Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michelangelo Zaccarello, Reperta. Indagini, recuperi, ritrovamenti di letteratura italiana antica

Verona, Fiorini, 2008, 435 p
Sylvain Trousselard
p. 581-583
Référence(s) :

Michelangelo Zaccarello, Reperta. Indagini, recuperi, ritrovamenti di letteratura italiana antica, Verona, Fiorini, 2008, 435 p

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Michelangelo Zaccarello, spécialiste de philologie romane à l’Università degli Studi de Vérone, reprend de manière organisée des recherches effectuées sur différents manuscrits comme sources des textes de la littérature italienne. Cet ouvrage rassemble des expériences de travail hétérogènes par genres, chronologies et profils textuels, qui se rejoignent cependant par la méthode et l’étude de fonds inédits et rares. Il se propose de reprendre la fortune des textes à travers les sources, en prenant comme point d’ancrage différentes méthodes de recherche qui ont souligné l’importance scientifique de l’aspect matériel d’un texte donné et la nécessité d’une étude de la littérature à travers les modes et les formes par laquelle elle est parvenue.

2Reperta se propose comme un itinéraire de recherche où apparaissent les différentes phases. Les critères de transcription des documents d’époque sont donnés en début de volume ainsi qu’une note bibliographique. L’ouvrage se compose de deux parties : Testi ignoti o poco conosciuti in collezioni pubbliche et Notizie dal collezionismo e dal mercato antiquario. La distinction entre collections publiques et collections privées peut sembler surprenante pour un chercheur en philologie romane qui s’attardera, pour l’essentiel, sur la forme du manuscrit et surtout sur son contenu philologique et littéraire. Il n’en demeure pas moins que ce distingo est à la mesure de la découverte et de la circulation des textes, et c’est précisément ce que révèle l’étude de Zaccarello.

3Les méthodes proposées par Zaccarello se scindent en deux définitions d’approches des textes sources. La première consiste à associer à la critique du texte une histoire de la tradition manuscrite et la tradition bibliographique et philologique ; c’est ainsi que la dimension socio-culturelle prend toute son importance. La seconde, se définit comme une philologie matérielle, entendons une philologie dont les témoignages incluent l’évaluation de la multiplicité des facteurs contextuels. La méthode des textual cultures, introduite par H. Wayne Storey en 2006, se propose de considérer les indications textuelles de manière solidaire avec la ‘mise en texte’ du manuscrit, c’est-à-dire sa poétique visible et la stratégie paratextuelle qu’elle sous-tend, au delà de la simple analyse du témoignage en termes philologiques et historico-traditionnels. Cette méthode se révèle d’autant plus intéressante pour les textes identifiés par un témoignage unique, telles les œuvres conçues non pas pour une publication ou une circulation élargie mais dans les cercles restreints de la famille ou des proches. C’est le cas en particulier de certaines chroniques, de livres de famille ou des écritures de mémoires, œuvres des marchands ou des notaires, ou des cas de work in progress où écriture et lecture s’articulent autour d’une seule main, laissant dès lors des traces et des strates caractéristiques.

4En fin d’introduction l’auteur présente les critères de transcription, révélant un respect important des sources. Ainsi, les adaptations à une graphie contemporaine restent strictement limitées à une compréhension plus aisée. Cela entre dans les choix initiaux des philologues, c’est-à-dire de proposer un texte encore largement coloré des éléments de graphie ancienne ou, au contraire, de proposer une transcription plus contemporaine dont l’objectif est de faciliter la lecture et d’élargir le cercle des lecteurs.

5Nous ne ferons pas une présentation exhaustive des différentes sections de cette contribution mais nous nous attarderons sur les exemples concernant les Trecentonovelle de Sacchetti et les Sonetti de Burchiello. L’ouvrage propose divers aspects de la recherche sur les manuscrits comme l’étude des lacunes textuelles d’un codex, la rédaction autographe, la découverte d’un nouveau manuscrit pour l’établissement d’un texte déjà connu, ou encore les traces d’une tradition différente pour la leçon à retenir d’un texte.

6L’exemple du ms. A.21.24 d’Oxford pour les Trecentonovelle de Franco Sacchetti est fort intéressant et illustre parfaitement les propos ci-dessus. Au-delà de la présentation physique du codex, Zaccarello entame une recherche minutieuse de l’histoire du texte et de ce manuscrit face à toute une tradition philologique. L’auteur présente ainsi les lacunes, rappelant la tradition du Trecentonovelle, pour ensuite parvenir aux sondages nécessaires et aux hypothèses à formuler. La physionomie textuelle du manuscrit semble alors apporter un éclairage important pour des corrections philologiques au Trecentonovelle, au delà des nouveaux éléments concernant certains passages problématiques venant alimenter la critique et la recherche dans l’établissement du texte proprement dit. Ce travail porte à la conclusion que la leçon joue un grand rôle dans les corrections à apporter au texte, en raison des altérations véhiculées par d’autres manuscrits.

7Autre exemple des travaux présentés dans l’ouvrage de Zaccarello : un ‘épisode’ (comme l’auteur le nomme) inconnu dans la réception des sonnets de Burchiello au debut du XVIe siècle, et concernant les sonnets burlesques d’Alessandro Braccesi. Le travail se base sur les poèmes conservés dans le manuscrit 2725 de la Riccardiana de Florence. Ces poèmes d’imitation ne sont pas inconnus au XVIe siècle et l’auteur se propose de présenter la dimension stylistique qui transparaît à travers ces textes comme la réception des sonnets de Burchiello. Zaccarello aborde alors la stylistique propre à Burchiello, soulignant les thématiques communes entre les deux corpus, la tradition comique qui les relie, mais plus particulièrement la maniera burchiellesca, comme la nomme l’auteur. Cette étude offre ainsi une approche comparée précise et méticuleuse nourrie d’exemples.

8L’ouvrage de Michelangelo Zaccarello ne se limite pas, comme cela a été précisé plus haut, aux cas de Sacchetti et de Burchiello. Il évoque également Pulci, l’épître du pseudo-S. Bernardo, La Divine Comédie et d’autres aspects de la philologie italienne. Le travail est fouillé et minutieux, qualités essentielles pour un philologue. Nous ne pouvons que saluer les qualités de notre confrère et de sa contribution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Michelangelo Zaccarello, Reperta. Indagini, recuperi, ritrovamenti di letteratura italiana antica », Italies, 14 | 2010, 581-583.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Michelangelo Zaccarello, Reperta. Indagini, recuperi, ritrovamenti di letteratura italiana antica », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://italies.revues.org/4147

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Université Jean Monnet – Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org