Navigation – Plan du site
Problèmes liés à l'engagement

L’éclaireur aux allumettes : la conception de l’engagement chez Tabucchi

Carmela Lettieri
p. 299-317

Résumé

À partir du milieu des années 1990, notamment suite à la réception réservée au roman Sostiene Pereira (1994), Antonio Tabucchi a de plus en plus joué un véritable rôle d’intellectuel critique qui l’a amené à prendre position dans le débat public sur les sujets les plus variés et à commenter l’actualité politique. Dans ce dessein, divers moyens sont utilisés : interventions dans la presse écrite (en Italie comme à l’étranger), à la radio ou à la télévision, participations à des forums, à des associations intellectuelles, à des cercles politiques, collaborations professionnelles, publications d’essais et d’œuvres non-fictionnelles. Toutes ces activités témoignent d’une conception particulière de l’engagement intellectuel et du métier d’écrivain. L’objectif de cette contribution est de mettre au jour les fils conducteurs et l’évolution de cette “conception de rôle” particulière, à partir d’une analyse – interne et contextuelle – du contenu et des modalités de ces interventions. Un corpus sélectionné de “tribunes” publiées par les plus importants quotidiens européens ainsi que des livres comme La gastrite di Platone (1998)et L’oca al passo (2006) seront la base privilégiée de cette analyse, sans exclure pour autant des références à d’autres écrits de l’auteur. Les modalités d’intervention mises en œuvre à l’occasion, par exemple, de l’affaire Sofri et le contenu de la polémique qui l’a opposé à Umberto Eco révèlent à la fois les conceptions assumées par Antonio Tabucchi, la structuration du champ intellectuel en Italie et la lecture que l’auteur nous propose de modèles intellectuels puisés dans la tradition italienne et étrangère.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe, XXIe
Haut de page

Texte intégral

1La thématique de l’engagement, tout en étant relative à un aspect particulier de l’activité d’Antonio Tabucchi, parcourt des textes aux statuts différents : œuvres de fiction, essais, articles de journaux. Jusqu’à présent, ces deux dernières catégories de publications ont été légèrement négligées par la critique d’autant plus qu’il est difficile de parvenir, à travers la simple analyse des textes, à une définition précise de la conception tabucchienne de l’engagement. De nombreuses interrogations surgissent lorsque l’on se limite au repérage des indices textuels. L’utilité de l’opération réside plutôt dans le fait qu’elle suggère des pistes et permet de relever quelques paradoxes.

  • 1 Un fiammifero minerva, « Micromega », mai 1997. Cet article constituait une réponse à la bustina d’ (...)
  • 2 La gastrite di Platone, Palerme, Sellerio, p. 52.

2Antonio Tabucchi a manifesté à plusieurs reprises beaucoup de réticence vis-à-vis du terme “engagement” (impegno). C’est ainsi qu’il évite de l’utiliser, d’y faire référence et lorsqu’on le lui propose, il ne le revendique pas comme principe d’action. En 1998, par exemple, suite à la publication dans la revue Micromega de l’article intitulé Un fiammifero minerva, article qui est à l’origine de l’essai La gastrite di Platone1, un hebdomadaire italien avait lancé une enquête auprès d’un certain nombre d’écrivains en leur posant la question suivante : « êtes-vous engagés (impegnati) ? ». Antonio Tabucchi avait commenté cette lecture de son essai en qualifiant le terme d’absolument déplacé : « termine assolutamente inopportuno, che io non ho mai utilizzato »2.

  • 3  L’oca al passo. Notizie dal buio che stiamo attraversando, Milan, Feltrinelli, 2006, p. 129.

3Il arrive aussi que la question soit envisagée avec un peu plus d’ironie. Dans le sixième chapitre (Sesto giro) de L’oca al passo, dont le titre est Impegno e disincanto, notre auteur invite le lecteur à faire un tour « [] nell’ambigua contea del cosiddetto impegno che come l’Araba fenice, cosa sia nessun lo dice, dove stia nessun lo sa »3.

4Ces déclarations à l’occasion d’un entretien publié par le quotidien la Repubblica témoignent des mêmes réticences :

  • 4  Entretien avec Concita De Gregorio, « la Repubblica », 3 décembre 2005.

Q. : Cosa pensa della letteratura militante, del rapporto fra impegno e letteratura ?
R. : L´unico impegno di uno scrittore dovrebbe essere quello di essere sincero con se stesso, con le sue emozioni.4

  • 5  Nathalie Heinich, Être écrivain : création et identité, Paris, La Découverte, 2000.
  • 6  Dans la rhétorique ancienne, l’ethos désigne la composante de l’argumentation qui correspond à l’i (...)
  • 7  Ruth Amossy, Images de soi dans le discours. La construction de l’‘ethos’, Lausanne-Paris, Delacha (...)

5Rechercher les raisons de cette méfiance nous ramène à une interrogation plus profonde concernant les discours qui entourent et portent l’auteur dans l’espace public. La notion d’auteur relève d’une catégorie sémantique ambiguë. Cette ambiguïté reste souvent pensée dans des univers disciplinaires bien délimités, souvent exclusivement littéraires ou esthétiques, alors qu’une approche interdisciplinaire pourrait éclairer cette notion qui s’avère être aussi un « processus » de création et de construction dans l’espace public5. Il ne s’agit pas d’une simple méfiance vis-à-vis de ce qu’un auteur dit de sa propre activité et de sa propre production, mais de la possibilité d’explorer les liens complexes qui unissent poetica implicita et poetica esplicita. La notion d’éthos, issue de la tradition rhétorique aristotélicienne et aujourd’hui réactualisée, permet par exemple de prendre en compte la posture de l’écrivain, sa manière singulière d’occuper une position précise dans le champ littéraire6. La dimension discursive et textuelle s’inscrit alors comme « échange symbolique réglé par des mécanismes sociaux et des positions institutionnelles extérieures »7.

6D’autant plus que, malgré le rejet affiché, malgré un certain malaise manifesté par le refus d’adhérer à un modèle, celui de l’impegno, considéré comme dépassé et anachronique, il est vrai qu’à partir du milieu des années 1990, notamment suite à la réception réservée au roman Sostiene Pereira (1994), cet écrivain a de plus en plus endossé un véritable rôle d’intellectuel critique. Ceci l’a amené à prendre position dans le débat public sur les sujets les plus variés en utilisant divers moyens : interventions dans la presse écrite (en Italie comme à l’étranger), à la radio ou à la télévision, participations à des forums, à des associations intellectuelles, à des cercles politiques, collaborations professionnelles, publications d’essais et d’œuvres non-fictionnelles. Toutes ces activités témoignent d’une forme, qui reste certes à préciser et à définir, mais d’une certaine forme quand même d’engagement intellectuel. On pourrait alors reformuler le point de départ de cette analyse sous la forme d’un questionnement : peut-on définir Antonio Tabucchi comme un “intellectuel” et surtout de quel type d’intellectuel s’agit-il ?

L’engagement intellectuel : un phénomène historique

  • 8  Selon la définition suggérée, par exemple, par Pierre Bourdieu.
  • 9  Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, S (...)
  • 10  Benoît Denis, Littérature et engagement. De Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000.
  • 11  Ibidem, p. 20 et suivantes.
  • 12  Pour le débat italien, voir Alberto Asor Rosa, Lo stato democratico e i partiti politici. La breve (...)

7Malgré le fait qu’il soit possible de donner une définition ample de l’intellectuel comme de « celui qui manie, diffuse et manipule les biens symboliques »8, il convient de relativiser la notion communément admise qui, en Italie, comme en France, n’a pas pu être préservée d’une utilisation trop universelle. Les représentations sociales des termes qui, dans les différents pays européens, désignent les intellectuels, comportent trois registres : un registre social, un registre culturel et un registre politique9. Malgré cela, dans l’acception la plus courante, la composante politique semble avoir été privilégiée. L’engagement est en effet considéré comme une condition sine qua non de la fonction intellectuelle, telle qu’elle s’est construite et a été définie dans l’histoire culturelle. Par ailleurs, l’émergence de la littérature engagée, en Italie comme en France, est liée à un contexte historique bien particulier, celui de l’après-guerre. C’est à ce moment que, la représentation qui prévalait jusqu’au milieu du XIXe siècle ayant été profondément modifiée, on fait remonter l’apparition d’une « littérature engagée »10. On indique par cette expression une pratique littéraire associée étroitement à la politique. Trois facteurs ont été indiqués comme déterminant la conjoncture singulière qui a permis l’émergence de la littérature engagée : l’apparition d’un champ littéraire autonome, après 1850 ; l’apparition d’un nouveau rôle social, l’intellectuel ; la politisation du champ littéraire suite à la révolution d’octobre 191711. La littérature engagée est donc considérée comme un phénomène historiquement déterminé. L’engagement a été aussi au cœur du débat littéraire du XXe siècle et en a constitué un axe structurant12.

8On peut avancer quelques hypothèses concernant la persistance de ce phénomène si l’on considère que les contributions des écrivains à la presse quotidienne, sous forme de tribunes et d’articles de commentaire, constituent une forme périphérique et complémentaire d’une pratique littéraire associée à l’engagement, déclinée suivant des expériences personnelles et en fonction du contexte dans lequel celles-ci interviennent. La composante de l’engagement a évolué au cours de la trajectoire tabucchienne, cette évolution se manifeste par des contradictions, des ambiguïtés, des répétitions qui, loin de révéler une quelconque incohérence, sont en effet le signe d’une adaptation constante à ce qu’on peut appeler l’« espace des possibles ». Celui-ci est déterminé et offert par les structures du champ politique, médiatique et intellectuel. La pratique de l’engagement est aussi le fruit d’un “choix” effectué dans un répertoire de modèles d’action offert par une, sinon plusieurs, traditions culturelles. D’où le sens des répétitions et auto-citations qui révèlent un travail de définition in fieri caractérisé par l’équilibre entre des invariants de base et des sollicitations contextuelles.

9Expliciter les références et les modèles intellectuels mobilisés, discutés, refusés, revendiqués ou mis en avant, à différentes occasions, par Antonio Tabucchi nous permet d’apercevoir une conception individuelle constituée par des auto-représentations de la fonction intellectuelle, une pratique du métier d’écrivain et une conception de rôle étroitement liées à des éléments structurels.

Un éclaireur éclairé

10La définition d’« éclaireur éclairé » semble s’adapter particulièrement bien à la figure d’Antonio Tabucchi qui aime filer la métaphore du feu et de la lumière et qui a eu, par exemple, l’occasion de déclarer :

  • 13  Entretien avec Catherine Argand, « Lire », été 1995.

La littérature doit dépasser le bout de la rue, montrer ce qu’une caméra ne voit pas, illuminer les coins obscurs de la vie, de la réalité.13

11En parcourant La gastrite, à partir de la simulation d’incendie suggérée par Umberto Eco et qui sert à ce dernier pour redéfinir le rôle intellectuel, on trouve les allumettes et autres brûlures d’estomac. On y trouve aussi des citations en exergue assez significatives : le briquet de Montale, le pompier de La cantatrice chauve de Ionesco. Ce dernier détail vient apporter une touche d’absurde et d’ironie qui, bien que sous-estimée, est aussi une des marques stylistiques de cet écrivain.

12En somme, il entend donner sa contribution :

  • 14  Entretien avec Arnould de Liedekerke, « Le Magazine littéraire », juillet-août 1997.

[] même si la contribution est modeste parce que nous vivons le temps des allumettes après celui des grands embrasements. Moi, si je réussis à éclairer un pan d’obscurité avec une petite flamme, cela me suffit.14

13Par ailleurs, le sous-titre de L’oca al passo. Notizie dal buio che stiamo attraversando confirme cette volonté.

  • 15 Introduzione à L’oca al passo. Notizie dal buio che stiamo attraversando, Milan, Feltrinelli, 2006, (...)

Non pretendo che sia molta la luce che accendo sul buio che attraversiamo, ma a volte basta un cerino per illuminare l’oscurità e accorgerci che stiamo camminando sull’orlo dell’abisso.15

14L’éclaireur renvoie alors à la conception de rôle, c’est-à-dire à la manière de concevoir la fonction intellectuelle ; quant aux allumettes, elles renvoient aux moyens utilisés, aux outils privilégiés, aux argumentaires, aux modalités d’intervention. Ce qui montre un paradoxe, ou du moins une contradiction apparente, entre l’importance du rôle et les moyens exigus dont il dispose.

Un écrivain engagé 

  • 16  Antonio Tabucchi a eu plusieurs occasions de confronter ses positions à celles d’autres intellectu (...)

15Le texte-manifeste, La gastrite di Platone, dans lequel Antonio Tabucchi présente de façon claire et approfondie ses positions, est né à partir de la volonté de répondre aux positions exprimées par Umberto Eco autour du rôle des intellectuels. Ce texte avait aussi l’ambition de lancer, par cette même occasion, un débat au sein de l’intelligentsia italienne16. Les termes de cette polémique sont bien connus. Par une boutade sur le devoir des intellectuels, qui serait celui de rester silencieux quand ils ne servent à rien, Eco leur conseille de s’abstenir d’intervenir dans des problèmes d’actualité. Le sémiologue et romancier explique que

Quando la casa brucia, l’intellettuale può solo cercare di comportarsi da persona normale e di buon senso, come tutti, ma se ritiene di avere una missione specifica si illude, e chi lo invoca è un isterico che ha dimenticato il numero telefonico dei pompieri.

  • 17  Quelques années plus tard, Antonio Tabucchi a eu l’occasion de montrer ce que devrait être, selon (...)
  • 18  Monica Jansen, Eco, Tabucchi and Plato’s Gastritis, in Eco in Fabula, Umberto Eco in the Humanitie (...)

16D’une manière quelque peu provocatrice, Umberto Eco propose un rôle limité pour l’intellectuel, dont la fonction pédagogique et la prérogative d’exercice de la Raison, se situeraient non pas dans l’actualité immédiate, mais sur le long terme. À ce rôle de scribe et d’éducateur, Antonio Tabucchi préfère celui de l’intellectuel vivant en synchronie avec son temps17. Il lui rappelle la figure de l’écrivain, que le sémiologue semblait avoir oublié, et le rôle de la littérature comme forme de connaissance créatrice18. Parce que, comme il le dit, il reste le problème de ce qui a provoqué l’incendie. La mission de la littérature serait donc celle de poser des questions, plutôt que celle de donner des réponses. La fonction de connaissance créatrice, déjà mise en pratique par Pier Paolo Pasolini, soutient cette idée d’intellectuel sporadico et scomodo revendiquée par Antonio Tabucchi conscient toutefois de la connaissance fragmentée que cela peut produire :

  • 19 Introduzione à L’oca al passo,cit., p. 8. La citation vient de l’article de Pier Paolo Pasolini « I (...)

Pasolini quando scrisse Io so, affermò che sapeva perché egli era uno scrittore, una persona « che cerca di seguire tutto ciò che succede, di conoscere tutto ciò che se ne scrive, di immaginare tutto cio’ che non si sa o che si tace ; che coordina fatti anche lontani che mette insieme i pezzi disorganizzati e frammentari di un intero coerente quadro politico, che ristabilisce la logica là dove sembrano regnare l’arbitrarietà, la follia e il mistero ». Io non so se so, ma come per Pasolini « tutto ciò fa parte del mio mestiere e dell’istinto del mio mestiere ».19

  • 20 Commission Parlementaires Massacres, « Agenda Magistratura Democratica », 2005 ; Il silenzio è d’or (...)

17L’invective pasolinienne et l’assurance d’un savoir particulier laisse la place chez Antonio Tabucchi à une série de questions : « Io so » devient « Ho chiesto » ou bien « Mi ricordo »20.

  • 21 Se lo scrittore diventa profugo, in « Corriere della Sera », 7 décembre 1999 ; Scrittori vil razza (...)

18Toute intervention dans la sphère publique est donc déterminée par une conception de la pratique littéraire comme dépendant d’une vision critique du monde. L’activité littéraire a en ce sens une place importante dans la prise de conscience critique. D’où l’importance, pour les écrivains qui écrivent dans la presse, d’intervenir toujours en tant qu’écrivains, porteurs d’une éthique de la littérature, bien que soumis au risque d’un travestissement et d’un usage illégitime des arguments d’autorité auxquels ils peuvent avoir recours21.

Modèles et postures

  • 22  Cette expression indique le long parcours judiciaire d’Adriano Sofri, d’Ovidio Bompressi et de Gio (...)
  • 23  Voir Antonio Tabucchi, Il processo Sofri ? Rifatelo in tv, « Corriere della Sera », 5 mars 1999 ; (...)
  • 24  L’essai que l’historien Carlo Ginzburg a consacré à l’étude des pièces du « procès Sofri » met cel (...)

19Suivant la volonté d’Antonio Tabucchi, la polémique avec Umberto Eco s’inscrit dans le débat autour de l’affaire Sofri (caso Sofri)22. La publication de La gastrite constitue donc l’occasion pour revenir sur une affaire qui a agité le monde intellectuel italien et qui a constitué pendant un certain temps le catalyseur de la polémique autour du rôle, de la mort ou du silence supposé des intellectuels. Antonio Tabucchi s’est mobilisé à cette occasion, tout comme Umberto Eco et Carlo Ginzburg23. Au-delà des différences de style ou d’argumentaire, tous les trois se réclament d’un modèle intellectuel qu’on pourrait qualifier de “dreyfusard”. Il s’agit d’une référence inspirée par le « J’accuse » d’Émile Zola à l’occasion de l’affaire Dreyfus et aussi par une certaine méthode critique appliquée à l’analyse des pièces du procès24. Au-delà des étapes d’un parcours judiciaire très compliqué, des hypothèses de culpabilité ou d’innocence, l’intérêt de cette affaire réside moins dans la possibilité du parallèle souvent proposé entre l’intellectuel italien et le capitaine juif, que dans la posture, fortement inspirée du modèle “dreyfusard”, révélée par les interventions en faveur d’Adriano Sofri. C’est ainsi que dans certains cas, elle a permis de réaffirmer avec force une conception noble de la fonction critique des clercs.

  • 25  Marie-AnneMatard-Bonucci, Entre Prezzolini et Gramsci. Lectures italiennes de l’affaire Dreyfus, i (...)
  • 26  Vincent Duclert rappelle en ce sens la première brochure démontrant l’innocence de Dreyfus publiée (...)

20L’affaire Dreyfus, qui est unanimement considérée comme l’événement autour duquel s’est cristallisée la conscience politique et qui a rendu visible le processus d’autonomisation des “intellectuels”, n’a pas manqué d’avoir des retentissements en Italie. Marie-Anne Matard-Bonucci montre, par exemple, que l’attention pour l’« Affaire », dans les années qui suivent immédiatement son émergence, prend souvent la forme d’une véritable mobilisation politique, mais qu’elle est revisitée à la lumière d’enjeux politiques nationaux25. Ce type d’engagement est donc fondé à la fois sur le mode (l’analyse critique), sur les thèmes (justice, défense des opprimés et des innocents, droits de l’homme) et les principes (Egalité, Justice) qui inspirent l’action en public. La méthode critique fonde l’engagement “dreyfusard” : l’innocence de Dreyfus est démontrée par les personnalités engagées dans ce combat, preuves à l’appui, et par la contestation des preuves amenées pour démontrer la culpabilité26.

  • 27 Sofri, una grazia per l’Italia, « l’Unità », août 2002 ; Chi chiede agli altri di fare gli eroi, «  (...)
  • 28  Un colloque international a été symboliquement organisé les 28 et 29 avril 2001 à Ferney, près de (...)
  • 29  Voir par exemple la tribune, publiée en France, intitulée Adriano Sofri ou le bouc émissaire, « Le (...)
  • 30  Le prestige détenu par la France au sein de l’espace littéraire mondial et la forme de domination/ (...)
  • 31  Cette polémique et la lecture qu’en donne Antonio Tabucchi sont amplement analysées par Flavia Bri (...)

21Le processus de généralisation de l’« Affaire », ramenée à une question de justice et d’éthique politique, en a assuré la postérité, en France comme en Italie, et fonde les engagements actuels au nom de cette tradition. La référence au modèle se fait cependant au miroir de la culture politique de chaque pays et surtout des contextes historiques. Antonio Tabucchi est celui qui, plus que tout autre, a engagé à partir du caso Sofri une réflexion plus large sur l’Italie, sur la légitimité et l’efficacité de ses institutions, sur les responsabilités politiques et historiques27. Il a surtout adopté les moyens et l’argumentaire typiques qui, à partir de l’expérience du parti “dreyfusard”, se sont cristallisés en bagage, allant constituer l’ensemble de procédures à la disposition des intellectuels pour leurs interventions dans la vie publique. Il est en effet souvent intervenu par voie de presse et a mobilisé les réseaux internationaux à sa disposition28. Il a aussi fait appel à l’opinion publique française dans les affaires nationales où le rôle des intellectuels ainsi conçu était en jeu29. Ces principes généraux qui fondent une intervention d’ordre moral s’inspirent de références et de modèles transnationaux30. Un véritable transfert culturel semble avoir eu lieu à cette occasion, qui paraît plus profond et plus significatif que la référence à la polémique entre Maurice Blanchot et Jean-François Lyotard pourtant citée dans La gastrite31. Ce qui est mis en avant par Antonio Tabucchi est la fonction critique (Blanchot) plutôt que la façon dont l’intellectuel travaille à l’intérieur des institutions (Lyotard).

Les contraintes du champ intellectuel

  • 32  Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)
  • 33  C’est pourquoi ses relations avec les différents quotidiens italiens ont évolué au cours du temps, (...)
  • 34 L’oca al passo,cit., pp. 125-126.

22Antonio Tabucchi a instauré des rapports parfois étroits, parfois conflictuels, parfois ambigus, et en même temps nécessaires, avec les médias. Si la presse est le vecteur privilégié de ses interventions intellectuelles, elle n’est pas un simple medium puisqu’il s’agit d’un lieu de visibilité qui, à l’encontre du principe de publicité à la base de l’espace public idéal habermassien32, sélectionne les interventions et contribue en même temps à structurer les débats publics et en définir les modalités33. Il convient alors de lire Antonio Tabucchi à l’intérieur d’un contexte qui est celui où l’alternative proposée aux intellectuels semble se réduire à celle entre expertise et opinionismo. L’enjeu de ces luttes symboliques est celui de sauvegarder l’auto-nomie de la littérature dans un contexte contemporain de transformation du paysage intellectuel sous la pression des médias. « La mia è la logica di uno scrittore, e a chi può interessare in un paese come l’Italia, la logica di uno scrittore ?34

  • 35 Riflessioni di un impolitico, « l’Unità », 3 mai 2002 ; Al rigor dell’ambasciatore, la fantasia del (...)

23C’est avec une ironie mordante qu’Antonio Tabucchi dénonce une certaine mentalité caractéristique de l’esprit italien. Sa critique est dirigée contre les tendances qui invitent à toutes les démissions politiques, comme la domination de l’expertise, et aussi contre l’amateurisme, c’est-à-dire ce droit pour tout intellectuel de traiter des questions qui dépassent le champ de sa spécialité en vertu d’engagements qui ne connaissent aucune limite. C’est la dérive des tuttologi et des opinionisti, version italienne de l’intellectuel universel et médiatique, qui se transforment à l’occasion en conseillers du Prince, qui est ici visée35.

24Une caractéristique importante, qui a de lourdes conséquences sur la participation des intellectuels à la vie publique, concerne le degré d’autonomie et d’hétéronomie de l’univers littéraire. La dépendance des logiques politiques a rendu par exemple par le passé impossible en Italie d’envisager un engagement différent d’une simple adhésion partisane, ce qu’Antonio Tabucchi dénonce à travers sa critique de l’intellectuel organique de Gramsci :

  • 36 L’oca al passo, cit., p. 126.

San Francesco era un uomo di pace, per questo era un poeta « impegnato ». Jean-Paul Sartre invece ha ingabbiato nella parola « impegno » l’idea di un mondo visto come una tessera di partito. Anche Gramsci ha fatto la sua parte, guardando all’intellettuale come cinghia di trasmissione tra il partito e le classi operaie che dovrebbe rappresentare. « Intellettuale organico », che brutta definizione, ha qualcosa di biologico, di meramente strumentale. Il cervello è ovviamente un organo, ma il pensiero potrà mai essere materia organica ?36

  • 37  Voir par exemple l’échange qui a eu lieu avec A. Arbasino : Intellettuali copritevi, ora piovono p (...)

25Malgré cette critique, on retrouve chez Antonio Tabucchi la nécessité d’avoir un groupe social de référence : les dominés de Piazza d’Italia ou de La testa perduta de Damasceno Monteiro ; les tziganes de Gli zingari e il Rinascimento, les Albanais dont Antonio Tabucchi s’est fait le porte-parole le rapprochent du modèle gramscien plus qu’il ne veut bien l’admettre37 car les références intellectuelles et idéologiques se jouent en rapport avec des situations sociales.

  • 38  Antonio Tabucchi est, avec Vincenzo Consolo, l’écrivain italien qui a le plus souvent signé les ap (...)

26Les propriétés structurelles propres à l’univers littéraire italien et les conditions pratiques d’exercice du travail de l’écrivain rendent aussi difficile toute forme de collectif intellectuel. Le « Parlement international des écrivains » constitue par exemple un mode d’affiliation ainsi qu’une forme d’action collective pour les clercs qui s’y sont engagés, mais il s’agit d’une initiative transnationale qui a fonctionné comme moyen d’autodéfense et de soutien aux écrivains persécutés et a trouvé son efficacité dans la souplesse de son réseau38.

Modalités et formes d’intervention

  • 39 Il grande scoppio e i piccoli servi, « l’Unità » et « el Pais », 28 février 2003 ; « Ho paura di so (...)
  • 40  Diritti umani. Ora serve un tribunale, « Corriere della Sera », 7 décembre 1998 ; L’albanese sono (...)

27Pour une meilleure intelligibilité des formes d’interventions pratiquées par Antonio Tabucchi, il convient aussi de voir comment la posture se croise avec des catégories qui touchent à la fois aux motivations et aux traits discursifs. On peut en effet repérer les moteurs et les armes des interventions dans des catégories telles que la dissidence, l’indignation, l’interpellation. On retrouve alors souvent l’indignation comme moteur de l’intervention, mais celle-ci n’est ni systématique, ni vécue comme obligation morale. Le fait d’éviter l’emphase, les grands mots, indique la distance qu’Antonio Tabucchi entretient avec le rôle et la figure de l’intellectuel, et avec les rites qui y sont associés, même si le risque de céder à la tentation de dévier vers le prophétisme social existe39. Quelques“billets d’humeur”, des corsivi, de courts textes polémiques ont alors vu le jour où l’accent est mis sur l’indignation du moment. Le ton d’ensemble contraste cependant avec une certaine idée de la dissidence intellectuelle selon laquelle on devrait nécessairement pratiquer des formes d’intervention plus éclatantes. Ce ton ne manque pas d’être associé à un sentiment de révolte que provoquent certaines situations d’injustice sociale, de privilèges ou d’abus de pouvoir40. Antonio Tabucchi ne se prive pas d’éprouver ni d’exprimer de l’insatisfaction, des mouvements d’humeur, de la colère, mais pas de véhémente rhétorique ni d’assurance péremptoire, même lorsqu’il dénonce ou lorsqu’il témoigne. Ce qui n’enlève rien à la force de ses interventions. C’est pourquoi il est aussi difficile de définir La gastrite car ce petit livre n’a rien d’un brûlot. Certes, c’est un livre à thèse, mais qu’on aurait cependant du mal à qualifier de pamphlet tant le pathos est banni de sa démonstration.

  • 41  Mario Serenellini, I diseducatori. Intellettuali d’Italia da Gramsci a Pasolini, Rome, Dedalo, 198 (...)
  • 42  À titre d’exemple, pour le seul quotidien « l’Unità »: Appello al presidente della Repubblica, 15 (...)

28La dissidence, et en particulier la contestation vis-à-vis des institutions au pouvoir, a été parfois conçue comme l’essence même du statut intellectuel. La critique et l’opposition systématiques ont été incarnées pendant quelque temps en Italie par Pier Paolo Pasolini41. Cette modalité trouve dans la “lettre ouverte” une des formes les plus répandues d’interpellation publique. La forme épistolaire de La gastrite engageait un dialogue avec Umberto Eco et avec Adriano Sofri, même si cette tentative a échoué et si l’on a assisté à un véritable dialogo mancato : ces lettres n’ont pas trouvé d’interlocuteurs car les intellectuels et écrivains italiens, dans l’ensemble, sont restés plutôt silencieux à ce sujet. Une des formes épistolaires les plus pratiquées par Tabucchi est celle des lettres ouvertes aux Présidents de la République (italien comme portugais) qu’il aime à solliciter directement ou indirectement42. Dans son utilisation de cette forme banalisée et emblématique d’interpellation intellectuelle, Tabucchi ne suit pas Voltaire qui interpelle les puissants et méprise les miséreux mais rejoint plutôt J. Habermas pour qui l’expression des opinions et l’exercice de la raison dans l’espace public ont comme but la critique du pouvoir.

Conclusion

29Lorsqu’il s’agit de restituer l’espace des “possibles” dans lequel Antonio Tabucchi s’inscrit, des tensions émergent entre un univers littéraire “pur” et celui de l’engagement. Pourtant il s’agit d’un seul et même écrivain, bien que tiraillé entre une conception “pure” de la littérature et l’attraction exercée sur lui par le pôle “mondain”, immergé dans les feux de l’actualité, qui parvient à apaiser cette tension en conciliant, avec une perspective propre, des mondes théoriques différents.

  • 43 L’oca al passo,cit., p. 136.

Siamo tutti nella stessa fogna diceva Oscar Wilde, ma alcuni di noi guardano le stelle. Ma sarà più importante guardare ad altezza d’uomo o alzare gli occhi verso la volta celeste ? […] La fogna è sempre sotto i piedi ma, con un po’ di volontà, oltre a guardare in alto, ci si può guardare intorno. Così, fra disincanto e impegno andiamo vivendo, perché entrambi sono le due facce di una stessa medaglia.43

  • 44  Luca Curti évoque à juste titre l’« impegno civile » de Tabucchi, en accompagnant donc le terme d’ (...)

30C’est ainsi que son parcours le conduit à occuper une position spécifique au sein du champ intellectuel qui lui permet de parler en tant qu’intellectuel-écrivain, de s’exprimer au nom d’un rôle intellectuel, d’utiliser les moyens de diffusion et l’argumentaire classique, leurs instruments d’objectivation et de visibilité, mais sans assumer un programme politique ou partisan44 et sans accepter que son identité littéraire soit enfermée dans des modèles préétablis.

31Définir l’engagement d’un auteur qui refuse d’adhérer à ce principe, tel qu’il a été pratiqué, conçu et interprété par le passé, relève d’un défi. Le fait d’appliquer, à ce cas de figure, des outils d’analyse et des catégories conceptuelles issues de la sociologie de la culture est tout aussi paradoxal. Antonio Tabucchi lui-même exprime en effet, de façon appuyée et ironique, sa critique vis-à-vis de cette approche par une phrase qu’il fait dire à l’un de ses personnages, l’avocat Loton, dans La testa perduta di Damasceno Monteiro : « sociologia della letteratura, ripeté con aria disgustata l’avvocato, viviamo tempi barbari ».

32Malgré cela, le discours que la sociologie peut être en droit de tenir sur la littérature, en interrogeant les liens qui unissent une pratique d’écriture et son époque, permet de rendre compte de la pensée et de l’œuvre d’un auteur tout en se tenant à l’écart des risques de sociologisme et de psychologisme. Une réflexion nourrie de l’apport des modèles sociologiques à l’histoire littéraire, cherche en effet à démêler les enjeux des conceptions littéraires et intellectuelles rivales qui opposent les écrivains, qu’ils se définissent ou non engagés ou intellectuels. À travers ces affrontements, on voit se dessiner des convergences et des divergences, des alliances et des ruptures ; mais aussi, au sein du champ littéraire la volonté de la part d’une certaine composante de ne pas se plier aux exigences médiatiques, en évitant les dérives que les médias induisent et de sauvegarder son autonomie par rapport au pouvoir politique. C’est cela qui constitue l’un des traits caractéristiques de l’engagement tel qu’il est conçu et pratiqué par Tabucchi.

Haut de page

Notes

1 Un fiammifero minerva, « Micromega », mai 1997. Cet article constituait une réponse à la bustina d’Umberto Eco publiée par l’hebdomadaire l’Espresso le 24 avril 1997 : Il primo dovere degli intellettuali, stare zitti quando non servono a niente. Quant à La gastrite di Platone, publié d’abord en français en 1997 par la volonté de Bernard Comment, aux éditions Mille et une nuits, ce livre a ensuite vu le jour en Italie, l’année suivante, chez Sellerio.

2 La gastrite di Platone, Palerme, Sellerio, p. 52.

3  L’oca al passo. Notizie dal buio che stiamo attraversando, Milan, Feltrinelli, 2006, p. 129.

4  Entretien avec Concita De Gregorio, « la Repubblica », 3 décembre 2005.

5  Nathalie Heinich, Être écrivain : création et identité, Paris, La Découverte, 2000.

6  Dans la rhétorique ancienne, l’ethos désigne la composante de l’argumentation qui correspond à l’image que le locuteur construit de lui-même dans son discours en vue d’inspirer confiance à son auditoire. Liée à l’acte d’énonciation, la notion d’ethos est reprise par plusieurs disciplines telles la pragmatique, l’analyse de discours, la rhétorique, la sociologie de la littérature. Pour une présentation des différents usages qui en sont faits, voir Jérôme Meizoz, Éthos, posture, champ et facture des œuvres, « Pratiques », n. 117-118, juin 2003, pp. 241-250.

7  Ruth Amossy, Images de soi dans le discours. La construction de l’‘ethos’, Lausanne-Paris, Delachaux & Nestlé, 1999.

8  Selon la définition suggérée, par exemple, par Pierre Bourdieu.

9  Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Seuil, 1996. La généalogie sociale des intellectuels a montré que l’intérêt majeur ne consiste pas à définir une fois de plus le terme mais à prendre comme objet d’étude les définitions standard dont la limite est celle de s’être en général focalisées sur une seule de ces trois dimensions.

10  Benoît Denis, Littérature et engagement. De Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000.

11  Ibidem, p. 20 et suivantes.

12  Pour le débat italien, voir Alberto Asor Rosa, Lo stato democratico e i partiti politici. La breve stagione di una grande speranza, in Letteratura italiana, vol. I : Il letterato e le istituzioni, Turin, Einaudi, 1989, pp. 570-643, et, du même auteur, Intellettuali, in Enciclopedia Einaudi, Turin, Einaudi, 1989, vol. VII, pp. 801-827. En France, Gisèle Sapiro a montré comment les logiques de l’engagement des écrivains de 1940 à 1953 étaient dépendantes de la recomposition du champ littéraire. Gisèle Sapiro, La guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999.

13  Entretien avec Catherine Argand, « Lire », été 1995.

14  Entretien avec Arnould de Liedekerke, « Le Magazine littéraire », juillet-août 1997.

15 Introduzione à L’oca al passo. Notizie dal buio che stiamo attraversando, Milan, Feltrinelli, 2006, p. 9.

16  Antonio Tabucchi a eu plusieurs occasions de confronter ses positions à celles d’autres intellectuels comme, par exemple, le critique littéraire Alberto Arbasino, le philosophe Gianni Vattimo, l’historien Ernesto Galli della Loggia, l’ancien ambassadeur Sergio Romano ou bien le journaliste Gianni Riotta. En revanche, de véritables conflits judiciaires l’ont opposé au directeur du quotidien « Il Foglio », Giuliano Ferrara.

17  Quelques années plus tard, Antonio Tabucchi a eu l’occasion de montrer ce que devrait être, selon cette vision, l’action d’un intellectuel en cas de véritables incendies en réagissant aux dévastations des forêts de son pays d’adoption. Cf. I pini del Portogallo e la scintilla di Pera, « il manifesto », 27 août 2005.

18  Monica Jansen, Eco, Tabucchi and Plato’s Gastritis, in Eco in Fabula, Umberto Eco in the Humanities, Actes du congrès international de Louvain (Belgique), 24-27 février 1999, Louvain-Florence, Franco Cesati Editore, 2002, pp. 277-290.

19 Introduzione à L’oca al passo,cit., p. 8. La citation vient de l’article de Pier Paolo Pasolini « Io so » publié dans le Corriere della Sera deux semaines avant sa mort. Un hommage supplémentaire à P. P. Pasolini a été rendu par Antonio Tabucchi dans le choix du titre de la rubrique qu’il tient sur Radio Feltrinelli : In mancanza di prove.

20 Commission Parlementaires Massacres, « Agenda Magistratura Democratica », 2005 ; Il silenzio è d’oro, « Micromega », février 2002. Ces deux textes ont été repris dans L’oca al passo,cit., pp. 45-46 et pp. 31-32.

21 Se lo scrittore diventa profugo, in « Corriere della Sera », 7 décembre 1999 ; Scrittori vil razza dannata, in « Corriere della Sera », 19 janvier 1999.

22  Cette expression indique le long parcours judiciaire d’Adriano Sofri, d’Ovidio Bompressi et de Giorgio Pietrostefani, anciens leaders du mouvement d’extrême gauche Lotta Continua, tous trois condamnés pour le meurtre d’un commissaire de police, Luigi Calabresi, advenu en mai 1972. De très nombreuses personnalités du monde politique et culturel italien se sont prononcées contre leur condamnation et pour la révision du procès.

23  Voir Antonio Tabucchi, Il processo Sofri ? Rifatelo in tv, « Corriere della Sera », 5 mars 1999 ; Umberto Eco, Il faut réviser le procès Sofri, au nom du bon sens, « Le Monde », 18 mars 1998 et Carlo Ginzburg, Il giudice e lo storico. Considerazioni in margine al processo Sofri, Turin, Einaudi, coll. “Gli Struzzi”, 1991.

24  L’essai que l’historien Carlo Ginzburg a consacré à l’étude des pièces du « procès Sofri » met cela en pratique. Toute la démonstration est basée sur une discussion des preuves qui refait pas à pas le travail des juges et des enquêteurs (Il giudice e lo storico, cit.).

25  Marie-AnneMatard-Bonucci, Entre Prezzolini et Gramsci. Lectures italiennes de l’affaire Dreyfus, in Michel Leymarie (dir. par), La postérité de l’affaire Dreyfus, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1998,pp. 103-123.

26  Vincent Duclert rappelle en ce sens la première brochure démontrant l’innocence de Dreyfus publiée par Bernard Lazare, où celui-ci utilise la méthode critique apprise à l’École pratique des Hautes Etudes dans les séminaires de Gabriel Monod. Cf. Vincent Duclert, Histoire, historiographie et historiens de l’affaire Dreyfus, in Michel Leymarie (dir. par), La postérité de l’affaire Dreyfus, cit., p. 155.

27 Sofri, una grazia per l’Italia, « l’Unità », août 2002 ; Chi chiede agli altri di fare gli eroi, « la Repubblica », 15 novembre 2002. La critique des institutions et de certaines dérives italiennes parcourt l’ensemble des interventions. À titre d’exemple : Notizie del paese senza volto, « l’Unità », 15 avril 2002 ; Cari amici vado via, « l’Unità », 14 juin 2002 ; Italia, fantasmi all’Opera, « l’Unità », 2 juillet 2002.

28  Un colloque international a été symboliquement organisé les 28 et 29 avril 2001 à Ferney, près de Genève, dans le château de Voltaire, où celui-ci avait travaillé à la défense de Jean Calas. À cette occasion, le film-documentaire réalisé par Jean-Louis Comolli avec la participation de Carlo Ginzburg a été présenté. On voit bien, dans la mobilisation internationale autour de cette affaire, le poids des traditions intellectuelles.

29  Voir par exemple la tribune, publiée en France, intitulée Adriano Sofri ou le bouc émissaire, « Le Monde », 28 janvier 2000.

30  Le prestige détenu par la France au sein de l’espace littéraire mondial et la forme de domination/attraction que Paris exerce, en tant que capitale culturelle, sont analysés par Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

31  Cette polémique et la lecture qu’en donne Antonio Tabucchi sont amplement analysées par Flavia Brizio-Skov, Antonio Tabucchi : navigazioni in un arcipelago narrativo, Cosenza, L. Pellegrini editore, 2002, pp. 173-203.

32  Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978 (nouvelle édition 1993).

33  C’est pourquoi ses relations avec les différents quotidiens italiens ont évolué au cours du temps, en donnant lieu à des publications occasionnelles ou bien à des formes de collaborations plus étroites. Les journaux internationaux (« El Pais », « Le Monde ») ont aussi accueilli ses interventions en lui permettant parfois de contourner la presse italienne et en même temps d’avoir une plus grande visibilité.

34 L’oca al passo,cit., pp. 125-126.

35 Riflessioni di un impolitico, « l’Unità », 3 mai 2002 ; Al rigor dell’ambasciatore, la fantasia dello scrittore, « il manifesto », 4 mars 2005.

36 L’oca al passo, cit., p. 126.

37  Voir par exemple l’échange qui a eu lieu avec A. Arbasino : Intellettuali copritevi, ora piovono pietre, « Corriere della Sera », 1 avril 1997 ; L’albanese sono io, « Corriere della Sera », 7 avril 1997 ; A. Arbasino, Caro Tabucchi, non scrivermi più, « Corriere della Sera », 9 avril 1997. Pour une synthèse de cette polémique voir Marco Romani, Intellettuali e questione albanese, « Liberazione », 13 avril 1997.

38  Antonio Tabucchi est, avec Vincenzo Consolo, l’écrivain italien qui a le plus souvent signé les appels lancés sous ce label, à côté d’auteurs comme Hans-Magnus Enszensberger, Ian McEwan, Salman Rushdie, Peter Schneider, Christian Salmon.

39 Il grande scoppio e i piccoli servi, « l’Unità » et « el Pais », 28 février 2003 ; « Ho paura di sognare », « l’Unità », 8 décembre 2003.

40  Diritti umani. Ora serve un tribunale, « Corriere della Sera », 7 décembre 1998 ; L’albanese sono io, « Corriere della Sera », 7 avril 1997 ; Un paese affetto da mononucleosi, « il manifesto », 19 mai 2003.

41  Mario Serenellini, I diseducatori. Intellettuali d’Italia da Gramsci a Pasolini, Rome, Dedalo, 1985.

42  À titre d’exemple, pour le seul quotidien « l’Unità »: Appello al presidente della Repubblica, 15 avril 2003 ; Il silenzio è d’oro, 2 juillet 2003 ; Signor Presidente, 4 juillet 2003. Le 20 octobre 2001, le journal « Le Monde » avait publié un texte, L’Italie à la dérive refusé, dans un premier temps, par la presse italienne. Il sera repris le lendemain par« l’Unità ». On peut ajouter à ces lettres ouvertes celle adressée au Secrétaire des Nations Unies au sujet de la répression au Timor : Messaggio urgente per Kofi Annan, « Corriere della Sera », 8 mars 1997.

43 L’oca al passo,cit., p. 136.

44  Luca Curti évoque à juste titre l’« impegno civile » de Tabucchi, en accompagnant donc le terme d’un adjectif qui, loin de constituer une tautologie, le précise : il ne s’agit pas d’impegno politico, mais bien d’impegno civile. Luca Curti, Tabucchi e l’impegno civile, « Rassegna Lucchese », 1, 1999, pp. 20-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° spécial, Echi di Tabucchi / Échos de Tabucchi

Référence électronique

Carmela Lettieri, « L’éclaireur aux allumettes : la conception de l’engagement chez Tabucchi », Italies [En ligne], N° spécial | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/3725 ; DOI : 10.4000/italies.3725

Haut de page

Auteur

Carmela Lettieri

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org