Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Matteo Palumbo, Foscolo ; Ugo Foscolo, Poesie, a cura di Matteo Palumbo

Bologna, il Mulino, 2010, 181 p. ; Milano, Rizzoli, 2010, 31 p.
Alessandro Marignani
p. 500-508
Référence(s) :

Matteo Palumbo, Foscolo, Bologna, il Mulino, 2010, 181 p.

Ugo Foscolo, Poesie, a cura di Matteo Palumbo, Milano, Rizzoli, 2010, 31 p.

Texte intégral

1En complément de son ouvrage de référence « Storia della letteratura italiana » en six volumes, l’éditeur il Mulino de Bologne a commencé, en 2008, la publication de brèves monographies, synthétiques mais approfondies, sur les auteurs majeurs de la littérature italienne. La collection, dirigée par Andrea Battistini, s’est récemment enrichie du volume consacré à Ugo Foscolo.

2Foscolo est certainement l’un des auteurs les plus fascinants de la littérature italienne, capable d’incarner entièrement, sans le moindre doute, cette période de crise des consciences qui marqua le passage de l’Illuminisme et du Néoclassicisme aux turbulences de l’âge romantique, si riche et contradictoire. La reconstitution de ce parcours biographique et artistique singulier est confiée à Matteo Palumbo, l’un des plus grands spécialistes de Foscolo, fin connaisseur des dynamiques culturelles qui ont caractérisé l’Italie et l’Europe à travers la modernité, et doué d’une intelligence aussi subtile et généreuse qu’affable et réservée. L’étude de Palumbo, pour des raisons éditoriales évidentes, se veut une investigation rigoureuse et à jour sur les recherches les plus récentes ; néanmoins, le critique arrive à faire de l’inévitable structure historiographique un point de force, qui n’enrégimente pas la réflexion mais, au contraire, alimente les connexions et met en question tous les aspects de l’œuvre de Foscolo.

3C’est ainsi que la vie inquiète de ce poète, ce romancier, ce combattant, cet essayiste, sur laquelle s’ouvre la monographie, nous est relatée, non pas par la simple énumération des nombreux événements qui l’ont forgée, mais par une mise en rapport avec les complexes détours culturels de l’époque, dans le dessein de montrer la nature extraordinairement exemplaire de l’itinéraire foscolien. Les actes et les œuvres de cet intellectuel (deux sphères qui, chez Foscolo, sont imbriquées, peut-être pour la première fois, sans une nette solution de continuité) ont donc même une valeur de clés de lecture de son époque. Les événements aventureux qu’il a vécus, aussi bien que la topographie aléatoire qu’il a traversée, sont l’emblème même du carrefour historique dont il est le témoin. On dirait que tout dans la biographie de Foscolo – ses choix, ses accidents, ses amours, ses pages – est la traduction fidèle du bouleversement des consciences à cheval entre les XVIIIe et XIXe siècles ; une traduction tellement fidèle que Lombroso, souvenons-nous, dans son monumental L’uomo delinquente, parlait de Foscolo comme d’un criminel.

4Malgré le caractère composite et contradictoire de ce temps marqué par la dialectique irrésolue entre révolution et restauration, la figure de Foscolo que Palumbo propose est cohérente et harmonieuse ; et non pas par omission de données ou platitude du dessein ; au contraire, grâce à une richesse documentaire qui ne néglige même pas les écrits les moins célèbres du poète, fournissant un portrait de l’auteur extrêmement nuancé et profond. Parmi ces textes méconnus des lecteurs non spécialistes que Palumbo, habilement, fait rentrer organiquement dans son discours, nous trouvons par exemple le « Piano di studi », rédigé par Foscolo en 1796, alors âgé d’à peine 18 ans, pendant son séjour à Venise. Il s’agit d’une liste – à usage strictement personnel – d’ouvrages que le jeune Foscolo envisageait de lire : un brouillon, une vaste note sans aucune velléité littéraire, qui toutefois signale déjà la direction que prendra l’esprit du futur poète, avec, par exemple, « l’emblema di un uso eroico dell’esistenza » (p. 14) représenté par Plutarque, ou les types constants de la poésie épique pour Foscolo, Dante « modello globale di poeta » et le Tasse « paradigma del genio infelice », pour en arriver aux modèles tragiques (Shakespeare, Voltaire, Alfieri) et romanesques (Cervantes, Goethe, Swift, Richardson, Goethe). De même, le premier poème de Foscolo, cette « Oda a Bonaparte liberatore » que souvent les anthologies scolaires délaissent ou sous-estiment à cause du résultat poétique encore inaccompli, dirait-on, encore trop proche des formules rhétoriques traditionnelles, est lu par Palumbo sous l’angle de l’apprentissage du poète, apprentissage aussi bien stylistique que politique ; ainsi trouvons-nous, à côté d’un répertoire conventionnel d’adjectifs et de formules, un esprit qui se débat (comme le montrent bien les nombreuses variantes de la dédicace), qui cherche déjà ce « heurt avec l’histoire proprement dite » (p. 19) d’où naîtraient ses œuvres majeures. La production tragique de Foscolo est, elle aussi, rendue à son sens le plus authentique grâce à la capacité du critique à rétablir son contexte culturel exact. Par conséquent, ces vers, qui pour un lecteur moderne ont l’air stéréotypés, se révèlent, par rapport au théâtre vénitien de l’époque (la scène étant dominée par Gozzi et Goldoni), comme un effort courageux d’innovation. Même le modèle que Foscolo suit, Alfieri, s’impose comme une théorie du théâtre tout à fait originale et inspiratrice, et son idée – recourir à des sujets traditionnels et connus pour les actualiser à l’époque contemporaine – se révèle pour Foscolo un instrument efficace de propagande libertaire.

5Cette capacité de compréhension des œuvres “mineures”, constamment mises en relation avec la production “majeure” et donc réinscrites dans le panorama général comme des parties d’un sens plus vaste, est appliquée, dans la dernière partie du livre, à Didimo chierico et à l’activité de traducteur et d’essayiste de Foscolo. Didimo, alter ego du poète, incarne une tendance qui, de façon souterraine, a accompagné Foscolo tout au long de sa carrière : il s’agit de ce côté ironique et pétillant qui, déjà préfiguré dans son « Piano di studi » sous le nom d’Arioste, amènerait cet écrivain cosmopolite à traduire en italien ce tour de force de la langue et de l’imagination qu’est l’œuvre de Laurence Sterne.

6Mais la partie du travail de Palumbo qui montre le mieux la finesse du critique est constituée par les chapitres centraux, voués à l’analyse des œuvres “canoniques” de Foscolo, des Ultime lettere di Jacopo Ortis (chap. 3), aux sonnets et odes (chap. 4), aux Sepolcri (chap. 5), aux Grazie enfin (chap. 6). D’ailleurs, les lecteurs passionnés de lettres italiennes connaissent déjà l’importante contribution critique de Palumbo sur l’Ortis, auquel il a consacré de nombreux articles et au moins deux monographies (Saggi sulla prosa di Ugo Foscolo, Liguori, Napoli 2002, et Il romanzo italiano da Foscolo a Svevo, Carocci, Roma 2007). En analysant ces œuvres, Palumbo met à profit sa méthode, faite d’une attention sensible aux textes et d’une capacité à les situer correctement aussi bien dans le parcours de l’auteur que dans l’histoire de la culture européenne, avec une écriture toujours aussi soignée et élégante que limpide et ne recherchant pas les effets de manche. Le chapitre sur l’Ortis reconstitue donc l’histoire complexe et, vraiment, déjà romanesque du roman, et en met en relief l’unicité, en le comparant avec les textes qui l’avaient inspiré, notamment ce Werther que Foscolo lui-même choisit comme modèle. L’Ortis se signale, une fois de plus, comme une œuvre exemplaire de cette vie et de cet artiste qui étaient déjà exemplaires. D’abord, le choix de la forme, le roman épistolaire, correspond, dans l’analyse de Palumbo, à l’expression la plus fidèle de la sensibilité de son époque, car les mouvements de l’âme, « la curva degli affetti individuali » (p. 39), pouvaient être ainsi exprimés de la façon la plus immédiate. En deuxième lieu, l’Ortis, même malgré ses analogies de genre avec d’autres ouvrages, arrive à garder une forte singularité, dont Foscolo lui-même était conscient, et qui résidait dans le fond politique du roman et son lien avec l’histoire contemporaine. En dernier lieu, l’autre caractère intrinsèque qui fait de cette œuvre l’incarnation de son auteur est le rapport qu’elle entretient avec l’écriture autobiographique ; car il s’agit bien, ici, d’un roman fondé sur des données autobiographiques, mais qui sont transposées dans une histoire fictive, ou mieux idéale ; et, même s’il est vrai que Foscolo a été le premier auteur à revendiquer un lien aussi étroit entre vie et art, il est aussi vrai qu’on ne comprendrait pas ce roman si on ne le regardait pas dans l’horizon de la littérature. C’est bien cet horizon, d’ailleurs, qui justifie cette unité formelle que Palumbo défend avec force, en voyant l’Ortis non pas tant comme un simple recueil chronologique de lettres, que comme une narration conséquente et organisée, dont la scansion en lettres n’est que la solution stylistique. Une unité fondamentale renforcée, en outre, par les noyaux thématiques qui s’entrelacent tout au long du roman, en montrant que l’amour, la politique, la lutte et la fuite ne sont finalement que les déclinaisons d’une seule expérience, une seule volonté, un seul esprit. (Et, nous le rappelons en passant, cet esprit de Jacopo Ortis personnifia à tel point sa génération, que beaucoup de patriotes italiens s’y reconnurent ; Mazzini en est un exemple. Une opinion contraire fut prononcée par Carlo Cattaneo, qui reprocha à Foscolo l’attitude élitaire de son patriotisme et son indifférence pour le peuple).

7Un tel effort d’harmoniser les tendances différentes de ce génie inquiet que fut Foscolo, accompagne également Palumbo dans sa lecture de l’œuvre en vers du poète. Déjà au sein des poèmes qu’on peut considérer comme son “apprentissage” poétique (et que Croce, avec une sévérité trop sommaire, taxa de « ciarpame » – pacotille), nous retrouvons les éléments qui caractérisent ses poèmes les plus mûrs. Là aussi, la distinction entre les premières épreuves poétiques et la poésie de Foscolo proprement dite n’est pas fondée, dans l’analyse de Palumbo, sur le goût ou les choix personnels du critique, mais sur des raisons internes à l’œuvre étudiée. C’est Foscolo lui-même, en présentant son premier vrai recueil en 1803 (annus mirabilis, si l’on considère que l’Ortis aussi fut publié dans la même période), qui refuse en bloc sa production poétique précédente : « Ugo Foscolo pubblica queste poche poesie per rifiutare tutte le altre fino ad oggi stampate », écrit-il dans la préface de ses Poesie di Ugo Foscolo. En prenant ses distances surtout par rapport à l’ « Oda a Bonaparte », Foscolo, dans les deux odes qui ouvrent le livre et surtout dans les douze sonnets qui suivent, semble abandonner l’idée d’une mission publique de la poésie, pour suivre une inspiration plus intime : « il contenuto che va in primo piano non è tanto lo scontro con la realtà (il “reo tempo”) – note Palumbo – quanto proprio i sentimenti individuali : le pulsioni segrete, l’amarezza di fronte allo scorrere del tempo, l’abbandono di speranze o i dolori privati » (p. 70). À côté de ce cette mise en relief, l’identification (que le critique accomplit toujours à l’intérieur des textes foscoliens) d’une conception cohérente de la poésie lyrique, permet à Palumbo de considérer même les raisons civiques des Sepolcri sans se soumettre à la nécessité d’y introduire aucune idée d’écart. En effet, chez Foscolo l’idée de lirica semble se répéter au fil des années sans appréciables changements. Un fil où se tressent un fond mythique, un sentiment de sublime et un besoin de monumental semble traverser toute la production en vers de Foscolo ; même le « mirabile » et le « passionato » auxquels le poète fait appel n’ont jamais la fonction de décor, mais sont toujours (comme le suggérait Vico) « il codice strutturale della poesia » (p. 79). C’est dans cette ligne que les Sepolcri s’inscrivent, et que leur sens se dégage. Ce poème, bien loin d’être le « fumoso enigma » que Pietro Giordani y vit, ou l’énième exemple de cette “poésie sépulcrale” qui abondait dans les recueils de l’époque, revendique une mission civique tout à fait inédite par rapport à la tradition. En son sein, les parties qui scandent le discours s’imbriquent sans en compromettre la forte unité. La méditation sur le temps et sur la mort, la dénonciation du caractère illusoire de la survivance, l’accusation d’arrogance de l’édit de Saint-Cloud en matière de réglementation des cimetières, méconnaissant la valeur affective, sociale, historique des tombeaux (cf. p. 92), et donc l’importance des Panthéons dans la formation culturelle des peuples – déjà ressentie à l’époque classique – ne sont que les étapes d’un propos uniforme et conséquent que Foscolo adresse à ses contemporains durant presque trois cents vers.

8Une motivation politique au sens le plus large (sociale, pour mieux dire) inspire aussi l’œuvre qui au premier regard semble marquée par une tout autre préoccupation, Le Grazie. Le poème, offert au sculpteur néoclassique Antonio Canova, était annoncé déjà dans le « Piano di studi » et a été laissé inachevé par la mort de Foscolo en 1827. La préoccupation formelle de ce poème, si focalisé sur la recherche d’une harmonie qu’on dirait parfois fictive, aussi bien que la référence tant explicite qu’extérieure à un idéal classique de beauté apollinienne, ont induit beaucoup de lecteurs à une approche partielle de ces vers. En effet, l’idée de Foscolo (heureusement jamais avare de notations théoriques sur son art) n’était pas de dépasser le projet réalisé avec Dei Sepolcri, mais d’en offrir une solution alternative ; Le Grazie auraient donc dû être « il racconto del mito e la fondazione della comunità » (nous citons le titre du chapitre que Palumbo consacre à cette œuvre). Le projet de Foscolo, d’« illustr[are] valori e virtù che integrano il mondo etico dei Sepolcri e vi aggiungono una nuova ricchezza », comme le critique le note dans l’introduction à sa récente édition des Poesie (Milano, Rizzoli, 2010, p. 26), se révèle aussi ambitieux qu’impossible. Les maints épisodes qui en composent la matière tendent à se séparer de plus en plus ; finalement, Foscolo abandonnera la tâche. Les extraits, que Foscolo présenta au public anglais en 1822, sous le titre de Dissertation on an Ancient Hymn to the Graces, sont les seuls vers du poème rendus publics par le poète ; probablement, comme le croit Arnaldo Bruni (que Palumbo cite), ces vers ne doivent-ils pas être considérés comme des fragments de l’œuvre entière, mais comme la rédaction finale des Grazie : tout ce qui en restait après tant d’années de révisions et réécritures.

9Nous venons de mentionner un deuxième ouvrage récent de Matteo Palumbo consacré à Foscolo. En effet, quelques mois après ce riche “profil” publié par il Mulino, les recherches du critique sur Foscolo ont abouti aussi à une édition des Poesie, richement commentée. Suivant une tradition consolidée depuis des décennies, la collection de poche « BUR » de Rizzoli offre au public un ouvrage soigné du point de vue philologique et critique, qui va être un point de référence aussi bien pour les lecteurs passionnés que pour les spécialistes. Les considérations que dans l’ouvrage monographique Palumbo présente sous forme d’essai trouvent une application point par point dans sa lecture méticuleuse des poèmes de Foscolo ; ici les notes, quoiqu’abondantes, n’étouffent jamais la parole de l’auteur, mais lui apportent la mise en valeur et la signification indispensables à une appréciation complète des références qu’elle implique et qui la soutiennent. Cette « tessitura » (c’est une expression foscolienne), qui est le sens même du travail du poète, n’est jamais effilochée par le critique ; tout son effort est davantage impliqué pour sauvegarder l’unité, souvent fragile, du discours poétique, en nous proposant un point de vue aussi microscopique et minutieux qu’homogène. Aucune note aux vers n’échappe à ce principe de lucidité rigoureuse et vigilante ; toute glose que Palumbo a ajoutée en bas de page, ne cherche qu’à mettre en relation une expression ou un passage avec des éléments documentés qui l’expliquent : il s’agit toujours de renvois à d’autres passages de Foscolo même, ou d’allusions à la tradition classique, ou encore de références à un contexte historique ou culturel précis.

10Outre cette richesse, ce savoir qui ne devient jamais pure érudition, l’enseignement le plus fructueux qu’on peut tirer de ces deux ouvrages serait d’ordre méthodologique. Palumbo est séduit par la littérature, par l’écoute des textes ; tout le sens qu’il en tire vient de la profondeur des jeux littéraires et des dynamiques culturelles – et rien que cela ; on ne trouvera jamais le critique dans une position d’écoute prédéfinie, les sens coincés dans des grilles interprétatives préexistantes ; on ne trouvera jamais, à l’intérieur des analyses que nous propose Palumbo, la tentation (post-structuraliste, post-herméneutique…) de se perdre en divagations, de considérer le texte comme un discours qui serait prétexte pour d’autres discours, d’en faire le tremplin pour s’élancer vers d’autres sphères ; au contraire, le texte est pour Palumbo comme une riche encyclopédie, un filet très serré que le critique a le devoir de débrouiller, comprendre et rendre compréhensible dans la multiplicité de ses renvois, ses sous-entendus, ses implications. Palumbo le fait avec amour et simplicité, en nous montrant que, pour démêler l’enchevêtrement de la littérature, muscles ou artillerie critique des écoles les plus aguerries ne sont d’aucune utilité : la finesse suffit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Marignani, « Matteo Palumbo, Foscolo ; Ugo Foscolo, Poesie, a cura di Matteo Palumbo », Italies, 15 | 2011, 500-508.

Référence électronique

Alessandro Marignani, « Matteo Palumbo, Foscolo ; Ugo Foscolo, Poesie, a cura di Matteo Palumbo », Italies [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4142

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org