Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rustico Filippi, Sonetti amorosi e tenzone, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati

Roma, Carocci, 2009, 276 p.
Sylvain Trousselard
p. 584-587
Référence(s) :

Rustico Filippi, Sonetti amorosi e tenzone, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati, Roma, Carocci, 2009, 276 p.

Texte intégral

1Cette édition présente dans un esprit similaire à celle de 2005, qui concernait les sonnets satiriques et comiques. Nous découvrons là un ouvrage de premier ordre sur la production courtoise de Rustico Filippi. La tâche n’était pas aisée puisque Rustico est connu essentiellement pour sa production comique et que Pier Vincenzo Mengaldo l’avait sacré ‘père fondateur’ du mouvement en Italie dans son édition de ’71. Il faut donc saluer le travail de Silvia Buzzetti qui a choisi de distinguer les deux corpus. Cette décision est d’autant plus importante que, si on se réfère aux éditions publiées jusqu’ici, le corpus courtois de Rustico apparaît toujours en arrière-plan derrière le corpus comique. Les critiques ont souvent parlé de la veine courtoise pour mettre en avant, à juste titre, la production ‘bifronte’ du poète ‘comique’, l’équilibre des vingt-neuf sonnets comiques et vingt-neuf sonnets courtois étant absolument parfait. Or toutes ces études, pavées de bonne volonté, avaient systématiquement négligé la production courtoise alors que celle-ci occupe précisément la moitié du corpus (à l’exception toutefois de Pier Vincenzo Mengaldo qui, dans son édition de 1971, formule des observations très significatives que Silvia Buzzetti rappelle). Les termes qui les jalonnent sont d’ailleurs éloquents : corpus courtois qualifié de ‘secondaire’, voire dépourvu de toute ‘originalité’. Or la lecture de la production courtoise de Rustico Filippi révèle qu’il appartient à un groupe de poètes homogène et cohérent. Ses sonnets courtois ne sont en rien banals et ne peuvent être réduits à une simple survivance sclérosée de la production sicilienne en Italie centrale.

2Il est impossible de situer ces sonnets dans le temps ; ils ne peuvent donc pas, d’autorité, être considérés comme une production de ‘jeunesse’ correspondant à l’imitation pure et simple de la production sicilienne. Des références figurent d’ailleurs dans d’autres œuvres, saluant notre poète : Palamidesse Bellindote, Brunetto Latini, Francesco da Barberino. Ces références sont unanimes et attestent de la renommée de Rustico Filippi poète courtois et poète comique. Silvia Buzzetti se penche de manière intelligente et claire sur la structure de l’ensemble de ces sonnets pour démontrer la cohérence de la matière développée. Rien, en effet, n’apparaît dû au hasard et laissé à la merci de ce que nous pourrions appeler un simple exercice de virtuosité. Les thématiques, les topoi sont savamment mesurés et ajustés de manière à offrir un ensemble de sonnets équilibré qui fait apparaître que Rustico Filippi n’était pas uniquement le poète comique que tout le monde connaît. La sobriété et la mesure de la construction de chaque composition révèlent la parfaite maîtrise du rimeggiare. Comme le démontre Silvia Buzzetti, l’habileté de Rustico Filippi est réelle et correspond aux canons rhétoriques de l’époque.

3Par ailleurs, sur la base de travaux d’Angelo Colocci et surtout d’Irene Maffia Scariati, Silvia Buzzetti établit des relations entre les sonnets courtois en s’appuyant sur les thématiques développées, discutant l’idée d’une possible couronne mentionnée par Scariati et que Colocci n’évoque à aucun moment. Silvia Buzzetti souligne bien l’absence d’une ‘histoire’– d’un projet narratif – mais elle précise les liens qui se tissent entre les textes, grâce à la continuité du discours lyrique dans le retour permanent des thèmes et des motifs qui s’enchaînent et se font écho de manière cohérente, créant un ensemble de variations qui s’oriente dans le climax ou l’anti-climax.

4La question de la langue dans la production courtoise de notre poète est l’objet d’un examen minutieux qui met en avant la qualité du toscan littéraire, riche d’un vocabulaire issu de la tradition sicilienne, de références culturelles et de termes précieux dérivés des traditions française et provençale. C’est à ce titre que Silvia Buzzetti présente notre poète comme un trobar leu dont la langue limpide et les structures syntaxiques planes abordent de manière fluide les exigences de l’hendécasyllabe. Ce résultat poétique laisse ainsi apparaître un poète dont la maîtrise rhétorique est bien réelle et repérable à travers son refus des excès et des virtuosités. Le poète choisit la sobriété, l’élégance essentielle et, ça et là, des tons intimistes et familiers.

5Dans sa longue introduction, Silvia Buzzetti fait ensuite un point exhaustif sur la tradition manuscrite, le seul depuis la première édition de Vincenzo Federici de 1899. Son travail, à la fois minutieux et de grande qualité, fait désormais de ce livre un ouvrage de référence. Après un examen de la topographie de l’œuvre poétique de Rustico Filippi, Silvia Buzzetti évoque la possibilité d’un proto-chansonnier, soulignant l’apparence lacunaire des sonnets qui nous sont parvenus. Cette hypothèse est d’autant plus crédible que notre collègue suit la lecture du manuscrit et constate des interruptions dans la retranscription des textes. La cohérence du corpus révèle, selon certains chercheurs, l’existence d’un manuscrit antérieur, autographe ou de la main d’un proche du poète, qui aurait servi de base à l’élaboration du manuscrit de la Bibliothèque Vaticane.

6L’introduction se conclut sur une étude concernant l’ordre des textes et leur chronologie interne ; elle aboutit aux choix adoptés pour cette édition critique. Travail introductif et textes sont accompagnés de documents, comme par exemple un tableau des numérotations dans les différentes éditions (que nous aurions préféré imprimé en mode paysage afin que toutes les éditions soient ajustées dans des colonnes, mais c’est là un détail dérisoire). La bibliographie est claire et très développée. Le volume se termine par un index des auteurs et des textes anonymes ou d’attribution incertaine.

7Comme pour l’ouvrage publié en 2005 chez Carocci et concernant le corpus comique de Rustico, Silvia Buzzetti propose une présentation méticuleuse des sonnets. Chaque composition est précédée d’une introduction précise et particulièrement soignée où toutes les caractéristiques du texte sont évoquées. Chaque sonnet fait l’objet d’une note spécifique (que l’on aurait sans doute préférée imprimée à côté du texte proprement dit afin d’éviter aux lecteurs les voyages au sein de l’ouvrage, mais il s’agit là d’une remarque secondaire). En bas de page figurent les variantes manuscrites. Ainsi, pour la première fois, on trouve transcrites et commentées les variantes du manuscrit Vaticano Latino 4823 et les annotations d’Angelo Colocci concernant les sonnets courtois, essentielles pour l’histoire de la tradition et de la réception des textes.

8Cette seconde contribution de Silvia Buzzetti vient clore le travail d’édition critique de l’ensemble du corpus du Florentin Rustico Filippi. Les deux volumes publiés chez Carocci qui lui sont consacrés constituent des ouvrages de référence pour quiconque voudra désormais entamer un travail de recherche sur ce poète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Rustico Filippi, Sonetti amorosi e tenzone, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati », Italies, 14 | 2010, 584-587.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Rustico Filippi, Sonetti amorosi e tenzone, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/4149

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Université Jean Monnet – Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org