Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Battista Spagnoli Mantovano Adolescentia

Studio, edizione e traduzione a cura di Andrea Severi. Florence, Pubblicazione della Scuola di Dottorato Internazionale in Civiltà dell’Umanesimo e del Rinascimento, Bononia University Press, 2010, 533 p.
Théa Picquet
p. 496-498
Référence(s) :

Battista Spagnoli Mantovano Adolescentia. Studio, edizione e traduzione a cura di Andrea Severi. Florence, Pubblicazione della Scuola di Dottorato Internazionale in Civiltà dell’Umanesimo e del Rinascimento, Bononia University Press, 2010, 533 p.

Texte intégral

1Le volume de 553 pages comporte, outre un très riche index des noms propres (pp. 513-529), un index des manuscrits et des documents d’archives (pp. 483-486), un index des textes imprimés (pp. 487-490), un index précis des sources (pp. 491-508), un index des œuvres de Battista Spagnoli Mantovano (pp. 509-511) ainsi qu’une abondante bibliographie raisonnée de titres italiens et étrangers (pp. 477-482), qui fait le point sur la critique récente. La table des abréviations qui précède le corps de l’ouvrage (pp. 9-38) est particulièrement bien venue.

2Dans son introduction (pp. 39-59), Andrea Severi présente Battista Spagnoli Mantovano (1447-1516), humaniste mantouan, brillant orateur, théologien et poète, en contact avec les plus grands intellectuels de son époque, dont la vie s’éteignit un an avant l’éclosion de la Réforme protestante. Il considère ensuite les dix églogues composées par le « Virgile chrétien » – comme le surnommait Érasme – intéressantes pour leur fortune exceptionnelle au plan européen et regroupés en 1498 sous le titre de Adolescentia. La problématique est clairement posée : s’agit-il d’un classique de la Renaissance européenne, d’un livre à succès du début du XVIe siècle ou d’un pensum pour étudiants ?

3Le recueil en langue latine connut un succès extraordinaire à son époque, puis fut victime d’une sévère critique, plus en Italie qu’en France, en Allemagne ou en Angleterre, et tomba dans l’oubli. L’objectif d’Andrea Severi est donc de répondre aux jugements stéréotypés de ses prédécesseurs en commençant par se poser une seule question : que lisons-nous quand nous lisons l’Adolescientia ? Il considère ensuite les thèmes extérieurs à la bucolique pour conclure sur la pluralité des registres et des sources qui font la richesse de ce texte, au-delà du discours d’un humanisme édifiant et chrétien. Le recueil apparaît ainsi au confluent de l’histoire, de la doctrine religieuse et de la philosophie. Analysant les premières parutions, Andrea Severi fait le bilan du travail accompli par ses prédécesseurs et présente ses intentions : approfondir les recherches linguistiques, mettre en lumière l’intertextualité, établir une édition moderne.

4Le volume se divise en trois chapitres. Le premier se consacre à la longue gestation du recueil bucolique (pp. 61-156), le second à la tradition manuscrite et imprimée, à la langue, aux sources et aux modèles de l’ Adolescentia (pp. 157-237), puis à l’édition critique du texte latin (pp. 239-332), à sa traduction en langue italienne (pp. 333-390). Le troisième chapitre situe le texte de Battista Spagnoli Mantovano dans le contexte européen, dans l’Europe d’Erasme (pp. 391-475).

5L’excellent ouvrage d’Andrea Severi restaure l’incunable de l’édition princeps de 1498, en tenant compte des quelques corrections des Opera omnia de 1502, analyse un texte d’une grande originalité aujourd’hui méconnu, le rend accessible, mais lui restitue surtout sa place légitime dans le contexte de l’Europe.

6Il constitue une référence indispensable pour les chercheurs spécialistes de l’Humanisme de la Renaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Battista Spagnoli Mantovano Adolescentia », Italies, 15 | 2011, 496-498.

Référence électronique

Théa Picquet, « Battista Spagnoli Mantovano Adolescentia », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4112

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org