Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ferrante Pallavicino, Romanzi e parodie, a cura di A.M. Pedullà

Torino, UTET, 2009, 562 p.
Jean-François Lattarico
p. 591-597
Référence(s) :

Ferrante Pallavicino, Romanzi e parodie, a cura di A.M. Pedullà, Torino, UTET, 2009, 562 p.

Texte intégral

1Depuis quelques années, un effort particulier de la part des éditeurs permet de porter à la connaissance du public un nombre de plus en plus important d’œuvres littéraires de ce siècle mal-aimé et encore trop méconnu qu’est le Seicento. L’éditeur Salerno de Rome a ainsi successivement publié Il puttanismo romano du pamphlétaire Gregorio Leti, Il principe ermafrodito de Ferrante Pallavicino et, tout récemment, le roman érotique de Girolamo Brusoni, Degli amori tragici. Prenant le relais de « L’archivio Barocco » initié à Parme sous l’instigation de Marzio Pieri, puis repris par l’éditeur La Finestra de Trente, la prestigieuse maison turinoise Utet vient de faire paraître le premier volume d’une anthologie des écrits de Pallavicino (1615-1644), romancier et satiriste vénitien, membre de l’académie libertine des Incogniti, mort décapité à Avignon à l’âge de vingt-neuf ans pour avoir commis des libelles contre le pape et la famille Barberini. Sur cet auteur, l’un des plus fascinants de son temps, une monographie était parue en 2004 chez l’éditeur Salerno (R. Urbinati, Ferrante Pallavicino. Il flagello dei Barberini), ainsi qu’une première édition moderne (décevante) de son Principe ermafrodito (a cura di E.M. Guidi, Urbino, ed. Montefeltro, 1991), et surtout une remarquable édition du Corriero svaligiato par Armando Marchi (Parma, Archivio Barocco, 1984). Cette nouvelle édition Utet, la première d’une telle importance pour un auteur « mineur » du XVIIe siècle, regroupe cinq ouvrages très différents et très difficiles à déterminer en tant que genre constitué, comme c’est souvent le cas pour les textes de cette période qui baignent pour la plupart dans une réelle « instabilité » formelle et générique. La pudicizia schernita, premier titre de l’anthologie, peut à la rigueur être défini comme un roman plutôt bref, tout comme Il principe ermafrodito, tandis que Il corriero svaligiato, recueil de lettres commentées par un groupe de gentilshommes, relève à la fois du genre romanesque et de la satire. Quant aux deux derniers textes, parmi les plus violents de la production de Pallavicino, l’un, La retorica delle puttane, est une claire parodie d’un célèbre traité de rhétorique jésuite (De Arte rhetorica libri tres de l’espagnol Cipriano Suarez), l’autre, La bacinata overo battarelle per le api barberiniane, est un pamphlet sans concession contre les velléités guerrières d’Urbain VIII.

2L’intérêt principal de cette nouvelle édition est de rendre accessible les deux textes qui ouvrent et achèvent cette anthologie, les autres étant déjà disponibles dans de remarquables éditions que celle-ci, il faut bien l’avouer, est loin de remettre en cause (pour la Retorica delle puttane on renvoie bien entendu à l’édition de Laura Coci, Parma, Fondazione Pietro Bembo/Ugo Guanda Editore, 1992). La pudicizia schernita, roman publié en 1638, s’inscrit dans le filon des récits inspirés de l’ancienne Rome qui comprend par exemple la Messalina de Francesco Pona (1633) ou, du même Pallavicino, Le due Agrippine (1642). L’auteur ne s’attarde guère sur les descriptions, le contexte géographique est à peine dessiné, et le roman dit surtout le triomphe de la parole et du paradigme rhétorique dans la tentative faite par le protagoniste Decio de séduire la belle Paolina en lui faisant croire, après avoir été maintes fois éconduit, qu’il est l’incarnation du dieu Anubis désirant s’unir à elle. L’intercession d’une entremetteuse aux talents oratoires, qui anticipe au passage le thème principal de la Retorica delle puttane, permettra au jeune homme de parvenir à ses fins, justifiant ainsi le titre du roman. Celui-ci illustre également le style « metaforuto », dont parlait Stigliani à propos de Marino, en particulier dans les nombreuses lettres qui ponctuent le récit, offrant ainsi une pluralité de points de vue à travers une distribution polyphonique de l’instance narrative.

3Le Principe ermafrodito (publié en 1640) est l’un des romans les plus intéressants de l’auteur, et des plus emblématiques d’une époque et d’une idéologie, celle des Incogniti, qui place les thématiques du travestissement, hérité de la comédie érudite de la Renaissance, du trouble identitaire et de l’indifférenciation sexuelle, au cœur d’une problématique politique plus générale sur la conservation du pouvoir, la place des femmes, l’importance de l’apparence et de la dissimulation, théorisée par le célèbre traité de Torquato Acetto, et l’idée que la sphère amoureuse est décidément incompatible avec les lieux d’exercice du politique. L’hermaphrodisme, dont le thème connaît une certaine fortune aux XVIe et XVIIe siècles, dans la comédie (l’Ermafrodito de Parabosco), les traités utopiques (l’Île des hermaphrodites d’Arthus Bertrand) ou le dramma per musica naissant (La Delia de Strozzi), devient chez Pallavicino une sorte de métaphore superlative sur les fictions du pouvoir dans un cadre littéraire fortement marqué par une structure éminemment théâtrale, non seulement par le lexique adopté, qui reprend un topos classique (le monde comme théâtre/le théâtre du monde), mais aussi et surtout par le relatif immobilisme du récit, à rebours des nombreuses péripéties ponctuées de voyages, de naufrages, de découvertes, etc. qui caractérisent habituellement le roman baroque du XVIIe siècle. Le Principe est également le lieu où l’auteur illustre le naturalisme des Incogniti, qui détermine la conduite des personnages : le travestissement initial de la princesse héritière devenue « prince » par volonté paternelle pour se soumettre aux contraintes de la loi salique, détermine une longue série de quiproquos amoureux et inscrit la narration dans l’autre schème topique de l’époque baroque : le labyrinthe. C’est la force irrépressible du désir qui aboutit à l’« agnizione » et à la révélation de l’identité véritable de la princesse, révélant ainsi que la nature, au bout du compte, ne saurait être trompée.

4Avec le Corriero svaligiato, publié en 1641, Pallavicino s’écarte toujours un peu plus du genre romanesque pour se rapprocher de formes littéraires plus hybrides, fortement dominées par une charge satirique virulente, qui deviendra l’une des marques de fabrique de l’écrivain et sera à l’origine du mythe, le « pallavicinismo », dont l’écho est perceptible jusque chez Stendhal (à travers le personnage de Ferrante Palla de la Chartreuse de Parme). Il s’agit à proprement parler d’un pamphlet épistolaire, fondé sur un expédient narratif promis à un bel avenir, même s’il est déjà présent dans les Ragguagli de Boccalini : des gentilshommes lisent et commentent des lettres volées à un courrier sur ordre de leur prince. La multiplicité des points de vue et la distanciation critique qu’offre le topos de la lettre volée permet au narrateur de s’en donner à cœur joie dans sa critique impitoyable de la Raison d’État, de la corruption du clergé ou des mœurs dissolues des courtisanes vénitiennes. La souplesse de la structure adoptée associe ainsi dans une « optique fragmentaire et polyphonique » (Marchi) la forme épistolaire proprement dite, la forme dialogique, dans l’échange des points de vue des personnages après lecture des missives, et même celle plus traditionnelle de la nouvelle, intégrée notamment dans deux lettres (XIX et XXXVII) du corpus. Le résultat est un tableau assez effrayant de la société italienne de la première moitié du XVIIe siècle, dont les dames et les chevaliers, les femmes adultères, les maris stupides, les avides courtisanes, les précepteurs sodomites, les ecclésiastiques corrompus, les nones dépravées, les courtisans hypocrites, les médecins ignorants, les juges et avocats malhonnêtes, mais aussi la République de Venise, les Espagnols rapaces, la Maison de Savoie, Rome et ses dépravations et, bien sûr, Urbain VIII et sa famille, sont les protagonistes qui subissent les foudres du pamphlétaire. La plume acerbe de l’écrivain n’épargne pas non plus la littérature de son temps : les livres espagnols sont substantiels mais sans saveur, les livres français délicats mais sans substance, tandis que les romans italiens sont des « pasticci » dont la feuille délicate enveloppe une chair trop dure ou des mets fallacieusement raffinés ; les œuvres historiques sont insipides et sèches ou pas assez cuites, et les poètes ne savent offrir que des fruits et légumes de faible valeur, l’auteur usant d’une métaphore culinaire d’une grande variété dans ses applications, qui rappelle notamment l’écriture « furieuse » d’un Giordano Bruno.

5Avec la Retorica delle puttane, publiée en 1642 de manière clandestine et anonyme, on atteint un degré supplémentaire dans la violence de l’écriture. Il s’agit pour le coup d’une véritable parodie, dans les termes et la fonction définis par Genette (cf. Palimpsestes. La littérature au second degré), puisque l’auteur se réclame ouvertement du traité de rhétorique de Cyprien Suarez qui fut, dans la seconde moitié du XVIe siècle et tout le XVIIe siècle, le manuel le plus lu et le plus utilisé par les étudiants jésuites. Le titre complet du dialogue est d’ailleurs La retorica delle puttane composta conforme li Precetti di Cipriano dedicata alla università delle cortigiane più celebri. Or c’est bien dans cette transformation radicale de la destination initiale du traité que réside sa véritable portée subversive, bien plus dans que le caractère obscène, certes indéniable, d’une éducation sexuelle par le biais d’une entremetteuse démontrant à sa protégée l’excellence du métier de « courtisane ». La filiation avec l’Arétin des Sei giornate est également évidente dans la volonté de détourner la tradition classique du dialogue d’amour néo-platonicien. Elle vient en quelque sorte se superposer à la structure du traité rhétorique jésuite que l’auteur suit très précisément à la lettre. Les quinze leçons qui composent la parodie de Pallavicino reprennent en effet la configuration originelle du traité espagnol dans la description du paradigme du discours éloquent, jusqu’à la présentation des tropes qui servent à embellir et à orner le discours. On a bien là affaire à un exemple de contre-littérature associant rhétorique et prostitution, art du bien dire et de la persuasion et celui de la séduction amoureuse et vénale ; le personnage de l’entremetteuse, et plus généralement de la « courtisane », déjà présent dans la Pudicizia schernita et dans certaines lettres du Corriero, assure ainsi une cohérence à l’œuvre pallavicienne, mais aussi à l’idéologie libertine des Incogniti (le thème est présent dans la Lucerna de Francesco Pona et indirectement dans le dialogue pédérastique de l’Alcibiade fanciullo a scola d’Antonio Rocco). Au-delà de la parodie, opératoire tout au long du traité, la défense d’une philosophie naturaliste, réaffirmée avec vigueur dans la Confessione dell’autore qui conclut le traité, anticipe bien des positions des libertins du Siècle des Lumières et fait de ce texte une digne préfiguration de la Philosophie dans le boudoir de Sade.

6La Baccinata qui achève l’anthologie fait à son tour partie d’une série de violents pamphlets anti-barbériniens, comprenant également le Dialogo molto curioso e degno tra due gentilhuomni et le Divorzio celeste, ce dernier sans doute apocryphe. Ces écrits signeront l’arrêt de mort de l’écrivain qui bientôt tombera dans un piège tendu par les sbires du souverain pontife. La Baccinata, dont le titre utilise l’image du bassin de cuivre que l’on frappe pour rappeler les abeilles (symbole des Barberini) qui se sont échappées de leurs alvéoles avec des intentions belliqueuses (allusion à la guerre du duché de Castro que le pape voulait reprendre aux Farnèse). Reprenant une théorie défendue par les biologistes de l’époque (présente chez Francesco Redi par exemple, qui croyait comme d’autres contemporains à la génération spontanée) selon laquelle les abeilles naissent au milieu des charniers bovins, Pallavicino fait un parallèle avec le nonce apostolique Vitellio auquel l’œuvre est malicieusement dédiée et donne ainsi la tonalité du pamphlet : « V.S. Illustrissima che nel cognome di Vitellio mostra d’esser della razza di bue, assicura in sè una simpatia con quelli animali, e conseguentemente con gli Barberini in essi rappresentati come in insegna propria » (p. 518). L’auteur s’en prend surtout au pouvoir temporel du pape et aux contradictions majeures entre les préceptes pacifistes de la doctrine chrétienne et le caractère belliqueux de la politique d’Urbain VIII qui conquiert le duché, séquestre et vend tous les biens des Farnèse, les excommunie et lance l’Interdit sur la ville de Parme. Des références explicites à l’Évangile, présentes surtout dans la première partie du pamphlet, se mêlent à des considérations historico-politiques et à une réactualisation des arguments employés par Paolo Sarpi lors du schisme de 1606 pour dénoncer les fureurs guerrières du pape. L’œuvre très brève dénote une urgence et une rage vindicative rarement atteinte dans la littérature pamphlétaire du Seicento. Qualifiée de « satire ménippée en miniature » par Lucas-Dubreton qui consacra jadis un essai à celui qu’il appela « l’Arétin manqué », la Baccinata, poursuit-il, est faite de « phrases nerveuses, ardentes, qui rappellent les temps héroïques. Depuis longtemps l’Italie n’avait pas entendu pareil langage ». Si on peut regretter un apparat critique quelque peu sommaire et une introduction qui ne l’est pas moins (Pedullà, en présentant la production littéraire de Pallavicino, s’attarde parfois davantage sur les œuvres ne figurant pas dans le volume, comme la Taliclea ou les romans bibliques, ce qui est regrettable), on saura gré à l’éditeur d’offrir au public la possibilité de réentendre un tel langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Lattarico, « Ferrante Pallavicino, Romanzi e parodie, a cura di A.M. Pedullà », Italies, 14 | 2010, 591-597.

Référence électronique

Jean-François Lattarico, « Ferrante Pallavicino, Romanzi e parodie, a cura di A.M. Pedullà », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/4154

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org