentaire prudence !

43En bon “pionnier” vénitien, Alvise Ca’ da Mosto ne cesse de rappeler l’orgueil d’être le premier (chap. I, première « navigation », p. 27) moins pour s’en glorifier à l’excès et dans l’absolu :

on ne connaissait personne qui l’eût jamais passé ou qui pût se vanter d’en être revenu,

que pour affirmer d’emblée un vif désir de nouveauté, symbolique à partir de ce cap signifiant sèchement la négation (Não) dont il proclame a contrario le dépassement, qui est d’abord dépassement de soi : au “sans oser aller plus loin” des caravelles apeurées de devoir se lancer dans l’Inconnu, violente antithèse répond, quelques lignes plus loin, le défi “d’aller plus loin”, défi ulysséen inscrit par Dante (Inf. XXVI, v. 108) avec l’image de la poupe tournée vers l’Inconnu doublée de celle du “vol fou”, les rames devenant opportunément comme dans le célèbre poème en prose de Saint John-Perse, Oiseaux (1963), des rémiges.

44« Pionnier » veut dire encore, sous la plume du voyageur-écrivain Alvise, donner son plein sens à l’expression « faire fortune », celui qui tend à faire oublier le terrible négatif de « faire fortune de mer », p. 27), aux sinistres conséquences parfois irrémédiables. De là, la confiance inouïe (autre versant du panégyrique “obligé” à l’égard du souverain portugais armateur des caravelles : « Les caravelles portugaises sont les meilleurs voiliers qui soient » (p. 27). Foi de marchand vénitien mais aussi hommage nécessairement rendu à son protecteur Henri-le-Navigateur.

45« Pionnier » signifie fondamentalement partir à l’aventure (moins physique que mentale) pour aller courageusement affronter des réalités autres, extra-européennes, en dehors de routes maritimes habituellement sillonnées par les nefs de la Cité des Doges, ce que rappelle l’audace de l’affirmation liminaire (p. 28) :

C’est ainsi que ce seigneur à force de persévérance parvint à découvrir les terres des premiers Noirs, puis avec le temps, d’autres peuplades noires aux denrées, langues, religions et mœurs différentes.

46En bref, l’audace de se confronter à la différence et donner ainsi au-delà du réel besoin de “faire fortune”, tout son sens à une quête autre que celle seulement commerciale aux clairs enjeux mercantiles :

J’avais écouté attentivement tout ce qui s’était dit et me voyant jeune et apte à supporter les plus grandes fatigues, désireux de voir le monde et des terres qu’aucun Vénitien n’avait vues jusqu’à ce jour (Chap. I, p. 30).

47Ne peut-on pas, à ce stade, parler de risques d’aliénation lucidement envisagés au contact (contaminant ?) de l’Autre, par exemple au contact des langues si différentes de Canarien (Chap. V, p. 38), ou des idolâtres (sic) de certaines îles aux coutumes « brutales et bestiales » ?

  • 17  Charles Darwin, Voyage aux origines de l’espèce. Voyage d’un naturaliste autour du monde, trad. de (...)

48Alvise applique strictement ce programme dès les premiers chapitres qui abondent effectivement en nouveautés de toutes sortes, répertoriées, et qui tombent sous les sens émerveillés du Vénitien, mais qui en tout état de cause cherche toujours à dépasser le stade phatique du simple émerveillement (Marco Polo en restait généralement au stade du pur constat). Ainsi en va-t-il pour la résine qui suinte des arbres de l’île de Porto Santo, ou encore des odeurs du bois de cèdre (chap. III) ou des relents de bouche (chap. X, p. 50). On pense inévitablement au type d’approche des descriptions d’un Darwin, au XIXe siècle, sur le Beagle17qui s’ouvrent, dans les premières pages, sur le panorama de Ténérife avec son pic (de Teide) majestueux puis, aussitôt après, sur une escale dans l’archipel du Cap-Vert.

49Ces premiers chapitres, d’entrée, n’oublient à aucun moment le label de la confrontation sicilienne (ex. chap. IV, p. 35, 36) ou vénitienne bien sûr (XIV, p. 59), voire espagnole : jamais Alvise ne perd de vue un réel besoin de vérité de ces choses vues, (ou entendues, plus difficiles du fait de la langue), ou senties, à tout le moins à “saisir” dans leur authenticité la plus fidèle qui soit c’est-à-dire en s’efforçant de dépasser le stade des mirabilia.

50De là, ce type de déclaration de foi jurée au service de la seule découverte du vrai :

Je vous avoue que je n’invente rien (chap. XI, p. 51)

et, plus loin :

Je tiens cette anecdote d’Azenègues eux-mêmes devenus esclaves au Portugal et de nombreux Portugais qui se trouvaient alors dans ces parages.
(chap. XI, p. 52).

51Foin du référent livresque, prisme déformant dont abuse en revanche un Gomes Eanes Zurara. D’abord et avant tout, la véracité du « témoin digne de foi », qu’il soit autochtone ou qu’il soit visiteur (chap. XI, 51 ; XXVI, p. 83) ; à défaut, prévaudra le serment du « vu de mes yeux vu » :

Si elles [les locustes] venaient chaque année, ces Noirs ne pourraient survivre, mais elles viennent tous les trois ou quatre ans. Moi-même, je les ai vues une fois alors qu’elles passaient par ce pays, sur la côte : elles étaient innombrables (chap. XIV, p. 60).

52On n’aura pas manqué de noter, d’après cette dernière citation, la valeur dérivée de l’indigène capturé et devenu esclave... au Portugal mise sur le même plan que le témoignage de libres Portugais voyageurs-enquêteurs au même titre que le Vénitien Alvise Ca’ da Mosto et son compagnon de route, le Génois Antoniotto Usodimare.

53La vérité de nature ethnologique n’ayant ni odeur ni couleur en dépit de la vie dure que continue à avoir une parole européocentrique, occidentale et chrétienne (le « nous chrétiens » d’Alvise (XIII, 58 ; XVII, 64) prouve au moins que tout dépouillement radical et brutal des vieilles croyances ou d’ataviques habitudes n’est pas chose si aisée en dépit de la volonté de connaître, pas plus que n’est chose aisée la désaccoutumance aux lois biologiques (culinaires par ex.) ou climatiques :

Le froid est plus rigoureux chez nous au mois d’avril qu’il ne l’est chez eux au mois de janvier (chap. XIX, p. 68).

54Le référent livresque aussi, à vrai dire, n’a point complètement disparu de cette enquête au « pays des Noirs » : simplement – optique vraiment innovante – il est le plus souvent confronté, comparé à l’aune de l’expérience vécue sur place comme le déclare la première phrase du chapitre XXI (p. 71) englobant « mes lectures » et « les renseignements que j’ai pu recueillir ». Ce qui signifie clairement que le cliché imprimé n’a déjà plus à lui seul force de loi (visuelle ou mentale). Il ne vient qu’ en appoint désormais, du moins dans les écrits alvisiens, à une volonté de re-découvrir le sens perdu (ou encore inconnu) de vérités nouvelles.

  • 18  « Autrement », série Mémoires, supplément au numéro 1, septembre 1990, p. 50 et 76.

55Certes, tous les Vénitiens ne se comportent pas comme Alvise Ca’ da Mosto, voix encore isolée à son époque vis-à-vis de l’Afrique de l’or (comme on peut parler de l’Asie des épices et de la soie). Dans sa brillante et très concise synthèse Les Découvertes de la revue « Autrement »18 sous-titrée « XVe-XVIe siècles une révolution des mentalités », Victorino Magalhães Godinho, tout en rendant hommage au rôle novateur de Ca’ da Mosto quant à « l’observation effective du réel » qui lentement émerge au XVe siècle, rappelle non moins opportunément le rôle tout autre joué par le Vénitien Ca’ Masser dans les premières années du XVIe siècle, aux antipodes de la mentalité de son compatriote des années cinquante du XVe siècle.

  • 19  Ibidem, chap. Fantastique et réel, p. 49-51 ; également chap. Este mundo tao mudado, p. 54 sqq.

56Et pourtant, l’époque des voyages d’Alvise Ca’ da Mosto est bel et bien celle où la physionomie de l’Afrique en matière de cartographie gagne de plus en plus en véracité : le même historien des découvertes, dans ce même numéro cité, mentionne à juste propos que « c’est dans le deuxième et troisième tiers du XVe siècle que tout le continent africain acquiert pour la première fois des contours et une forme redessinés selon des critères scientifiques, et une physionomie presque conforme à celle que l’Afrique offre sur les atlas modernes, et pour l’essentiel »19.

57Reste à présent à évaluer la réelle portée du témoignage alvisien.

Valeur du témoignage alvisien

58Une profession de foi inscrite au début du récit de 1455 nous semble tout à fait correspondre à l’esprit de son entreprise. Ecoutons le souhait de ce que veut être le projet d’Alvise Ca’ da Mosto lorsqu’il rédige ses deux récits de 1455 et 1456 :

Je souhaite que mes descendants puissent comprendre dans quel esprit je me suis mis en quête de contrées si différentes et si inouïes que nos usages, nos lieux et nos modes de vie en comparaison de ce que j’ ai vu et entendu pourraient à juste titre appartenir à un autre monde (Premier voyage, 1455, p. 25).

59Cette exergue appartient en propre à Alvise Ca’ da Mosto : elle sonne en fait comme une déclaration de foi en faveur de la reconnaissance pleine et entière de l’altérité du Noir du continent africain. Elle affirme par ailleurs hautement moins la valeur testamentaire que d’autres navigateurs-découvreurs après Alvise au XVIe siècle reprendront (là n’est donc pas la nouveauté, celle de vouloir se survivre) que la conscience nouvelle que d’autres mondes puissent exister différemment. Au « comment peut-on être Persan ? » de la fiction de Montesquieu au début du XVIIIe siècle, répond par avance, vers le milieu du Quattrocento un « Comment peut-on être Noir et Africain ? » aux yeux d’un Européen habitué, il est vrai, au cosmopolitisme vénitien.

60A cet égard, il est capital que dans le troisième et dernier écrit d’Alvise Ca’ da Mosto, très bref (composé de cinq petits chapitres) et tardif (de 1460), relatif à la mise en ordre d’une ultime narration du Portugais Pedro de Sintra, il est capital donc que Ca’ da Mosto encadre ce dernier témoignage et récit d’un autre, par la résistance d’ordre linguistique indéniable qui constitue un très réel obstacle à une plus grande connaissance de la mentalité des Noirs. Dès le début de cette relation d’abord, Ca’ da Mosto écrit :

Ils débarquèrent sur l’une d’elles et parlèrent avec les Noirs qui l’habitaient sans réussir à se faire comprendre... Ne pouvant ni s’entretenir, ni commercer avec eux, ils repartirent (chap. I, p. 134).

61Et tout à la fin (chap. V), Ca’ da Mosto revient sur ce sujet, sur cet incontournable handicap à la compréhension des comportements et de la mentalité de l’âme noire :

Le roi fit s’entretenir différents interprètes avec ce Noir qui jamais ne purent l’entendre jusqu’à ce qu’une femme noire, esclave d’un habitant de Lisbonne et originaire de ces contrées lointaines...

62Deux étapes sont à distinguer que révèle ce tout dernier aveu d’impuissance : d’abord l’impossibilité immédiate de communiquer, ensuite ce discours décrypté par le truchement d’une langue commune qui n’est à proprement parler ni celle de l’indigène interrogé, ni celle de son interprète de couleur, un discours qui « aux yeux du Vénitien » cette fois demeure en réalité à l’état d’énigme indéchiffrable. La boucle est bouclée. Un tel aveu en dit long sur les progrès qui restent à faire à la suite de Ca’ da Mosto pour parfaire ce qui n’est, pour l’heure, qu’une approche limitée d’ailleurs géographiquement à la seule frange côtière occidentale d’un vaste continent et à une faible “pénétration” par le canal de l’embouchure de ses fleuves : voici la fin très suggestive de la citation amorcée ci-dessus :

[une femme noire] parvînt à s’entretenir avec lui, non point dans « sa langue mais dans une troisième que l’un et l’autre connaissaient. J’ignore ce qui fut rapporté au roi par cette femme (chap. V, p. 142).

63L’or jugé ou l’Autre jaugé relève(nt) du même processus cognitif et textuel dans l’œil et sous la plume du voyageur vénitien. Paradoxalement, une même démarche reconnaît les limites de la double quête (mercantile et “spirituelle”) qui, pour prestigieuse qu’elle se soit voulue au départ, n’atteint pas les résultats escomptés.

64Et tout d’abord, à la différence de tant d’autres récits de voyages et de découvertes de la fin du Quattrocento et des premières décennies du Cinquecento, c’est bien en volgare et non en latin (comme chez Amerigo Vespucci par exemple) que Ca’ da Mosto prend soin de rédiger son « petit livre » (et non une grosse somme du type de son prédécesseur portugais, Gomes Eanes Zurara). Frédérique Verrier le rappelle dans sa bibliographie, le latin langue de culture « quoique internationale et scientifique, s’adressait en réalité à un certain nombre fort restreint de lettrés et de savants » ; il va définitivement céder la place à l’italien (et non pas au dialecte vénitien pour ce qui concerne les écrits d’Alvise), l’italien dans lequel Ramusio, cet autre Vénitien (né à Trévise deux ans après la disparition de Ca’ da Mosto en 1485) écrira et publiera son anthologie des Navigationi e Viaggi (1550) qui remporte un tel succès qu’avec les écrits de Ca’ da Mosto inclus, un siècle après les deux “voyages” africains de celui-ci, ils sont vite traduits dans notre langue.

65Il n’en demeure pas moins que le choix tout à fait insolite pour un Vénitien de périples continentaux qui ne soient ni en direction de l’Asie, ni le Nouveau Monde transatlantique mais l’Afrique continentale noire a peut-être justifié, dans de nombreuses rééditions de ses écrits, l’ajout de l’épithète d’« atlantiques » comme pour mieux montrer l’orientation sud-européenne en direction des rivages de l’Afrique occidentale, ce que rappelle dans son incipit précédemment cité, le voyageur-écrivain Ca’ da Mosto ; une Afrique baignée par « la mer océane » bordant des royaumes eux-mêmes traversés ou délimités par des fleuves tels le Sénégal ou la Gambie que vont pénétrer ou traverser caravanes et pirogues.

  • 20  Consulter à cet égard : Todorov, op. cit. Et surtout Charles Verlinden, Venise entre Méditerranée (...)
  • 21  Fernandes Valentim, Description de la côte d’Afrique de Ceuta au Sénégal, trad. par le père de Cer (...)
  • 22  Michel Mollat et Jean Devisse : L’image du Noir dans l’art occidental, in t. II, vol. 2. Des premi (...)
  • 23  Alfredo Margarido, La vision de l’autre (Africain et Indien d’Amérique) dans la Renaissance portug (...)

66Ainsi, loin des folles équipées des navigations hauturières bravant les immenses espaces marins entre la vieille Europe et les rivages du Nouveau Monde des Amériques, le périple des découvreurs « africains »20, flamands, vénitiens, génois, florentins et autres se contentait, un temps, de longer les côtes de Ceuta au Sénégal (Fernandes Valatim)21, quitte à donner parfois deux versions diamétralement opposées d’une quête... à double sens comme le prouvent, il y a une dizaine d’années, les deux études antinomiques de Devisse et de Michel Mollat d’une part22, d’Alfredo Margarido de l’autre23.

67Or, incontestablement, un Alvise Ca’ da Mosto sous cet aspect-là d’ouverture et de libre curiosité débarrassée de bon nombre de préjugés encombrants, fait figure de “pionnier”, même si l’on prend soin de placer ce terme entre guillemets.

  • 24 Aune : cf. Ca’ da Mosto, op. cit., 1ère navigation (1455), I, 31 ; II, 35 ; XIV, 59 ; XXV, 81 ; XXV (...)

68Tel se présente le témoignage alvisien, sans pour autant récuser l’apport (et la dette) de ceux qui furent non seulement les inspirateurs de cette épopée africaine occidentale, mais encore les très utiles soutiens financiers pour de telles coûteuses expéditions dans des contrées aussi lointaines. Sans que soient non plus gommés ses racines et son attachement atavique viscéral vénitiens, cette Venise qui, à l’image de la Séville et de l’Andalousie colombiennes, reste l’aune à laquelle24 le jeune patricien Ca’ da Mosto n’hésite pas le cas échéant à juger et à jauger de l’originalité de paysages, d’objets, de rites croisés au cours de ses deux voyages de 1455 et de 1456.

69En réalité, et à la différence de tant de navigateurs-découvreurs de la Renaissance, Alvise est l’un des rares à ne pas perdre de vue sa propre identité de Vénitien orgueilleusement proclamée, on l’a vu, dès les premières lignes de son « premier voyage » (« Moi, Alvise suis le premier... » etc.) et rappelée encore tout à la fin, avant de conclure son second récit (de 1456) : identité inaliénable qui, sur sa caravelle portugaise, ne l’a à aucun moment empêché d’“aller vers l’Autre” aussi loin que ses sens, son entendement, sa sensibilité d’Européen le lui permettaient :

Dans ce lieu, nous rencontrâmes une difficulté qu’on ne trouve nulle part ailleurs, du moins là où les Chrétiens naviguent, à savoir que la marée monte et descend comme elle le fait à Venise et dans tout le ponant (Chap. VII, Second voyage, p. 131).

70On appréciera à sa juste valeur le restrictif (« du moins... ») souligné opportunément par l’“oriental” et vénitien, chrétien de surcroît, Ca’ da Mosto.

71Comme ailleurs, on se plaira à noter la portée et la place très limitée des topoi survivants de la culture médiévale (tel le mythe des Iles Fortunées... canariennes). Mais disparaît par contre celui du tabou des Colonnes d’Hercule remplacé sous sa plume par le franchissement du détroit de Gibraltar.

  • 25  Il s’agit du troisième récit incorporé dans Ca’ da Mosto, op. cit., celui qu’Ai vise réordonne d’a (...)

72Nul mysticisme indu frotté de messianisme exacerbé (Christophe Colomb), nulle volonté non plus de puissance, celle des orgueilleux « conquérants » (cf. Hérédia) occidentaux ne viennent perturber le constant besoin de voir clair dans des “ nouveautés ” incontestablement décryptées par une plume manifestant – il a été dit « l’inversion de l’étonnement eurocentrique » (commentaire, p. 143). Jusques et y compris dans la rédaction tardive des Navigations du Portugais Pedro de Sintra jointes à la fin du volume des deux récits alvisiens de 1455 et de 145625 : récit de 1460. Le ton, à l’initiale, est rien moins que modeste tout semblable à celui que Alvise adopte pour “ses” récits à lui :

J’ai écrit ci-dessus tout ce que j’ai pu voir et appréhender personnellement quand je suis allé dans ces contrées... (p. 133, 2e voyage)

73Sous-entendu : à défaut de tout ce qu’il ne m’a point été possible d’“appréhender” pour de multiples et solides raisons.

  • 26  Ibidem, chap. V, p. 142 (Second voyage et relation, de 1456).
  • 27  Ibidem, chap. VIII, p. 132 (Seconde navigation).

74Dans l’un comme dans l’autre cas, il a été clairement établi, notons-le, que la rédaction de ces textes de découvertes n’a pu être exactement contemporaine des périples susnommés mais a enregistré un écart de plusieurs années jusqu’à une bonne décennie même (soit 1466) ; ce qui n’enlève rien à la puissance d’un tel regard bien au contraire ; « premier regard noir sur les Blancs » (cf. commentaire, p. 143) auquel un tout ultime hommage est rendu dans les dernières lignes du dernier récit écourté de 1460 (dont Alvise, on s’en souvient, n’est que le transcripteur et le réordonnateur par notes interposées), dans le rôle de révélateur de vérité, de l’interprète femme, noire, emmenée captive à Lisbonne26 ; ce qui vaut à l’intéressée la récompense inespérée d’être reconduite au “pays natal”, sa Guinée native ; dernier adieu ému de Ca’ da Mosto à “son” Afrique et à “ses” Noirs avant de regagner, lui aussi, “ses” pénates vénitiens27.

75Quant au dernier départ de caravelle en direction du continent noir africain, et de la Guinée tout particulièrement, il revêt l’aspect d’un ultime adieu de voiles larguées sans participation effective du navigateur rendue à “sa” Venise, seulement “invitation au voyage” de traducteur du voyage d’un autre :

Ce fut le dernier navire à se rendre en Guinée jusqu’à mon départ d’Espagne qui fut le 1er février de l’an de grâce 1463 (Second voyage, p. 143).

76Le choix délibéré opéré par le Vénitien Alvise Ca’ da Mosto de jeter son dévolu sur un continent à la mauvaise réputation initiale de contrées inhospitalières et... stériles (malgré “son” Or, celui du Soudan, de Gambie), se détache comme une aventure singulière dans le champ des entreprises des fils de la Cité des Doges bien plus tôt et pour longtemps attirés du côté de l’Orient et même des confins extrême-orientaux.

  • 28  Cf. Ugo Tucci, Mercanti e pellegrini in Africa settentrionale, in Storie di viaggiatori italiani. (...)

77Les voyages quasi initiatiques successifs de 1455 et de 1456 mais qui vont en rester là, à la différence des périples à répétition du type colombien ou vespuccien, ceux du jeune patricien vénitien Ca’ da Mosto, relèvent encore comme tant d’autres conquêtes hardies des découvreurs du XVe et du XVIe siècles jusqu’au XVIIIe siècle inclus28, de motivations éminemment économiques et mercantiles.

78Mais, et c’est là l’autre volet incontournable de ses “voyages” vers le continent noir, ils ne se limitent pas aux seuls objectifs qui en sont le produit, à la seule recherche obsédante du profit (« faire fortune »... « gagner quelque argent »...), ce qu’on retrouvait abondamment illustré dans la saturation des mirabilia du récit dicté par Marco Polo à la fin du XIIIe siècle à son rédacteur pisan, après un bon quart de siècle d’errances en Extrême-Orient et d’un bien long exil loin de Venise. Ces deux récits consécutifs de pénétration guinéenne et gambienne laissent à l’évidence aussi voir un souci de réelle et objective curiosité à l’égard d’une civilisation “autre” qu’européenne. A leur sujet, la critique assez souvent n’a pas hésité à les qualifier de véritables « enquêtes ethnologiques » manifestant un singulier esprit d’ouverture à cette époque précoce de la Renaissance.

  • 29  Frédérique Verrier, Les armes de Minerve. L’humanisme militaire dans l’Italie du XVIe siècle, préf (...)
  • 30  Jean Lacroix, L’Etranger sous le regard d’un Pape du Quattrocento (I Commentarli de Pio II, E.S. P (...)

79C’est en particulier ce que révèle l’introduction de la commentatrice Frédérique Verrier qui dans un autre ouvrage (Les armes de Minerve) paru tout récemment et consacré à « l’humanisme militaire dans l’Italie du XVIe siècle » n’hésite pas en contrepartie à ce regard alvisien africain – regard (qui) n’est pas celui d’un chroniqueur officiel mais d’un marchand sans préjugés et curieux de tout, répugnant à l’affabulation et d’une surprenante ouverture d’esprit29 – à faire remarquer que dans le même temps Alvise Ca’ da Mosto comme d’autres (à commencer par le chef de la Chrétienté d’alors, Pie II lui aussi animé d’une réelle curiosité à l’égard de l’Etranger)30 n’en célèbre pas moins le prestige... guerrier de ses bouches à feu :

  • 31  Verrier, Les armes de Minerve, cit., p. 257 (L’italianisation de l’artillerie).

le Vénitien Alvise Ca’ da Mosto est aussi fier de ses bombardes que de sa caravelle, et n’a pas de scrupules à s’en servir contre les Noirs de Guinée au cours d’une sanglante échauffourée qu’il relate dans ses Voyages...31

  • 32  Jean Lacroix, Entre moyen âge et Renaissance : réalités et magie de la nouveauté. Mundus Novus d’A (...)

80Ceci ne contredit qu’apparemment cela. On retrouverait le même type de contradictions chez un autre navigateur, florentin celui-là, du début du XVIe siècle, Amerigo Vespucci32.

81Tous comptes faits, Alvise Ca’ da Mosto mérite largement sa place de découvreur original entre les Marco Polo d’une part et les Pietro Anghiari, Verrazzano, Amerigo Vespucci et autres Pigafetta d’autre part, ne fût-ce qu’eu égard à son inlassable curiosité et sa grande liberté de jugement qui, après tout, sont aussi l’empreinte indélébile de l’esprit d’aventure (spirituelle et point exclusivement économique) manifestée au cours des siècles par les Vénitiens cosmopolites de la Serenissima.

Haut de page

Notes

1  Alvise Ca’ da Mosto, Voyages en Afrique Noire (1455 et 1456), relation traduite et présentée par Frédérique Verrier, Paris, Chandeigne, Librairie Portugaise, « Collection Magellane », Unesco, 1994. Voir notamment l’excellente introduction (p. 1-20).

2  Ibidem, p. 9. Benedetto Dei, La Cronica, Firenze, R. Barducci, 1985. Antonio Malfante, The letter. Copy of a letter written from Touat, by A. Malfante and addressed to Giovanni Morioni at Genoa Torino, a cura di Robert Fossier, Torino, Einaudi, 1987. Cf. également : Denis Escudier et J. Oliliel, Un voyage au Sahara au XVe siècle : Antonio Malfante au Touat (1947), Paradigme, 1994.

3  Ca’ da Mosto, op. cit., p. 17.

4  Sur la curiosité : ibidem, 1er voyage, chap. V, p. 43 (épisode du chrétien canare et des douze oranges).

5  Sur l’honneur et le profit : ibidem, chap. XII. Cf. aussi Gomes Eanes de Zurara, Chroniques de Guinée, traduites et annotées par Léon Bourdon et présentées par Jacques Paviot, Paris, Chandeigne, Librairie Portugaise, « Collection Magellane », 1994. Voir chap. XCVII, p. 268-271 et aussi introduction de Jacques Paviot, p. 7-17

6  Ibidem, introduction, p. 7-17.

7  Jean Lacroix, Entre moyen âge et Renaissance : réalités et magie de la nouveauté. Mundus Novus d’Amerigo Vespucci, in Nouveaux Mondes, mondes nouveaux (Actes du Coll. Internat. d’Amiens, Centre d’études sur le Moyen Age), avril 1992, Greifswald, Reineker Verlag, Wodan 37, 1994, p. 43-71.

8  Sur le cycle des marées : cf. Ca’ da Mosto, op. cit., 2e voyage, fin chap. VII, p. 131 ; cf. également chap. V, p. 125.

9  Leopold Sedar Senghor, Nocturnes, Paris, Seuil, 1961, p. 30 : « je rêve le soir d’un pays perdu où les Rois et les Morts m’étaient familiers ». Cf. également, p. 71 : « Mon sang portugais s’est perdu dans la mer de ma négritude ».

10  Niccolò Manucci, Un Vénitien chez les Moghols, texte en français de Françoise de Valence et de Robert Strick, Paris, Phébus, 1995, p. 299.

11  Ibidem, note de l’éditeur, p. 10 ; chap. II, p. 63 : « le jeune homme dévoré de curiosité que j’étais ... ».

12  Ibidem, chap. VI (Auprès de Jai Singh) : « le voyage est un grand maître : qui se promène sans rien apprendre peut à bon droit être traité d’âne ».

13  Ibidem, chap. XIII, p. 270 : « ô lecteur ... si tu souhaites te promener de par le monde, sache ce que valent les auteurs et comment te protéger ».

14  Michel Mollat de Jourdin, Les explorateurs du XIIIe au XVIe siècle. Premiers regards sur des mondes nouveaux, Paris, Lattes, 1984. Tzvetan Todorov, La question de l’Autre, Paris, Seuil, 1982.

15  Mollat du Jourdin, op. cit., Bibliographie, p. 205.

16  Jean Lacroix, L’écriture de la découverte : réalité nouvelles et hyberbole (C. Colomb, Vespucci, Pigafetta...), in Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique, Actes du Colloque hispano-italien de Marseille, avril 1992, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1994, p. 69-87.

17  Charles Darwin, Voyage aux origines de l’espèce. Voyage d’un naturaliste autour du monde, trad. de l’anglais par E. Barbier, introd. et analyse par H. E. L. Mellersh, Genève, Edito - Paris, Cercle du Bibliophile, s.d. Voir à ce sujet chap. I, p. 1 et suivantes.

18  « Autrement », série Mémoires, supplément au numéro 1, septembre 1990, p. 50 et 76.

19  Ibidem, chap. Fantastique et réel, p. 49-51 ; également chap. Este mundo tao mudado, p. 54 sqq.

20  Consulter à cet égard : Todorov, op. cit. Et surtout Charles Verlinden, Venise entre Méditerranée et Atlantique, in Venezia centro di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli XV-XVI) aspetti e problemi, a cura di Hans-Georges Beck, M. Manoussassas et Agostino Pertussi, vol. I, Firenze, Leo S. Olschki, 1977.

21  Fernandes Valentim, Description de la côte d’Afrique de Ceuta au Sénégal, trad. par le père de Cernival et Théodore Monod, Paris, Larose, Comité d’études historiques et scientifiques d’A.O.F., 1938.

22  Michel Mollat et Jean Devisse : L’image du Noir dans l’art occidental, in t. II, vol. 2. Des premiers siècles chrétiens aux Grandes Découvertes, Fribourg, Office du Livre, 1979.

23  Alfredo Margarido, La vision de l’autre (Africain et Indien d’Amérique) dans la Renaissance portugaise in L’Humanisme portugais et l’Europe. Actes du XXIV Coll. Internat. d’Etudes Humanistes, Tours, 3-13 juillet 1978, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1984, p. 505-551.

24 Aune : cf. Ca’ da Mosto, op. cit., 1ère navigation (1455), I, 31 ; II, 35 ; XIV, 59 ; XXV, 81 ; XXVII, 84 ; XXXVI, 99 (almadies i Zopoli) ; II, V, 125 ; VII, 131.

25  Il s’agit du troisième récit incorporé dans Ca’ da Mosto, op. cit., celui qu’Ai vise réordonne d’après des notes de Pedro de Sinta, navigateur portugais (1460), p. 133-142.

26  Ibidem, chap. V, p. 142 (Second voyage et relation, de 1456).

27  Ibidem, chap. VIII, p. 132 (Seconde navigation).

28  Cf. Ugo Tucci, Mercanti e pellegrini in Africa settentrionale, in Storie di viaggiatori italiani. Africa, Milano, Electa, 1988.

29  Frédérique Verrier, Les armes de Minerve. L’humanisme militaire dans l’Italie du XVIe siècle, préface de Christian Bec, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, Coll. « Jalons », 1997.

30  Jean Lacroix, L’Etranger sous le regard d’un Pape du Quattrocento (I Commentarli de Pio II, E.S. Piccolomini), in Image de l’Autre européen XV-XVIe s., Actes du Coll. Internat, de Paris III Sorbonne Nouvelle (mai 1991), Paris, 1992, p. 65-79.

31  Verrier, Les armes de Minerve, cit., p. 257 (L’italianisation de l’artillerie).

32  Jean Lacroix, Entre moyen âge et Renaissance : réalités et magie de la nouveauté. Mundus Novus d’Amerigo Vespucci, cité. Egalement : Lacroix, L’Afrique Noire au XVe siècle vue par trois découvreurs portugais, vénitien et flamand (1443-1481), à paraître in « Les Langues Neo-latines ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 2, Voyager à la découverte de l’identité et/ou de l’altérité, 1998

Référence électronique

Jean Lacroix, « La double quête du Vénitien Alvise Ca’ da Mosto. Pionnier de l’aventure africaine au Quattrocento 1455-1456 », Italies [En ligne], 2 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/3465 ; DOI : 10.4000/italies.3465

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org