Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littératures, livres, lectures d’enfance et de jeunesses sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime

Caen, Presses universitaires de Caen, 2010, 398 p., 32 p. hors-texte couleur.
Estelle Ceccarini
p. 512-514
Référence(s) :

Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littératures, livres, lectures d’enfance et de jeunesses sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010, 398 p., 32 p. hors-texte couleur

Texte intégral

1Dans un ouvrage particulièrement riche, Mariella Colin propose un parcours de la production écrite pour l’enfance et la jeunesse sous le fascisme. Il s’agit là d’un ouvrage essentiel, par sa densité, la grande précision avec laquelle sont présentés les différents types de textes pris en considération – presse et littérature, manuels scolaires – mais aussi par la richesse de son apparat iconographique – couvertures de manuels, de livres, ainsi qu’un chapitre consacré aux illustrateurs de la littérature de jeunesse durant le Ventennio de Pompeo Vagliani, soit plus de quarante pages d’illustrations.

2Par une analyse méthodique, Marielle Colin met en évidence les évolutions internes de cette production tout au long de la période fasciste, montrant comment s’opère le passage progressif, par paliers, d’une période d’intense créativité du domaine de la littérature enfantine à la fin de “l’âge d’or” qu’a constitué le XIXe siècle, jusqu’à la “bonification” idéologique opérée par le fascisme de la fin des années Trente. Ainsi, les quatre grandes sections de l’ouvrages analysent-elles successivement : la période allant de la Grande Guerre au début des années Vingt, essentielle par la place qu’occupe le discours sur la Grande Guerre, celle de la transition vers la dictature, de 1925 aux accords du Latran, où des espaces de créativité et de liberté demeurent malgré une nette volonté de mise au pas de la production pour la jeunesse, avant que ne s’impose, à la fin des années Vingt, la culture fasciste de masse au service du régime ; phénomène encore renforcé dès le début de l’entreprise coloniale, quand la conquête de l’empire marque le passage de la littérature pour l’enfance à une subordination totale aux impératifs du régime, sous l’influence notamment du ministère de la culture populaire.

3Dans ce parcours très complet de la production pour la jeunesse, dont l’analyse met en évidence avec précision les caractéristiques thématiques, idéologiques et stylistiques, l’aspect physique (typographie, couverture, illustrations) et le contexte éditorial, la question de l’école et des organisations chargées d’encadrer la jeunesse est aussi largement prise en considération.

4L’ouvrage retrace ainsi les grandes tendances des différents secteurs de la littérature pour l’enfance et la jeunesse : le passage d’une situation de forte créativité des livres scolaires sous l’influence des pédagogues idéalistes à l’imposition du “livre d’État” ; les enjeux que représente l’école, tant au travers des programmes que du phénomène des “bibliothèques de classe” et de la formation des maîtres ; l’évolution de la presse enfantine et le développement de la presse enfantine fasciste ; les différents genres romanesques pour l’enfance et la jeunesse : roman de la guerre, roman d’aventures, roman de la conquête coloniale ; l’influence de la littérature traduite et notamment des bandes dessinées, victimes peu à peu de l’autarcie culturelle du régime. Il montre en outre comment, à partir de la Grande Guerre puis au moment de la montée du fascisme, la presse et la littérature enfantines se font l’écho de l’actualité et du contexte idéologique de la période : les romans et périodiques évoquent tour à tour la Grande Guerre, la conquête coloniale, la Guerre d’Espagne, puis, dans une moindre mesure, la Seconde Guerre mondiale, tandis que les différentes vagues de biographies mussoliniennes destinées aux enfants construisent la figure archétypale du Duce.

5Enfin, une place centrale tout au long de cet ouvrage est accordée aux acteurs du secteur de la littérature et de la presse pour l’enfance et la jeunesse, qu’il s’agisse des auteurs (occasionnels ou de métier, prestigieux ou inconnus), illustrateurs, éditeurs (de livres scolaires ou de “beaux livres”), directeurs de périodiques, pédagogues, critiques spécialisés, ministres successifs de l’Instruction publique devenue Éducation nationale, commissions gouvernementales sur l’école ou la littérature pour l’enfance, institutions fascistes encadrant la jeunesse. Un des mérites de ce volume est donc de montrer comment ces différents acteurs interagissent et évoluent tout au long de la période, et comment ils s’adaptent, en fonction de leurs enjeux propres, à la volonté grandissante du régime de maîtriser tout ce qui touche à la formation de la jeunesse. La prise en compte de ces différentes dynamiques fait ainsi de cet ouvrage une contribution extrêmement précieuse à la compréhension du phénomène fasciste et de la façon dont le régime a su investir le champ de l’enfance et de la jeunesse pour diffuser son idéologie et affermir sa main mise sur la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Ceccarini, « Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littératures, livres, lectures d’enfance et de jeunesses sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime », Italies, 15 | 2011, 512-514.

Référence électronique

Estelle Ceccarini, « Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littératures, livres, lectures d’enfance et de jeunesses sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/4117

Haut de page

Auteur

Estelle Ceccarini

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org