Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Janis Vanaker, Non al suo amante più Diana piacque. I miti venatori nella letteratura italiana

Roma, Carocci, 2009, 359 p.
Francesco Mandis
p. 493-496
Référence(s) :

Janis Vanaker, Non al suo amante più Diana piacque. I miti venatori nella letteratura italiana, Roma, Carocci, 2009, 359 p.

Texte intégral

  • 1  « Nella presente indagine l’analisi letteraria assume una posizione centrale […] In che modo l’aut (...)

1« La presente indagine intende approfondire la conoscenza della tradizione mitologica nella cultura italiana attraverso lo studio di due miti precisi, quello di Diana e Atteone e quello di Venere e Adone » (p. 9). Dès les premières phrases d’introduction, Janis Vanaker précise son projet en délimitant avec grand soin le territoire de son enquête, un balisage très précis, tel un chasseur sur son territoire de chasse, qui guide le lecteur tout le long de l’ouvrage, au fil des récits, des siècles et des métamorphoses afin qu’il ne s’y égare. Une fois le domaine de recherche défini dans sa dimension temporelle – les mythes d’Actéon et Adonis depuis l’origine et jusqu’au XVIIe siècle de Giambattista Marino – l’auteure illustre les trois principaux axes autour desquels sa recherche s’articule. Son enquête porte avant tout sur l’analyse littéraire ; elle met également en évidence les rapports que les auteurs qui réécrivent ces mythes entretiennent avec les versions précédentes ; enfin, et c’est le troisième axe annoncé, il s’agit de montrer dans quelle mesure, lors des réécritures, les mythes sont partiellement ou intégralement repris1. Ce travail est approfondi par l’étude des procédés narratifs, stylistiques et rhétoriques employés par les auteurs.

2Le corpus des recherches de J. Vanaker comporte des auteurs majeurs comme Dante, Pétrarque, Boccace, ainsi que des auteurs moins connus tels que Girolamo Parabosco et Giovanni Tarcagnota. Un corpus qui s’étend jusqu’à l’évocation des transpositions figuratives des deux mythes dans la tradition de la Renaissance et la tradition baroque. De même que l’auteure définit très précisément les frontières de ses recherches, elle évoque scrupuleusement les travaux antérieurs.

3Tout au long de son ouvrage, et chaque fois que cela est nécessaire, Vanaker explique les conclusions auxquelles elle parvient, tantôt en rappelant simplement les recherches déjà existantes, tantôt en les complétant. Les ouvrages, désormais classiques, d’auteurs comme Barberi Squarotti, ou encore Bodo Guthmüller ou Van den Bossche autour du mythe du chasseur et du topos de la vénerie, accompagnent et étayent les considérations de la chercheuse.

  • 2  « Secondo Calvino “Fauna, flora, regno minerale, firmamento, inglobano nella loro sostanza ciò che (...)

4Tous ces choix méthodologiques, clairement annoncés in limine, se révèlent particulièrement utiles pour le lecteur. On découvre ainsi de façon progressive les textes d’origine et le contexte qui ont conduit à la naissance des figures mythiques d’Actéon et d’Adonis. Ces textes apparaissent comme les repères littéraires auxquels les auteurs des réécritures se sont longtemps mesurés. À ce propos le chapitre 1.4.2.1, intitulé La caccia, l’amore e la selva,est particulièrement intéressant et convaincant. Vanaker, en effet, en s’appuyant sur les recherches et les considérations de Calvino, explique les raisons du succès et de la permanence du modèle des Métamorphoses d’Ovide sur tous les autres, en tant que modèle fondé sur la « contiguïté universelle, la contiguïté entre toutes les figures ou les formes de l’existant »2.

5Le chapitre intitulé Le radici dei miti venatori renferme des pages très documentées sur les origines hellénistiques des deux mythes, en particulier pour les arts figuratifs et dans théâtre. À travers un grand nombre d’exemples, on assiste à la naissance et à la transformation des deux mythes au sein de l’iconographie classique, puis à leur passage dans la tradition littéraire.

6Une autre particularité des recherches effectuées par J. Vanaker, que le lecteur apprécie particulièrement, est le scrupule avec lequel elle mène son enquête, qui ne laisse aucune zone d’ombre. L’organi-sation de son ouvrage est très précise et, si elle suit une progression chronologique linéaire, comprise entre les origines et Marino, les différentes parties approfondissent de façon verticale une période, une œuvre ou un auteur.

7Par exemple le chapitre intitulé Trecento s’intéresse à la reprise des deux mythes pendant ce siècle. J. Vanaker s’intéresse à trois figures majeures de la littérature italienne, Dante, Pétrarque et Boccace, mais aussi à un auteur mineur comme Giovanni da Bonsignori. Des passages importants de la Divine Comédie,du Canzoniere et du Decameron et del’Ovidio Metamorphoseos Vulgare,sont analysés sous de multiples points de vue : linguistiques, iconographiques, poé-tiques. Chaque fois l’auteure de Non al suo amante... opère une plongée dont elle ne remonte qu’après avoir épuisé les différentes possibilités d’analyse. C’est particulièrement évident dans le chapitre dédié à l’œuvre de Boccace à qui sont consacrées 36 pages d’analyse très dense et fouillée depuis La chasse de Diane jusqu’au Decameron,en passant par les Généalogies. Le chapitre sur Boccace se termine sur une étude des peintures inspirées de son œuvre, notamment celles de Sandro Botticelli.

8Cette mise en perspective des mythes d’Actéon et Adonis chez Boccace est fort appréciée par le lecteur qui regrette que J. Vanaker ne l’ait pas fait de façon plus systématique pour les autres auteurs. En effet, s’il est permis d’émettre une critique pour cet ouvrage, elle concerne ce choix structurel dont nous avons pu apprécier les qualités, mais qui rend la lecture un peu rigide et cloisonnée, sans lien entre les périodes et les auteurs. Le fil rouge de l’écho ovidien qui traverse tout le livre est certes riche, mais on regrette par exemple qu’il n’y ait pas de contextualisation quant aux choix littéraires faits par Dante.

9Il en est de même pour les chapitres consacrés à Marino où les descriptions, très détaillées, ne sont pas accompagnées d’une réflexion sur les raisons qui ont motivé les choix de l’écrivain baroque. On aurait apprécié que des intuitions parfaitement pertinentes soient mieux développées, comme celle qui se trouve à la fin du chapitre 6.2.2 Amore, caccia, morte e metamorfosi : « Perché narrare una favola in cui si relativizzano i temi e i motivi principali ? Marino sceglie il mito di Adone perché si rivela particolarmente adatto a creare una polemica con la tradizione epica. In questa prospettiva Adone risulta un anti-eroe perfetto » (p. 324).

10Il n’en demeure pas moins que le livre de Janis Vanaker, Non al suo amante più Diana piacque, est remarquable pour la richesse et la précision des informations qu’il apporte, et pour la méthode parfaitement maîtrisée avec laquelle elle sont traitées et qui en rend la lecture fluide et agréable.

Haut de page

Notes

1  « Nella presente indagine l’analisi letteraria assume una posizione centrale […] In che modo l’autore stabilisce un rapporto con con una versione anteriore del mito? Il mito gioca un ruolo in tutto il testo o solo in una parte? Sono queste le prime domande a cui si risponderà » (p. 11).

2  « Secondo Calvino “Fauna, flora, regno minerale, firmamento, inglobano nella loro sostanza ciò che usiamo considerare umano come insieme di qualità corporee e psicologiche e morali” » (p. 51).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Mandis, « Janis Vanaker, Non al suo amante più Diana piacque. I miti venatori nella letteratura italiana », Italies, 15 | 2011, 493-496.

Référence électronique

Francesco Mandis, « Janis Vanaker, Non al suo amante più Diana piacque. I miti venatori nella letteratura italiana », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 13 février 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4109

Haut de page

Auteur

Francesco Mandis

Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org