Navigation – Plan du site
Problèmes existentiels

Les contours de l’inaccompli dans l’œuvre d’Antonio Tabucchi

Bérengère Salemi
p. 79-92

Résumé

De l’acte inaccompli, acte inachevé ou acte irréalisé, naissent souvent les émotions-clés des personnages d’Antonio Tabucchi, regret, remords, nostalgie ou saudade. Il s’agira alors de présenter les principaux textes où ces émotions se manifestent comme thème central et d’examiner comment ce qui n’a pas existé peut influencer le réel des personnages et l’œuvre d’Antonio Tabucchi. Nous pourrons ainsi considérer l’inaccompli sous différents angles afin d’ébaucher l’impossible esquisse des contours d’une notion nécessairement floue.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Tabucchi (Antonio)

Chronologie :

XXe, XXIe
Haut de page

Texte intégral

1Choisir d’aborder l’écriture d’Antonio Tabucchi à travers le thème de l’inaccompli peut paraître paradoxal. D’où vient pour nous le désir d’analyser l’œuvre de l’auteur à travers ce qui n’est pas, ce qui n’a pas existé ?

2Pour expliquer le choix raisonné de notre analyse, il nous faut d’abord souligner le rapport si particulier que certains personnages d’Antonio Tabucchi entretiennent avec le temps. En effet, dans le présent des personnages il apparaît que l’ombre du passé plane sans cesse. Ce qui a été et ne sera plus bouleverse et maintient les personnages dans un état où vivre équivaut souvent à regretter. Un sentiment qui fait que les personnages d’Antonio Tabucchi apparaissent terriblement humains dans leur quête et dans leurs doutes. En regardant en arrière, ils s’interrogent sur le déroulement de leur vie. Une vie qui parfois semble ne pas correspondre à la vie qu’ils auraient souhaitée. Ils se demandent alors comment leur existence a pris telle ou telle direction. Que sont devenus leurs rêves ? De nombreux écrits de l’auteur se dessinent comme des bilans de vie et dans l’analyse des choix des personnages se dessinent aussi leurs non-choix. Pourquoi telle décision n’a-t-elle pas été prise ? Pourquoi telle phrase n’a-t-elle pas été dite ? Comment serait leur présent s’il était différent ? Autant d’interrogations qui font que nous découvrons des personnages en proie au questionnement que fait naître le rythme de l’existence. Rythme surprenant mais sans surprise où l’homme avance vers une fin énigmatique et pourtant si évidente, la mort. Les personnages, souvent insatisfaits de leur propre vie et conscients de leur propre fin, voient dans les chemins non exploités la clé d’un bonheur impossible, puisque inexistant.

3C’est précisément dans cette conception de l’acte inaccompli comme univers détenteur d’un paradis certain mais totalement inaccessible qu’il nous apparaît intéressant d’étudier le non-acte dans l’œuvre d’Antonio Tabucchi. D’où naît le caractère douloureux mais fascinant de ce qui n’est pas ? L’irréalité des actes est-elle plus passionnante que la réalité d’une vie ?

4En analysant l’inaccompli notamment au sein de l’univers amoureux, nous nous demanderons alors comment la passion s’envisage lorsque le temps perdu est le seul temps désiré. Pour cela nous étudierons d’abord les dérives qui naissent de l’irréversibilité du temps telles que le remords et le regret, puis nous renverserons notre regard à travers la saudade pour découvrir une autre vérité où la réalité n’est pas toujours telle qu’elle parait.

L’irréversibilité du temps

  • 1  Vladimir Jankélévitch, L’irréversible et la nostalgie, Paris, Flammarion, 1974, p. 5.

L’irréversible n’est pas un caractère du temps parmi d’autres caractères, il est la temporalité même du temps.1

5Ici, le philosophe Vladimir Jankélévitch nous dit que le temps est irréversible et que l’irréversibilité fait le temps. Tout acte s’inscrit dans l’espace temporel à travers cette sentence : il ne peut se répéter. Nous pouvons revenir sur les lieux du passé mais nous ne pouvons revivre le passé. Agir équivaut à rendre nos actes prisonniers d’un univers sur lequel nous ne pouvons plus avoir de prise. Univers dans lequel plane aussi le vide de ce qui ne n’est pas arrivé et ne pourra plus avoir lieu. Le caractère immuable du passé renvoie les personnages d’Antonio Tabucchi à de profondes souffrances qui se déclinent sous forme de différentes émotions. Regret et remords viennent nous conter la douleur de l’irréversible ainsi que l’impossible histoire de ce qui n’a pas été.

Le remords

  • 2  Antonio Tabucchi, Requiem, Milano, Feltrinelli, 2002, p. 40.
  • 3 Ibidem, p. 79.

6Avant de mourir, Tadeus, un des personnages de Requiem, dit à son ami : « È stata tutta colpa dell’herpes zoster »2. Plus tard dans le livre, le copiste du tableau La tentation de Saint Antoine éclaircit ce mystère en expliquant que l’herpes zoster est une maladie que nous portons tous en nous mais qui se manifeste lorsque nos défenses sont fragiles3. C’est un virus latent prêt à se développer lorsque nous sommes plus faibles. Il revient de manière cyclique, explique le copiste, tel le remords. À l’instar du virus, le remords est là, endormi mais toujours présent en nous, puis se réveille un jour et nous envahit jusqu’à ce qu’il s’apaise et que nous l’oubliions mais il continue à faire partie de nous, nous ne pouvons rien faire contre lui. Le remords nous est alors présenté comme une maladie latente et incurable.

  • 4 Ibidem, p. 46.
  • 5  Antonio Tabucchi, L’angelo nero, Milano, Feltrinelli, 2002, pp. 11-28.
  • 6 Ibidem, pp. 51-70.

7De nombreux personnages d’Antonio Tabucchi vivent dans un sentiment de culpabilité non formulé. La faute commise dans le passé existe mais elle a été enterrée, enfouie sous le quotidien factice d’une autre vie que les personnages ont tenté de se construire pour l’oublier. Chaque acte ne peut pourtant être effacé et lorsque l’idée de la faute se réveille, nous assistons à une véritable attaque du remords sur la conscience des personnages sans défense. Une attaque qui peut détruire peu à peu toute idée de bonheur et de désir d’être à la vie jusqu’à entraîner la mort, comme c’est le cas pour le personnage de Requiem, Tadeus. Chez les personnages rongés par le remords il est d’ailleurs intéressant de noter la contamination de l’univers obscur sur leur quotidien. Dans le mot remords résonne le mot mort et les personnages en proie à ce sentiment désagréable sont saisis par une puissance qui les éloigne de tout attachement à la vie. Pour Isabel, c’est probablement le remords de son avortement, évoqué dans Requiem4 et dans le récit Voci portate da qualcosa, impossibile dire cosa5, qui entraîne son désir de ne plus vivre. Isabel se suicide. Dans la nouvelle Staccia buratta6, tirée du livre L’angelo nero, nous découvrons un personnage féminin qui tente en vain d’éviter une trop évidente descente aux enfers.

8Le succès de ce personnage appelle sans cesse le remords. Après avoir volé un livre écrit par son compagnon, elle l’a publié et a ainsi choisi une carrière qui n’aurait pas dû être la sienne aux côtés d’intellectuels d’extrême droite. Un soir où elle se retrouve à devoir attendre un train qui ne vient pas, elle prend le temps de réfléchir au déroulement de sa vie, à ses choix, à ses non-choix. En repensant à son passé, la protagoniste est envahie par une sensation de froid qui devient de plus en plus dérangeante. Une source d’apaisement est recherchée. Elle fuit la salle d’attente de la gare et entre dans un bar :

  • 7 Ibidem, p. 58.

Si fece dare un whisky abbondante e lo bevve come se fosse una medicina, aspettando un effetto che non venne, perché continuava a sentirsi gelata. Ma si accorse che il freddo veniva da dentro, e questo l’allarmò, le insinuò una strana paura.7

9La protagoniste recherche un stratagème pour bloquer le poison qui est en train de l’envahir. Pourtant, le froid qui la saisit ne peut être arrêté ni même calmé car il n’existe pas de possibilité pour calmer le froid de l’âme. La vie s’échappe de son corps. L’évocation de son passé devait représenter quelques souvenirs pour faire le point ; or elle se retrouve en proie à une force qu’elle ne maîtrise plus. Prise par le remords, elle ne possède plus ses pensées mais ses propres pensées la possèdent. Pour tenter de ne pas sombrer, cette protagoniste recherche désespérément un moyen de se sentir vivante, d’abord par le biais de l’alcool, puis plus tard dans le récit, par le biais du sexe. Mais son impossible réveil l’amène à prendre conscience que ce sombre cauchemar est sa réalité.

10Le remords est un sentiment angoissant car il place l’homme face aux contradictions qui l’animent. Devant la conscience de sa faute il doit admettre comme siens des sentiments, des pensées, des actes dans lesquels il ne se reconnaît pas. De là naissent le mal-être et la nausée du passé. Les personnages ne peuvent le nier, ils ont été coupables : de lâcheté, de méchanceté. Il est douloureux de l’admettre. Ainsi l’évocation du souvenir est évitée et lorsqu’il s’immisce à l’improviste dans l’esprit des personnages il fait naître un grand vide.

  • 8  Antonio Tabucchi, Piccoli equivoci senza importanza, Milano, Feltrinelli, 2002, p. 80.
  • 9 Ibidem, p. 75.

11Le personnage de Any where out of the world est coupable de meurtre. Il a tué le mari de sa maîtresse8. Il a ensuite fui à Lisbonne où personne ne connaît sa faute. Sa fausse innocence est pourtant totalement bouleversée par une phrase lue sur le journal quatre ans après les faits : « Any where out of the world »9. Le bouleversement naît du fait que cette phrase aurait dû représenter un code de retrouvailles entre le personnage et sa maîtresse après l’assassinat. Or sa maîtresse ne l’a jamais rejoint à Lisbonne. De nombreuses années après les faits, la phrase apparaît sur le journal, comme naissant de nulle part, comme pour venir rappeler au personnage la réalité de sa faute. Il suffit de la lecture de cette simple phrase pour déstabiliser le protagoniste car ce qu’il désire plus que tout réside dans le fait de ne plus penser à son acte. L’homme pris par le remords tente d’effacer une partie de son passé. Il ne veut songer qu’au futur en s’éloignant d’un passé honteux mais ce désir est anéanti en un instant.

  • 10 Antonio Tabucchi, L’angelo nero, cit., p. 63.
  • 11  Id., Requiem, cit., p. 46.
  • 12  Id., L’angelo nero, cit., p. 23.

12Les personnages doivent se soumettre à la force du remords, et aussi tenter de comprendre d’où il vient. Bien que cela soit désagréable, la protagoniste de Staccia Buratta est forcée d’analyser la provenance de ce mal-être. Elle prend conscience alors que ses plus chers désirs n’ont jamais été réalisés : « Avrei sempre voluto un bambino, si disse, perché non l’ho mai voluto ? »10 Cette phrase résonne de manière étonnante. En effet, l’hypothétique désir n’a pas été annulé par une nécessité. Ce n’est pas qu’elle n’a pu réaliser ses rêves, c’est qu’elle n’a plus voulu les réaliser. Certains personnages ont assassiné leur possibilité d’avenir heureux. C’est une idée que nous retrouvons dans Requiem11 ainsi que dans le récit Voci portate da qualcosa, impossibile dire cosa12lorsque l’avortement d’Isabel est évoqué. La vie des personnages s’emplit d’inaccompli douloureux.

  • 13  Id., Piccoli equivoci senza importanza, cit., p. 80.

13Il semble alors que les protagonistes aient suivi des chemins sans qu’ils s’en aperçoivent. Selon le personnage de Any where out of the world il est inutile d’essayer de comprendre qui est responsable de cette situation car : « […] la vita non si misura con un metro etico : accade »13.

14Les personnages apparaissent comme poussés par un rythme qui les dépasse et les oblige à oublier l’importance de leurs choix pour déterminer leur futur. Ils sont comme dépossédés de leur propre responsabilité de vie. La vie se déroule et ils ne le savent pas. Ils prennent part à une vie dont ils ne comprennent pas le fonctionnement.

15Le personnage de Lettera da scrivere dans sa lettre hypothétique écrit que sa seule faute fut de ne pas savoir comprendre le mécanisme du temps :

  • 14 Id., Si sta facendo sempre più tardi, cit., p. 208.

Non sapevo che il tempo non aspetta, davvero non lo sapevo, non si pensa mai che il tempo è fatto di gocce, e basta una goccia in più perché il liquido si sparga per terra e si allarghi a macchia e si perda.14

16Pour tenter de retrouver un futur en compagnie de la femme qu’il aime, le personnage de Il fiume se trouve enfermé dans le processus de la métempsychose. Lorsqu’il prend conscience que le seul futur qui lui appartient est la mort, il explique par écrit à sa compagne l’inutilité de ses actes toujours liés à une incompréhension du rythme de vie :

  • 15 Ibidem, p. 36.

Perciò ti mando un saluto impossibile, come chi fa vani cenni da una sponda all’altra del fiume sapendo che non ci sono sponde, davvero credimi, non ci sono sponde, c’è solo il fiume, prima non lo sapevamo.15

17Le non-sens de la vie a mené les personnages vers des choix insensés. Le rythme du temps est coupable de les rendre coupables. Il semble que certains personnages d’Antonio Tabucchi n’aient pas vécu leur vie mais que leur vie les ait vécus. Vaincus d’avance, tels des marionnettes agissant sous l’influence d’une puissance supérieure, les protagonistes cherchent alors à désigner le vrai coupable en pointant du doigt la grande responsable de la mise à mort de leurs propres rêves : la vie.

Le regret

18Contrairement au malaise que procure le remords, le regret est un sentiment douloureux, mais qui permet d’envisager le passé avec douceur. Le nostalgique veut maintenir un lien avec un passé qu’il espère revivre un jour car il représente un temps merveilleux par rapport à la banalité du présent. Auparavant chaque instant était plus intense mais le nostalgique ne s’en est pas aperçu. Prendre conscience d’avoir perdu le bonheur qui était à portée de main devient une obsession pour certains personnages d’Antonio Tabucchi. En se persuadant que les seuls moments de joie appartiennent au passé, ils refusent la possibilité d’un bonheur actuel. Ainsi les souvenirs du temps heureux ne sont plus contés dans l’objectivité car ils appartiennent à un temps fabuleux où chaque acte est poésie. Le nostalgique tabucchien erre tel un somnambule et vit en parallèle sa vie quotidienne et sa vie onirique.

  • 16 Ibidem, p. 110.
  • 17 Ibidem, p. 111.

19Le protagoniste de A cosa serve un’arpa con una corda sola ? s’exile de son pays après la guerre, pour oublier le drame vécu par son peuple durant le fascisme. Le choix de fuir est si difficile à nommer que le personnage décide d’abandonner la femme qu’il aime sans l’avertir16. De nombreuses années après ce départ, le protagoniste, qui se trouve alors à Alexandrie, est surpris de découvrir la photographie de la femme aimée sur un journal17. Très troublé par cette découverte, il décide d’écrire à son ancien amour. Dans sa lettre alors résonne l’attachement éternel que le personnage a maintenu pour le temps passé en compagnie de sa compagne d’autrefois :

  • 18 Ibidem, p. 109.

Amore mio,
ho saputo per caso che sei ancora viva.18

20Les deux premières phrases du récit sont tout à fait caractéristiques de la place du regret dans la vie de certains personnages. Un regret si présent qu’il amène les personnages dans un réel décalage temporel où un lien intense est entretenu avec un amour révolu.

21Ce personnage appelle « mon amour » une femme dont il apprend « par hasard » qu’elle est toujours en vie. Il apparaît alors que le protagoniste aime une femme dont il ne connaît pas le présent. Le fil des années a rendu le protagoniste totalement étranger à la vie de la femme aimée, pourtant il ne s’adresse pas à elle comme à une inconnue. Dans sa manière de la nommer résonne une réelle intimité amoureuse.

22Le temps regretté devient alors primordial car il nous dévoile les émotions non plus actuelles mais bel et bien présentes des personnages. En effet, bien que la passion amoureuse soit au centre de l’existence de nombreux protagonistes, nous découvrons principalement des personnages seuls qui ne vivent concrètement dans leur présent aucune relation de couple.

  • 19 Ibidem, p. 207.

23Le personnage de Lettera da scrivere19 imagine la superbe déclaration d’amour qu’il pourrait hypothétiquement écrire un jour à sa compagne qui ne fait plus partie de sa vie.

  • 20 Ibidem, p. 97.
  • 21 Ibidem, p. 105.

24Le personnage de Buone notizie da casa20 ne peut oublier sa défunte épouse. Dans une lettre qu’il lui adresse, il explique comment il n’a pas supporté de vivre auprès d’une femme trop ennuyeuse, préférant ainsi retourner dans son ancienne maison pour se rapprocher de la présence fantomatique de son unique amour21.

  • 22  Antonio Tabucchi, Il gioco del rovescio, Milano, Feltrinelli, 2001, pp. 123-132.

25La protagoniste du récit Voci22, extrait du livre Il gioco del rovescio, aime Paco. Bien que ce dernier ne fasse pourtant plus du tout partie de sa vie elle organise son quotidien comme s’il était présent : se dépêchant de rentrer chez elle comme si Paco l’y attendait, mettant la table pour deux, lui parlant mentalement.

26La réalité de la passion ne peut se déterminer que dans le temps du regret car il représente l’unique espace temporel où l’homme et la femme ont été réunis. Les personnages, amoureux d’ombres et passionnés d’un amour inactuel, semblent être dans l’impossibilité de se confronter aux sentiments amoureux autrement que dans le déphasage entre les émotions éprouvées et la réalité temporelle dans laquelle ils évoluent. Dans le présent, les sentiments éprouvés par les personnages apparaissent enfermés dans le cercle clos de leur solitude, ce sont des sentiments qui n’ont plus de résonance avec l’être aimé. La passion qui dévore les personnages apparaît sentencieuse comme une photographie, les émotions qu’elle raconte ont existé mais ne peuvent plus évoluer.

27En maintenant un sentiment amoureux en dehors du réel, les protagonistes d’Antonio Tabucchi sont devenus les fantômes de leur propre passion. Ils ont hanté tout au long de leur existence leur souvenir amoureux et paradoxalement n’ont pourtant pas cherché à faire de nouveau corps avec l’amour. Leur passion est solitaire et lorsque certains personnages désirent retrouver le chemin de la réalité, ils se retrouvent confrontés à leurs propres obstacles.

  • 23  Id., Si sta facendo sempre più tardi, cit., pp. 195-204.

28Lorsque le protagoniste de Te voglio, te cerco, te chiammo, te veco, te sento, te sonno23 imagine son retour vers la femme aimée, son désir est de redonner une réalité à une passion qui n’a été qu’un fantasme. Il tente alors par de nombreuses hypothèses de créer un lien entre la vraie vie dans laquelle sa compagne a continué d’évoluer et l’univers du sommeil où ses sentiments sont restés figés. Dans le récit de son retour, le personnage évolue dès lors dans le décalage entre celui qu’il voudrait être et celui qu’il était mais son état d’homme amoureux n’a pas de réalité présente.

29Le premier et le dernier verbe du titre de ce récit pourraient refléter le comportement des personnages nostalgiques du passé : « Je te veux » donc « Je te rêve ».

  • 24 Ibidem, p. 121.

30De même, c’est parce qu’il est conscient que son histoire d’amour n’appartient qu’au regret que le personnage de A cosa serve un’arpa con una corda sola ? refuse de revoir son unique amour lorsque l’occasion se présente24. Le retour de l’amour à la réalité est inutile puisque la réalité ne fait plus partie de leur amour.

31Les personnages vivent leur passion à travers leur regret, sans prendre conscience à temps que leur passion pourrait peut-être avoir encore une existence s’ils avaient le courage de la désirer. Passionnés sans désir, ils sont incapables de retrouver le monde réel de leur amour : pour conserver leur passion, ils s’en excluent. De ces sentiments avortés naît l’abattement qui accompagne ces personnages et c’est pourquoi dans leur présent il n’existe pas de véritable émotion amoureuse mais une émotion brisée : la réminiscence d’un bonheur perdu et non abouti, l’émotion d’une émotion.

32Le regret semble amener les personnages d’Antonio Tabucchi à s’absenter de plus en plus d’une réalité qui ne correspond pas à leurs attentes. En regrettant le passé les personnages se maintiennent dans un espace atemporel.

  • 25  Fernando Pessoa, Fragments d’un voyage immobile, Paris, Gallimard, 2002, p. 59.

33En se liant à des absents nous pouvons même nous demander s’ils n’attendent pas le moment ultime où eux-mêmes pourront enfin s’absenter d’une vie qu’ils ne vivent pas. Les regrets du passé conduisent les personnages à vivre tels des fantômes vivants qui pourraient déclarer comme l’hétéronyme de Fernando Pessoa, Álvaro de Campos : « Quand me réveillerai-je d’être éveillé ? »25

L’autre véritéLa saudade

34La vie n’étant pas à la hauteur des attentes des personnages peut-être existe-t-il un moyen d’inverser l’irréversible afin de fuir une réalité insatisfaisante ? En renversant notre regard peut-être pouvons-nous entrevoir une autre logique de l’inaccompli où ce qui n’a pas été prend place dans la réalité ?

35Avec la saudade nous pénétrons sur les terres de l’inaccompli. Le regard que les personnages posent sur le passé ne pourrait être compris sans l’analyse de ce sentiment si particulier qui amène à se laisser bercer par l’étrange souvenir de ce qui n’a pas été.

36L’homme saudoso ne regrette pas le temps passé, il regrette le temps qui n’a pas eu lieu. Comme le personnage de Lettera da scrivere qui écrit hypothétiquement à sa compagne en lui contant les regrets d’un temps qu’ils n’ont pas vécu :

  • 26  Antonio Tabucchi, Si sta facendo sempre più tardi, cit., p. 208.

E ti direi anche che ti aspetto, anche se non si aspetta chi non può tornare, perché per tornare ad essere ciò che fu dovrebbe essere ciò che fu, e questo è impossibile.26

37Dans la réalité de ce personnage, « le temps qui n’est pas » est envahissant et primordial car il détermine son rapport au temps présent et futur. En effet, le personnage attend quelque chose qui ne peut revenir puisqu’il n’a pas eu lieu, puisqu’il n’a pas pris forme dans la réalité. Il inclut l’irréalité à sa temporalité. Comme ce personnage, de nombreux protagonistes de l’œuvre d’Antonio Tabucchi sont conscients de l’influence sur leur vie de que ce qui n’est pas.

  • 27  Id., Piccoli equivoci senza importanza, cit., p. 81.

38Lorsqu’il repense à son histoire, le personnage de Any where out of the world pense qu’il est tard mais ce n’est pas à la temporalité réelle qu’il associe son retard : « Sai che è tardi, ma non nel senso dell’orologio »27.

39Ce n’est pas le temps qui passe et va trop vite qui agite le protagoniste, mais le temps qui n’est pas passé, le temps qui n’a pas eu d’existence, celui qui ne se mesure pas. Un temps inexistant et pourtant si primordial qu’il peut représenter à lui seul le retard d’une vie.

  • 28 Ibidem, p. 71.

40La saudade fait naître chez ces personnages le constat que le temps ne se résume pas exclusivement au temps linéaire. Ces personnages ne sont pas nostalgiques du temps passé, ils sont saudosi du non-temps. Tel le protagoniste de Any where out of the world28, certains personnages savent que le sentiment d’être en retard ne dépend pas de ce qu’ils vivent, aussi plus ils vivront et moins ils rattraperont le retard pris sur une vie qu’ils ont choisi de ne pas vivre. Vivre équivaut à prendre du retard, un retard éternel et croissant. Plus ils vivront, plus ils s’éloigneront de la vie qu’ils n’ont pas.

  • 29  Antonio Tabucchi, Si sta facendo sempre più tardi, cit., p. 35.

41Un retard qu’évoque le protagoniste de Il fiume lorsqu’il explique à son ancienne compagne que tous deux n’ont pas vécu la vie qu’ils auraient dû vivre : « era vera l’altra, quella che non sapemmo scegliere entrambi »29.

  • 30  Id., I volatili del Beato Angelico, Palermo, Sellerio, pp. 34-39.

42Ainsi la vérité n’est-elle pas toujours ce qui est, et pour comprendre vers quoi regardent les personnages il nous faut considérer la présence de l’absence. Une présence de l’absence que le héros du récit L’amore di Don Pedro ne fait pas que subir ou rêver mais à laquelle il accorde sa part de réalité30. En effet, Inès de Castro, l’unique amour de Don Pedro, prince du Portugal, a été assassinée. De nombreuses années après l’assassinat d’Inès, Don Pedro devient roi et décide de se venger. En premier lieu il fait assassiner les conseillers qui ordonnèrent le meurtre d’Inès, mais de tels actes de vengeance, bien que terriblement cruels, ne parviennent pas à soulager la peine intarissable de Don Pedro. Après une longue réflexion, Don Pedro comprend que sa vengeance doit s’exercer contre la linéarité du temps, contre l’impossibilité de vivre ce qui aurait pu être mais n’a pas été. Il fait exhumer le corps d’Inès et organise une cérémonie de mariage où il défile sur le carrosse royal aux côtés du cadavre de son unique amour. Par sa vengeance, Don Pedro donne vie à sa saudade. Don Pedro refait le temps, renverse l’irréversible et redonne à l’inexistant sa part d’existence. La sphère de son imagination devient sa réalité. Après sa cérémonie de mariage avec Inès, Don Pedro peut reprendre une vie normale, il exerce avec attention ses fonctions de roi, choisit une femme avec qui partager sa vie, assure correctement son rôle de père, cependant il ne porte probablement aucun intérêt réel au fait de vivre. Tout événement semble appartenir à une linéarité à laquelle Don Pedro n’appartient plus. Ainsi, il n’existe plus pour lui de passé, de présent ou d’inconnu futur mais un seul temps infini qu’il s’est réinventé et qui existe à l’abri de toute réalité.

  • 31  Id., Requiem, Milano, Feltrinelli, 2002, p. 34.

43Un voyage au-delà des limites du temps qui rappelle le voyage que s’octroie le personnage de Requiem31 afin de rendre visite à ses morts. Si le passé est si important pour le protagoniste, cela naît du fait qu’il est toujours lié à lui comme si ce qui est arrivé n’était jamais révolu. Le passé reste toujours énigmatique pour les personnages d’Antonio Tabucchi car ils ne peuvent le considérer comme un temps figé. Ce qui n’est pas advenu représente l’autre vérité d’un temps à réinventer.

44À travers le sentiment de la saudade,le regard des personnages se pose vers un impossible ailleurs porteur de toutes les possibilités. La saudade dessine chez les personnages d’Antonio Tabucchi une insaisissable tristesse. Dans leur présent l’absence brûle sans cesse.

45En étudiant l’inaccompli au sein de l’œuvre d’Antonio Tabucchi, nous dévoilons le rapport délicat que les personnages entretiennent avec la réalité ainsi qu’avec le temps présent. En tentant de dessiner les contours de l’inaccompli dans l’œuvre de l’auteur, nous nous confrontons à la difficulté d’enfermer la notion du non-acte dans l’idée d’une simple action qui n’est pas. En effet, en comprenant le malaise que les personnages entretiennent avec la réalité, nous découvrons des vies fuyantes en quête d’autres vérités où ce qui n’est pas peut représenter à lui seul le désir, la direction ou l’accomplissement d’une vie. Projetés sans cesse vers un ailleurs régressif qui remodèle le passé et la réalité qui n’est pas, les personnages s’absentent de leur présent, ne s’ancrent pas dans leur réel et de la quête de l’inaccompli naît un réel décalage qui les éloigne de toute action concrète. Ainsi de l’inaccompli naît l’inaccompli. Nous comprenons alors le mouvement perpétuel de ce vide omniprésent qui amène les personnages à vivre une vie parallèle à leur réalité. Une vie rêvée, fantasmée, mais profondément présente dans son inconsistance.

Haut de page

Notes

1  Vladimir Jankélévitch, L’irréversible et la nostalgie, Paris, Flammarion, 1974, p. 5.

2  Antonio Tabucchi, Requiem, Milano, Feltrinelli, 2002, p. 40.

3 Ibidem, p. 79.

4 Ibidem, p. 46.

5  Antonio Tabucchi, L’angelo nero, Milano, Feltrinelli, 2002, pp. 11-28.

6 Ibidem, pp. 51-70.

7 Ibidem, p. 58.

8  Antonio Tabucchi, Piccoli equivoci senza importanza, Milano, Feltrinelli, 2002, p. 80.

9 Ibidem, p. 75.

10 Antonio Tabucchi, L’angelo nero, cit., p. 63.

11  Id., Requiem, cit., p. 46.

12  Id., L’angelo nero, cit., p. 23.

13  Id., Piccoli equivoci senza importanza, cit., p. 80.

14 Id., Si sta facendo sempre più tardi, cit., p. 208.

15 Ibidem, p. 36.

16 Ibidem, p. 110.

17 Ibidem, p. 111.

18 Ibidem, p. 109.

19 Ibidem, p. 207.

20 Ibidem, p. 97.

21 Ibidem, p. 105.

22  Antonio Tabucchi, Il gioco del rovescio, Milano, Feltrinelli, 2001, pp. 123-132.

23  Id., Si sta facendo sempre più tardi, cit., pp. 195-204.

24 Ibidem, p. 121.

25  Fernando Pessoa, Fragments d’un voyage immobile, Paris, Gallimard, 2002, p. 59.

26  Antonio Tabucchi, Si sta facendo sempre più tardi, cit., p. 208.

27  Id., Piccoli equivoci senza importanza, cit., p. 81.

28 Ibidem, p. 71.

29  Antonio Tabucchi, Si sta facendo sempre più tardi, cit., p. 35.

30  Id., I volatili del Beato Angelico, Palermo, Sellerio, pp. 34-39.

31  Id., Requiem, Milano, Feltrinelli, 2002, p. 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° spécial, Echi di Tabucchi / Échos de Tabucchi

Référence électronique

Bérengère Salemi, « Les contours de l’inaccompli dans l’œuvre d’Antonio Tabucchi », Italies [En ligne], N° spécial | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/3709 ; DOI : 10.4000/italies.3709

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org