Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fascisme et critique littéraire. Les hommes, les idées, les institutions

 « Transalpina », n° 12 et 13, 2 vol. , 2009-2010.
Giovanni Palmieri
p. 605-608
Référence(s) :

Fascisme et critique littéraire. Les hommes, les idées, les institutions, « Transalpina », n° 12 et 13, 2 vol. , 2009-2010.

Texte intégral

1Walter Benjamin a écrit dans L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique que le fascisme avait esthétisé la politique et que le communisme avait répondu avec la politisation de l’art. L’exactitude de cette considération peut expliquer l’intérêt actuel, historique et littéraire, pour les liens complexes qui se sont développés entre le régime fasciste, les intellectuels et les appareils culturels.

2Ce n’est pas donc un hasard si le rapport particulier entre Fascisme et critique littéraire a été récemment l’objet d’un intéressant colloque franco-italien organisé par l’“Équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés” de l’Université de Caen Basse-Normandie les 14 et 15 mai 2009, dans le cadre d’un project de recherche consacré à “Culture et Dictature” et de l’accord bilatéral de coopération culturelle et scientifique entre la Région Basse-Normandie et la Regione Toscana.

3Les actes du Colloque, recueillis et présentés par Cristian Del Vento et Xavier Tabet, ont été publiés dans deux volumes de la revue « Transalpina » (n. 12 et 13, 2009-2010).

4Le premier volume, après une Présentation de Del Vento et Tabet et une Introduction de Del Vento, présente neuf contributions articulées en deux sections. La première est consacrée aux “Usages de la tradition littéraire et institutions culturelles”, la deuxième étudie “Les hommes et les écoles”.

5Après la relation initiale, ample et détaillée, d’Angelo D’Orsi, centrée sur le mythe d’origine risorgimental de la “nuova Italia”, qui en termes nationalistes a préparé le terrain pour l’antisocialisme, l’antiparlementarisme et l’antidémocratie du fascisme, d’autres communications (comme celles de Baioni, Tabet et Lanfranchi) ont illustré les usages idéologiques que le régime a fait des classiques de la tradition littéraire italienne, lus comme des “précurseurs” ou des “prophètes” du fascisme. Dante, Machiavelli, Alfieri, Foscolo, Gioberti, Oriani, Marinetti, D’Annunzio, etc. ont étés considérés comme des précurseurs, alors que Cesare Beccaria (comme l’a efficacement démontré Tabet) a été marginalisé par le régime puisque lu dans une optique idéologique opposée au fascisme : pas suffisamment “italien” et trop lié à la tradition philosophique et française des Lumières.

6Massimo Baioni a analysé en particulier le rapport du fascisme avec son passé proche (le Risorgimento et la première guerre mondiale) en vérifiant non seulement les usages idéologiques de cette tradition, mais aussi l’éclectisme fondamental avec lequel le régime a essayé de concilier haute culture et culture populaire. Maurizio Cau a affronté le thème de la culture catholique dans les années Trente en remarquant la position particulière anticonformiste de la revue « Riforma letteraria » fondée par Noventa, le grand poète grandi à l’ombre de la culture officielle catholique. Stéphanie Lanfranchi, quant à elle, s’est occupée de l’usage politique des centenaires des grands poètes de la tradition italienne (Foscolo, Leopardi, etc.) célébrés par le fascisme dans une optique franchement propagandiste et d’auto-encensement.

7Dans le domaine de la critique, peut-on ajouter, même la philologie a été conditionnée par le mythe fasciste de l’italianité : le choix de Michele Barbi, par exemple, de moderniser la graphie des textes anciens en les italianisant à tout prix forcément, est sans doute cohérent avec une politique culturelle de type nationaliste qui en effet a financé largement de tels efforts.

8Particulièrement intéressante la contribution de Mariella Colin qui, en terminant la section “Usages de la tradition littéraire”, a été consacrée à la littérature enfantine : dans sa communication la spécialiste trace l’évolution et l’usage idéologique de ce type de littérature qui, de l’idéalisme pédagogique gentilien des années Vingt, arrivera dans les années Trente du régime à l’imposition forcée des modèles autarciques et racistes grâce au livre fasciste pour la jeunesse.

9Dans la section “Les hommes et les écoles”, on doit signaler les contributions de Francesca Chiarotto, Antonio Bechelloni et Emanuele Cutinelli-Rendina. Francesca Chiarotto, à la lumière de l’analyse de Gramsci, explique le rapport contradictoire entre le futurisme et le fascisme. Bechelloni, pour sa part, dévoile les équivoques qui ont caractérisé la lecture “antityrannique” que Gobetti a faite de Vittorio Alfieri. Cutinelli-Rendina démontre comment la pensée crocienne de Luigi Russo a été beaucoup, et contradictoirement, conditionnée par l’idéalisme de Giovanni Gentile.

10Le deuxième volume des actes est articulé en trois sections : la première continue celle consacrée aux hommes et aux écoles ; la deuxième concerne “Fascisation et enseignement” ; la troisième (“Comparaisons européennes”), avec les contributions de Laura Fournier-Finocchiaro, Luis Negró Acedo et Michel Niqueux, analyse les rapports entre la spécificité de la situation italienne et celle de pays comme l’Allemagne, l’Espagne, l’Union Soviétique, etc.

11Parmi les communications de la première section, rappelons ici celles de Viviana Agostini-Ouafi et de Nicolas Bonnet. Viviana Agostini s’occupe des théories de la traduction pendant les années Vingt avec une attention particulière pour la polémique qui a opposé Croce à Gentile sur le sens de l’oeuvre d’art traduite ; Bonnet cherche à connaître le rapport complexe entre Borgese, auteur et critique, et le climat culturel fasciste qui a conditionné un écrivain qui, cependant, n’avait pas adhéré officiellement au fascisme.

12Dans la section “Fascisation et enseignement”, nous trouvons une étude de Jacqueline Spaccini qui analyse les rapports entre Massimo Bontempelli et les codes de la pédagogie fasciste en se référant surtout à l’anthologie scolaire “OGGI”, éditée en 1935 par l’écrivain italien. Rappelons que le n. 11 (2008) de “Transalpina”, edité par Jacqueline Spaccini et Viviana Agostini-Ouafi, a été entièrement consacrée à L’Italie magique de Massimo Bontempelli.

13Enfin, toujours dans la même section, Monica Galfré trace un cadre général de l’école fasciste par lequel on comprend que le totalitarisme du régime, bien qu’“imparfait”, avait conditionné, beaucoup plus que l’on ne croit l’appareil éducatif global de l’école italienne. Particulièrement intéressant, dans la section “Les comparaisons européennes”, la contribution de Laura Fournier-Finocchiaro qui examine les études françaises sur la littérature italienne pendant le Ventennio fasciste en démontrant comment les institutions italiennes en France telles que les “Comitati franco-italiani”, les “Fasci all’estero” et l’immanquable “Società Dante Alighieri” ont conditionné les études des italianisants enles orientant en direction d’un consentement général au régime.

14Dans ce sens le colloque aurait pu consacrer une communication, qui aurait été utile, à la “langue fasciste”, c’est-à-dire à une étude sur la faible mais néanmoins présente fascisation de l’italien à laquelle le régime a, plus ou moins consciemment, procédé, si l’on pense aux structures idiomatiques, aux citations, aux traductions forcées des mots d’origine étrangère, aux proverbes, etc.

15En tout cas, en lisant avec un vif intérêt en tant qu’italianiste les actes de ce colloque, qui a eu sans aucun doute le mérite d’une extrême cohérence thématique, on est convaincu encore une fois que des sujets éminemment historiques comme le fascisme sont mieux éclairés s’ils sont interrogés à partir de sources littéraires. Ces “voix” en effet ne doivent jamais être sous-estimées et c’est à elles que l’on doit recourir si l’on veut représenter le véritable climat d’une période historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Palmieri, « Fascisme et critique littéraire. Les hommes, les idées, les institutions », Italies, 14 | 2010, 605-608.

Référence électronique

Giovanni Palmieri, « Fascisme et critique littéraire. Les hommes, les idées, les institutions », Italies [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/4169

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org