Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lucinda Spera, Verso il moderno. Pubblico e immaginario

Roma, Carocci, 2008, 214 p.
Jean-François Lattarico
p. 587-591
Référence(s) :

Lucinda Spera, Verso il moderno. Pubblico e immaginario nel Seicento italiano, Roma, Carocci, 2008, 214 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage remarquable qui apporte une contribution essentielle aux études sur le Seicento italien. Malgré son caractère hétérogène, (il s’agit d’un recueil regroupant des contributions publiées entre 1994 et 2006), Verso il moderno est construit avec une grande cohérence thématique et chronologique. Dans une introduction brève mais dense (« Del Seicento, del moderno »), l’auteur fait le point sur une époque « coincée » entre le prestige d’une Renaissance désormais révolue et un « Secolo dei Lumi » encore dans l’obscurité, mais riche d’éléments spécifiques au XVIIe siècle qui permettent d’inscrire cette période dans la modernité : la conscience de la fin d’une certaine tradition et la crise du principe d’autorité, le rejet des modèles (littéraires, philosophiques, politiques) qui donneraient une lecture satisfaisante d’un univers aisément déchiffrable, ce qu’il n’est plus. À cette partie « destruens » fait écho une partie « construens », qui renouvelle de manière originale son rapport au passé et à l’Antiquité, à travers notamment une réactualisation des thèmes pourtant classiques d’éros et thanatos, tandis que d’un point de vue socio-économique, le Seicento voit l’émergence d’un véritable marché artistique (dans les domaines de la littérature, de la peinture ou de la musique) et, conséquemment, d’une transformation radicale du statut de l’intellectuel – qui naît comme écrivain au sens moderne du terme précisément à cette époque-là – désormais soumis aux aléas du marché de l’édition et aux exigences d’un public certes encore restreint, mais en continuelle expansion. Cette transformation est due en partie à l’action des institutions académiques qui, en Italie, ont joué un rôle considérable dans cette « marche » vers la modernité. La naissance concomitante du roman moderne et de l’objet littéraire comme produit de consommation courante est une autre donnée essentielle qui anticipe d’un bon siècle la modernité des Lumières dans ce domaine.

2Tous ces thèmes sont ainsi repris et développés dans les différents chapitres qui composent le recueil. Le premier (« All’ombra delle accademie ») se focalise d’un côté sur la triple activité musicale, littéraire et politique de la « Filarmonica » de Vérone, toujours en activité, à travers la figure emblématique de Francesco Pona, également membre de l’académie des Incogniti, et, d’autre part, sur celle du peintre Artemisia Gentileschi qui se déroule entre « bottega » et « Accademia ». L’auteur exploite de nombreux documents inédits, révélant ainsi la pertinence des expérimentations de l’institution et montre à la fois l’importance de « l’union des arts » (selon le schème classique de l’ut pictura poïesis) et l’émergence des femmes dans le domaine culturel pourtant marqué par un fort courant misogyne. Le point essentiel du chapitre est l’occasion pour l’auteur de dresser un tableau des nombreuses polémiques qui ont ponctué le siècle autour des « mérites » et des « défauts » des femmes, pour reprendre la terminologie des nombreux traités qui proliférèrent à ce sujet. Le second chapitre (« Tradizioni e tradimenti ») traite d’un point de poétique essentiel dans l’avènement de la forme romanesque, à travers l’analyse d’une exégèse de Pona de la Poétique aristotélicienne, trois discours dans lesquels l’écrivain défend une écriture poétique en prose, incarnée dans le roman, « Poemi a mio parer i più singolari, e degni di stima, di qual altro si voglia : da che in questi l’umano ingegno, Mostra l’ultimo sforzo » (p. 69). Cette défense, Pona l’illustre par la traduction qu’il fit du premier livre des Métamorphoses d’Ovide, puis par celle de l’Argenis de Barclay, roman best-seller de l’époque, qui eut une influence considérable sur la production italienne du genre. L’exégèse, si elle permet d’illustrer ce rapport complexe avec la tradition et le principe d’autorité évoqué dans l’introduction, apparaît surtout comme l’une des toutes premières défenses d’un genre qui ne devait naître véritablement que deux ou trois ans plus tard (les Discorsi de Pona datent de 1621-1622, le premier roman, l’Eromena de Biondi de 1624). Le second point du chapitre évoque ensuite une représentation tardive de l’Alceo d’Ongaro, « favola piscatoria », donnée et éditée à Ferrare en 1614, témoignant de la permanence de la pastorale dans le contexte théâtral bouleversé par l’émergence de nouvelles formes comme la favola per musica, dont elle est en partie issue. L’auteur s’attarde ici sur l’importance du paratexte (préfaces, adresses au lecteur, introduction, etc.) qui donne de précieux renseignements sur la défense et la légitimité d’un genre hybride, sorte de tragédie « a lieto fine », eu égard aux préceptes de l’auctoritas d’Aristote. Le chapitre suivant (« Per un’idea di pubblico ») revient sur les rapports singuliers que l’académie des Incogniti entretient avec le public des romans modernes, en proposant une lecture critique de certaines « adresses au lecteur » de romans de Pallavicino et Brusoni, deux des principaux représentants de la « narrativa » moderne, qui met l’accent sur les nouvelles règles socio-économiques régissant désormais les rapports entre auteur-public et auteur-éditeur-marché du livre. L’affirmation d’une réelle autonomie de l’écrivain, affranchi du joug aristocratique qui caractérisait le lettré de la Renaissance, et la prise en compte de la réalité économique de ce qui est devenu précisément une industrie du livre, constituent l’une des spécificités paradoxales de l’esthétique et de l’idéologie littéraire du Seicento. Cette analyse synthétique de la situation est illustrée dans le point suivant à travers l’exemple emblématique d’un roman méconnu (Il cavalier d’honore de Giovanni Maria Versari, publié à Naples en 1673), analysé encore une fois à travers l’adresse au lecteur que le texte, transformant la source et la matière historiques tout en restant fidèle à la « veridicità dei fatti », doit à la fois « dilettare » et « istruire », selon le précepte horacien du « utile dulci miscere ». En reprenant cette fonctionnalité essentielle du discours rhétorique (plaire et instruire à la fois), le roman « moderne » a définitivement conquis son statut d’œuvre littéraire jusque là réservé aux seules formes poétiques.

3Les expérimentations de bon nombre d’auteurs et de quelques institutions académiques, ainsi que la relative instabilité des formes, dont témoigne toute une terminologie particulièrement récurrente au XVIIe siècle (« capriccio », « selva », « successi », « curiosità », « lezioni », etc.) constituent la matière du chapitre 4 (« Alla ricerca del narrativo »), dont le sous-titre éclairant (« Oltre il romanzo »), montre à quel point bien des catégories génériques de la tradition se révèlent inopérantes appliquées à certaine production du Seicento. L’auteur se propose dès lors, à la lumière des dernières recherches en la matière (notamment le remarquable ouvrage de M.A. Cortini et L. Mulas, Selva di vario narrare, Roma, Bulzoni, 2000), de substituer à ces catégories en partie obsolètes (La Lucerna de Pona est-elle un roman, un ensemble de nouvelles, un dialogue, les trois à la fois ?), la notion plus efficace de typologies, en se fondant précisément sur cette terminologie récurrente évoquée plus haut. Il en ressort une brillante analyse d’une matière littéraire à la fois extrêmement variée et difficile à définir si l’on ne se place pas du point de vue de la liberté de l’écrivain et du primat du style que la plupart d’entre eux revendiquent ouvertement.

4Le chapitre suivant (« Morte e mito nell’immaginario secentesco ») analyse l’importance de la thématique mortuaire dans l’imaginaire baroque. L’auteur revient sur la production des Incogniti par le biais d’un recueil d’épitaphes burlesques (« La morte e l’ironia : Il cimiterio de Loredano et Michiele ») et une réactualisation du mythe de Don Juan dans le Convitato di pietra du dramaturge et théoricien napolitain Andrea Perrucci. La distanciation ironique, la dérision, sont le prisme essentiel à travers lequel nombre d’auteurs baroques, et en premier lieu les Incogniti, envisagent le rapport à la mort (tout comme la relation à la sphère érotiqueque le mythe de don Juan illustre assez bien). L’ouvrage s’achève sur un dernier chapitre (« Permanenze secentesche ») qui envisage judicieusement la présence de la littérature baroque, à une époque, le XVIIIe siècle, qui semblait l’avoir totalement occulté alors que bien des romans sont encore édités et lus. En témoigne le précieux répertoire de la « Bibliothèque universelle des romans », une revue éditée entre 1775 et 1789, qui malgré l’avis d’une opinion persistante, affirmant que « l’interesse per il genere romanzesco fosse tutta settecentesca, che il romanzo moderno fosse una creazione del XVIII secolo » révèle le contraire (p. 181). Le dernier point envisage enfin la modernité du baroque à l’époque contemporaine (« Il barocco in noi »), en reprenant une précédente réflexion de Ezio Raimondi (Barocco moderno), qui fait écho à d’autres perspectives critiques (Wölfflin, Calvino). Art du mouvement, du temps, de l’énergie créatrice, de l’instabilité et des formes fugitives, le baroque trouve dans cet ouvrage un des plus intelligents miroirs de sa modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Lattarico, « Lucinda Spera, Verso il moderno. Pubblico e immaginario », Italies, 14 | 2010, 587-591.

Référence électronique

Jean-François Lattarico, « Lucinda Spera, Verso il moderno. Pubblico e immaginario », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/4152

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org